Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 06:55

 

Une visite de la capitale de la Hongrie du 19 au 26 septembre 2017

 

L'objectif de cette nouvelle visite est de découvrir les magnifiques bains thermaux,

passion des habitants de cette capitale hongroise et le circuit Art nouveau appelé Sécession, Magyar szecesszió, en Hongrie.

Une visite de l'Opéra de Budapest, OperahaZ, magnifique bâtiment situé Andrassy utca, et plusieurs des grandes halles, dont Budapesti Központi Vásárcsarnok, les grandes halles centrales du 9ème arrondissement.

Le Parlement de la Hongrie à Budapest

Le Parlement de la Hongrie à Budapest

La place des Héros Hösök tere Les chefs de tribus magyars

La place des Héros Hösök tere Les chefs de tribus magyars

Hösök tere : c'est afin de commémorer le millénaire de la Hongrie (1896) qu'Albert

SchickedanZ dessina, à la lisière du Bois, dans l'axe de l'avenue Andrassy, "Les Champs-Élysées" de Budapest cette emphatique "place des Héros" qui est devenue le terrain de jeu des manifestants du 1er mai et des passionnés du skate-board.

Au centre, une colonne de 36 mètres où l'archange Gabriel brandit la couronne du roi Istvan. A ses pieds, les chefs des sept tribus magyares qui auraient conquis le pays.

Voir article blog, la place des Héros : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-place-des-heros-a-budapest-hosok-tere.html

 

Un autre symbole de Budapest : Le pont des Chaînes  Széchenyi lànchid

 

 

 

Le pont des Chaînes  Széchenyi lànchid :

Ce pont, avec ses lions de pierre et sa guirlande lumineuse, a été le premier pont à relier Buda à Pest en 1849. Bombardé durant la deuxième guerre mondiale, il fut reconstruit jute après.

 

 

Le pont des Chaînes  Széchenyi lànchid  Chain bridge

Le pont des Chaînes Széchenyi lànchid Chain bridge

Le Pont des Chaînes Széchenyi lànchid

En savoir un peu plus sur Széchenyi lànchid : lien Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Sz%C3%A9chenyi_l%C3%A1nch%C3%ADd

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sz%C3%A9chenyi_l%C3%A1nch%C3%ADd

Article du blog : le Pont des Chaînes : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/le-pont-des-chaines-szechenyi-lanchid-a-budapest.html

Le pont Szabadsag   Szabadsag hid

Le pont Szabadsag Szabadsag hid

En savoir un peu plus sur Szabadsag hid : http://wikipedia.org/wiki/Szabads%C3%A1g_h%C3%ADd

Le pont Marguerite  Margit hid

Le pont Marguerite Margit hid

    Erzsébet híd  Pont Elisabeth    Erzsébet híd  Pont Elisabeth

Erzsébet híd Pont Elisabeth

Erzsébet híd  Pont Elisabeth

Pont suspendu en acier : Teljes  L. : 379 mètres  Szélesség l.: 27 mètres Architecte : Sávoly Pál  constr.  1903- 1964

Site Wikipédia : Pont Elisabeth : en français https://fr.wikipedia.org/wiki/Erzs%C3%A9bet_h%C3%ADd

Site Wikipedia en hongrois : https://hu.wikipedia.org/wiki/Erzs%C3%A9bet_h%C3%ADd_(Budapest)

L'art nouveau à Budapest : le courant écession en Hongrie, dans les années 1900.

 

Bedö-hàz  le musée Art nouveau Sécession de Budapest

Honvéd utca 3

Un article sera réalisé spécialement sur le circuit Art nouveau de Budapest :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/09/un-petirt-circuit-art-nouveau-a-budapest.html

 

D'autres symboles, malheureusement non vus en janvier par manque de temps :  les thermes et les bains publics de Budapest.

Les bains Gellért :

Les bains thermaux et l'hôtel Szt Gellért ont ouvert leurs portes en 1918.

Plus tard, les bains ont été complété par une piscine à vagues à remous. La machine à vagues originale, mise en service en 1927, fonctionne toujours.

Les bains Gellért

Les bains Gellért

Une nouvelle visite de Budapest en septembre 2017
L'entrée des bains Gellért

L'entrée des bains Gellért

 Szt. Gellért Bains Thermaux et piscine

1118 Budapest, Kelenhegyi utca 4 Tél. : +36 1 466 6166 Heures d'ouverture : 6 à 20 H

Les bains SZéchenyi gyogyfürdö situés dans le Bois-de-Ville Vàrosliget

Les bains SZéchenyi gyogyfürdö situés dans le Bois-de-Ville Vàrosliget

Les bronZes du toît des bainsLes bronZes du toît des bainsLes bronZes du toît des bains

Les bronZes du toît des bains

De style néobaroque, ces bains furent construits entre 1913 et 1927.

Il s'agit du plus grand complexe thermal d'Europe. Amis, familles, touristes, lecteurs, curistes, joueurs d'échecs ... viennent se prélasser dans ses eaux chaudes.

La baignade sous la neige dans les bains extérieurs à 38°C n'a pas son pareil ! Ces bains comptent parmi les lieux les plus touristiques de la capitale hongroise

Les bains SZéchenyi, SZéchenyi Fürdö : ***

Allaltkerti körut 11, Varolisget (Bois de Ville)

Ouverts de 6 à 22 heures Tlj fermeture des caisses une heure avant.

Métro. M1 terminus

(xivème arrondissement) Tél : 0036 1 363 3210

Site : lien http://www.budapestgyogyfurdoi.hu

 

 

Les bains en activité en septembre 2017

Une nouvelle visite de Budapest en septembre 2017

Les bains Lukacs

Les bains Lukacs   Lukacs gyogyfürdö

Les bains Lukacs Lukacs gyogyfürdö

Une nouvelle visite de Budapest en septembre 2017Une nouvelle visite de Budapest en septembre 2017Une nouvelle visite de Budapest en septembre 2017

Les bains turcs   Kiraly fürdö

Les bains turcs  Kiraly fürdöLes bains turcs  Kiraly fürdöLes bains turcs  Kiraly fürdö

Les bains turcs Kiraly fürdö

Les bains Kiraly : les quatre petits bassins ottomans remontent à 1565; La température va de 26 à 40°C. Ces authentiques bains turcs furent construits sans doute pour la garnison de l'armée ottomane qui campait tout près.

L'Opéra de Budapest  :

De tous les monuments qui ont été édifiés en 1896 pour célébrer le millénaire de la Hongrie,

l'Opéra de Budapest est sans doute le plus réussi.

 

L'Opéra d'État hongrois Magyar Állami Operaház, architecte :  Miklós Ybl

Son architecte rêvait de rivaliser avec l'opéra parisien de Charles Garnier :  résultat : 9 ans de travaux et une ardoise de quatre millions de forints et un vertigineux tourbillon de marbres et d'or.

La grande salle peut accueillir près de 1300 spectateurs.

Operaház, l'Opéra de Budapest : Andrassy ut 22, métro. Opéra,

Visites guidées à 15 et 16 heures (en plusieurs langues, dont le français)

L'opéra de Budapest  Operaház,

L'opéra de Budapest Operaház,

Operaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifiqueOperaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifiqueOperaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifique
Operaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifiqueOperaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifiqueOperaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifique

Operaház, l'opéra et son magnifique décor intérieur Une diva et voix magnifique

Les grandes halles de Budapest :

Le grand Marché couvert de Budapest  Központi Vásárcsarnok

Le grand Marché couvert de Budapest Központi Vásárcsarnok

Les grandes halles de Pest : Budapesti Központi Vásárcsarnok

 

Cet édifice est bâti selon un style néogothique. Quant à l’architecture intérieure du bâtiment, elle ressemble à d’autres édifices typiques de la capitale de la Hongrie. En effet, l’intérieur du marché couvert de Budapest ressemble à celui de la Gare de l’Ouest, le Nyugati Pályaudvar. Cet impressionnant bazar touristique est situé au centre de la perle du Danube.

On y trouve de nombreux stands de boissons, fruits, légumes, charcuterie, boucherie et pâtisserie au rez-de-chaussée, et des stands de souvenirs et de restauration au 1er étage.
Il ne faut pas rater le langos, la spécialité locale (type de pain frit recouvert d'ail écrasé, de crème aigre et de fromage, ou jambon).

 

Les grandes halles Klauzál Klauzál téri nagycsarnok :

 

Les grandes halles de Klauzál tér, Klauzál téri nagycsarnok sont un marché couvert situé dans le quartier d'ErZsébelvaros du VIIème arrondissement sur Klauzál  ter.

Coordonnées
 
 
Les grandes halles Klauzál  Klauzál téri nagycsarnok

Les grandes halles Klauzál Klauzál téri nagycsarnok

 

Les gares de Budapest situées sur Pest

La gare de l'EstLa gare de l'EstLa gare de l'Est

La gare de l'Est

La gare de l'Est  Budapest Keleti pályaudvar

La gare de Budapest-Keleti, Budapest-Keleti pályaudvar, ancienne gare centrale, Központi pályaudvar, est la plus grande gare ferroviaire de Budapest. Elle se situe dans le 8èle arrondissement sur Baross tèr. Mise en service en 1881, elle permet à l'origine la desserte de l'est de laHongrie, mais aussi de la Roumanie et des autres pays des Balkans, d'où son nom (kelet signifie « est » en hongrois).

 

La gare de l'Est, ses intérieurs, ses quais et son restaurantLa gare de l'Est, ses intérieurs, ses quais et son restaurantLa gare de l'Est, ses intérieurs, ses quais et son restaurant

La gare de l'Est, ses intérieurs, ses quais et son restaurant

 

La gare de l'Ouest :

La gare de l'Ouest de Budapest Budapest Nyugati pályaudvar,

La gare de l'Ouest de Budapest Budapest Nyugati pályaudvar,

 

La gare de Budapest-Nyugati, Budapest Nyugati pályaudvar,

La gare de Budapest-Nyugati, Budapest Nyugati pályaudvar, est l'une des trois grandes gares ferroviaires de Budapest, Nyugati pályaudvar signifie littéralement « gare de l'Ouest » en français. La gare de Budapest-Nyugati dessert à la fois le nord de la capitale hongroise, c'est-à-dire les localités du coude du Danube, mais aussi l'axe Sud-Est. Sa façade conçue par les ateliers Eiffel donne sur le Nagykörùt et Nyugatitér.

La gare de l'Ouest et les premiers tramways

 

Du côté de Buda, la ville haute,

l'ancien palais royal et son quartier

Une nouvelle visite de Budapest en septembre 2017
La colonne de la Sainte-Trinité à Buda près de l'église Mathias

La colonne de la Sainte-Trinité à Buda près de l'église Mathias

La colonne de la Sainte-Trinité :  Szentháromság-oszlop

C'est le point le plus élevé de la colline, face à la colline, face à l'église Mathias. La colonne a été choisie pour implorer la protection divine contre la peste au 18ème siècle.

Szentháromság tér
Colline du Château, Ier arrondissement.Buda


 
Le palais royal de Buda vu de Pest

Le palais royal de Buda vu de Pest

Le palais royal de Buda

Le palais royal de Buda

La fontaine des enfants pêcheurs : voir article blog spécifique http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/09/la-fontaine-des-enfants-pecheurs-a-buda.html

La fontaine du roi Mathias ou Matthias I, voir article janvier 2017 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-fontaine-a-budapest.html

La fontaine des enfants pêcheurs au palais royal de Buda

La fontaine des enfants pêcheurs au palais royal de Buda

Détails de la fontaine des enfants pêcheursDétails de la fontaine des enfants pêcheurs

Détails de la fontaine des enfants pêcheurs

La fontaine du roi Mathias au palais royal de Buda

La fontaine du roi Mathias au palais royal de Buda

Voir article du blog la fontaine du roi Mathias : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-fontaine-a-budapest.html

Un peu de phitalélie :

L'Opéra  l'église Mathias le Pont des Chaînes

L'Opéra l'église Mathias le Pont des Chaînes

Désolé pour les accents aiguës sur certaines voyelles dans le mauvais sens !

Merci à notre guide Art nouveau Ivan !

Merci à nos charmantes hôtes Noria et Gyorgy pour leur accueil chaleureux !

Quelques documentations, sites et liens :

L'Art nouveau à Budapest voir site et lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9cession_hongroise

Sources et liens Wikipédia :

Un premier séjour à Budapest en janvier 2017 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/un-sejour-a-budapest.html

Un carnet de voyage aquarelles à Budapest en janvier 2017 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/carnet-de-voyage-aquarelles-et-dessins-a-budapest.html

Site guide Ivan : http://www.ivan-guide-budapest.com

Guides : "Un Grand Week-end à Budapest" Hachette Tourisme WE by hachette lien Facebook

guide et ses plans détachables

"Budapest en quelques jours" : lonely planet et ses plans détachables,

"Budapest petit futé" City Trip, Spécial week-end et court séjour, lien : http://www.petitfute.com

 

 

Bonne visite !

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 15:18
La fontaine des enfants pêcheurs à Buda

Visite d'une magnifique fontaine située dans l'enceinte du palais royal de Buda en septembre.

La fontaine des enfants pêcheurs à BudaLa fontaine des enfants pêcheurs à Buda
L'artiste : le sculpteur hongrois Senyei Károly
 Né le 15 janvier à Buda et décédé le 7 février 1919 à Budapest
Sa vie :

L'artiste a étudié à Budapest, Vienne et Munich, déménagé à Budapest en 1886. Il a principalement fait de la maçonnerie et la construction de sculptures décoratives. Il a fait plusieurs travaux pour le palais royal de Buda tels que: la statue du tympan de la façade principale (détruite), la Guerre de paix et de paix dans la cour du Lion, la façade du Danube de la fontaine de pêche (vers 1900), la salle des Habsbourg III, Kàroly - MàriaTeréZi  - Ferenc JosZef I. - Queen EliZabeth, statue de bronze dans la crypte du roseau: des ancrages du côté des enfants. Ses travaux publics à Budapest comprennent: Thrush Children's Well (1896, place Vigado) place Vigadó ), gr. Jànos Buttler (1903, au parc Ludovika Academy, du Military HistoryMuseum en 2005), gr. Jànos Palf  (1905, Körönd, décomposé en stock), devant l'entrée principale de l'Université d'Art, quatre personnages allégoriques (1908, détruits). Parmi ses meilleurs travaux figurent les Trigas sur l'ancien manoir (aujourd'hui Musée ethnographique), le1er (St) Istvàn (1911) et le II. Monument du millénaire, Endre (1912). Beaucoup de ses statues se trouvent au musée Kiscelli à Budapest et à la Galerie nationale hongroise.

La fontaine des enfants pêcheurs à Buda
La fontaine des enfants pêcheurs à Buda
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 19:54
Le château de la Muette, construit au début du siècle dernier, dans le style du 18èmeLe château de la Muette, construit au début du siècle dernier, dans le style du 18ème

Le château de la Muette, construit au début du siècle dernier, dans le style du 18ème

Une visite du château de la Muette à Paris durant les Journées Européennes du Patrimoine 2017 :

 

Ne pas confondre avec le Pavillon de la Muette en forêt de Saint-Germain-en-Laye.

Voir article blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/04/le-pavillon-de-la-muette-de-l-architecte-ange-jacques-gabriel.html

Ni le Pavillon Royal de la Muette : Carrefour du bout des lac, 1,route de la Muette, 75116 Paris

Voir article blog : Couleurs d'Indonésie au pavillon de la Muette :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/couleurs-d-indonesie-au-pavillon-dauphine.html

Le château de la Muette est un édifice situé dans le 16ème arrondissement de Paris à proximité du bois de Boulogne, et situé au niveau de l'actuelle porte de la Muette, sur un emplacement où trois châteaux ont existé successivement depuis la Renaissance. Le bâtiment actuel, construit dans le style du 18ème siècle, a été édifié par Henri de Rothschild sur des plans de l'architecte Lucien Hesse, au début des années 1920. Il abrite aujourd'hui le siège de l'OCDE, (Organisation de coopération et de développement économique) à Paris.

L'immense hall d'entrée des bâtiments de l'O.C.D.E.L'immense hall d'entrée des bâtiments de l'O.C.D.E.

L'immense hall d'entrée des bâtiments de l'O.C.D.E.

La Muette : L’origine même de ce nom de Muette se perd dans le passé. Peut-être faut-il la chercher dans le mot muete, orthographe fréquemment employée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle pour désigner une meute de chiens de chasse ; peut-être vient-elle de mues, bois perdus par le cerf à l’automne, ou même de la mue des faucons, ou aurait été choisie pour évoquer l’éloignement de la Cour et des bruits de celle-ci, comme une sorte de vie de Cour muette voire discrète.

Quelle que soit l’origine réelle du mot, le nom de l’actuel château est lié au pavillon de chasse où les rois de France s’arrêtaient pour chasser à courre le cerf dans le bois de Boulogne.

 

Les anciens châteaux de la Muette :

UN PAVILLON DE CHASSE DEVIENT UN CHÂTEAU ROYAL

© OECD Château de la Muette - View from the gardensRendez-vous de chasse royal, berceau de princes de France, résidence de plusieurs favorites, parc où Louis XVI et Marie-Antoinette se promenaient sans gardes au milieu du peuple, tel est le lieu du domaine de la Muette. Vers 1572, cet ancien rendez-vous de chasse fut transformé en un petit château royal par Charles IX. Le Roi légua son château à sa

sœur Marguerite de Valois, l’épouse de Henri IV. Celle-ci le légua au dauphin le futur Louis XIII. En 1716, le château de la Muette devint la résidence de la duchesse de Berry, fille du duc d’Orléans, Régent de France ; le Tsar Pierre le Grand y fut son hôte. Suite au décès prématuré de la duchesse en 1719, le Régent offrit le château au jeune Roi Louis XV. De 1724 à 1734, dix enfants royaux y virent le jour. Cependant Louis XV semble avoir réservé la Muette à ses favorites plutôt qu’à sa famille.


Y ont tour à tour résidé les sœurs de Nesle, Madame de Pompadour et Madame Dubarry. C’est à cette époque que le château fut reconstruit par les Gabriel, père et fils. Le nouveau roi, Louis XVI, passa les plus heureux jours de sa vie au château avec sa jeune épouse Marie-Antoinette. Ce fut une lune de miel, non seulement avec la Reine, mais avec son peuple. C’est au château de la Muette que Louis XVI reçut à dîner l’Empereur Joseph II, frère de Marie-Antoinette, et qu’il consentit à Antoine-Augustin Parmentier le droit de planter des pommes de terre, alors quasiment inconnues en France, dans un petit enclos sablonneux au nord-ouest du domaine royal.


C’est également du parc du château qu’en novembre 1783 Pilâtre de Rozier et le marquis François Laurent d’Arlandes s’élevèrent dans un ballon soutenu par l’air chaud, œuvre des frères Montgolfier, devenant ainsi les premiers humains à échapper à l’attraction terrestre. Mêlés à la foule qui assistait à cet exploit se trouvaient la famille royale et Benjamin Franklin.

 

À la Révolution, le domaine devint propriété de l’État. En 1792, le rideau tombe sur le château de la Muette. L’Assemblée Nationale décida alors de vendre le domaine aux enchères. Il fut divisé en lots et les deux ailes du château furent séparées afin de mieux vendre les parcelles. La Muette et la Petite Muette voient le jour.

LA MUETTE AU XIXe SIÈCLE :

Une aile de l’ancien château, la Muette, entourée d’un parc, est achetée en 1820 par Sébastien Érard, le fabriquant bien connu de pianos. Érard légua son château à son neveu Pierre Érard. Vers 1865, Madame Pierre Érard, la veuve de celui-ci, entreprend de recomposer l’ancien domaine. Elle réunit le bâtiment de la Muette à celui de la Petite Muette. Les jardins séparés sont peu à peu regroupés en une seule propriété. À son tour, Madame Pierre Érard légua le château de la Muette à sa nièce Marie (Schaeffer) Érard.


Marie Érard épousa Amable-Charles Franquet de Franqueville, fait comte par le pape en 1870. Après le décès de la comtesse (Schaeffer-Érard), le comte hérite de la Muette. Plus tard, le domaine, quasiment reconstitué, tomba dans l’héritage de la famille du comte qui en vendit une grande partie faisant place à de nouveaux lotissements et à un quartier résidentiel. Les derniers vestiges du château disparaissent vers 1926.

Le siège de l’OCDE

En 1920, le château est démoli et le parc est loti. En 1921, Henri de Rothschild, médecin,

philanthrope et auteur dramatique, fait l’acquisition d’une parcelle de 2 hectares. Il fait construire un nouveau château dans le style du XVIIIe siècle par l’architecte Lucien Hesse.

En 1940, sous l’occupation allemande, le château est le siège du commandement de la marine allemande. En 1948, le domaine est vendu à l’OCDE qui y installe son siège. Des bureaux modernes et assez neutres ont été construits à côté du château.

Sources :
 Guide du patrimoine Ile-de-France, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette.
 Guide du promeneur 16e arrondissement, Marie-Laure Crosnier Leconte, Parigramme, 1995.

Le château du baron Henri de Rothschild :

C’est en 1912 que le baron Henri de Rothschild acquiert un terrain de 22 000 m2 appartenant au comte de Franqueville. Il y fait construire un château et un parc. Le château devient la résidence parisienne du baron Henri de Rothschild dont les armoiries figurent au fronton de l’entrée principale. On peut y lire : Concordia, Integritas, Industria (Unité, Intégrité, Diligence). La rue devant le château porte un des noms de plume du baron : André Pascal.


Sa façade est ornée de 24 têtes de personnages sculptées en pierre de taille, en alternance homme/femme, représentant des allégories et des déguisements de théâtre. En octobre 1948 les héritiers du baron Henri de Rothschild vendent le château à l'Organisation Européenne de Coopération Economique (OECE) qui y installe son siège.

Le volume des salles et des accès de l'O.C.D.E.Le volume des salles et des accès de l'O.C.D.E.

Le volume des salles et des accès de l'O.C.D.E.

 

LES JARDINS DU CHÂTEAU DE LA MUETTE :

Le baron Henri de Rothschild projetait d’entourer son château de jardins. En 1914, il organisa un concours afin de promouvoir le savoir-faire des jeunes jardiniers français. Le concours fut remporté par Raoul Saint-Martin, élève de l’illustre architecte-paysagiste Achille Duchêne (1866-1947), fils et associé de Henri Duchêne (1841-1902).


Réaménagés en 2009-2010, les jardins de la Muette abritent d’importantes plantations dans le respect de l’environnement. Les allées aux arbres centenaires ont été conservées. Le jardin comprend plus de 25 000 plantes dont 139 arbres (71 tilleuls).

Les locaux modernes actuels de l'O.C.D.E. sont soucieux de l'écologie et font appel à des technologies très avancées.

 

L'O.C.D.E. a pour but d'étudier l'activité d'une quarantaine de pays industrialisés du monde.

Un exemple d'étude : voir tableau suivant

La château de la Muette, siège de l'O.C.D.E. à Paris

Visite du château :

Les salles du château de la MuetteLes salles du château de la MuetteLes salles du château de la Muette

Les salles du château de la Muette

La château de la Muette, siège de l'O.C.D.E. à ParisLa château de la Muette, siège de l'O.C.D.E. à Paris

Sources et documentations : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_la_Muette_(Paris)

Lien site : le château de la Muette et l'O.C.D.E. : http://www.oecd.org/fr/presse/histoireduchateaudelamuette.htm

 

Bonne visite durant les Journées Européennes du Patrimoine 2018 !

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 05:38
Journées peinture à la Hublotière en juillet et août 2017Journées peinture à la Hublotière en juillet et août 2017

 Quelques journées peinture sur motif à la Hublotière, en fait "La Villa Berthe", de l'architecte art nouveau Hector Guimard en juillet et août.

Visite conférence du 11 août 2017 par Juliette, de l'Ecole du Louvre

Visite conférence du 11 août 2017 par Juliette, de l'Ecole du Louvre

Détails de la façade côté avenue de MontessonDétails de la façade côté avenue de MontessonDétails de la façade côté avenue de Montesson

Détails de la façade côté avenue de Montesson

La Hublotière et ses détails. Les fenêtres et ferronneries ont été repeintes en juillet-aoûtLa Hublotière et ses détails. Les fenêtres et ferronneries ont été repeintes en juillet-aoûtLa Hublotière et ses détails. Les fenêtres et ferronneries ont été repeintes en juillet-août

La Hublotière et ses détails. Les fenêtres et ferronneries ont été repeintes en juillet-août

Peinture à l'huille juillet, aquarelle août 2017Peinture à l'huille juillet, aquarelle août 2017Peinture à l'huille juillet, aquarelle août 2017

Peinture à l'huille juillet, aquarelle août 2017

Partager cet article
Repost0
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 18:56
Sur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye

Dimanche 27 août 2017 :

Le musée d’Archéologie nationale propose une visite-promenade sur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye

A une quinzaine de mètres de hauteur, depuis les toits-terrasses du château, découvrez les caractéristiques de l'architecture de la Renaissance, guidé par une conférencière de la Réunion des Musées Nationaux-Grand-Palais et venez suivre les traces des rois les plus célèbres de France et découvrez l'histoire et l’architecture de cet ancien domaine royal édifié par François Ier.

Les toits offrent une vue imprenable sur la cour intérieure, le parc du château et un panorama exceptionnel sur la vallée de la Seine et sa région.

Les plus curieux, après avoir gravi les 131 marches de l'escalier intérieur, peuvent prolonger le parcours par la visite des collections archéologiques, la chapelle royale de l'époque de Saint-Louis.

Puis visite à l'exposition temporaire qui a lieu du 3 mai au 2 octobre 2017 : "Le royaume mérovingien oublié Austrasie".

La façade d'entrée du château et son musée La magnifique cour intérieure du châteauLa façade d'entrée du château et son musée La magnifique cour intérieure du châteauLa façade d'entrée du château et son musée La magnifique cour intérieure du château

La façade d'entrée du château et son musée La magnifique cour intérieure du château

Le château de Saint-Germain-en-Laye : une résidence royale

Résidence royale depuis Louis VI le Gros, au XIIsiècle, Saint-Germain-en-Laye fut à la fois un séjour de plaisance et un lieu de pouvoir des rois de France. De nombreux édits royaux ou traités ont été signés à Saint-Germain-en-Laye, jusqu'au traité de 1919 qui mit officiellement fin à la guerre avec l'Autriche. Saint Louis résida souvent ici et nous légua la chapelle gothique. François Ier construisit, sur les fondations du vieux château de Charles V, un palais Renaissance. Henri II et Henri IV bâtirent à côté un second édifice, dit le Château-Neuf, qui était situé à l'emplacement de l'actuel Pavillon Henri IV. Le Roi-Soleil naquit à Saint-Germain en 1638 et y passa, à

partir de 1666, l'essentiel des premières années de son règne personnel, avant son

installation à Versailles en 1682. Même un roi d'Angleterre en exil vécut là avec toute sa cour ! Louis XIV prêta en effet le Château-Vieux (celui de François Ier) à Jacques II Stuart (1633-1701) à la fin du XVIIsiècle. Puis, délaissée, la résidence royale traversa de sombres années : le Château-Neuf fut rasé, le Château-Vieux devint un pénitencier militaire. En piteux état et promis à la destruction, il fut sauvé par la création, par Napoléon III, d'un musée d'archéologie.

Des images réalisées sur les toits du château de Saint-Germaint-en-LayeDes images réalisées sur les toits du château de Saint-Germaint-en-Laye
Des images réalisées sur les toits du château de Saint-Germaint-en-LayeDes images réalisées sur les toits du château de Saint-Germaint-en-Laye

Des images réalisées sur les toits du château de Saint-Germaint-en-Laye

Sur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye
Les différents symboles scultptés dans la pierreLes différents symboles scultptés dans la pierreLes différents symboles scultptés dans la pierre

Les différents symboles scultptés dans la pierre

Les gargouilles, toutes différentesLes gargouilles, toutes différentesLes gargouilles, toutes différentes
Les gargouilles, toutes différentesLes gargouilles, toutes différentesLes gargouilles, toutes différentes
Les gargouilles, toutes différentesLes gargouilles, toutes différentesLes gargouilles, toutes différentes

Les gargouilles, toutes différentes

Un petit tour par le musée d'Archéologie Nationale :

Sur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye
Sur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye
Sur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye
Sur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye
A gauche et au centre, la tour carrée du château, ancêtre de l'édificeA gauche et au centre, la tour carrée du château, ancêtre de l'édificeA gauche et au centre, la tour carrée du château, ancêtre de l'édifice

A gauche et au centre, la tour carrée du château, ancêtre de l'édifice

La chapelle royale de Saint-Louis :

La chapelle palatine du château de Saint-Germain-en-Laye fut édifiée entre 1235 et

1239 par Louis IX, dit Saint Louis (1214-1270). Cet édifice remarquable, premier du genre, servira de modèle architectural aux saintes-chapelles, en particulier à la plus célèbre, celle de Paris (achevée en 1248). Le qualificatif « sainte » est attribué aux chapelles fondées par Louis IX puis ses descendants directs dans des résidences royales ou princières. À l'instar de celle de Vincennes, fondée par Charles V en 1379, elles ont accueilli des fragments de la Vraie croix ou de la Couronne d'épines. Ces reliques de la Passion du Christ avaient été achetées par Saint Louis à Baudouin II, empereur de Constantinople, puis placées dans la Sainte-Chapelle, édifiée par le roi à Paris pour les abriter.

 

La façade de la chapelle royale côté cour

Quelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-LouisQuelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-LouisQuelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-Louis
Quelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-LouisQuelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-LouisQuelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-Louis

Quelques détails de la chapelle royale. En bas à gauche, le moulage en plâtre de Saint-Louis

Et par l'exposition temporaire  :

le royaume mérovingien oublié :

l'Austrasie

L'affiche de l'exposition du 3 mai au 2 octobre 2017 (Design Studio Martial Damblant)

Sur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-LayeSur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye
Sur les toits du château de Saint-Germain-en-Laye

Cette exposition porte sur la période médiévale, et plus particulièrement sur ses débuts, lorsque régnait la dynastie mérovingienne (fin Ve –  milieu VIIIe siècle après J.-C.).

Bientôt d'autres images de cette exposition.

Les structures internes du château :

Structures des plafonds du châteauStructures des plafonds du château
Structures des plafonds du château
Structures des plafonds du châteauStructures des plafonds du château

Structures des plafonds du château

Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)
Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)

Images anciennes du Château-Vieux et du Château-Neuf (détruit)

 

Merci à notre sympathique conférencière Anne-Lise et l'agréable serre-file Michèle.

 

Sources et documentation :

http://musee-archeologienationale.fr/histoire-du-chateau-0

Voir aussi article blog Les gargouilles du château de Saint-Germain-en-Laye : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-gargouilles-du-chateau-de-saint-germain-123201465.html

Une visite à Saint-Germain-en-Laye : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/11/une-visite-a-saint-germain-en-laye.html

Lien : l'Austrasie http://musee-archeologienationale.fr/actualite/austrasie

Visite des toits du château de Saint-Germain-en-Laye, lien : http://musee-archeologienationale.fr/evenement/histoire-du-chateau-et-visite-des-toits

 

Musée d'Archéologie nationale :

Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

Château, place Charles de Gaulle 78100 Saint-Germain-en-Laye

Tél. : 01 39 10 13 00  Site : http://www.musee-archeologienationale.fr

 

Bonne visite !

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 05:29
Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017

Une visite au Pavillon de la Muette le 19 août 2017 en forêt de Saint-Germain.

Les propriétaires auront planté cette année 36.000 bulbes de fleurs dans cet immense espace qui entoure l'édifice est ses dépendances.

Un massif de lys a pris place à gauche de l'entrée du terrain :

Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017

Et quelques visiteuses du jour.

Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017
Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017
Les lys du Pavillon de la Muette en août 2017

Visite-conférence le dimanche 20 août et quelques fin de semaine du mois de septembre (voir horaires sur le site :

http://www.saintgermainenlaye-tourisme.fr/voir-faire/sites-de-visite/pavillon-de-la-muette-le-trianon-de-saint-germain-en-laye-640360#establishment-detail

Articles Sortir dans les Yvelines : http://www.sortir-yvelines.fr/Art-et-culture/Art-et-culture-dans-les-Yvelines/visite-decouverte-yvelines/Pavillon-de-la-Muette-Saint-Germain-en-Laye

Venez découvrir un trésor caché en plein cœur de la Forêt de Saint-Germain-en-Laye ! Ce Monument Historique, ancien relais de chasse de Louis XV,  laissé à l'abandon depuis les années 70 vous ouvre ses portes d'avril à septembre.

Lien Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=2FbVP2g

Contact au 06 46 85 22 66

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 15:58
Ground Control gare de Lyon en août 2017

Après le dépôt de La Chapelle, c'est sur la terrasse de la Halle Charolais que Ground Control renaît, à deux pas de Paris-Gare de Lyon. Cette nouvelle pépite fait encore partie de la démarche d'urbanisme transitoire Sites Artistiques Temporaires initiée par SNCF Immobilier.


Aorès le 18 mai, et pour tout l'été,sinon plus, rendez-vous au 81, rue du Charolais 75012 Paris .

Lien :  Sites Artistiques Temporaires

Ground Control gare de Lyon en août 2017
Ground Control gare de Lyon en août 2017
Ground Control gare de Lyon en août 2017
Ground Control gare de Lyon en août 2017
Ground Control gare de Lyon en août 2017

Après "Grand Train" en 2016, une Immense terrasse, food truck, DJ sets pour la nouvelle version du Ground Control en partenariat avec la SNCF.

Certaines personnes ont le sens du timing, c’est le cas de l’équipe de Ground Control qui a attendu que le thermomètre monte à 26° pour présenter au public son nouveau spot ensoleillé de l’été.

Fini le 18e où pendant deux ans Ground Control puis Grand Train avaient amené dans ce quartier une population plus habituée aux terrasses du 11e qu’aux petits rades de Marcadet. Cette fois-ci c’est tout près de la gare de Lyon que ça se passe avec une terrasse de 1 500 m2, des DJ sets, des ateliers de jardinage, un marché de producteurs, une buvette et plein de bons endroits où se sustenter.

 

Quoi ? Ground Control
Quand ? Du mardi au samedi de 11h à 23h45 et le dimanche de 11h à 22h
Où ? 81 rue du Charolais, Paris 12e

Vu au Ground ControlVu au Ground ControlVu au Ground Control

Vu au Ground Control

 
Un cours de hoop dance, danse avec cerceau, sur place :
 
Pour info, un cours tous niveaux de "hoop dance" (danse avec cerceau) a lieu tous les mardis à 13h au Ground Control cet été jusqu'à fin août.
L'animatrice de cette activité s'appelle Lila Chupa-Hoops, elle fait de la hoop dance depuis 7 ans, elle est connue dans le milieu :
 
Son site : https://www.lilachupahoops.com/

Site sur  la hoop dance : http://www.hoop-dance.fr/

Gaëlle en actionGaëlle en action

Gaëlle en action

Ground Control gare de Lyon en août 2017
Images de Ground Control gare de Lyon
Images de Ground Control gare de Lyon
Images de Ground Control gare de Lyon
Images de Ground Control gare de Lyon
Images de Ground Control gare de Lyon
Images de Ground Control gare de Lyon
Images de Ground Control gare de Lyon

Images de Ground Control gare de Lyon

Quelques images du Grand Train, gare du Nord, en 2016 : à suivre...

 

 

 

 

A suivre !

Ground Control gare de Lyon en août 2017Ground Control gare de Lyon en août 2017Ground Control gare de Lyon en août 2017
Quelques images du Grand Train

Quelques images du Grand Train

Ground Control gare de Lyon en août 2017Ground Control gare de Lyon en août 2017Ground Control gare de Lyon en août 2017

 

Bonne visite !

Partager cet article
Repost0
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 05:55
La galerie Colbert à Paris

6, rue des Petits-Champs et 2, rue Vivienne, Paris 2ème arrondissent

Une des rares galeries parisiennes qui n'est pas privée

 

Un peu d'histoire :

 

Le quartier de la  Bibliothèque Nationale :

Le quartier de la Bibliothèque Nationale fut longtemps le quartier le plus élégant de Paris. il est né au 17ème siècle du génie de Richelieu, qui, pour mettre en valeur son Palais-Cardinal, repoussa vers le nord la vieille enceinte de Charles V. Le long d'un réseau moderne de rues s'élevaient les hôtels classiques qui firent l'admiration de tous, m^me du Bernin pourtant si difficile.

Mais du quartier aristocratique qui vit les beaux jours de Richelieu et de MaZarin, ne restent que quelques vestiges épargnés par les pics des démolisseurs.

De Richelieu à Louis xiv : naissance d'un quartier :

Galeries Colbert : Portique de l'entrée principale des galeries sur la rue Nve des Petits-champs

Galeries Colbert : Portique de l'entrée principale des galeries sur la rue Nve des Petits-champs

La galerie Colbert à Paris
Plan du quartier de la Galerie Colbert

Plan du quartier de la Galerie Colbert

La galerie Colbert est un passage couvert parisien  situé dans le 2ème arrondissement, accessible au 6,rue des Petits-Champs et au 2, rue Vivienne.

Construite en 1826 pour concurrencer la galerie Vivienne, voisine de cette dernière, la galerie Colbert n'a pas eu autant de succès. Après rénovation dans les années 1980, elle est achetée par la Bibliothèque nationale de France puis dévolue à l'Institut national de l'art (INHA) et abrite depuis de nombreuses institutions liées à l'histoire de l'art et au patrimoine culturel. La galerie Colbert est ouverte au public qui est invité à découvrir la magnifique rotonde surmontée d’une coupole en verre. La brasserie «Le Grand Colbert", au décor Art Nouveau souvent utilisée pour le cinéma est situé à l’entrée de la galerie.

Longueur : 83 mètres, largeur : 5 mètres

 

Le restaurant "Le Grand Colbert" de style art nouveau

Le restaurant "Le Grand Colbert" de style art nouveau

La galerie Colbert à Paris
Plan de la Galerie Colvert : en bas, la rue Vivienne

Plan de la Galerie Colvert : en bas, la rue Vivienne

Quelques images de la galerie Colbert :

La galerie Colbert à Paris
La galerie Colbert à ParisLa galerie Colbert à Paris
La galerie Colbert à Paris
Eurydice placée au centre de la rotonde

Eurydice placée au centre de la rotonde

Images et gravures anciennes :

A droite : photographie Philippe CouetteA droite : photographie Philippe Couette
A droite : photographie Philippe Couette

A droite : photographie Philippe Couette

Proposition de circuit A/R dans les deux galeries

Proposition de circuit A/R dans les deux galeries

Sources bibliographiques : Bibliothèque Nationale Galerie Colbert

58, rue Richelieu 75002 Paris Tel; 01 47 03 81 26

Galerie Colbert : 4, rue Vivienne, 6, rue des Petits Champs Paris 2ème arrondissement

Lien site Wikipédia La galerie Colbert : https://fr.wikipedia.org/wiki/Galerie_Colbert

 

Bonne visite !

A voir aussi sa soeur proche :

La galerie Vivienne

Voir aussi : autres articles du blog

La galerie Vivienne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-galerie-vivienne-a-paris-113902009.html

Les passages et galeries de Paris, liste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Partager cet article
Repost0
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 16:20
La fontaine Stravinsky ou fontaine des Automates à Paris
"L'Amour" représenté

"L'Amour" représenté

La fontaine Stravinsky, ou fontaine des Automates, réalisée en 1983, est l'œuvre conjointe de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle. Elle est créée dans le cadre du pourcentage du budget de la construction du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou. C'est une commande publique entre la ville de Paris, le ministère de la Culture et le Centre Pompidou. L'œuvre est la propriété de la ville de Paris qui se charge de son entretien.

Ce monument évoque l'œuvre musicale d'Igor Stravinsky, Compositeur russe du XXe siècle, celui-ci est un symbole de l'éclectisme et de l'internationalisme artistique.

La structure de la fontaine est composée de sculptures d'aluminium et d'acier peint en noir, ainsi que moteurs électriques.

Les figures de Niki de Saint Phalle, en polyester, sont montées sur une structure en acier.

C'est une commande publique entre Jacques Chirac maire de Paris à l’époque, le ministère de la culture et le Centre Pompidou.

Ce monument évoque l'œuvre musicale du compositeur russe Stravinsky.

Elle est composée de 16 sculptures qui font directement référence aux compositions du musicien

Les sons que produit la fontaine évoquent la musique.

 

La fontaine Stravinsky ou fontaine des Automates à ParisLa fontaine Stravinsky ou fontaine des Automates à ParisLa fontaine Stravinsky ou fontaine des Automates à Paris

.

La fontaine Stravinsky est bâtie sur la place Igor-Stravinsky près de l'IRCAM (le centre de recherche en musique contemporaine). Elle est composée de seize sculptures rendant hommage aux compositions du musicien. Chacune d'entre elles fait référence à Igor Stravinsky, parfois directement comme L'Oiseau de feu, qui est une réduction du gigantesque Sun God réalisé à l'Université de Californie à San Diego par Niki de Saint Phalle, la même année. Parfois les éléments font seulement allusion à Igor Stravinsky comme La Sirène, La Vie , L'Amour, Le Serpent, La Mort

Les sculptures ont été réalisées en résine ou par assemblage d'éléments en résine et d'éléments métalliques ou assemblages d'éléments métalliques. C'est une œuvre composite conçue pour un espace public et une œuvre en mouvement. Les sculptures sont toutes mécanisées, noires ou colorées et sont animées par des jets d'eau. C'est surtout grâce au soutien de Madame Claude Pompidou que cette fontaine a pu être réalisée conjointement par les deux artistes, le souvenir de la collaboration des deux artistes à la fois, lors de la création de Paradis style-fantastique, effrayait encore les commanditaires qui redoutaient une œuvre dans le même

Lien : Sun God

L'Eléphant

L'Eléphant

La fontaine Stravinsky : quelques imagesLa fontaine Stravinsky : quelques imagesLa fontaine Stravinsky : quelques images
La fontaine Stravinsky : quelques imagesLa fontaine Stravinsky : quelques imagesLa fontaine Stravinsky : quelques images
La fontaine Stravinsky : quelques imagesLa fontaine Stravinsky : quelques images

La fontaine Stravinsky : quelques images

La Fontaine occupe 17 mètres de largeur sur 33 de longueur. Réparties dans le bassin de 580 m2, se trouvent les seize sculptures, qui représentent :

  • L'Oiseau de feu : version réduite d'une sculpture monumentale "Sun God" de Niki de Saint
    Phalle  de  qui a déjà été inaugurée cette même année sur le campus de l'Université de Californie à an Diego à La Jolla. Il existe une autre sculpture monumentale intitulée L'Oiseau de feu réalisée par Niki de Saint Phalle en 1991, achetée en 2006 par Andreas Bechtler pour le Bechter Museum of Modern Art à Charlotte (Caroline du Nord) qui porte aussi le nom de "Le Grand oiseau de feu sur l'Arche". Lien Sun God  https://fr.wikipedia.org/wiki/Sun_God
  • la clef de sol , la spirale, l'éléphant, le renard, le serpent, la grenouille, la diagonale, la mort, la sirène, le Rossignol, l'amour, la vie, le cœur, le Chapeau de clown, Ragtime.

Sources et documentation :

Lien site Wikipédia Niki de Saint Phalle, Catherine Marie-Agnès Fal de Saint Phalle, plasticienne, peintre, sculptrice, et réalisatrice de films, française (1930-2002) :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Niki_de_Saint_Phalle

 

Lien site Wikipédia Jean Tinguely, peintre dessinateur et sculpteur suisse

(1925-1991)  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Tinguely

 

 

Lien Wikipédia La fontaine Stravinsky : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_Stravinsky

Lien Wikipédia Igor Fiodorovitch Stravinsky, compositeur, pianiste et chef d'orchestre, russe, puis français, puis américain 1882-1971 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Igor_Stravinsky

 

 Lien Paris1900, La fontaine Stravinsky : http://paris1900.lartnouveau.com/paris04/lieux/la_fontaine_stravinsky.htm

Voir aussi  article blog : Niki de Saint Phalle au Grand Palais :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-niki-de-saint-phalle-au-grand-palais-125558789.html

Les fontaines de Paris , liste, List of Paris fountains : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_fontaines_de_Paris_liste_List_of_Paris_fountains-3395058.html

 

Où se situe la fontaine Stravinsky ?

A deux pas du centre Pompidou et de l'église Saint-Merry (entre les deux édifices en fait)

Lien :https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_Stravinsky#/maplink/1       A Zoomer...

 

                    La rue :  si, si ...

 

 

 

Bonne visite !

Partager cet article
Repost0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 19:59

 

Samedi 23 septembre 2017

Reconstitution de l'inauguration de 1883

de la statue de Daguerre

né le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis

Programme  de la fête :

Réception officielle des notabilités administratives, des invités et des membres du comité Daguerre,

Départ à partir de 16 heures de la salle des fêtes pour le square de l'église Saint-Martin où se situe le buste de Louis Daguerre,

Inauguration à 17 heures

morceaux d'ensemble par la fanfare du Swing Parisis

Discours d'inauguration

par M. le Maire Yannick Boëdec

Pièce de vers : L'ART DU PAUVRE,

poésie de M. Etienne Carjat, dite par M. Charles-Henri d'Elloy

A l'issue de la cérémonie

Vin d'Honneur

offert aux invités dans le jardin du musée où des photographes tireront le portrait des participants

Distribution de médailles commémoratives

A 19 H 30 à la salle des fêtes Emy-lès-Prés

Grand banquet officiel

sur réservation au 06 65 71 76 14

Animations musicales

Daguerre et Cormeilles-en-Parisis en septembre 2017
Le buste de Daguerre au square de l'église Saint-Martin
Le buste de Daguerre au square de l'église Saint-MartinLe buste de Daguerre au square de l'église Saint-Martin

Le buste de Daguerre au square de l'église Saint-Martin

Daguerre et Cormeilles-en-Parisis en septembre 2017
La photographie de groupe du 23 septembre 2017

La photographie de groupe du 23 septembre 2017

Le diorama de Cormeilles-en-Parisis :

Les Musées Réunis projettent la création d’un nouveau diorama. Cormeilles-en-Parisis, ville

natale de Daguerre, offrira ainsi le seconlieu de France où un diorama sera présenté au public de façon permanente.

Le peintre Stéphane Belzère-Kreienbühl, né en 1963 et diplômé  de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris a été sollicité. Il a l’expérience de ce type de réalisation ayant notamment conçu et monté le diorama présenté en 1987 à Cormeilles-en-Parisis pour le bicentenaire de la naissance de Daguerre. Ses peintures oscillent entre figuration réaliste et abstraction et se caractérisent par l’exploration approfondie d’un sujet prenant un caractère sériel. De 1995 à 2013, il réalise dans son atelier de Berlin une série de 700 tableaux appelés « reflets nocturnes ». De 2003 à 2007, il réalise les vitraux de la cathédrale de Rodez (commande du Ministère de la Culture), travail sur la lumière contemporaine, entre art figuratif et ornemental.

Le projet de diorama à Cormeilles bénéficie ainsi de la notoriété artistique ainsi que de celle de son père Jürg Kreienbühl dont le musée conserve plusieurs œuvres.

Les Musées Réunis associeront l’équipe technique du théâtre du Cormier (éclairage) et les services techniques municipaux (fabrication des menuiseries et installation des éclairages).

L'Espace Daguerre aux Musées Réunis - Musée du PlâtreL'Espace Daguerre aux Musées Réunis - Musée du Plâtre

L'Espace Daguerre aux Musées Réunis - Musée du Plâtre

Le diorama de Daguerre:  une visite du 21 avril 2018 aux Musées Réunis  Merci à Cathertine pour sa démo. perso
Le diorama de Daguerre:  une visite du 21 avril 2018 aux Musées Réunis  Merci à Cathertine pour sa démo. perso

Le diorama de Daguerre: une visite du 21 avril 2018 aux Musées Réunis Merci à Cathertine pour sa démo. perso

Image actuelle de Cormeilles-en-Parisis 21 avril 2018

Image actuelle de Cormeilles-en-Parisis 21 avril 2018

 

Lien : Le diorama de Louis Daguerre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Diorama_de_Louis_Daguerre

Lien Wikipédia Louis Daguerre :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Daguerre

Le Musée du Plâtre - Aux Musées Réunis de Cormeilles en Parisis site officiel : http://www.valdoise.fr/annuaire/169/8-musee-du-platre-aux-musees-reunis.htm

Article blog :  Le musée du Plâtre - Aux Musées Réunis - Maison du patrimoine cormeillais :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-le-musee-du-platre-et-du-patrimoine-cormeillais-cormeilles-en-parisis-118459099.html

Article blog : l'Espace Daguerre aux Musées Réunis : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/05/l-espace-daguerre-au-musees-reunis.html

 

A la découverte des carrières de gypse : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-a-la-decouverte-des-carrieres-de-gypse-118198661.html

Yvonne Dutille aux Musées Réunis de Cormeilles-en-Parisis : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/05/yvonne-dutille-au-musee-de-cormeille-en-parisis.html

Le 60ème Salon des Beaux-Arts de Cormeilles-en-Parisis : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/60eme-salon-des-beaux-arts-de-cormeilles-en-parisis.html

 

Bonnes festivités !

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 14:34
Auguste Rodin et le dépot des marbres à Paris

 

Document de recherche destiné à être complété.

Merci aux archivistes du musée Rodin pour leur aide précieuse.

Le dépôt des marbres est régulièrement cité dans les articles sur Auguste Rodin. Ce lieu a été son principal atelier, ainsi que ceux de ses nombreux praticiens qui ont travaillé avec lui sur ses oeuvres magistrales.

AsseZ peu d'articles sur le net traitent de ce sujet.

 

Le Dépôt des marbres du ministère des Travaux publics, se trouvait sur l'île des Cygnes (Isle

des Cignes) à Paris. Il a été fondé par Colbert.

Dans la première moitié du XIXe siècle on y faisait venir du marbre de Carrare, acheminé par la Seine et destiné à être taillé par des artistes.

 

Eugène Druet "Le Baiser" en marbre dans l'atelier du Dépôt des marbres du sculpteur Jean Turcan 1898.

Historique

À la fin du XVIIIe siècle, l'ile des Cygnes ou "île Maquerelle" est rattachée à la rive gauche et devient le quartier du Gros Caillou.  En 1831, Edme Gaulle est nommé inspecteur conservateur. Le 6 juin 1838, Henri Labrouste en est nommé architecte. Émile Marras, en a été conservateur. En 1880, Auguste Rodin se voit établir un atelier, 182 rue de l'université, actuellement 216.

En 1901, on exproprie le Dépôt où étaient « relégués les statues des souverains qui ont cessé de plaire » et les statues désaffectées.

L'ancienne Île des Cygnes (cignes) le dépot des marbres au début du siècle (plan)
L'ancienne Île des Cygnes (cignes) le dépot des marbres au début du siècle (plan)

L'ancienne Île des Cygnes (cignes) le dépot des marbres au début du siècle (plan)

Une visite de Napoléon III au dépot des marbres

Une visite de Napoléon III au dépot des marbres

D'après les archives conservées dans les séries F 13 (Bâtiments civils) et F 21 (beaux-arts) des Archives nationales relatives au Dépôt des marbres, il s'agit de présenter comment, dans la première moitié du XIXe siècle, le Gouvernement français se fournissait en marbres de Carrare destinés aux sculpteurs, en particulier auprès du chevalier d'Orsoliny, comment s'effectuaient leur achat et leur transport confiés à plusieurs agents du gouvernement (Henraux, Deville, Petit, et Fournier, pour n'en citer que quelques-uns) ; comment ces marbres étaient entreposés dans le dépôt des marbres, à Paris, et enfin comment les sculpteurs demandaient à disposer de blocs pour « des ouvrages d'art et décoration d'édifices publics ».
Quelques exemples de réalisations destinées à des églises ou des monuments parisiens illustreront le propos.

Rodin et le dépôt des marbres :

Auguste Rodin et le dépot des marbres à Paris

Le dépôt des marbres :

Attribution du marbre aux sculpteurs :


Dans le marbre blanc, on s’accordait pour distinguer plusieurs qualités ; combinées au
poids et à la densité, elles permettaient de déterminer généralement trois sortes
correspondant à des prix, en fonction du cubage.
Le blanc statuaire, sans fil ni tache qui coûtait le plus cher, et le blanc clair étaient les plus
recherchés et s’extrayaient dans les carrières de Pianello depuis plus de deux mille ans ;
ils provenaient aussi des carrières de Ravaccione ; le blanc veiné venait juste après.
Le marbre bleu turquin coûtait de toute façon moins cher que le blanc veiné.
La délivrance des marbres était accordée par l’État, le plus souvent à l’occasion d’une
commande publique, mais aussi pour ne rien débourser quand un artiste ou un mécène
formulaient une demande d’aide. De la manière la plus habituelle, le sculpteur faisait son
choix dans le magasin de plusieurs blocs, et le gardien du dépôt les lui délivrait après
autorisation ; mais il y avait aussi la manière plus exceptionnelle : le sculpteur
commandait son bloc en précisant les mensurations souhaitées, qui étaient envoyées
jusqu’à la carrière de Carrare où s’opérait l’extraction puis l’épannelage.
Pour les années 1820-1830, on citera quelques exemples des conditions de transport et de
sélection des marbres qui permettront d’illustrer le propos :

Plan des ateliers affectés à d'Auguste Rodin au dépôt des Marbres, sources plan Musée Rodin et montage J.-P. K. août 2017 :

Auguste Rodin et le dépot des marbres à Paris
Auguste Rodin et le dépot des marbres à ParisAuguste Rodin et le dépot des marbres à Paris

Les  ateliers d’Auguste Rodin :

 1848 : 6, rue des Bourguignons Paris 5ème

1852-1854 : Beauvais (en pension),

1863-65 : 96, rue Le Brun Paris 13ème, premier atelier logement avec Rose

1872 77 : 15, rue du Bourmestre Bruxelles,

1873-77 : 111, rue Sans-Souci  Bruxelles,

1876-77 : rue d’Ulst Bruxelles

1877-1889 : 36, rue des Fourneaux (ex Falguière),atelier privé avec Fourquet

1880-1947 : 182, rue de l’Université Paris 7ème , Dépôt des marbres,   carte de visite d'Auguste Rodin (à droite)

 «          «  : Annexe Ile des Cygnes Paris 15ème (?), Dépôt des marbres

1885 : 17, rue Saint-Eugénie Paris 15ème,

1886-1890 : 117, boulevard de Vaugirard Paris 15ème,

1886-1886 (janvier à octobre) : 22, rue de l’Exposition  Paris 7ème,

1886-1887 : 10, rue Poinsot Paris 14ème,

1887-1895 : 17, rue du faubourg Saint-Jacques Paris 14ème,

1888-1897 98 ? : 113 boulevard d’Italie Paris 13ème,

1890-1898 : 68, boulevard d’Italie Paris 13ème,

1890-1898 : 58, boulevard d’Italie ou 54, rue du Champs-de-l’Alouette Paris 13ème

1898-1917 : 14, rue des Vignes Meudon,

1914-1947 : 10, rue de l’Orphelinat Meudon,

1918-1917 : 1, rue du Château Meudon,

1908-1917 : Domicile et atelier-lieu d’exposition 77, rue de Varenne Paris 7ème, actuel Musée Rodin.

Les marbres d'Auguste Rodin et ses praticiensLes marbres d'Auguste Rodin et ses praticiensLes marbres d'Auguste Rodin et ses praticiens
Les marbres d'Auguste Rodin et ses praticiensLes marbres d'Auguste Rodin et ses praticiensLes marbres d'Auguste Rodin et ses praticiens

Les marbres d'Auguste Rodin et ses praticiens

 

Le dépôt des marbres et son historique :

Sous Louis xIII, les marbres usagés s0ont entreposés entre les fossés du Louvre et la Seine,

Sous Louis xiv, plusieurs dépôts sont organisés l'emplacement actuel de la place de la Concorde, L'un d'eux se trouve à la place de la Conférence. Le plus important d'entre eux est mentionné sur un plan de 1758 : "magasin de marbres du Roi". Le garde meuble, aujourd'hui ministère de la Marine, l'a en partie remplacé.

En 1756, alors qu'il faut dégager le vaste espace de la future place Louis xv, actuelle place de la Concorde, le marbres sont transférés à Chaillot, au quai Debilly, aujourd'hui quair de New-York, à l'ombre de la "Manufacture royale de la Savonnerie".

L'île aux Cygnes :

* (Ne pas confondre avec l'allée des Cygnes, créée artificiellement en 1825, sur l'île qui relie la pont de Grenelle et le pont Bir-Akheim)

En 1824, le Dépôt quitte Chaillot pour un emplacement proche, mais plus spacieux, l'ancienne île des Cygnes dont le nom a été si longtemps et très officiellement conservé pour qualifier le dépôt.

Cette île résulte de la fusion de plusieurs îlots, l'île aux Vaches, l'île Maquerelle et l'île aux Treilles.

En 1683, Colbert essaye d'y acclimater, à grands frais, des cygnes importés d'Angleterre.

Le nom de "Cygnes" apparait déjà sur un plan de Nicolas de Fer, en 1697.

Celui de Turgot en 1739 présente une île occupée par des entrepôts de bois flotté.

 

"L'îsle Maquerelle ou des Cignes, destinée a mettre des chantiers de Bois"

En 1763, au nord-est de l'île, s'installent des "cuiseurs" chassés du Pont-Neuf.

En 1766, l'architecte Jean-Louis Blève élève une triperie. A la même époque, on mentionne la réparation d'un moulin à vapeur dans ce lieu, et au début du 20ème siècle, il est question d'y installer une "tuerie".

Jusqu'à la Révolution, la partie ouest de l'île parait avoir été utilisée comme champ de manoeuvre.

Le petit bras de la Seine sépare l'ile du quartier du quartier du Gros Caillou. il se comble par les alluvions du fleuve et peu à peu, l'île des Cygnes n'est plus une île

En 1785, ce nouveau terrain est rattaché à la terre et prolonge la rue de l'Université.

De nombreux projets de construction sur l'île dont la ville de Paris est propriétaire sont abandonnés (Hôtel-Dieu, Archives);

En 1824, le terrain est mis à la disposition des "Chantiers des marbres du Gouvernement" qui  s'y installent pour plus de cent ans.

Le dépôt des marbres et son histoire :

Sur le plan de 1826, le dépôt est installé depuis deux ans, on distingue distinctement les emplacements des différents secteurs prévus. Ils comprennent de modestes bâtiments : ateliers, hangars.On installe une fonderie, qui rappelle l'ancienne fonderie Saint-Laurent, et l'architecte Alavoine prévoit quelques constructions. Froelicher établit un projet et Louis-Philippe pose la première pierre en 1833. Il faut loger le conservateur, M. Gaulle, qui est en même temps chargé des magasins et dont l'abondance correspondance remplit bien des dossiers aux Archives Nationales. Toutefois, il s'agit déjà d'une administration importante puisqu'elle reçoit, en 1847, une très officielle visite du ministre, sous la conduite de l'architecte Labrouste.

Antoine Rondelet est directeur de 1849 à 1858 et ne s'occupera guère du magasin. Il est remplacé par Etienne de Cardelihac.

En 1878, c'est Jean Marras qui cède sa place à Eugène Morand, le plus réputé des directeurs du Dépôt.

Si le Garde-meuble, grâce à l'architecte Perret, trouve aux Gobelins une installation fonctionnelle, il n'en est pas de même pour le Dépôt des marbres. Il fait un court séjour, sans histoire, aux Gobelins, et deux ans plus tard échoue dans un local sans grâce, 2, rue de la Manutention, au sous-sol de l'ancien musée d'Art moderne de l'avenue du Président-Wilson. Celui-ci vient justement d'être construit pour l'exposition de 1937.

Le dépôt est hébergé par le F.N.A.C. (Fonds national d'art contemporains). Il conserve les achats de l'Etat consacrés aux artistes vivants.

Les oeuvres importantes qui étaient encore au Dépôt des Cygnes en 1936 sont pour la plupart

envoyées en province. A cette époque, il n'y reste guère de blocs de marbre, l'Etat ayant depuis longtemps renoncé à en acquérir. En effet, le marbre, s'il a encore une clientèle, intéresse de moins en moins les artistes soucieux de trouver leur inspiration dans des matériaux très variés..

Après l'exposition de 1937, le terrain des Cygnes est libéré. Il sert de stade aux enfants des écoles du quartier.

C'est aujourd'hui le ministère des Affaires économiques qui l'occupe. L'entrée n'étant plus rue de l'Université, mais 41, quai Branly, cet édifice reste en dehors de notre étude.

Mais une difficulté survient en 1849. Le "Mobilier de la Couronne" doit quitter la rue Bergère où il occupait l'ancien emplacement du "magasin des Menus-Plaisirs du Roi", et est dirigé vers l'île aux Cygnes. la commission chargée de l'installation des nouveaux arrivants exige une place considérable qui dépasse de beaucoup la surface occupée par le dépôt des Cygnes. La cohabitation ne se fera pas sans heurts. de graves questions d'argent s'ajoutent à mille tracasseries. Ces administrations qui d♪0pendent toutes les deux du ministère des Travaux publics utilisent, entre autres, les mêmes canalisations d'eau, ce qui suscite d'asseZ nombreuses et sordides discussions.

Sous le Second Empire, le Dépôt est rattaché au ministère de la "Maison de l'Empereur et des Beaux-Arts", puis il dépend la la section "Beaux-Arts" du ministère de l'Instruction publique et des Cultes, puis du ministère de l'Instruction publique.

Rodin dans son atelier (Collection du musée Rodin)

 

 

A suivre !

 

Carte de visite d'Auguste Rodin

Carte de visite d'Auguste Rodin

Sources : site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9p%C3%B4t_des_marbres

English : web https://en.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9p%C3%B4t_des_marbres

"Correspondances de Rodin" Collections du Musée Rodin à Paris,

"Marbres de Rodin" Collections du Musée Rodin à Paris.

Et la documentation importante du musée sur les ateliers d'Auguste Rodin et le Dépôt des marbres de Paris mise à ma disposition.

Merci à Madame Sandra Boujot et sa collègue pour leur chaleureux accueil au sein de la documentation du musée Rodin à Paris.

 

Voir aussi autres articles du blog :  Le monument à Victor Hugo : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-a-victor-hugo-jardin-du-musee-rodin.html

La Porte de l'Enfer : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Le Baiser : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/02/le-baiser-d-auguste-rodin.html

Le monument BalZac : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

Camille Claudel par Auguste Rodin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

Camille Claudel, son oeuvre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

 

Bonne visite !

 

Partager cet article
Repost0