Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:37
La Brasserie Bofinger à Paris, la plus ancienne de la capitale

La Brasserie Bofinger, située à deux pas de la place de la Basitille à Paris, fut fondée par l'alsacien Frédéric Bofinger en 1864. Elle est la plus ancienne et une des plus belles de la capitale.

Eln 1996, cet établissement entre dans le groupe Flo fondée par Jean-Paul Bucher, et qui comprend les plus belles Brasseries de Paris et même de France. Elles ont la caractéristique d'être la plupart d'entre elles de la Belle Epoque avec des cadres splendides.

Le restaurant et sa verrière au rez de chaussée, une des salles du premier étageLe restaurant et sa verrière au rez de chaussée, une des salles du premier étageLe restaurant et sa verrière au rez de chaussée, une des salles du premier étage

Le restaurant et sa verrière au rez de chaussée, une des salles du premier étage

La verrière, pièce unique de la brasserie :

C'est une oeuvre des peintres verriers Neret et Royé qui surmontent la salle aveugle de la brasserie d’une majestueuse coupole ovale à motifs floraux de style art déco.

La Belle Alsacienne

En 1864, le Colmarien Frédéric Bofinger ouvre un modeste établissement près de la Bastille, à la lisière du Marais et du Faubourg Saint-Antoine, quartiers de prédilection de nombreux Alsaciens depuis le XVIème siècle qui travaillent dans la menuiserie ou l’ébénisterie.

Bofinger est la première brasserie parisienne où l’on propose de la bière " à la pompe ". Servie dans des pots en grès que les clients apportent eux-mêmes, avec de la charcuterie et de la choucroute, elle titre entre 18 et 25°. L’annexion par la Prusse de l’Alsace et de la Lorraine provoque un afflux de réfugiés et assure le succès de l’établissement. On y croise le chansonnier Aristide Bruant. Il arrive avec ses propres œufs pour qu’on lui prépare " la plus savoureuse omelette du monde ".

En 1919, Bofinger s’agrandit et connaît une rénovation spectaculaire. Banquettes matelassées, miroirs biseautés, jeux de lumières et de peintures, le décor respire la Belle Epoque et la joie de vivre. Les murs chantent l’Art Nouveau, l’Alsace enchantée et libérée. On fait bombance, on rit, on s’amuse. C’est la fête, élégante et colorée. Au début des années 30, à l’occasion d’une nouvelle extension, l’illustrateur Hansi décore un salon du premier étage et réalise l’enseigne bleue de l’extérieur. L’artiste déjeune à la table du Curnonsky, « Prince des gastronomes ».
Débarqués des toutes proches gares de Lyon ou d’Austerlitz, des élus politiques de la France radicale, Edouard Herriot en tête, en font leur cantine. Les gouvernements passent comme des plats.

Au lendemain de la guerre, Bofinger sommeille. Les années 70 sont celles de la renaissance. De Georges Pompidou à François Mitterrand, la classe politique franchit à nouveau la porte à tambour. Les peintres Arroyo, Chambas, Fromanger, Segui débattent sur l’art, comme outil de transformation sociale.

Le 10 mai 1981, François Mitterrand réserve le premier étage pour célébrer son entrée à l’Elysée.

Sources ; Brasserie alsacienne Bofinger

Détail des verrièresDétail des verrièresDétail des verrières

Détail des verrières

Un quartier à la mode :

Les créateurs affluent des rues voisines, Jean-Paul Gaultier, Christian Lacroix, Azzedine Alaïa. L’ouverture de l’Opéra Bastille voit passer des cantatrices, parmi lesquelles Barbra Hendricks. Woody Allen a ses habitudes. De retour sur scène à Bercy, après un long exil en Amérique, Michel Polnareff accorde sa première sortie à Bofinger.

Les visiteurs célèbres de la brasserie alsacienne : http://www.bofingerparis.com/fr/lame-du-lieu/les-figures-de-bofinger.html

Proche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie GuimardProche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie Guimard
Proche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie GuimardProche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie GuimardProche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie Guimard
Proche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie GuimardProche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie Guimard

Proche de la brasserie, la Colonne de Juillet, l'Opéra Bastille, le bassin de l'Arsenal, une sortie Guimard

La Brasserie Bofinger :

5,7 rue de la Bastille 75004 Paris Métropolitain Bastille (Ligne N°1, 5 et 8)

Parking Saint-Antoine, parking Opéra Bastille, parking Ledru-Rollin

La brassere Bofinger fait oartie des édifices du groupe FLO.

Téléphone : 0033 (0)1 42 72 87 82 Site : http://www.bofingerparis.com

Bonne visite !

Voir aussi : Article brasserie Julien : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-brasserie-julien-a-paris-121109338.html

La Coupole à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/03/une-visite-de-la-coupole-a-paris.html

Diaporama Circuit Nancy l'Excelsior : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1440176.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires