Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 12:01

 

Quelques images du bouillon de Paris Montaparnasse

Le Bouillon Chartier de Paris MontparnasseLe Bouillon Chartier de Paris Montparnasse
Le Bouillon Chartier de Paris MontparnasseLe Bouillon Chartier de Paris Montparnasse
Le Bouillon Chartier de Paris MontparnasseLe Bouillon Chartier de Paris MontparnasseLe Bouillon Chartier de Paris Montparnasse

Historique du Bouillon Chartier Montparnasse :

 

 

Créé en 1858, le restaurant est racheté en 1903 par les frères Chartier, qui avaient déjà ouvert le Bouillon Chartier du Faubourg Montmartre (IXe) en 1896. ... Vendu en 1924, le Bouillon Chartier Montparnasse changera plusieurs fois de noms et de propriétaires, jusqu'au groupe Gérard Joulie, en 2003.

 

Du bouillon Chartier au bouillon Julien :

Le succès de l’enseigne est tel que le groupe Joulie, propriétaire d’une dizaine de brasseries parisiennes et aussi de l’historique Bouillon Chartier, ouvre en 1903 une seconde adresse au 59 boulevard de Montparnasse dans le 6ème arrondissement. Ce nouveau restaurant Chartier Montparnasse est doté de 180 places assises dans une grande salle avec des revêtements en céramique de Louis Trézel, ce qui lui vaudra son inscription aux Monuments historiques en 1984.

D’autre part, Le Bouillon Racine, 3 rue Racine dans le 6ème arrondissement, n’a lui de bouillon que le nom, puisque les prix ont petit à petit flambé (plats de 17 € à 27,50 €, dessert de 7,50 € à 9,50 €).

Quant au bouillon Pigalle, 22 Boulevard de Clichy dans le 18ème arrondissement, c’est pour nous le meilleur des bouillons, avec son incontournable bourguignon coquillettes !

Enfin, Le Bouillon Julien, 16 Rue du Faubourg Saint-Denis dans le 10ème arrondissement, a rouvert à la rentrée 2018 après de longs travaux, et vous permet de tenter votre chance pour être installé à la table 24, où la chanteuse Édith Piaf s’asseyait toujours pour attendre le boxeur Marcel Cerdan…

Aloha fait son maximum pour vous proposer des adresses typiques qui feront de vous un vrai parisien… Au moins pour quelques jours !

Sources de l'article, histoire du Bouillon Chartier : http://aloha.fr/fr/lhistoire-du-bouillon-chartier/

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 16:57

 

Un article sur les entourages de métropolitain Place de la Nation à Paris XI et XIIème arrondissement :

Les édifices actuels :

En dernier paragraphe, les historique des différentes lignes de métropolitain de la Place de la Nation

 

L'entourage de la sortie principale de métropolitain "Nation"

Détails de la sortie de métropolitain

Les ouvrages d'Hector Guimard de la place de la Nation
Les ouvrages d'Hector Guimard de la place de la NationLes ouvrages d'Hector Guimard de la place de la Nation
Les ouvrages d'Hector Guimard de la place de la NationLes ouvrages d'Hector Guimard de la place de la NationLes ouvrages d'Hector Guimard de la place de la Nation

Plan des édifices Hector Guimard de la place de la Nation

Sources "Le Métropolitain d'Hector Guimard" Frédéric Descouturelle, André Mignard, Michel Rodriguez.

Les ouvrages d'Hector Guimard de la place de la Nation
Entourage à cartouche ett à fond carréEntourage à cartouche ett à fond carré

Entourage à cartouche ett à fond carré

Entourage du puits de lumière en place référence ISMH N°87Entourage du puits de lumière en place référence ISMH N°87

Entourage du puits de lumière en place référence ISMH N°87

 

Comment était la place de la Nation au début du siècle dernier ?

 

Au-dessus : vue aérienne de la place de la Nation avec l'un des édicules B, situé entre l'avenue Dorian et la rue Jaucour. Cet édicule, vu sur l'image au dessus de la place, fut déposé en 1909.

Sources carte poste sources collection RAPT édité dans le "Métropolitain d'Hector Guimard" voir réfernce en fin d'article

A remarquer sur la carte postale ancienne de la place de la Nation au début du siècle dernier ci-dessus, le bassin disparu

Le deuxième édicule à verrière situé vers l'avenue du Trône fut déposé vers 1963.

Ces 2 entrées de métropolitain comportait des verrières et des façades de lave émaillée (voir article sur l'édicule de la place Dauphine qui n'a pas été déplacé et peut être vu de nos jour).

 

Inventaire des édifices Hector Guimard de la place de la Nation :

 

  • Entourage de métro Nation, près du kiosque à Musique, boulevard Diderot Cartouches type carré, 1905
  • Entourage de métro Nation, vers l'avenue Dorian, Cartouches à écussons carrés, 1909
  • Entourage de métro Nation, vers l'avenue Dorian, type cartouches arrondies, 1909

Pour information : édifices disparus sur la place

  • 2 édicules de sorties de métro Nation, vers l'avenue du Trône et vers avenue Dorian, avec lave émaillée, 1900, déposé vers 1963 et en1909 dans l'ordre sité.
  • un entourage de sortie de métro. vers la rue Fabre-d'Eglantine, avec cartouches carré.

 

Plan des édicules type B  dessinés par Hector Guimard

Sources Le Métropolitain d'Hector Guimard Frédéric Descouturelle, André Mignard, Michel Rodriguez

Somogy Edittion d'Art

L'architecte Hector Guimard travaillant dans son atelier du 14, rue Jean de la Fontaine à Paris XVIème

Le Castel Béranger

Un peu d'histoire :

La station est ouverte le 19 juillet 1900, lors de l'inauguration du premier tronçon de la ligne 1 entre Porte de Vincennes et Porte Maillot.  Les quais de la ligne « 2 Nord » (actuelle ligne 2) ouvrent le 2 avril 1903  en remplacement du terminus provisoire de Rue de Bagnolet (aujourd'hui Alexandre Dumas) puis c'est au tour de ceux de la ligne 6 le 1er mars 1909. Enfin, le point d'arrêt de la ligne 9 est ouvert aux voyageurs le10 décembre 1933.

La station Nation :

Elle tient son nom de la place de la Nation, ainsi dénommée depuis 1880 en l'honneur de la Fête nationale . Le patronyme de la station de la ligne 9 est sous-titré Place des Antilles, du nom de la place située à proximité de celle de la Nation, le long du cours de Vincennes. Ce sous-titre est toutefois absent des plans.

La station a fait l'objet d'essais de portillons automatiques d'admission en 1968.

Des années 1960 jusqu'en 2010, le style décoratif «Mouton-Duvernet» (1) est appliqué aux quais des lignes 2, 6 et 9 avec quelques spécificités : les carreaux de la ligne 6 possèdent des motifs particuliers, tandis que ceux des lignes 2 et 9 sont biseautés et en deux tons de couleur orange répartis aléatoirement sur les piédroits et les tympans. Les bandeaux d'éclairage sont munis de lames métalliques sur la ligne 2, tandis qu'ils sont typiques du style « Mouton » sur les lignes 6 et 9. Sur cette dernière, le nom de la station est inscrit en lettres capitales sur panneaux rétro-éclairés en saillie, tandis que les sièges « coque », caractéristiques du style « Motte» (2), sont blancs. Ce point d'arrêt est depuis le seul à avoir perdu sa décoration à l'occasion de la rénovation de la station, mise en œuvre dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RAPT.

Dans les années 1990, les quais de la ligne 1 ont été rénovés en style «Oui-dire» (3) rouge.

Dans le cadre des travaux d'automatisation de la ligne N°1, les quais de cette dernière ont été rehaussés le week-end du 12 au , puis munis de portes palières en .

En 2011, 9 481 963 voyageurs sont entrés à cette station. Elle en a vu entrer 9 541 406 en 2013, ce qui la place à la 19e position des stations de métro pour sa fréquentation.

(1) Voir lien  style : Mouton-Duvernet  Mouton-Duvernet (2) style Motte Motte  (3) style Ouï-dire  Ouï-dire

Quelques détails des édicules et entourages de métropolitain :

Lien piédroits piédroits Lien tympans tympans

 

Voir aussi autres articles du blog sur les édifices Hector Guimard à Paris ou en France :

Article du blog sur l'édicule du métropolitain Châtelet à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/02/l-edicule-de-metropolitain-chatelet-d-hector-guimard.html

Article Le circuit Hector Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

Article L'édicule à verrière du métropolitain Porte Dauphine à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-metropolitain-porte-dauphine-et-son-edicule-art-nouveau-48559984.html

Article la station de métro. Abbessses, son édicule à verrière et les profondeurs de sa station de métro. : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/02/le-metropolitain-abbesses-son-edicule-et-les-profondeurs-de-sa-station.html

Article le quartier de Montmartre et la station de métro Abbesses : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-une-promenade-et-un-circuit-dans-la-quartier-de-montmartre-121558884.html

Article l'édicule du métropolitain Châtelet à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2020/02/l-edicule-du-metropolitain-chatelet-d-hector-guimard.html

Site l'Art nouveau : htttp://lartnouveau.com/artistes/guimard/metro/metro_chatelet_rivoli.htm

Sources documentation et images : site Wikipédia et l'art nouveau.com.

Voir aussi autre site parfaitement documenté : http://lartnouveau.com/artistes/guimard/metro/metro_chatelet_rivoli.htm

Les 2 villas Hector Guimard en Normandie : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/11/les-villas-hector-guimard-d-hermanville-sur-mer-calvados.html

La Villa Berthe dite la Hublotière au Vésinet, un des nombreux articles du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/La_Hublotiere_villa_Guimard_au_Vesinet-1387994.html

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 09:31

Voici un article sur La Tribune de l'Art relayé dernièrement par le Cercle Guimard.

https://www.latribunedelart.com/quel-avenir-pour-l-hotel-mezzara

 

Quel avenir pour l’Hôtel Mezzara ?

 

 

 
1. Hector Guimard (1867-1942)
Hôtel Mezzara façade côté rue
60 rue Jean de La Fontaine, 75016 Paris
Façade à trois niveaux.
À gauche, un retour est visible, correspondant aux espaces de service.
Photo : Le Cercle Guimard
Voir l´image dans sa page

« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
 »

Rue Jean de la Fontaine, au numéro 60, se dresse un bijou Art nouveau construit par Hector Guimard : l’hôtel Mezzara, seul bâtiment de l’architecte encore en mains publiques (ill. 1). Moins soucieux de son intérêt patrimonial que de sa valeur financière, l’État décida de le mettre en vente en 2015 pour sept millions d’euros. Plusieurs personnes s’en émurent, parmi lesquelles les membres de l’association du Cercle Guimard qui se démenèrent pour réunir les fonds nécessaires, avec l’intention de faire de ce lieu un musée consacré à l’architecte. En vain.
L’édifice fut malgré tout classé Monument historique en 2016 [1] devenant forcément moins attrayant pour de potentiels acheteurs. Avec l’hôtel Mezzara, l’État semble avoir mis en place une nouvelle politique pour les bâtiments en sa possession ayant une valeur patrimoniale : ne pas les vendre, mais les louer, sous forme d’un bail emphytéotique relevant du droit administratif [2].



 
2. Hector Guimard (1867-1942)
Hôtel Mezzara
Le hall d’entrée, vitrail zénithal
Photo : Le Cercle Guimard
Voir l´image dans sa page

 
3. Hector Guimard (1867-1942)
Hôtel Mezzara, escalier et vitraux
Photo : Le Cercle Guimard
Voir l´image dans sa page

Le louer, mais à qui ? À quelles conditions ? À partir de quand ? Le temps presse, le monument se dégrade, il reste inoccupé sinon pendant la période hivernale, au cours de laquelle il sert de logement d’urgence pour les plus démunis. Aucun appel d’offre pour un bail emphytéotique n’a encore été émis à ce jour par la direction de l’immobilier de l’État (DIE). Le Ministère de l’Action et des Comptes publics confirme que celui-ci sera lancé en 2020, sans toutefois donner de date précise.
Comment sera sélectionné l’heureux élu ? Là encore la réponse est floue : « les offres seront jugées sur la base de plusieurs critères, et notamment des garanties qui seront données pour respecter les mesures de conservation et de sauvegarde des biens meubles et immeubles. » Et le ministère d’ajouter : « La solidité financière de l’offre participe de cette garantie, dans la durée. » Une solidité financière qui participera aussi au renflouement des caisses. Or, si le montant que le futur locataire est prêt à payer est le principal critère de choix, et si l’objectif de cette cession est la rentabilité, alors sans doute l’hôtel Mezzara tombera-t-il entre les mains d’un émir désireux d’en faire un pied-à-terre parisien, ou d’une entreprise américaine à la recherche d’une succursale en France. Il sera définitivement perdu pour le public.

4. Hector Guimard (1867-1942)
Hôtel Mezzara, hall d’entrée
Photo : François Duhamel
Voir l´image dans sa page

Paul Mezzara [3] était un industriel du textile, vice-président avec Hector Guimard de la Société des artistes décorateurs en 1911. Fondateur à Venise, puis à Paris, d’une maison de dentelles et de broderies, il fit construire cet hôtel en 1910-1911, qui lui servit jusqu’en 1914 à la fois de résidence, d’espace d’exposition et de lieu de vente de ses tissus.
Bel exemple d’architecture Art nouveau, l’édifice est séparé de la rue par une grille ornée de ronces. Les balcons et garde-corps en fonte sont composés de lignes entrelacées d’inspiration végétale (ill. 1). Hector Guimard employa ainsi pour Mezzara de nombreux modèles de décors qui furent conçus pour les

fonderies de Saint-Dizier et qui offrent aujourd’hui une formidable illustration de ses créations. À l’intérieur, un vitrail zénithal témoigne de la diversité de son savoir-faire (ill. 2), et l’escalier, selon Nicolas Horiot, architecte et président du Cercle Guimard « résume à lui seul la vision de l’architecte tant dans sa manière d’occuper l’espace que dans les détails de sa fabrication. La rampe est un assemblage de serrurerie et d’éléments de fer forgé, agrémenté de ses modèles de fontes ornementales. » (ill. 3 et 4). Dans la salle à manger, la table, les chaises et le buffet ont été créés par Guimard en 1912 et constituent le seul mobilier de l’architecte encore in situ [4] ; l’ensemble a été classé en 2019 et lié à l’immeuble par une servitude de maintien dans les lieux (ill. 5). La pièce est également ornée sur son mur d’une peinture de Charlotte Chauchet Guilleré intitulée Le Goûter. De l’autre côté, un jardin se déploie sur 700 m2.

L’hôtel fut vendu en 1930 aux demoiselles Lacascade et servit de lieu d’enseignement privé. Il passa finalement entre les mains de l’État en 1956, confié au ministère de l’Éducation nationale et transformé en internat de jeunes filles pour le lycée d’État Jean-Zay. Il finit par être reconnu inutile aux besoins du ministère en 2015, afin d’être vendu.
Il est miraculeux que l’endroit n’ait pas été endommagé au fil des décennies et qu’il ait gardé sa distribution et ses volumes d’origine, ses décors - ferronneries, corniche en staff, cheminées, vitraux (ill. 3)- ainsi que le mobilier de la salle à manger.

Créée en 2003 afin de protéger et de promouvoir l’œuvre de l’architecte, et forte aujourd’hui de quelque 400 adhérents, l’association du Cercle Guimard se démène donc depuis plusieurs années pour sauver l’hôtel Mezzara. Elle avait réussi à y organiser une exposition en 2017 pour le 150e anniversaire de la naissance de Guimard, qui avait rencontré un véritable succès [5]. Aujourd’hui, elle attend de pouvoir répondre à un appel d’offre pour un bail dans l’espoir, à nouveau, de créer un musée, privé, puisque l’idée d’un musée public est définitivement écartée. Il aurait pourtant fallu que les pouvoirs publics dès l’année 2015 favorisent – à défaut d’en être à l’initiative - et participent financièrement à ce projet qui n’a rien de dispendieux. Mais il faut croire que le patrimoine est considéré comme un fardeau et que tous les prétextes sont bons pour ne pas dépenser un sou à son profit.
En effet, le 5 avril 2018, la sénatrice Céline Boulay-Espéronnier avait interrogé [6] le ministre de la Culture, alors Françoise Nyssen, sur la réaffectation de l’hôtel Mezzara, soulignant judicieusement que « ce bien dispose d’un fort potentiel d’exploitation culturelle. Il constitue une excellente occasion d’enrichir le patrimoine parisien d’un lieu comparable à la Casa Milà et au palais Güell barcelonais. Ce témoignage de l’œuvre de Guimard élargirait le rayonnement culturel de notre capitale sur la place européenne. » La sénatrice demanda donc à Audrey Azoulay, « compte tenu des enjeux culturels, touristiques et économiques, si son ministère envisage[ait] de se saisir du dossier. »
La réponse de la Culture fut digne de Ponce Pilate : reconnaissant le grand intérêt que ce bâtiment représente, il lui est malheureusement apparu que « la mise en valeur de ce monument, par une ouverture au public, poserait des difficultés qui ne seraient pas justifiées au regard de son potentiel de fréquentation. [7] ». On évalue donc la rentabilité du lieu avant d’en déterminer le mérite. Un monument n’est-il digne d’être sauvé que s’il rapporte de l’argent (ou n’en coûte pas trop) ? Le ministère semble confondre deux notions : un trésor patrimonial public inutilisé devrait être accessible à tout le monde, ce qui ne veut pas dire qu’il doive attirer le plus grand nombre.

Un autre argument laisse pantois : « La situation géographique de l’hôtel ne se prête pas non plus idéalement à l’accueil d’un large public. » On ne sait qu’en conclure. Faut-il aspirer au tourisme de masse ? Et reprocher au XVIe arrondissement de Paris d’être à la fois trop excentré et pas assez propice à la circulation de cars par dizaines
(ill. 6) ? Visiter Paris, dans l’idéal, c’est donc « faire », en une journée, la cathédrale Notre-Dame (de loin, dorénavant, ce qui finalement permet de gagner du temps), le Louvre, les Champs Elysées, l’Arc de Triomphe et la Tour Eiffel, pour finir aux Galeries Lafayette. Et ce qui ne se trouve pas sur cet axe ne vaut pas le détour.
« Dès lors, l’importance des investissements nécessaires à la reprise par le ministère de la Culture, ou par l’un de ses établissements publics, de ce monument historique, ainsi qu’à la restauration et à l’aménagement de ses intérieurs et de son jardin, apparaît disproportionnée, au regard des besoins existants par ailleurs sur le patrimoine monumental de l’État, par rapport à son potentiel de mise en valeur. ». Le ministère a ses pauvres et ses nécessiteux, il a déjà donné, passez votre chemin.

Mais tout n’est pas perdu, puisque le ministre a changé en octobre 2018. Quel est donc le point de vue de Franck Riester, se demandent tout palpitants les défenseurs de l’Art nouveau ? La réponse que celui-ci a faite est identique, mot pour mot, à celle de son prédécesseur. « Cet hôtel particulier présente un grand intérêt  » mais « en raison de l’importance des investissements nécessaires, le ministère de la Culture n’a pas souhaité se voir attribuer la gestion de cet édifice […] notamment au regard des besoins existants par ailleurs sur le patrimoine monumental de l’État. ».
Concernant le projet muséal du Cercle Guimard « le ministère de la Culture est bien évidemment très favorable au principe de la mise en valeur des biens classés au titre des monuments historiques et de la diffusion de la connaissance de ces édifices et de leur architecture ». Il rappelle néanmoins avec la prudence d’un jésuite que l’ouverture au public n’a rien d’obligatoire [8], même si, évidemment, elle apparaît souhaitable « et le ministère de la Culture soutiendra les projets qui la favoriseraient. ». Il donne sa bénédiction, mais pas son obole.

Faut-il rappeler que Guimard est l’un des plus grands représentants français de l’Art nouveau ? Faut-il rappeler que les bouches de métro parisiennes sont connues dans le monde entier ? On en trouve même des reproductions à Lisbonne, Chicago, Mexico, Montréal, Moscou. Alors que Barcelone célèbre Gaudi et qu’à Bruxelles Victor Horta a son musée, la capitale française néglige ses trésors ; on dit des enfants gâtés que l’habitude d’être comblés les rend incapables d’apprécier ce qu’ils possèdent. Paris ne fait même pas partie du réseau européen Art Nouveau Network (RANN) qui réunit une vingtaine de villes dans le but de protéger et de mettre en valeur l’Art nouveau. Et c’est aux États-Unis qu’Hector Guimard sera à l’honneur l’hiver prochain dans une rétrospective qui devrait se tenir à Chicago, puis à New York [9]

Puisqu’un musée public n’est pas envisageable, les initiatives privées restent le seul recours. « L’hôtel Mezzara pourrait être l’écrin d’un centre culturel et touristique, ainsi qu’un lieu de documentation et de recherche. Nous proposerions au public de visiter le bâtiment, de découvrir une collection permanente et des expositions temporaires en lien avec la Belle Époque et plus largement avec la modernité. Sont ainsi réunis le lieu, les connaissances, les collections et le financement. » explique Dominique Magdelaine vice-président du Cercle Guimard.

7. Hector Guimard (1867-1942)
Vitrine de l’Hôtel Guimard
(avenue Mozart), vers 1909
Poirier, verre et tenture d’époque -
175 x 58, 4 x 41,9 cm
Collection particulière
Photo : Sotheby’s
Voir l´image dans sa page
8. Hector Guimard (1867-1942)
Meuble de toilette de
Castel Beranger, 1896-1898
Pitchpin peint avec rehauts dorés, marbre, cuivre nickelé - 85 x 56 x 181 cm
Collection particulière
Photo : Hôtel des ventes de Laval

Voir aussi autres articles du blog ou sites sur l'Hôtel Mezzara à Paris :

 

Lien article du blog : Et si l'hôtel Mezzara devenait Musée ?  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/10/si-l-hotel-mezzara-a-paris-devenait-musee.html

Lien article L'Hôtel Mezzara à Paris février 2015 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/02/l-hotel-mezzara-d-hector-guimard-a-paris.html

Lien article : Le circuit Hector Guimard à Paris http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

 

 

Bonne lecture !

Partager cet article
Repost0
10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 07:11

La façade de l'avenue Rapp au N°29

L’immeuble du 29 Avenue Rapp, chef-d’œuvre de Jules Lavirotte

L'immeuble est construit par l'architecte Jules Lavirotte en 1900  pour le compte du céramiste Alexandre Bigot ; le décor de la façade, en céramique, offre à Bigot une surface d'exposition pour ses produits. Les sculpteurs Théobald-Joseph Sporrer, Firmin Michelet, Alfred Jean Halou et Jean-Baptiste Larrivé réalisent les sculptures.

L'immeuble est lauréat du concours de façades de la ville de Paris en 1901.

La façade et la toiture sur rue sont inscrites au titre des monuments historiques  en 1964..Les façades et toitures sur rue et sur cour, le hall d'entrée, l'escalier et sa cage sont inscrits par arrêté du 23 octobre 2015.

L'immeuble est également labellisé "Patrimoine du XXème siècle"

 

Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris
Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à ParisLes façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris

La  sexualité omniprésente sur la façade :

Jules Lavirotte a clairement voulu exprimer des symboles accrocheurs : l’Amour, figuré au dessus de l’entrée, par deux nus dont l’un aguiche les passants ; la Beauté par le buste de femme à l’étole de renard, expression

de lascivité. Partout la sexualité est omniprésente : la partie centrale de la porte cochère est un phallus décalotté, surmonté des deux testicules, et le lézard sur la poignée signifierait pénis en argot ; sexe féminin sur les trois

plates-bandes du rez-de–chaussée et sur les balustres du balcon du

2eme étage ; pénétrations sur les clés des linteaux des fenêtres du rez-de-chaussée et du 5eme étage. Quant au plan du vestibule au rez-de-chaussée, c’est encore un sexe masculin

Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à ParisLes façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris
Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris
Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à ParisLes façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à ParisLes façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris

Détails des sculptures de la façade coté avenue Rapp

 

La façade de l'immeuble Jules Lavirotte du square Rapp au N°3

Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris
Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris
Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à ParisLes façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à ParisLes façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris
Détail d'un balcon de la façade

Détail d'un balcon de la façade

L'entrée de service de l'immeuble du square Rapp

 

 

 Exposition de 2018

 

 

Les documentation de l'association Jules Lavirotte

Dans le square Rapp :

Le spectacle de Christelle Chollet au Théâtre de la Tour EiffelLe spectacle de Christelle Chollet au Théâtre de la Tour Eiffel

Le spectacle de Christelle Chollet au Théâtre de la Tour Eiffel

Entrée de la société théosophique de France

La Société théosophique est une association internationale prônant la renaissance du principe théosophique (1) ancien selon lequel toutes les religions et philosophies possèdent un aspect d'une vérité plus universelle. Sa devise est : « il n'y pas de religion supérieure à la vérité ».

Son enseignement repose sur un syncrétisme (2) liant le bouddhisme, l'hindouisme, l'ésotérisme et de manière générale toutes les autres traditions religieuses

Elle fut fondée à New-York le 17 novembre 1875, par Helena Petrovna Blavatsky (3), ainsi que par le Colonel Henry Steel Olcott (4) et William Quan Judge (5) Ses quartiers généraux furent établis en Inde à Adya (Chennai).

Elle a influencé un certain nombre de personnalités dont Gandhi (6)  et fut l'objet de persécutions et de critiques au cours de son histoire.

Malgré un certain nombre de crises et de scissions (notamment après l'affaire Krishnamurti (7), l'organisation reste présente sur tous les continents et possède des sections nationales dans une cinquantaine de pays.

(1) Lien Wikipédia du Principe théosophique : théosophique

(2) Lien site Wikipédia Syncrétisme : syncrétisme

(3) Lien : Helena Petrovna Blavatsky  (4) Colonel Henry Steel Olcott : Henry Steel Olcott

(5) Lien William Quan Judge : William Quan Judge

(6) Lien Wikipédia Gandhi : Gandhi (7) Affaire Ktrisnamurti

Les façades Jules Lavirottte de l'avenue et du square Rapp à Paris

Jules Lavirotte médaillé et primé : 

Lors de l’exposition Universelle de 1900, Jules Lavirotte obtient une médaille d’or pour des ornements en grès flammé qu’il présente sur le stand de Bigot. En 1901, la façade du 29 avenue Rapp est primée au concours des façades de la ville Paris. Le jury note «  que c’est le premier exemple d’utilisation de la céramique pour la construction courante (…) et sur une aussi grande échelle ». Jules Lavirotte usera encore abondamment de la céramique sur plusieurs autres projets, en particulier pour le « Ceramic Hotel », 34 avenue de Wagram dont la façade est entièrement recouverte de grès flammé et de briques émaillées de Bigot.

L'immeuble est également labellisé "patrimoine du XXème siècle"

Lien articles de circuits art nouveau à Paris :

Les chefs-d’œuvre de l'art nouveau parisien.

Voir aussi circuit Hector Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

Voir aussi le circuit Jules Lavirotte à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/02/le-circuit-jules-lavirotte-a-paris.html

L'immeuble art nouveau "Les Chardons" à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-immeuble-les-chardons-a-passy-116210735.html

Les façades des immeubles Jules Lavirotte à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-fa-ades-jules-lavirotte-a-paris-115755311.html

La façade de l'immeuble les Arums rue du Champs de Mars à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/08/la-facade-de-l-immeuble-art-nouveau-les-arums-en-aout-2019.html

Lien site Wikipédia Alexandre Bigot, céramiste : http://Alexandre Bigot

Lien site Wikipédia Jules Lavirotte, architecte : Jules Lavirotte

Lien site Wikipédia Immeuble Jules Lavirotte  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Immeuble_Lavirotte

Le site de l'association Jules Lavirotte : https://www.juleslavirotte.fr/

 

Bonne visite !!

***

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 10:29

 

Une visite de la façade de l'immeuble art nouveau les Arums  le 7 août 2019

***

Cet immeuble est situé au 33, rue du Champs de Mars à Paris 7ème arrondissement.

 

Quelques détails de cette façade :

 

La façade de l'immeuble art nouveau Les Arums en août 2019La façade de l'immeuble art nouveau Les Arums en août 2019La façade de l'immeuble art nouveau Les Arums en août 2019

Une vue générale de la façade de l'immeuble

Un détail de la façade de l'immeuble "Les Arums"

Un détail de la façade de l'immeuble "Les Arums"

L'entrée principale de l'immeuble

Détails de l'immeuble et mosaïque du hallDétails de l'immeuble et mosaïque du hallDétails de l'immeuble et mosaïque du hall
Détails de l'immeuble et mosaïque du hallDétails de l'immeuble et mosaïque du hall

Détails de l'immeuble et mosaïque du hall

Historique :


L'Edifice fut construit vers 1900 par l'architecte Octave Raquin (voir image) pour abriter un

collège privé, le cours des demoiselles Longuet. Le décor du hall d'entrée et la sculpture florale en façade, évoquant des arums, sont très représentatifs de l'époque 1900. L'édifice abrite actuellement un collège libre, le Cours Alfred-de-Musset.

A priori, l'immeuble d'Octave Raquin de l'époque art nouveau est le seul immeuble connu de cet architecte (a vérifier)

Inscription Monuments historiques : La façade sur rue et le hall d'entrée avec pavement de mosaïque (accès latéral gauche correspondant au numéro 33) (cad. 07 : 04 BN 94) : inscription par arrêté du 29 novembre 1985.

La façade de cet immeuble, primé au Concours de façades en 1902, est animée par les courbes des travées en saillie formant au deuxième et troisième étage des bow-windows ainsi que par le décor floral sculpté abondant à motif d’arums et de callas.

Les fenêtres de la travée centrale au deuxième et troisième étage sont surmontées d’un linteau stylisé, comme des drapées de tissu.

La porte d’entrée est couronnée par un auvent en verre et fer forgé qui reçoit un décor original à motif de feuilles d’arum, de même que les ventaux de la porte d’entrée. Par ailleurs, les soupiraux reçoivent un traitement fluide, dans l’esprit Art nouveau.

Sources : http://lartnouveau.com/belle_epoque/architectes_paris/raquin1.htm

Voir aussi un ancien article du blog concernant la façade de l'immeuble "Les Arums" : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/l-immeuble-art-nouveau-les-arums-a-paris.html

Lien article de circuit art nouveau à Paris :

Un des chefs-d’œuvre de l'art nouveau parisien.

Voir aussi circuit Hector Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

Voir aussi le circuit Jules Lavirotte à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/02/le-circuit-jules-lavirotte-a-paris.html

L'immeuble art nouveau "Les Chardons" à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-immeuble-les-chardons-a-passy-116210735.html

Les façades des immeubles Jules Lavirotte à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-fa-ades-jules-lavirotte-a-paris-115755311.html

Lien site Wikipédia : L'immeuble les Arums Paris  https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Immeuble_Les_Arums,_Paris_001.jpg

Adresse de l'immeuble : 33, rue du Champs de Mars 75007 Paris

Localisation : 48° 51′ 21,21″ N, 2° 18′ 13,46″ E 

Photographie sources site wikipédia

Bonne visite !!

Partager cet article
Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 06:37

 

L'escalier du Grand Palais 1900L'escalier du Grand Palais 1900L'escalier du Grand Palais 1900
L'escalier du Grand Palais 1900L'escalier du Grand Palais 1900

 

 

Les architectes de l'escalier du Grand Palais

 

 

Bonne visite !

 

Le Grand Palais :

Historique

 
Le Grand Palais pendant la Première Guerre mondiale
 
Verrière du Grand Palais, restaurée en 2004

Le « Grand Palais des Beaux-Arts » est édifié à Paris à partir de 1897, pour l'exposition universelle prévue du 15 avril au 12 novembre 1900 en lieu et place du vaste mais inconfortable Palais de l'Industrie de 1855.  « Monument consacré par la République à la gloire de l’art français », comme l'indique le fronton de l’aile ouest (Palais d'Antin), sa vocation originelle consiste à accueillir les grandes manifestations artistiques officielles de la capitale.

Son risque de démolition par Malraux et Le Corbusier :

Dans les années 1960, Le Corbusier souhaite la démolition du Grand Palais pour y implanter à la place le musée d'Art du XXe siècle dont André Malraux  lui a confié la réalisation.

La mort de l'architecte, le 27 août 1965, met fin au projet.

Sa protection en 1975 et 2000 !

Par arrêté du 12 juin 1975,la nef est classée au titre des monuments historiques. Un nouvel arrêté du 6 novembre 2000, protège le Grand Palais dans sa totalité.

Le Grand Palais, cartes postales après 1900

 

Sources site Wikipédia Le Grand Palais : https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Palais_(Paris)

Dossier pédagogique Collection du Grand Palais : https://www.grandpalais.fr/pdf/dossier_pedagogique/collection_grand_palais.pdf

Ancien article du blog Le Grand Palais à Paris (2015) : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-le-grand-palais-a-paris-125140005.html

Dernier article du blog : Le Salon des Artistes Français en 2019, 229ème édition  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/02/le-salon-des-artistes-francais-229eme-edition.html

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 16:47

 

Circuits art nouveau  à Paris  

 

 

Voici un petit circuit des immeubles de l'architecte art nouveau Jules Lavirotte (1864-1929) à Paris :

Ces derniers sont concentrés principalement dans le VIIème et le VIIIème arrondissement.

Cet architecte remporta trois fois le concours des façades de la ville de Paris (1)

 

Le temps du circuit est de 1 heure 10 environ, mais il faut prévoir 2 heures afin d'admirer les façades des immeubles de l'architecte.

  • . 6, rue de Messine, 75008 Paris,
  • . 23, avenue de Messine, 75008 Paris,
  • . 34, avenue de Wagram, 75008 Paris,
  • . 3, square Rapp, 75007 Paris,
  • . 29, avenue Rapp, 75007 Paris,
  • . 12, rue Sédillot, 75007 Paris, passez ensuite par l'immeuble "Les Arums" au 33, rue du Champs-de-Mars (de l'architecte Octave Raquin, 1900) (2)
  • . 151, rue de Grenelle, 75007 Paris,
  • . 134, rue de Grenelle et rue de Bourgogne, 75007 Paris.

A rajouter : un peu éloigné du circuit proposé,

  • . 169, boulevard Lefebvre, 75015 Paris,
  • . 46, rue de la Faisanderie, 75016 Paris,
  •         En banlieue :
  • . 2, rue Balzac, 95130 Franconville. Villa Dupont.

 

 

 

Immeuble avenue Wagram, rue de Grenelle, avenue de Grenelle, avenue Rapp,Immeuble avenue Wagram, rue de Grenelle, avenue de Grenelle, avenue Rapp,Immeuble avenue Wagram, rue de Grenelle, avenue de Grenelle, avenue Rapp,
Immeuble avenue Wagram, rue de Grenelle, avenue de Grenelle, avenue Rapp,Immeuble avenue Wagram, rue de Grenelle, avenue de Grenelle, avenue Rapp,

Immeuble avenue Wagram, rue de Grenelle, avenue de Grenelle, avenue Rapp,

Le tracé du circuit

Le tracé du circuit

Le circuit Jules Lavirotte à Paris

de l'avenue de Wagram à l'avenue Rapp

Comment rejoindre l'avenue Rapp par l'avenue Marceau ?

Comment rejoindre l'avenue Rapp par l'avenue Marceau ?

La continuité de l'avenue Rapp

Le circuit Jules Lavirotte à Paris
L'immeuble Jules Lavirotte, côté avenue, 29, avenue Rapp 75007 Paris

L'immeuble Jules Lavirotte, côté avenue, 29, avenue Rapp 75007 Paris

31, avenue de Wagram 75008 Paris, Immeuble Jules Lavirotte, face jardin

31, avenue de Wagram 75008 Paris, Immeuble Jules Lavirotte, face jardin

3, square Rapp 75007 Paris L'immeuble Jules Lavirotte, côté Jardin

3, square Rapp 75007 Paris L'immeuble Jules Lavirotte, côté Jardin

A noter : l'éloignement du style art nouveau de l'architecte après 1905

Classement des édifices par date de réalisation :

Immeuble de rapport, 151, rue de Grenelle, Paris 7ème (1898)

Hôtel Montessuy, 12, rue Sédillot, Paris 7ème (1899)

Immeuble de rapport, 3, square Rapp, Paris 7ème (1899-1900)

Immeuble de rapport, 29, avenue Rapp, Paris 7ème (1901)

Immeuble de rapport, 134, rue de Grenelle et rue de Bourgogne, Paris 7ème (1903)

Ceramic Hotel, 34, avenue de Wagram, Paris 8ème (1904)

Maison à petits loyers, 169, boulevard Lefebvre, Paris 15ème (1906)

Hôtel particulier et maison de rapport, 23, avenue de Messine et rue de Messine, Paris 8ème (1907)

46, rue de la Faisanderie (aménagements intérieurs et transformations), Paris 16ème (1908)

Une visite du Cercle Guimard, le samedi 26 mai 2018 à 14 H 30 :

Lien : http://www.lecercleguimard.fr/events/guimard-contemporains-jules-lavirotte-2/

Guimard et ses contemporains : Jules Lavirotte

Samedi 26 avril à 14h30

Hector Guimard - Parcours Lavirotte

Ce parcours est l’occasion de comparer et tisser des liens entre les deux architectes lyonnais et figures de l’Art nouveau parisien, Jules Lavirotte et Hector Guimard. Confrères mais aussi compétiteurs, ils s’étaient accaparés des espaces de création bien distincts : Guimard principalement dans le XVIe arrondissement ; Lavirotte dans le VIIe.
Nous commencerons par la Maison des Arums d’Octave Raquin, puis nous poursuivrons avec les édifices les plus remarquables de la carrière de Lavirotte, avec un arrêt devant l’hôtel particulier du bijoutier René Lalique.

Durée : environ 2h15.

Rdv : 33 rue du Champ de Mars.

Se munir d’un titre de transport qui pourra servir en fonction de la météo.

Toute inscription doit se faire uniquement via le formulaire ci-dessous. Les paiements se feront soit par chèque, soit en espèce sur place.

Tarif réduit pour adhérent, demandeur d’emploi ou – de 26 ans (avec présentation d’un justificatif). Si enfant, merci de prévenir dans les commentaires.


Réserver :

Vous pouvez réserver 4 places maximum. Le tarif adhérent est appliqué uniquement aux adhérents, pas aux personnes les accompagnant.

Après votre réservation, merci d’effectuer de préférence un virement dans les plus bref délais. Télécharger notre RIB
(Merci de préciser votre nom et la date de la visite dans les références du virement)
Vous voulez adhérer ? Vous pouvez inclure le montant de l’adhésion dans votre virement.

 

Liens, documentation et autres articles :

 

Lien Wikipédia Jules Lavirotte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Lavirotte

Lien site Lartnouveau  : http://lartnouveau.com/artistes/lavirotte.htm

Lien site Wikipédia L'art nouveau à Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/Art_nouveau_%C3%A0_Paris

(1) Le concours de façades de la ville de Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/Concours_de_fa%C3%A7ades_de_la_ville_de_Paris

(2) Immeuble les Arums, rue du Champ-de-Mars (architecte Octave Raquin, 1900)

 

Voir aussi autres articles du blog : Immeuble Jules Lavirotte 34,avenue de Wagram, l'Hôtel Céramic,  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/02/l-hotel-ceramic-de-jules-lavirotte-a-paris.html

Immeuble Jules Lavirotte 29 avenue Rapp et 3 square Rapp : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-fa-ades-jules-lavirotte-a-paris-115755311.html

Circuit Hector Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

L'immeuble Les Arums à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/l-immeuble-art-nouveau-les-arums-a-paris.html

L'immeubles les Chardons à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-immeuble-les-chardons-a-passy-116210735.html

L'immeuble Les Chardons à Paris, deuxième visite : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/une-nouvelle-visite-des-facades-de-l-immeuble-les-chardons-a-paris.html

 

Bonne visite !

 

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 16:14
l'Hôtel Céramic de Jules Lavirotte à Paris
La façade côté avenue de Wagram de l'Hôtel Céramic, actuellement Elysées CéramicLa façade côté avenue de Wagram de l'Hôtel Céramic, actuellement Elysées CéramicLa façade côté avenue de Wagram de l'Hôtel Céramic, actuellement Elysées Céramic

La façade côté avenue de Wagram de l'Hôtel Céramic, actuellement Elysées Céramic

Description :

L'édifice est un immeuble en béton armé. Sa façade est de style Art nouveau, recouverte sur les trois premiers étages de grès flammé (d'où le nom de l'établissement).

Historique :

L'hôtel est construit en 1904 par l'architecte Jules Lavirotte. Les céramiques sont réalisées par le céramiste Alexandre Bigot, les sculptures par Camille Alaphilippe.

L'immeuble est lauréat de l'édition 1905 du concours de façades de la ville de Paris. La façade et la toiture sur rue de l'édifice sont inscrites au titre des monuments historiques en 1964.

l'Hôtel Céramic de Jules Lavirotte à Parisl'Hôtel Céramic de Jules Lavirotte à Paris
l'Hôtel Céramic de Jules Lavirotte à Parisl'Hôtel Céramic de Jules Lavirotte à Paris
Détails de la façadeDétails de la façadeDétails de la façade

Détails de la façade

l'Hôtel Céramic de Jules Lavirotte à Paris

Céramic Hôtel - Elysées Céramic

 

Sources Wikipédia

La carte de l'Hôtel Elysées Céramic sources hôtel

Sources, documentation et lien :

 

Lien site Wikipédia Céramic Hôtel : https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9ramic_H%C3%B4tel

 

Lien site Wikipédia : concours de façades de la ville de Paris.

Lien site L'art nouveau : http://lartnouveau.com/artistes/lavirotte/34_av_wagram1.htm

Lien site L'art nouveau Jules Lavirotte : http://lartnouveau.com/artistes/lavirotte.htm

Lien sire Wikipédia : Camille Alaphitippe : https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Alaphilippe

 

 

Lien Wikipédia : Alexandre Bigot

 

 

Un site avec de belles images de façades art nouveau : Façades Art nouveau

 

Les autres immeubles Jules Lavirotte à Paris :

Par ordre d'année de construction :

. 12, rue Sédillot Paris VIIème arrondissement, 1899,

. 3, square Rapp, VIIème arrondissement,1900,

. 29, avenue Rapp, VIIème arrondissement,1900,

. 151, rue de Grenelle, VIIème arrondissement,1903,

. 134, rue de Grenelle, VIIème arrondissement,1903,

. 34, avenue Wagram,VIIIème arrondissement,1904,

. 23, avenue de Messine,VIIIème arrondissement,1907,

. 6, rue de Messine,VIIIème arrondissement.1907.

 

Voir aussi autres articles du blog, les façades Jules Lavirotte :

 

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-fa-ades-jules-lavirotte-a-paris-115755311.html

 

 

Voici deux circuits des immeubles de l'architecte art nouveau Jules Lavirotte :

Temps environ  1 H 30

 

Circuit des immeubles Jules Lavirotte nord  (8ème arrondissement (1) parc le parc Monceau

Circuit des immeubles Jules Lavirotte nord (8ème arrondissement (1) parc le parc Monceau

Circuit des imeubles Jules Lavirotte (8ème arrondissement) chemin le plus court

Circuit des imeubles Jules Lavirotte (8ème arrondissement) chemin le plus court

Comment rejoindre à pied le circuit nord du circuit sud ?

Comment rejoindre à pied le circuit nord du circuit sud ?

Circuit des immeubles Jules Laviritte sud (7ème arrondissement) parcours court

Circuit des immeubles Jules Laviritte sud (7ème arrondissement) parcours court

Circuit des immeubles Jules Lavirotte sud (7ème arrondissement) un peu plus long

Circuit des immeubles Jules Lavirotte sud (7ème arrondissement) un peu plus long

Voir le circuit des immeubles Jules Lavirotte : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/02/le-circuit-jules-lavirotte-a-paris.html

Un autre circuit art nouveau à Paris parcours Hector Guimard : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

 

Bonne visite !

 ********

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2018 5 12 /01 /janvier /2018 09:13
Un coup d'oeil à l'immeuble d'Hector Guimard rues Greuze et Decamps à Paris

Immeuble de rapport

36-38, rue Greuze et rue Decamps - Paris 16e

Hector Guimard architecte

1928

L'entrée du 36, rue Greuze

 

C'est le dernier immeuble d'Hector Guimard, construit sur un terrain acquis par l'architecte en 1923, les façades s'étendent sur près de vingt mètres.

L'exposition des Arts décoratifs a fermé ses portes, désormais, l'architecture tourne ses regards vers les USA.

L’ensemble immobilier évoque plutôt les grands ouvrages New-Yorkais que parisiens, seule

concession à la fantaisie, la disposition des fenêtres sur la façade et la présence de quelques bow-windows.

 

De nombreuses ferronneries typiques du style Guimard subsistent néanmoins !

 

 

 

 

 

Quelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et DecampsQuelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et DecampsQuelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et Decamps
Quelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et DecampsQuelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et DecampsQuelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et Decamps

Quelques détails de la façade de l'immeuble rue Greuze et angle Greuze et Decamps

La façade de l'immeuble à l'angle des rues Greuze et Decamps

La façade de l'immeuble à l'angle des rues Greuze et Decamps

La façade rue Greuze

La façade rue Greuze

Les ferronneries de l'immeuble

Les ferronneries de l'immeuble

L'entrée de l'immeuble rue Greuze

L'entrée de l'immeuble rue Greuze

L'entrée principale du 36, rue Greuze, le soir.

Immeuble Guimard (1928)

36-38, rue Greuze et 17, rue Decamps, Paris 16ème,

Métro. : Rue de la Pompe ou Trocadéro

 

Coordonnées : N48.8646°E2.2815° Alt. 62.13 mètres

 

Lien : https://www.google.fr/maps/place/48%C2%B051'52.6%22N+2%C2%B016'53.4%22E/@48.8650023,2.2810172,17z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x0!8m2!3d48.8646!4d2.2815

 

Voir aussi Le circuit Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

 

Et si l'hôtel Mezzara devenait musée : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/10/si-l-hotel-mezzara-a-paris-devenait-musee.html

 

Bonne visite !

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 17:29
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?

L'Hôtel Mezzara a les atouts pour devenir musée ou centre d'art nouveau parisien.

L'Etat vend ses bijoux de famille. Il voudrait se débarraser de ce magnifique hôtel particulier situé au 60, rue Jean de la Fontaine et qui a appartenu à Paul Mezzara, un industriel du textile et fabricant de dentelle, au début du siècle dernier.

Il confia la construction de son hôtel particulier et lieu d'exposition de ses créations à l'architecte Hector Guimard qui lui construisit ce petit bijou de l'art nouveau en 1910-1911.

Une réussite parfaite puisque Hector Guimard dessina l’intégralité de l'édifice : ameublement, éclairage, décoration générale, ferronnerie intérieure et extérieure, vitraux.

 

Un futur musée ? tout le monde le souhaite, car Paris de possède pas de musée art nouveau

capable de rassembler les œuvres de cette époque fin du 19ème-deuxième décennie du 20ème siècle qui vit de nombreux artistes du monde entier créer leur façon de créer l'art nouveau dans leur pays.

L'Hôtel, devenu cours privé appartint sous forme de don au Ministère de l'Education Nationale, utilisé en tant que foyer de jeunes filles étudiantes, mais il est actuellement dans la gestion de France-Domaine, en négociation de son avenir incertain.

Le Cercle Guimard se bat depuis plusieurs mois pour cela devienne réalité ; créer à Paris un musée art nouveau digne de sa capitale. Bruxelles, Barcelone et même Budapest possède leur musée. Lorsque Guimard décéda en 1942, son épouse et veuve Adeline fit don à l'Etat de l'Hôtel Guimard et son ameublement pour en faire un musée. Il n'y eut pas de suite et le site fut vendu au privé, ses meubles dispersés. L'immeuble est d'ailleurs aujourd’hui dans un mauvais état.

 

 

Avec le soutien de :

France Domaine, Ministère de l’Education nationale, Lycée d’état Jean Zay, Mairie de Paris, Mairie du 16ème arrondissement, Archives nationales, Archives de la ville de Paris, Musée et bibliothèque des Arts décoratifs, Musée d’Orsay, Musée de Saint-Dizier, Musée Horta, Réseau Art nouveau Network (Bruxelles), Route européenne de l’Art nouveau (Barcelone), Dartagnans et ses donateurs, Scyna 4.

Venez vous aussi soutenir ce projet passionnant !

 

Exposition « Hector Guimard, précurseur du design » :


Hôtel Mezzara, 60, rue Jean de La Fontaine, Paris 16ème.

Tous les samedis et dimanches, du 16 septembre jusqu’au 9 décembre,
de 10 à 18 heures.

Entrée : 5 euros.
(Gratuit lors des Journées Européennes du Patrimoine)

Accès :
Métro Jasmin (ligne 9) ou Eglise d’Auteuil (ligne 10)
RER C : Station Javel (12 minutes à pieds)
Lignes de bus :  52 (arrêt George Sand), 22, 72

Renseignements : 07 69 89 87 69

 

Différents articles de presse :

PARISCOPE :

 

Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?

TELERAMA "Sortir"

Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?

LE PARISIEN :

Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?

LE CERCLE GUIMARD :

Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Exposition

Du 16 septembre jusqu’au 9 décembre 2017
Samedi et dimanche, de 10 à 18 heures
Hôtel Mezzara

Au mitan de son parcours professionnel, artiste prolixe et novateur, Hector Guimard décidait, en 1903, de se doter d’un lieu de conception et de fabrication dans tous les domaines des arts décoratifs. Ces locaux, situés avenue Perrichont prolongée, ont permis à cet « architecte d’art » de présenter meubles, luminaires, papiers peints, tapis, couverts de table… autant de créations qu’il entendait diffuser en grand nombre.

Détruits pendant la décennie soixante, ces ateliers reprennent vie dans l’exposition « Hector

Guimard, précurseur du design » à travers une maquette, des documents et des photos anciennes.

Fort de ses récentes recherches, le Cercle Guimard dresse le panorama méconnu des ambitions de cet architecte de la modernité, en puisant également dans les archives léguées en 1948 par Adeline Oppenheim, veuve d’Hector Guimard, à la bibliothèque des Arts décoratifs et dans des collections privées,

Pour donner plus d’ampleur à cet hommage commémoratif, en cette année du cent-cinquantenaire de la naissance d’Hector Guimard, l'exposition est présentée à l'Hôtel Mezzara qui offre l’occasion unique d’admirer une œuvre d’art total de « Style Guimard » (cf. photos ci-dessous), en particulier son grand hall « cathédral »coiffé d’un étonnant vitrail zénithal, et sa salle à manger une des rares pièces toujours meublée et décorée comme à l’origine.

Sources : Cercle Guimard

La maquette de l'Hôtel Mezzara présentée lors de l'exposition

 

Permanence du 29 octobre 2017, le patio

Beaucoup de blog font écho : le blog d'Hélène par exemple

Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
 

LE POINT  19 novembre 2017

Un musée pour Hector Guimard

L'exposition qui se tient à l'hôtel Mezzara est un succès. À quand un musée consacré à l'architecte "Art nouveau" qui fête, cette année, ses 150 ans ?

Modifié le - Publié le | Le Point.fr

Week-end après week-end, la file d'attente devant l'hôtel Mezzara (1) ne cesse de s'allonger. Et il faut parfois attendre longtemps avant de pouvoir pénétrer dans cette belle bâtisse, édifiée par Hector Guimard en 1911 au cœur du 16e arrondissement de Paris. Le succès rencontré par l'exposition consacrée à ce « précurseur du design » qui se tient dans cet édifice "Art nouveau", jusqu'au 9 décembre prochain, réjouit ses organisateurs. « Nous savions que l'architecte était populaire, mais nous ne nous attendions pas à un tel engouement », confie Nicolas Horiot, vice-président du Cercle Guimard à l'origine de l'événement.

Cette association souhaitait célébrer dignement le 150e anniversaire de la naissance de l'inventeur d'un style reconnaissable entre mille. Mission accomplie. Le Cercle Guimard qui comptait moins de cent membres l'an dernier a plus que doublé le nombre de ses adhérents, depuis l'inauguration de l'exposition mi-septembre.

 

Le mouvement, créé en 2003 pour promouvoir l'œuvre de Guimard, ambitionne désormais de créer un musée ou, du moins, un lieu où pourraient être organisées rétrospectives et conférences dédiées à l'architecte. Le tout au cœur de l'arrondissement où il a vécu et travaillé. « Ses ateliers étaient situés avenue Perrichont et il avait élu domicile avenue MoZart », souligne Nicolas Horiot, lui-même architecte. Nombreux sont ceux qui aimeraient que l'hôtel Mezzara se transforme ainsi en site culturel. « L'afflux de visiteurs prouve que le projet est viable sur le plan économique et bénéfique pour le territoire en matière touristique », veut croire Olivier Pons, secrétaire de l'association.

Une maison à vendre... 7 millions d'euros

L'édifice appartient depuis 1956 au ministère de l’Éducation nationale. Il abritait jusqu'à l'an dernier un pensionnat pour jeunes filles, scolarisées au lycée Jean-Zay. Or, l'État a décidé de s'en défaire et a chargé France Domaine de trouver un acquéreur. Seul problème : la maison est mise à prix 7 millions d'euros. « Il nous faut trouver un mécène, car les pouvoirs publics que nous avons démarchés nous ont tous dit qu'ils ne pouvaient pas, seuls, réunir les fonds », indique Nicolas Horiot.

Fort du soutien d'amateurs du style Art nouveau, notamment étrangers, et convaincu que l'ampleur du travail de Guimard mérite un tel musée, le bureau de l'association se démène aujourd'hui pour réunir les fonds. « Nous avons toqué à toutes les portes : du ministère de la Culture à la Ville, en passant par la région. Si nous trouvons un généreux bienfaiteur, nous parviendrons à constituer un beau tour de table », énonce Nicolas Horiot qui souligne que le classement du bâtiment en deux temps, en 1975 puis en 1994, oblige l'État.

La grille extérieure comme la porte d'entrée en bois peint ne peuvent être démontées. La façade principale, la galerie intérieure et la verrière de l'entrée créée pour éclairer le show-room où Paul Mezzara exposait ses créations textiles, au rez-de-chaussée, ne peuvent pas, non plus, être remaniées. France Domaine ne pourra donc pas se défaire de cet immeuble auprès du premier marchand de biens venu. « À moins de tomber sur un amoureux fou d'Hector Guimard, l'administration ne pourra pas vendre cette maison », insiste Olivier Pons.

Un mobilier rare

Le Cercle Guimard est d'autant plus désireux de transformer l'hôtel particulier en musée que le salon de cette maison dispose encore d'un mobilier et d'un décor d'époque. « Le plafond de la salle à manger est ainsi orné d'une peinture signée de Charlotte Chauchet-Guilleré, amie de l'architecte », indique Georges Vigne, historien de l'art, spécialiste de la période. « Une rareté », souligne Nicolas Horiot qui relève que les meubles signés Hector Guimard sont aujourd'hui dispersés aux quatre coins de la planète.

Mort en 1942 à New-York où il avait trouvé refuge pour protéger sa femme, Adeline Oppenheim, des persécutions anti-juives, Hector Guimard a traversé une période de relatif oubli dans notre pays. Mais pas aux Etats-Unis où de nombreux collectionneurs ont acquis à prix d'or ce que ses détracteurs appelaient le style « nouille ». Ouvrir un site dédié à sa mémoire réparerait cette injustice.

(1) Exposition ouverte chaque week-end, les samedis et dimanches de 10 heures à 18 heures. 60, rue Jean de La Fontaine, 75016 Paris.

Tarif : 5 €. Informations : 07 69 89 87 69 ou www.lecercleguimard.fr

 

Quelques images de l'intérieur de l'hôtelQuelques images de l'intérieur de l'hôtelQuelques images de l'intérieur de l'hôtel
Quelques images de l'intérieur de l'hôtelQuelques images de l'intérieur de l'hôtelQuelques images de l'intérieur de l'hôtel
Quelques images de l'intérieur de l'hôtelQuelques images de l'intérieur de l'hôtelQuelques images de l'intérieur de l'hôtel

Quelques images de l'intérieur de l'hôtel

Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?Et si l'Hôtel Mezzara à Paris devenait musée ?
La façade côté rue Jean de la Fontaine de l'hôtel et ses ferroneries typiques de l'époque Guimard
La façade côté rue Jean de la Fontaine de l'hôtel et ses ferroneries typiques de l'époque GuimardLa façade côté rue Jean de la Fontaine de l'hôtel et ses ferroneries typiques de l'époque GuimardLa façade côté rue Jean de la Fontaine de l'hôtel et ses ferroneries typiques de l'époque Guimard

La façade côté rue Jean de la Fontaine de l'hôtel et ses ferroneries typiques de l'époque Guimard

Article du Cercle Guimard, le 21 décembre 2017

Un succès immense pour l’exposition à l’hôtel Mezzara !

Avec plus de 13 000 visiteurs, l’exposition « Hector Guimard, précurseur du design » a rencontré un immense succès ! Merci à toutes et à tous !

Passionné(e)s, curieux, étudiant(e)s, architectes, habitant(e)s du quartier, amis du musée d’Orsay ou du musée des Arts décoratifs… c’est un public d’une grande diversité qui a franchi les portes du 60, rue Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement à Paris, chaque week-end du 16 septembre au 9 décembre.

Dès l’ouverture, lors des Journées européennes du Patrimoine, un millier de visiteurs se pressaient pour découvrir l’exposition et son écrin, l’hôtel Mezzara, construit en 1910 par la grande figure de l’art nouveau parisien. Très vite, le bouche à oreille a fonctionné, le mouvement était lancé… Dès lors, les files d’attente se sont allongées, rythmant chacun des 11 week-ends. Merci à ces nombreux visiteurs patients, à tous ces amateurs dopés à la curiosité, à tous ceux qui espéraient depuis longtemps admirer le lieu. Dans leur écrasante majorité, ils se sont déclarés ravis de cette découverte : c’est une immense satisfaction pour notre association. Leur soutien, désormais acquis, est précieux pour accompagner le projet d’offrir à l’hôtel Mezzara un rôle à sa mesure.

Le Cercle Guimard envoie un clin d’œil amical et un remerciement sincère aux nombreux journaux, magazines, blogs, sites web ou profils sur les réseaux sociaux qui ont annoncé et soutenu l’événement. L’aventure n’est pas terminée, avec de nouvelles parutions dans la presse, quelques Instagramers encore fervents, et par exemple un reportage sur Arte dans quelques jours. N’hésitez pas à nous retrouver sur FacebookTwitter ou Instagram, pour en savoir plus.

 

Enfin, le Cercle Guimard remercie les partenaires et soutiens sans qui le projet n’aurait pas été possible :


France Domaine, Ministère de l’Education nationale, Lycée d’état Jean Zay, Mairie de Paris, Mairie du 16ème arrondissement, Archives nationales, Archives de la ville de Paris, Musée et bibliothèque des Arts décoratifs, Musée d’Orsay, Musée de Saint-Dizier, Musée Horta, Réseau Art nouveau Network (Bruxelles), Route européenne de l’Art nouveau (Barcelone), Dartagnans et ses donateurs, Scyna 4.

 

Article officiel du Cercle Guimard :

 

Quel Avenir pour l’hôtel Mezzara ?

Sur le site de La Tribune de l’Art, organe d’information spécialisé, dans un article du 24 avril, Bénédicte Bonnet Saint-Georges dresse un historique complet du projet de musée Guimard porté par Le Cercle Guimard et Fabien Choné. Au terme de ce récit, la journaliste questionne le Ministère de la Culture sur le potentiel muséal de l’hôtel Mezzara rappelant précisément la proposition du Cercle. Elle interroge également le Ministère de l’Action et des Comptes publics sur l’appel d’offre – toujours à venir – et ses critères de sélection.

Pour le Cercle et son projet, le soutien de La Tribune de l’Art est un signe fort. Cette enquête ne peut qu’encourager et conforter la communauté des passionnés qui voit dans l’hôtel Mezzara le futur étendard de l’Art nouveau français.

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 16:32
 
******************
Une nouvelle visite des façades de l'immeuble Les Chardons à Paris

Visite du 31 juillet 2017

Le portail d'entrée de l'immeuble "Les Chardons"

Le portail d'entrée de l'immeuble "Les Chardons"

Les motifs des chardons, inspiré du peintre Eugène Grasset, sont omniprésents sur la façadeLes motifs des chardons, inspiré du peintre Eugène Grasset, sont omniprésents sur la façadeLes motifs des chardons, inspiré du peintre Eugène Grasset, sont omniprésents sur la façade

Les motifs des chardons, inspiré du peintre Eugène Grasset, sont omniprésents sur la façade

L'immeuble est construit en 1903 par l'architecte Charles Klein. Les céramiques de la façade sont réalisées par l'entreprise d'Emile Müller; les ferronneries sont l'œuvre d'Auguste Dondelinge.

La façade Art nouveau est primée au concourt de façades de la ville de Paris en 1903.(1)

La façade sur rue et les toitures, ainsi que le vestibule d'entrée et la cage d'escalier avec sa rampe en fer forgé sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 22 avril 1986.

Des plaques des rues bien décorées et celle de l'architecte Klein et son céramiste Müller, au centre.Des plaques des rues bien décorées et celle de l'architecte Klein et son céramiste Müller, au centre.Des plaques des rues bien décorées et celle de l'architecte Klein et son céramiste Müller, au centre.

Des plaques des rues bien décorées et celle de l'architecte Klein et son céramiste Müller, au centre.

 
9, rue Claude-Chahu et 2, rue rue Eugène-Manuel

Quelques détails de l'immeuble photographiés au 300 mm :

Détails des façadesDétails des façades
Détails des façadesDétails des façades
Détails des façadesDétails des façadesDétails des façades

Détails des façades

Les ferronneries de l'entrée, oeuvres d'Auguste Dodelinge et ses ateliers

Les ferronneries de l'entrée, oeuvres d'Auguste Dodelinge et ses ateliers

Cet immeuble, le seul connu construit et habité par l'architecte Klein Charles, possède une

structure de style Art nouveau en béton armé (système Hennebique).

La façade est entièrement recouvert de grès flammé en céramique jaune d'ocre et vert amande

provenant de l'entreprise d'Emile Müller (à Ivry-Port).

Son décor est presque entièrement consacré au chardon inspiré du peintre Eugène Grasset.

La porte entourée de grès est décoré d'une ferronnerie d'Augute Dondelinger, celui-ci participa également avec l’architecte art nouveau Jules Lavirotte à l’hôtel de la rue Sédillot.                                               La porte principale et ses superbes ferronneries

La façade a été primée au concours des façades de la Ville de Paris en 1903

 

Inscription aux Monuments Historiques par arrêté du 22 avril 1986 (Façade sur rue; toitures; vestibule d'entrée; cage d'escalier avec sa rampe en fer forgé)

La porte secondaire

Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau
Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau

Détails des éléments décoratifs de l'immeuble art nouveau

 

Adresse de l'immeuble "Les Chardons":


9, rue Claude-Chahu et 2, rue Eugène-Manuel
75016 Paris. Métro. Passy.

Documentation, bibliographie et anciens articles :

L'art nouveau, Charles Klein et l'immeuble "Les Chardons" : http://lartnouveau.com/belle_epoque/architectes_paris/paris16/charles_klein.htm

Site Wikipédia : Immeuble Les Chardons : https://fr.wikipedia.org/wiki/Immeuble_Les_Chardons

(1) Concours des façades de la Ville de Paris, les primés site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Concours_de_fa%C3%A7ades_de_la_ville_de_Paris

Les monuments classés monuments historique du 16ème arrondissent Site Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_monuments_historiques_du_16e_arrondissement_de_Paris

Articles du blog des édifices Art nouveau de Paris :

Un premier article sur l'immeuble "Les Chardons" en 2014 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-immeuble-les-chardons-a-passy-116210735.html

Le circuit Hector Guimard à Paris 16ème arrondissement : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

Voir aussi autres articles Les façades Jules Lavirotte à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-fa-ades-jules-lavirotte-a-paris-115755311.html

L'immeuble "Les Arums" à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/l-immeuble-art-nouveau-les-arums-a-paris.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/tag/l%27art%20nouveau%20a%20paris/

La Ville Berthe dite "La Hublotière" au Vésinet, Yvelines : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/La_Hublotiere_villa_Guimard_au_Vesinet-1387994.html

Le Castel Béranger, visite d'un passionné : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1433713.html

L'immeuble Jassédé à Paris : https://plus.google.com/102664026414557940339/posts/hvjq4aRcbNT

L'Hôtel Mezzara à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/12/l-hotel-mezzara-a-paris.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/tag/l%27art%20nouveau%20a%20paris/

Le métropolitain Abbesses à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/tag/l%27art%20nouveau%20a%20paris/

Album Nancy et l'art nouveau : http://osinski.over-blog.net/album-1440176.html

Album Bruxelles et l'art nouveau : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1431194.html

Album Barcelone : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1431194.html

 

Bonne visite !!

 

 

Partager cet article
Repost0