Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 19:48

 

Dimanche 2 Septembre 2018

 

Parc du Dispensaire

Le Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du Dispensaire
Le Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du Dispensaire

La délégation chinoise du Salon et ses magnifiques costumes

Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville
Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville

Quelques images des stands du Salon des associations de Sartrouville

Les danses réunionnaises de l'aprés-midi

Les danses réunionnaises de l'aprés-midi

La danse bretonne

La danse bretonne

La Maison des Fers Croisés et ses costumes d'époqueLa Maison des Fers Croisés et ses costumes d'époque
La Maison des Fers Croisés et ses costumes d'époqueLa Maison des Fers Croisés et ses costumes d'époque

La Maison des Fers Croisés et ses costumes d'époque

A Cœur Joie et sa chorale
A Cœur Joie et sa chorale
A Cœur Joie et sa chorale

A Cœur Joie et sa chorale

 

Le Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du Dispensaire
Le Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du DispensaireLe Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du Dispensaire

Le Salon des associations de Sartrouville

La liste des associations présentes :

Le Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du Dispensaire
Le Salon 2018 des associations de Sartrouville au Parc du Dispensaire
Partager cet article
Repost0
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 19:09
La gare de Tours
La gare de ToursLa gare de ToursLa gare de Tours

Histoire

La première gare de Tours (appelée L’Embarcadère durant la seconde moitié du XIXème siècle) est construite en 1846 par Phidias Vestier (1), sur l'emplacement de l'actuelle place du Général-Leclerc, Tours, comme Orléans, ayant accepté tardivement la desserte ferroviaire. Elle est exploitée par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans. La gare de Vendée, desservant Les Sables-d'Olonne, est édifiée pour le compte de la Compagnie des chemins de fer de la Vendée en 1875, à l'ouest de la première.

 

Le bâtiment voyageurs actuel est construit entre 1896 et 1898 sous la direction de l'architecte

tourangeau Victor Laloux (2). Ce chantier avait pour but de fusionner les équipements du Paris-Orléans et des Chemins de fer de l'Etat (qui avaient acquis les Chemins de fer de la Vendée). Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 28 décembre 1984.

Entre la fin du XIXème siècle et la Seconde Guerre mondiale, les voies de chemin de fer et les ateliers des compagnies ferroviaires occupaient une large superficie de la ville de Tours ; ces espaces ont été urbanisés pour former les quartiers du Sanitas et de la Rotonde.

Dans le cadre du chantier de la première ligne du tramway en 2013, des annexes de la gare ont été détruites, ainsi que les bâtiments de la rue de Nantes qui reliait la rue des Aumônes à la place du Général-Leclerc en longeant la gare. La rue de Nantes est remplacée par la voie du tramway, tandis que la façade ouest de la gare est ouverte pour faciliter l'accès à la nouvelle station Gare de Tours.

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 5 156 584 voyageurs, ce nombre s'étant élevé à 4 664 457 en 2015 et à 4 732 297 en 2014.

(1) Lien site Wikipédia : Victor Laloux.

(2) Lien site Wikipédia Phildias Vestier : Phidias Vestier

 

 

Le tramway de Tours :

 

 

La brasserie de la gare de ToursLa brasserie de la gare de Tours

La brasserie de la gare de Tours

Le hall de la gare de tours et ses rames de trainsLe hall de la gare de tours et ses rames de trains

Le hall de la gare de tours et ses rames de trains

Le bar restaurant de la gare de Tours

La fontaine de la gare, place du Général LeclercLa fontaine de la gare, place du Général Leclerc

La fontaine de la gare, place du Général Leclerc

La gare de Tours au début du XXème siècle

L'Hôtel de ville de la ville de Tours :

L'Hôtel de Ville de Tours et ses fontaines

L'hôtel de ville de la ville de ToursL'hôtel de ville de la ville de ToursL'hôtel de ville de la ville de Tours
L'hôtel de ville de la ville de Tours

L'hôtel de ville de la ville de Tours

L'hôtel Goüin est un hôtel particulier du XVe siècle situé à Tours, un des rares vestiges de l’architecture Renaissance de la ville. Ce bâtiment fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

 

Une gravure de l'Hôtel Gouïn

Quoi de mieux qu’un Hôtel Goüin ? Deux Hôtels Goüin !

Afin de sublimer la cour de l’hôtel, les architectes Alice et Nicolas Stadler ont imaginé une installation proposant un jeu de miroirs reflétant la façade de ce bâtiment atypique.

A découvrir tous les jours, à partir du 2 juin 2018.

Jouant sur le classicisme des jardins à la française, avec un plan d’eau central, et sur la modernité, avec des miroirs asymétriques, l’installation paysagée réalisée par Jardin Bleu, reflète à la fois l’image de la façade de l’Hôtel Goüin mais aussi ses particularités et époques architecturales. Chaque surface de réflexion correspond à une partie et un moment de la construction du bâtiment.

Le tout est complété par une végétalisation des abords de la cour afin de sublimer l’installation et l’envelopper dans un cocon naturel et onirique.

La médiatique place Plumereau :

Le charme de la place est, toujours d’après beaucoup, le fait qu’elle soit complètement entourée de cafés-bars, et notamment l’été quand les tables prennent toute la place… du centre de la Place Plumereau. Mais il faut avouer que le vrai charme de Place Plume (nom donné par les Tourangeaux) est ses vieilles maisons à pans de bois qui l’entourent.

La place "Plume" et ses cafés restaurants

La place Plumereau et ses maisons à pans de boisLa place Plumereau et ses maisons à pans de bois

La place Plumereau et ses maisons à pans de bois

 

La place "Plume" et ses maisons médiévales

La cathédrale Saint-Gatien de Tours

La cathédrale Saint-Gatien, de style gothique, a été construite entre 1170 et 1547.Lors de sa création, elle était située presque au débouché du pont franchissant la Loire contrôlé par le château de Tours sur la route reliant Paris au sud-ouest de la France.

Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historique par la liste de 1862.

Lien site Wikipédia Cathédrale Saint-Gatien de Tours : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Gatien_de_Tours

Le pont Wilson à Tours enjambant la Loire

Le Pont Wilson, construit entre1765 et 1778 est le plus vieux pont de Tours. Composé de 15 arches, il est long de 434 mètres et enjambe la Loire Les Tourangeaux le surnomment  le « Pont de pierre ». Il débouche au sud de la place Choiseul au bas de l'avenue de la Tranchée et au nord de la place Anatole-France devant la rue Nationale.

Le pont est inscrit monument historique. Il a remplacé le vétuste pont d'Eudes du XIème siècle plus à l'est, dont il a permis la désaffectation puis le remplacement plus tard par la passerelle Saint-Symphorien.

 

Plan de la ville de Tours. Au nord, la Loire et au sud le Cher

La ville de Tours :

Tours est une commune de l'ouest de la France sur les rives de la Loire et du Cher, dans le département d'Indre-et Loire, dont elle est le chef-lieu.

La commune est le chef-lieu de la métropole Tours-Val-de-Loire.

La ville de Tours comptant 136 252 habitants en 2015, est au centre d'une unité urbaine de 453 042 habitants (en 2015) les Tourangeaux, elle-même pôle d'une aire urbaine de 492 722 habitants. Elle est la plus grande commune, la plus grande unité urbaine et la plus grande aire urbaine de la région Centre-Val-de-Loire ainsi que la 18ème aire urbaine de France. Son intercommunalité est peuplée de 292 268 habitants en 2015, ce qui en fait également la première de la région Centre-Val-de-Loire par sa population.

 

 

Histoire : le comté de Tours devient la Touraine.

Ancienne Caesarodunum (1) cité des Turones (2) fondé par Auguste, capitale de la IIIe Lyonnaise avecun des plus grands amphithéâtre de l'empire romain. Sanctuaire national avec Saint-Martin, Grégoire de tours et Alcuin sous les Mérovingiens et les carolingiens, avec l'adoption par les Capétiens de la monnaie locale la livre tournois (3) qui deviendra la monnaie du royaume. Capitale du comté de Tours qui deviendra la Touraine, le jardin de la France, première ville de l'industrie de la soie, voulu par Louis XI, capitale royale sous les Valois avec ses châteaux de la Loire, capitale de loyauté pour Henri III et Henri IV pendant les guerres de Religion et ville de repli en 1940 qui lui vaudra d'être en partie détruite.

(1)Lien site Wikipédia : Caesarodunum

(2) Lien site Wikipédia : Turones

(3) Lien site Wikipédia : livre tournois

 

Lien et documentations Wikipédia La ville de Tours : Tours

Office de Tourisme de la ville de Tours :

78-82, Rue Bernard Palissy, 37000 Tours Tél. : 01 47 70 37 37

Voir aussi article du blog dans la région : le Château de l'Islette en Touraine http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

Top articles Les Randonneurs Ovillois : http://lesrandonneursovillois.over-blog.com/top

Top articles du blog par Overblog (Le Château de l'Islette dans les Toparticles déjà) : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/top

 

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 06:02

Une visite au château de l'Islette qui connu les amours de Camille Claudel et Auguste Rodin en 1890.

Le château de l'Islette en Touraine

Le château des amours de Camille Claudel et Auguste Rodin :

Le château de l'Islette abrita au cours des années 1890, les amours tumultueuses des deux artistes.

 

Rodin travailla à son fameux Balzac, quant à Camille Claudel, elle y travailla

l'une de ses œuvres majeures : "la Petite Châtelaine" prenant pour modèle la petite-fille des propriétaires de l'époque.

Le château vibre toujours au souvenir de leur présence.

 

Voir article du blog Le monument Balzac d'Auguste Rodin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

 

 

 

 

 

 

L'élégance d'un château, l'intimité d'une demeure familiale :

Joyau de la Renaissance, le château, flanqué de deux imposantes tours et couronné d'un chemin de ronde sur mâchicoulis, fut  achevé vers 1530. Sa Grande Salle et sa chapelle offrent une remarquable décoration picturale. il est aujourd'hui le lieu de vie des propriétaires qui, de mai à septembre, déménagent dans la ferme voisine, ayant fait le choix de laisser découvrir l'aménagement d'un château au XXIème siècle et de faire partager la dimension très chaleureuse de ce lieu.

Le souvenir de Camille Claudel et Auguste Rodin dans l'ancienne Salle des gardes

Le souvenir de Camille Claudel et Auguste Rodin dans l'ancienne Salle des gardes

Quelques vues des façades du châteauQuelques vues des façades du châteauQuelques vues des façades du château

Quelques vues des façades du château

La façade nord et l'ancienne structure du château en brique et pierre

Le parc de 30 hectares, traversé par la rivière l'IndreLe parc de 30 hectares, traversé par la rivière l'Indre
Le parc de 30 hectares, traversé par la rivière l'Indre

Le parc de 30 hectares, traversé par la rivière l'Indre

Détails des chemins de ronde de la façade sud du châteauDétails des chemins de ronde de la façade sud du châteauDétails des chemins de ronde de la façade sud du château

Détails des chemins de ronde de la façade sud du château

La façade sud du Château et son historique graphique

La façade sud du Château et son historique graphique

Le similitudes architecturales avec le château d’Azay-le-Rideau apparaissent évidentes. La

tradition veut d'ailleurs que les mêmes ouvriers aient travaillé sur les deux édifices. Comme à Azay, tout d'abord, on remarque une façade très régulière, ordonnée, rythmée par des fenêtres de proportions identiques. Ces fenêtres, ornées d'une volute au centre du linteau, étaient au XVIème siècle, toutes à meneaux, comme cela reste notamment le cas au second étage.

Les étages sont de la même manière séparées par un double corps de moulures formant un bandeau. L'ensemble est également 

Le château d'AZay-le-Rideau

couronné par un chemin de ronde sur mâchicoulis. Toutefois, le château, bâti sur pieux de bois, était entouré de douves, à l'emplacement des gravillon actuels. il subsiste, au-dessus de la porte d'entrée, les deux rainures du pont-levis qui permettait d'accéder au château. De plus, les toiture des tours étaient pointues et les lucarnes surmontées d'un gâble de pierre sculptée.

Vers les années 1830-1840, Jean-Baptiste Dupuy, alors propriétaire du château, fit combler les douves, fit tronquer les tours et rogna les lucarnes, donnant au château de L'Islette sa physionomie actuelle. Pourquoi de telles modifications ? Par mesures d'économies, a-t-on longtemps pensé. On suppose plutôt, aujourd'hui, que cet homme, riche et à la forte personnalité, a voulu s'approprier le lieu, et y laisser son empreinte.

L'entrée principale et l'ancienne salle des gardesL'entrée principale et l'ancienne salle des gardes

L'entrée principale et l'ancienne salle des gardes

La salle des gardes

La salle des gardes :

Pour accéder à la salle des gardes, le visiteur doit emprunter le hall d'entrée ouvert par deux entrées nord ou sud.

A l'origine, l'entrée sud était le point de passage obligé pour pénétrer dans le château, et était équipée d'un pont-levis et les murs entourés de douves. On le voit bien sur le cadastre

napoléonien dont une reproduction figure sur la table devant la fenêtre.

Cette salle restaurée est dédiée à Camille Claudel et Auguste Rodin, notamment grâce à des

documents très intéressants fournis par le Musée Rodin.

On peut voir des lettres des deux artistes ayant un lien avec le château de l'Islette ou emblématiques de leurs relations sentimentales, de leur personnalité.

La Grande Salle :

La Grande Salle du château

La Grande Salle du château

La Grande Salle ou Grand'salle, par la beauté et la qualité de ses décors, constitue  l'orgueil de ce château. Elle apparait à nos yeux plus prestigieuse encore, quand on imagine qu'elle a pu servir d'atelier à Camille Claudel et à Auguste Rodin lors de leurs séjours au Château de l'Islette.

Ils y vinrent tous deux au cours des étés 1890, 1891 et 1892.

"La Petite Châtelaine" bronze de Camille Claudel

"La Petite Châtelaine" bronze de Camille Claudel

Histoire de la Petite Châtelaine :

Entre 1890 et 1893, Camille Claudel séjourne plusieurs fois au château de L’Islette près d’Azay-le-Rideau. Il semble qu’elle s’y reposa notamment d’une grossesse interrompue tandis

que Rodin y travaillait à son Balzac. En 1892, Madeleine Boyer, la petite-fille de la propriétaire

du domaine, posa soixante-deux heures pour ce buste dont il existe deux versions en marbre, executé un an après dans son atelier de l'avenue d'Italie.
"La Petite Châtelaine" de la Piscine de Roubaix, la plus aboutie, fut commandée en 1895 à l’artiste, sur la recommandation d'Antoine Bourdelle, par l’industriel Henri Fontaine. Si la composition générale rappelle ici  elle des bustes reliquaires de la Renaissance et renoue avec le néoflorentianisme des années de formation de  Camille Claudel auprès de Dubois et de Boucher, c’est-à-dire avant la rencontre avec Rodin, le travail virtuose de la matière, - cheveux tout à jour,  Madeleine Boyer à 6 ans

corps évidé pour devenir un piège à lumière, polissage à l’os de mouton – est un vrai défi technique qui met l’œuvre en perpétuel danger.

Selon son habitude, Camille Claudel donne de nombreux titres à sa sculpture : "Jeanne enfant", "La petite de l’Islette", "Petite folle", "L’inspirée", "Contemplation", "Portrait d’une petite châtelaine", et enfin "Petite Fille". Et cette particularité a tendance à s’opposer à la manière de faire de Rodin, qui ne soucie guère de nommer ses œuvres .

 

Les différentes versions de La Petite Châtelaine

Les 2 versions en marbre de la Petite Châtelaine

La Piscine de Roubaix et le Musée Rodin

Auguste Rodin et la recherche de son modèle pour son personnage Balzac :

En août 1891, La Société des Gens de Lettres, sous la présidence d'Emile Zola, attribua à Auguste Rodin la commande d'un monument à Balzac Enthousiaete, l'artiste revint séjourner l'l'Islette er reccherchant un modéle du type tourangeau, le trouva en la personne  d'un voiturier d’Azay-le-Rideau nommé Estager, dont la ressemblance avec le grand écrivain ♪0tait, parait-il frappante.

Rodin, avant d'habiller ses personnages, commençait toujours par les modeler nus. Il dut payer à Estager un louis d'or par séance afin que celui-ci consente à dévoiler son anatomie.

Le château de l'Islette en TouraineLe château de l'Islette en Touraine
Le château de l'Islette en TouraineLe château de l'Islette en Touraine

La Grande Salle et son entrée à droite

Les blasons d'entrée, la frise des blasons et les propriétaires du château :

Le château de l'Islette fut construit vers 1530 par René de Maillé, membre d'une importante famille de la noblesse tourangelle. L'édifice resta dans cette famille durant trois siècles, de 1350 à 1650 environ.

On doit la frise des 27 blasons de la Grande Salle à l'arrière-petit-fils, Charles de Maillé, devenu marquis en 1612. Elle possède un intérêt historique.

Le blason d'entrée, autrefois un pont-levis dont il reste les rainures, était celui des Barjot de

Roet B♪0néncée qui possédaient l'Islette une bonne partie du XVIIIème siècle et dont la devise "Lhaurae non l'haure" (des lauriers non des ronces). Une devise qui ne manque pas de piquant...

A l’époque de la Révolution, le château appartenait à Charles Tiercelin d’Apelvoisin, député aux Etats généraux de 1789 et qui mourut sur l’échafaud en 1793.

 

L'islette appartient en 1895 à Cyprien Courcelle, un ami des arts et des artistes puisqu'il donne l'hospitalité au grand sculpteur Auguste Rodin.

Vendu sous le Premier Empire, plusieurs propriétaires se succédèrent au XIXème siècle.

En 1950, l'Islette est acquise par la société Müller (Minerais et Affrètements) qui en fait une maison de repos pour son personnel.

Au milieu des années 60, le château fit l'objet, par Pierre et Madeleine Michaud, les propriétaires, d'une importante campagne de restauration

Le château reste dans la famille. Pierre-André et Bénédicte en deviennent propriétaires en 2010 et l'ouvre au public.

 

"Camille Claudel au bonnet" par Auguste Rodin plâtre ronde-bosse 1884

"Camille Claudel au bonnet" par Auguste Rodin plâtre ronde-bosse 1884

Le château de l'Islette plan des deux étages de visite, aquarelle carnet de voyage

Le château de l'Islette plan des deux étages de visite, aquarelle carnet de voyage

La chapelle :

La chapelle est aménagée dans le rez-de-chaussée de la tour 'Est.

Peint vers la fin du XVIème ou le début du XVIIème siècle, les décors de la chapelle ont retrouvé toute leur beauté grâce à une restauration réalisée en 2012. La voûte sur croisée d'ogive est ornée d'un semis d'étoiles à six branches dorées à la feuille, sur un fond bleu de lapis-lazuli. Les nervures, assises sur des chapiteaux-culots sculptés, sont rehaussés par une frise décorative végétale stylisée. Ce travail de restauration a aussi permis de découvrir que la chapelle préexistait au château actuel : en témoignent le faux parement pierre sur le mur en face de l'entrée et le petit triangle de faux parement brique conservé sur la voûte, vestige du premier décor du XVème siècle.

La chapelle est fréquemment citée sur les registres paroissiaux de Cheillé à partir de 1617. L'Islette, en effet, dépend de cette commune et non d’Azay-le-Rideaux, comme on le croit généralement.

La chapelle du châteauLa chapelle du château

La chapelle du château

La façade sud du château :

Le château de l'Islette en Touraine
La chambre du fond du château

La chambre du fond du château

Les chambres du Château

La chambre dans la tour ouestLa chambre dans la tour ouest
La chambre dans la tour ouestLa chambre dans la tour ouestLa chambre dans la tour ouest

La chambre dans la tour ouest

Il est possible que Camille Claudel logeait dans cette chambre. On sait que Auguste Rodin louait plusieurs pièces dans cet étage.

Dans une lettre qu'elle lui adressa le 25 juin 1893, elle lui écrivit : "Mlle Vaissier est venu me voir et m'a raconté toutes sortes de fables forgées sur moi à l'Islette, il parait que je sors la nuit par la fenêtre de ma tour, suspendue à une ombrelle rouge avec laquelle je mets le feu dans la forêt !!!"

Cette chambre est la celle des propriétaires du château lorsque la saison de visites se termine.

 

La façade sud et le cartouche sculpté au-dessus de la porte d'entréeLa façade sud et le cartouche sculpté au-dessus de la porte d'entrée

La façade sud et le cartouche sculpté au-dessus de la porte d'entrée

Le cadran solaire date de la seconde moitié du XVIIIème siècle, son intérêt résulte en particulier de la courbe en huit qui est représentée en son milieu. Cette courbe, appelée analemme (1), permet de marquer, à midi et selon l'emplacement de l'ombre du style sur celle-ci, le découpage, jusqu'à 15 minutes entre l'heure solaire vraie et l'heure solaire moyenne ( celle donnée par une horloge, correspondant à l'axe vertical du XII) Quant aux signes du Zodiaque, qui la parcourent, ils indiquent l'époque de l'année.

Lien Wikipédia analemme : https://fr.wikipedia.org/wiki/Analemme

L'analemme est la figure tracée dans le ciel par les différentes positions du soleil relevées à

une même heure et depuis un même lieu au cours d’une année calendaire.

Elle est sous forme d'un 8 sur la terre.

 

L'aile brique et pierre :

Cette partie est la partie la plus ancienne du château et remonte au XVème siècle.

 

Le Moulin
Le Moulin
Le Moulin

Le Moulin

Le moulin : son mécanisme a disparu, mais l'examen du cadastre napoléonien nous apprend qu'il était équipé de deux roues montées de chaque côté du moulin.

La rivière baignant le moulin est l'Indre.

Comment le moulin pouvait-il être constitué ?

 

L'eau :

L'élément eau, primordial à l'Islette "petite île", est intimement lié à la beauté et au charme du site. La rivière forme ainsi la frontière naturelle entre deux communes : celle d’Azay-le-Rideau, rive droite, par laquelle le visiteur entre, et celle de Cheillé, rive gauche, sur laquelle le château est édifié.

Un peu d'histoire : à l'origine, moulin "banal" (1), c'est-à dire dont les gens dépendant de la seigneurie étaient tenus de se servir pour moudre leur blé... moyennant une redevance au seigneur.

L'ancien moulin a été transformé depuis l'après-guerre en maison d'habitation.

(1) banal Lien banalité du système féodal : https://fr.wikipedia.org/wiki/Banalit%C3%A9_(droit_seigneurial)

Le parc du château

Le château de l'Islette en TouraineLe château de l'Islette en TouraineLe château de l'Islette en Touraine
Le château de l'Islette en TouraineLe château de l'Islette en Touraine
Les fleurs du parc du châteauLes fleurs du parc du château
Les fleurs du parc du châteauLes fleurs du parc du château

Les fleurs du parc du château

 

Le château de l'Islette en Touraine
Anes et oies du parcAnes et oies du parcAnes et oies du parc

Anes et oies du parc

Le château de l'Islette en Touraine
Plan général du château de l'Islette et son parc

Plan général du château de l'Islette et son parc

L'entrée du parc du château :  noter l'année inscrite en haut 1638L'entrée du parc du château :  noter l'année inscrite en haut 1638L'entrée du parc du château :  noter l'année inscrite en haut 1638

L'entrée du parc du château : noter l'année inscrite en haut 1638

Le château de l'Islette en Touraine
Le château de l'Islette en Touraine
Le château de l'Islette vu du ciel Emission des Racines & des Ailes 27 mai 2020
Le château de l'Islette vu du ciel Emission des Racines & des Ailes 27 mai 2020
Le château de l'Islette vu du ciel Emission des Racines & des Ailes 27 mai 2020

Le château de l'Islette vu du ciel Emission des Racines & des Ailes 27 mai 2020

Plan de la région et distance par rapport au château d’Azay-le-Rideaux
Plan de la région et distance par rapport au château d’Azay-le-Rideaux

Plan de la région et distance par rapport au château d’Azay-le-Rideaux

Mercredi 24 mai 2017 à 5:30 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

"Rodin", le film avec Vincent Lindon a été présenté mercredi 24 mai 2017 au festival de Cannes. Le château de l'Islette, à Azay-le-Rideau, avait servi de cadre aux amours tumultueuses entre Rodin et Camille Claudel, à partir de 1890. Il a servi de décors pour quelques scènes du film de Jacques Doillon.

 

Le Château de l'Islette :

9, route de Langeais 37190 Azay-le-Rideau

Tél. : 02 47 45 40 10 Courriel : http://www.chateaudelislette.fr

 

Notre gîte local :

La Turone, chambres d'hôtes

7, route de Baigneux 37190 Cheillé

Tél. : 02 47 45 91 59 Courriel : lguillon65@orange.fr

Site Booking.com : http://www.booking.com/ Turone Cheille

Visites des 29 et 30 août 2018

Sources : documentations et brochures du Château de l'Islette.

 

« Vous ne pouvez vous figurer comme il fait bon à l’Islette… et c’est si joli là ! …
Si vous êtes gentil à tenir votre promesse, nous connaîtrons le paradis ? »

Camille Claudel 

 

 

Merci à Bénédicte pour son sympathique accueil.

Merci à Mélissa pour sa visite-conférence passionnante, le 29 août 2018.

 

Autres articles sur Camille Claudel et Auguste Rodin :

Camille Claudel, son œuvre :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Sur les pas de Camille Claudel à paris (circuit)  :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/sur-les-pas-de-camille-claudel-a-paris-in-the-footsteps-of-camille-claudel-at-paris.html

Une visite à Fère-en-Tardenois, village natal de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-fere-en-tardenois-village-natal-de-camille-claudel.html

Une visite au musée Camille  Claudel à Nogent-sur-Seine :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Camille Claudel par Auguste Rodin http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

Quelques articles du blog sur les œuvres  de Camille Claudel :

"La Valse" ou "Les Valseurs" dont des études ont été réalisées au château de l'Islette : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2020/05/la-valse-ou-les-valseurs-de-camille-claudel.html

 

Le Château de l'Islette, le 30 aout 2018

 

Bonne visite !

 

 

A voir aussi dans la région :

Le Château d’Azay-le-Rideau, situé à 2 kilomètres de château de l'Islette.

Sur les pas d'Auguste Rodin : Le Musée Balzac au Château de Saché. Voir documentation ci-dessous.

L'écrivain Honoré de Balzac, né à Tours, a séjourné une

dizaine de fois à Saché, y compris dans son enfance.

 

Lien Wikipédiia château de Saché : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Sach%C3%A9

Le château de l'Islette en Touraine
Le château de l'Islette en Touraine
Partager cet article
Repost0
24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 10:49
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

Un séjour à Bayeux en août 2018 :

Bayeux et une des trois sous-préfectures du département du Calvados (avec Lisieux et Vire) et de la région Normandie peuplée de 13 656 habitants. (les Bajocasses ou Bayeusains).

Siège d'évêché depuis le IVème siècle et sous-préfecture du Calvados, Bayeux est célèbre pour sa tapisserie, retraçant, sous forme de broderie, la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, exposée au Centre Guillaume-le-Conquérant et inscrite depuis 2007 au registre Mémoire du monde de l'UNESCO.

Capitale du Bessin, située à quelques kilomètres des plages du Débarquement, Bayeux a été la première ville que l'opération Overlord a libérée et une des rares en Normandie à être restée intacte après les combats de la bataille de Normandie, conservant ainsi un riche patrimoine architectural et culturel.

Plan de Bayeux et ses fortification au XIème siècle (1)

Le nom de la localité est attesté sous la forme d'Augustodurum (1)  au Ier siècle av. J.-C., civitas Baiocassium vers 400, Baiocas vers 410, Baieus en 1155. Chef-lieu de l'ancien peuple gaulois des Badiocassi (2), il s'agit du transfert du nom de la tribu au nom de leur cité, selon un processus fréquemment observé au Bas Empire (cf. Paris, Angers, Limoges, Tours, etc.). Le gentilé semble distinguer les Bajocasses des Bayeusains selon que les habitants sont respectivement natifs ou non de la localité.

Petit circuit du centre ville :

Le circuit du centre ville historique de Bayeux

La cathédrale Notre-Dame de BayeuxLa cathédrale Notre-Dame de Bayeux

La cathédrale Notre-Dame de Bayeux

Détails de la cathédrale

Détails de la cathédrale

La tour lanterne de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux

La cathédrale et ses détails intérieursLa cathédrale et ses détails intérieursLa cathédrale et ses détails intérieurs
La cathédrale et ses détails intérieursLa cathédrale et ses détails intérieurs

La cathédrale et ses détails intérieurs

 

 

La cathédrale Notre-Dame de Bayeux :

XI - XVème siécle de style Roman et gothique


 

 

La cathédrale Notre-Dame de Bayeux est l'un des chefs-d'œuvre de l'architecture romane et gothique normande. Située à l'emplacement présumé du forum de la cité gallo-romaine d'Augustodurum et remplaçant un édifice d'époque mérovingienne.

L'actuelle cathédrale a été consacrée le 14 juillet 1077. Elle fait partie d'un ensemble épiscopal remarquablement préservé. C'est pour elle que fut réalisée la célèbre Tapisserie de Bayeux.

Caractéristiques de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux :

Longueur totale102 mètres
Largeur de la nef10 mètres
Largeur des collatérauxmètres
Largeur des chapelles des bas-côtésmètres
Hauteur sous voûte23,30 mètres
Longueur du transept37,60 mètres
Hauteur des flèches de la façade occidentale76,60 mètres
Hauteur de la tour de l'horloge74,50 mètres

La crypte de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux

La crypte de la cathédrale Notre-Dame de BayeuxLa crypte de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux
La crypte de la cathédrale Notre-Dame de BayeuxLa crypte de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux

La crypte de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux

Les Ursulines

Les Ursulines

L'hôtel de Ville de BayeuxL'hôtel de Ville de BayeuxL'hôtel de Ville de Bayeux

L'hôtel de Ville de Bayeux

Fontaine La Belle Popée :

Erigée en 1888,grâce à un leg de 25ooo francs de la part de Monsieur Niobey, maire de

Bayeux à l'époque.
Cette fontaine est alimentée par l'eau des sources de Barbeville.

Elle est constituée d'un premier grand bassin à la forme harmonieuse, oblong, recevant l'eau du bassin supérieur à la forme de trèfle , agrémenté de quatre tortues marines en métal .
L'eau jaillit de la bouche de 4 poissons aux pieds de la statue d'une jeune et jolie femme, symbolisant la ville de Bayeux, et se déverse dans une vasque à 12 canons posée sur une colonne ouvragée.

 

La rumeur ou la légende veut que que cette statue représente Popée, fille de Béranger comte de Bayeux et épouse du chef viking Rollon, premier duc de Normandie.


Cette statue est coiffée d'une couronne ducale car Bayeux fut capitale des Ducs de Normandie. S'appuyant sur un blason aux armes de Bayeux, elle est aussi entourée de symboles rappelant les industries de la ville.

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

Les anciens moulins de Bayeux :

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédraleUn séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédraleUn séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédraleUn séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

Les maisons médiévales du centre ville :

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

 

Détails d'une maison médiévale

Détails d'une maison médiévale

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédraleUn séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédraleUn séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédraleUn séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

 

Les cavaliers du rond-point Michel d'Ornano : Guillaume le Conquérant et ses compagnonsLes cavaliers du rond-point Michel d'Ornano : Guillaume le Conquérant et ses compagnonsLes cavaliers du rond-point Michel d'Ornano : Guillaume le Conquérant et ses compagnons

Les cavaliers du rond-point Michel d'Ornano : Guillaume le Conquérant et ses compagnons

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

La cour et l'entrée du centre Guillaume-le-Conquérant à Bayeux

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

La Tapisserie de Bayeux

La Tapisserie de Bayeux mesure 68,38 mètres par 50 centimètres de large. Elle se compose de 8 (ou 9 pièces).

626 personnages, 202 chevaux, 41 navires, 37 édifices composent cette broderie, car il s'agit en fait d'une broderie.

10 couleurs de fil composent cette œuvre brodée.

Quelques explications sur les personnages représentés :

Au début de la broderie, les saxons portent les cheveux assez long et sont moustachus, tandis

que les Normands sont imberbes et ont la nuque rasée.

Les combattants ont tous la même cote de maille d'acier tressé et le même caque conique.

Au combat, les fantassins normands sont surtout des archers, tandis que les saxons combattent à pied. Ils ont tous les mêmes cotes de maille et le casque rond avec une protection du nez..

brandissent la grande hache des vikings (voir image jointe à droite). Cette hache rappelle la forme des haches de guerre des housecarls, garde d'élite d'Harold. Le bord tranchant en fer trempé est soudé séparément.

Les normands sont pour la plupart à cheval, sauf les archers.

Après avoir lancé leurs volée de flèches en tir indirect, les archers se replient pour laisser place à la cavalerie, car ils n'ont pas d'autres armes.

Les personnages connus :

 

 

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Le cavalier normand

Le cavalier normand

 

Quelques extraits de la Tapisserie de Bayeux :

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Le matériel des sodats. Les boucliers sont fait de bois et de cuir, ce qui explique que ceux-ci sont bardés de flèchesLe matériel des sodats. Les boucliers sont fait de bois et de cuir, ce qui explique que ceux-ci sont bardés de flèchesLe matériel des sodats. Les boucliers sont fait de bois et de cuir, ce qui explique que ceux-ci sont bardés de flèches

Le matériel des sodats. Les boucliers sont fait de bois et de cuir, ce qui explique que ceux-ci sont bardés de flèches

 

La tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de « tapisserie de la reine Mathilde », et plus anciennement « Telle du Conquest » (pour « toile de la Conquête ») est une broderie, anciennement « tapisserie aux points d'aiguille » du XIème siècle, inscrite depuis 2007 au registre Mémoire du monde par l'UNESCO.

Elle décrit des faits allant de la fin du règne du roi d'Angleterre Edouard-le-Confesseur en 1064 à la Bataille d'Hastings (1) en 1066, dont l'enjeu était le trône d'Angleterre, contesté à Harold Godinwson par Guillaume, duc de Normandie (2). Les événements clés de la bataille, dont l'issue détermina la conquête normande de l'Angleterre(3) y sont détaillés, mais près de la moitié des scènes relatent des faits antérieur à l'invasion elle-même. Elle semble avoir été commandée par Odon de Bayeux (4) le demi-frère de Guillaume et réalisée au cours des années qui ont suivi la conquête.

L' évêque Odon, Guillaume et Robert, comte de Mortain

Bien que très favorable à Guillaume le Conquérant, au point d'être considérée parfois comme une œuvre de propagande, elle a une valeur documentaire inestimable pour la connaissance du XIe siècle normand et anglais. Elle renseigne sur les vêtements, les châteaux, les navires et les conditions de vie de cette époque. À ce titre, elle constitue un des rares exemples de l'art roman profane.

Conservée jusqu'à la fin du XVIIIe siècle dans le Trésor de la cathédrale de Bayeux, elle

échappa de peu à la destruction, lors de la Révolution française. Elle est aujourd'hui présentée au public au centre Guillaume-le-Conquérant qui lui est entièrement dédié.

La Tapisserie se trouve à Bayeux depuis neuf siècles. Elle fut conservée dans la cathédrale jusqu'à la Révolution, mais devint ensuite un bien de l’État confié aux soins des autorités municipales. Elle fut présentée dans un ancien séminaire, rebaptisé Centre Guillaume le Conquérant.

(1) Lien site La bataille d'Hastings

Où se situe le lieu de la bataille d'Hastings ?

 

Au nord les armées saxonnes

Les forces en présence : au sud les bretons, les normands, les français flamands

Quelques explications sur les navires utilisés par les normands pour rejoindre l'Angleterre :

L'influence viking se retrouve dans la structure des bateaux utilisés par les normands.. Les drakkars pouvaient  naviguer à la voire ou à l'aviron. La direction du bateau est assurée par un large gouvernail, en fait une large rame qui pivote sur une cale qui correspond à une barre de gouvernail. Les figures de proue et de poupe représentent souvent des dragons crachant le feu ou des têtes fantastiques de griffons aux vives couleurs destinées à effrayer les adversaires.

Une explication sur la construction d'un navire est donnée sur environ quatre mètres de la Tapisserie de Bayeux. Nous savons que les navires n’étaient pas construits avec des planches jointes tranche contre tranche. les coques étaient bâties " à clins", les bordages se recouvrent l'un et l'autre, d'une manière similaire aux ardoises d'un toit. Tout au long du bordage, des trous sont percés pour laisser passer les pales des avirons.(entre 12 et 16 suivant la taille du bateau).

Chaque navire a un seul mât, mobile pour être fréquemment dressé ou abaissé, toujours placé

au centre, son gréement est très simple et on voit  parfaitement les haubans de côté, au nombre de 4 ou de 6 et les 2 étais, l'un à l'avant et l'autre à l'arrière.

Les voiles sont à base de tissus ou de peau, sont toutes de forme carrée.

 

(2) Lien Guillaume duc de Normandie : Guillaume, duc de Normandie.

(3) Lien La conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie conquête normande de l'Angleterre,

(4) Lien site Wikipédia Odon de Bayeux Odon de Bayeux

Un arbre en Liberté

Un arbre en Liberté

Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale
Un séjour à Bayeux, sa tapisserie et sa cathédrale

Bayeux, les rendez-vous de la cathédrale : "Un arbre en Liberté"

 

A voir à Bayeux :

. Un parcours aménagé permet de suivre les bords de l'Aure sur toute la traversée de la ville, du sud au nord et jusqu'à Vaux-sur-Aure,

. Le musée mémorial de la Bataille de Normandie,

. Le Mémorial des Reporters du monde,

. Le Cimetière Britannique,

 

Le Memorial des Reporters de Robert Capa à James Foley : les journalistes qui ont perdu la vie pour informer la planèteLe Memorial des Reporters de Robert Capa à James Foley : les journalistes qui ont perdu la vie pour informer la planèteLe Memorial des Reporters de Robert Capa à James Foley : les journalistes qui ont perdu la vie pour informer la planète

Le Memorial des Reporters de Robert Capa à James Foley : les journalistes qui ont perdu la vie pour informer la planète

"Se vouloir libre, c'est aussi vouloir les autres libres" Simone de Beauvoir

"One may only taste freedom when others around us are free"

 

Le musée mémorial de la Bataille de Normandie :

 

 

Char américain, britannique et allemand de la Seconde Guerre mondialeChar américain, britannique et allemand de la Seconde Guerre mondialeChar américain, britannique et allemand de la Seconde Guerre mondiale

Char américain, britannique et allemand de la Seconde Guerre mondiale

Chars M4 Sherman du 30ème corps d'armée britannique traversant Bayeux en 1944, pendant la bataille de Normandie.

Le cimetière britanniqueLe cimetière britanniqueLe cimetière britannique

Le cimetière britannique

Le circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'OrnanoLe circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'Ornano
Le circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'OrnanoLe circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'OrnanoLe circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'Ornano
Le circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'OrnanoLe circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'OrnanoLe circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'Ornano

Le circuit des marais le long de l'Aure, au départ du rond-point Michel d'Ornano

Traditions et coutumes normandes :

Coiffe normande des environs de Bayeux

 

Le Calcados

appelé

calva

 

 

A gauche

alambic portatif

Documentations sources et liens :

(1) Plan de Bayeux au XIème siècle d'après L. Musset

Lien site Wikipédia Guillaume-le-Conquérant : Guillaume le Conquérant

 

Lien site Wikipédia Bayeux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bayeux

Blason de Bayeux : "De gueules au léopard d'or, surmonté en dextre d'un B et au senestre d'un X du même".

 

(1) Lien site Augustodurum : Augustodurum  (2) Lien Badiocassi : Badiocassi

 

Les anciennes fortifications de Bayeux

La Tapisserie de Bayeux :

Adresse : 13 bis, rue de Nesmond I 14400 Bayeux

Tél. : 02 31 51 25 50 Site : http://www.bayeuxmuseum.com

Courriel : tapisserie@mairie-bayeux.fr

Réservations Tél. : 02 31 51 25 58 courriel  reservation@bayeuxmuseum.com

La cathédrale de Bayeux :

 

Le Musée Mémorial de la Bataille de Normandie :

Boulevard Fabian Ware, 14400 Bayeux

  • Tél. : 01 31 51 46 90
  • Fax : 02 31 51 46 91

 

Courriel : bataillenormandie@mairie-bayeux.fr

 

Office de Tourisme de Bayeux :

3, rue Saint-Jean, 14400 Bayeux www.bayeux-bessin-tourisme.com

Courriel : info@bayeux-tourism.com 

  • Tél : 02 31 51 28 28
  • Fax : 02 31 51 28 29
Sites et réseaux sociaux :

La cathédrale Notre-Dame de Bayeux par François Neveux et Claire Ruelle Editions OREP

"Les secrets de la Tapisserie de Bayeux" Le Guide Pitkin

"La Tapisserie de Bayeux" par le Professeur L. Musset Éditions Artaud Frères

"La vie au XIème siècle sous Guillaume-le-Conquérant d’après la Tapisserie de Bayeux" numéro  hors série de la revue Heimdal, texte de Simone Bertrand.

Cet article comprend 145 images du 21, 22 et 23 août 2018 à Bayeux

 

Bonne visite et découvertes !!

 

Merci à Géraldine, notre amie et guide locale de notre séjour.

***

Partager cet article
Repost0
18 août 2018 6 18 /08 /août /2018 15:49
Le parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de Vaugirard
Le parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de VaugirardLe parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de Vaugirard

Le parc Georges-Brassens se trouve dans le 15ème arrondissement de Paris sur l'emplacement des anciens abattoirs de Vaugirard. Ouvert en 1985, il couvre une superficie de 8,7 hectares sur un terrain en dénivelé qui abritait au XVIIIe siècle le vignoble de Périchot ou Périchaux.

Le Clos du Périchaux, ou Périchot, est un ancien lieu-dit de Paris à Vaugirard.

Dans le vignoble de Périchaux ou Périchot, c'est le morillon, un cépage qui poussait à Vaugirard et qui était utilisé dans ce clos, à l'origine d'un lieu-dit situé de l'autre côté du parc Georges-Brassens.

Il donne son nom à la rue des Périchaux situé dans ce secteur de Paris. Voir plan ci-joint

 

Le parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de Vaugirard

Ils étaient desservis par voie ferroviaire par la gare des abattoirs de Vaugirard placée sur la ligne de la Petite Ceinture.

Les éléments des abattoirs de Vaugirard qui subsistent aujourd'hui :

  • pavillons d'entrée (actuellement l'administration du parc),
  • anciennes portes d'accès en pierre de taille ornées de décorations sculptées,
  • marché à la criée surmontée d'un tour équipée d'une horloge à quatre cadrans et d'un beffroi,
  • halte aux chevaux (abrite le marché du livre ancien et d'occasion),
  • hangar à fourrage (transformé pour devenir la crèche collective municipale Morillons,
  • bâtiment des services vétérinaires en pierres meulières et briques au 106, rue Brancion, à l'angle sud-est du site, portant, entre autres ornements, des sculptures en bas-relief honorant Thomas Eugène Renault, Armand Charles Goubaux, Camille Leblanc et  Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, ainsi que celle d'une tête de cheval accompagnée de l'inscription en latin "ANNO 1907", datant l'édifice.

Le parc Georges Brassens actuel :

Le parc Georges Brassens offre un paysage fortement dénivelé, une rivière surmontée d'un petit pont et un belvédère. Vous y découvrez de nombreuses variétés de plantes : plantes de terre de bruyère, plantes habituées des cours d'eau (sagittaires, massettes...), roseraie. Un jardin de senteurs avec de nombreux spécimens, du chèvrefeuille en passant par le jasmin, et un jardin de plantes aromatiques et médicinales permettent aux non-voyants de s'initier à la botanique grâce à un étiquetage en braille. Le bassin abrite quelques couples de canards colverts.

Le serin cini y a trouvé des conditions idéales pour sa reproduction, une zone plantée d'arbres

espacés. Vous le remarquez grâce à son chant, des petits cris métalliques groupés par deux ou trois. Il est particulièrement prolixe lors de sa parade nuptiale, au début du mois de mai.

Le parc abrite également quelques hôtes de pierre et de bronze, un buste du docteur Émile Decroix, une tête de cheval, sur la porte d'entrée située à l'angle de la rue des Morillons et de la rue Brancion, ainsi qu'un buste de Georges Brassens, réalisé par André Greck. Des allées, qui portent les noms de certaines de ses chansons, rappellent son souvenir.

 

Des activités sont proposées autour de la vigne de pinot noir, mais également au rucher, par la Société Centrale d'Apiculture. Créé en 1986, il a accueilli depuis près de 30 000 enfants. Guidés par un animateur, ils apprennent à connaître le rôle des abeilles, l'essaimage, la pollinisation... Une vente de miel a lieu tous les premiers samedis d'octobre. (Renseignements au 01 45 42 29 08, de 14h à 18h)

Les enfants trouvent ici leur bonheur car ils disposent de très nombreuses activités : balançoires, promenades à dos de poneys, ping-pong, manège, théâtre de Polichinelle.

Le parc et le manège BrassensLe parc et le manège BrassensLe parc et le manège Brassens
Le parc et le manège Brassens

Le parc et le manège Brassens

Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !
Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !

Le Manège du Parc Georges Brassens Georges... sans s dommage !

 

Le parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de VaugirardLe parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de VaugirardLe parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de Vaugirard
Le parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de VaugirardLe parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de Vaugirard
Le Marché aux chevaux au debut du siècle dernierLe Marché aux chevaux au debut du siècle dernierLe Marché aux chevaux au debut du siècle dernier

Le Marché aux chevaux au debut du siècle dernier

La cour intérieure, le marché à la criée et l'entrée des abatoirsLa cour intérieure, le marché à la criée et l'entrée des abatoirs
La cour intérieure, le marché à la criée et l'entrée des abatoirs

La cour intérieure, le marché à la criée et l'entrée des abatoirs

Plan actuel et ancien
Plan actuel et ancien

Plan actuel et ancien

Adresse principale :

2, place Jacques-Marette
75015 PARIS voir plan ci-dessus

Autres Accès : rue des Morillons, rue des Périchaux et rue Brancion

Lien site officiel : https://www.paris.fr/equipements/parc-georges-brassens-1805#horaires

Horaires d'ouverture : https://www.paris.fr/equipements/parc-georges-brassens-1805#horaires

Les habitations de Georges Brassens dans le quartier (photographies 15.8.2018)Les habitations de Georges Brassens dans le quartier (photographies 15.8.2018)

Les habitations de Georges Brassens dans le quartier (photographies 15.8.2018)

Georges Brassens dans l'impasse Florimont

42, rue Santos-Dumont et 9, impasse Florimont (Les 2 maisons sont encore visibles.)

Georges Brassens a habité aussi au 7.9 rue Emile Dubois 75014 (prés de Denfert-Rochereau)

Bientôt un article et un circuit "Sur les pas de Georges Brassens à Paris" (à l'étude)

Les circuits actuels sur la toile sont incomplets.

Bonne visite !

A voir aussi dans le secteur :

La petite ceinture de Paris sud

Le parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de VaugirardLe parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de VaugirardLe parc Georges Brassens et les anciens abattoirs de Vaugirard

Le Laboratoire National d'Essais

Un laboratoire de Métrologie et d'Essais. J'y ai travaillé de 1985 à 2008 dans le département Chimie

La Villa Santos-Dumont 75015 Paris et ses anciens ateliers d'artistes
La Villa Santos-Dumont 75015 Paris et ses anciens ateliers d'artistes
La Villa Santos-Dumont 75015 Paris et ses anciens ateliers d'artistes

La Villa Santos-Dumont 75015 Paris et ses anciens ateliers d'artistes

La Ruche :

L'entrée de la Ruche, cité d'artiste

La Ruche est sise au numéro 2 du passage de Dantzig à l'ouest et proche des anciens abattoirs de Vaugirard créés peu après la Ruche en 1904 (à l'emplacement de l'actuel parc Georges-Brassens, dans le 15ème arrondissement.)Jusqu'en 1910 la résidence est reliée à Montparnasse par un tramway tiré par deux chevaux. Derrière la grande grille en fer à moitié dissimulée sous le lierre se dresse cet espace de verdure en plein Paris et l'un des plus importants centres artistiques du XXe siècle.

Le pavillon des vins, de forme octogonale, occupe le centre de la propriété, qui couvre près de 5 000 m2. S'élevant sur trois étages. il est composé de nombreux petits ateliers d'une trentaine de mètres carrés.

Les façades et toitures du bâtiment sont inscrites aux monuments historiques par un arrêté du 19 janvier1972.

 

La Ruche (en visite conférence) : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-de-la-ruche-et-du-15eme-sud-77664391.html

Site Emmanuelle Corselet : visite de la Ruche : http://www.emmanuelle-corcellet.fr/guide-conferenciere-ile-de-france-paris.html

Lien site Wikipédia La Ruche (cité d'artiste) : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ruche_(cit%C3%A9_d%27artistes)

La fontaine Wallace de l'entrée Brancion du parc Georges Brassens

La fontaine Wallace de l'entrée Brancion du parc Georges Brassens

Partager cet article
Repost0
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 19:12
Sur les pas de Georges Brassens à Paris
Sur les pas de Georges Brassens à Paris

Le parc Georges Brassens à Paris 15ème

Sur les pas de Georges Brassens à Paris
Sur les pas de Georges Brassens à Paris

 

Le marché aux chevaux au début de siècle dernierLe marché aux chevaux au début de siècle dernierLe marché aux chevaux au début de siècle dernier
Le marché aux chevaux au début de siècle dernierLe marché aux chevaux au début de siècle dernier

Le marché aux chevaux au début de siècle dernier

La statue de bronze de Georges Brassens

"Le Petit cheval"

https://www.youtube.com/watch?v=ob6gvhZU3j4

Sur les pas de Georges Brassens à ParisSur les pas de Georges Brassens à Paris
Sur les pas de Georges Brassens à Paris
Sur les pas de Georges Brassens à ParisSur les pas de Georges Brassens à ParisSur les pas de Georges Brassens à Paris
Chez Jeanne  Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966Chez Jeanne  Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966Chez Jeanne  Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966
Chez Jeanne  Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966Chez Jeanne  Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966Chez Jeanne  Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966

Chez Jeanne Georges Brassens impasse Florimont de 1944 à 1966

Le 42, rue Santos-Dumont et la villa Santos-Dumont, hâvre de paix du quartierLe 42, rue Santos-Dumont et la villa Santos-Dumont, hâvre de paix du quartier
Le 42, rue Santos-Dumont et la villa Santos-Dumont, hâvre de paix du quartierLe 42, rue Santos-Dumont et la villa Santos-Dumont, hâvre de paix du quartier

Le 42, rue Santos-Dumont et la villa Santos-Dumont, hâvre de paix du quartier

 

Les anciens Bains-douches préservés, en restauration actuellement
Les anciens Bains-douches préservés, en restauration actuellementLes anciens Bains-douches préservés, en restauration actuellement

Les anciens Bains-douches préservés, en restauration actuellement

Sur les pas de Georges Brassens à Paris

Le quartier de Bobino à Montparnasse :

La rue de la Gaité et ses théâtres, Bobino au N°12La rue de la Gaité et ses théâtres, Bobino au N°12La rue de la Gaité et ses théâtres, Bobino au N°12

La rue de la Gaité et ses théâtres, Bobino au N°12

Le circuit de la balade qui peut démarrer de Paris Ouest Trocadéro ou métro. Passy par exemple

Le circuit de la balade qui peut démarrer de Paris Ouest Trocadéro ou métro. Passy par exemple

Georges  Brassens, quelques dates :

Naissance le 22 octobre 1921 à Cette (Sète plus tard)

1936, élève moyen à l’école, il s’ouvre à la poésie grâce à son professeur de français Alphonse Bonnafé,

1939 : peine de prison avec sursis,

Février 1940 : il rejoint Paris, au 173, rue d’Alésia chez sa tante, Antoinette Dagrosa

1940 : au printemps travaille chez Renault quelques mois, l’usine est bombardée, les allemands arrivent à Paris

1943 : mars STO en Allemagne à Basdorf,

1944 à 1966 : chez Jeanne et Marcel, 9, impasse Florimont

1946 : il hérite du piano de sa tante, il se lie avec des militants libertaires, le peintre Marcel Renott, et le poète Armand Robin il collabore périodiquement avec la Confédération du Travail

1947 : rencontre avec Joha Heiman appelée Püppchen (petite poupée en allemand) origine d’Estonie (1911-1999),

1952 : 24 janvier rencontre avec Patachou qui l’auditionne. 16 mars, France-Soir titre en gros caractères : « Patachou a découvert son poète», 6 mars, première émission télévisée de Georges Brassens à la RTF : il chanteLa Mauvaise réputation devant le public de l’Alhambra. Du 28 juillet au 30 août, il fait sa première tournée en France, en Suisse et en Belgique avec Patachou et les Frères Jacques, en septembre il est engagé aux «Trois Baudets», le 23 décembre, Patachou, qui a mis plusieurs chansons de son poulain à son répertoire, enregistre « Patachou chante Brassens » au studio Chopin-Pleyel

1953 : février 1er Bobino, deuxième en octobre, tous les cabarets de Paris le demandent et ses disques commencent à bien se vendre.

1954 : Olympia 23 février au 4 mars et 23 septembre au 12 octobre. Pierre Nicolas l’accompagne à la contrebasse (leur collaboration va durer presque 30 ans,

1955 : Georges Brassens achète la maison de Marcel Planche, impasse Florimont et la maison mitoyenne, l’eau et l’elecvtricté installé, il leur offre

1956 : premiers pas de Georges Brassens avec le cinéma (Porte des Lilas)

1964 : «Les copains d’abord » pour le film « Les copains » d’Yves Robert,

1965 : Bobino

1958 : achat du moulin de la Bonde à Crépières, Seine-et-Oise, Yvelines actuellement (mise en vente de la maison en 1970)

1968 : octobre, disparition de Jeanne, Georges quitte le 14ème

Quand on demande à Georges se qu’il  faisait en 1968, il répond, "des calcul "

1969 : Achat de la villa « Ker Flandry » à Lézardieux (Côtes du Nord) Côtes-d'Armor actuelles,

1969 à 1981 : 42, rue Santos Dumont,

1972 : Bobino,

1976 : 19  octobre Bobino, 5 mois,

1977 : 20 mars, dernière de Bobino de Georges Brassens

1981 : 29 octobre : décès de Georges Brassens à Saint-Gély-du-Fesc, au nord de Montpellier.

Le circuit Georges Brassens à Paris et son extention à l'Ouest

Le circuit Georges Brassens à Paris et son extention à l'Ouest

Le savez-vous ? : Georges Brassens passa quelques mois à Cormeilles-en-Parisis, près de la gare, au 7 rue Malibran à son retour d'Allemagne en 1944.

Partager cet article
Repost0
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 14:38

 

Dimanche 29 juillet 2018

 

 

Quelques images :

 

Du jaune !!Du jaune !!Du jaune !!
Du jaune !!Du jaune !!Du jaune !!
Du jaune !!Du jaune !!Du jaune !!

Du jaune !!

Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris

 

Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris

Le concert du dimanche soir :

 

Concert avec le groupe Celtic Whirl place du 14 juillet de 19 à 23 heuresConcert avec le groupe Celtic Whirl place du 14 juillet de 19 à 23 heures

Concert avec le groupe Celtic Whirl place du 14 juillet de 19 à 23 heures

Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Dernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-ParisDernière étape du Tour de France 2018 Houilles-Paris
Le Marché de HouillesLe Marché de HouillesLe Marché de Houilles

Le Marché de Houilles

 

La mairie de Houilles

La mairie de Houilles

La place Victor Schoelcher

La place Victor Schoelcher

Partager cet article
Repost0
16 août 2018 4 16 /08 /août /2018 17:10
Le pont de Bir-Hakeim à Paris

Le pont de Bir-Hakeim, anciennement pont de Passy, est un pont parisien franchissant la Seine entre le 15ème et le 16ème arrondissement dont la première version la paserelle de Passy date de 1878.

Il a été inscrit au titre des monuments historique, par arrêté du .

Antérieurement se trouvait à cet endroit une passerelle métallique piétonnière, "la passerelle de Passy" construite pour l’Exposition universelle en 1878.

 

Elle porte le nom du point stratégique dans le désert de Lybie, appelé Bir Hakeim, où les Forces françaises libres opposèrent une défense héroïque aux troupes allemandes, lors d'une bataille en juin 1942.

Type  :                                                  Pont en arc 
Longueur :237 mètres
Largeur :24,7 mètres
Matériau(x)                                          Acier 
Construction
Construction : 1903 à 1905 
Architecte(s) : J.C. Formigé L. Biette Daydé & PilléJ.-C. Formigé, L. Biette,entreprise Daydé & Pillé

Lien site Wikipédia Jean-Camille Formigé :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Camille_Formig%C3%A9

Lien site Wikipédia Louis Biette en cours : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Louis_Biette&action=edit&redlink=1

Lien site Wikipédia :

Entreprise Daydé, ou Daydé & Pillé, était une entreprise française de construction métalliques.

Fondée par Henri Daydé, cette entreprise a porté plusieurs noms : d'abord Daydé, puis brièvement Lebrun, Pillé & Daydé (1880), puis Daydé & Pillé (1882), puis finalement à nouveau Daydé (1903).

L'entreprise a fusionné en 1964 au sein de la Compagnie française d'entreprises, devenue C.F.E.M., et finalement intégrée dans Eiffel construction métalliques.

En 2011, Eiffel Constructions Métalliques change de nom, et devient Eiffage Construction Métallique, après une procédure judiciaire entamée en 2006.

 

Les ateliers étaient situés à Creil.

Lien site Eiffel constructions métalliques :  Eiffel constructions métalliques

 

Les dessous du pont

Le pont de Bir-Hakeim à ParisLe pont de Bir-Hakeim à ParisLe pont de Bir-Hakeim à Paris
Le pont de Bir-Hakeim à Paris

Vue vers le métro. Passy : les colonnes de style art déco

 

Le pont de Bir-Hakeim à Paris

Le pont Bir-Hakeim vu du pont d'Iéna

Deux groupes en fonte sculptés par Gustave Michel (1851-1924) ornent les piles en maçonnerie:  "les forgerons riveurs" et les "Nautes". 

Groupe "Les forgeurs riveurs" et "Les Nautes" du sculpteur Gustave MichelGroupe "Les forgeurs riveurs" et "Les Nautes" du sculpteur Gustave MichelGroupe "Les forgeurs riveurs" et "Les Nautes" du sculpteur Gustave Michel

Groupe "Les forgeurs riveurs" et "Les Nautes" du sculpteur Gustave Michel

Le pont Bir-Hakeim et "Les forgeurs riveurs" durant la crue de la Seine en 2016

La Seine et son niveau le 15 août 2018

La Seine et son niveau le 15 août 2018

La France renaissante et non Jeanne d'Arc

La France renaissante et non Jeanne d'Arc

 

"La France renaissante" est une statue équestre installée sur le pont de Bir-Hakeim à Paris, réalisée par Holger Wederkinch en 1930, et donnée à la municipalité par la communauté danoise.

Cette statue est installée au centre d'une placette située entre les deux rives de la Seine, correspondant à la pointe amont de l'île aux Cygnes, dont elle est isolée par le pont de Bir-Hakeim, et qui sert également de belvédère donnant sur la Tour Eiffel. La statue était initialement supposée représenter Jeanne d'Arc, mais son caractère jugé trop emphatique et trop guerrier, contraire à l'iconographie habituelle de l'héroïne, n'a pas été apprécié par le conseil municipal de Paris et a fait émettre en février 1956 un avis défavorable à la Commission centrale des monuments commémoratifs, dépendant du ministère de l'Intérieur. Après intervention de l'ambassade du Danemark il a été décidé, pour éviter un incident diplomatique, de la rebaptiser La France renaissante, de manière à lui retirer sa portée commémorative et à lui donner un simple statut décoratif : ainsi pouvait-elle être érigée malgré l'avis de la Commission, celle-ci n'étant consultée que pour les monuments commémoratifs. Cette érection a été autorisée par un décret du 3 août 1956 et l'inauguration a eu lieu en 1958 en présence de l'ambassadeur du Danemark.

Le pont des mariés asiatiques :

Tous les jours se pressent les mariés asiatiques et leur photographes afin de poser avec la Tour Eiffel comme image de fond.

Pour info., quatre couples de mariés aperçus le 15 août en une heure de visite.

Le pont des mariés asiatiques photographiés tous les jours sur le pont avec la Tour Eiffel en image de fond

 

Images d'antan :

Le Pont de Bir-Hakeim Photographies du début du XXème siècleLe Pont de Bir-Hakeim Photographies du début du XXème siècle

Le Pont de Bir-Hakeim Photographies du début du XXème siècle

L'ancienne passerelle de Passy vue de la Tour Eiffel lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1889

Vues aériennes :

Visite du 15 août 2018

Sources site Wikipédia Le pont de Bir-Hakeim : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pont_de_Bir-Hakeim

Sources : Paris1900 l'art nouveau http://paris1900.lartnouveau.com/ponts/pont_bir-hakeim.htm

Sources site Paristoric : http://www.paristoric.com/index.php/paris-d-hier/statues/autres-statues/4016-les-statues-du-pont-de-bir-hakeim-la-france-renaissante

Autres pages ou articles du blog : les ponts de Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1864233.html

Les statues des ponts de Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-statues-des-ponts-de-paris-122626056.html

Blog des Randonneurs Ovillois "Les statues des Ponts de Paris" : http://lesrandonneursovillois.over-blog.com/article-les-statues-des-ponts-de-paris-122619743.html

Top articles Jean-Pierre par l'hégergeur Overblog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/top

 

 

 

Où se situe le Pont Bir-Hakeim à Paris ?
 
Comment se rendre au pont Bir-Hakeim ?

Métro : Passy et Bir-Hakeim (ligne 6)
Bus : 72 arrêt Bir-Hakeim
Localisation :

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 21:39
Une visite à Semur-en-Auxois et ses remparts

 

Voici le 700ème article du blog après un peu plus de 9 ans d'existence.

Autour de 5.000 articles lus par mois, dont les plus lus sont, dans l'ordre les suivants :

Le circuit Hector Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

Sur les traces d'Amélie Poulain à Montmartre :http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/03/une-visite-a-montmartre-sur-les-pas-d-amelie-poulain.html

Sur les traces de Frédéric Chopin à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/02/sur-les-traces-de-frederic-chopin-a-paris.html

Les couleurs de la tour Eiffel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/les-couleurs-de-la-tour-eiffel.html

Le mur peint des Canuts à Lyon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-mur-peint-des-canuts-a-lyon.html

Le circuit art nouveau à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/09/un-petirt-circuit-art-nouveau-a-budapest.html

Top articles du blog établi par hébergeur Overblog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/top

 

Une visite de Semur-en-Auxois et ses remparts

"Une ville réputée imprenable"

Voici un article sur un circuit qui comprend le parcours des remparts impressionnants de la ville, mais aussi ses ruelles étroites, l'église Notre-Dame et la visite d'un des plus beaux hôtels particuliers de la ville.

 

Détail d'une ancienne vue panoramique de la ville : Semur vue du côté nord

La carte de la ville

La carte de la ville

Les remparts de la cité :

Ayant toujours eu des remparts, la ville fut baptisée Sinemuro castrum, "sinemurus" étant une dénomination prélatine d'une citadelle.

Au 14ème siècle, lorsque l'on renforça sa citadelle par un rempart appuyé sur 18 tours, Semur devint la place la plus redoutable du Duché. la ville se divisait alors en trois parties entourées chacune d'une enceinte. au centre, occupant toute la largeur de l'éperon rocheux, le quartier du Donjon était alors une vrai citadelle, plongeant à pic sur la vallée de l'Armançon, et défendue, aux angles, par quatre énormes tours rondes : tour de l'Orle-d'Or, tour de la Géhenne, tour de la Prison et tour Margot.

A l'ouest, le quartier du Château, qu'Henri IV fit démanteler en 1602, car ayant servi de refuge aux ligueurs, couvrait la partie haute de la presqu'île enfermée dans le méandre de la rivière.

A l'est, le bourg Notre-Dame demeura le quartier le plus peuplé, même loque la ville s'étendit sur la rive gauche de la ville.

Les remparts de la ville, avec en premier plan, le pont Joly

Les remparts de la ville, avec en premier plan, le pont Joly

Voir la légende de cette porte en fin d'article (texte coloré en bleu)

Voir la légende de cette porte en fin d'article (texte coloré en bleu)

La Tour de l'Orle d'Or

La charpente de la Tour :  image source ville de Semur

A l'extérieur de la promenade des remparts
A l'extérieur de la promenade des remparts

A l'extérieur de la promenade des remparts

 

La collégiale Notre-Dame :

 

 

La collégiale Notre-Dame, s'élève sur une petite place bordée de maisons anciennes.

Fondée au  XIème siècle, reconstruite au cour du XIIIème siècle, elle fut plusieurs fois remaniée et agrandie par l’adjonction de chapelles sur les côtés nord.

Elle fut restaurée par Viollet-le-Duc.

Plan de la collégiale Notre-Dame

 

Une visite à Semur-en-Auxois et ses remparts
L'église Notre-Dame de SaulieuL'église Notre-Dame de SaulieuL'église Notre-Dame de Saulieu
L'église Notre-Dame de Saulieu

L'église Notre-Dame de Saulieu

La Mise au tombeau * polychrome de la fin du XVème siècle

Une visite à Semur-en-Auxois et ses remparts
La basilique et ses merveillesLa basilique et ses merveillesLa basilique et ses merveilles

La basilique et ses merveilles

Du 22 juin au 31 octobre 2018, vous pourrez découvrir dans la ville, ainsi qu'au musée de Semur-en-Auxois, l'exposition de l'artiste François SCHUITEN.

 

Les œuvres de François Schuiten dans la ville de Semur-en-AuxoisLes œuvres de François Schuiten dans la ville de Semur-en-Auxois

Les œuvres de François Schuiten dans la ville de Semur-en-Auxois

Les œuvres de François Schuiten dans la cité médiévale

Les œuvres de François Schuiten dans la cité médiévale

Les portes de la cité médiévale
Les portes de la cité médiévale

Les portes de la cité médiévale

 

Visite d'un hôtel particulier : à noter une des plus belles vues sur la ville

Une visite à Semur-en-Auxois et ses remparts
Le Pont Pinard qui mène dans les faubourgs de la rive gauche de la cité

Le Pont Pinard qui mène dans les faubourgs de la rive gauche de la cité

Le Pont-Pinard franchi l'Armançon qui baigne la cité

Plan de la cité. Quelques-unes des tours principales sont signalées sur ce plan

Plan de la cité. Quelques-unes des tours principales sont signalées sur ce plan

Une visite à Semur-en-Auxois et ses remparts
Une visite à Semur-en-Auxois et ses remparts
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois
La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois

La brochure du Service du Patrimoine de la ville de Semur-en-Auxois

La population de Semur-en-Auxois se situe autour de 4.300 habitants (les semurois)

"Les citoiens de Semur sont gens paisibles, doux, debonnaires, & charitables, s'entr'aymans & caressans, & vivans ensemble en grande concorde, & qui se plaisent fort en l'acointance des estrangers : le païs y est fertil, & sur tout en vignoble : mais ne faut oblier que les violettes,& les oeillets les plus soeuefs & beaux, & odoiriferans de la France croissent és jardins qui sont és entours de ceste ville..."

Cosmographie universelle de tout le monde recueilly tant par Sébastien Munster, que recherché par Françoys de Belle-forest, comingeois.

Chez Michel Sonnius, 1575 (seconde partie, Colonne 300) Collection Semur-en-Auxois, Bibliothèque municipale, J/II-9666)

Surface :19.14 km² (1 914 hectares) 
Altitude minimum :237 m 
Altitude maximum :423 m 
Altitude moyenne :330 m 
Altitude de la mairie :280 m

Sources : guide du Morvan, Guide Michelin Bourgogne, documentations de l'Office du Tourisme de Semur.

Service du Patrimoine de la ville de Semur :

Bibliothèque Municipale

Rue Jean-Jacques Collenot 21140 Semur-en-Auxois

Tél. : 03 80 97 20 44 Fax : 03 80 97 06 26

Courriel : animation@patrimoine@wanadoo.fr

Pays d'art et d'histoire de l'Auxois :

Pays de l'Auxois Morvan Côte d'Orien :

13, rue de l'Hôtel de Ville 21350 Vitteaux

Tél. : 03 80 33 90 81 Fax : 03 80 49 67 55

Courriel  : pah@pays-auxois.com

Site lien : http://www.pays-auxois.com

Office de tourisme de Semur-en-Auxois :

2, place Gaveau 21140 Semur-en-Auxois

Tél. : 03 80 97 05 96 Fax : 03 80 97 08 85

Courriel : http://info@tourisme-semur.fr

Merci aux personnes de l’accueil de l'Office de Tourisme pour leur accueil sympathique.

 

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
12 août 2018 7 12 /08 /août /2018 05:22

 

 

La forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'OrLa forteresse de Thil en Côte-d'Or
Images de la forteresseImages de la forteresseImages de la forteresse
Images de la forteresseImages de la forteresse
Images de la forteresseImages de la forteresse
Images de la forteresseImages de la forteresse

Images de la forteresse

Tout confort : images des lattrinesTout confort : images des lattrines

Tout confort : images des lattrines

Le camping-car de Perceval et son épouseLe camping-car de Perceval et son épouseLe camping-car de Perceval et son épouse

Le camping-car de Perceval et son épouse

Découvrir la forteresse de Thil en s'amusant.

Différents jeux d'origine et d'inspiration médiévale sont à la disposition de nos visiteurs. Une visite qui allie la culture et la découverte de notre patrimoine bourguignon et le jeu. Différents panneaux expliquant l'histoire, l'architecture du site sont à votre disposition.

Ce qu'il faut savoir :

Les Romains installèrent sur la butte sur laquelle est édifié le Château un oppidum. En 850, l'un des seigneurs des lieux retrace l'ellipse d'alors et dresse un appareillage en petits moellons afin de se protéger des invasions normandes. Du IXe au XVe siècle, Thil sera sans cesse agrandi, modifié : accroissant ainsi ses qualités résidentielles tout en conservant ses prérogatives défensives. La maison de Thil connaît son apogée avec Jean II de Thil qui en 1340 est nommé Connétable (chef des armées) du Duc de Bourgogne Eudes IV. De toutes les modifications apportées par ses occupants, subsistent de superbes celliers du XIIème siècle aux voûtes de style roman et gothique, le donjon du XIVème siècle, l'"Espionne de l'Auxois": tour de guet à 5 étages de plus de 25 mètres de haut, repérable à 30 kilomètres à la ronde, une superbe "maison des gardes"....
Actuellement le château est la propriété de Perceval le Magicien que les visiteurs auront le plaisir de rencontrer.

Perceval le magicien (photographie Elodie Bidault)

A ne pas rater :

  • en juillet et août les jeux médiévaux : différents jeux d'origine ou d'inspiration médiévale sont à la disposition de nos visiteurs : découvrir la forteresse de Thil en s'amusant,
  • La fête médiévale des Seigneurs de Thil le 2ème week-end d'août.

L'affiche de la Médiévale des seigneurs de Thil 2018

La forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'Or
La forteresse de Thil en Côte-d'Or

 

Les anciennes éditions des Médiévales des seigneurs de Thil et leurs affiches
Les anciennes éditions des Médiévales des seigneurs de Thil et leurs affiches
Les anciennes éditions des Médiévales des seigneurs de Thil et leurs affiches

Les anciennes éditions des Médiévales des seigneurs de Thil et leurs affiches

Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)
Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)

Photographies des fêtes Médiévales (sites divers)

 

Histoire de la découverte du château par Perceval :

Durant plus de dix ans, Perceval a parcouru la France à la recherche du Château médiéval auquel il serait près à consacrer sa vie. c'est à l'issue de la visite de 1500 châteaux qu'il posait enfin ses malles et besaces à Thil. Catherine l'avait rejoint entre temps.

Le Théâtre de l'Illusion et le Cabinet des Secrets par Perceval-le-Magicien à Thil

Le Théâtre de l'Illusion et le Cabinet des Secrets par Perceval-le-Magicien à Thil

Visite du 8 août 2018

 

Sources documentations :  Forteresse de Thil, Wikipédia et site fêtes médiévales en France

Adresse :

Château de Thil :

21390 Vic-sous-Thil

Coordonnées GPS : N47.3851°E4.3372° voir plans plus bas

Catherine et Perceval

Tél. : 06 08 23 24 19 Courriel :  accueil.forteressedethil@gmail.com

Lien site Château de Thil :  http://www.forteresse-de-thil.fr

Page Facebook forteresse de Thil : https://www.facebook.com/forteressedethil/?ref=hl

 

Merci à Catherine et Perceval pour leur amical accueil

 

Bonne visite !

***

Où se situe le château forteresse de Thil ? Cliquer sur les images afin de les ouvrir.
Où se situe le château forteresse de Thil ? Cliquer sur les images afin de les ouvrir.

Où se situe le château forteresse de Thil ? Cliquer sur les images afin de les ouvrir.

Partager cet article
Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 19:43
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes

 

Une visite de la ville de Saulieu et ses richesses. Entre autres, le musée François Pompon et les œuvres des autres artistes animaliers.

 

 

Le musée François Pompon et le musée de Saulieu est situé dans un hôtel particulier du XVIIème siècle. Il évoque, par la variété de ses collections, l'histoire de la cité et de sa région.

L’œuvre la plus connue de l'artiste : l'Ours Blanc

 

Image sources Musée Pompon à Saulieu

Le premier étage du musée est consacré aux œuvres du sculpteur ses travaux de jeunesseLe premier étage du musée est consacré aux œuvres du sculpteur ses travaux de jeunesseLe premier étage du musée est consacré aux œuvres du sculpteur ses travaux de jeunesse
Le premier étage du musée est consacré aux œuvres du sculpteur ses travaux de jeunesseLe premier étage du musée est consacré aux œuvres du sculpteur ses travaux de jeunesse

Le premier étage du musée est consacré aux œuvres du sculpteur ses travaux de jeunesse

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
"Cosette" 1890 BronZe Siot Decauville patine brune transparente de François Pompon

"Cosette" 1890 BronZe Siot Decauville patine brune transparente de François Pompon

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes

 

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Une autre partie du premier étage est consacré à la gastronomie et ses grands chefsUne autre partie du premier étage est consacré à la gastronomie et ses grands chefs

Une autre partie du premier étage est consacré à la gastronomie et ses grands chefs

Le rez-de-chaussée du musée évoque l'antique Sidolocum et ses stèles gallo-romaines, l'art sacré avec son statuaire, ses objets de culte et le précieux "Evangéliaire", ainsi que les arts et traditions populaires de la région.

Une exposition temporaire d'un artiste sculpteur animalier : Olivier Courty

Le Poids de l'Empreinte

 

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Le musée et ses richesses du rez-de-chaussée de C.Le musée et ses richesses du rez-de-chaussée de C.Le musée et ses richesses du rez-de-chaussée de C.

Le musée et ses richesses du rez-de-chaussée de C.

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
"L'Ours Blanc" de François Pompon au square Dumaine situé au pied de la tour

"L'Ours Blanc" de François Pompon au square Dumaine situé au pied de la tour

L'Ours Blanc en hiver

La fontaine Caristie et la belle Samaritaine

La fontaine Caristie et la belle Samaritaine

La belle Samaritaine surplombant la fontaine

Sur cette place, en 1482, on signalait la présence d'une ancienne fontaine dite "Puits aux Moines"

Le centre ville de SaulieuLe centre ville de SaulieuLe centre ville de Saulieu
Le centre ville de SaulieuLe centre ville de SaulieuLe centre ville de Saulieu
Le centre ville de SaulieuLe centre ville de Saulieu

Le centre ville de Saulieu

L'hôtel de ville de Saulieu

Mannequins...

Les toits du centre ville de Saulieu

La Tour d'Auxois appelée aussi tour Episcopale est la dernière des 16 tours qui défendaient la ville. eule, cette tour qui fait partie depuis 1624 des dépendance du couvent des Ursulines est épargnée.

Au pied de la tour, "l'Autruche" d'Olivier Courty et "l'Ours Blanc" de François Pompon

Au pied de la tour, "l'Autruche" d'Olivier Courty et "l'Ours Blanc" de François Pompon

L'église Saint-Saturnin des XIIIème-XIXème siècles, située dans le vieux cimetière

L'église Saint-Saturnin des XIIIème-XIXème siècles, située dans le vieux cimetière

La sépulture de Berthe et François Pompon au vieux cimetière de SaulieuLa sépulture de Berthe et François Pompon au vieux cimetière de SaulieuLa sépulture de Berthe et François Pompon au vieux cimetière de Saulieu

La sépulture de Berthe et François Pompon au vieux cimetière de Saulieu

La sculpture originale de François Pompon "Le Condor" veille sur le couple

La ville des sculpteurs animaliers

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
"L'Autruche" d'Olivier Courty

"L'Autruche" d'Olivier Courty

Autruche : sculpture en résine

La course : C'est un compte à rebours avant la disparition de l'espèce, les autruches fuient

comme les seconde du temps. Elles sont grandes, robustes et rapides, mais courent malheureusement à leur perte. Chaque année, un grand nombre de spécimens disparait à cause d'une diminution constante de leur habitat et du braconnage. heureusement, des campagnes de réintroduction d'espèce ont lieu mais cela ne parvient pas à remplacer les anciens individus.

Des chiffres ancrés dans leur plumage illustrent ce présage. En effet, à l'aide de ces nombreux chiffres, l'artiste veut montrer l'impact que l'homme a sur l'animal. Ces autruches portent la marque de l'homme. celui a déjà exterminé un bon nombre d'éspèces et qui continue encore et encore. Tous ces chiffres martelés évoquent également la surconsommation qui entraine la destruction de la biodiversité.

La savane dans la ville : c'est dans une allure street art que cette sculpture d'autruche se dévoile. Elle nous apparait complètement "graphée". Ce style apparait aux couleurs vives utilisé dans l'art urbain, c'est celui du sculpteur Oliver Courty. Il mêle avec talent l'art animalier et le street art. Hormis leur simple côté esthétique, ces couleurs ont un sens. Elles renvoient au fait que l'urbanisation empiète de plus en plus sur la nature en détruisant tout (ou presque) sur son passage. Les animaux n'ont donc d'autres choix que de s'adapter à la rue en revêtant ses couleurs tel un caméléon.

 

"Wild Bear" de Richard Orlinski

"Wild Bear" de Richard Orlinski

Des sculptures fort en symboles "l'Ours Blanc" de François Pompon et "La Baleine" dOlivier Courty 

La basilique Saint-Andoche :

Dévastée par les Sarrasins au VIIIème siècle, l'édifice roman remonte au début du XIIème siècle. Saint-Andoche, prêtre éponyme grec, évangélisa la région de Saulieu avec deux de ses compagnons. Le chœur fut brûlé par les anglais pendant la guerre de Cent Ans. Les chapelles

élevées sur les flancs de la nef sont du 15è siècle. On peut y voir 54 chapiteaux romans, qui sont très bien conservés et n'ont pas été restaurés excessivement. Ces sculptures magnifiques du deuxième quart du 12ème siècle sont traitées en méplat ou en haut-relief et se trouvent sur les piliers de la nef et les colonnes engagées des bas-côtés.

Douze autres chapiteaux, à décor végétal, se trouvent dans les parties hautes de la nef.

La façade d'entrée de la basilique Saint-AndocheLa façade d'entrée de la basilique Saint-Andoche

La façade d'entrée de la basilique Saint-Andoche

La maquette de la basilique Saint-Andoche visible dans le musée Pompon

Les splendides châpiteaux colorésLes splendides châpiteaux colorésLes splendides châpiteaux colorés

Les splendides châpiteaux colorés

Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés
Détails des chapiteaux de la basilique non colorés

Détails des chapiteaux de la basilique non colorés

Le grand orgue de la basilique : un des instruments novateurs de Bourgogne tant au niveau visuel que sonore

Le grand orgue de la basilique : un des instruments novateurs de Bourgogne tant au niveau visuel que sonore

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Les célébrités gastronomes de la région

Les célébrités gastronomes de la région

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomesSaulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes

La gastronomie à Saulieu :

La vocation de ville-étape de Saulieu, établie sur une voie romaine, a été confirmée en 1653, lorsque les États généraux de Bourgogne y font passer la route Paris-Lyon.

La ville devient alors Relais de Poste. C'est à cette époque que l'illustre Madame de Sévigné en route pour aller prendre les eaux à Vichy, s'arrêtant le temps d'un copieux repas le 26 août 1677, avoue s'y être quelque peu grisée.

Des siècles plus tard, ce haut lieu de la gastronomie française gagne ses lettres de noblesse avec Alexandre Dumaine (1895-1974), "Le Cuisinier des Rois et le Roi des Cuisiniers" arrivé en 1931 à l'Hôtel de la Côte d'Or, qu'il quitte en 1963, puis avec Bernard Loiseau (1951-2003), responsable de l'établissement en 1975, dont il devient propriétaire en 1982.

Ce dernier ne cessera, avec son épouse Dominique, de faire de cette maison une demeure chaleureuse, à la renommée mondiale, où l'on sait apprécier une cuisine alliant simplicité et raffinement.

Les menus exposés témoignent de l'art culinaire de nos grands chefs.

 

Circuit des incontournables de la ville de Saulieu

Cliquer sur l'image afin de l'ouvrir et de l'agrandir
Cliquer sur l'image afin de l'ouvrir et de l'agrandir
Cliquer sur l'image afin de l'ouvrir et de l'agrandir

Cliquer sur l'image afin de l'ouvrir et de l'agrandir

Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes
Saulieu, son musée Pompon et ses autres artistes animaliers et gastronomes

Adresses liens et documentation :

Lien site Wikipédia ville de Saulieu :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Saulieu

Blasonnement : "De gueules à l'épée d'argent garnie d'or, accompagnée de trois fleurs de lis du même, une en chef, une à dextre et une à sénestre".

 

 

Le musée François Pompon :

Place du Docteur Roclore 21210 Saulieu

Tél. :  03 80 64 19 51 Télécopie : 03 80 64 19 81

Courriel : http://museefrancoispompon@wanadoo.fr Lien site : http://www.saulieu.fr

La cathédrale Saint-Andoche de Saulieu :

Lien site Wikipédia Saulieu :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Saint-Andoche_de_Saulieu

Photographies : https://www.romanes.com/Saulieu/Saint_Andoche_de_Saulieu.html

L'orgue de la Basilique : http://www.orgues-et-vitraux.ch/default.asp/2-0-2773-11-6-1/

Office de Tourisme de Saulieu :

24, rue d'Argentine 21210 Saulieu

Téléphone/télécopie : 03 80 64 00 21 Courriel : ot@saulieu-morvan.fr

Site lien: http://www.saulieu-morvan.fr

Un peu de bibliographie sur François Pompon :

Lien site Wikipédia François Pompon 1855-1933 :https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Pompon

Il a beaucoup travaillé avec d'autres sculpteurs

La première sculpture animalière connue de François Pompon date de 1874. elle représente un Lucane.

Lien : Lucane

En 1890, François Pompon entre dans l'atelier d'Auguste Rodin où il travaille comme praticien au dépôt des marbres,rue de l'Université. Il gagne très vite la confiance du maître puisqu'il dirige l'atelier dès 1893. Son rôle d'alors se résume à transmettre les comptes, payer les marbres et superviser les travaux. C'est dans ce même atelier qu'il fera la connaissance d'Ernest Nivet et de Camille Claudel. Il a pendant longtemps exercé son métier de praticien pour d'autres sculpteurs comme Jean Dampt en 1885, Antonin Mercié en 1888Alexandre Falguière,  en 1890, ou René de Saint-Marceaux de 1896 à 1914, ainsi que pour Camille Claudel.

François Pompon travaille pour Camille Claudel de 1890 à 1914, entre autre pour la pratique du marbre de "Persée et la Gorgone" et "la Vague".

Lien : Persée et la Gorgone

 

Autres articles du blog liés à François Pompon :

 

L'Ours Blanc de François Pompon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/08/l-ours-blanc-de-francois-pompon.html

Les bassins d'Arcy à Dijon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/12/les-bassins-du-jardin-d-arcy-a-dijon.html

Le circuit des bestiaires à Dijon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/le-circuit-des-bestiaires-a-dijon.html

 

 

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0