Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 18:07

 

Bilan 2009-2019 : 542 articles

266.502 visites, 465.608 pages lues

 

Janvier 2018/janvier 2019 : 115 articles

62.855 visites, 83.098 pages vues en 2018

soit

172 visites par jour, 228 pages vues par jour

en 2018

 

Toparticles par Overblog : lien http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/top

 

Quelques articles du blog en 2018 classés par thème :

(en cours de classement et d'inventaire)

Séjours et voyages :

Titre et lien normalement direct

Tours et sa gare : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/la-gare-de-tours.html

Carnet de voyage au château de l’Islette : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

Nogent-sur-Seine , dans l'Aude,et son musée Camille Claudel :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Compiègne, une visite du centre ville, du Palais Impérial et son wagon de l’Armistice : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/compiegne-et-son-palais-imperial.html

Senlis, les anciennes murailles gallo-romaines : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-une-visite-de-senlis-121070068.html

Un séjour à Bayeux : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/un-sejour-a-bayeux-sa-tapisserie-et-sa-cathedrale.html

Un séjour à Saulieu et son musée Pompon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/saulieu-le-musee-pompon-et-ses-autres-artistes.html

Reims Le café du palais  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/le-cafe-du-palais-a-reims.html

Charleville-Mézières , une visite :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-charleville-mezieres-dans-les-ardennes.html

Une visite de Semur-en-Auxois et ses remparts : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/une-visite-a-semur-en-auxois.html

Un séjour à Dijon le circuit des bestiaires : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/le-circuit-des-bestiaires-a-dijon.html

Un séjour à Dijon le puits de Moïse : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/12/le-puits-de-moise-a-dijon.html

Un séjour à Dijon : Le musée Rude : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/le-musee-rude-a-dijon.html

Les gargouilles de l'église Notre-Dame de Dijon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/les-gargouilles-de-l-eglise-notre-dame-de-dijon.html

Le musée Rude à Dijon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/le-musee-rude-a-dijon.html

Dijon : la tour Philippe-le-Bon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/12/la-tour-philippe-le-bon-a-dijon.html

Dijon : La fontaine de Jeunesse ou la fontaine aux grenouilles  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/12/la-fontaine-de-jeunesse-ou-la-fontaine-aux-grenouilles-a-dijon.html

Dijon : les bassins du jardin d'Arcy  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/12/les-bassins-du-jardin-d-arcy-a-dijon.html

Nancy : la brasserie art nouveau Excelsior : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/la-brasserie-excelsior-a-nancy.html

Rennes :  un séjour en décembre 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/un-sejour-a-rennes-en-decembre-2018.html

Rennes : un parcours architecture et patrimoine :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/un-parcours-architecture-et-patrimoine-a-rennes.html

Nancy :  visite du CCI Meurthe et Moselle :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-nancy-au-c.c.i.meurthe-et-moselle-et-ses-vitraux-de-jacques-gruber.html

Nancy, la banque Renault 1907, édifice art nouveau  :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/l-edifice-art-nouveau-de-la-b.n.p.paribas.html

Nancy, la brasserie Excelsior  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/la-brasserie-excelsior-a-nancy.html

Les gargouilles de l’église Notre-Dame à Dijon  :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/les-gargouilles-de-l-eglise-notre-dame-de-dijon.html

Sur les pas de Camille Claudel à Paris In the foosteps of Camille Claudel at Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/sur-les-pas-de-camille-claudel-a-paris-in-the-footsteps-of-camille-claudel-at-paris.html

Paris, Camille coiffée d’un bonnet, une sculpture d’Auguste Rodin :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/tag/l%27oeuvre%20d%27auguste%20rodin/

Paris Vème, circuit des Illustres C215 autour du Panthéon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/l-artiste-c215-et-le-circuit-des-illustres-pres-du-pantheon-a-paris.html

Paris Vème arrondissement, la mairie du 5ème arrondissement : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/la-mairie-du-veme-arrondissement-de-paris.html

et http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/tag/album/

Paris, « Drame au désert » du sculpteur Henri Amédée Fouques  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/drame-au-desert-1887-d-henri-amedee-fouque.html

Paris 13ème : une visite du quartier asiatique de Paris-sud : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/une-visite-du-quartier-asiatique-a-paris.html

Neuilly-sur-Seine « Carnet de bal en 1886 à la salle des fêtes» http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/bal-de-1886-a-la-salle-des-fetes-de-neuilly-sur-seine.html

Expositions artistiques :

Cormeilles-en-Parisis, 60ème salon des Beaux-Arts  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/60eme-salon-des-beaux-arts-de-cormeilles-en-parisis.html

Exposition à Sartrouville : 17ème Salon des Arts de Sartrouville : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/03/17eme-salon-des-arts-de-sartrouville-a-l-espace-saint-paul.html

Exposition à Sannois, le 34ème Salon d’Automne 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-34eme-salon-d-automne-de-sannois-2018.html

Exposition à Houilles , Yvelines : 45ème Salon des artistes locaux à la Graineterie http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/45eme-salon-des-artistes-locaux-a-la-graineterie-de-houilles.html

Le Mesnil-le-Roi , exposition Les Ateliers du Mesnil : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/les-ateliers-du-midi-2018-au-mesil-le-roi.html

L’œuvre originale de Nadège à Chatou : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/l-oeuvre-originale-de-nadege.html

Deux artistes au Lavoir de Carrières-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/une-exposition-de-deux-artistes-au-lavoir-de-carrieres-sur-seine.html

La Frette-sur-Seine, exposition « Passionnément  fémini »  à l’Espace Roger Ikor :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/passionnement-feminin-a-l-espace-roger-ikor-la-frette-sur-seine.html

Cinq artistes de l’EMA exposent à Sartrouville : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/5-artistes-de-l-e-m-a-exposent-a-l-espace-saint-paul-sartrouville.html

Exposition Egon Schiele à Vienne et Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/exposition-egon-schiele-a-vienne-en-2018.htm

Exposition Mucha au musée du Luxembourg :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/alphons-mucha-au-musee-du-luxembourg-a-paris.html

L’Atelier des Lumières à Paris Gustav Klimt et Egon Schieler :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/gustav-klimt-a-l-atelier-des-lumieres.html

Paris IIème, exposition à la Tour-Jean-sans-Peur , l’Amour au Moyen-Age : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/l-amour-au-moyen-age-a-la-tour-jean-sans-peur.html

Découvertes à Paris ou ses environs :

Sur les pas de Georges Brassens à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/sur-les-pas-de-georges-brassens-a-paris.html

Le métro. de Paris à Moscou : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/le-metro.de-paris-a-moscou.html

Le pont Bir-Hakeim : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-pont-bir-hakeim-a-paris.html

"Le Train Bleu" gare de Lyon : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/12/une-visite-au-train-bleu-gare-de-lyon-a-paris.html

Paris XVème le parc Georges Brassens et son histoire : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-parc-georges-brassens-et-les-anciens-abattoirs-de-vaugirard.html

Une visite à L’IGN de Saint-Mandé :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/une-visite-a-l-ign.html

Boulogne-Billancourt une visite de l’hôtel de ville  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/l-hotel-de-ville-de-boulogne-billancourt-archiecte-tony-garnier.html

Boulogne-Billancourt , l’église Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/l-eglise-art-deco-sainte-therese-de-l-enfant-jesus-a-boulogne-billancourt-hauts-de-seine.html

Boulogne-Billancourt, le musée des années 30 et le musée Lansdoski :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-musee-des-annees-30-et-la-musee-landowski-a-boulogne-billancourt.html

Voyages  à l’étranger :

Un séjour au château de l’Islettte en Touraine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

Séjour en Allemagne :

Une visite à Darmstadt  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-darmstadt-en-allemagne.html

l'art nouveau à Bad Nauheim : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/visite-de-bad.html

Le château d'eau de Mannheim : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/manheim-wasserturm-le-chateau-d-eau-de-manheim.html

Une visite à Darmstadt en Allemagne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-darmstadt-en-allemagne.html

Une visite de Trèves, Trier, la plus vieille ville d'Allemagne: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-de-treves-trier-en-allemagne.html

Limbourg Limburg et sa cathédrale : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/la-cathedrale-de-limbourg-en-allemagne.html

Une visite d'Heidelberg et son château Renaissance: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-d-heidelberg-et-son-chateau-en-allemagne.html

Une randonnée au château de Kobern-Gondolf : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-randonnee-au-chateau-de-kobern-gondorf-en-allemagne.html

La vallée de la Moselle de Trèves à Coblence: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/la-vallee-de-la-moselle-de-treves-a-coblence-en-allemagne.html

 

Un séjour à Vienne : Le circuit art nouveau dit Secession :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-circuit-art-nouveau-dit-secession-a-vienne-autriche.html

Un séjour à Vienne : Le passage Ferstel ou passage Freyund :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-passage-ferstel-ou-passage-freyund-a-vienne-en-autriche.html

Un séjour à Vienne,  le tramway 1928, un parcours sur le Ring :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-tramway-1928-de-vienne.html

Un séjour à Vienne, le château de Schönbrunn :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-chateau-de-schonbrunn-et-son-parc.html

Un séjour à Vienne, les grandes  serres de Schönbrunn, la serre aux palmiers : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/la-serre-aux-plamiers-du-parc-de-schonbrunn-grosses-palmenhaus-schonbrunn.html

Les passages et galeries de Paris :

Le passage du Grand Cerf en novembre 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/le-passage-du-grand-cerf-a-paris-en-novembre-2018.html

Le passage du Grand Cerf en décembre 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/une-nouvelle-visite-au-passage-du-grand-cerf-en-decembre-2018.html

Le passage du Bourg-L’Abbé : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-bourg-l-abbe-ou-passage-du-bourg-l-abbe-a-paris.html

Le passage Jouffroy : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/le-passage-jouffroy-a-paris.html

Le passage des Princes : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/le-passage-des-princes-a-paris.html

La galerie de la Madeleine :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/la-galerie-de-la-madeleine-a-paris.html

Le passage Puteaux : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/le-passage-puteaux-a-paris.html

Le passage du Havre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/le-passage-du-havre-a-paris.html

Le passage du Grand Cerf en novembre 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/le-passage-du-grand-cerf-a-paris-en-novembre-2018.html

Le passage du Grand Cerf en décembre 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/une-nouvelle-visite-au-passage-du-grand-cerf-en-decembre-2018.html

La galerie Vivienne se refait une beauté en 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/la-galerie-vivienne-a-paris-se-refait-une-beaute-actuellement.html

Retrouvez la plupart des galeries et passages parisiens Passageways and galleries of Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Les fontaines de Paris :

La fontaine Delacroix au jardin du Luxembourg à Paris http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/la-fontaine-delacroix-au-jardin-du-luxembourg.html

La fontaine de l’Estrapade à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/la-fontaine-de-l-estrapade-a-paris.html

Les fontaines de Paris liste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

 

 

 

Bonne visite !

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 21:14
La fontaine Médicis au jardin du Luxembourg

 

La plus romantique des fontaines :

La fontaine Médicis… On y vient aujourd’hui pour lire à l’ombre, rêver ou s’embrasser à l’abri des regards, mais nos plus illustres ancêtres tels Victor Hugo, Frédéric Chopin ou Alfred de Musset y trouvaient l’inspiration.

Située à l’extrémité Est du jardin du Luxembourg, la Fontaine Médicis, son bassin et ses drapés de lierre sont l’un des endroits les plus romantiques de Paris !

Autrefois appelée la grotte du Luxembourg, la fontaine Médicis est commandée en 1630 à l’ingénieur fontainier florentin Thomas Francine par Marie de Médicis, alors veuve d’Henri IV.

Lassée des intrigues du palais du Louvre et nostalgique de son Italie natale, l’ancienne reine de France et de Navarre souhaite retrouver l’atmosphère des nymphées et fontaines présentes dans les jardins de Boboli à Florence.

La fontaine Médicis et quelques détails
La fontaine Médicis et quelques détailsLa fontaine Médicis et quelques détailsLa fontaine Médicis et quelques détails

La fontaine Médicis et quelques détails

D'abord appelée « grotte du Luxembourg », elle a connu plusieurs modifications et, au XIXe siècle, est même déplacée d'une trentaine de mètres dans le jardin à la suite du percement de la rue de Médicis, effectué dans le cadre des travaux d'urbanisme du préfet Haussmann à Paris.

Ce qui n'était alors qu'un portique de style italien devient une fontaine.

Auguste Otttin y ajoute un groupe de trois personnages mythologiques intitulé "Polyphème surprenant Galatée dans les bras d'Acis".

 

 

 

Polyphème, cyclope légendaire, est amoureux de Galatée (1), jeune et belle déesse marine. Accroupi sur un rocher, une peau de bête sur le dos, il observe Galatée dans les bras d'Acis (2). Tous deux sont langoureusement allongés au bord de l'eau. (ci-dessous)

Le contraste est saisissant entre la masse énorme et sombre du cyclope et la blancheur du duo des deux jeunes gens. De plus, la forme même du bassin procure l'illusion que le plan d'eau est incliné.

Lors du déplacement et de la reconstruction du monument en 1862, la fontaine de Léda (3), autrefois située à l'angle des rues du Regard et de Vaugirard,

supprimée par le percement de la rue de Rennes, a été remontée contre la face arrière de la fontaine.

 

 

Lien site Wikipédia  Auguste Ottin : Auguste Ottin

(1) Lien site Wikipédia Galatée : Galatée

(2) Lien site Wikipédia Acis : Acis

(3) Lien site Wikipédia La fontaine de Léda : fontaine de Léda

 

 

 

Détails de la fontaine

Dian et Pan Dian et Pan

Dian et Pan

De cette scène assistent, de chaque côté de cette scène centrale, le dieu Pan et la déesse chasseresse Diane. Les statues ou groupe de statues réalisées par Auguste Ottin sont placés dans une loge en cul de four de la fontaine.

Lien site Wikipédia dieu Pan : Pan

Lien site Wikipédia déesse Diane : Diane

La fontaine Médicis en automne
La fontaine Médicis en automne

La fontaine Médicis en automne

Les peintures représentant Galatée et AcisLes peintures représentant Galatée et Acis
Les peintures représentant Galatée et AcisLes peintures représentant Galatée et Acis

Les peintures représentant Galatée et Acis

Les gravures représentant la fontaine Médicis La grotttte du Luxembourg Le nymphée de WidevilleLes gravures représentant la fontaine Médicis La grotttte du Luxembourg Le nymphée de WidevilleLes gravures représentant la fontaine Médicis La grotttte du Luxembourg Le nymphée de Wideville

Les gravures représentant la fontaine Médicis La grotttte du Luxembourg Le nymphée de Wideville

La grotte du Luxembourg au XVIIème siècle

 

Documentation et sources Lien Wikipédia : La fontaine Médicis https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_M%C3%A9dicis

Lien Wikipédia Tommaso Francine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tommaso_Francini

Fontaine Médicis,

Jardin du Luxembourg, rue de Médicis (voir plan ci-dessus)

Station RER B Luxembourg

Bus : 21/27/38/82/84/85/89 arrêt Luxembourg
GPS
Latitude : 48.848015°
Longitude : 2.337310°
 
Voir aussi article blog Une visite de la fontaine Médicis : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Visite_la_fontaine_Medicis-1309036.html

 

Bonne visite !!

***

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2019 5 04 /01 /janvier /2019 20:19
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris

Dédiée à l’approvisionnement en tapisserie et en tapis des palais officiels de la République, la Manufacture des Gobelins entretient un patrimoine bien vivant que l'on retrouve dans les collections publiques du Mobilier National.

Une découverte des coulisses de ces ateliers de restauration.

 

La Manufacture des Gobelins :

 

L'histoire du tapis en France débute avec la fondation, par Henri IV, de la manufacture de tapis "façon de Perse et Levant" établie dans les galeries du Louvre. Louis XIII développe la manufacture en installant les ateliers sur les bords de Seine, au pied de la colline de Chaillot, dans les bâtiments d'une ancienne fabrique de savon - d'où le nom de Savonnerie, qui depuis désigne les tapis réalisés selon la technique du point noué.

La statue de Jean-Baptiste Colbert (1) situé au milieu de la manufacture

 

En 1663, Colbert réorganise la Savonnerie en la plaçant, comme les Gobelins, sous la direction artistique de Charles Lebrun.

 

La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à ParisLa Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris

L’enclos des Gobelins à Paris, classé monument historique et qui fournit 600 palais de la République, ce n’est pas moins de 80 artistes, 23 000 nuances de couleurs, 10 « pièces » magistrales qui « tombent du métier » chaque année et 3 ateliers avec un savoir-faire unique et traditionnel en tissage qui perdure et s’étoffe au fil des époques.

La délicate manipulation de la broche, du peigne et du calque, la maitrise parfaite des nœuds, le positionnement méticuleux du miroir qui sert de contrôle pour le travail en cours ou encore la préparation de la « chaine », toutes ces techniques transforment la main de l’homme en celle d’un artiste accompli et la majestueuse machine en instrument délicat haut de gamme.

Sources : Manufacture des Gobelins de Paris

Les métiers : médaillons de la façade du bâtiment

Les métiers : médaillons de la façade du bâtiment

La Galerie des Gobelins

La Galerie des Gobelins

L'exposition actuelle dans la Galerie des Gobelins

Quelques tapisseries exposées dans la Galerie des Gobelins

 

La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
Les bâtiments intérieurs de la manufacture et des explication d'Emmanuel, nore guide

Les bâtiments intérieurs de la manufacture et des explication d'Emmanuel, nore guide

Historique de la manufacture :
XVème-XVIème siècle

L’histoire des Gobelins débute au XVe siècle. Jehan Gobelin, originaire de Reims, crée un atelier de teinture quelque part dans le faubourg Saint-Marceau, aujourd’hui faubourg Saint-Marcel. Quelques décennies plus tard, ses descendants acquièrent de vastes terrains sur les bords de la Bièvre, dont les eaux sont réputées pour leurs qualités tinctoriales. Ils y bâtissent de vastes ateliers.
Experts dans l’art de la teinture des laines en écarlate de Venise, puis de cochenille, les Gobelins s’enrichissent, achètent des titres et des charges, renoncent à leur artisanat, non sans attacher leur nom à la propriété qu’ils avaient bâtie.

La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
Gravure ancienne de la Manufacture

Gravure ancienne de la Manufacture

L'atelier de Lodève

La tapisserie de Haute Lisse : la cadre de la tapisserie est vertical

La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris
La Manufacture des Gobelins et la Savonnerie à Paris

La tapisserie de Basse Lisse : le cadre est horizontal

La haute lisse est la disposition verticale de la lisse du métier à tapisser,

contrairement à la basse-lisse ou cette trame est à plat et horizontale.
Les tapisseries ainsi fabriquées sont appelées de haute lisse ou simplement haute lisse. La disposition du métier n'est modifiée que pour le sens dans lequel la

tapisserie est faite.
La manufacture des Gobelins travaille en haute-lisse.
On se sert de la broche, une navette bobine, pour faire des passées. Deux passées, de sens contrarié, forment une duite. On emploie un peigne d'ivoire pour serrer les passées.

Les égyptiens de l'antiquité ont connu le métier de tapisserie à haute-lisse.

La tapisserie de Basse LisseLa tapisserie de Basse Lisse
La tapisserie de Basse LisseLa tapisserie de Basse LisseLa tapisserie de Basse Lisse

La tapisserie de Basse Lisse

La basse-lisse est un procédé d'exécution des tapisseries en laine et en soie dans lesquelles la chaîne est horizontale. Pour les tapisseries de haute-lisse, la chaîne est verticale.
Le principal avantage du procédé de basse-lisse consiste dans la rapidité

relative de la main-d’œuvre et, par suite, dans la diminution du prix de revient. D'autre part il est inférieur à celui de la haute-lisse, au point de vue du style dans la distinction de certains détails.
Les métiers de basse-lisse étaient exclusivement employés à Beauvais et à Aubusson, tandis que ceux de haute-lisse sont demeurés l'apanage des Gobelins.

Visite du 2 janvier 2019 avec Emmanuel, notre guide.

Lien site Manufacture des Gobelins Mobilier National : http://www.mobiliernational.culture.gouv.fr/fr/nous-connaitre/les-manufactures/manufacture-des-gobelins

Adresses :

42, avenue des Gobelins, 75013 Paris
Tél. : 01 44 08 53 49 Métro. Les Gobelins
 

Atelier de Lodève :

 

Impasse des Liciers
34700 LODEVE

 

 

Coordonnées GPS de la Savonnerie : 43.7261634 / 3.32377746

(1) Lien site Wikipédia Jean-Baptiste Colbert : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Colbert

 

Merci à notre guide-conférencier du jour Emmanuel.

 

 

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 08:59

Spectacle du 31 décembre 2018

Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris

 

Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à Paris

 

Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à Paris

 

Le Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à ParisLe Cirque d'Hiver Bouglione à Paris

 

Le Cirque d'Hiver Bouglione et ses quatre salles de prestige :

  • Les écuries Napoléon III,
  • Le Théâtre de la Ménagerie,
  • Le Bar de l'Impératrice,
  • Le Cirque et sa capacité de 1600 spectateurs.

Un peu d'histoire :

Le Cirque d'Hiver de Paris souvent appelé simplement le Cirque d'Hiver, est une salle de spectacle située 10, rue Amelot 75011 Paris, Paris 75010. Construit en 1852 par l'architecte Jacques Hittorff (1),  il a été successivement appelé « cirque Napoléon » puis « Cirque national ». Il est inscrit au titre des monuments historiques depuis le .

Il a successivement accueilli les concerts de musique classique de Jules Pasdeloup, le cinéma Pathé de Serbe Sandberg et le théâtre de Firmin Gémier. Depuis son achat en 1934 par la famille Bouglione, il est également connu sous le nom de Cirque d'Hiver Bouglione, du nom de la compagnie de cirque qui y est installée.

 

En plus des spectacles de cirque traditionnel, la salle accueille des spectacles de variété et des réunions politiques.

Le cirque est pour l'essentiel voué à l'art équestre l'art Franconi et Baucher en seront les régisseurs. Le 12 novembre 1859 marque les débuts du Toulousain Jules Léotard, premier « artiste volant », celui qui invente l'art du trapèze volant. En 1870, Victor Franconi en reprend l'administration, suivi par son fils Charles, de 1897 à 1907. Le cirque Napoléon devient « Cirque national » pour laisser, en 1873, la place à l'appellation « Cirque d'Hiver ».

(1) Lien site Wikipédia architecte Jacques Hittorff : Jacques Hittorff

(2)  Lien site Wikipédia Famille Bouglione : famille Bouglione ou https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Bouglione

La famille Bouglione est une des plus illustres familles du cirque en France. Certains de ses membres sont propriétaires de la salle de spectacle du Cirque d'Hiver à Paris depuis 1934 où se produit notamment la plus ancienne de ses deux compagnies, Le Cirque d'hiver Bouglione. Celle-ci, avec le cirque Joseph Bouglione (3), se produit dans toute la France. Des membres de cette famille ont également fondé le cirque Romanès (4)

Lien site Wikipédia : Pathé et Serge Sandberg

(3) Lien site Wikipédia le cirque Joseph Bouglione : cirque Joseph Bouglione

(4) Lien site Wikipédia le cirque Romanès : cirque Romanès.

Qu'en est-il des animaux sauvage dans les cirques français ?

En pratique, 41 pays dont 19 en Europe ont banni les animaux sauvages des cirques. En France 90 villes françaises ont éliminé les cirques utilisant des animaux captifs à des fins commerciales. 

 

La Piste aux Etoiles

L'émission, présentée dans le décor somptueux du Cirque d'Hiver en alternance avec le cirque Pinder était réalisée par Pierre Tchernia et animée par Michel Francini de 1956 à 1962, puis Roger Lanzac Monsieur Loyal de 1962 à 1978. Chaque semaine de nombreux artistes de cirque équilibristes, clowns, animaux ou prestidigitateurs se succédaient.

Le rideau d'entrée et de sortie des artistes était précédé de plusieurs hôtesses-majorettes, qui se plaçaient de part et d'autre du rideau en début et fin de numéro en guise d'accueil des artistes, puis devant le rideau durant le spectacle, constituant l'une des caractéristiques des débuts de cette Piste aux Étoiles.

 

Lien site Wikipédia Michel Lanzini : Michel Francini

Lien site Wikipédia Pierre Tchernia : Pierre Tchernia

Lien site Wikipédia Roger Lazac : Roger Lanzac, Monsieur Loyal

"La Piste aux Etoiles" était une émission de télévision française de Gilles Margaritis présentant un spectacle de cirque, enregistrée principalement au Cirque d'Hiver ou au cirque Pinder et diffusée :

  • chaque mercredi soir sur RTF Télévision puis :
    • sur la première chaine de l'ORTF du 1er juillet 1964 à décembre 1974,
    • sur Antenne 2 de janvier 1975 jusqu'au 29 octobre1978.

 

 

 

 

Le cirque d'Eté de Paris

Le Cirque d'Eté de Paris,  aujourd'hui disparu 1841 -1900 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cirque_d%27%C3%89t%C3%A9

 

Une image du  Cirque d'Eté appelé à l'époque cirque de l'Impératrice

 

 

 

 

 

 

 

Le Cirque d’Été , également appelé Cirque-Olympique des Champs-Élysées, Cirque-National puis Cirque de l'Impératrice (1853-1870), est une salle parisienne édifiée en 1841 au Carré Marigny par l'architecte Jacques Hittorff et aujourd’hui disparue.

 

Le programme Souvenir 2018 du Cirque d'Hiver Bouglione :

Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris
Le Cirque d'Hiver Bouglione à Paris

Spectacle du 31 décembre 2018 à 17 H 15 "EXTRA"

 

Le cirque d'Hiver de Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cirque_d%27Hiver_(Paris)

Voir aussi autre article du blog Le Cirque d'Hiver de Paris  :http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-le-cirque-d-hiver-96054615.html

Sources Site Wikipédia et Programme du Cirque d'Hiver

Cirque d'Hiver de Paris :

Direction : Emilien et Sampion Bouglione

Conception et réalisation du spectacle : Joseph, Nicolas, Sampion Thierry et Francesco Bouglione.

Adresse :

Le Cirque d'Hiver Bouglione,

110, rue Amelot 75011 Paris

Métro. "Filles du Calvaire"

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 11:42

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2018 7 30 /12 /décembre /2018 09:56

Un circuit dans la ville de Rennes du 25 au 28 décembre, et des découvertes de la capitale bretonne

La gare de Rennes qui a bien changé ...

La nouvelle gare de Rennes dont le gros œuvre est terminéLa nouvelle gare de Rennes dont le gros œuvre est terminé
La nouvelle gare de Rennes dont le gros œuvre est terminé

La nouvelle gare de Rennes dont le gros œuvre est terminé

Vue arienne de l'ancienne gare de Rennes

Vue arienne de l'ancienne gare de Rennes

 

 

 

 

Quelques murs de l'ancienne gare subsistent encore

Le Palais du Parlement de Bretagne

Le Palais du Parlement de Bretagne Façade côté sud place du Parlement de Bretagne et é des salles d'audience du palais
Le Palais du Parlement de Bretagne Façade côté sud place du Parlement de Bretagne et é des salles d'audience du palaisLe Palais du Parlement de Bretagne Façade côté sud place du Parlement de Bretagne et é des salles d'audience du palais

Le Palais du Parlement de Bretagne Façade côté sud place du Parlement de Bretagne et é des salles d'audience du palais

Voir aussi autre article du blog avec une visite du Palais du Parlement de Bretagne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/un-sejour-a-rennes-en-decembre-2018.html

Une capitale qui conserve quelques immeubles art nouveau et art déco

L'immeuble art déco de la rue Jean Janvier

L'immeuble art déco de la rue Jean Janvier

La piscine Saint-Georges

Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Les mosaïques Odorico

La famille Odorico, des mosaïstes de grand talent, ont décoré la ville de Rennes de 1882 à 1978.

Originaires du Frioul, ils ont fait de Rennes un des centres les plus importants : leurs travaux sont d'ailleurs présents dans tout l’ouest de la France.

Les plus connus à Rennes sont : La piscine Saint-Georges, les halles, les crèches Papu et Alain Bouchard.

Les immeubles de la place Hoche

Les immeubles de la place Hoche

Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
"La Criée" Les Halles centrales

"La Criée" Les Halles centrales

La maison ou vécu Geneviève de Gaulle-Anthonioz de 1935 à 1938 :

 

 

 

Les maisons à pans de bois de Rennes : il y en aurait plus de 200 dans la capitale bretonne.

La maison à pans de bois "Ty Coz"

La maison à pans de bois "Ty Coz"

Le centre historique de RennesLe centre historique de Rennes
Le centre historique de RennesLe centre historique de RennesLe centre historique de Rennes

Le centre historique de Rennes

La cathédrale Saint-Pierre de Rennes :

Effet de brume, le matin, sur la cathédrale

 

L'intérieur de la cathédrale avec ses grandes orgues, au centre

La cathédrale Saintt-PierreLa cathédrale Saintt-Pierre

La cathédrale Saintt-Pierre

L'Opéra de Rennes En bas, photographe ancienne du début du siècle dernierL'Opéra de Rennes En bas, photographe ancienne du début du siècle dernier
L'Opéra de Rennes En bas, photographe ancienne du début du siècle dernier

L'Opéra de Rennes En bas, photographe ancienne du début du siècle dernier

L'Hôtel de ville de RennesL'Hôtel de ville de Rennes
L'Hôtel de ville de RennesL'Hôtel de ville de Rennes

L'Hôtel de ville de Rennes

Voir aussi autre article du blog avec une visite de l'Hôtel de Ville de Rennes : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/un-sejour-a-rennes-en-decembre-2018.html

Les Champs Libres et ses expositions :

Un parcours architecture et patrimoine à Rennes

Exposition l'Affaire Dreyfus :

Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes

Le Lycée et le collège Emile Zola :

Un parcours architecture et patrimoine à Rennes

 

Un parcours architecture et patrimoine à RennesUn parcours architecture et patrimoine à RennesUn parcours architecture et patrimoine à Rennes

Le Musée des Beaux-Arts de Rennes ** :

 

La façade du Musée des Beaux-Arts de Rennes quai Emile Zola

Un parcours architecture et patrimoine à RennesUn parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
La Dame d'Antinoé

La Dame d'Antinoé

Quelques œuvres des collections du Musée des Beaux-Arts de Rennes

Un parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à RennesUn parcours architecture et patrimoine à Rennes
Un parcours architecture et patrimoine à RennesUn parcours architecture et patrimoine à Rennes

 

Documentattion souces Musée des Beaux-Arts de Rennes
Documentattion souces Musée des Beaux-Arts de Rennes
Documentattion souces Musée des Beaux-Arts de Rennes

Documentattion souces Musée des Beaux-Arts de Rennes

Musée des Beaux-Arts de Rennes :

20, quai Emile Zola 35000 Rennes Tél. : 02 23 62 17 45

Lien Site : http://www.mbar.org

Courriel : museebeauxarts@ville-rennes.fr

Le Palais Saint-Georges
Le Palais Saint-Georges

Le Palais Saint-Georges

L'incontournable parc du Thabor**

Le parc du Thabor ** et ses curiosiitésLe parc du Thabor ** et ses curiosiités
Le parc du Thabor ** et ses curiosiitésLe parc du Thabor ** et ses curiosiités

Le parc du Thabor ** et ses curiosiités

 

Détails du kiosque du parc du ThaborDétails du kiosque du parc du ThaborDétails du kiosque du parc du Thabor

Détails du kiosque du parc du Thabor

Le parc du Thabor et son kiosque au début du siècle dernier

Les serres actuelles du parc du Thabor  et photographies des anciene serres détruites durant la dernière guerreLes serres actuelles du parc du Thabor  et photographies des anciene serres détruites durant la dernière guerre
Les serres actuelles du parc du Thabor  et photographies des anciene serres détruites durant la dernière guerre

Les serres actuelles du parc du Thabor et photographies des anciene serres détruites durant la dernière guerre

Les enceintes de la ville

Les restes de l'enceinte ouest en chantier et nord ouest Plan avant l'incendie de 1720Les restes de l'enceinte ouest en chantier et nord ouest Plan avant l'incendie de 1720Les restes de l'enceinte ouest en chantier et nord ouest Plan avant l'incendie de 1720
Les restes de l'enceinte ouest en chantier et nord ouest Plan avant l'incendie de 1720

Les restes de l'enceinte ouest en chantier et nord ouest Plan avant l'incendie de 1720

Nos parcours dans Rennes encore sous forme de brouillon

Nos parcours dans Rennes encore sous forme de brouillon

Une boutique de bijoux à Rennes près du Palais de Parlement de Bretagne :

La SuPeretTe Bijoux et accessoires

La SuPeretTe Bijoux et accessoires

La SuPeretTe  7, rue Hoche 35000 Rennes

Ouvert du mardi au samedi de 10 H 30 à 19 H 00

Site : http://www.lasuperetteboutique.tumblr.com

Tél. : 02 30 02 34 68

Voir aussi autre article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/un-sejour-a-rennes-en-decembre-2018.html

Office de Tourisme de la ville de Rennes :

11, rue Saint-Yves 35064 Rennes Cedex

Tél. : 02 99 67 11 11 Fax : 025 99 67 11 10  Courriel : patrimoine@tourisme-rennes.com

Site visites guidées lien  : https://www.tourisme-rennes.com/fr/reserver-en-ligne/visites-guidees

Merci à Jeanne de l'Office du Tourisme pour ses renseignements précieux sur les visites et lieux à voir,

Merci à Séverine pour sa passionnante visite-conférence du Palais du Parlement de Bretagne,

Merci à notre guide de la mairie de Rennes pour ses ouvertures et pour ses renseignements nombreux,

Merci à Catherine des "Champs Libres" pour sa documentation sur l'architecture de la ville de Rennes.

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2018 6 29 /12 /décembre /2018 09:01

***

Première partie de la visite : l'Hôtel de ville de Rennes  et le Palais du Parlement de Bretagne

L'hôtel de ville le soir en décembre 2018

L'hôtel de ville le soir en décembre 2018

L'Hôtel de Ville de Rennes a été construit de 1734 à 1743 par Jacques V Gabriel (Jacques-Jules Gabriel) (1)  à la suite du grand incendie de Rennes en 1720, alors que Toussaint-François Rallier du Baty (0) était maire.

Elle a hébergé dans son aile nord les facultés de Droit et de Sciences de 1840. Le cabinet de chimie, occupé en particulier par le professeur Faustino Malaguti (2) jusqu'en 1855, se trouvait dans l'actuel bureau de Madame la  Maire.

Elle a été considérablement remaniée par Emmanuel Le Ray lors du premier mandat de Jean Janvier ; lors de sa prise de fonction ce dernier la considérait comme « indigne d’un chef-lieu, même de bien moindre importance que Rennes ». Un escalier monumental est construit dans le pavillon sud et des aménagements intérieurs sont réalisés afin de rendre les locaux plus fonctionnels.

Elle accueille la plupart des services municipaux. L’ensemble est composé de deux édifices classiques reliés par un décrochement en quart de cercle, avec la tour de l'horloge en retrait. L’aile nord de l’hôtel de ville abrite le « Panthéon rennais », une salle à la mémoire des morts des deux guerres mondiales, de la guerre d'Algérie et de la guerre d'Indochine; sa construction a été décidé sous la municipalité Jean Janvier

dès le 18 novembre 1918. L'aménagement de cet espace est l'œuvre de l'architecte Emmanuel Le Ray (3). La conception du décor peint, long de 26 mètres, a été confié au peintre Camille Godet (4). Ce dernier s'est appuyé sur ses croquis ramenés du front pour représenter les soldats français et alliés. Les études préparatoires à ce décor sont conservées par l'Union des Combattants d'Ille-et-Vilaine. La salle est inaugurée le 2 juillet 1922.

L’aile sud possède un magnifique vestibule  en forme de portique à colonnes en marbre rose.

Le bâtiment a fait l’objet d’un premier classement au titre des monuments historiques en 1922, à l’initiative de Jean Janvier (5). Cet arrêté, portant classement des façades a été annulé. L’ensemble du monument a été inscrit par arrêté du 13 septembre 1940, puis deux arrêtés de classement ont été pris le 12 mars 1962 et le 23 août 1963.

 

(0) Lien site Wikipédia Toussaint-François Rallier du Baty : Toussaint-François Rallier du Baty

(1) Lien site Wikipédia Jacques Jules Gabriel  ou Jacques V Gabriel : Jacques V Gabriel

(2) Lien site Wikipédia : Faustino Malaguti

(3) Lien site Wikipédia Emmanuel Le Ray : Emmanuel Le Ray

(4) Lien site Wikipédia peintre Camille Godet : Camille Godet

((6) Lien site Wikipédia Jean Janvier, ancien maire de Rennes :  Jean Janvier

Les illuminations de l'Hôtel de Ville de Rennes le 26 décembre 2018Les illuminations de l'Hôtel de Ville de Rennes le 26 décembre 2018

Les illuminations de l'Hôtel de Ville de Rennes le 26 décembre 2018

Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures
Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures

Images des illumunations de la mairie de Rennes à 18 heures

Une visite de l'Hôtel de Ville de la capitale bretonne

Le grand escalier de l'Hôtel de ViilleLe grand escalier de l'Hôtel de Viille

Le grand escalier de l'Hôtel de Viille

Le grand escalier de la mairie

L'entrée des visiteurs se situe au rez-de-chaussée de l'aile Nord. Le bureau de la maire se trouve au premier étage de cette dernière. L'aile sud accueille, au premier étage, les réunions du conseil municipal et les réceptions officielles dans les deux salons d'honneur. Le reste du bâtiment est occupé par les bureaux des élus, des fonctionnaires, du cabinet de la maire et des salles de réunion.

Le Bureau de Madame la Maire de Rennes, ancien cabinet de ChimieLe Bureau de Madame la Maire de Rennes, ancien cabinet de Chimie

Le Bureau de Madame la Maire de Rennes, ancien cabinet de Chimie

L'ancienne Chapelle

 

Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018

L'ancienne salle des mariages

Les œuvres de l'ancienne salle des mariages de la mairieLes œuvres de l'ancienne salle des mariages de la mairie

Les œuvres de l'ancienne salle des mariages de la mairie

La salle des mariages de l'hôtel de villeLa salle des mariages de l'hôtel de ville
La salle des mariages de l'hôtel de ville
La salle des mariages de l'hôtel de villeLa salle des mariages de l'hôtel de ville

La salle des mariages de l'hôtel de ville

Le Panthéon de l'Hôtel de Ville de Rennes dit le Panthéon rennais à la mémoire des Morts des dernières guerres

Le Panthéon de l'Hôtel de Ville de Rennes dit le Panthéon rennais à la mémoire des Morts des dernières guerres

Cartes anciennes de la mairie de Rennes :

Cartes anciennes de la mairie de Houilles  M. Henri Poincarré en visite à Rennes Sources documentations Les Champs Libres
Cartes anciennes de la mairie de Houilles  M. Henri Poincarré en visite à Rennes Sources documentations Les Champs Libres
Cartes anciennes de la mairie de Houilles  M. Henri Poincarré en visite à Rennes Sources documentations Les Champs Libres

Cartes anciennes de la mairie de Houilles M. Henri Poincarré en visite à Rennes Sources documentations Les Champs Libres

Le Palais du Parlement de Bretagne

Détails extérieurs du palais et notre conférencière Séverine

La place du Parlement de Bretagne et sa patinoire actuelle

La façade sud, coté place, du Palais du Parlement de Bretagne
La façade sud, coté place, du Palais du Parlement de BretagneLa façade sud, coté place, du Palais du Parlement de BretagneLa façade sud, coté place, du Palais du Parlement de Bretagne

La façade sud, coté place, du Palais du Parlement de Bretagne

Le palais du Parlement de Bretagne, souvent appelé simplement le Parlement de Bretagne, est un bâtiment d'architecture classique construit au XVIIème siècle et qui fut le siège du Parlement de Bretagne de sa construction jusqu’à sa dissolution par la Révolution française en février 1790, en dehors de son « exil » à Vannes de 1675 à 1689.

L’édifice devient la cour d'appel de Rennes en 1804.  Ce monument a été entièrement restauré après l'incendie

du 5 février 1994 (1), conséquence d’un incident lié aux violentes manifestations de marins-pêcheurs. Dans des locaux adaptés aux exigences du XXIème siècle, la cour d'appel de Rennes a pu reprendre l’activité qu’elle y déployait depuis près de deux siècles. L'ensemble des autres juridictions a rejoint la cité judiciaire à l'architecture très contemporaine, inaugurée en 1983 dans le quartier de la Tour-d'Auvergne, ou d'autres bâtiments encore.

Architecte du Palais : Germain Gaultier de Brosse

Lien site Wikipédia   https://fr.wikipedia.org/wiki/Germain_Gaultier

(1) Lien incendie du 5 février 1994 du Parlement : https://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_du_palais_du_Parlement_de_Bretagne

 
 
 

Séverine notre conférencière du jour

La Palais et ses salles :

La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994
La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994
La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994

La grande salle restaurée après l'incendie du 5 fvrier 1994

La cour intérieure du Palais

La salle d'audience du Palais La salle d'audience du Palais La salle d'audience du Palais

La salle d'audience du Palais

Et, vous le savez, ma passion pour les gargouilles...

 

 

 

 

 

Les gargouilles du Palais du Parlement de Bretagne (face est)

Documentation et renseignements sur les visites du Palais du Parlement de Bretagne : sources Office de Tourisme Ville de Rennes :

Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018

Cartes anciennes du Parlement de Bretagne :

Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018
Un séjour à Rennes en décembre 2018

Notre circuit dans la ville de Rennes. Un plan un peu brouillon, je le sais, mais bientôt des circuits plus détaillés de nos parcours dans cette belle ville...

Un séjour à Rennes en décembre 2018

La suite de notre visite de Rennes en décembre bientôt !

 

Palais du Parlement de Bretagne : lien Wikipédia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_du_Parlement_de_Bretagne

Mairie de Rennes : lien Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Mairie_de_Rennes

Adresses :

Office de Tourisme de la ville de Rennes :

11, rue Saint-Yves 35064 Rennes Cedex

Tél. : 02 99 67 11 11 Fax : 025 99 67 11 10  Courriel : patrimoine@tourisme-rennes.com

Site visites guidées lien  : https://www.tourisme-rennes.com/fr/reserver-en-ligne/visites-guidees

Merci à Jeanne de l'Office du Tourisme pour ses renseignements précieux sur les visites et lieux à voir,

Merci à Séverine pour sa passionnante visite-conférence du Palais du Parlement de Bretagne,

Merci à notre guide de la mairie de Rennes pour ses ouvertures et pour ses renseignements nombreux,

Merci à Catherine des "Champs Libres" pour sa documentation sur l'architecture de la ville de Rennes.

 

Bonne visite !

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2018 6 22 /12 /décembre /2018 11:00

Autoportrait

Musée Leopold de Vienne

29 septembre 2018

Circuit à pied de Vienne historique et le musée Leopold

 

 

 

 

Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018

 

Egon Scliele et sa mère :

Egon Schiele avait une relation profondément ambivalente avec sa mère Marie Schiele. En dépit de leurs liens étroits et du grand dévouement de Marie Schiele pour son fils unique, qui l’a amenée à le soutenir, par exemple, lorsque son oncle patronneur s’est opposé à ses études à l’Académie de Vienne, elle lui demandera également une aide financière et exhortera Schiele à prendre le rôle de son père, qui est décédé prématurément. Schiele a cependant insisté sur sa liberté et son autonomie, qu'il considérait comme indispensables à son parcours artistique.
 

Arthur Rossler semble avoir motivé Schiele à faire de cette relation complexe

avec sa mère le thème de ses œuvres. De nombreuses peintures telles que Mère morte, Mère et enfant, Mère aveugle et Mère à la tête de deux enfants témoignent de son exploration continue du sujet.
Dans ces interprétations, l’aspiration à la protection et aux soins maternels est dominée par un sentiment d’impuissance et de fragilité existentielle, en particulier face à la maladie et à la mort.
Nombre de ces œuvres reflètent une attitude profondément attristée de la mère et une nature tragique d'événements exprimés par des couleurs sombres et apparemment amorphes ainsi que par des gestes et des expressions faciales significatifs.
La pensée constructive, comme dans le cas de la mère aveugle, domine souvent les compositions sous forme de géométrisation.
Cependant, les œuvres n’ont pas de formalisme, elles sont dominées par une uniformité d’éléments formels conçus techniquement par une tension de la narration de l’image et par un sentiment émotionnel.

Egon Schiele had a deeply ambivalent relationship with his mother Marie Schiele. Despite their strong bond and Marie Schiele's great adffection for her only son, wich led her to support him, for instance, when his patronizing uncle opposed his studying at the Vienna Academy, she would also demand financial assistance from him and urge Schiele to step into the role of his father, who died prematturely. Schiele, however, insisted on his fredom and auttonomy which he considered indispensable fot his artistic path.
Arthur Rossler seems to have motivated Schiele to make this complex relationsship with his mother the theme of his artworks. Numerous paintings such as Dead Mother, Mother and Child, Blind Mother, and Mother witth Two Children are testament ti his continuous exploration of the subject.
In these renderings, the longing for protection ans maternal care is overshodowed by a feeling of helplessness and existential fragility, especially in the face of sickness and death.
Many of these works shox a deeply saddened attittude of the mother and a tragic nature of events expressed by dark and seemingly amorphous colors as well as by significants gestures and facial expressions.
Constructive thinking, as in the case of Blind Mother, often dominates the compositions in the shape of geometrization.
However, there is no formalism to the works, as they are dominated by a uniformity of techtonically conceived formal elements  by a tension of the image narrative and a emotional intensity.

Sources : Musée Leopold Vienne

Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne
Le musée Leopold Vienne

Le musée Leopold Vienne

L'exposition Igon Schiele au musée Leopold à Vienne côtoyant celle de Gustav Klimt, proche du peintre

 

 

À 17 ans, Egon Schiele rencontre le peintre viennois Gustav Klimt qui en a 45.  

Leur écart d’âge ne les empêche pas de se lier d’amitié avec une grande admiration réciproque qui durera de nombreuses années.

Accusé à plusieurs reprises d’abuser des adolescentes qu’il employait comme

modèles, en avril 1912, il est arrêté pour avoir séduit une jeune fille mineure.

Suite à cette accusation, lorsque les gendarmes se rendent à son atelier, ils

saisissent une centaine de dessins « à caractère pornographique ». Igon Schiele est ensuite jugé coupable pour avoir exposé de tels dessins dans un atelier fréquenté par des enfants. Il fait 25 jours de prison pour purger sa peine. Ce séjour en prison va marquer profondément l'artiste.

Pour l’exposition officielle de Vienne de 1918, il crée une affiche qui ressemble à La Cène et où il occupe la place de… Jésus Christ.

Egon Schiele aimait les femmes. Il s’amusa une fois à noter combien d’entre

elles étaient passées par son studio en l’espace de 8 mois et en comptabilisa 180 !

Après avoir partagé sa vie avec une ancienne prostituée et sa modèle de prédilection, il décide d’épouser une jeune femme de bonne famille, Edith Harms. Pendant les premiers mois de leur mariage, il reste fidèle et ne fait appel qu’à Edith pour poser. Toutefois, plus sa femme s’éloigne de son idéal physique fragile et maigre, plus Schiele fait poser sa sœur, Gertrude.. avec laquelle il finit par avoir une liaison.

 

Egon Schiele meurt à 28 ans, d’une épidémie de grippe espagnole alors que sa femme est enceinte de leur premier enfant.

 

L'affiche de l'Exposition à vienne de 1918

Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018

Biographie succinte d'Egon Schiele : 1890-1918

1890 : Naissance d'Egon Schiele le 12 juin à Tulln/Donau (Basse-Autriche).

1906 : Après avoir été refusé par l'école des arts décoratifs de Vienne, début des études à l'académie des Beaux-Arts.

1907 : Schiele emménage dans son premier atelier propre à Vienne et entre en contact avec Klimt.

1908 : Première participation à une exposition publique (dans la salle impériale du monastère de Klosterneuburg).

1909 : Quatre travaux de Schiele sont présentés sur « l'exposition d'art internationale ». Suite à des différences, il quitte l'académie des Beaux-Arts et fonde le « Neukunstgruppe » (le groupe de l'Art nouveau).

1911 : Schiele déménage avec Wally Neuzil, son modèle le plus connu, à Krumau (Tchéquie). C'est là que voient le jour ses paysages urbains visionnaires.

1912 : D'autres expositions suivent, entre autres à la Sécession.
Et un séjour derrière les barreaux : suite à son déménagement de Krumau à Neulengbach en Basse-Autriche, Schiele est accusé à tort d'avoir détourné une mineure et passe 24 jours en détention provisoire.
Son célèbre « Portrait de Wally Neuzil » ainsi que son «Autoportrait avec des fruits de lampion » voient alors le jour (tous deux exposés au Musée Leopold).

 

 

 

 

 

 

 

         

          Portrait de Wally Neuzil                                          Autoportrait avec des fruits de lampion

1913 : La Fédération des artistes autrichiens, qui a pour président Gustav Klimt, nomme Schiele membre. Plusieurs expositions suivent en mars en Autriche et en Allemagne.

1914 : Pour la toute première fois, des poèmes de Schiele sont publiés dans l'hebdomadaire « Die Fackel ». Participation à des expositions à Rome, Bruxelles et Paris.

1917 : Igon Schiele fait son service militaire au Musée de l'armée K.u.K (1) actuellement musée de l'Histoire militaire de Vienne (photographie ci-dessous), où il organise des expositions de toiles de guerre et s'adonne à sa peinture.

1918 : La 49ème exposition de la Sécession de Vienne est consacrée à Schiele. Il enregistre également ses premiers succès matériels : quasiment tous les 50 tableaux et dessins présentés lors de l'exposition sont vendus.
Le 31 octobre, il succombe à la grippe espagnole à 28 ans. Il est enterré au cimetière Ober Sankt Veit à Hietzing, situé au sud-ouest du centre de Vienne.

 

Le cimetière de Hietzing, situé au sud ouest de Vienne, et près du parc de Schönbrunn

 

Un éloge à Egon Schiele :

« Ses œuvres sont nombreuses et remarquables du point de vue du dessin. Celui-ci est très net, avec un trait marqué, énergique et sûr, parfois même
violent. La connaissance du corps humain qu'a Egon Schiele est d'autant plus admirable qu'il ne fait pas disparaître le squelette sous la chair, il le dessine dans la logique de ses mouvements et postures et lui donne ainsi trois dimensions, au lieu que ce soit deux, comme c'est souvent le cas chez d'autres artistes. Ses portraits et ses nus sont en outre saisis dans des poses insolites, voire caricaturales, Egon Schiele ayant étudié les attitudes de certains déments dans un asile psychiatrique, ainsi que les positions des marionnettes manipulées, ce qui donne cet aspect «
désarticulé » propre à certains de ses personnages et à son art. Le trait marqué, les poses complexes générant une multiplication de lignes obliques, la chair comme tuméfiée des corps, les fonds parfois tourmentés, la provocation de certains nus ont amené à rapprocher Schiele du courant expressionniste qui marque alors les pays germaniques. Néanmoins, le peintre ne recherche pas systématiquement la stridence de la couleur comme le font ses collègues allemands. Au contraire, les figures sont souvent sur un fond blanc, accentuant encore le dépouillement de leur nudité. C'est ce même dépouillement qui le différencie de Klimt ; ce dernier ayant une "horreur du vide" caractéristique de l'Art nouveau et du Jugendstil des années 1900. L'œuvre de Schiele occupe également une place essentielle dans l'histoire des relations entre art et érotisme. »

 

Les points marquants des lieux Egon Schiele à Vienne : le Musée Leopold, le Belvédère, Wien Museum, l’Albertina, le Musée de l'Histoire militaire

Lien :  https://www.wien.info/fr/sightseeing/museums-exhibitions/museum-karlsplatz

Lien musée Albertina : https://www.wien.info/fr/sightseeing/museums-exhibitions/top/albertina

 

Le musée du Belvédère (haut)

voir circuit ci-dessous

Le musée du Belvédère haut

Vienne

Quelques œuvres d'Egon Schiele exposées :

Portrait de l'éditeur Eduard Kosmack (1910)

 

 

La mort d'Egon Schiele Musée Leopold à Vienne Montage Jean-Pierre K.

La mort d'Egon Schiele Musée Leopold à Vienne Montage Jean-Pierre K.

Quelques-unes des œuvres d'Egon Schiele :

Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018
Exposition d'Egon Schiele, de Vienne à Paris 2018

Une œuvre d'Egon Schiele qui fit scandale : "Kardinal und Nonne" "Cardinal et Religieuse"

                                                  "Kardinal und Nonne" (Cardinal et Religieuse), 1912
Il s’agit d’un des tableaux d’Egon Schiele qui ont fait scandale en leur temps et n’ont peut-être pas fini de choquer. L’artiste y brise un tabou. Mais ce tableau offre en même temps une grandiose représentation de la solitude de deux êtres humains qui ne sont pas autorisés à faire ce qu’ils font.

Les maisons d'Egon SchieleLes maisons d'Egon Schiele
Les maisons d'Egon SchieleLes maisons d'Egon Schiele

Les maisons d'Egon Schiele

"Stein on the Danube"

"Soleil couchant" et "Quatre arbres""Soleil couchant" et "Quatre arbres"

"Soleil couchant" et "Quatre arbres"

Portrait d'Albert Paris Gütersloh (1918)

Egon Schiele à la Fondation Vuitton
 

Exposition en cours - Du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019

Adresse : Fondation Louis Vuitton

8, Avenue du Mahatma Gandhi Bois de Boulogne

75116 Paris

 

 
"Egon Schiele, le renégat"

Le Monde 2 octobre 2018

 

Egon Schiele fut un observateur implacable de la société austro-hongroise du début du XXe siècle. Face à des mœurs sévères et hypocrites, il expose la nudité crue, mêle les postures d’épileptiques et de gisants, bien loin des représentations académiques. Il sera jugé, condamné, conspué. La Fondation Louis Vuitton à Paris présente plus d’une centaine de ses œuvres jusqu’au 14 janvier 2019.

 

 

Par Harry Bellet Publié le 02 octobre 2018 à 14h00 - Mis à jour le 02 octobre 2018 à 15h02

Lien article Le Monde "Egon Schiele le rénégat" : https://www.lemonde.fr/arts/article/2018/10/02/egon-schiele-le-renegat_5363365_1655012.html

 

« Mon œuvre n’est pas moderne, elle est de toute éternité »


Egon Schiele

(1) Musée de l'Histoire Militaire de Vienne : https://www.wien.info/fr/sightseeing/sights/from-g-to-k/museum-military-history

 

Automobile dans laquelle l'héritier au trône François Ferdinand et sa femme Sophie von Hohenberg furent

 

 

 

abattus à Sarajevo

© Heeresgeschichtliches Museum / M. Litscher

 

 

 

 

Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Portrait_de_Walburga_Neuzil_(Wally)

Lien Wikipédia Gustav Klimt : Gustav Klimt

 

 

 

Lien l'Atelier des Lumières à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/gustav-klimt-a-l-atelier-des-lumieres.html

Voir aussi autre article du blog Sur les traces de Gustav Klimt à Vienne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/sur-les-traces-de-victor-klimt-a-vienne.html

Voir aussi le circuit art nouveau Sécession à Vienne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-circuit-art-nouveau-dit-secession-a-vienne-autriche.html

La serre aux Palmiers dans le parc de Schönbrunn : http://La serre au Palmier de Schönbrunn : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/la-serre-aux-plamiers-du-parc-de-schonbrunn-grosses-palmenhaus-schonbrunn.html

 

 

Bonne visite !!

***

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 21:16
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières

Gustav Klimt, Friedensreich Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise

 

Lien site  L'Atelier des Lumières : https://www.atelier-lumieres.com/

Gustav Klimt à l'Atelier des LumièresGustav Klimt à l'Atelier des Lumières

 

Gustav Klimt à l'Atelier des LumièresGustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des LumièresGustav Klimt à l'Atelier des LumièresGustav Klimt à l'Atelier des Lumières
La salle aux miroirs

La salle aux miroirs

 

 

Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières

Des clins d’œil à Egon Schiele

Gustav Klimt à l'Atelier des LumièresGustav Klimt à l'Atelier des Lumières

 

L'Exposition Immersive

COLOURS X COLOURS

Création contemporaine

Dans le studio sous la Mezzanine

Réalisation Thomas Blanchard et Oilhack

Les vidéos numériques de Colours X Colours dans le studioLes vidéos numériques de Colours X Colours dans le studioLes vidéos numériques de Colours X Colours dans le studio
Les vidéos numériques de Colours X Colours dans le studioLes vidéos numériques de Colours X Colours dans le studio

Les vidéos numériques de Colours X Colours dans le studio

Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières

Colours X Colours propose une immersion dans les vidéos les plus spectaculaires de la macro de peinture à la découverte de ses diverses réactions. Les images projetées sur l'ensemble des murs du Studio sont des captations des mouvements de conceptions artisanales, à partir de peinture acrylique, huile ou savon et proposent, grâce à un grossissement optique extrême, un regard nouveau sur la peinture et ses techniques.

L'ancien site industriel parisien :

La fonderie Plichon 1835-1935

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

 

La fonderie Plichon, un lieu d'exception

Témoin prestigieux de l'époque industrielle de Paris, la fonderie Plichon trône dans le 11ème arrondissement depuis plus de deux cents ans...

Une histoire à laquelle l'Atelier des Lumières donne une suite éclairée...

Le destin de la fonderie de la rue du Chemin Vert s'inscrit dans la vertigineuse et longue histoire industrielle d'un Paris en mutation.

C'est en 1835 qu'elle s'est implantée sur 3000 mètres carrés, dans le XIème arrondissement de la capitale.

Deux frères, issus d'une famille de maréchaux-ferrants, sont à l'origine de sa construction, Jacques-François Alexandre et Hilaire-Pierre Plichon. leur père avait auparavant exercé la profession de fondeur, à Chaillot, à l'ouest de Paris, où il avait crée sa propre usine.

En la déplaçant dans ce quartier de l'est, pôle métallurgique de la capitale, sans doute les frères voulaient bénéficier de la proximité des artisans et de la main-d’œuvre. Et ils ont même fait bâtir une maison, attenante à l'atelier, afin de loger une partie de la famille.

Une affaire de famille :

L'entreprise est spécialisée dans le moulage des pièces en fonte de fer "sur plan et sur modèles, jusqu'à 10.000 kilogrammes", peut-on lire sur son papier à en-tête. Elle travaille pour le compte de la Marine, de l'Armée et de l'industrie automobile, notamment Packard et Renault. On dit qu'elle aurait fabriqué des pièces pour le pont Alexandre III et que d'autres auraient équipé les taxis Renault de la Bataille de la Marne. C'est possible. Durant un siècle en tous cas, la Donderie Plichon se développe, portée par la Révolution industrielle et quatre générations familiales successives.

A Jacques François Plichon, succèdent en 1859 ses deux fils, Jean et Edouard. Mais c'est surtout ce dernier qui développera l'entreprise.

Ses affaires prospèrent au point qu'en 1882, il ouvre une succursale de 4000 mètres carrés, dans le XVème arrondissement, spécialisée quant à elle dans le moulage de l'acier. Et ses compétences professionnelles sont reconnues. Il sera d'ailleurs élu Président de la Chambre syndicale des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs, et plus tard promu Chevalier de la Légion d'Honneur.

La fonderie Plichon, photographie ancienneLa fonderie Plichon, photographie ancienne

La fonderie Plichon, photographie ancienne

Edouard Plichon et des ouvriers de la fonderie

Le Paris industriel au XIXème siècle et à la Belle Epoque

Ville lumière, Paris est aussi, au tournant des XIX et XXème siècle, une ville industrielle où beau monde et gens modestes se côtoient constamment.

Une capitale moderne où le métal est le nouveau complice des architectes.

Difficile aujourd'hui d'imaginer la ville lumière, cité industrielle.

C'est pourtant ce qu'elle fut tout au long du XIXème siècle

A la Belle Époque, Paris regorge de théâtres et de salles de spectacles, où la bourgeoisie se divertie et s'encanaille, mais aussi d'usines qui ont poussé comme des champignons, dans lesquelles s'affairent des milliers d'ouvriers. L'annexion et 1860, de plusieurs communes avoisinantes : Belleville, Grenelle, Vaugirard et la Villette n'a fait que renforcer son rôle.

Aussi, à la fin du Second Empire, elle comptait 500.000 ouvriers, chiffre, qui en 1900, atteint 900.000, soit près de la moitié de la population de Paris évalué à 2.000.000 habitants.

Paris concentre alors 15 % des effectifs ouvriers français.

"Elle a été l'un des berceaux de la révolution industrielle, dont la puissance a culminé dans l'entre-deux guerres" résume Thomas Le Roux dans "Les Paris de l'industrie".

Certes, la commune était déjà connue pour son artisanat, des teintureries de la Bièvre aux moulins de Montmartre ou à la Manufacture des Gobelins. C'est dans la continuité de l'Angleterre qu'elle s'est engagée dans le processus industriel, adaptant mécanisation et production en série, même si , au côté des usines dont certaines emploieront jusqu'à 2.000 ouvriers, subsisteront nombre de petites structures, en rez-de-chaussée ou en fonds de cours d'immeubles;

L'introduction en 1778 de la machine à vapeur par les frères Périer s'est avérée une étape primordiale, permettant d'alimenter en eau la capitale, puis d'actionner les machines, indispensable à l'essor de l'industrie.

Bientôt, les chantiers haussmanniens y contribueront à leurs tour.

Les nouvelles implantations ont d'abord suscité méfiance et inquiétude de la part des riverains.

Mais les industriels, de leur côté, feront pression pour s'installer dans la ville afin de se rapprocher de leurs clients, de leurs fournisseurs et bien sûr de la main-d’œuvre.

Sources : "Connaissance des Arts" hors série N°803 Atelier des Lumières Centre d'Art Numérique - Paris

Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières
Gustav Klimt à l'Atelier des Lumières

Gustav Klimt  et Hundertwasser : Grande halle  réalisation G. Iannuzzi, R.Gatto, M. Siccardi. Musique : L. Longobardi

Colours X Colours : Création contemporaine Studio sous la Mezzanine réalisation Thomas Blanchard et Oilhack

 

Lien YouTube L'Atelier des Lumières à Paris : https://www.youtube.com/watch?v=qqwO463JLXc

Lien  YouTube L'Atelier des Lumières à Paris  : https://www.youtube.com/watch?v=RUMUm4gvkWA

 

 

L'Atelier des Lumières :

  • la Halle : accueille dans son vaste espace de 1500 mètres-carrés un cycle annuel d'expositions numériques et immersives composé d'un programme long et d'un programme court consacré à des figures majeures de l'histoire de l'art.
  • Le Studiod'une superficie de 160 mètres-carrés est dédié aux œuvres d'artistes du numérique contemporains, confirmés ou émergents.

Adresse : 38, rue Saint-Maur, 78011 Paris

Ouvert tous les jours de 10 à 18 heures à partir du 13 avril 2018 jusqu'au 6 janvier 2019 réservation par internet uniquement;

Billetterie en ligne : http://atelier-lumieres.tickeasy.com

Nocturnes les vendredis et samedis jusqu'à 22 heures.

Dernière entrée, une heure avant la fermeture du site.

Métro. Ligne N°2 "Père-Lachaise", ligne N°9 "Voltaire", Ligne N°3 "Saint-Ambroise"

Bus : lignes N°46, 56, 61 et 69.

 

Documentation annexe : "Connaissance des Arts" hors série N° 803 "Atelier des Lumières Centre d'Art Numérique -Paris.

"Culturespaces" Partager la culture.

Lien  site Wikipédia Friedensreich Huntertwasser 1928-2000:  https://fr.wikipedia.org/wiki/Friedensreich_Hundertwasser

 

Voir aussi autre article du blog Sur les traces de Gustav Klimt à Vienne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/11/sur-les-traces-de-victor-klimt-a-vienne.html

Voir aussi le circuit art nouveau Sécession à Vienne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/le-circuit-art-nouveau-dit-secession-a-vienne-autriche.html

La serre aux Palmiers dans le parc de Schönbrunn : http://La serre au Palmier de Schönbrunn : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/la-serre-aux-plamiers-du-parc-de-schonbrunn-grosses-palmenhaus-schonbrunn.html

 

Bientôt des vidéos !

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 20:25
Le passage du Havre

69, rue de Caumartin - 109, rue Saint-Lazare

75009 Paris

Le passage du Havre :

Historique du passage :

Ce passage est formé en 1845 sur les terrains appartenant aux sieurs Fouquel, Selles, Doux et Durand-Billion. Son ouverture au public est autorisée par une ordonnance de police en date du 7 septembre 1846.

Le centre commercial qui s'y trouve actuellement a été reconstruit à la fin des années 1990, Il dispose de 40 boutiques sur 2 niveaux.

Pour beaucoup de passionnés d'histoire, de trains et de jouets, le passage a été dénaturé et n'a pas retrouvé son charme d'autan des années 1960.

Longueur : 115 mètres,

Largeur : 3.65 mètres.


Le passage du Havre a remplacé l'ancien passage du chantier de Tivoli.

Le passage du Havre à Paris en décembre 2018Le passage du Havre à Paris en décembre 2018
Le passage du Havre à Paris en décembre 2018Le passage du Havre à Paris en décembre 2018
Le passage du Havre à Paris en décembre 2018
Le passage du Havre à Paris en décembre 2018Le passage du Havre à Paris en décembre 2018Le passage du Havre à Paris en décembre 2018

Le passage du Havre d'antan

Photographie de l'ancien passage du Havre, passage des jouets et des trains électriquesPhotographie de l'ancien passage du Havre, passage des jouets et des trains électriques

Photographie de l'ancien passage du Havre, passage des jouets et des trains électriques

 

Plan du passage du Havre

Accès : ce site est desservi par les stations de métro. "Havre-Caumartin" et "Saint-Lazare" 

Cette dernière lui étant par ailleurs reliée par un couloir permettant d'éviter la voirie.

Adresse :

69, rue de Caumartin et 109, rue Saint-Lazare

75009 Paris

Site officiel du passage du Havre : http://www.passageduhavre.com/

 

 

 
   

Documentation et lien  Wikipédia : le passage du Havre https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Havre

 

Voir aussi articles du blog : Les passages et galeries de Paris, liste :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Le passage du Grand Cerf et le quartier Montorgueil : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/11/le-passage-du-grand-cerf-et-le-quartier-montorgueil.html

Le passage du Grand Cerf à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_a_Paris-1302557.html

Le passage Bourg-l'Abbé ou du Bourg-l'Abbé : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-bourg-l-abbe-ou-passage-du-bourg-l-abbe-a-paris.html

La galerie de la Madeleine 7-2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/la-galerie-de-la-madeleine-a-paris.html

La galerie de la Madeleine à Paris 12-2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/la-galere-de-la-madeleine-a-paris.html

Le passage Vendôme à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-au-passage-vendome-64465668.html

Le passage Jouffroy à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/le-passage-jouffroy-a-paris.html

Le passage des Princes à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/le-passage-des-princes-a-paris.html

Le passage Choiseul ou le passage de Choiseul à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-de-choiseul-ou-le-passage-choiseul-a-paris-2eme.html

Le passage Dauphine à Paris (rive gauche) : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/le-passage-dauphine.html

La Cour (ou le passage) du Commerce Saint-André : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-cour-du-commerce-saint-andre-a-paris.html

Le passage du Caire à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-du-caire-a-paris-iieme.html

Le Passage Puteaux à Paris VIIIème (1) 9-2016 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-puteaux-a-parix-viiieme.html

Le passage Puteaux à Paris (2) 7-2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/le-passage-puteaux-a-paris.html

Le passage Puteaux à Paris (3) 12-2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/12/le-passage-puteaux-a-paris.html

La galerie Vivienne à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-galerie-vivienne-a-paris-113902009.html

La galerie Colbert à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/08/la-galerie-colbert-a-paris.html

Les arcades du Lido sur les Champs-Elysées : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/02/les-arcades-du-lido-a-paris-viiieme-visite-en-fevrier-2017.html

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 15:19
Le passage Puteaux à Paris

Un passage encore peu connu, situé entre la gare Saint-Lazare et la place de la Madeleine.

Adresse :

25, rue Pasquier et 31, rue de l'Arcade, 78008 Paris, quartier de la Madeleine, face à la rue Tronson-du-Coudray.

 
   
  Le passage Puteaux :

Ouvert en 1839, le passage Puteaux fut réalisé à proximité de la future gare Saint-Lazare qui devait être construite à hauteur de la rue Tronchet. Il est l’œuvre de Louis Puteaux (Voir Rue Puteaux dans le 17ème arrondissement qui y a construit plusieurs immeubles.

Le passage Puteaux joua de malchance puisqu'au lieu de se trouver dans une situation idéale, la gare fut en définitive édifiée plus au nord, dans le quartier de l'Europe. Ainsi ce passage de six travées, au charme certain, se trouva dès le départ déserté par les commerçants et les piétons.

C'est le passage le plus court de Paris (Longueur : 29 mètres sur 2.80 mètres de large). Son décor, d'origine, est simple mais soigné, avec des pilastres délimitant six travées. Sous la simple verrière à deux pentes, on distingue encore quelques moulures et chapiteaux écornés. Il abrite un bistrot-cave avec un coin terrasse.

Des travaux sont encore en cours sur la façade de la rue de l'Arcade (décembre 2018)

Voir lien : Rue Puteaux », 17e arrondissement

Lien : rue Tronson-du-Coudray Lien : 25, rue Pasquier Lien : 31, rue de l'Arcade

 

Le passage Puteaux à ParisLe passage Puteaux à ParisLe passage Puteaux à Paris

 

Le passage Puteaux à Paris

 

La façade du passage Puteaux rue Pasquier

La façade du passage Puteaux rue Pasquier

A voir tout proche du passage Puteaux : la Chapelle expiatoire

La Chapelle ExpiatoireLa Chapelle Expiatoire

La Chapelle Expiatoire

La Chapelle expiatoire :  Le roi de France Louis XVI et son épouse Marie-Antoinette, guillotinés lors de la Révolution, ont été enterrés au cimetière de la Madeleine.

Après le transfert de leur dépouille à la Basilique de Saint-Denis en 1815, Louis XVIII y fait construire la Chapelle expiatoire.

Entre la place de la Madeleine et le boulevard Haussmann, au centre du VIIIe arrondissement de Paris, il est un monument étrangement silencieux que les Parisiens contournent sans le voir, sans même s'arrêter sous les ombrages du square qui l'entoure. Trop de mélancolie se dégage de ce lieu funèbre: il s'agit là d'un cénotaphe dont l'entrée a pris la forme d'un tombeau antique. Mais ses murs épais cachent un cloître d'où jaillit la lumière et qui mène à une chapelle construite «à l'imitation d'une église sépulcrale de Rimini», disait Chateaubriand.

Cet ensemble architectural a été édifié à l'emplacement du cimetière de La Madeleine où furent inhumés Louis XVI et Marie-Antoinette ainsi que les autres guillotinés de la Terreur depuis le mois d'août 1792 jusqu'au mois de mars 1794. Dès son retour en France, Louis XVIII voulut faire exhumer les corps du couple royal afin qu'ils reposent à Saint-Denis. Mais le cimetière n'existait plus en tant que tel.

L' intérieur de la Chapelle expiatoire : photographie François Bouchon Le Figaro Magazine

 

Fermé en 1794, ...

Sources : "Le Figaro Culture", par Evelyne Levert, publié le 16 décembre 2018.

 

Bientôt un article du blog sur la chapelle expiatoire

 

La galerie de la Madeleine : place de la Madeleine

La gare Saint-Lazare :

Le passage du Havre :

 

Les Grands Magasins Les Galeries La Fayette et le Printemps Haussman :

 

Le grand hall du Printemps Haussman à l'époque de Noël

Le grand hall du Printemps Haussman à l'époque de Noël

Voir aussi articles du blog : Les passages et galeries de Paris, liste :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Le passage du Grand Cerf et le quartier Montorgueil : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/11/le-passage-du-grand-cerf-et-le-quartier-montorgueil.html

Le passage du Grand Cerf à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_a_Paris-1302557.html

Le passage Bourg-l'Abbé ou du Bourd-l'Abbé : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-bourg-l-abbe-ou-passage-du-bourg-l-abbe-a-paris.html

Le passage Vendôme à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-au-passage-vendome-64465668.html

Le passage Jouffroy à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/le-passage-jouffroy-a-paris.html

Le passage des Princes à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/06/le-passage-des-princes-a-paris.html

Le passage Choiseul ou le passage de Choiseul à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-de-choiseul-ou-le-passage-choiseul-a-paris-2eme.html

Le passage Dauphine à Paris (rive gauche) : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/le-passage-dauphine.html

La Cour (ou le passage) du Commerce Saint-André : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-cour-du-commerce-saint-andre-a-paris.html

Le passage du Caire à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-du-caire-a-paris-iieme.html

Le passage Puteaux à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/09/le-passage-puteaux-a-parix-viiieme.html

La galerie Vivienne à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-galerie-vivienne-a-paris-113902009.html

La galerie Colbert à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/08/la-galerie-colbert-a-paris.html

Les arcades du Lido sur les Champs-Elysée : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/02/les-arcades-du-lido-a-paris-viiieme-visite-en-fevrier-2017.html

 

 

 

Bonne visite !

***

Partager cet article
Repost0