Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

17 janvier 2022 1 17 /01 /janvier /2022 08:07

Femme accroupie ou Etude de nu est réalisée vers 1884-1885 par Camille Claudel, alors agée d'une vingtaine d'années.

L'oeuvre en plâtre est patinées d'une couleur chair aux reflets nuancés de verts bleutés. Elle représente une femme tout en chair, accroupie et recroquevillée sur elle-même. Le chignon tressé, savamment entrelacé, peut absorber un moment l'attention de l'observateur et susciter son admiration.

Celui-ci peut chercher spontanément à voir le visage caché dans ses bras, perceptible d'un seul point de vue.

 

 Femme accroupie "torse mutilé"

Différentes versions de cette œuvre de Camille Claudel existent, notamment :

au musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine, plâtre patiné, vers 1884-85,  

au Musée d'Art et d'Industrie de Roubaix, Femme accroupie "torse mutilé" ou Etude de nu, bronze,

un autre bronze est conservé au J.Paul Getty museum de Los Angelès (U.S.A.) une acquisition de mai 2018

un bronze conservé au Musée  des Arts de Bucarest en Roumanie.

Ces deux bronzes ont été fondus par Philippe Berthelot après l'internement de Camille et à son insu .                                                                                                                      

                                                                                                                                                                   

 

t

La Femme accroupie de Camille Claudel est à rapprocher sans doute de la Femme accroupie d'Auguste Rodin exécutée entre 1880 et 1882.

Elle figure en dimensions réduites dans le tympan de la Porte de l'Enfer œuvre qui à d'ailleurs donné naissance à de nombreuses œuvres du maître.

 

Quelques œuvres réalisées à l'aquarelle ou à l'encre :

 

La femme accroupie ou Etude de nu de Camille Claudel
La femme accroupie ou Etude de nu de Camille Claudel
Quelques images de la Femme accroupie de Camille  ClaudelQuelques images de la Femme accroupie de Camille  Claudel
Quelques images de la Femme accroupie de Camille  ClaudelQuelques images de la Femme accroupie de Camille  ClaudelQuelques images de la Femme accroupie de Camille  Claudel

Quelques images de la Femme accroupie de Camille Claudel

Sources : Camille Claudel  Catalogue raisonné de Reine-Marie-Paris et Philippe Cressent (5ème édition)

Quelques aquarelles issue du film Camille Claudel de Bruno Nuyttten en 1988 avec Isabelle Adjani, Gérard Depardieu  et Ariana K.

La version représente la Femme accroupie d'Auguste Rodin travaillé vers 1880 et 1882, donc une version antérieure à celles de Camille Claudel.

La femme accroupie ou Etude de nu de Camille Claudel
La femme accroupie ou Etude de nu de Camille Claudel
Partager cet article
Repost0
29 août 2020 6 29 /08 /août /2020 17:53

Un article en cours d'élaboration suite à une visite du 26 août 2020

 

Le musée Camille Claudel, anciennement musée Paul Dubois-Alfred Boucher, est un musée consacré à la sculpture, ouvert le 26 mars 2017, consacré à l'œuvre de Camille Claudel  et à la sculpture de l'école française du XIXème siècle.

Camille Claudel vivait à Nogent-sur-Seine, lorsque adolescente, elle affirma sa vocation d'artiste.

Elle y rencontra le sculpteur Afred Boucher qui compris ses dispositions exceptionnelle et sut la conseiller dans son apprentissage, à Nogent-sur-Seine, puis à Paris.

La quarantaine d’œuvres exposées au sein du musée permettent de découvrir toutes les étapes ett les facette de sa carrière artistique. Elles font suite à un ensemble de sculptures représentatives de la très riche production de cette époque, qui montrent dans quelle mesure Camille Claudel s'inscrit dans son temps tous en s'en démarquant d'une façon originale

Le musée Camiille Claudel est situé au 10, rue Gustave-Flaubert à Nogent-sur-Seine dans l'Aube.

Quelques images du musée, suite à une nouvelle visite, le 26 août 2020.

 

Sakountala de Camille Claudel

Bronze

Les différentes étapes de la fabrication d'un bronze  à la cire perdue à partir d'un plâtre

Les sculpteurs du XIXème siècle :

 

 

La grande salle des plâtres

Vue du premier étage

 

A droite :  Paul Dubois, statue équestre de Jeanne d'Arc,                                                                                                                                                                                                                                               Plâtre avant 1895 H : 346 cm L : 3.29 cm  P : 135 cm

Le modèle en plâtre du monument est présenté au Salon de 1889 et offert à la ville de Nogent-sur-Seine lors de la création du musée municipal, en 1902. Il en existe quatre exemplaires en bronze : le premier inauguré en 1896 par le Président Félix Faure sur le parvis de la cathédrale de Reims, ceux de la place Saint-Augustin à Paris et du parvis de l’église Saint-Maurice à Strasbourg et un quatrième, légèrement plus petit, au Meridian Hill Park de Washington. Fort du succès de l’œuvre auprès du grand public, Paul Dubois obtient un contrat d’une durée de vingt ans avec le fondeur Barbedienne pour son édition en trois grandeurs (99, 75 et 56 cm).

Sources : musée Camille Claudel  lien : http://www.museecamilleclaudel.fr/collections/statue-equestre-de-jeanne-darc

Les bustes des personnalités par Paul Dubois et Alfred Boucher

Le Monument au Docteur Panas par Alfred Boucher Plâtre traduit en marbre  à l'Hôtel-Dieu en 1905

Buste de Paul Dubois par Vincenzo Gemito

Buste de Paul Dubois par Vincenzo Gemito

 

Esquisse pour le Monument à Jeanne-d'Arc Paul Dubois avant 1889Esquisse pour le Monument à Jeanne-d'Arc Paul Dubois avant 1889
Esquisse pour le Monument à Jeanne-d'Arc Paul Dubois avant 1889

Esquisse pour le Monument à Jeanne-d'Arc Paul Dubois avant 1889

Henri Allouard 1844-1929

Loin du monde

Marbre gris bleuté et marbre blanc

Héloïse (1101- 1164), femme de lettre, épouse d'Abélard et première abbesse du Paraclet.

 

Dépôt du musée d'Orsay 2005 RF 1040

Les bas-relief de bronze d'Antoine Bourdelle

"La Charité" de Paul Dubois (1829-1905) plâtre réalisé vers 1876

Don de Madame veuve Dubois en 1905  

Lien "La Charité" de Paul Dubois http://www.museecamilleclaudel.fr/collections/la-charite

 

 

Les œuvres de Camille Claudel

 

Giganti ou Tête de brigand à gauche

"Rêve au coin du feu" vers 1899 bronze et marbre "Rêve au coin du feu" vers 1899 bronze et marbre

"Rêve au coin du feu" vers 1899 bronze et marbre

La Petite Châtelaine : Pendant l’été 1892, Camille Claudel réalise, lors d’un séjour au château de l’Islette à Azay-le-Rideau, le portrait de Marguerite Boyer, petite fille des propriétaires alors âgée de six ans. Alors qu’Auguste Rodin travaille au monument à Balzac, il fait plusieurs voyages en Touraine à la recherche de documentation, mais aussi d’un modèle vivant qui puisse poser pour le portrait de l'écrivain. Camille Claudel l'accompagne lors de ces voyages, puis, en 1892, séjourne seule à l'Islette.

Terminée en 1893, la première version en plâtre de ce buste est exposée au Salon de la Libre esthétique à Bruxelles en 1894 sous le titre La Contemplation, puis la même année à Paris au Salon de la Société nationale des beaux-arts sous le nom de Portrait d’une petite Châtelaine. Cette œuvre rencontre un tel succès que Camille Claudel en réalise plusieurs versions en plâtre, en bronze et en marbre.

Les critiques de l’époque insistent sur la nouvelle dimension que prend l’œuvre de Camille Claudel avec ce buste. La petite fille est représentée le regard inquiet et interrogatif, ce qui la distingue des portraits d’enfants traditionnels et anecdotiques présentés chaque année au Salon. Ce regard renvoie à un questionnement universel qui fait de ce buste bien plus qu’un portrait fidèle. Ainsi, Camille Claudel affirme sa modernité et son appartenance à la sphère des artistes symbolistes.

"La Petite Châtelaine" : Plâtre patiné 1892-1893 voir lien La Petite Châtelaine de Camille Claudel musée Camille Claudel http://www.museecamilleclaudel.fr/collections/la-petite-chatelaine

 

 

Cette version en plâtre patinée achetée à Reine-Marie Paris fut aussi appelée "La Contemplation" et "Portrait d'une petite Châtelaine" lors de différents exposition à Paris.

Quelques versions différentes de la Petite Châtelaine de Camille Claudel (1992-1996) visibles dans différents sites et musées.

 

L'Aurore de Camille Claudel

Bronze vers 1900

 

 

 

 

Cette petite fille, au regard tourné vers le ciel et à la chevelure détachée est la dernière interprétation que donne Camille Claudel du buste de "La Petite Châtelaine" réalisée vers 1882 (?) *. En effet, elle reprend souvent ses compositions et propose des variations, notamment sur le travail de la chevelure. Ces reprises témoignent de sa modernité et peuvent être rapprochées de la pratique d’Auguste Rodin. Avec ce buste, l’artiste s’inscrit stylistiquement dans le courant Art nouveau en ce début de XXe siècle : le visage présente un modelé lisse et ferme et des contours bien dessinés ; quant à la chevelure abondante, elle est formée de magnifiques courbes.

*Plutôt vers 1892.

Sources Musée Camille Claudel : L'Aurore lien http://www.museecamilleclaudel.fr/collections/aurore

Le musée Camille Claudel possède 4 versions différentes de La Valse ou les Valseurs de Camille Claudel

Le musée Camille Claudel possède 4 modèles différents de "la Valse" ou "des Valseurs" (1893-1905). Ces œuvres proviennent de la collection de Reine-Marie-Paris.

Une nouvelle visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine
Paul Claudel à trente-sept ans 1905 par Camille ClaudelPaul Claudel à trente-sept ans 1905 par Camille Claudel

Paul Claudel à trente-sept ans 1905 par Camille Claudel

A gauche :

"La Vieille Hélène" ou "Buste de vieille femme" terre cuite vers 1881-82

Un magnifique portrait de la servante de la famille des Claudel, complice et discrète serviteur.

E savoir plus : http://www.museecamilleclaudel.fr/fr/collections/la-vieille-helene

 

Persée et la Gorgone :

à droite

Persée est le fils de Zeus et Danaé, la Méduse est une des trois Gorgones, monstres ailés au corps de femmes et à la chevelure de serpents. Du sang de cette Gorgone  naquit le cheval ailé Pégase. L'œuvre représente ici le moment où le héros vient de trancher la tête du monstre. Persée regarde dans son bouclier de bronze pour éviter son regard qui conservait son caractère maléfique pétrificateur.

Une nouvelle visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine
Une nouvelle visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine

Les deux figures de ce groupe proviennent de La Porte de l’Enfer. Rodin les a assemblées vers 1890

pour créer une nouvelle œuvre qui connut très vite le succès, puisqu’un bronze fut fondu dès 1891 et qu’un agrandissement taillé dans le marbre fut commandé en 1893 par le peintre Eugène Carrière. Le plâtre est un moulage de ce marbre, réalisé à la demande de Rodin qui aimait ainsi conserver trace de ses œuvres, éventuellement pour en faire réaliser d’autres versions.

 

 

Le titre, L’Éternelle idole, est tout à fait dans la veine symboliste suivie à cette époque par Rodin. Pour lui, cependant, la forme prime toujours le sujet, et ces titres si poétiques n’étaient donnés qu’après la création de l'œuvre, parfois lors de discussions avec des amis écrivains.

Sources : musée Rodin à Paris

"Implorante" ou "l'Imploration" vers 1894 Bronze fonte E. Biot petit modèle N° 16 1905

Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel
Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel

Documentation Echappées nogentaises de sculptures en payages Sources musée Camille Claudel

Voir aussi une visite au musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine en août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Liens du blog sur l’œuvre de Camille Claudel

Camille Claudel, son oeuvre : http://http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Circuit Sur les traces de Camille Claudel à Paris :

Sur les pas de Camille Claudel site Sweetvisite : https://www.sweetvisite.com/sur-les-traces-de/camille-claudel.html

Lien : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/sur-les-pas-de-camille-claudel-a-paris-in-the-footsteps-of-camille-claudel-at-paris.html

Camille Claudel, la Petite Châtelaine, sa fille adoptive : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/02/camille-claudel-et-la-petite-chatelaine-sa-fille-adoptive.html

Camille Claudel, la Petite Châtelaine sa fille spirituelle : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/04/camille-claudel-la-petite-chatelaine-sa-fille-spirituelle.html

Article Vertumne et Pomone de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/05/vertumne-et-pomone-de-camille-claudel.html

En français avec les Randonneurs Ovillois : http://lesrandonneursovillois.over-blog.com/2015/04/sur-les-traces-de-camille-claudel-a-paris.html

Sur les traces de Camille et Paul Claudel dans l'Aisne : https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/sur-les-traces-de-camille-et-paul-claudel-dans-l-aisne/89198

Article sur l’œuvre d'Auguste Rodin :

Le Musée Camille Claudel  documentation et coordonnées :

 

Une nouvelle visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine
Une nouvelle visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine
Documentation sources Camille Claudel
Documentation sources Camille Claudel

Documentation sources Camille Claudel

Musée Camille Claudel :

Adresse : 10, rue Gustave Flaubert

10400 Nogent-sur-Seine

Tél. : 03 25 24 76 34

Site : http://www.museecamilleclaudel.fr

#museecamilleclaudel

Boutique messagerie : http://boutique@museecamilleclaudel.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 11:39

"La Valse" ou "Les Valseurs" modèle en grès flammé du Musée Camille Claudel

 

La Valse ou Les Valseurs est une des sculptures majeures de la sculptrice Camille Claudel (1864-1943), réalisée entre1883 et 1901 et éditée en 1905 en plusieurs exemplaires en plâtre, patiné ou pas, puis en bronze, exposés entre autres au musée Rodin et au musée Camille Claudel. Cette œuvre autobiographique traite le sujet personnel du point de rupture de son amour et de sa folle passion pour son maître et amant Auguste Rodin.

En 1883, la jeune talentueuse sculptrice Camille Claudel, âgée de 19 ans, devient l'élève et la muse du sculpteur Auguste Rodin. Elle partage son atelier, participe activement à de nombreuses œuvres du maître et entretient avec lui une relation artistique et amoureuse passionnée et tumultueuse durant une quinzaine d'années.

En 1889, elle est en rupture avec Rodin qui veut la quitter (elle le quitte en 1898). Elle se rapproche de l’art nouveau alors en vogue, en réalisant cette sculpture en plusieurs versions dans leur atelier commun « la Folie Payen » (château parisien délabré du XIIIème du boulevard d'Italie.

Des études de la Valse auraient été réalisées au château de l'Islette, Touraine, en 1993

La Valse  et ses débuts

L'œuvre d'origine en plâtre représente un couple de danseurs de valse nus, amoureusement et érotiquement enlacés dans leur passion, entraînés par leur élan dans un tourbillon représenté par le mouvement du drapé, la danseuse est suspendue à son cavalier, à la limite du point de rupture de son équilibre. La passion anime cette valse.

La Valse dessin à la plume de Camille

À la suite de critiques jugeant son œuvre indécente, Camille reprend sa sculpture et drape la danseuse à mi-corps, pour une version sensuelle moins érotique. En 1893, elle expose une nouvelle version en plâtre au Salon de peinture et de sculpture de la Société Nationales des Beaux-Arts.

En 1905, une version à nouveau modifiée en 1901, est éditée en de nombreux exemplaires en bronze par le fondeur et marchand d'art Eugène Blot.

Reine-Marie Paris, qui collectionne les œuvres de Camille, fait faire des reproductions de La Valse après en avoir acquis un original. Partant d'une version en bronze et en onyx, elle fait entièrement refaire en bronze une statue, plus grande[2].

Critiques des danseurs nus :

En 1892 le critique d'art Armand Davot condamne l'œuvre dans un rapport à la direction des Beaux-Arts : cette œuvre ne peut être acceptée (…). Le violent accent de réalité qui s'en dégage lui interdit, malgré son incontestable valeur, une place dans une galerie ouverte au public. Le rapprochement des sexes est rendu avec une surprenante sensualité d'expression qui exagère considérablement la nudité absolue de tous les détails humain.L'écrivain Jules Renard cite à propos de l'œuvre et ce groupe de la Valse où le couple semble vouloir se coucher et finir la danse par l'amour[3].

Vente record d'une sculpture de Camille Claudel:

La version en bronze haute de 46,7 cm avec la femme portant une jupe longue a été adjugée 1,18 millions d'euros aux enchères le 11 juin 2017 à la petite nièce de Camille, Reine-Marie Paris ; elle était restée jusqu'en avril 2017 dans un placard de son premier propriétaire, Joseph Allioli, et devrait être exposée dans le musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine.

Lien vente la Valse de Camille Claudel Le Monde du 11 juin 2017  https://www.lemonde.fr/culture/article/2017/06/11/la-valse-un-bronze-de-camille-claudel-adjugee-aux-encheres-pour-1-18-million-d-euros_5142374_3246.html

Quelques images de la Valse ou les Valseurs de Camille Claudel :

 

"La Valse" grès flammé

Musée Camille Claudel Nogent-sur-Seine

"La Valse" bronze à la cire fondue 1905

H : 46,5 cm l. : 35.5 cm P : 19,5 cm

 

"La Valse" du musée Sainte-Croix à Poitiers

Le modèle de la Valse du musée Sainte-Croix de Poitiers. Bronze, fonte à la cire fondue Eugène Blot en 1905.
Ancien propriétaire : André Brisson
André Brisson fut administrateur de sociétés. Collectionneur d'oeuvres d'art, il fit donation de sa collection (peintures et sculptures modernes) en 1953, au Musée des Beaux-Arts de Poitiers.
Propriétaire actuel :
musée de la Ville de Poitiers et de la Société des Antiquaires de l'Ouest

La Valse"avec voiles"

La Valse avec voiles 1892-1893

Bronze ancien 1893 "La Valse" avec Voiles, face

H : 96 com L : 87 cm P : 56 cm

Collection privée

"La Valse" avec Voiles  vue de dos

 

Camille souhaitait effectuer un marbre de la Valse avec Voiles, mais la commande de marbre n'a jamais été signée.

H : 96 cm L : 87 cm P : 56 cm

Le plâtre de 1892 a été exposé à la Société Nationale des Beaux(Art en 1893. Le livret indique Siot-Decouville comme propriétaire.

Le bronze de la Valse "avec Voiles"

Collection privée

 

 

 

"La Valse" ou les Valseurs "Frits Thaulow Agrandissement

Bronze cire perdue Fonderie Rocher , Fonderie Delval à Paris, Fonderie Chapon à Paris :

La plus grande connue des sculptures de la Valse

H : 114 cm L 106 cm P : 53 cm

entre 1893 et 1895

12 exemplaires de cette œuvres ont été reproduites :  8 exemplaires numérotés de 1/8 à 8/8 et 4 épreuves d'artistes numérotés de EA I/IV à EAIV/IV, tirage annoncé

Localisation : collections privées et un exemplaire à Soumaya à Mexico.

Expositions : Camille Claudel, Taiwan, Kaohsiung; musée des Beau-Arts 1994

Camille Claudel, Mexico, Mexique Museo del Palacio de Bellas Artes, 1997.

La Valse "Frits Thaulow" agrandissement, bronze posthume

Collection privée photographie Eric Boutigny

Source : Camille Claudel Catalogue raisonné Reine-Marie Paris et Philippe Cressent Edition mars 2019

La Valse du Musée Rodin  1893 :

H : 43.2 cm L : 34.3 cm P ; 23 cm

Le bronze est en fait la deuxième version.

La Valse dans cette variante, présente la valseuse au torse nu, sans les voile à capuchon. Comme celle-ci était exposée à Bruxelles en 1894, l'artiste a créé une version postérieurement. En 1896, le peintre Frédéric Vallet présentait au Salon  une toile intitulée Entre Artistes, représentant deux jeunes filles, l'une jouant du piano, l'autre chantant une mélodie. Il est représenté sur le piano un exemplaire de la Valse que l'on peut donc dater de 1895.

La fonte de la Valse chez Blot aurait été terminée en août 1893.

Le plâtre ayant servi à la fonte de la Valse serait disparu ou détruit.

"La Valse" en plâtre patiné

Entre 1893 et 1895

H : 43.7 cm L : 37 cm P : 17.5 cm

Plâtre patiné et signé C. Claudel sur le socle

Cette œuvre , ancienne collection de Reine-Marie Paris. Acquisition en 2008 du Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine.

La Valse ou les Valseurs de Camille ClaudelLa Valse ou les Valseurs de Camille ClaudelLa Valse ou les Valseurs de Camille Claudel
La Valse ou les Valseurs de Camille Claudel

Le contexte :

Camille Claudel et Auguste Rodin :

Camille Claudel rencontre Auguste Rodin pour la première fois lors d'un cours de sculpture grâce à Boucher. Elle intègre son atelier en 1884 et participe comme les autres élèves du maître à ses sculptures les plus imposantes, en découvrant sa méthode d'observation des profils et l'importance de capturer les expressions. Très vite, une complicité s'installe entre les deux artistes et Camille inspire à Rodin certaines œuvres. Malgré leur différence d'âge et le fait que Rodin soit déjà engagé auprès d'une autre femme, Rose Beuret, les deux amants vivent une passion amoureuse durant plusieurs années.

Pourtant, la relation est tumultueuse. Camille Claudel souhaite que Rodin s'engage, mais il refuse le mariage. D'après certaines sources, le couple aurait eu au moins deux enfants et Camille Claudel aurait subit plusieurs avortements, dont un dernier en 1892.

Son repos au château de l'Islette en Touraine ferait suite à un avortement et a donné naissance à sa fille spirituelle : la petite Châtelaine et Camille aurait travaillé sur le sujet de la Valse dans le site.

Artistiquement, Camille Claudel restera longtemps cantonnée à la position d'"élève" et, malgré un talent remarquable, demeurera dans l'ombre de son mentor. On l'accuse de le copier et sa relation amoureuse avec l'artiste n'arrange en rien sa réputation. La jeune femme va pourtant se battre pour réaliser son propre cheminement artistique. Camille produit alors beaucoup, mais scandalise le milieu en sculptant des nus très librement.

La Valse ou les Valseurs aux f deux personnages nus sont refusé au Salon des Artistes de Paris. Elle devra habilller sa valseuse pou exposer son oeuvre.

Les sculptures de Camille Claudel ont aussi eu un impact sur Rodin. Par exemple, sa pièce de 1886, "Jeune fille à la gerbe", est largement considérée comme ayant inspiré "Galatea" de Rodin, achevé quelques années plus tard. Claudel et Rodin travailleront aussi de concert, donnant naissance à des sculptures révélatrices, "Persée et la Gorgone" ou encore la célèbre statue du "Baiser". La première présente un autoportrait de Claudel dans le rôle de la Gorgone Méduse et a souvent été interprétée comme une contemplation de la bataille difficile pour la reconnaissance à laquelle elle a dû faire face dans sa carrière artistique. Les deux pièces coïncident avec la fin de leur relation, en 1893.

 

L'Age mûr une autre œuvre majeur de l'artiste :

Après la rupture du couple, la critique ne reconnaît toujours pas le talent de Camille Claudel, malgré toutes ses productions de qualité ("La Valse" en 1893, "Clotho" en 1893). En 1899, elle cherche toujours à s'affranchir de Rodin. Elle sculpte "L'Âge mûr" et réalise là l'une de ses œuvres majeures. "L'Âge mûr" illustre parfaitement la dégradation de son amour pour l'artiste. Leur relation est devenue laborieuse, Rodin refuse de se séparer de Rose Beuret pour sa maîtresse. Ainsi, cette sculpture la symbolise, le suppliant, tandis que lui se détache d'elle pour rejoindre l'autre femme.

L'artiste internée avant sa mort :

Après sa séparation d'avec Rodin, Camille Claudel sombre peu à peu dans la folie, allant jusqu'à détruire de rage certaine de ses œuvres. Dans l'isolement et la misère, elle souffre également de l'éloignement de son frère, l'écrivain Paul Claudel parti aux Etats-unis. Un frère très croyant qui vise une carrière de diplomate et qui la rejette pour son art et ses moeurs, autant qu'il s’apitoie sur son sort. Camille Claudel sculpte encore et expose ses oeuvres en 1905 à la galerie Blot. Mais elle semble de plus en plus gagnée par la paranoïa et le sentiment de persécution. Le 2 mars 1913, elle perd son père, Louis-Prosper Claudel. Il était l'un des derniers dans sa famille à soutenir sa fille et aurait sans doute beaucoup souffert de la voir internée. Au lendemain de sa mort, sa femme, la mère de Camille Claudel, décide pourtant de l'interner de force et signe le certificat de l'hôpital psychiatrique de Ville-Evrard. Camille Claudel sera ensuite transférée à l'asile de Montdevergues et passera le reste de sa vie en hôpital psychiatrique.

Lien Paul Claudel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Claudel

Lien Camille Claudel  site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Claudel

Site lien Wikipédia : centre hospitalier Montfavet Avignon de Montdevergues : https://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_hospitalier_Montfavet_Avignon

Sources documentation : Catalogue raisonné de Reine-Marie Paris et Philippe Cressent 5ème et dernière édition 2019.

Site Wikipédia "La Valse", Musée Rodin de Paris

Un roman à lire sur Camille Claudel et Auguste Rodin, leur amour au château de l'Islette : "Un été à l'Islette" un roman de Géraldine Jeffroy http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/09/un-ete-a-l-islette-un-roman-de-geraldine-jeffroy.html

Techniques et procédés de la fonte du bronze : le mot d'un artiste travaillant le bronze, Carlos :

La cire perdue et la fonte au sable :

Deux procédés permettent de passer du modèle en plâtre au bronze : la fonte à la cire perdue dont je vous ai déjà parlé et la fonte au sable, très utilisée à l’époque de Rodin et Camille , la valse coulée en 1893 fut une

fonte au sable ! « Dans ses grandes lignes, la fonte au sable n’est pas très différente de la fonte à cire perdue. Elle est un peu plus simple toutefois car il n’y a qu’un seul moule, en sable, et pas d’épreuve en cire : cela veut dire que l’artiste n’a pas la possibilité de retoucher une dernière fois son œuvre, mais qu’il peut être assuré a priori d’une grande fidélité au modèle d’origine. Pour Rodin, qui a mis en circulation plusieurs centaines de bronzes, c’était évidemment un avantage. Le modèle, qui peut être en plâtre ou en bronze plus résistant s’il s’agit d’une édition illimitée (il est dit alors « chef-modèle »), est en général coupé pour faciliter le moulage. Le moule est réalisé en tassant du sable autour de lui. Lorsque le modèle est en plâtre, il souffre de ces opérations : "Si le modèle avait été traité par la fonte au sable, il eût été complètement morcelé, écrivait Jean Bernard dans une note du 9 décembre 1977 à propos de la fonte de La Porte de l’Enfer, chaque morceau assemblé par des coupes à la romaine, passé à la gomme laque qui lui eût retiré son caractère originel de plâtre. De plus, chaque morceau supportant le foulage de la terre de fonderie et la coupe des pièces eût été irrémédiablement marqué, pour ne pas dire abîmé, par ces différentes opérations. (Avec la cire perdue) le modèle ne sera absolument pas altéré d’aucune façon et, au contraire, restauré et conforté, rendu dans un état tel qu’il pourra être exposé." Après le tirage d’épaisseur, le noyau est replacé à l’intérieur de ce moule et le bronze coulé directement. Pour sortir l’épreuve, le moule doit être cassé: il ne peut donc resservir, mais le sable, lui, est réutilisable

La Valse ou les Valseurs aquarelle février 2021 Jean-Pierre

https://en.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Camille_ClaudelQuelques images d’œuvres réalisées sur "La Valse" de Camille Claudel :

Carnet de voyage aquarelles et dessins au château de l'Islette

"La Valse bleue" d'après Camille Claudel, dessin et aquarelle mai 2020

Grès flammé par Emile Muller, céramiste d'art

voir aussi :

Carnet de voyage aquarelles et dessins au château de l'Islette : lien article du blog http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

Lien article du blog Le Château de l'Islette en Touraine, août 2018: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

Les musées :

Musée Rodin de Paris : lien Wikipédia  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Rodin

Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine lien Wikipédia  : https://en.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Camille_Claudel

Site du musée Camille Claudel et ses collections : http://www.museecamilleclaudel.fr/fr/collections/camille-claudel-biographie

 

Le recueil le plus complet sur les œuvres de Camille Claudel actuellement :

Camille Claudel Catalogue raisonné

5ème édition, revue, corrigée et augmentée

Reine-Marie-Paris et Philippe Cressent

Edition Culture Economica Mars 2019 Imprimé en France

Bonne lecture !

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 07:00

 

 

Une troisième causerie au centre André Malraux au Mesnil-le-Roi :

 

La Petite Châtelaine,

fille spirituelle de Camille Claudel

 

Une causerie de Jean-Pierre Kosinski

à 14 heures

au

 

Centre André Malraux au Mesnil-le-Roi

12, rue des Grands Champs

78600 Le Mesnil-le-Roi

 

 

Entrée libre

Venez nombreux !!

Où se situe le Centre André Malraux au Mesnil-le-Roi ?

Détails du secteur du Centre Malraux au Mesnil-le-Roi

Détails du secteur du Centre Malraux au Mesnil-le-Roi

Merci aux 25 participants à cette causerie-débat !

Merci à l'ACSA et sa vice-Présidente Claude Malengreau pour m'avoir aidé à préparer cette causerie sur la Petite Châtelaine de Camille Claudel.

Bientôt quelques autres images de cette petite causerie.

 

Voir aussi les autres articles du blog :

Camille Claudel sa fille adoptive  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/02/camille-claudel-et-la-petite-chatelaine-sa-fille-adoptive.html

Camille Claudel , La Petite Châtelaine sa fille spirituelle : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/04/camille-claudel-la-petite-chatelaine-sa-fille-spirituelle.html

En savoir un peu plus sur Camille Claudel et la petite Châtelaine :

En savoir un peu plus sur Camille Claudel et son œuvre, voir autres articles du blog :

Camille Claudel, son œuvre :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Une visite au village natif de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-fere-en-tardenois-village-natal-de-camille-claudel.html

Une visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Un article au château de l'Islette, en Touraine en août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

Carnet de voyage aquarelle La Petite Châtelaine de Camille Claudel - Une visite au château de l'Islette en Touraine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

 

Bonne visite !!

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 07:00
Un été à l'Islette, un roman de Géraldine Jeffroy

Elle est pas belle la vie ? Après une présentation de rentrée littéraire passionnante à Lyon, j’ai repris le train vers la Haute-Savoie en compagnie de Géraldine Jeffroy, ou plutôt de son premier roman « Un été à l’Islette ».

Deux heures pour savourer ce moment, comme hors du temps, dans un domaine aux portes d’Azay-le-Rideau, au point d’oublier le bavardage de mes voisines, le passage du contrôleur et le crissement des roues sur les rails.

Ce petit texte d’un peu plus de cent pages est un régal de délicatesse. C’est Eugénie qui raconte, en 1916, dans une lettre – dont je tairai l’importance – adressée à son fils parti à la guerre . Elle lui narre ce fameux été 1892 où, jeune fille, elle était venue à l’Islette en qualité de préceptrice de Marguerite, petite-fille de la maîtresse du lieu. Il fut riche en rencontres fabuleuses : Camille Claudel, et ses études sur les Valseurs et la petite châtelaine , Auguste Rodin qui cherchait l’inspiration pour son Balzac et ce cher Debussy en pleine composition du Prélude à l’après-midi d’un faune.

La prose est gracieuse, je l’ai dit, telle une porcelaine, musicale et poétique.

« Nous tournions et retournions autour des danseurs car l’œuvre imposait de la contempler sous tous les angles ; par une mystérieuse attraction, elle nous contraignait à la regarder en trois temps, nous emportant irrésistiblement dans son tournoiement. »

J’ai lu chaque terme, parfaitement choisi, sans un de trop qui ne dérange l’harmonie du texte, mais aussi écouté, emportée par la valse des mots. Il décrit à merveille chacun des personnages, les lieux et les sentiments. L’auteure possède ce talent d’associer la réalité des faits à une histoire parfaitement romanesque. L’écriture est d’une grande limpidité, sans la moindre ostentation et correspond totalement à la ligne éditoriale d’Arléa que décidément j’apprécie beaucoup.

« Un été à l’Islette » : une lecture aussi délicieuse à croquer qu’une muscadine, cette cerise confite au kirsch enrobée d’une crème de marron, trempée dans du chocolat puis roulée dans du sucre glace, spécialité ridelloise qui fait le bonheur de ceux qui la goûtent. Je suis prête à en déguster un(e) deuxième…

Editeur : Arléa
Date de Parution : 12 Septembre 2019
nombre de pages : 126

Ce livre a été lu dans le cadre de la sélection de l’association « Les 68 Premières Fois » – Rentrée littéraire 2019.

Un été à l'Islette, un roman de Géraldine JeffroyUn été à l'Islette, un roman de Géraldine Jeffroy

 

 

Un article du journal "La Croix" :

Un été à l'Islette, un roman de Géraldine JeffroyUn été à l'Islette, un roman de Géraldine Jeffroy

 

"La Croix L'Hebdo" du 4 octobre 2019 Article de Sabine Gignaux

Un article de "l'Humanité" le 24 octobre 2019 : la chronique de Jean-Claude Lebrun

 

Dédicace de Géraldine à la Librairie "Lettre et Merveilles, 18 place du Grand Martroy 95300 Pontoise

Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019
Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019
Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019

Dédicace débat à la libraite Letttre & Merveilles le jeudi 26 septembre 2019

 

Le roman de Géraldine Jeffroy

 

Un article sur la romancière Géraldine Jeffroy, auteure d'"Un été à l'Islette" :

Disponible à la boutique du château de l'Islette

 

"Azay-le-Rideau : un été pas comme les autres au château de l'Islette"

Publié le | Mis à jour le

Géraldine Jeffroy travaille sur un troisième roman, cette fois-ci à propos d’un poète…

Géraldine Jeffroy travaille sur un troisième roman, cette fois-ci à propos d’un poète…
© Photo NR

Géraldine Jeffroy, auteure chinonaise, met à l’honneur ce monument et l’histoire de Camille Claudel et Rodin, avec son roman « Un été à l’Islette ».

 

Le roman du château. C’est ainsi que Géraldine Jeffroy aime à qualifier son roman, Un été à l’Islette, aux éditions Arléa. Cette Chinonaise d’origine et professeure de français en région parisienne revient dès que possible dans sa maison d’Azay-le-Rideau, près du château de l’Islette, qui l’inspire tout au long de ses pages. « C’est un endroit enchanteur. Un jour, j’étais assise dans le parc du château, avec une petite fille qui m’a dit : “ Il a dû s’en passer des choses ici… Tu devrais les raconter ! ” J’avais déjà ce projet en tête, mais cela a été l’élément déclencheur », raconte Géraldine Jeffroy.
Intrigue romanesque et réalité biographique Son roman, l’auteure ne veut pas qu’il soit une énième histoire de Camille Claudel et Rodin, même s’il leur rend inévitablement hommage. C’est Eugénie, préceptrice originaire de la région parisienne, qui raconte l’été 1892 au château de l’Islette. « Le roman est écrit sous la forme d’une lettre confession, détaille Géraldine Jeffroy. C’est l’histoire d’Eugénie, une Parisienne cultivée, qui est embauchée au château comme préceptrice de Marguerite, la petite-fille de la châtelaine. Eugénie va finalement être témoin de tous les évènements de ce fameux été 1892. » Le lyrisme du style de l’auteure transporte tout de suite le lecteur au cœur du château, entre les bégonias et les rosiers. « Beaucoup de gens m’ont dit : “ Quand on lit votre livre, on s’y croirait ”. Et c’est un très beau compliment. »
Les pages défilent et progressivement, Eugénie est fascinée par Camille Claudel, sa personnalité et son travail. « Elle raconte les journées bucoliques passées à trois, avec Marguerite, la petite-fille de la châtelaine et permet d’être un témoin extérieur », précise l’auteure.
Une longue documentation Afin de réaliser son roman, Géraldine Jeffroy s’est longuement documentée. « J’ai demandé à voir toutes les pièces du château, même celles que l’on ne montre pas au public, confie-t-elle. J’ai également rencontré le petit-fils de la petite-fille de la châtelaine, qui est arrivé avec une grosse mallette pleine de trésors et les souvenirs de sa grand-mère. » Petit à petit, elle en apprend davantage sur le château, mais aussi sur la sculpture. « Le travail de documentation, c’est ma partie préférée, on apprend tellement de choses. L’écriture, c’est plus laborieux », plaisante Géraldine Jeffroy.
Aujourd’hui et un an après la sortie du roman, c’est le troisième tirage qui est en cours d’impression. « On en est à un peu moins de 6.000 exemplaires vendus », sourit-elle. En plus de ce succès d’édition, Géraldine Jeffroy fait partie des cinq auteurs en compétition pour le prix du roman TMV - La Boîte à livres, non pas décerné en juin cette année mais au mois de septembre, après un retard dû au Covid-19. Puisque cela ne suffisait pas à l’auteure chinonaise, son ouvrage Un été à l’Islette concourra également pour le prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle de la région Île-de-France, qui aura lieu en mars 2021.
« Un été à l’Islette », aux éditions Arléa, 127 pages. Disponible chez tous les revendeurs et au château de l’Islette, 17 €.

 

A voir aussi autres articles du blog et leurs liens sur Camille Claudel et le château de l'Islette :

La dernière causerie sur Camille Claudel, la Petite Châtelaine, sa fille spirituelle :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/02/camille-claudel-et-la-petite-chatelaine-sa-fille-adoptive.html

En savoir un peu plus sur Camille Claudel et son œuvre, voir aussi autres articles du blog :

Camille Claudel, son œuvre :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Une visite au village natif de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-fere-en-tardenois-village-natal-de-camille-claudel.html

Une visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Un article au château de l'Islette, en Touraine en août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

Carnet de voyage aquarelle La Petite Châtelaine - Une visite au château de l'Islette en Touraine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

 

Bonne lecture !!

***

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 20:28

 

Causerie du 27 avril 2019 à 15 heures - Salle des Fêtes de Cormeilles-en-Parisis

Redécouverte au début des années 1980, grâce au film "Camille Claudel" sorti en 1989, et

interprété par Isabelle Adjani, l’œuvre de cette artiste a été spectaculairement réévalué comme un apport passionnant à l’évolution de la sculpture après l’omniprésence de Rodin.
Entre 1890 et 1893, Claudel séjourne plusieurs fois au château de L’Islette en Touraine, près d’Azay-le-Rideau. Il semble qu’elle s’y reposa notamment d’une grossesse interrompue, tandis qu'Auguste Rodin y travaillait à son Balzac. En 1892, Madeleine Boyer, la petite-fille de la propriétaire du domaine, posa soixante-deux heures pour ce buste dont il existe plusieurs versions.

Camille travaille à cette époque sur ses propres œuvres, plus intimistes en se démarquant de l’œuvre d'Auguste Rodin et avec des présentations très personnelle.
La Petite Châtelaine de Roubaix, la plus aboutie, fut commandée en 1895 à l’artiste, sur la recommandation d'Antoine Bourdelle, par l’industriel Henri Fontaine. Si la composition générale rappelle ici celle des bustes reliquaires de la Renaissance et renoue avec le

néoflorentianisme des années de formation de Camille Claudel auprès d'Alfred Boucher et de Dubois, c’est-à-dire avant la rencontre avec Auguste Rodin, le travail virtuose de la matière – cheveux tout à jour, corps évidé pour devenir un piège à lumière, polissage à l’os de mouton – est un vrai défi technique qui met l’œuvre en perpétuel danger. Ces caractéristiques essentielles sont l’expression d’une volonté farouche qu’affirme l’artiste de se singulariser par rapport à Auguste Rodin dont elle se sépare à cette époque. C’est dans ces années de recherches frénétiques que Camille Claudel signe ses plus belles œuvres.

La dernière version réalisée en 1995-96 dans son atelier du boulevard d'Italie, actuellement boulevard Auguste Blanqui est  la première sculpture acquise par un musée français grâce à une souscription publique, cette version ultime de La Petite Châtelaine, vision absolue des inquiétudes de l’enfance, est assurément le chef-d’œuvre iconique des collections de La Piscine.

 

Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019
Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019

Le diaporama de la causerie du 27 avril 2019

La dernière causerie sur Camille Claudel, la Petite Châtelaine, sa fille spirituelle :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/02/camille-claudel-et-la-petite-chatelaine-sa-fille-adoptive.html

En savoir un peu plus sur Camille Claudel et son œuvre, voir aussi autres articles du blog :

Camille Claudel, son œuvre :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Une visite au village natif de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-fere-en-tardenois-village-natal-de-camille-claudel.html

Une visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Un article au château de l'Islette, en Touraine en août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

Carnet de voyage aquarelle La Petite Châtelaine - Une visite au château de l'Islette en Touraine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

 

Bonne visite !!

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 11:33
Tête de Camille Claudel coiffée d'un bonnet

Auguste Rodin (1840 -1917)

Vers 1884 (?) Terre cuite Hauteur : 25,7 cm, largeur : 15 cm, profondeur : 17,7 cm

Référence Musée Rodin S.208

Lorsque Camille Claudel entra pour la première fois dans l’atelier de Rodin, elle avait vingt ans. Son visage, dès ce moment, fascina le sculpteur qui réalisa plusieurs portraits de la jeune femme : Camille aux cheveux courts, Camille au bonnet, Masque de Camille Claudel.

Ce visage où l’on retrouve « l’éclat triomphal de la beauté et du génie », le front « superbe », « les yeux magnifiques », la « grande bouche plus fière encore que sensuelle » ( Paul Claudel, 1951 ), révèle cependant une sorte de fêlure. En laissant apparentes les traces du travail, les boulettes de terre qui forment comme des larmes au coin des yeux, les traces de coutures et de moulage, comme autant de cicatrices, le sculpteur, par le biais du matériau même de la sculpture, fait apparaître une mélancolie sous-jacente, un éloignement affectif du modèle, les yeux perdus au loin.

Comme il le fit avec Rose Beuret ou Mme Russel, Rodin reprit les traits de la jeune femme dans des portraits allégoriques : "L’Aurore" (vers 1895-1897), "La France (vers 1902-1903) ou dans des compositions qui en modifient la signification : Masque de Camille Claudel avec la main gauche de Pierre de Wissant (vers 1895), ou L’Adieu (vers 1898) dit aussi La Convalescente. Le modèle au bonnet fut décliné dans des matériaux variés, de la terre cuite à la pâte de verre.

Différentes version de Camille au bonnet (terre cuite, pâte de verre et bronze.

"Camille au bonnet" Terre cuite Musée Rodin à Paris

Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884
Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884
Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884

Sources : Camille au bonnet, version plâtre Musée Rodin Paris

Sources : Musée Rodin Paris

 

Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884
Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884
Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884

 

"Camille Claudel au bonnet" en pâte de verre

Sources : Musée Rodin à Paris

Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884
Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884
Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884Camille Claudel au bonnet d'Auguste Rodin vers 1884

 

La version d'Andrée :

Terre cuite patinée acrylique et pigments naturels juin 2022 27, 2 x 15.2 x 19.7 cm

La version en résine patinée oxydes du Musée Rodin  25 x 18 x 15 cm

Collection personnelle J.-P.K.

"Camille au bonnet" reproduction du Musée Rodin en vente à la boutique En plâtre patiné en bas (patine maison)
"Camille au bonnet" reproduction du Musée Rodin en vente à la boutique En plâtre patiné en bas (patine maison)

"Camille au bonnet" reproduction du Musée Rodin en vente à la boutique En plâtre patiné en bas (patine maison)

Sources documentation du Musée Rodin à Paris.

Voir aussi autre article du blog Camille Claudel, son œuvre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Voir aussi autre article du blog Camille Claudel par Auguste Rodin  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

Une visite au musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Sur les pas de Camille Claudel à Paris, In the footsteps of Camille Claudel at Paris  : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/sur-les-pas-de-camille-claudel-a-paris-in-the-footsteps-of-camille-claudel-at-paris.html

Une visite à Fère-en-Tardenois, village natal de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-fere-en-tardenois-village-natal-de-camille-claudel.html

Une visite au château de l'Islette en août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

 

Un carnet de voyage aquarelle au château de l'Islette, en Touraine, août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net

/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

 

 

 

 

 

Musée Rodin de Paris, Hôtel Biron :

77, 79,rue de Varenne 75007 Paris

Site lien : www.musee-rodin.fr

 

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 06:38
Une visite à Fère-en-Tardenois, village natal de Camille Claudel, dans l'Aisne

La plaque consacrée à l'artiste Camille Claudel située près de l'église

 

L’histoire des Claudel en Tadernois
 
Tout commence en 1860 quand Louis-Prosper Claudel est nommé receveur de l’enregistrement à Fère-en-Tardenois. Grâce à sa fonction, il rencontre Louise, Athanaïse Cerveaux et l’épouse en février 1862. De cette union naîtront 4 enfants, dont Camille et Paul. Les Claudel quittent le Tardenois en 1870 lorsque Louis-Prosper est muté à Bar-le-Duc (Meuse), mais ils reviendront passer leurs vacances d’été à Villeneuve-sur-Fère. C’est ici que Camille commence à sculpter et le Tardenois inspire nombre de textes et pièces de théâtre à Paul. La vie les éloignera tous les deux de leurs racines mais, internée dans un asile à Montdevergues (Vaucluse), Camille écrira à son frère : "Mon rêve serait de regagner tout de suite Villeneuve et de ne plus bouger, j’aimerais mieux une grange à Villeneuve qu’une place de première pensionnaire ici".

La population de la commune est actuellement de 3100 habitants. Elle était de 1860 à 1870, l'époque de la famille Claudel, autour de 2500 habitants.

 

 

 

 

L'église Saint-Macre de Fère-en-Tardenois.

L'église Saint-Macre de Fère-en-Tardenois

L'église Saint-Macre de Fère-en-Tardenois

 
Les halles de Fère-en-Tardenois :
Les anciennes halles au blé, classées monument historique en 1921, furent construites en 1540.
 

 

L'intérieur des halles :

 

 

 

 

Les anciennes halles au blé, classées monument historique en 1921, furent construites en 1540.

 

Les halles de Fère-en-Tardenois

Les halles de Fère-en-Tardenois

L'hôtel de ville de Fère-en-TardenoisL'hôtel de ville de Fère-en-Tardenois

L'hôtel de ville de Fère-en-Tardenois

Fère-en-Tardenois :
 
Héraldique : "De sinople au fer à cheval d'or couronné du même"

 

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A8re-en-Tardenois

Une vue des ruines du château où l'on distingue un pavage qui était recouvert de graisses pour éviter toute montée.

Le château de Fère-en-Tardenois fut construit de 1206 à 1260 par Robert de Dreux, petit-fils de Louis VI le Gros, roi de France. Il appartint à la première maison des Valois-Orléans, Valois-Angoulême. En 1528 la mère de François l'offrit au connétable Anne de Montmorency pour son mariage. Celui-ci le fit transformer, il fit construire en particulier son grand pont couvert, attribué à l'architecte Jean Bulland

Lien site Wikipédia : Jean Bullant : Jean Bullant.

 

L'étonnant château de Fère-en-Tardenois Au centre un dessin de 1775L'étonnant château de Fère-en-Tardenois Au centre un dessin de 1775L'étonnant château de Fère-en-Tardenois Au centre un dessin de 1775

L'étonnant château de Fère-en-Tardenois Au centre un dessin de 1775

Plan du château RDC

Le domaine de chasse de près de 250 hectares du château constitue l'actuelle forêt de Fère-en-Tardenois. Le dernier propriétaire des ruines du château, Raymond de la Tramerie, enterré à proximité des ruines, en fit don au conseil général de l'Aisne. Un hôtel de luxe est installé dans les anciennes écuries, à proximité du château.

Le château de Fère-en-Tardenois : clasement monuments historiques

Logo monument historique Classé MH (1862)
 Inscrit MH (1994,

 

L'Ourcq, dont la source se situe à seulement quelques kilomètres de Fère-en-Tardenois, traverse la ville.

Elle prend sa source au-dessus du village de Fère-en Tardenois, dans le département de l'Aisne. Cette petite rivière suit une large vallée et rejoint la Marne en amont de Meaux, à la limite des communes de Lizy-sur-Marne et Mary-sur-Marne, après un cours de 86,5 km.

Lien Wikipédia la rivière Ourcq :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ourcq

Le canal de l'Ourcq :

Une partie du cours de l'Ourcq est détournée et canalisée au XIXème siècleavier pour devenir une voie fluviale importante approvisionnant Paris : le canal de l'Ourcq qui alimente le canal Saint-Martin et le canal Saint-Denis en entrant dans Paris au niveau du bassin de La Villette.

Lien Wikipédia Le canal de l'Ourcq : https://fr.wikipedia.org/wiki/Canal_de_l%27Ourcq

 

 

 

Voir aussi site Wikipédia Fère-en-Tardenois lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A8re-en-Tardenois

Localisation :

Fère-en-Tardenois se situe entre Paris (100 km) et Reims (50 km) et est desservie par

l'autoroute de l'Est. La commune est à 22 km de Château-Thierry et 25 km de Soissons.

 

 

 

 

Voir aussi autres articles du blog :

Camille Claudel, son oeuvre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Une visite au musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Sur les pas de Camille Claudel à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/sur-les-pas-de-camille-claudel-a-paris-in-the-footsteps-of-camille-claudel-at-paris.html

Camille Claudel par Auguste Rodin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

 

Lien site Wikipédia  Camille Claudel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Claudel

 

 

Bonne visite !

 

Lire le détail de la plaque dédiée à Camille Claudel près de l'église de Fère-en-Tradenois

Lire le détail de la plaque dédiée à Camille Claudel près de l'église de Fère-en-Tradenois

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 15:54

 

Un petit article sur cette grande artiste : Camille Claudel. Sur les traces de sa vie d'artiste à Paris et ses résidences et ateliers.

 

Camille Claudel photographie 2

Camille Claudel à 20 ans

 

Camille (Camille Anastasia Kendall Maria Nicola Claudel) est née à Fére-en-Tardenois, dans l'Aisne, le 8 décembre 1864, de Louise-Athénaïse et de Louis-Prosper.

Elle est l'ainée de trois enfants. Louise, sa sœur voit le jour en février 1866 et son frère Paul en août 1868. Son ainé Charles-Henri décède en août 1863 après seize jours.

1870, le père de Camille, Louis-Prosper est muté à Bar-le-Duc.

Il occupe son premier poste de receveur de l'Enregistrement.

Cette ville n'est pas éloignée de Villeneuve-sur-Fère, ville d'ancrage de la famille Claudel.

Camille a 6 ans et suit les-cours des soeurs de la Doctrine chrétienne,

Camille-Claudel-photographie.JPG

 

Camille en 1878 à 14 ans

1876 : Louis-Prosper est nommé conservateur des Hypothèques à Nogent-sur-Seine, en Seine-et-Marne actuelle, sa famille y réside, rue Saint-Epoingt. Camille, Louise et Paul suivent les cours de Monsieur Colin, un journaliste, occasionnellement professeur, mais avec une belle vocation de l'enseignement et un excellent pédagogue pour enseigner le calcul, l'orthographe et la littérature, mais

Camille préférera s'orienter vers un jeune sculpteur de 26 ans, Alfred Boucher, originaire de Nogent-sur-Seine, qui confortera sa vocation et qui deviendra son maître. L'artiste dédicacera à Camille un petit plâtre cette année "Jeune Fille lisant",

"Jeune fille lisant"

874-Alfred-Boucher-Camille-Claudel-Jeune-fille-lisant.jpg

"Jeune Fille lisant", plâtre d'Alfred Boucher, dédicacé à Camille

 

1879 : la famille Claudel s'installe à Wassy-sur-Blaise, en Haute-Marne. La grande maison familiale est située en face de l'hôtel de ville, non loin de l'église, Camille à 15 ans,

1881 : au printemps, Louise-Athanase, la mère de Camille et ses enfants s'installe à Paris au 135, bis boulevard du Montparnasse (4ème étage), Paul va au Lycée Louis-le-Grand, Camille suit les cours de l'académie Colarossi, 10, rue de la Grande Chaumière, actuellement VIème arrondissement, Louise va développer ses dons de pianiste. Louis-Prosper reste à Wassy-sur-Blaise pour ses occupations professionnelles, Camille exécute un buste en plâtre de Diane, un travail d'apprentissage, suite à des visites de musées, "buste de Paul Claudel à 13 ans", son frère cadet.

IMGP5913-Camille-Claudel-Buste-de-Paul-a-13-ans.jpgBuste de Paul Claudel à 13 ans

1882 : La famille Claudel s'installe à Paris au 111, rue Notre-Dame-des-Champs.

"La Vieille Hélène", terre cuite de Victoire Brunet, la servante alsacienne au service des Claudel, Alfred Boucher présente Camille à Paul Dubois, directeur de l'Ecole des Beaux-Arts,

Camille Claudel par Jessie

Portrait de Camille à 19 ans par Ghita Theuriet 1883 (collection particulière)

Camille loue un atelier avec des amies, plusieurs anglaises, dont Jessie Lipscom, au 117 de la même rue, VIème arrondissement, 

IMGP3325-111-rue-N.-D.-des-Champs-Famille-Claudel-en-1882.jpgIMGP3330-Atelier-Camille-Claudel-en-1882.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                    Les portails du N° 117 rue Notre-Dame-des-Champs, et du N° 111, atelier de Camille en 1882

 

 

 

Camille Claudel et son amie artiste Ghita TheurietCamille-Claudel-dans-son-atelier.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille Claudel en blouse de sculpteur et son amie Guita Theuriet   

                   Camille  a 17 ans

1883 : Louis-Prosper obtient son affectation à Rambouillet, et se rapproche de sa famille, Camille ira le rejoindre plusieurs fois.

Portrait de Camille à 19 ans, 1883, par Ghita Theuriet (Collection privée de Reine-Marie Paris)

Photographie : Eric Boutigny

1884 : entrée probable, comme praticienne, de Camille, dans l'atelier de Rodin,

IMGP4455-Photographie-de-Camille-Claudel.jpg

1885 : la famille Claudel s'installe au 31, boulevard de Port-Royal, XIIIèmeIMGP3730-Famille-Claudel-r.jpgactuel, au 6ème étage sans ascenseur. La maison des parents à Villeneuve reste un lieu de visite plusieurs mois par an. La famille passe plusieurs mois par an dans cette ville. Elle passe aussi des vacances  à Gérardmer, près de l'oncle Charles Claudel, qui possède la papeterie de Vraichamps. Camille effectue durant ces séjours des fusains et des sculptures. Son père parle le patois, ce qui permet à Camille de croquer les fermes et ses habitants. Eugénie Plé, Victoire Brunet, son amie d'enfance Maria Paillette sont ses modèles.

 

 

 

Une des rares photographies de la famille Claudel au balcon du Boulevard du Port-Royal

IMGP2062 Fusain Gérardmer Camille Claudel

Fusain de Camille à Gérardmer

 

Residence-C.-et-P.-Claudel--9-janvier-2015-31-rue-de-Port-.jpg

 

 

En avril, Camille s'inscrit au cabinet d'anatomie du Muséum d'histoire naturelle.

Buste de Louise Claudel, Torse-de-femme-accroupie, "Etude pour Giganti", buste de Jessie Lipscomb, "Torse de femme accroupie", "buste de de Jessie Lipscomb", "Mon frère", "L'Aurore", elle en est le modèle, de Rodin, fusains : "Mennie Jean" et "Femmes de Gérardmer",

IMGP2223-Buste-de-Jeune-Fille-ou-Louise-Claudel-Camille-Cla.jpgIMGP2140 Mon frère ou Jeune Romain, 2ème buste de Paul

 

   "Buste de Louise Claudel", sa soeur cadette

 

 

 

 

 

 

                 "Mon frère" ou "Jeune Romain"    

 

 

 

1886 : avril, premier séjour en Angleterre de Camille dans la famille de ses amies anglaise. Elle rejoint Jessie à Peterborough. L'absence de Camille angoisse Auguste Rodin qui va prétexter une invitation de Gustav Natorp à Londres. Il revera peu de temps Camille chez la famille Lipscomb.

En juillet, elle séjourne chez Amy Singer à Frome, dont le père possède une fonderie. Elle visite Bath, Welles et Bristol; elle termine son séjour en août sur l'île de Wight, chez Florence Jeans. Camille dessine les pêcheurs de l'île et le docteur Jeans, père de son amie. Paul l'accompagne, ce qui lie la relation familiale entre frère et soeur. Paul apprend la relation entre Rodin et Camille.

IMGP6638-Fusain-de-Florence-Jeans.jpg

Dessin au fusain et craie de l'amie de Camille, Florence Jeans, 1886 Ile de Wight

IMGP6639-Camille-Claudel-en-1886-photographie-Etienne-Carja.jpg

Camille en tenue de ville en 1886, photographie d'Etienne Carjat

Genèse de "Sakountala" (1886-1888, et 1905) "Sacountala" ou Çacountalaou "L'Abandon" ou "Vertumne et Pomone", terres cuites parmi les œuvres les plus célèbres de Camille,

Shakuntala est une des 3 pièces écrites par Kalidasan dramaturge indien du Vème siècle. Elle est la plus célèbre en Inde et en Europe. Théophile Gautier en tire un ballet réglé par Petipa en 1858

1887 : William Elborne photographie sa fiancée Jessie Lipscomb, Camille et sa sœur Louise  rue Notre-Dame-des-Champs à Paris,

IMGP6636 Camille Louise et Jessie

1888 : Camille prend son indépendance vis-à-vis de sa famille et s'installe au 113, boulevard d'Italie, aujourd'hui boulevard Auguste Blanqui. Sa sœur s'est mariée le 16 août à Villeneuve avec Ferdinand de Massary, la laissant seule face à sa mère.

Rodin loue la Folie Neufbourg, appelé "Le Clos Payen" au 68, boulevard d'Italie,

proche du 113. Cette belle demeure du XVIIIème siècle, laissée à l'abandon, abrite leurs amours.

1889 : Exposition Universelle de Paris, Palais des Beaux-Arts, Camille se rend à cette manifestation. "La Prière", "Charles Lhermitte",

1890 : Camille se rend au château de l'Islette, en voyage en Touraine, Anjou, Azay-le-Rideau,

1891 : 13 février Claude Debussy : lettre d'adieu à l'inconnue. Commande de Balzac à Auguste Rodin

1892 : nouvelle adresse : 113, boulevard d'Italie. Buste de Rodin

1892 : Camille s'installe au 11, avenue de la Bourdonnais, VIIème actuel, elle garde l'atelier du 113, boulevard d'Italie (actuel boulevard Auguste Blanqui). Elle ne travaille plus pour le sculpteur Auguste Rodin, mais pour elle.

"Retirée dans l'absolue solitude de son atelier du boulevard d'Italie, elle vit là, un an, deux ans, trois ans sans recevoir personne, sans entendre une voix amie"

Visite-Paris-Veme-11-avenue-La-Bourdonnais-Camille-Claudel.jpg

"La Petite Châlelaine" (1892-1896), 2 bustes en plâtre non patinés, 1893, l'un détruit lors de l'incendie des fonderies Coubertin en 1987, 4 bustes légèrement différents, dont 3 marbres en 1895,

 IMGP3942 Marguetine Boyer portrait roPhotographie de Marguerite Boyer

IMGP2169-La-Petite-Chatelaine-Camille-Claudel-La-Piscine-r.jpgIMGP2147-La-Petite-Chatelaine-ou-Jeanne-Enfant-Camille-Clau.jpgIMGP3942-Marguetine-Boyer-portrait--ro.jpgIMGP3944-La-Petite-Chatelaine-differente-version-des-chev.jpg

 

Paris VIIème 23 janvier 2015 musée Rodin Camille Claudel

 

IMGP4022-La-Petite-Chatelaine-ro3.jpg

Les différentes versions de la Petite Châtelaine, avec chevelure et natte repositionnés, 1892

marbre et fonte A. Valsuanià 1896, en bas, plâtre non patiné, 1893

La "Petite Châtelaine" terres cuites patinées

 

 

 

 

Les premières séances de pose de la fillette âgée de 6 ans auraient commencées en septembre 1892 (72 séances) au château de l'Islette, près d'Azay-le-Rideau.

Entre 1890 et 1893, Camille séjournera plusieurs fois au château. la propriété aurait été louée par Rodin pour abriter une grossesse que Camille ne put malheureusement mener à terme.

Les bustes que Camille créa seraient-ils l'enfant que Camille n'a pas eu ?

Ceux-ci font partie certainement des œuvres majeures de l'artiste.

 

1894 : séjour à Guernesey, chez Mme Ménard Dorian, d'où elle rapporte une étude du peintre Georges Hugo,

IMGP4459 Buste de Camille Claudel 1895 de Victor PeterLe buste de Camille exécuté par Victor Peter en 1895,

praticien d'Auguste Rodin qui arréta le travail du buste

pour n'en garder qu'un visage émergeant du bloc de marbre.

 

1893 : "Les Causeuses" ou "Les Bavardes" commencées en 1892, onyx, en son atelier situé boulevard d'Italie. (disparu aujourd'hui)

IMGP6642.JPG

1895-1996 : La Petite Châtelaine, 3 marbres. Commande de l'Age mûr par l'Etat,

exposition de la Société Nationale des Beaux-Arts : "Jeanne enfant", marbre, buste de Léon Lhermitte, bronze, "Etude d'après un japonais", plâtre, "La Confidence", plâtre,

1897 : "L'Hamadryade", marbre et bronze, "Clotho"; marbre, "La Vague", onyx et bronze, "Femme-à-sa-toilette", plâtre,

 

"La Petite Châtelaine" cheveux écartés

Marbre visible à La Piscine à Roubaix

IMGP2174-La-Vague-ou-les-Baigneuses.jpg

"La Vague" ou "Les Baigneuses" 1897-1903

1898 : Camille rompt définitivement avec Auguste Rodin et loue un atelier au 63, rue de Turenne, IVème arrondissement actuel, achèvement de la 2ème version de "L'Age mûr", "Persée et la Gorgone","Profonde Pensée" "Buste de Mme X", "Hamadryade" (marbre et bronze)

 

      IMGP3450-Atelier-Camille-Claudel-63-rue-de-Turenne-1898.jpgIMGP3451-Atelier-Camille-Claudel--en-1898-63-rue-de-Turenne.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le portail du 63, rue de Turenne, fort dégradé, malheureusement

 IMGP2244 Photographie Camille Persée et Gorgone

Camille devant le plâtre de La Persée et la Gorgone dans son atelier de l'Ile Saint-Louis vers 1899

 

1899 : en janvier, Camille s'installe avec son atelier au 17,19 quai de Bourbon sur l'Ile Saint-Louis, actuellement IVème arrondissement. Elle travaillera jusqu'en 1913 dans cet atelier. "Portrait de M. le comte de M.", marbre, "Clotho", marbre, "L'Age mûr", plâtre, "Persée", plâtre, fonte de "L'Implorante" par Gruet, "Persée" maquette, "Les chemins de la vie", Exposition au Salon des Beaux-Arts, rencontre avec le général Tissier.

 

IMGP3406-Atelier-Camille-Claudel-19-quai-Bourbon-1899-1913.jpgIMGP3409-Atelier-Camille-Claudel-19-quai-Bourbon-1899-1913.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP7526-Atelier-de-Camille-Claudel-Visite-du-20.2.2015.jpg

Le portail du 17-19, quai de Bourbon, la plaque à la mémoire de Camille Claude, la cour-intérieure. 

(l'atelier probablement à gauche)

  

 

"L'Age mûr", plâtre, "Clotho", marbre

                  IMGP2195-L-Age-mur-de-Camille-Claudel.jpgIMGP2198-L-Age-mur-de-Camille-Claudel.jpg

 

 

 

 

 

"L'Âge mûr" dit aussi "La Destinée" ou "Le Chemin de la vie" ou encore "La Fatalité" (bronze à partir de 1894)

Après la rupture entre Camille Claudel et Auguste Rodin, ce dernier essaye de l'aider par personne interposée et obtient du directeur des Beaux-Arts une commande de l'État, mais cette commande ne sera jamais concrétisée et Camille ne touchera jamais un sou de l'État. L'Âge mûr est réalisé en 1895 et exposé en plâtre en 1899 au Salon de peinture et de sculpture de la Société Nationale des Beaux-Arts. Malheureusement Camille n'a pas les moyens de la faire fondre et c'est un capitaine enui la fera fondre à ses frais, en 1902 par Thiébaut (le fondeur habituel étant trop cher) ; l'officier conservera ce bronze avec lui. Il sera plus tard exposé au Musée d'Orsay. Un second bronze est fondu par Fréderic Carvihani après 1913 et exposé lui au musée Rodin après un don de Paul Claudel.

L'Âge mûr témoigne du cruel abandon de Rodin

 

"Ma sœur Camille, Implorante, humiliée à genoux, cette superbe, cette orgueilleuse, et savez-vous ce qui s'arrache à elle, en ce moment même, sous yeux, c'est son âme".          Paul Claudel

 

1900 : exposition universelle : "Profonde Pensée", marbre, "Rêve au coin du feu", plâtre, "Ophélie" (L'Hamadryade), Salon de la plume : "Buste de Rodin", "La Fortune", Paul est en Chine jusqu'en 1905,

Roubaix Exposition Camille Claudel montage r

1901 : Camille ne participe à aucun salon. Eugène Biot, devenu le marchand attitré de Camille, fait fondre 6 exemplaires de bronze en taille réduite de "L'Age mûr" (prix 4000 francs),

1902 : "Persée", marbre, "Buste de Madame la Comtesse de Maigret", "Alsacienne", terre cuite, fonte de "L'Age mûr", bronze pour le capitaine Tissier par la société Thiébaut Fumière et Gavignon,

1905 : décembre, Eugène Blot organise la première exposition Camille Claudel  4 au 16 décembre (13 sculptures) boulevard de la Madeleine, "La Niobide blessée", "Sakountala", marbre,

"Sakountala" est une légende indienne du Vème siècle racontant les amours contrastés d'un prince et d'une simple jeune fille. Cette oeuvre deviendra "Vertumne et Pomone" dans sa version en marbre en référence à Ovide.

Roubaix-27-decembre-2014-Piscine-expo.-Camille-Claudel-Sak.jpg

Camille sculptant le marbre. "Sakountala" deviendra "Vertumne et Pomone" dans sa version en marbre

 

1905 : "Profondes pensées" ou " Femme agenouillée devant une cheminée", ou "Intimité" ou "La bûche de Noël", bronze et marbre blanc, fonte, "La Sirène", en novembre, Camille tombe malade.

 

IMGP2254 Profonde pensée ou Intimité ou La Buche de Noël

1906 : commencement des fugues de Camille, destruction de ses sculptures

1906-1907 : Eugène Blot  monte la deuxième exposition de Camille à l'automne dans une nouvelle galerie rue Richepanse, 21 avril, inauguration du "Penseur" de Rodin au Panthéon

1908 : exposition du 1er au 24 décembre à la galerie Blot, 5, boulevard de la Madeleine, Auguste Rodin à l'Hôtel Biron, actuel musée Rodin

1910 : exposition des Femmes Peintres et Sculpteurs: "L'Imploration", "Persée", "Les Bavardes".

IMGP2261-Les-Bavardes.jpgIMGP2263-La-Piscine-les-Bavardes.jpg

 

  Les Bavardes

1913 : 2 mars, décès du père de Camille, Louis-Prosper, à Villeneuve, Camille est internée à Ville-Evrard, le 10 mars, 16 avril : réunion d'un conseil de famille pour s'occuper des biens de Camille, Auguste Rodin estt victime d'une attaque d'hémiplégie,

1914 : en août, transfert de Camille à Enghien, puis à l'hôpital psychiatrique de Montdevergues à Montfavet, Vaucluse, le 9 septembre, près d'Avignon, elle restera dans cette institution près de 30 ans, jusqu'à son décès. Sa mère et sa sœur ne viendront jamais la visiter. Paul, son frère cadet, lui rendra visite une quinzaine de fois.

IMGP3949-Asile-d-Allienes-de-Montvergues-a-Montfavet.jpgL'asile d'alliénés de Montdevergues à Montfavet

1917 : 14 février, mort de Rose Beuret, 19 novembre, mort d'Auguste Rodin

Toujours consciente, elle écrit, vivant dans une solitude quasi-totale : "C'est affreux d'être abandonnée de cette façon", "Je voudrais bien être au coin de la cheminée de Villeneuve, mais hélas ! je crois que je ne sortirai jamais de Montdevergues...!"

Les médecins du centre qualifieront l'état cérébral de Camille de " délire systématisé de persécution basé par des interprétations et des fabulations : elle est victime des attaques criminelles d'un sculpteur célèbre. Elle craint tout le temps qu'on ne l' empoisonne, aussi choisit-elle soigneusement son alimentation basée surtout de pommes de terre en robe- de-chambre et d'oeufs qu'elle cuit elle-même. Son état physique est jugé bon, tout-au-moins jusqu'au 11 août 1942 où une carence alimentaire et un déséquilibre affecte gravement sa santé.

1929 : décès de la mère de Camille, Louise-Athanase, à Villeneuve,

1943 : 19 octobre, décès de Camille à 2 heures du matin d'un ictus aploplectique (infarctus cérébral ou du myocarde) accompagnée d'une perte de connaissance).

Elle est inhumée le 21 octobre au cimetière de Montfavet, Vaucluse.

   

Les expositions de Camille Claudel après sa disparition :

- 2008 : exposition Camille Claudel au musée Rodin à Paris, du 15 avril au 20 juillet,

- 2013-2014 : le musée Rodin consacre à l'artiste une exposition et divers ateliers, pour le 70ème anniversaire de sa mort. Camille Claudel sort de ses réserves, en présentant une vingtaine d’œuvres de l'artiste, du 1er octobre 2013 au 5 janvier 2014,

- 2014-2015 : exposition Camille Claudel à la Piscine de Roubaix " Au miroir d'un art-nouveau, Musée d'Art et de l'Industrie, du 8 novembre 2014 au 8 février 2015. Des collections du musée d'Orsay, de musée Rodin, et du futur Musée Camille Claudel qui ouvrira ses portes en novembre 2015 à Nogent-sur-Seine (10),

- Musée Camille Claudel : ouverture au printemps 2016 à Nogent-sur-Seine (Aube) avec les collections de Reine-Marie Paris et Philippe Cressent, acquises en 2008 et des achats effectués sur le marché de l'art grâce au fond du Patrimoine et la générosité de mécènes; une quarantaine d’œuvres soit le fonds le plus important au plan mondial.

 

Dans quels musées se trouvent les oeuvres de Camille Claudel ?  

En France : 

- Abbeville : musée Boucher-de-Perthe, "Psaume", bronze,

- Alès : musée-bibliothèque Pierre-André-Benoît, "Etude pour la tête de L'Hamadryade", bronze,

- Aurillac: musée de Parieu, "Buste de Rodin", bronze,

- Avignon : musée Calvet, "Jeune Romain", bronze,

- Bagnols-sur-Cèze : musée Albert-André, "L'Implorante", bronze en taille réduite .

- Beaufort-en-Vallée : musée Joseph-Denais, "La petite Châtelaine", bronze,

- Cambrai : musée municipal, "L'Abandon", bronze grand modèle,

- Château-Gonthier : musée municipal, "Portrait de la comtesse de Maigret" fusain,

- Châteauroux : musée Bertrand, "Buste de Paul Claudel à treize ans", bronze, "Sakountala", plâtre, offert par Camille à la ville en 1895. Cette œuvre avait fait un tollé à l'époque.

- Château-Thierry : musée Jean-de-la Fontaine, "Buste de Ferdinand de Massary", bronze, "Buste de Paul Claudel à trente-sept ans", bronze,

- Cherbourg : musée Thomas Henry, "Giganti", bronze,

- Clermont-Ferrand : musée d'Art Roger-Quillot, "Buste de Louise de Massary", bronze,

- Draguignan : musée des Beaux-Arts, "Rêve au coin du feu", marbre,

- Guéret : musée municipal, "Buste de Rodin", bronze,

- Honfleur : musée Eugène Boudin, "Femmes- de-Gérardmer", fusain,

- Laon : musée archéologique municipal, quatre reproductions anciennes de dessins,

- Lille : musée des Beaux-Arts, "Giganti", bronze, "Buste de Louise de Massary", terre cuite,

- Martigues : musée Ziem, "Buste de Rodin",

- Montauban : musée Ingres, "Buste de Charles Lhermite", bronze,

- Nogent-sur-Seine, Aube, Musée Camille Claudel, une grande collection d’œuvres de Camille Claudel. (A mettre à jour bientôt),

A Noter : La collection du musée Camille Claudel à Nogent sur Seine, provient des collections de :
- Madame Reine-Marie Paris, (petite nièce de Camille Claudel).
- Monsieur Philippe Cressent.

Elle se compose de plus de 77 pièces (bronze, plâtre, marbre, documents, photos, ...) dont une partie en donation.

- Paris : musée du Petit Palais, "Buste de Rodin", bronze,

- Paris : musée d'Orsay, "L'Age mûr", bronze, grand modèle, Torse de Clotho, plâtre,

- Paris : musée Rodin, "L'Age mûr, plâtre première version, bronze, deuxième version, "La Petite Châtelaine", marbre, "Persée", marbre, "Paul Claudel à trente-sept ans", bronze, "L'Implorante", bronze taille réduite,"Clotho", "Les Causeuses", version en plâtre, version en onyx et bronze,"La Valse", bronze, "Buste de Rodin", version en plâtre, version en bronze, "Vertumne et Pomone", marbre, "La Vague", onyx et bronze, "Tête au chignon", bronze,

- Poitiers : musée Sainte-Croix, "L'Abandon", taille réduite, "La Valse", bronze, "La Fortune", bronze, "Niobide blessée", bronze, "Profonde Pensée", marbre 1898, "Profonde Pensée", bronze au sable, personnage seul, "jeune femme aux yeux clos", terre cuite 1885, "La Vieille Hélène, ou Buste de Vieille Femme ou Vieille Femme", bronze patiné,  entre 1906 et 1906, "Etude pour un buste de Paul Claudel à 37 ans" 1905, dépôt au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine,

- Roubaix : musée d'Arts et d'Industrie, La Piscine, "Buste de Rodin", bronze, "La Petite Châtelaine", "aux cheveux tout à jour", marbre, 

- Toulon : musée d'Art et d'Archéologie, "Jeune Romain", bronze,

- Toulouse : musée des Augustins, "Jeune Romain", bronze,

- Tourcoing : musée des Beaux-Arts, "Jeune Romain", bronze.

Musées à l'étranger :

 

 

Musées à l'étranger :

- Bejaïa : musée de l'Algérie, "Niobide blessée", plâtre, dépôt de la France,

- Berlin : Neue nationalgalerie, Allemagne, "Jeune Romain", bronze posthume,

- Brême : musée national, Allemagne, "Giganti", bronze,

- Bucarest : musée national de l'art, Roumanie, "femme-accroupie"; bronze, "Torse de femme debout", bronze, "Croquis d'amateur", plâtre patiné,

- Genève : musée d'Art de d'Histoire, Suisse, "Les Causeuses, plâtre,

- Martigny : Fondation Pierre Gianadda, Suisse, "L'Implorante", petit modèle bronze, "L'Abandon", petit modèle bronze, "La Fortune", bronze,

- Munich : Neue Pinakothek, Allemagne, "La Valse", petit modèle bronze,

- New-York : The Cantor Collection, U.S.A, "L'Implorante" petit modèle bronze, "Buste de Rodin", bronze, "La Valse", bronze,

- New-York : métropolitan museum, U.S.A., "L'Implorante", petit modèle bronze,

- San Francisco : California Palace of the Legion of Honour, U.S.A., "Buste de Rodin", bronze,

- Shizuoka : Prefectural Museum of Art, Japon, "La Vague", bronze posthume,

- Soumaya : musée de Soumaya, Mexique, "La Vague", bronze posthume, "Buste de Rodin", bronze, "La Valse", bronze, "Les Causeuses", marbre,

- Washington D.C., The National Museum of women in the Arts, U.S.A., "La Jeune Fille à la Gerbe", bronze posthume.

 

 IMGP6643.JPGIMGP6641-ro2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille Claudel à l'écran :

- 1988 : "Camille Claudel", long métrage réalisé par Bruno Nuytten, avec Isabelle Adjani, Gérard Depardieu, Madeleine Robinson. D'après le livre de Reine-Marie Paris.

Ce long métrage fera renaitre la vie un peu romancée de Camille et popularisera cette artiste méconnue du public à l'époque, durée : 175 minutes,

Musique : Gabriel Yared.

Berlin Ours d'Argent 1989, Meilleure actrice : Isabelle Adjani,

7 César 1989, Meilleure actrice : Isabelle Adjani, Meilleure photographie : Pierre Lhomme, Meilleurs décors : Bernard Vezat, Meilleurs costumes : Dominique Borg.

Lien Wikipédia: Camille Claudel, film 1988

Isabelle Adjani dans Camille Claudel 1988 2Isabelle Adjani dans Camille Claudel 1988

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien : Camille Claudel Allociné 1988

- "Camille Claudel 1915", long métrage réalisé par Bruno Dumont, avec Juliette Binoche et Jean-Luc Vincent.

Hiver 1915 : internée par sa famille dans un asile du sud de la France, là où elle ne sculptera plus. Un chronique de la vie recluse de Camille Claudel; dans l'attente d'une visite de son frère Paul.

"Le long métrage le plus bouleversant de Dumont"

 

Camille Anastasia Kendall Maria Nicola Claudel, La relation passionnelle et tumultueuse avec le sculpteur Auguste Rodin, de vingt-quatre ans son aîné.

Cet amour impossible, ainsi que son internement psychiatrique de 1914 à 1943, la murant dans le silence le plus total, lui ont donné une aura égalant son génie.

 

 

 

 

Sources et bibliographie : Wikipédia Camille Claudel, L'oeuvre énorme et les études de Reine-Marie Paris, petite-fille de Paul, petite-nièce de Camille et enseignante à la Sorbonne,

Lien Musée Rodin : Camille Claudel

Lien : Camille Claudel au musée Rodin l'oeuvre de Camille

Ateliers Colarossi : lien Académie Colarossi 10, rue de la Grande Chaumière 75006 Paris (1870-1930)

Sources : Association Camille Claudel

Bibliographie : "Camille Claudel Le génie est comme un miroir" Hélène Pinet et Reine-Marie Paris. petite-nièce de Camille Claudel, un ouvrage de référence sur la vie de l'artiste. Gallimard 2003, Editions ARTS,

Reine-Marie Paris est licenciée d'Histoire-Géographie; maitrise d'Histoire de l'Art sur Camille Claudel en 1982,

Camille Claudel, correspondance, Edition Anne Rivière Bruno Gaudichon Collection "Arts et Artistes", Gallimard, 2003

Hélène Pinet est missionnéedes collections de photographies des collections Rodin,

Photographies des oeuvres de Camille : Piscine de Roubaix, 27 décembre 2014.


Catalogue-raisonné des œuvres de Camille Claudel :


Anne Rivière, Bruno Gaudichon, Danielle Ghanassia. Adam Biro, octobre 2001

Camille Claudel re-trouvée,  catalogue-raisonné, Reine-Marie Paris, Paris, Aittouarès, 2000,

Camille Claudel, Bruno Gaudichon et Anne Rivière, Paris, Adam Biro, 2000,

L’œuvre de Camille Claudel, catalogue-raisonné, Paris, Adam Biro-Arthis, 1991,

Lien Piscine de Roubaix : Exposition Camille Claudel du 8 novembre 2014 au 8 février 2015 "Au miroir d'un art-nouveau" 

Des oeuvres du musée d'Orsay de Paris, du musée d'Orsay de Paris, et du futur musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine.

IMGP2057-Affiche-Exposition-Camille-Claudel-Piscine-de-Roub.jpg

Association Camille et Paul Claudel en Tardenois : 4, rue de Rugny 02130 Arcy Sainte-Restigné : association-cpc@orange.fr

 

- "Camille Claudel 1915", long métrage réalisé par Bruno Dumont, avec Juliette Binoche et Jean-Luc Vincent.

Hiver 1915 : internée par sa famille dans un asile du sud de la France, là où elle ne sculptera plus. Un chronique de la vie recluse de Camille Claudel; dans l'attente d'une visite de son frère Paul.

"Le long métrage le plus bouleversant de Dumont"

 

Camille Anastasia Kendall Maria Nicola Claudel, La relation passionnelle et tumultueuse avec le sculpteur Auguste Rodin, de vingt-quatre ans son aîné.

Cet amour impossible, ainsi que son internement psychiatrique de 1914 à 1943, la murant dans le silence le plus total, lui ont donné une aura égalant son génie.

 

 

 

 

Sources et bibliographie : Wikipédia Camille Claudel, L'oeuvre énorme et les études de Reine-Marie Paris, petite-fille de Paul, petite-nièce de Camille et enseignante à la Sorbonne,

Lien Musée Rodin : Camille Claudel

Lien : Camille Claudel au musée Rodin l'oeuvre de Camille

Ateliers Colarossi : lien Académie Colarossi 10, rue de la Grande Chaumière 75006 Paris (1870-1930)

Sources : Association Camille Claudel

Bibliographie : "Camille Claudel Le génie est comme un miroir" Hélène Pinet et Reine-Marie Paris. petite-nièce de Camille Claudel, un ouvrage de référence sur la vie de l'artiste. Gallimard 2003, Editions ARTS,

Reine-Marie Paris est licenciée d'Histoire-Géographie; maitrise d'Histoire de l'Art sur Camille Claudel en 1982,

Camille Claudel, correspondance, Edition Anne Rivière Bruno Gaudichon Collection "Arts et Artistes", Gallimard, 2003

Hélène Pinet est missionnéedes collections de photographies des collections Rodin,

Photographies des oeuvres de Camille : Piscine de Roubaix, 27 décembre 2014.


Catalogue-raisonné des oeuvres de Camille Claudel :
Anne Rivière, Bruno Gaudichon, Danielle Ghanassia. Adam Biro, octobre 2001

Camille Claudel re-trouvée,  catalogue-raisonné, Reine-Marie Paris, Paris, Aittouarès, 2000,

Camille Claudel, Bruno Gaudichon et Anne Rivière, Paris, Adam Biro, 2000,

L'oeuvre de Camille Claudel, catalogue-raisonné, Paris, Adam Biro-Arthis, 1991,

Lien Piscine de Roubaix : Exposition Camille Claudel du 8 novembre 2014 au 8 février 2015 "Au miroir d'un art-nouveau" 

Des oeuvres du musée d'Orsay de Paris, du musée d'Orsay de Paris, et du futur musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine.

IMGP2057-Affiche-Exposition-Camille-Claudel-Piscine-de-Roub.jpg

Association Camille et Paul Claudel en Tardenois : 4, rue de Rugny 02130 Arcy Sainte-Restigné : association-cpc@orange.fr

Camille Claudel. "Au miroir d'un art-nouveau":

Catalogue-raisonné de l'exposition Camille Claudel au Musée d'Art et d'Industrie de Roubaix. La Piscine. Edition Gallimard La Piscine 2014. www.gallimard.fr

Camille Claudel à Montdevergues :

Histoire d'un internement - 7 septembre 1914 - 19 octobre 1943. de Michel Deveau. Editions L'Harmattant.

 

Timbre : "La Valse", hommage à Camille Claudel, édition en 2000

      POSTE-2000-Timbre-Camille-Claudel.jpgCamille-Claudel-Timbre-Philatelie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revoir aussi article Lille et ses villes environnantes :  Une visite de Lille et ses communes environnantes la Piscine de Roubaix et l'exposition Camille Claudel

 

Quelques oeuvres dessinées, études de janvier 2015, crayon ou encres

 

IMGP2962 La Petite Châtelaine Etude crayon sanguineIMGP2966 La Petite Châtelaine de Camille Claudel La Piscin

 

Deux Causerie sur La Petite Châtelaine de Camille Claudel :

"La Petite Châtelaine, sa fille spirituelle"

par Jean-Pierre Kosinski

Le Mesnil-le-Roi et Cormeilles-en-Parisis :

9 mars et 27 avril 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5907-La-Petite-Chatelaine-dessin-crayon-couleur-r.jpg

             IMGP3705-Camille-Claudel-vers-1884-r.jpg

IMGP3984-Encre-rouge-et-lavis-21-janvier-2015-Sakountala-r.jpg

IMGP5997-Camille-Claudel-Jeune-femme-aux-yeux-clos-v.-1885.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dessins crayon sanguine et noir février 2018

Aquarelles d'après la photographie N & Bl de César en 1885 :

Camille Claudel et la Petite Châtelaine de l'Islette en Touraine 1892-93

Carnet de voyage aquarelles au château de l'Islette 2018 à 2021

Camille Claudel travaillant sur la femme accroupie

D'après le film Camille Claudel 1989 Isabelle Adjani et Ariana A

Aquarelle janvier 2021 bleu Winsor format A5

Camille Claudel et Auguste Rodin travaillant sur "La Femme accroupie"  1884-85 dans l'atelier rue de l'Université à  Paris . Aquarelles janv 2021, d'après le film Camille Claudel de Bruno Nuytten,1988, César du meilleur film 1989, avec Gérard Depardieu, Isabelle Adjani et le modèle Ariana K.

 

Projet de balade en complément d'étude : le circuit Camille Claudel à Paris, de Port-Royal à Châtelet en anglais :

Lien : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/07/sur-les-pas-de-camille-claudel-a-paris-in-the-footsteps-of-camille-claudel-at-paris.html

En français avec les Randonneurs Ovillois : http://lesrandonneursovillois.over-blog.com/2015/04/sur-les-traces-de-camille-claudel-a-paris.html

 

Bonnes visites !

 

 

Camille Claudel. "Au miroir d'un art-nouveau":

Catalogue-raisonné de l'exposition Camille Claudel au Musée d'Art et d'Industrie de Roubaix. La Piscine. Edition Gallimard La Piscine 2014. www.gallimard.fr

Camille Claudel à Montdevergues :

Histoire d'un internement - 7 septembre 1914 - 19 octobre 1943. de Michel Deveau. Editions L'Harmattant.

 

Timbre : "La Valse", hommage à Camille Claudel, édition en 2000

      POSTE-2000-Timbre-Camille-Claudel.jpgCamille-Claudel-Timbre-Philatelie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revoir aussi article Lille et ses villes environnantes :  Une visite de Lille et ses communes environnantes la Piscine de Roubaix et l'exposition Camille Claudel

 

Quelques œuvres dessinées, études de janvier 2015, crayon ou encres

 

IMGP2962 La Petite Châtelaine Etude crayon sanguineIMGP2966 La Petite Châtelaine de Camille Claudel La Piscin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5907-La-Petite-Chatelaine-dessin-crayon-couleur-r.jpg

Deux Causeries sur La Petite Châtelaine de Camille Claudel :

Le Mesnil-le-Roi en 2019 et Cormeilles-en-Parisis en 2020

 

 

 

Dessin au crayon de couleur octobre 2018

             IMGP3705-Camille-Claudel-vers-1884-r.jpg

IMGP3984-Encre-rouge-et-lavis-21-janvier-2015-Sakountala-r.jpg

IMGP5997-Camille-Claudel-Jeune-femme-aux-yeux-clos-v.-1885.jpg

La Femme accroupie et la Femme accroupie "torse mutilé" de Camille Claudel vers 1884-1885, Atelier de Paris

 

Bonnes visites !

Projet de balade à l'étude : le circuit Camille Claudel à Paris, de Port-Royal à Châtelet. Ce projet est achevé actuellement.

 

 

 

Camille et "l'Âge Mûr" détail, dessin au crayon juillet 2017

Camille et "l'Âge Mûr" détail, dessin au crayon juillet 2017

Dessin au crayon "La Petite Châtelaine", d'après la  première version en terre cuite de Camille au château de l'Islette.
Dessin au crayon "La Petite Châtelaine", d'après la  première version en terre cuite de Camille au château de l'Islette.

Dessin au crayon "La Petite Châtelaine", d'après la première version en terre cuite de Camille au château de l'Islette.

Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893
Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893

Photographies de Camille Claudel en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893

"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.

"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.

Camille Claudel à participé, avec d'autres sculpteurs à l'œuvre grandiose de la "Porte de l'Enfer" d'Auguste Rodin (partie supérieure de l'œuvre ).

L'oeuvre en plâtre est visible au Musée d'Orsay et celle de bronze dans le jardin du musée Rodin à Paris. Beaucoup d'études sont visibles à Paris et à Meudon aux Musées Rodin. Il existe de nombreuses répliques en bronze dans le monde entier (voir l'article spécifique sur la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin).

"La Petite Châtelaine", première version de Camille, plâtre patinée

"La Petite Châtelaine", première version de Camille, plâtre patinée

Montages : la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin au Musée Rodin (bronze) et au Musée d'Orsay (plâtre)Montages : la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin au Musée Rodin (bronze) et au Musée d'Orsay (plâtre)

Montages : la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin au Musée Rodin (bronze) et au Musée d'Orsay (plâtre)

"L'âge mur" bronze Musée d'Orsay premier étage droite

"L'âge mur" bronze Musée d'Orsay premier étage droite

"L'Age mûr" l'une des sculptures majeures de Camille Claudel s'est aussi appelée "La Destinée", ""La Fatalité" ou "Le Chemin de la vie" 1894 - 1900.

Deux versions se situent au Musée d'Orsay et au musée Rodin.

Cette version photographiée au musée Rodin est une fonte Frédéric Carvillhani après 1913.

L’œuvre originale en plâtre fut réalisée en 1895 et exposée au Salon des Beaux Arts de la Société Nationale des Beaux-Arts à Paris.

L'épreuve en bronze du musée d'Orsay est une fonte Thébaut.

          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892
          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892
          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892

La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892

 

 

"Le métier de sculpteur est pour un homme une espèce de défi perpétuel au bon sens, il est pour une femme isolée et pour une femme avec le tempérament de ma soeur une pure impossibilité. Elle avait tout misé sur Rodin, elle perdit tout avec lui.

Le beau vaisseau, quelque temps balloté sur d'amères vagues, s'engloutit corps et bien."

Paul Claudel, "Ma soeur Camille, son œuvre  est l'histoire de sa vie", Le Figaro littéraire, 17 novembre 1951.

 

 

Lieu des ateliers et habitations de Camille Claudel et de sa famille à Paris, un circuit très agréable !

Lieu des ateliers et habitations de Camille Claudel et de sa famille à Paris, un circuit très agréable !

Projet de circuit Camille à Paris, juillet 2017

Circuit de 15 kilomètres. 5 heures de marche, au départ du métro. Edgar Quinet

Circuit de 15 kilomètres. 5 heures de marche, au départ du métro. Edgar Quinet

Une visite au musée Rodin le 12 novembre 2015, jour de la réouverture du musée après 3 ans de travaux :

"La Petite Châtelaine" Marbre de Camille Claudel,1892, ancienne collection Joanny Peytel

"La Petite Châtelaine" Marbre de Camille Claudel,1892, ancienne collection Joanny Peytel

"Masque de Camille Claudel et main de P. de Wissant" assemblage en plâtre vers 1895 d'Auguste Rodin

"Masque de Camille Claudel et main de P. de Wissant" assemblage en plâtre vers 1895 d'Auguste Rodin

"Camille Claudel au cheveux courts", masque Auguste Rodin vers 1892, donation Rodin 1916

"Camille Claudel au cheveux courts", masque Auguste Rodin vers 1892, donation Rodin 1916

"Camille Claudel au bonnet" Tête en terre cuite d'Auguste Rodin vers1884

"Camille Claudel au bonnet" Tête en terre cuite d'Auguste Rodin vers1884

"Camille Claudel au bonnet" Tête en pâte de verre, 1911, Auguste Rodin et Jean Cros

"Camille Claudel au bonnet" Tête en pâte de verre, 1911, Auguste Rodin et Jean Cros

La salle Camille Claudel au Musée Rodin

La salle Camille Claudel au Musée Rodin

Camille Claudel au Musée Rodin :

77, rue de Varenne 75007 Paris Métro. Varenne

1er étage de l'Hôtel, salle 16.

Mardi au dimanche : 10 à 17 H 45, mercredi jusqu'à 20 H 45. Fermeture des caisses 17 H 15, des jardins 17 H, du 1er octobre au 31 mars, des espaces d'exposition 17 H 45.

Musée gratuit le 12 novembre 2015, journée de réouverture des salles, après travaux de rénovation et de présentation de nouvelles collections des réserves.

tél. : 0033(0)1 44 18 61 10 Site : lien http://www.musee-rodin.fr

 

Voir aussi article Camille Claudel par Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

Voir aussi article La porte de l'Enfer d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article Le Monument Victor Hugo d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-a-victor-hugo-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article Le Monument Balzac d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

Voir aussi article le Monument aux Bourgeois de Calais d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-aux-bourgeois-de-calais-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi "Le Baiser" d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/02/le-baiser-d-auguste-rodin.html

Voir aussi la Jeune femme au chapeau fleuri :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/la-jeune-femme-au-chapeau-fleuri-d-auguste-rodin.html

 

Bonne visite !

Une bonne nouvelle !

Le musée Camille Claudel ouvrira ses portes à Nogent-sur-Seine  le 26 mars 2017:


10 Rue Gustave Flaubert
10400 Nogent sur Seine

Dossier de Presse : http://www.museecamilleclaudel.fr/sites/default/files/documents/pdp28112016.pdf

Comment se rendre au musée ? :le plan d'accès sources musée Camille Claudel

 

 

Pour se rendre au musée depuis Paris :
Par le train : toutes les heures au départ de la gare de l’Est, trajet d’une heure
puis 5 mn à pied jusqu’au musée
Par la route : 1h20 par la Nationale 4 ou par l’A4 et la Départementale 231
En savoir plus sur https://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/131250-musee-camille-claudel-ouverture-en-mars-2017-a-nogent-sur-seine#lzqt7M2PEAowyjHO.99

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.htmlA voir aussi :

"Camille, Camille, Camille"

Une pièce jouée par la Compagnie "les Bacchantes", d'après l'oeuvre de Sophie Jabès, édité par Lansman Editions.

Adaptation et mise en scène : Marie Montegani

avec Clara Ponsot, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik et la participation de Geneviève Dang.

Entre autres : Vendredi 10 mars 2017 à 20 H 45, salle Malesherbes, 78600 Maisons-Laffitte

photo-ccc
Camille, Camille, Camille – Création 2014. Reprise en 2016-2017.
Avec Nathalie Boutefeu, Vanessa Fonte ou Clara Ponsot (en alternance), Clémentine Yelnik – Mise en scène Marie Montegani (Photo Elisa Cencetti)
« J’ai voulu que renaisse sur scène, celle que l’on a cherché à museler, celle qui réclamait la liberté à grand cri et poser la question de la place de l’artiste femme dans la société, aujourd’hui »

Dossier Complet : Dossier Camille, Camille, Camille 2016-2017

La Presse en parle

« Camille, Camille, Camille, une pièce bouleversante » par Dashiell Donello – Médiapart

« Camille, Camille, Camille » par Nicolas Arnstam- Froggy’s delight

« Camille, Camille, Camille » par Philippe Delhumeau – Théatrothèque

« Pourquoi me clouer au silence ? » par Audrey Natalizi – France 3

« Les trois visages d’une artiste » par Gilles Costaz -WebThéâtre

photo-ccc
Camille, Camille, Camille – Création 2014. Reprise en 2016-2017.
Avec Nathalie Boutefeu, Vanessa Fonte ou Clara Ponsot (en alternance), Clémentine Yelnik – Mise en scène Marie Montegani (Photo Elisa Cencetti)
« J’ai voulu que renaisse sur scène, celle que l’on a cherché à museler, celle qui réclamait la liberté à grand cri et poser la question de la place de l’artiste femme dans la société, aujourd’hui »

Dossier Complet : Dossier Camille, Camille, Camille 2016-2017

La Presse en parle

« Camille, Camille, Camille, une pièce bouleversante » par Dashiell Donello – Médiapart

« Camille, Camille, Camille » par Nicolas Arnstam- Froggy’s delight

« Camille, Camille, Camille » par Philippe Delhumeau – Théatrothèque

« Pourquoi me clouer au silence ? » par Audrey Natalizi – France 3

« Les trois visages d’une artiste » par Gilles Costaz -WebThéâtre

Camille Claudel, artiste maudite

Comment ne pas être bouleversé par cette artiste de génie, cette femme libre, qui souhaitait faire reconnaître son art et que l’abandon de Rodin, l’isolement et le manque de commande conduisirent à la misère et poussèrent à la folie. Celle qui fut internée à l’asile de Ville-Évrard en 1913 (huit jours seulement après la mort de son père qui l’avait toujours soutenue) avant d’être transférée un an plus tard à l’asile de Montdevergues, mourut des suites de malnutrition, le 19 octobre 1943, à l’âge de 78 ans. Quelques jours après sa mort, Camille Claudel est inhumée au cimetière de Montfavet accompagnée du seul personnel de l’hôpital. Ses restes seront transférés dans le carré no 10, fosse commune appelée aussi « carré des fous ».

Camille Claudel rejoint ainsi la liste des artistes maudits, au destin tragique. Il faudra attendre presque la fin du XXe siècle pour qu’elle sorte à nouveau de l’oubli, notamment grâce au remarquable travail de Reine-Marie Paris, petite nièce de Camille Claudel, et le texte de Sophie Jabès vient rappeler avec force la femme et l’artiste hors du commun qu’elle était.

 

 

 

 

Lien site Théâtre 95 :http://theatre95.com/site/event/camille-camille-camille/

Bravo à la mise en scène et aux merveilleuses comédiennes  !

 

"Mademoiselle C",

Camille Claudel au Théâtre Essaïon par la comédienne Maude Sambuis

Théâtre Essaïon 6, rue Pierre au lard, 75004 Paris

du 20 août au 16 octobre 2021

Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube
Sources photographiies : YouTube

Sources photographiies : YouTube

Aquarelles sur Mademoiselle C  avec Maude Sambuis :

Théâtre de l'Essaïon 2021 Paris 75004

 

Un article sur TV5monde : Camille Claudel, drames, vérités et légendes : lien http://information.tv5monde.com/terriennes/camille-claudel-drames-verites-et-legendes-57112

Des récents articles sur des visites liées à Camille Claudel :

Une visite au village natif de Camille Claudel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/07/une-visite-a-fere-en-tardenois-village-natal-de-camille-claudel.html

Une visite au Musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/04/une-visie-au-musee-camille-claudel-a-nogent-sur-seine-dans-l-aube.html

Un article au château de l'Islette, en Touraine en août 2018 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/08/le-chateau-de-l-islette-en-touraine.html

"Un été à l'Islette" un roman de Géraldine Jeffroy, un article de septembre 2019 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/09/un-ete-a-l-islette-un-roman-de-geraldine-jeffroy.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un carnet de voyage 52 aquarelles fin octobre 2019 au Château de l'Islette en Touraine : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/09/un-carnet-de-voyage-aquarelle-au-chateau-de-l-islette.html

 

 

dernières pages du carnet de voyage aquarelles au château de l'Islette en août 2019 : "La Valse" ou "Les Valseurs"

Une aquarelle de "La Valse" de Camille Claudel, d'après son œuvre en plâtre patiné :

Aquarelle 50 x 40 cm sur papier Canson Montval mai 2020

"L'Age mûr"

Cette œuvre s'est aussi appelée "La Destinée", "La Fatalité" ou "Le Chemin de la vie"

Dessin à l'encre et crayon de couleurs mai 2020

"Le Dieu Envolé" aquarelles A5

"Sakountala" aquarelle d'après l’œuvre en plâtre de 1888, une des nombreuses études de l'artiste. Musée Bertrand à Châteauroux..

Bonne visite ! 

***

 

 

Un recueil des œuvres de Camille Claudel complet et exhaustif :

"Camille Claudel, catalogue raisonné", 5ème édition par Reine-Marie Paris et Philippe Cressent.

Edition Culture Economica Mars 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Cressent, nous a quitté malheureusement le 1er août 2019

Bonne lecture !

Un roman de Géraldine Jeffroy : "Un été à l'Islette" publication en septembre 2019 Edtions Arléa

Un article lié à ce roman : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2019/09/un-ete-a-l-islette-un-roman-de-geraldine-jeffroy.html

 

 

Partager cet article
Repost0