Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 13:43

 

Les résidences du Point-du-Jour de l'architecte Fernand Pouillon

à Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine :

Une visite-conférence dans le cadre des JOP 2020 par Marion

le samedi 19 septembre 2020 à 11 heures

 

 

Fernand Pouillon : 1912-1986

L'architecte : né le 14 mai 1912 à Cancon (Lot et Garonne)et décédé au château de

Belcastel dans l'Aveyron le 24 juillet 1986 est un architecte et urbaniste français.

Admirateur d'Auguste Perret, il fut l'un des grands bâtisseurs des années de reconstruction après la Seconde Guerre mondiale en France. Il a réalisé de nombreux équipements et bâtiments publics à Marseille, Aix-en-Provence, en Région parisienne, en Algérie, ainsi qu'en Iran.

Ses réalisations se caractérisent par une insertion dans le site, un équilibre des masses né de proportions harmoniques rigoureuses, des matériaux nobles, y compris dans le logement social et la collaboration d'artistes sculpteurs, céramistes, paysagistes.

Les résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par MarionLes résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par Marion
Les résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par MarionLes résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par MarionLes résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par Marion
Les résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par MarionLes résidences du Point-du-Jour de Fernand Pouillon par Marion
Le marché parisien :

Au milieu des années 1950, Fernand Pouillon décide de s’insérer dans le marché

parisien. Fort de ses compétences, habitué à s’investir totalement dans l’acte de construire et à réussir, il investit aussi dans les métiers de promoteur et d’entrepreneur (il est actionnaire au moyen de prête-noms d'un ensemble de SCI  sociétés périphériques du CNL, Comptoir national du Logement dont il est l'architecte en chef et dont il confie la présidence à l'ancien préfet de la Seine, Paul Haag). Or un architecte n'a le droit d'être ni promoteur, ni entrepreneur, ou être lié à

une activité commerciale en rapport avec le bâtiment. Il faut depuis 1940 non seulement un diplôme pour concevoir un projet d’architecture, mais le concepteur ne peut plus financer et participer à sa construction (ce n’est de nos jours plus interdit). Or, il a commencé sa carrière de bâtisseur avant cette époque. Fernand Pouillon qui construit le moins cher possible les meilleurs ouvrages possibles (une façade du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt était recouverte de feuilles d'or), a besoin de maîtriser

l'ensemble de la chaîne de « production » de ses réalisations. Il réalise ainsi quelques-uns des plus importants grands ensembles en périphérie de Paris, ensembles dans lesquels il démontre que le problème des grands ensembles ne sont pas les tours et les barres puisque ces réalisations sont justement réalisées avec des tours et des barres :  Pantin, Montrouge, Meudon-la-Forêt, le Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt.

     Résidence Victor Hugo à Pantin

Lien site Wikipédia Point-du-Jour : Point du Jour

Une des façades des immeubles du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt

Le procès :

Des malversations financières de ses partenaires indélicats du CNL (notamment des détournements de fonds et des fausses factures en faveur de l'Union pour la nouvelle République) et des difficultés de vente de la résidence Salmson-Le Point du Jour aboutit à l'affaire du Point du Jour. Le 5 mars 1961, Fernand Pouillon et quatre de ses collaborateurs sont arrêtés et écroués, accusés de faux bilan, détournement de fonds et abus de biens sociaux. Hospitalisé à la suite de problèmes de santé (on le croit tuberculeux alors qu'il s'agit d'une amibiase contractée en Iran), il s'évade de sa clinique en septembre 1962 et reste en cavale pendant plusieurs mois (Suisse, Italie), aidé, grâce à ses sympathies avec le FLN durant la guerre d'Algérie, par le réseau Jeanson. Réapparu à l'occasion de son procès où il comparait en civière, il est condamné en 1963 à quatre années de prison dont il est libéré en 1964 pour raisons de santé.

Lien  : Union pour la nouvelle République

Lien le réseau Jeanson : réseau Jeanson

Les dernières années :

Radié à vie par l’ordre des architectes, il ne peut plus construire en France et est donc

contraint à l'exil pour continuer sa carrière.

Fernand Pouillon rejoint en 1966 l’Algérie où il exerce sa profession jusqu’en 1984.

Il y réalise essentiellement des projets hôteliers et touristiques ainsi que des équipements publics et universitaire.

 

Photographie la cité Diar el Mahçoul à Alger

 

Fernand Pouillon, architecte réhabilité :

Amnistié en juin 1971 par le président de la République Georges Pompidou, réintégré à l'ordre des architectes français en 1978, Fernand Pouillon regagne la France en 1984. En 1985, le président François Mitterrand le promeut officier de la Légion d'honneur.

Il meurt le 24 juillet 1986 dans le château de Belcastel, dans l'Aveyron, qu'il avait, dès 1974, largement contribué à restaurer, ainsi qu'une partie du village.

Lien Wikipédia Château de Belcastel : château de Belcastel

Voir Lien  et sources Wikipédia Fernand Pouillon  https://fr.wikipedia.org/wiki/Fernand_Pouillon

 

 

Merci à Marion, notre conférencière !

 

 

Voir aussi autre article du blog sur Boulogne-Billancourt et son hôtel de Ville : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/10/l-hotel-de-ville-de-boulogne-billancourt-archiecte-tony-garnier.html

Partager cet article
Repost0

commentaires