Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

24 janvier 2018 3 24 /01 /janvier /2018 16:28

Comment écrire sur le sculpteur Bartholdi sans décrire son oeuvre majeure " La statue de la Liberté à New-York" de son nom officiel "La Liberté éclairant le monde".

La Liberté éclairant le monde (Liberty Enlightening The World), plus connue sous le nom de Statue de la Liberté est une œuvre du sculpteur français Auguste Bartholdi (Colmar 1834, Paris 1904)

Elle fut construite en France et offerte par le peuple français, en signe d'amitié entre

les deux nations, pour célébrer le centenaire de la Déclaration d'indépendance américaine. La statue fut dévoilée au grand jour le 28 octobre 1886 en présence du président des Etats-Unis, Grover Cleveland. L'idée venait du juriste et professeur au Collège de France Edouard de Laboulaye en 1865. Le projet fut confié, en 1871, au sculpteur français Auguste Barthodi. Pour le choix des cuivres devant être employés à la construction, l'architecte Eugène Violet-le-Duc eut l'idée de la technique du repoussé. En 1879,  à la mort de Viollet-le-Duc, Bartholdi fit appel à l'ingénieur Gustave Eiffel pour décider de la structure interne de la statue. Ce dernier imagina un pylône métallique supportant les plaques de cuivre martelées et fixées.

La structure a été conçue dans les ateliers Gustave Eiffel à Levallois-Perret et dans le XVIIe arrondissement de Paris là où se montaient les pièces de cuivre. 

La Statue de la Liberté dominant la rue de Chazelles, Photographe Paul-Joseph-Victor Dargaud, vers 1885.

La Statue de la Liberté dominant la rue de Chazelles, Photographe Paul-Joseph-Victor Dargaud, vers 1885.

 

Le 25 rue de Chazelles (Métro Courcelles)

 
 


L’immeuble actuel du 25 rue de Chazelles a ce jour peu d'intérêt. Une halte-souvenir

s’impose néanmoins. C’est en effet ici que fut construite la statue de la Liberté éclairant le monde qui domine aujourd’hui le port de New-York. 

A l’époque, dans les années 1880, les lieux sont aux mains d’un architecte, Gaget, et d’un ingénieur, Gauthier. Les deux hommes ont pris la suite des ateliers Monduit fondés vers 1820 à Saint-Germain-en-Laye par Philippe Monduit et transférés rue de Chazelles par son fils Honoré en 1860.

La nouvelle société Gaget Gauthier et Cie garde les mêmes spécialités : la couverture, la plomberie, la distribution d’eau dans les villes, mais aussi les travaux d’arts en plomb et en cuivre.

La maison, qui emploie 300 à 350 personnes, s’est déjà fait connaître en restaurant en 1873 la Colonne Vendôme, renversée et brisée par les communards deux ans plus tôt. Mais la Liberté, la plus colossale des statues alors jamais conçues, représente un chantier bien plus spectaculaire encore.

                                                                             

 

                                                                             Le quartier de la rue de Chazelles

Choix du visage de la statue :

 

Plusieurs hypothèses ont été proposées sur la modèle ayant servi au sculpteur :

portrait de sa mère, son épouse, une jeune femme aperçue sur les barricades, Sarah, future femme de son ami et fondé de pouvoir Adolphe.

 

L'étude très sérieuse de Nathalie Salmon avec son livre "Lady Liberty, I love you, L'histoire vraie de la statue" semble le confirmer.

 

Le livre de Nathalie Simon

La Liberté éclairant le monde d'Auguste Bartholdi
La Liberté éclairant le mondeLa Liberté éclairant le mondeLa Liberté éclairant le monde

La Liberté éclairant le monde

Images d'époque montrant les structures de la statue

Images d'époque montrant les structures de la statue

Quelques chiffres de la statue :

Les travaux de confection et d’érection de la "Statue de la Liberté" ont eu lieu dans les ateliers

de "Plomberie et Cuivrerie d’Art" Monduit, Gaget, Gauthier et Cie, puis à compter de 1880 Monduit et Béchet — Gaget Gauthier successeurs, établis 25, rue de Chazelles à Paris, et ce entre 1875 et 1884.

 

Constituée d’une enveloppe d’environ 300 feuilles de cuivre, d’une épaisseur variant de 0,80 à 3,00 millimètres, martelées, rivetées et suspendues à une armature métallique interne, la statue d’un poids de 254.000 kilogrammes atteint 46,05 mètres de hauteur.

 

Le monument définitif complet (piédestal + statue), atteint quant à lui 73,25 mètres de hauteur, sur des fondations profondes de 19,80 mètres. Le chiffre de 93,00 mètres que l’on avance ordinairement est celui de son élévation au-dessus du niveau moyen de l’océan en rade de New York.

 

En 1885 lors du démontage de la statue. Chacune des 300 pièces qui la constituent est numérotée puis mise en caisse. En mai, soixante-dix wagons les acheminent vers Rouen, où elles sont transbordées sur la frégate L’Isère qui appareille le 21 mai. Le matin du 19 juin L’Isère arrive à New York accueillie en grande pompe.

ses caractéristiques :

Hauteur piédestal-torche

92.99 m

Hauteur pieds-tête

33.86 m

Hauteur de la tête

5.26 m

Largeur de la tête

3.05 m

Espace inter-orbites

0.76 m

Longueur du bras droit

12.80 m

Longueur de la main

5.00 m

 

Le socle, lui, est en pierres granitiques du Connecticut.

 

 

Localisation de la statue

http://N40.4121°E74.0240°

 

Le financement de la statue :

Le financement total s'est monté à 1 000 000 de francs de l'époque. Pour en savoir un peu plus sur le financement français de la statue (proprement dit) et socle (non compté du côté français), financement laborieux, il faut le préciser.

voir le site : https://www.merveilles-du-monde.com/Statue-de-la-Liberte/Financement-de-la-statue-de-la-Liberte.php

Les raisons de la réussite : un réel exploit

Technologiquement la statue est un vrai exploit, surtout avec les connaissances de l'époque. Le principe du cuivre repoussé était déjà acquis, mais il n'avait jamais été mis en oeuvre pour un monument d'une telle taille. Le principe d'agrandissement a également été difficile à utiliser. Le sculpteur Auguste Bartholdi a créé un modèle d'1 mètre 20, qui lui a servi à la construction d'une statue intermédiaire de 11 mètre 50 (qui a servi de modèle à la réplique parisienne du pont de Grenelle, sur l'île aux cygnes). Ce modèle a été découpé en 12 tronçons, tous mesurés en de nombreux points dans les 3 dimensions, puis reporté sur un modèle en plâtre construit d'après l'agrandissement des mesures. Une fois parfaitement au point, ce modèle en plâtre servait à la construction d'un gabarit en bois, en négatif, sur lequel les ouvriers martelaient les plaques de cuivre. Cette chaîne de construction des pièces, si elle était peu sophistiquée, était pragmatique et s'est révélée d'une redoutable efficacité.

Par ailleurs l'établissement des relations entre la France et les Etats-Unis est aussi un motif de satisfaction. En effet, au début du projet le sculpteur n'avait guère que quelques vagues contacts en Amérique, tous des connaissances d'Edouard de Laboulaye, politicien, juriste et américanophile. C'est lui qui était à l'origine de l'idée de la construction de la statue de la Liberté. Malgré ces faibles contacts, Auguste Bartholdi se rendit sur place et tissa des liens suffisamment forts pour que le projet puisse être lancé, poursuivi et parvenir à son terme. Cette capacité à soulever des montagnes est à mettre au crédit des partisans de la statue.

Sources musée Bartholdi

« Bartholdi, portrait intime du sculpteur, l’exposition »

Du 15 octobre 2017 au 31 décembre 2018

 

http://www.musee-bartholdi.fr/exposition-temporaire

 

La copie de l'île aux cygnes, à Paris

Parmi toutes les copies de la statue de la Liberté, la plus connue est sans aucun doute celle de Paris située sur l'Ile aux cygnes, mais il faut savoir qu'il y a au moins 5 statues de la Liberté à Paris.

La première est un des agrandissements en plâtre qu'a exécuté Auguste Bartholdi pour concevoir la statue originale; elle est exposée dans le musée des Arts et Métiers à Paris. la seconde à l'entrée de ce musée et c'est une réplique parfaite de celle qui est située dans ce musée.

La troisième sert d'enseigne publicitaire au bar-restaurant "American Dream" situé dans la capitale.

La quatrième est au musée d' Orsay; c'est un don de la veuve de Bartholdi. Initialement placée dans les jardins du Luxembourg, elle est déplacée pour être mise à l'abri.

Enfin la cinquième, probablement la plus connue des répliques, se situe sur l'Ile des cygnes prés du pont de Grenelle.

 Quelques autres œuvres connues de l'artiste :

Le Lion de Belfort à Paris

La fontaine Bartholdi à Lyon, initialement prévue pour la ville de Bordeaux

 

Sources, documentation et liens :

Lien Wikipédia Auguste Bartholdi (Colmar 1834 - Paris 1904)  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste_Bartholdi

 

Lien Wikipédia La statue de la Liberté : https://fr.wikipedia.org/wiki/Statue_de_la_Libert%C3%A9

 

La Liberté éclairant le monde, musée Bartholdi : http://www.musee-bartholdi.fr/la-liberte-eclairant-le-monde

 

Voir aussi autre article du blog : La fontaine Bartholdi à Lyon :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2018/01/la-fontaine-bartholdi-a-lyon.html

 

 

Bonne visite !

 

 

Les statues monumentales du monde :

La statue de la Liberté (New-Yort) est la plus célèbre et pourtant, parmi les statues monumentales, c'est l'une des plus petites qui existent.

Le record est tenu par :

- Le Bouddha du Temple du Printemps (Chine) et ses 128 mètres de haut,

- Laykyun Setkyar (116 mètres, Myanmar)

- L'Ushiku Daibutsa (110 mètres, Japon).

- La statue de la Liberté domine cependant : 

- La statue de Genghis Khan (40m, Mongolie) et un peu plus

- Le Christ rédempteur du Corcovado (30m, Brésil).

Alors on peut se poser la question : Pourquoi nous parait-elle si belle ?

 

Autre question : Quelles sont les 7 merveilles du monde ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires