Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 17:05
Une visite à Poissy, ville royaleUne visite à Poissy, ville royaleUne visite à Poissy, ville royale
Une visite à Poissy, ville royale

Les origines de Poissy :

Dès les premiers siècles de notre ère, les-habitants de ce bord de Seine vivent de l’agriculture, de la chasse et de la pêche. La forêt giboyeuse d’ « Iveline » attire les seigneurs et les rois qui y bâtissent des résidences. Le roi Robert II le Pieux, fils d’Hugues Capet, reconstruit le Château Royal et pose en 1016 la première pierre d’une église dédiée à Sainte Marie, église rebâtie au XIIe siècle. Le fils de Blanche de Castille et de Louis VIII, le futur saint Louis, y est rebaptisé le 25 avril 1214.

Son petit-fils, Philippe le Bel, fait construire en son honneur une magnifique abbatiale et un prieuré royal (aujourd’hui détruits) qu’il confie à des Dominicaines. Autour de ses deux églises et de trois couvents, Poissy va connaître une vie religieuse intense.

La ville possède une longue histoire. Chef-lieu du Pincerais sous les Mérovingiens, elle devient par la suite l'une des plus anciennes cités royales d'Île-de-France, lieu de naissance des rois Louis IX et Philippe II, avant d'être supplantée à partir du XVème siècle par Saint-Germain-en-Laye . C'est aussi une des premières communes par une charte accordée en 1200 par Philippe Auguste et une ville religieuse importante jusqu'à la Révolution avec les couvents des Dominicaines, des Capucins et des Ursulines. Elle se transforme à l'époque contemporaine en une ville industrielle marquée depuis le début du XXème siècle par la construction automobile avec successivement les marques Grégoire, Matford, Ford France, Simca, Chrysler, Talbot et PSA Peugeot Citroën.

Elle est aujourd'hui l'un des pôles industriels des Yvelines et la sixième ville du département par sa population.

Tout savoir sur l'histoire de Poissy, la brochure du Syndicat d'Initiative téléchargeable :

lien : http://www.poissy-tourisme.fr/files/uploads/file/BROCHURE%20REDUITE%20POUR%20WEB.pdf

La place de la République et sa fontaine

La place de la République et sa fontaine

La collègiale Notre-Dame et Saint-Louis

La collègiale Notre-Dame et Saint-Louis

L'intérieur de la collègiale

L'intérieur de la collègiale

Les fonds baptisimaux de Saint-Louis
Les fonds baptisimaux de Saint-Louis

La collégiale Notre-Dame de Poissy a été fondée par le roi Robert le Pieux autour de 1016, mais de l'église du XIIe siècle, seul le clocher-porche occidental subsiste. En effet, la collégiale a été reconstruite à partir du début du XIIIe siècle, et notamment entre 1130 et 1160, dans le style roman tardif, puis ultérieurement dans le style gothique primitif, qui se manifeste dans les parties orientales. Le futur Louis IX (Saint Louis) y fut baptisé, quelques jours après sa naissance à Poissy, le 25 avril 1214. Cet événement fait la célébrité de l'église, et les fonts baptismaux de cette époque y sont toujours conservés. Sous tout l'Ancien Régime, un chapitre de chanoines a son siège dans l'église, et assure longtemps le service paroissial. Il est dissous à la Révolution, et l'église est fermée au culte, pour n'ouvrir de nouveau qu'en 1802. L'appellation de collégiale n'est désormais plus qu'une référence au passé. Au début du XIXe siècle, l'église tombe en ruine, et sa restauration par les architectes municipaux n'est pas un succès. Bien que manquant singulièrement d'homogénéité en raison de remaniements de différents styles qui ne sont souvent que très ponctuels, elle est classée monument historique par liste de 18401, puis sa restauration est confiée à Eugène Viollet-le-Duc. Celui-ci se voit obligé de presque tout refaire à neuf, notamment les parties remontant au XIIe siècle. Dans un premier temps, il se montre respectueux de l'authenticité du monument, reconstitue scrupuleusement son architecture d'origine et réemploie les chapiteaux et bases. Puis à partir de 1861, il s'éloigne du parti initial et invente librement, et sacrifie notamment tous les éléments postérieurs au XIIe siècle dans les parties anciennes de l'église. Ainsi la collégiale Notre-Dame devient peu à peu un édifice néogothique, et à l'extérieur, seul les deux clochers et les deux portails flamboyants au sud sont authentiques.

Le bestiaire des gargouilles de la Collégiale :

Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm
Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm

Un conseil pour voir les gargouilles, équipez-vous de jumelles. Images réalisées ci-dessus au 300 mm

Une visite à Poissy, ville royale

Le marché aux bestiaux :

Si on ne connaît pas précisément son origine, on sait qu’il date du début du Moyen Âge. Il a pris fin en 1867, quand Napoléon III a créé le marché de La Villette, beaucoup plus proche de Paris.

Concentré sur l’actuelle place de la République qu’il faut l'imaginer sans l’hôtel de ville, ni les constructions de 1992, le cinéma par exemple, ce marché était destiné à alimenter les boucheries de Paris et de la région. «Les animaux arrivaient à pied d’un peu partout (Normandie, Picardie, etc.). Ils allaient boire dans la Seine, il y avait un abreuvoir près du vieux pont. La ville était entourée d’un muret et les bêtes entraient par les différentes portes, dont celle de Paris qui se trouvait au niveau de l’octroi. Des personnes étaient chargées de compter les bêtes à leur arrivée.On parle de 3000 bœufs, 1000 veaux et 8000 moutons. Poissy comptait environ 3000 habitants à l’époque. On n’imagine pas ce que cela pouvait être, en terme de bruit, d’odeurs et de pollution !»

Le marché aux bestiaux en 1825, lithographie de Janillon et l'actuelle place de le Répbublique

Le marché aux bestiaux en 1825, lithographie de Janillon et l'actuelle place de le Répbublique

Le pavillon d'octroi,1832, Syndicat d'Initiative actuel depuis 1982Le pavillon d'octroi,1832, Syndicat d'Initiative actuel depuis 1982

Le pavillon d'octroi,1832, Syndicat d'Initiative actuel depuis 1982

Le Pavillon d'Octroi de Poissy : la porte de Paris :

En 1821, Antoine Faron, Maire de Poissy, propose l’agrandissement du marché aux bestiaux.

Ce projet d’extension comprenait la construction d’une nouvelle halle aux veaux, d’un bâtiment de deux étages pour la Caisse de Poissy avec logement pour le personnel administratif du marché (actuel Conservatoire de Musique et de Danse), de bâtiments annexes (bergerie, magasins, abattoirs) et d’un pavillon d’octroi.

Construit par l’architecte Auguste Goy Porte de Paris à la jonction de la rue du Grand Marché et de la rue de Paris, (devenue rue du Général-de- Gaulle), ce nouveau pavillon était flanqué de deux grilles fermant les deux rues et ceint de bornes circulaires en granit reliées entre elles par des barres de fer afin de protéger le bâtiment de l’atteinte des bœufs et de l’approche des voitures.

Le tracé probable du mur d'enceinte de la ville construit après 1222

Le tracé probable du mur d'enceinte de la ville construit après 1222

Le mur d'enceinte de Poissy dit "Phlippe Auguste" :

Le mur d'enceinte de la ville de Poissy est construit sous l'époque de Philippe Auguste. Ce n'est pas à proprement dire une muraille de défense, mais un mur de protection et d'obligation de réglement de la taille en passage par le pavillon de l'octroi situé sur la route de Paris (actuellement l'Office de Tourisme de la ville)

L'article 4ème de la lettre de Philippe Auguste accordant à ¨Poissy, Triel et Saint-Léger-en-Laye le droit de commune : "Quiconque viendra, pour le marché, dans l'enceinte des murs, sera troublé par qui que ce soit, ni à l'aller, ni au retour, à moins que débiteur ou garant d'une dette, ou que coupable d'un délit, il ne soit pour de fait, succeptible d'arrestation."

Quand parut la charte déclarant Poissy commune affranchie, Louis IX, futur Saint-Louis, n'avait que 9 ans.

En 1733, l'adjudicateur des droits de Tarif pour le paiement de la taille se plaignait que des habitants avaient établi les uns des jardins, les autres des bouveries, d'autres des bâtiments le long des murs auxquels il s'était opéré des brêches dans le mur d'enceinte.

L'ancien pont de pierre

L'ancien pont de pierre

Gravure et photographies anciennes de l'ancien pontGravure et photographies anciennes de l'ancien pontGravure et photographies anciennes de l'ancien pont

Gravure et photographies anciennes de l'ancien pont

L'histoire du Vieux Pont de Poissy commence avant le XIIIème siècle. Le lit de la Seine était alors plus large que de nos jours, les rives plus basses et plus herbeuses.

Surmonté de quatre moulins, il comptait jusqu'à trente-sept arches. Il est fortifié au XVIIème siècle, doté d'un pont-levis et, à chacune de ses extrémités, une solide porte est ouverte et fermée à heures fixes. Comme la plupart des ouvrages similaires de l'époque, le pont de Poissy était à péage, tant dessus que dessous.

Le pont a été endommagé par les anglais en 1944.

Tout savoir sur le vieux pont de Poissy :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ancien_pont_de_Poissy

La distillerie Noyau de Poissy :

La dernière distillerie artisanale historique d'Ile-de-France

Les alambics de cuivre de la distillerieLes alambics de cuivre de la distillerieLes alambics de cuivre de la distillerie

Les alambics de cuivre de la distillerie

Une visite à Poissy, ville royale

Historique de la distillerie :

Le Noyau de Poissy :

Ce pilier de la gastronomie francilienne recèle de nombreux secrets…

Quelques historiens mentionnent l’apparition du Noyau de Poissy à la fin du 17ème siècle… quand il vint l’idée à une aubergiste de faire macérer des noyaux d’abricots dans de l’eau de vie de Gascogne née à peine quelques décennies plus tôt.

Une recette qui n’a cessé de plaire depuis, transmise de génération en génération et toujours fidèle à ses origines pisciacaises.

Au tout début du 20ème siècle, notre Noyau de Poissy « Gobelet d’argent » aux saveurs de frangipane vît apparaitre une concurrente de taille : Le Noyau de Poissy « sceau de saint-Louis ».

Aujourd’hui, nos deux liqueurs rescapées d’un combat sans merci entre les marques Duval et Dumont se sont réconciliées et ont même eu la joie d’accueillir leur nouvelle petite sœur : la Liqueur de Paris…

Les Noyaux de Poissy et la Liqueur de Paris bénéficient du label "Saveurs Paris Ile de France".

La guerre des noyau : vrai ou véritable noyau ?

La guerre des noyau : vrai ou véritable noyau ?

La liqueur de Paris, la Corbeille d'Argent et la liqueur de Saint-LouisLa liqueur de Paris, la Corbeille d'Argent et la liqueur de Saint-LouisLa liqueur de Paris, la Corbeille d'Argent et la liqueur de Saint-Louis

La liqueur de Paris, la Corbeille d'Argent et la liqueur de Saint-Louis

Une visite à Poissy, ville royale
Publicité "Noyau de Poissy" sur les quais de Paris

Publicité "Noyau de Poissy" sur les quais de Paris

La boutique

La boutique

Merci à Luc pour sa passionnante visite de la distillerie.

La Villa Savoye de l'architecte Le Corbusier : 50ème anniversaire 1887-1965

Une visite à Poissy, ville royale
Une visite à Poissy, ville royale

La Villa Savoye en chiffres :

1928 : Pierre Savoye et son épouse choisissent Le Corbusier pour la construction de leur maison de week-end. La construction d'une « boîte sur pilotis » est acceptée par les propriétaires.

1928 : Début de la construction.

1931 : Les Savoye emménagent. Des travaux de reprise de l'étanchéité et du chauffage sont nécessaires.

1940-1945 : La maison est occupée par les Allemands puis les Alliés et se retrouve gravement endommagée.

1958 : La ville de Poissy exproprie les Savoye pour construire un lycée sur une partie du terrain. Il est envisagé de démolir la villa.

1962 : La ville cède la villa à l'État qui prend des mesures conservatoires.

1963 : Début de la restauration générale de la villa par l'architecte Jean Dubuisson, puis par Jean-Louis Véret entre 1985 et 1992.

1997 : la villa est ouverte au public.

Une visite à Poissy, ville royale

Le Musée du Jouet :

Plongez dans l’univers de l’enfance au musée du Jouet de Poissy. Un musée qui fera la joie de toute la famille. L’occasion de découvrir une autre époque à travers des jeux anciens : poupées de porcelaine, dînettes, bateaux et voitures à pédales, peluches et marionnettes ou encore lanternes magiques…

Vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

PSA : 76 ans dans le monde automobile

- 1500 automobiles par jour

- 5868 personnes en juillet 2015

- 171 hectares

- 600.000 M2 d'ateliers

http://www.poissy.psa.fr/index.php?id=417

Quelques dates :

1937 : La Ford Motor Company annonce son intention de quitter l'usine Mathis de Strasbourg et de s'installer à Poissy pour y réunir tous les services de fabrication et de montage ainsi que la direction générale et les services administratrifs3 de Ford-SAF. La capacité prévue est très importante pour l’époque. Il s’agit de produire 150 véhicules par journée de 8 heures.

1938 : Ouverture du chantier de l’usine Ford-SAF sur un terrain en bordure de Seine de 240 000 m2.

1946 : La production des véhicules de tourisme reprendra avec la fabrication des Ford V8-F472 à moteur V8 2,2 L, identique au modèle 13 CV Matford d'avant-guerre. C'est le premier véhicule particulier fabriqué à Poissy. La production des camions reprendra avec le modèle Ford F698W de 5 tonnes dit Poissy.

1949 : Lancement de la fabrication de la Vedette. Poissy possède un montage final et exécute entièrement l'usinage des moteurs, boîtes et ponts tout le reste est acheté. Les caisses de Vedette proviennent de l'usine Chausson d'Asnières. Le début des années 1950 est difficile sur le plan économique. Les ventes de la Vedette ne décollent pas. La Ford Motor Company repositionne ses intérêts européens, en Allemagne et en Grande-Bretagne, et cherche un repreneur pour Poissy.

1954 : SIMCA devient Simca SA et rachète le constructeur Ford-SAF

1955 : Début du chantier du « Grand Poissy » : la surface des ateliers de l’usine Simca passe de 91 000 m² à 180 000 m².

1961 : Lancement de la Simca 1000. Énorme succès, qui durera jusqu'en 1978. Fiat cède la majorité du capital à Chrysler car, au terme des accords avec Michelin et le gouvernement français, il doit racheter Citroën.

1970 : Chrysler Corporation porte sa participation à 99,3 %, Simca devient Chrysler France.

1976 : Fusion de Peugeot SA et de Citroën SA : création de PSA Peugeot Citroën.

1978 : 27700 salariés

1980 : La marque Simca est abandonnée à la fin du millésime. Elle appartient toujours au groupe PSA Peugeot Citroën.

1986 : La fabrication des modèles Talbot cesse

1992 : Début de la production de la 306.

2005 : En mai, l'usine comptait 8300 salariés auxquels s'ajoutaient plus de 900 intérimaires,

2006 : Montée en régime de la Peugeot 207 parallèlement à la Peugeot 206.

2007 : Production de la 1007 et de la 207 (berlines et SW). 273 000 véhicules produits.

2009 : Fin de la production de la 1007. production de la 207 restylée, de la DS3 et de la nouvelle C3.

2011 : Fin de la production de la 207 SW à Poissy.

2012 : Fin de la production de la 207 à Poissy. Mise en production de la Peugeot 208.

2013 : Lancement commercial de la Citroën DS3 Cabrio.

Le parc Meisonnier, le pigeonnierLe parc Meisonnier, le pigeonnierLe parc Meisonnier, le pigeonnier

Le parc Meisonnier, le pigeonnier

Le parc du château de Villiers :

Le château de Villiers, la mini-ferme vaches, moutons et poules, canards ...Le château de Villiers, la mini-ferme vaches, moutons et poules, canards ...Le château de Villiers, la mini-ferme vaches, moutons et poules, canards ...

Le château de Villiers, la mini-ferme vaches, moutons et poules, canards ...

Office de Tourisme de Poissy : 132, rue du général de Gaulle 78300 Poissy

Tél. : 01 30 74 60 65 Lien : http://www.poissy-tourisme.fr

Lien Wikipédia Poissy : https://fr.wikipedia.org/wiki/Poissy

Collégiale Notre-Dame : 8, rue de l'Eglise 78300 Poissy

Tél. : 01 39 65 08 03 ouverture T. les J. de 8 à 12 H et de 14 à 19 H

Musée du Jouet : 2, enclos de l'Abbaye 78300 Poissy

Tél. : 01 39 65 06 06

ouvert du mardi au dimanche de 9 H 30 à 12 H et de 14 à 17 H 30

Villa Savoye Le Corbusier : 82, rue de Villiers 78300 Poissy

Tél. : 01 39 65 01 06 T les J sauf lundi 10 à 17 H, mai à août 18 H,, fermé jours fériés

Distillerie du Noyau de Poissy : 105, rue du général de Gaulle 78300 Poissy

Tél. : 01 39 65 20 59 Site : http://www.noyaudepoissy.com

ouvert du lundi au samedi sur réservation.

Messagerie : noyaudepoissy@noyaudepoissy.com

Site Liqueur de Paris : http://www.liqueurdeparis.com

Lien Wikipédia Le Corbusier : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Corbusier

Partager cet article

Repost 0

commentaires