Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

9 juin 2022 4 09 /06 /juin /2022 06:37

 

Manifeste ORLAN

Corps et sculptures

***

du 8 avril au 28 août 2022

 

Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin
Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin
Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin

 

Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin

 

Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin

 

MesuRage d'Orlan

 

Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin

 

Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin
Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin
Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin

ORLAN biographie de l'artiste :

Mireille Porte, dite Orlan, pseudonyme qu'elle écrit « ORLAN » en lettres capitales, est une plasticienne transmédia et féministe française, née le  à Saint-Étienne. Elle vit et travaille entre ParisNew York et Los Angeles.

Elle pratique la peinture, la sculpture, la photographie et la vidéo, et réalise des installations et des performances. Elle utilise également les médias numériques, la robotique, l'intelligence artificielle et les biotechnologies.

Née en 1947, Mireille Suzanne Francette Porte, dite Orlan, est une artiste s'exprimant à travers différents supports : peinturesculptureinstallationsperformancephotographie, images numériques, intelligence artificielle, robotique, réalité augmentée, biotechnologies. En tant que performeuse, c'est une des artistes françaises de l'art corporel. Son œuvre se situe dans divers contextes provocateurs, légitimée par son engagement personnel..

Dès les années 1960 et 1970, Orlan interroge le statut du corps et les pressions politiques, religieuses, sociales, traditionnelles qui s'y inscrivent. Son travail dénonce la violence faite aux corps et en particulier aux corps des femmes, et s'engage ainsi dans un combat féministe. Elle fait de son corps l'instrument privilégié où se joue notre propre rapport à l'altérité. Ce travail d'Orlan sur le corps se fait notamment par le biais de la photographie. En 1976, par exemple, elle parcourt les rues parée d'une robe sur laquelle est représenté son corps nu. Dans la même période, au Portugal, elle propose sur un marché des photos collées sur bois et détourées correspondants à des morceaux d'elle-même : Un bras, un bout de poitrine, etc.5. En 1977, lors de la Foire internationale d'art contemporain (FIAC), au Grand Palais à Paris, elle est vêtue de son torse représentant là encore une photo d'elle, nue, des épaules au bas du bassin, et propose, aux visiteurs, pour une somme modique à glisser dans une fente prévue à cet effet, un Baiser de l'artiste5,8.

En 1978, elle crée le Symposium international de la Performance, à Lyon, qu'elle anime jusqu'en 1982. Son manifeste de « l'art charnel » (Carnal Art Manifesto) est suivi d'une série d'opérations chirurgicales - performances qu'elle réalise entre 1990 et 1993. Avec cette série, le corps de l'artiste devient un lieu de débat public. Ces opérations chirurgicales - performances ont été largement médiatisées et ont provoqué une vive polémique, bien qu'elles ne représentent qu'une infime partie de son œuvre intégrale5.

Orlan explore également l'utilisation des nouvelles technologies dans le domaine des arts.

En 1982, avec Frédéric Develay, elle crée le premier magazine en ligne d'art contemporainArt-Accès-Revue, sur minitel9. Cette revue10 convie des artistes internationaux travaillant in situ et/ou avec des problématiques conceptuelles à créer des œuvres originales spécialement conçues sur Minitel, par le Minitel et pour le Minitel. De nombreuses œuvres jouent avec le style graphique Vidéotex ou imitent de manière ironique les services Minitel (Bernard VenetVera MolnarBenFrançois MorelletDaniel Buren…). Les œuvres sont accompagnées d'essais critiques. Le service donne également régulièrement la parole au public. Une présentation publique de cette banque de données a eu lieu au Centre Georges Pompidou dans le cadre de l'exposition Les immatériaux de Jean-François Lyotard. Le service Art-Accès a été distribué gratuitement par le serveur de la Ville de Metz : MIRABEL10.

Dans son travail de la fin des années 1990 et du début des années 2000, les Self-Hybridations, l'artiste, par le biais de la photographie numérique et des logiciels de retouches infographiques, hybride des visages de cultures différentes (amérindiens, pré-colombiens, africains)5.

Orlan tente ensuite d'élargir encore les frontières de l'art contemporain en utilisant les biotechnologies pour créer une installation intitulée Manteau d'Arlequin, faite à partir de cellules de l'artiste et de cellules d'origines humaine et animale.

Parallèlement, Orlan enseigne à l'École nationale supérieure d'arts de Cergy-Pontoise. En 2005, elle obtient une résidence d'un an à l'ISCP, à New York, par l'Association française d'action artistique (AFAA), et en 2006 elle est invitée à Los Angeles en résidence au Getty Research Institute, laboratoire de recherche du Getty Center.

En , elle porte plainte contre Lady Gaga pour plagiat. Pour Orlan, la star américaine, dans l'album Born This Way sorti en 2011, s’inspire trop librement de ses « hybridations ». De plus, le début du clip de la chanson homonyme montre Lady Gaga fardée et décapitée et rappelle sa Femme avec tête exécutée en 1996. L'artiste demande un dédommagement de 31,7 millions de dollars. L'audience de plaidoirie avait été fixée au  au tribunal de grande instance de Paris. Un premier verdict est annoncé en la défaveur d'Orlan qui doit alors verser 20 000 euros à la chanteuse, mais l'artiste décide de faire appel. En mai 2018, la cour d'appel de Paris déboute Orlan en confirmant l'absence de caractère parasitaire du clip vidéo incriminé. Orlan est condamnée à verser 10 000 euros, au titre des frais exposés, à Lady Gaga.

Elle reçoit le grand prix de l'e-Réputation 2013, organisé par Alexia Guggémos catégorie arts plastiques, qui récompense les personnalités les plus populaires sur internet, aux côtés de Philippe Starck et Yann Arthus-Bertrand.

Depuis le , Orlan est représentée en France par la galerie Ceysson & Bénétière à Paris.

En 2019, elle est membre du jury du Opline Prize, le premier prix d'art contemporain online.

Pendant le confinement lié à la pandémie de Covid-19, elle écrit son autobiographie, Strip-Tease tout sur ma vie tout sur mon art, publiée par Gallimard dans la collection Témoins de l'art.

Le 29 novembre 2020, elle est décorée de l' Ordre national de la Légion d'honneur au rang de Chevalière par Madame la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

Sources : Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Orlan

Site officiel : https://www.orlan.eu/

La suite de la visite :

 

Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin
Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin
Les Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juinLes Abattoirs de Toulouse Exposition Orlan en juin

Les Abattoirs de Toulouse :

 

Un peu d'histoire :

En 1823, la ville de Toulouse décide de regrouper ses différents abattoirs sur un site unique. C’est l’architecte Urbain Vitry qui est chargé, en 1825, du projet d’architecture du bâtiment. La composition d'Urbain Vitry est typique de l’adaptation du plan basilical aux nouveaux programmes architecturaux du début du XIXème siècle. C’est donc la monumentalité, la simplicité du langage néoclassique, le rationalisme du plan, la symétrie et la terminaison en hémicycle qui confèrent à ce bâtiment un niveau d’abstraction supérieur à celui d’un édifice utilitaire classique. L’activité des abattoirs se poursuivra jusqu’en 1988 et son architecture fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 mars 1991.

Aux portes de l'ancienne muraille de Toulouse :

 

Plan du centre historique de ToulousePlan du centre historique de Toulouse
Plan du centre historique de ToulousePlan du centre historique de Toulouse

Plan du centre historique de Toulouse

L'ancienne muraille de Toulouse et ses restes
L'ancienne muraille de Toulouse et ses restesL'ancienne muraille de Toulouse et ses restes
L'ancienne muraille de Toulouse et ses restesL'ancienne muraille de Toulouse et ses restes

L'ancienne muraille de Toulouse et ses restes

 

Toulouse : armoirie "De gueules à la croix cléchée, vidée, pommetée de douze pièces d'or, sur une vergette

du même, accompagnée en pointe d'un agneau passant d'argent, la tête nimbée, contournée, brochant sur la vergette, la croix accostée à dextre d'un château d'argent, et à sénestre d'une basilique du même, au chef de France".

 

Partager cet article
Repost0

commentaires