Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 18:42

 

"Saint-Véran, le pays où le coq picore le étoiles"

Saint-Véran, beau village du Queyras

Une visite à Saint-Véran, plus haut village d'Europe

Saint-Véran, beau village du Queyras

Saint-Véran, une histoire d'altitude :

 

Saint-Véran est la commune la plus haute de toute l'Europe avec une altitude de 2040 mètres.

Son histoire est très ancienne, et plus vieille que sa légende du VIème siècle : L'hermite de Cavaillan Véran (ou l'évèque de Cavaillon ), chassant le dragon dont le sang perdu, ici ou là, fît naitre six villages du nom de Saint-Véran dans toute la Provence, ponctuant de grandes voies de transhumance et qui vint mourir sur les pentes de Beauregard.

Les Romains ont été présents ici : la mine de cuivre (1), la voie impériale au col de Blanchet en attestent leur passé lointain.

Le Queyras est français depuis le XIVème siècle; soit 400 ans de plus que la Savoie.

Quatre vallées italiennes proches, tout comme le Queyras, bénéfirons, dès 1343, d'un régime de démocratie locale : "la République des Escartons", concédé par le Dauphin.

La Révolution française, uniformant le droit, fît disparaitre cette conquète populaire. puis les armées de Napoléon passèrent par là.

Le peuplement de la région se fît au Moyen-Age sur les  pentes ensoleillées et fertiles, malgré le long hiver, sur les pentes défrichées des forêts de l'Adret. La population, dans une France rurale alors très peuplée, atteignit jusqu'à 1000 habitants, 540 en 1906, 260 aujourd'hui.

Il y eut des catastrophes dans l'histoire du village et sa région, comme dans beaucoup d'autres régions : épidémie de peste noire en 1350 et plusieurs incendies, dont celui de1526, qui brûla tous les quartiers du centre du village, les crues de 1957, les famines qui eurent lieu jusqu'au XVIIIème : 1785, 1792, et jusqu'en 1847. Les guerres de religion où dans cette région, les protestants furent nombreux, créèrent des combats fraticides entre 1550 et 1750. Ces combats virent le départ d'un tiers des Queyrassins, après la révocation de l'édit de Nantes en 1685, vers la Suisse.

Plus près de notre période, la Seconde Guerre Mondiale qui ravagea en 1944 Abriès et Ristolas, épargna Saint-Véran.

Au XIX et au XXème siècle, l'histoire fut surtout construite autour du changement économique et social. L'ouverture de la route en 1856 brisa l'isolement, mais l'exode rural s'accéléra vers Toulon, Marseille, ainsi que vers Lyon et Grenoble.

La modernisation agricole en 1950 et 1960, l'électricité en 1928, le téléphone en 1929, l'eau au robinet dans les années 1950, le tourisme (le premier hôtel date de 1934; le premier téléski en 1936, ne ralentissèrent malheureusement pas l'exode rural.

Vers 1960 la population se stabilise heureusement.

En 1977, les 8 communes se regroupent en Parc Naturel Régional avec une partie de Guillestre et Eygliers.

 

Plan du village de Saint-Véran

Plan du village de Saint-Véran

Traditions locales :

 

Les maisons :

 

 

"La fai bun basti de la peyra de soun luo". Il fait bon bâtir avec les pierres de son pays (proverbe briançonnais).

Les maisons traditionnelles de Saint-Véran, au nombre d'une centaine, constituent en Europe un modèle d'architecture. Elles sont si caractéristiques qu'elles ont été décrites dans les grands ouvrages d'archtecture rurale et que, dans certaines exposiitions nationales, comme en 1925, à Grenoble, des xemplaires ont été démontés pour les présenter au public.

Ce sont ces maisons qui servaient à la fois d'habitation, d'écurie et de stockage des récoltes. Le mélèze ici abondant domine sur un soubassement de pierres. Le bâtiment est de volume important, profitant de la pente et s'ouvrant sur le sud-ouest.

La fuste, du latin fustis; poutre, bois.

Sa partie en troncs de mélèze laisse passer l'air dans les étages pour sécher le foin dans les étages pour sécher le foin et dans les balcons pour aérer la récolte de grains.

Sa toiture est en bordeaux de mélèze; On faisait entrer le foin par une porte de grange, profitant de la pente, à l'arrière de la maison.

Son rez-de-chaussée abrite l'écurie, où l'hiver, les habitants couchaient dans des lits clos à côté des bêtes.

Le caset, une sorte d'aile en pierre abritait la cuisine, la fougagno, la resserre à pain, un establot pour les brebis et une ou deux chambres, chambrouns, pour l'été.

Autrefois en retrait par rapport à la fuste, le caset a été parfois intégré, au XXème siècle, dans la façade. Les murs sont épais, les fenêtres petites pour se protéger du froid. La toiture du caset est en lauzes de schiste.

Les plus anciennes maisons datent du XVIème siècle. Les dates des linteaux sont celles de la construction d'origine ou de la rénovation. L'habitat familial s'est transformé au XXème siècle pour améliorer le confort et afin de faire la place aux toiristes. L'agriculture n'est plus la clef, le foin n'est plus dans les fustes et le bétail n'est plus dans les habitations où il apportait un peu de chaleur l'hiver.

Les matériaux les plus divers sont arrivés dans l'habitat : tôle, zinc, ciment, plastique.

Il n'existe plus aujourd'hui que quelques spécimens authentiques, non pas de l'habitat d'autrefois, car il a toujours évolué, mais de celui qui caractérisait, avec une grande unité pendant plus de deux siècle au moins, le village et ses hameaux.

Avec l'oeil du connaisseur, on retrouvera les volumes et les visages anciens.

Saint-Véran, beau village du Queyras

Les cadrans solaires de Saint-Véran :

 

Le cadran solaire était le moyen de lire l'heure dans une région où le soleil luit 300 jours par an. 9500 sont répertoriées en France.

Entre 1860 et 1960, elle furent abandonnées. Depuis, elles réaparaissent avec des artistes comme Rémy Potey, relaient le célèbre italien Giovanni Zarbula, qui vers 1850, décora tant de façades dans la région et en Italie.

Sur les cadrans, des morales rappelaient que le soleil se lève pour tous "Lou ouvey se leva per tuiches", Je sers le hommes, servez Dieu (1833 et 1980), "Je mesure le temps, image mobile de l'immobile éternité", "Toutes les heures blessent, la dernière tue"

Les cadrans solaires de Saint-VéranLes cadrans solaires de Saint-VéranLes cadrans solaires de Saint-Véran
Les cadrans solaires de Saint-Véran

Les cadrans solaires de Saint-Véran

Saint-Véran, beau village du Queyras

Les croix ornées des instruments de la Passion :

 

Les croix ont été érigées par des missions catholiques entre 1920 et 1968 et surmontées d'un coq "Le coq chantera trois fois" pour les reniement de Pierre.

En fait, cela les textes : Mt 26,34. "Jésus lui dit: En vérité, Je te le dis, cette nuit même, avant que le coq chante, tu Me renieras trois fois".( Cf. Évangile selon saint Matthieu Chapitre XXVI)

Cela explique peut-être la devise d'aujourd'hui " Saint-Véran, là où le coq picore les étoiles"

Une des croix ornées du centre du village

Une des croix ornées du centre du village

L'église Saint-Véran :

Histoire de l'église :

Détruite pendant les guerres de religion, l'église de Saint-Véran a été reconstruite au XVIIème siècle. Deux colonnes finement sculptées reposant sur deux lion stylophoress, que l'on retrouve à Guillestre et Abriès, soutiennent son porche en bois. Son décor intérieur est riche en sculptures et en statues. Elle est inscrite au titre des Monuments Historiques depuis le 8 mai 1973.

Architecture :

Construite au XVIIème siècle en forme de temple, son architecte était prorestante, sans abside, ni clocher,, au lendemain de la destruction du précédent édifice par les huguenots, l'église de Saint-Véran conserve quelques motifs architecturaux de cette première époque dont les lions porte-colonnes du porche d'entrée et, à l'intérieur du bâtiment, plusieurs colonnes, chapiteaux et bénitier. Dotée en1838 du clocher actuel, l'église de ce village abrite autour d'une nef de trois travées et un chœur, un très beau mobilier baroque dont un retable de 1684 sculpté par des artistes transalpins (encadrant un Christ en croix), des vitraux du XIXème siècle, une tribune et de nombreuses statues (Saint-Véran, Saint-Joseph, le Curé d'Ars, Saint-François, la Vierge) ou autels de bois. Le cimetière se trouve dans la partie sud de l'édifice, dominant la vallée..

L'église Saint-Véran

L'église Saint-Véran

Les fontaines de Saint-Véran :

 

Les fontaines deservaient chaque quartier. Toutes étaient fabriquées sur le même modèle : un rectangle ( Batchass) où le femmes lavaient le linge à l'eau froide et le cylindre (la tine) était destiné à faire boire les bêtes. L'adduction d'eau a été installé à Saint-Véran vers 1950.

Les fontaines abandonnées ont été réhabilitées.

Les fontaines de Saint-Véran
Les fontaines de Saint-VéranLes fontaines de Saint-Véran

Les fontaines de Saint-Véran

Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché
Quelques images de ce beau village perché

Quelques images de ce beau village perché

Saint-Véran, beau village du Queyras

(1) Les anciennes mines de cuivre de la région de Saint-Véran :

Au temps des romains :

Les Romains connaissaient la mine de cuivre de Saint-Véran. En témoigne la monnaie d'Antonin-le-Pieux (empereur romain de 138 à 161 après J.-C.) trouvée à l'entrée d'une galerie. L'affleurement préhistorique étant épuisé, il a fallu creuser des galeries de plus en plus basses pour atteindre le filon qui s'enfonce dans le sol pratiquement à la verticale.

Saint-Véran, beau village du QueyrasSaint-Véran, beau village du Queyras
Saint-Véran, beau village du Queyras

On imagine la difficulté de ce travail en pleine montagne, à 2400 m d'altitude, dans le froid, la neige, la glace, notamment en début ou en fin de saison, et la difficulté d'évacuation du minerai vers la vallée, à dos d'homme sans doute, de mulet peut-être. On s'interroge aussi sur les conditions d'existence des ouvriers.   S'agissait-il d'une main-d'œuvre recrutée sur place ? Quelle était alors l'importance du village qui deviendrait un jour Saint-Véran ? S'agissait-il d'une main-d'œuvre importée ?

 

Situation de l'ancienne mine de cuivre : cette mine se situe entre la chapelle Sainte-Elisabeth et le chapelle du Clausis (voir carte IGN au 1/25.000ème ci-dessous).

La mine de cuivre de Saint-Véran témoigne de la riche géologie du territoire. Il y a 150 millions d'années, de riches dépôts en minerai se sont formées autour de sources hydrothermales dans les failles sous-marines. Le Queyras est pauvre en gisement minier et le cuivre, l"amiante et l'ophiolite ont été les seules ressources minérales exploitée du territoire. De nombreux outils ont été retrouvés dans la mine de Clausis. des maillets ont servi à dégager le cuivre, or rouge, des moindres failles de la roche. il était recherché pour la fabrication des bijoux. Par la suite, d'autres métaux ont été rajoutés au cuivre afin d'en améliorer la qualité.

La mine a été expoitée jusqu'en 1970 malgré un accident en 1957

La carte IGN 1/25.000 3637 OTR

La carte IGN 1/25.000 3637 OTR

Au cœur du Parc Régional du Queyras, Saint-Véran, plus haut village d'Europe, s'étale entre 1990 et 2040 mètre d'altitude sur un versant herbeux de la montagne de Beauregard. Entièrement construit en bois et en pierre, il offre un caractère architectural original, avec ses chalets, ses fontaines, ses greniers de fourrage, ses Croix de la Passion et ses cadrans solaires.

Il doit son nom à Saint-Véran, évêque de Cavaillon, qui, au VIème siècle, délivra les campagnes d'un dragon qui terrorisait le pays. Il blessa le monstre qui vint s'abattre sur la montagne de Saint-Véran.

Le travail du bois dans le village

L'atelier d'une artiste

 

Atelier de sculpture sur bois "L'Arolle"Atelier de sculpture sur bois "L'Arolle"

Atelier de sculpture sur bois "L'Arolle"

L’AROLLE, Sculpture sur bois Tél. : 04 92 45 29 40

Courriel : rf.egnaro@sioberutplucs sculpturebois@orange.fr

Une randonnée dans Saint-Véran et sa région :

Une randonnée du jour, 5 juillet 2016, au sud-est de Saint-Véran, jusqu'au Pont-Vieux, 1953 mètres

Une randonnée du jour, 5 juillet 2016, au sud-est de Saint-Véran, jusqu'au Pont-Vieux, 1953 mètres

Sources randonnée : Carte IGN 1/25.000ème 3637 OTR : Mont Viso Saint-Véran Aiguilles-en-Queyras Parc naturel régional du Queyras Carte touristique & de randonnée Logiciel Openrunner

Bonne visite !

Sources et bibliographie :

Site Wikipédia Saint-Véran : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-V%C3%A9ran

Les beaux villages de France, Saint-Véran : Office de Tourisme de Sant-Véran : http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-veran-0

Lien site Office de Tourisme : http://www.france-voyage.com/villes-villages/saint-veran-18543/office-tourisme-saint-veran-6988.htm

Sources documentation Saint-Véran "Le pays où le coq picore les étoiles" Guide Visite : Grafimelo Mathieu Antoine : 04 92 23 12 10

TopoGuide " Le tour du Queyras" Parc naturel régional du Queyras, grande randonnée GR58 FFRandonnée Rél. 505 Lien site : http://www.ffrandonnee.fr

Merci à tous ces rédacteurs d'ouvrages documentés !

Voir aussi aux environs de Saint-Véran, la Demoiselle Coiffée: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/la-demoiselle-coiffee-de-chateau-ville-vieille-hautes-alpes.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires