Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 07:38
Le passage de Choiseul ou le passage Choiseul à Paris 2ème

Le passage Choiseul ou le passage de Choiseul est un passage situé à Paris dans le 2ème arrondissement dans le quartier Gaillon, non loin l'Opéra Garnier de la fontaine Gaillon.

Ses entrées se situent respectivement au niveau des :

23, rue Saint-Augustin, 40, rue des Petits-Champs et 40, rue Dalayrac (son entrée secondaire).

L'accès par le métropolitain le plus proche en est la station "4 septembre"

Sa longueur est de 190 mètres et sa largeur de 3,90 mètres en moyenne.

Sa longueur en fait un des plus longs des passages parisiens avec le passage du Caire aux allées plus ramifiées.

Le passage Choiseul fut édifié entre 1825 et 1827 à proximité des Grands Boulevards, alors très fréquentés, à l'initiative de la banque Mallet et Cie, en vue de réaliser une opération d'ordre spéculatif, comme c'est le cas plus de nombreux passages.

Les plans ont été dessinés par l'architecte François Mazois, mais celui-ci ne verra pas l'achèvement de son travail puisqu'il décède en 1826. La relève est assurée par Antoine Tavernier qui fut chargé de l'achèvement du passage.

Ce dernier dressa les plans du passage Sainte-Anne, permettant un accès depuis l'Est au passage Choiseul.

Le passage Choiseul, ainsi que le passage Saint-Anne, avec leurs façades intérieures et les toitures sur rue des immeubles 23, rue Saint-Augustin, 40, rue des Petits-Champs, 6 à 46 rue Dalayrac et 59, 61 rue Sainte-Anne, sont inscrits au titre des monuments historiques, par arrêté du 7 juillet 1974.

Les travaux du passage Choiseul :

La verrière du passage en mauvais état a été complétement restaurée en 1907, ce qui apporte une luminosité exceptionnelle dans l'édifice.

Le passage de Choiseul ou le passage Choiseul à Paris 2ème

Les restaurations du sol et de l'éclairage sont actuellement en cours.

Quelques vues du passage ChoiseulQuelques vues du passage ChoiseulQuelques vues du passage Choiseul

Quelques vues du passage Choiseul

Le lieu possède un passé littéraire :

  • Alphonse Lemerre, le premier éditeur des poètes Parnassiens possédait en effet sa boutique dans le passage au no 23,
  •  Louis-Ferdinand Céline y vécut enfant de 1899 à 1907, sa mère y tenant une boutique de « nouveautés » au no 67 puis à partir de 1904 au no 64. Il immortalisa le passage dans sa décrépitude en 1936 sous le nom de « Passage des Bérésinas » dans "Mort à crédit",
  • Le Théâtre des Bouffes-Parisiens  possède sa sortie secondaire dans le passage et contribue depuis son ouverture en 1857 à l'animation du passage.

De nombreux commerces, restaurants, bars et galeries artistiques occupent le passage Choiseul et animent ce lieu charmant.

Entres autres la boutique de fournitures artistiques Lavrut, depuis 1922, qui occupe le N° 52 du passage.

Le passage Choiseul, le 17 septembre 2016

Le passage Choiseul, le 17 septembre 2016

Le passage Sainte-Anne, du même achitecte :

Le passage Sainte-Anne, situé à quelques dizaines de mètres du passage Choiseul

Le passage Sainte-Anne, situé à quelques dizaines de mètres du passage Choiseul

Sources et bibliographie :

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_Choiseul

Images du 17 septembre 2016, Journées Européenne du Patrimone.

Le passage est ouvert du lundi au samedi de heures à 20 heures.

Fourniture d'artistes : Lavrut, 52, passage Choiseul 75002 Paris

Tél. : 01 42 96 95 54 Fax : 01 40 20 94 89 Courriel : contact@lavrut.com

Site : http://www.lavrut.com

Voir aussi article la liste des passages et galeries de Paris: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 20:22
L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016
La Galerie dorée de l'Hôtel de Toulouse

La Galerie dorée de l'Hôtel de Toulouse

Une visite guidée le samedi 17 septembre 2016 à l'Hôtel de Toulouse occupé par les bâtiments de la Banque de France depuis 1808, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2016.

 

Après avoir occupé successivement l'Oratoire du Louvre, la rue Saint-Honoré, et l'Hôtel Massiac rue d'Aboukir (1), la Banque de France rachète à l'Etat l'Hôtel de Toulouse.

Cet hôtel particulier avait été saisi comme bien national pendant la Révolution et hébergeait depuis 1793 l'Imprimerie Nationale.

 

Un parcours de découverte sur les missions et les actions de la Banque de France, sur l'or, la fabrication et le tri des billets de banque, puis un parcours historique et architectural au coeur de l'Hôtel de Toulouse en passant par sa splendide galerie dorée, bijoux de l'édifice.

 

.

 

 

La Banque de France , quelques chiffres :

12.269 salariés,

96 succursales

21 antennes économiques

73 bureaux d'accueil et d'information

12,9 milliards d'euros de fonds propres

18,9 milliards de billets en circulation, dont 41 % sont des billets de 20 euros pour une valeurs de 1083 milliars d'euros

6 milliards de billets fabriqués en zone euro en 2015, dont 2,8 milliards par la Banque de France fabriqués par une filiade présente dans le Puy-de-Dôme.

L'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits ChampsL'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits ChampsL'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits Champs

L'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits Champs

L'Auditorium suspendu, début de visiteL'Auditorium suspendu, début de visiteL'Auditorium suspendu, début de visite

L'Auditorium suspendu, début de visite

Les missions de la Banque de France. La technique et les billets

Les missions de la Banque de France. La technique et les billets

L'histoire des billets et sa lutte contre la contrefaçon

L'histoire des billets et sa lutte contre la contrefaçon

L'évacuation de l'or de la France en 1944

L'évacuation de l'or de la France en 1944

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

La pièce de 100 francs-or de Lucien Bazor, graveur :

Cette monnaie d'or, frappée entre 1935 et 1936, fut refondue quelques années plus tard sans avoir été mise en circulation. Elle traduit l'illusoire tentative de restauration de l'étalon-or de l'entre deux-guerres.

En 1929, le graveur Lucien Bazor représente une Marianne moderne aux cheveux courts. La garçonne incarne la figure mythique des Années Folles et l'icône de la mode.

Casquée de cuir, comme les aviateurs femmes, pionnières de l'émancipation féminine, Marianne ne laisse échapper aucun cheveux de son bonnet phrygien orné d'une aile et d'une cocarde.

La pièce 100 francs-or pesait 6,55 grammes conformément à la loi monétaire qui définissait le franc comme 65,5 milligrammes d'or. Elle avait un diamètre de 21 millimètres comme la pièce de 20 francs-or germinal (le napoléon)

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

L'or et la banque de France :

La Banque de France détient 2.435 tonnes d'or dans la souterraine qui est située à 27 mètres sous le niveau du sol.

Cet or constitue les réserves de la France et représente environ 80 milliards d'euros.

Tout l'or du monde et exploité depuis l'origine représente 150.000 tonnes qui représentent environ 9.000 mètres-cube (19,5 tonnes/m3). Il tiendrait dans un cube de 20 mètres de côté.

Quelques chiffres :

. Quantité totale d'or dans le monde référencée en 2011 : 150.000 tonnes,

. Production mondiale d'or en 2014 : 2860 tonnes.

. Premier producteur d'or dans le monde : la Chine, avec 16 % de cette production mondiale.

.1 gramme d'or est suffisant pour former un fil de 2.500 mètres de longueur et couvrir une superficie de 2 m2.

La Souterraine :

Sous le bâtiment moderne de la Banque de France se trouvent les réserves d'or de la France déposées dans ce lieu confidentiel.

La Souterraine fut construite entre 1924 et 1927. Sa construction fut décidée au lendemain de la guerre de 1914-1918 qui avait revélé la vulnérabilité des caves de l'Hôtel de Toulouse.

Elle fut creusée en galerie par 1200 ouvriers qui se relayèrent nuit en jour pendant 3 ans.

Elle est soutenue par 720 piliers et est protégée par de multiples encenites.

 

En 1932, l'écrivain Stefan Zweig obtint le privilège de visiter la Souterraine. Il en tira un récit de voyage "Besuch bei den Millaeden" qu'il publia dans le journal " Neue Freie Press" à Vienne.

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

La Souterraine :

Le coffre dit "de Fouché"

Le coffre dit "de Fouché"

Le coffre dit "de Fouché" :

Le coffre dit "de Fouché", selon la tradition, en acier bruni et bronze doré, possède une complexe serrure à secret. Le trou de la serrure est caché derrière un élément de décor de la porte de droite. Il est révélé en déplaçant  la branche de laurier qui se trouve en bas et à gauche de la porte. La clé doit être tournée et déplacée selon une séquense précise pour déverrouiller les pênes.

A l'intérieur du coffre se trouve dissimilé un compartiment secret à triple fond.

La Galerie Dorée et ses oeuvres d'art

La Galerie Dorée et ses oeuvres d'art

La Galerie dorée de l'Hôtel de Toulouse :

La Galerie dorée mesure 40 mètres de long pour 6,50 mètres de large et 8 mètres de haut.

Pour comparaison, la galerie des glaces du château de Versailles mesure 80 mètres et 10 mètres de large.

Elle fut contruite entre 1635 et 1840 par François Mansart pour le secrétaire d'Etat de Louis XIII, Louis Phélypeaux de la Vrillière.

Elle fut entièrement redécorée entre 1714 et 1719 par l'architecte Robert de Cotte et le sculpteur Louis-Antoine Vassé, après le rachat de l'hôtel par le Comte de Toulouse.

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

Un peu d'histoire ;

Sur les terrains libérés par la démolition de l'ancienne enceinte Charles V, Louis Phélypeaux de la Vrillière, secrétaire d'Etat le Louis XIII, demanda à l'architecte François Mansart de lui construire un hôtel particulier avec cour et jardin, comportant une galerie de 20 toises de long (40 mètres) ave l'extrémité en encorbellement au-dessus de la rue. Sur les murs de la galerie était disposés dix toiles originales. en 1646, il commanda au peintre François Perrier une fresque mythologique pour décorer la voûte de la galerie.

L'hôtel du comte de Toulouse :

En 1713, Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse, fils illégitime de Louis XIV et de Madame de Montespan, rachète l'hôtel de la Vrillière et entreprend un grand programme de travaux. L'architecte Robert de Cotte confie au sculpteur Louis-Aintoine Vassé la décoration de la Galerie dorée, dans le style Régence, autour de deux thèmes : la marine et la chasse.

Une des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-ChampsUne des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-ChampsUne des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-Champs

Une des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-Champs

Les salons et appartements de l'hôtel de Toulouse :

L'ameublement des grands salonsL'ameublement des grands salonsL'ameublement des grands salons

L'ameublement des grands salons

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016
L'Histoire de la monnaie et ses dates

L'Histoire de la monnaie et ses dates

La Galerie dorée et ses tableaux :

Les 10 tableaux achetés par Louis Phélypeaux de la Vrillière représentent, à l'exception de l'enlèvement d'Hélène de Guido Reni, des scènes tirées de l'histoire romaine.

Les originaux de ces toiles saisies à la Révolution se trouvent au Louvre et dans d'autres musées nationaux.

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

1 - L'Empereur Auguste ferme les portes du temple de Janus

de Carlo Maratte vers 1655-1657,

2 - Faustulus confie Romulus et Remus à Laurentia

de Pierre de Cortone 1637,

3 - Camille livre le maître d'école de Faleris à ses écoliers

de Nicolas Poussin 1637,

4 - L'Enlèvement d'Hélène par Pâris

de Guido Reni 1631,

5 - La Mort de Cléopâtre

d'Alexandro Turchi, dit Véronèse 1640,

6 - Les adieux d'Hector à Priam

de Le Gerchin - 1637,

7 - Auguste et la Sibylle

de Pierre de Cortone vers 1660,

8 - César remet Cléopâtre sur le trône d'Egypte

de Pierre de Cortone vers 1637,

9 - Le combat des Sabins et des Romains

de Le Guerchin 1645,

10 - Coriolan supplié par sa mère

de Le Guerchin 1643,

11 - L'élément central de la fresque du plafond de la Galerie dorée L'AEther représentant Apollon, Louis XIV dans son char, précédé de l'étoile du matin, Anne d'Autriche.

La fresque, peinte par François Perrier entre 1646 et 1649 et refaite au XIXème siècle, est ordonnée autour des quatre éléments représentés dans quatre tableaux aux quatre coins de la galerie : l’eau avec Neptune et Amphitrite, la terre avec Pluton et Proserpine, le feu avec Jupiter et Sémélé et l’air avec Éole et Juno. Au centre, en majesté, le char d’Apollon précédé de l’étoile du matin et suivi de la Lune, traverse le ciel.

 

Sources bibliographiques et documentaires, références :

Journées Européennes du Patrimoine : Portes ouvertes des 17 & 18 septembre 2016, documentation Banque de France Eurosystème

Site lien Wikipédia Hôtel de Toulouse : https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_Toulouse

Blog : l'Hôtel de Toulouse : http://parisii.fr/2011/04/hotel-de-toulouse/

(1) Hôtel de l'Hôpital ou Hôtel de Pomponne ou Hôtel Massiac lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_L%27Hospital

Emission A2 "Dans les secrets de la Banque de France" 16 septembre 2016

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 19:51
Le passage Puteaux à Parix VIIIème

31, rue de l'Arcade et 18, rue Pasquier

face à la rue Tronson-du-Coudray.

Paris VIIIème arrondissement

Les deux entrées du passage : 18, rue Pasquier et 31, rue de l'Arcade

Les deux entrées du passage : 18, rue Pasquier et 31, rue de l'Arcade

Ouvert en 1839, le passage Puteaux fut réalisé à proximité de la future gare Saint-Lazare qui devait être construite à hauteur de la rue Tronchet  Il est l’œuvre de Louis Puteaux (voir la rue Puteaux dans le XVIIème arrondissement) qui y a construit plusieurs immeubles. Le passage Puteaux joua de malchance, puisqu'au lieu de se trouver dans une situation idéale, la gare fut en définitive édifiée plus au nord, dans lequartier de l'Europe. Ainsi ce passage de six travées au charme certain se trouva dès le départ déserté par les commerçants et les piétons.

Le passage Puteaux à Parix VIIIèmeLe passage Puteaux à Parix VIIIèmeLe passage Puteaux à Parix VIIIème

Le passage Puteaux est situé dans  entre la rue de l'Arcade, à l'ouest, et la rue Pasquier, à l'est, Il fait face à la rue Tronson-du-Coudray.

Le passage Puteaux

Le passage Puteaux

Image du passage PuteauxImage du passage PuteauxImage du passage Puteaux

Image du passage Puteaux

  Cette voie privée , construite sur l'emplacement de l'ancien prieuré des Bénédictines de la Ville-l'Evêque ou de Notre-Dame de Grâce, est ouverte en 1839 par Louis Puteaux. Entrepreneur de son état, Louis Puteaux fut l'un des grands bâtisseurs du quartier des Batignolles.

Ce passage relie le 31, rue de l'arcade, nom donné en souvenir d'une arcade en voûte  construite en 1651 par Alexandre de Lespinasse , détruite en 1850, qui permettait aux religieuses Bénédictines de communiquer avec leurs jardins, au 18,rue Pasquier.

Il prit également le nom de passage Pasquier, puis en 1873 à nouveau celui de Puteaux, nom qu'il conservera désormais . 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 07:10
Les bâtiments d'entrée de la Cité Universitaire près de la station de RER B Cité Universitaire

Les bâtiments d'entrée de la Cité Universitaire près de la station de RER B Cité Universitaire

Après la visite-conférence du 16 juillet dernier à la C.I.U.P., une deuxième conférence le 10 septembre avec les visites de 4 pavillons de la Cité.

Merci à Roselyne pour ces magnifiques découvertes.

La Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du LuxembourgLa Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du LuxembourgLa Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du Luxembourg

La Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du Luxembourg

La Maison des Etudiants ArméniensLa Maison des Etudiants ArméniensLa Maison des Etudiants Arméniens

La Maison des Etudiants Arméniens

La Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'îleLa Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'îleLa Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'île

La Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'île

La Maison de MarocLa Maison de MarocLa Maison de Maroc

La Maison de Maroc

La Maison des Provinces de France

La Maison des Provinces de France

Bonne visite !!

 

Voir aussi l'article sur la visite-conférence du 16 juillet 2016 à la C.I.U.P. :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/la-cite-internationale-universitaire-de-paris-ciup.html

Le site de Roselyne, conférencière en histoire : http://www.histoire-et-visite.fr

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 07:07
"L'Heure de tous" 1985

"L'Heure de tous" 1985

"Consigne à vie" 1985

"Consigne à vie" 1985

Installées depuis près de trente ans sur le parvis de la gare Saint-Lazare à Paris, les œuvres d’Arman, "L’Heure de tous", une accumulation d’horloges, et "Consigne à vie", une accumulation de valises, ont été restaurées et retrouvées dans  l’espace public le 14 mai 2014.

Véritables signaux urbains et lieux de rendez-vous, elles constituent des points de repères qui guident les voyageurs vers la gare, l’une des plus importantes de France et d’Europe.

Arman, né Armand Fernandez né le 17 novembre 1928 à Nice et décédé à New-York le 22 octobre 2005, est un artiste franco-américain, peintre, sculpteur et plasticien, connu pour ses « accumulations ». Il fut l’un des premiers à employer directement, comme matière picturale, les objets manufacturés, qui représentaient pour lui les prolongements multiples et infinis de la main de l'homme qui subissent un cycle continu de production, consommation, destruction.

Oeuvres d'Arman :   Untitled, 1987, 1994, 1997  @Arman Studio  http://www.armanstudio.com

Oeuvres d'Arman : Untitled, 1987, 1994, 1997 @Arman Studio http://www.armanstudio.com

Site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arman

L'artiste :

Website Arman : //www.armanstudio.com/

 

Voir aussi article "La Vénus des Arts" à Paris VIème : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-venus-des-arts-d-arman-1992-paris-vieme.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 17:47
La Coupole du magasin Printemps-Hausmann

Une visite à la Brasserie Printemps et sa magnifique coupole le vendredi 26 août 2016

Détails de la verrière

Détails de la verrière

La Coupole du magasin Printemps-Hausmann

En 1923, une seconde ligne de métro dessert la station Havre-Caumartin  qui donne directement sur le Printemps. La même année, le grand maître verrier Brière installe une coupole en vitrail l dans le magasin du boulevard Haussmann

La grande verrière de la coupole du maître verrier La grande verrière de la coupole du maître verrier

La grande verrière de la coupole du maître verrier

Les magasins Printemps Haussmann :

Créé en 1865 par le visionnaire Jules Jaluzot et classé monument historique, le Printemps Haussmann est aujourd’hui l'un des grands magasins de référence à Paris.
Avec plus de 44 000 m² dédiés au luxe, à la mode, au glamour et au rêve.

Le Printemps Haussmann est un grand magasin détenu par le Groupe Printemps situé dans le 9e arrondissement de Paris et où sont distribuées les principales marques de la mode, du luxe et de la beauté. Elles sont réparties par thèmes dans les trois bâtiments du magasin (27 étages et 43 500 m2 au total repartis sur trois bâtiments Mode, Beauté-Maison et Homme.

Les façades et toitures (sauf la surélévation moderne) des anciens magasins sont inscrites monuments historiques par arrêté du 15 janvier 1975.

Les magasins du Printemps ne vont pas arrêter là le progrès : c'est ainsi qu'en 1930, les premiers escaliers mécaniques prennent l'assaut des étages supérieurs des bâtiments, permettant d'améliorer l'accès et la fréquentation des rayons.

En 1939, la coupole de vitrail sera entièrement démontée et entreposée à Clichy, dans les Hauts de Seine pour la préserver des bombardements.

La Brasserie :

Cadre magique, la Brasserie Printemps se situe sous la coupole classée du Printemps Haussmann, créée en 1923. Elle a été imaginée comme un hommage à Paris et à sa mode. La carte propose une cuisine française revisitant avec modernité les plats traditionnels d’une brasserie.

Les magasins et ses chiffres :

. 1865 : création du magasin par Jules Jaluzot,

. 1923 : création de la Coupole art déco pat le maître verrier Brière,

. 43.5000 mètres-carrés de superficie,
 . 25 étages répartis sur 3 bâtiments,
 . 1 million de références et plus de 300 marques vendues en exclusivité,
 . une terrasse panoramique offrant une vue imprenable sur tout Paris,


sa magnifique coupole Art Déco, sa façade haussmannienne et ses vitrines spectaculaires en font un cadre superbe.

  • PARIS HAUSSMANN

    • 64, bd Haussmann
    • 75009   Paris   -   France
    • TÉL : 01 42 82 50 00
Bonne visite !!

Bonne visite !!

La vue de la terrasse du Printemps-HaussmannLa vue de la terrasse du Printemps-HaussmannLa vue de la terrasse du Printemps-Haussmann

La vue de la terrasse du Printemps-Haussmann

Sources et liens :

Lien site Wikipédia : Le Printemps-Haussmann : https://fr.wikipedia.org/wiki/Printemps_Haussmann

Lien site La Croix Les Brière, 4 générations d'artisans maîtres-verriers : http://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Les-Briere-quatre-generations-d-artisans-maitres-verriers-_EP_-2011-06-16-642885

Lien site Infovitrail : l'atelier Brière à Levalloi-Perret : http://www.infovitrail.com/index.php/fr/publications-du-vitrail/897-l-atelier-briere-a-levallois-perret-une-dynastie-de-peintres-verriers

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 20:18
La plus grande église cistercienne du monde

La plus grande église cistercienne du monde

Une visite à l'abbaye de Pontigny :

15 août 2016

 

Blason de l'abbaye
Blason de l'abbaye

L'abbaye de Pontigny est un ancien monastère de l'ordre cistercien. L'abbaye est fondée en 1114, au nord de la Bourgogne, aujourd'hui située sur la commune de Pontigny, dans l'Yonne, elle est la seconde des 4 premières "filles de Cîteaux", voir références plus bas.

Sa célébrité est due à la fois à son rang au sein de l'Ordre.au prestige de ses protecteurs, de ses hôtes de marque et de ses abbés, à l’importance de sa communauté et de ses possessions, et à la richesse patrimoniale de sa bibliothèque et de son architecture.

En revanche, elle est dotée d'une filiation relativement modeste.

Fermée à la Révolution française, elle est en partie détruite; elle conserve néanmoins la plus grande église cistercienne du monde, consacrée depuis 1941 "Cathédrale de la Mission de France".

L'entrée de l'enceinte extérieure de l'abbaye

L'entrée de l'enceinte extérieure de l'abbaye

L'abbaye de Pontigny dans l'Yonne
L'intérieur de l'abbaye

L'intérieur de l'abbaye

Quelques images indexées sur un plan général de l'abbaye

Quelques images indexées sur un plan général de l'abbaye

L'archirecture religieuse :

Pureté, simplicité et clarté de l'édifice

Pureté, simplicité et clarté de l'édifice

1- Voûte,

2- Châpiteaux,

3 et 4 - Hôtels,

5 - Bas-côté gothique,

6 - Voûtes et clefs de voûtes gothiques.

 

Une communanté importante aux XI et XIIIème siècle :

La vie quotidienne des religieux de Pontigny au milieu du XIIIème siècle est en partie connue grâce à une collection de lettres qui évoquent toutes les questions concernant les relations extérieures de l’abbaye.

Le nombre de religieux de l’abbaye est impossible à préciser pour le Moyen Âge central. La mention, en 1157, d’une cinquantaine de moines prêtres « alors que le nombre des autres moines non prêtres était bien plus important » ne peut être interprétée de façon absolument claire. Elle indique cependant déjà une importante communauté qui doit essaimer en fondant ou en s’affiliant plusieurs dizaines d’abbayes-filles. On peut proposer comme un ordre de grandeur approximatif, pour la période sans doute la plus faste de la fin du XIIème  du début du XIIIème siècle, un effectif d’une centaine de moines et de deux à trois cents frères convers, si l’on se réfère aux rares données chiffrées d’établissements de taille comparable.

 

La communauté à la fin du Moyen-Âge et jusqu'à la période moderne :

À partir de la première moitié du XIVème siècle, quelques listes permettent de connaître le nombre de moines qui tourne alors autour d’une trentaine. Il semble, dès lesannées 1360  et jusqu’à la fin desannée 1780, se maintenir généralement entre 15 et 20 religieux, alors qu’un maximum était fixé, en 1561 à 31 moines et novices.

Les cahiers de vêture sont conservés depuis 1688 et jusqu’à la dispersion des moines. Ils permettent de connaître en général l’âge et l’origine géographique des novices, ainsi que l’abbaye de leur profession : Pontigny en effet servait alors de noviciat commun à plusieurs maisons. En 1720 l'abbé Pierre de Calvairac appelle à Pontigny Dom Robinet résidant à l'abbaye de Chaalis, afin que celui-ci écrive le Cartulaire de l'abbaye.

En 1791, la communauté de la seconde fille de Cîteaux était composée de 14 moines et de 2 frères convers qui durent quitter l’abbaye, après les décrets concernant les ordres monastiques. À côté du destin du dernier abbé, Jean Depaquy, on ne connaît celui, partiel, que de quelques moines : Louis-Henri Meulan d’Oisonville est aumonier du bataillon de volontaires au district de Saint-Florentin jusqu’en 1793; François Mirey se retira près de Cosne-sur-Loire; Gaspard Potherat de Corbière devient vicaire puis officier public à Neuvy-Sautour en 1792. François-Nicolas Robert est ministre du culte à Villy en 1797; déporté à lîle de Ré en 1798, il revient desservir Pontigny jusqu’à sa mort, en1821. Selon certains, Simon Depaquit s’établit à Chablis où il fonda un domaine viticole. Pour d'autres il s'établit à Saint-Florentin, où il transcrivit en 3 volumes in-quarto tous les titres anciens et récents de l'abbaye, qui se trouvaient aux archives de la ville, écrivant également des notes historiques sur la maladrerie, l'hôtel-dieu, l'hospice et autres. Avant la Révolution, Simon Depaqui avait déjà transcrit une partie du Cartulaire établi à partir de 1720 par Dom Robinet sur la demande de Pierre de Calvairac en 1720, remplissant de sa main quatre volumes in-8° il avait écrit une notice sur les abbés, sur les bienfaiteurs depuis 1119, sur la filiation de l'ordre et autres documents sur l'histoire de l'abbaye.

On se situe l'abbaye de Pontivy dans l'Yonne ?

Ou se situe Pontigny dans l'Yonne ?

Ou se situe Pontigny dans l'Yonne ?

Bibliographie et sources documentaires de cet article :

Merci à l'Office de Tourisme de Pontigny pour les renseignements donnés :

22, rue Paul Desjardins, sur la N77, 89230 Pontigny

Adresse : Abbaye de Pontigny, le long de la N77, en face de l'Office du Tourisme, en traversant la N77, 89230 Pontigny

Tél. : 03 86 47 54 99

Lien Abbaye de Pontigny : http://www.abbayedepontigny.eu/

Voir les Amis de l'Abbaye de Pontigny : 900 ans d'histoire, les cisterciens : lien http://www.abbayedepontigny.com/visiter-l-abbaye/pontigny-900-ans-d-histoire/

Lien Wikipédia abbaye de Pontigny et son historique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Pontigny

Abbaye Notre-Dame de Cîteaux (Côte d'Or) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_C%C3%AEteaux (Fondatrice de l'ordre des Cîteaux)

La fondation des quatre filles aînées de Cîteaux : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Clairvaux (1115) et Morimond (1115).

Bonne visite !

Repost 0
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 09:32
Les couleurs de la tour Eiffel

Le grand public est habitué à trouver des images historiques de la Tour Eiffel, mais en photographie ou image noir et blanc, mais rarement en couleurs.

 

ce petit article pour évoquer les couleurs de la célèbre tour parisinenne.

Les couleurs de la tour Eiffel ont changé dans le temps :

 

Quelques rappels :

 

En 1889, la Tour Eiffel était peinte, depuis sa base jusqu'à la première plate-forme, dans une couleur rappelant le bronze, de la premieère à la seconde plate-forme, les couleurs prenaient un ton plus clair, de la seconde plate-forme ou sommet, il y avait trois tons dégradés de couleur bronze; le sommet avait une teinte jaune d'or.

 

En 1992, la Tour passe à l'ocre brun.

En 1899, il est appliqué 5 couleurs dégradées, variant du jaune-rouge au jaune clair au sommet.

La dix-huitième campagne de peinture de la Tour commence le 3 décembre 2001 et se termine fin février 2003. 25 peintres équipés de harnais escaladent l'édifice et appliquent 60 tonnes de peinture pour couvrir les 200.000 à 250.000 mètres-cubes de surface.

Les différentes couleurs de la Tour Eiffel

Les différentes couleurs de la Tour Eiffel

La Tour Eiffel est repeinte en moyenne tous les 7 ans :

Les couleurs de la tour Eiffel

Environ 15 tonnes de peinture disparaissent entre deux campagnes de 7 ans

Pour la 18ème campagne, les chiffres sont les suivants :

. surface à peindre : 200.000 mètres carrés, quantité de peinture nécessaire : 60 tonnes,

. Nombre de peintres : 25, techniciens spécialisés, alpinistes et guide de haute montagne,

Matériel :

. 50 kilomètres de lignes de vies, (câbles qui permettent aux ouvriers de se déplacer en ayant toujours un point d’attache). 2 kilomètres de filets, 1500 brosses, 5000 disques de ponçage, . 1500 combinaisons de travail, 2000 paires de gants en cuir,

. 1 000 « riflards », spatules à gratter.

Durée des travaux : 15 à 18 mois.

Sous la peinture, du fer : mais d'où vient-il ?

Origine du fer

Le fer qui a servi à la construction de la tour n'est pas n'importe lequel, bien sûr. Il a fait l'objet d'un choix minutieux. Il a été acheté à une usine de Meurthe-et-Moselle et vient de mines algériennes de Zaccar et de Rouïna. La question de l'origine du fer de la tour Eiffel nous amène donc en voyage...

 

Pompey, en Meurthe-et-Moselle

Gustave Eiffel, lorsqu'il décida définitivement de construire sa tour, s'est rapproché de M. Prégre, le représentant parisien d'un fournisseur habituel de ses ateliers, les Forges et Usines de Pompey "Fould-Dupont", qui se trouvent en Lorraine.

Pompey est une ville de 5.000 habitants située en Meurthe-et-Moselle, à proximité de Nancy. En 1871 Auguste Dupont, fondateur des acieries d'Ars-sur-Moselle, se voit contraint de déménager son usine pour éviter qu'elle ne passe sur le territoire prussien, suite à la perte de l'Alsace-Lorraine en 1870. Il choisit Pompey, c'est la raison de la présence de cette usine dans ce petit village viticole.

Lorsque Gustave Eiffel passe commande pour 8 000 tonnes de fer puddlé, ce dernier se tourne vers des fournisseurs de minerai. La qualité demandée par Eiffel est à récupérer en Algérie, dans les mines de Zaccar et de Rouïna, deux sites distincts.

Les dimensions de la Tour Eiffel

Les dimensions de la Tour Eiffel

Il existe au moins une dizaine de réplique de la Tour Eiffel dans le monde dont cette dernière sitée en chin. Elle mesure une centaine de mètres.

Les couleurs de la tour Eiffel

Sources : "La Tour Eiffel" de Marc Gaillard, Editions Flammarion.

La Tour Eiffel de Paris lien site : http://www.tour-eiffel-de-paris.com/Fer-de-la-tour-Eiffel.php

Site Wikipédia : La Tour Eiffel lien : https://www.google.fr/#q=fer+tour+eiffel

Bonne visite !

Voir aussi article blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-du-bunker-et-de-la-machinerie-hydraulique-de-la-tour-eiffel-124016498.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 19:18

Une journée au zoo de Vincennes

Patagonie : otaries sea lions leones marinos

Patagonie : otaries sea lions leones marinos

Sahel-Soudan : zèbres zebras cebras autruche ostriches avestruces rhinocéros rhinoceres rinocerantesSahel-Soudan : zèbres zebras cebras autruche ostriches avestruces rhinocéros rhinoceres rinocerantesSahel-Soudan : zèbres zebras cebras autruche ostriches avestruces rhinocéros rhinoceres rinocerantes

Sahel-Soudan : zèbres zebras cebras autruche ostriches avestruces rhinocéros rhinoceres rinocerantes

Sahel - Soudan : la maison des girafes giraffes house casa de las jirafas

Sahel - Soudan : la maison des girafes giraffes house casa de las jirafas

Le parc zoologique de ParisLe parc zoologique de ParisLe parc zoologique de Paris
Le vivariumLe vivariumLe vivarium

Le vivarium

Autruche                   flamands roses             ibisAutruche                   flamands roses             ibisAutruche                   flamands roses             ibis

Autruche flamands roses ibis

L'île aux lémuriens     lemur island      isla de los lemùridosL'île aux lémuriens     lemur island      isla de los lemùridosL'île aux lémuriens     lemur island      isla de los lemùridos

L'île aux lémuriens lemur island isla de los lemùridos

Bonne visite !

Avenue Daumesnil - Route de la Ceinture du Lac 75012 Paris

Mi-mars mi-octobre : 10 à 18 H semaine, 9 H 30 à 19 H 30 samedi dimanche et jours fériés.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 15:53

Le jardin du Musée Rodin, suite : le Monument aux Bourgeois de Calais par Auguste Rodin.

Ce groupe statuaire fut commandé par la ville de Calais au sculpteur.

Camille Claudel collabora au projet.

Le Monument aux Bourgeois de Calais, jardin du musée Rodin

Le premier exemplaire en bronze a été inauguré en 1895, le plâtre original achevé en 1889. Il existe aujourd'hui douze exemplaires de ce monument qui relate l'épisode de la guerre de Cent ans, le siège de Calais en 1346-1347, par le roi d'Angleterre Edouart III. Le chroniqueur Jean Froissart rapporte les faits au moment où il est écrivain royal à la cour d'Angleterre.

Détails de trois personnages du groupe sur le monument définitifDétails de trois personnages du groupe sur le monument définitifDétails de trois personnages du groupe sur le monument définitif

Détails de trois personnages du groupe sur le monument définitif

Le groupe statuaire du musée Rodin représente six habitants de Calais : Eustache de Saint-Pierre, Jacques et Pierre de Wissant, Jean de Fiennes, Andrieu d'Andres et Jean d'Aire.

Sur la version définitive, les personnages sont vêtus, alors que les études font apparaitre des nus grandeur nature.

Les six personnages de ce monument sont tirés du récit du chroniqueur médiéval Jean Froissard dans "Les Chroniques de France". Ce texte relate un épisode de la guerre de Cent Ans : le siège de Calais, en 1346-1347, par les troupes du roi d'Angleterre Edouard III.

Les personnages sont les victimes d'un marché imaginé par le roi d'Angleterre en août 1447 pour sauver l'ensemble des habitants de la ville, sur le point d'être conquise par les troupes anglaises.

Les nus monumentaux, études de nus grandeur nature, bronzes 1887-1888

Les nus monumentaux, études de nus grandeur nature, bronzes 1887-1888

Détails des études de nus monumentaux

Détails des études de nus monumentaux

Cette oeuvre monumentale, fondue en 12 exemplaires, est une des plus célèbres du sculpteur Auguste Rodin.

Un peu d'histoire : En septembre 1346, Edouard III met le siège devant la ville de Calais dont la garnison est commandée par le chevalier Jean de Vienne. La ville résiste après onze mois de siège, mais la cité est affamée et négocie sa reddition. Edouard III, fatigué par la longue résistance calaisienne, accepte que six bourgeois lui soient livrés afin d'être exécutés et d'épargner les habitants de la ville de Calais.

Les habitants devront cependant déserter la ville une fois l'arrivée des troupes anglaises.

Les études d'Auguste Rodin dans son musée :

Les études sur le monument "Les Bourgeois de Calais"Les études sur le monument "Les Bourgeois de Calais"Les études sur le monument "Les Bourgeois de Calais"

Les études sur le monument "Les Bourgeois de Calais"

Etudes sur le monumentEtudes sur le monumentEtudes sur le monument

Etudes sur le monument

Le Monument aux Bourgeois de Calais, jardin du musée RodinLe Monument aux Bourgeois de Calais, jardin du musée Rodin
Plan du musée, du jardin et situation du monument

Plan du musée, du jardin et situation du monument

Les études du Monument aux Bourgeois de Calais au Musée Rodin de Meudon :

Etude en plâtre du Monument aux Bourgeois de Calais Atelier de MeudonEtude en plâtre du Monument aux Bourgeois de Calais Atelier de MeudonEtude en plâtre du Monument aux Bourgeois de Calais Atelier de Meudon

Etude en plâtre du Monument aux Bourgeois de Calais Atelier de Meudon

L'épouse du roi Philippa de Hainaut parvient à persuader le roi d'épargner la vie des six malheureux, mais la ville deviendra anglaise le 3 août 1347 jusqu'au 6 janvier 1558, lorsque les troupes d'Henri II de France reprend la ville à celles de Marie Tudor.

Bonne visite !

Musée Rodin et son jardin

Musée Rodin Paris : 79, rue de Varenne 75007 Paris Métro. Varenne ligne N°13

Tél. : 01 44 18 61 10

Mardi au dimanche de 10 à 17 H 45 Site : http://musee-rodin.fr

Musée Rodin Meudon : 19, avenue Auguste Rodin 92190 Meudon

Tél. : 01 41 14 35 00 Site : www.musee-rodin.fr

Vendredi, samedi et dimanche de 13 à 18 heures

RER C station Meudon-Val-Fleury

Voir aussi "La Porte de l'Enfer" d'Auguste Rodin dans le jardin du Musée Rodin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi le monument à Victor Hugo d'Auguste Rodin dans le jardin du Musée Rodin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-a-victor-hugo-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article : "Le monument Balzac" :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

Voir aussi l'article : "Camille Claudel, son oeuvre" : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

La Villa des Brillants à Meudon et l'atelier d'Auguste Rodin. Sa sépulture au Penseur.

La Villa des Brillants à Meudon et l'atelier d'Auguste Rodin. Sa sépulture au Penseur.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 11:18
Le monument à Victor Hugo, jardin du Musée Rodin

Jardin du Musée Rodin, Paris, suite.


Monument à Victor Hugo dit "Du Palais Royal" Après 1900, d'Auguste Rodin. Fonte Coubertin.


Victor Hugo est représenté assis sur les rochers de l'Ile de Guernesey durant son exil, sa muse Tragique accompagnant ses pensées.

Le monument à Victor Hugo, jardin du Musée Rodin
Rodin dans son atelier devant le Monument à Victor Hugo. Photographie de Paul Cardon, dit Dornac ou Pol Maran, sources Jean de Calan, Musée Rodin. Etude du Monument Rodin à Meudon.Rodin dans son atelier devant le Monument à Victor Hugo. Photographie de Paul Cardon, dit Dornac ou Pol Maran, sources Jean de Calan, Musée Rodin. Etude du Monument Rodin à Meudon.

Rodin dans son atelier devant le Monument à Victor Hugo. Photographie de Paul Cardon, dit Dornac ou Pol Maran, sources Jean de Calan, Musée Rodin. Etude du Monument Rodin à Meudon.

Auguste Rodin et son admiration pour Victor Hugo :

Le 22 mai 1885 Victor Hugo meurt et ses funérailles rassemblent plus de deux millions de personnes.

Le 12 février 1889, Rodin reçoit la commande d'un monument au grand homme destiné au nord du transept de l'église Sainte-Geneviève devenu le Panthéon, une grande satisfaction pour le sculpteur qui vouait un vétitable culte à Victor Hugo.

Cette commande était fortement encadrée par une Commission des  travaux d'art, composée de concurrents comme Jules Dalou, Rodin ne disposait donc d'une marge de manoeuvre limitée et ne pas trop se démarquer par son originalté pour conserver le bénéfice de cette commande fort convoitée. Auguste Rodin avait rencontré Victor Hugo en 1883, mais avait refusé des séances de poses de plus d'une vingtaine de minutes.

Sur sa première maquette, Rodin, plaça Victor Hugo sur son rocher de Guernesey avec un groupe de trois femmes, muses inspiratrices appelées Les Voix.

La commission réuni le 10 juillet 1890 ne fut pas entousiasmée par l'emplacement des Voix et Rodin revu sa copie et travailla de décembre 1890 à juin 1891 sur sa deuxième version.représentant Victor Hugo debout appuyé sur son rocher et couronné par l'allégorie de l'Inspiration ou Génie du XIXème siècle..

Dans sa troisième version, Victor Hugo est représenté assis, nu comme un dieu avec le groupe des Voix modelées en ronde-bosse. La Méditation ou la Voix intérieure, la muse tragique et Isis, soit trois personnages, sont placées derrière le poète.

Dans sa quatrième version, la Méditation et la Voix intérieure sont seules représentées, réduisant le nombre de personnages à deux placés près de Victor Hugo.

Détails du Monument : portrait de Victor HugoDétails du Monument : portrait de Victor Hugo

Détails du Monument : portrait de Victor Hugo

Localisation du monument dans le jardin du Musée Rodin

Localisation du monument dans le jardin du Musée Rodin

L'ensemble du Monument Victor Hugo dans le jardin du Musée Rodin

L'ensemble du Monument Victor Hugo dans le jardin du Musée Rodin

Les bustes de Victor Hugo  de la galerie des marbresLes bustes de Victor Hugo  de la galerie des marbres

Les bustes de Victor Hugo de la galerie des marbres

Buste de Vicor Hugo Salle Hugo et Balzac Salle N°9 du Musée RodinBuste de Vicor Hugo Salle Hugo et Balzac Salle N°9 du Musée Rodin

Buste de Vicor Hugo Salle Hugo et Balzac Salle N°9 du Musée Rodin

Le monument à Victor Hugo. Etudes sur l'écrivain

Le monument à Victor Hugo. Etudes sur l'écrivain

Les différentes versions du Monument à Victor HugoLes différentes versions du Monument à Victor Hugo
Les différentes versions du Monument à Victor HugoLes différentes versions du Monument à Victor Hugo

Les différentes versions du Monument à Victor Hugo

Bonne visite !

Musée Rodin de Paris,

77, rue de Varennes 75007 Paris Métro. Varennes.

Un buste de Victor Hugo d'Auguste Rodin au Musée des Beaux-Arts à Lyon :

Victor Hugo,1883, buste de bronze d'Auguste Rodin, acquis en 1927 Portrait par Auguste Rodin paru en 1889Victor Hugo,1883, buste de bronze d'Auguste Rodin, acquis en 1927 Portrait par Auguste Rodin paru en 1889

Victor Hugo,1883, buste de bronze d'Auguste Rodin, acquis en 1927 Portrait par Auguste Rodin paru en 1889

Les études exposées au Musée de Meudon :

Le Monument à Victor Hugo, bronze : jardin du Musée Rodin de Meudon

Le Monument à Victor Hugo, bronze : jardin du Musée Rodin de Meudon

Etudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à MeudonEtudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à MeudonEtudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à Meudon

Etudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à Meudon

Le Musée Rodin à Meudon

Le Musée Rodin à Meudon

Musée Rodin de Paris : 77-79, rue de Varenne 75007 Paris. Accès Métro. Varenne.

Tél. : 0033 (0)1 44 18 61 10. Mardi au dimanche 10 à 17 H 45, nocturne mercredi 20 H 45.

Musée Rodin de Meudon : 19, avenue Auguste Rodin 92190 Meudon.

Tél. 0033(0)1 41 14 35 00. Ouvert le vendredi samedi et dimanche de 13 à 18 H.

http://musee-rodin.fr

Voir aussi article La Porte de l'Enfer :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article Le monument aux Bourgeois de Calais :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-aux-bourgeois-de-calais-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi le Monument à Balzac :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

Voir aussi article sur Camille Claudel à Paris :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article