Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 05:09
Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
 

Ses entrées :

130, boulevard Saint-Germain, 59, rue Saint-André-des-Arts et 21, rue de l'Ancienne-Comédie

  

Les passages et galeries sont nombreux dans le Paris rive droite.

Dans la littérature, les passages du Caire et du Panorama sont considérés comme les plus anciens de Paris, mais qu'en est-il pour le passage semi-couvert au nom de Cour du Commerce Saint-André dont le pavé a été foulé par Marat et Danton, Voltaire et Diderot ?

Cette cour a été ouverte en 1776 sur des terrains de jeu de paume, et plus anciennement sur le parcours de l'enceinte de Philippe-Auguste, et doit son nom aux différentes boutiques qui la bordaient. Elle s’appelait alors Cour du Commerce.

Elle porte son nom actuel depuis un arrêté du 16 mars 1877.

L'entrée du boulevard Saint-Germain  et ses cariatides en octobre 2016

L'entrée du boulevard Saint-Germain et ses cariatides en octobre 2016

La Cour du Commerce Saint-André  et son historique :

 

Dans les années 1730, un passage en équerre est ouvert entre la rue des Fossés-Saint-Germain, actuelle rue de l'Ancienne-Comédie à la rue Saint-André des-Arts. Le plan de la ville de Paris et de ses faubourgs dessiné par Bernard-Antoine Jaillot en 1748, corrigé et augmenté en 1778, montre le passage longeant un terrain arboré portant la légende « Jeux de Boule de Metz ». Il s'agit de terrains de jeu de paume aménagés dans les fossés de l'enceinte de Philippe-Auguste (dont les vestiges sont encore présents dans certaines boutiques côté pair). Vers 1776, le passage est prolongé jusqu'à la rue des Cordeliers, rue de l'Ecole-de-Médecine  à l'emplacement des anciens jeux de paume.

Vers 1791, un passage vers la cour de Rouen (aujourd'hui cour de Rohan est percé au travers des vestiges de l’enceinte de Philippe-Auguste.

 

 

 

En 1823, le débouché sur la rue Saint-André-des-Arts est reconstruit pour former la galerie  que l'on connait actuellement.

Lors du percement du boulevard Saint-Germain, déclaré d'utilité publique le 28 juillet 1866, le passage est amputé d’une quarantaine de mètres. À cette occasion, la maison de Danton  qui se trouvait au débouché du passage sur la rue de l'École-de-Médecine est détruite.

Il ne reste actuellement que sa statue située sur le boulevard Saint Germain et approximativement sur les lieux de son ancienne maison.

Images de la Cour du Commerce Saint-André

Images de la Cour du Commerce Saint-André

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine

Images de la cour et son pavé d'origine

La partie couverte et sa verrière côté rue Saint-André-des-Arts

La partie couverte et sa verrière côté rue Saint-André-des-Arts

Les numéros célèbres : en cours de rédaction

 

Le Procope : Le passage abrite le café-restaurant le plus ancien de Paris, Le Procope,

Ce café était fréquenté au XVIIème siècle d’artistes et d’intellectuels,, il reste longtemps un lieu de rencontre d’écrivains et d’intellectuels : Musset, Verlaine, Anatole France, La Fontaine, Balzac, d’hommes politiques, Gambetta et du "Tout Paris" . Voltaire, Diderot et d'Alembert fréquentait ce célèbre café. Il fut un centre actif durant la Révolution française.

Le club des Cordeliers se réunit au café Procope avec Danton et Marat comme figures principales.Robespierre, dont un portrait figure en vitrine, et les Jacobins y ont également leurs habitudes.

Le jeune lieutenant Bonaparte y laissa son chapeau en gage.

« Ce café n’est point orné comme les autres de glaces, de dorures et de bustes, mais il est paré du souvenir de Grands Hommes qui l’ont fréquenté et dont les ouvrages en couvriraient les murs s’ils y étaient rangés. » Camille Desmoulins

Le Procope et ses histoires : La  légende du café dit que Diderot y écrivit des articles de l'Encyclopédie, que Benjamin Franklin y prépara « le projet d’alliance de Louis XVI avec la nouvelle République » selon une plaque commmorative et qu’il y aurait conçu des éléments de la future Constitution des Etats-Unis.

 

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème

Le Procope au XVIIIème siècle :

En 1670, arrive en France un Sicilien de Palerme du nom de Francesco Procopio des Coltelli, qui francisera son nom en François Procope-Couteaux. Il travaille comme garçon chez un cafetier arménien du nom de Pascal qui possédait un café rue de Tournon, à la foire Saint-Germain, Il se met à son compte deux ans plus tard et, en 1686, il rachète à Grégoire son établissement, qu’il fait luxueusement décorer et l'ouvre en 1689.

Quelques années plus tard, en 1700, il obtient également une concession perpétuelle de la ville de Paris pour prendre à la fontaine Saint-Germain "quatre lignes d'eau conduites par un tuyau particulier dans son café, alors rue Neuve des Fossés-Saint-Germain, et ce moyennant un versement de 800 livres.

L’établissement, qui porte désormais le nom de Le Procope, devient rapidement l’un des cafés littéraires les plus courus. Il concurrence même le café de la Place du Palais-Royal, fondé cinq ans plus tôt,et qui deviendra le Café de la Régence.

Après la mort de François Procope en 1716, son fils lui succède.

 

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème

Café-Restaurant Le Procope : 13, rue de l'Ancienne Comédie,  75006 Paris.
Ouvert tous les jours de 11h30 à minuit Tél. : 01 40 46 79 00 Lien site http://www.procope.com/

Restaurant La Jacobine : 59-61, rue Saint-André-des-Arts 75006 Paris

Site : htttp://www.lajacobine.com

Restaurant La JacobineRestaurant La Jacobine

Restaurant La Jacobine

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
Situation de la Cour du Commerce Saint-André. Au premier plan : le boulevard Saint-Germain.

Situation de la Cour du Commerce Saint-André. Au premier plan : le boulevard Saint-Germain.

En 1987, un très grand nombre d’éléments de la cour,  dont les façades et les toitures des commerces, les trois entrées, et la verrière sont inscrits aux Monuments historiques.

La Cour, haut lieu de la Révolution française et La Porte de Buci, ancienne porte de l'enceinte Philippe Auguste de Paris

La Cour, haut lieu de la Révolution française et La Porte de Buci, ancienne porte de l'enceinte Philippe Auguste de Paris

Sources : Félix et Louis Lazare. Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris. Paris, Bureau de la Revue Municipale, 1855.

COMMERCE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS (COUR DU). Commence au passage du Commerce ; finit à la rue de l’Ancienne-Comédie, no 21. — 11e arrondissement, quartier de l’École-de-Médecine.

Le mur d’enceinte de Paris construit sous Philippe-Auguste occupait l’emplacement sur lequel cette cour a été bâtie. Elle fut ouverte en 1776, sur des terrains faisant partie de deux jeux de paume. Dans cette cour demeurait Danton en 1792. C’est là qu’il fut arrêté le 31 mars 1794.

COMMERCE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS (PASSAGE DU). Commence à la rue Saint-André-des-Arts, nos 59 et 61, finit à la rue de l’École-de-Médecine, no 32. — 11e arrondissement, quartier de l’École-de-Médecine.

Il faisait partie de la cour du Commerce. Son débouché dans la rue Saint-André-des-Arts n’a été formé qu’au mois de juin 1823.

Sources et documentation :

La Cour du Commerce Saint-André : site Wikipédia lien  https://fr.wikipedia.org/wiki/Cour_du_Commerce-Saint-Andr%C3%A9

Café-restaurant Le Procope site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Caf%C3%A9_Procope

Site Paris l'art nouveau lien : http://paris1900.lartnouveau.com/paris06/rues/cour_du_commerce%20_saint-andre.htm

Images et documents historiques du Passage : http://vergue.com/post/694/Cour-du-Commerce

Voir aussi,  article bloghttp://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-cour-des-commerces-saint-andre-a-paris-114172756.html

Un autre passage rive gauche de Paris lien : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/le-passage-dauphine.html

L'enceinte Philippe-Auguste à Paris et son tracé historique : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-enceinte-philippe-auguste-a-paris-125011327.html

Les passages et galeries rive droite de Paris, la liste:  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

La Cour du Commerce Saint-André :

Caractéristiques moyennes du passage : longueur 120 mètres, largeur 3,5 mètres

Adresse : 130, boulevard Saint-Germain, 59, rue Saint-André-des-Arts et 21, rue de l'Ancienne-Comédie Paris VIème arrondissement.

Métro. : Odéon

 

Bonne visite !

Images d'antan du passage du Commerce Saint-André-des-Arts

Images d'antan du passage du Commerce Saint-André-des-Arts

Le Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portesLe Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portes
Le Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portesLe Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portes

Le Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts : archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portes

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 06:43
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à ParisLa Porte Saint-Denis à Paris

La porte Saint-Denis fut érigée en 1672 par l'architecte François Blondel et le sculpteur Michel Anguier sur le boulevard à l'emplacement de l'enceinte de Charles V. C'était à l'époque la porte la plus au nord de l'enceinte.

Leurs concepteurs ont puisé leur inspiration à la source des arcs romains, sur ordre de Louis XIV en l'honneur de ses victoires sur le Rhin et en Franche-Comté.

C'est un vestige, comme la Porte Saint-Martin, conformément au souhait de Colbert d'élever des portes, monumentales entre la ville et les faubourgs

La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à ParisLa Porte Saint-Denis à Paris

C'est en fait un arc de triomphe (inspiré par l'arc de Titus, érigé à Rome par l'empereur Domitien en 81 après. J.-C. à la gloire des victoires de son frère) d'une hauteur de 50 mètres, qui a remplacé une porte médiévale de la muraille de l'ancienne enceinte de Charles V.

Une dédicace latine portée à la magnificence de Louis le Grand, d'autres inscriptions célèbrent les récentes victoires orchestrées par le roi en Hollande et sur le Rhin : en 60  jours, Louis XIV a passé le Rhin, le Waal, la Meuse et l'Elbe, conquis trois provinces, pris d'assaut quarante places fortes et triomphé d'Utrecht.

Les pyramides sculptées de part et d'autre de l'arche sont symboliquement coiffées de globes terrestres couronnés et ornés de fleurs de lys.

Du côté sud, des arbres de gloire arborent des casques, cuirasses, armes, drapeaux et dépouilles de lions.

Du côté nord, d'autres symboles des victoires militaires, tels que les palmiers, sont mis en exergue.

La base des pyramides au sud, présente des figures allégoriques: la Hollande, au désespoir, est flanquée d'un lion blessé et rugissant, écrasant de sa patte une épée et sept flèches brisées, symboles des sept Provinces-Unies terrassées; à côté, le Rhin, dieu fleuve dompté, tient un gouvernail.

Au-dessus de l'arcade, deux bas-reliefs de forme allongée commémorent, au sud, le passage du Rhin à Tholus mettant en déroute les troupes ennemies, et au nord, le siège de Maastricht.

La Porte Saint-Denis se trouve au croisement de l'axe Saint-Denis (rue Saint-Denis et rue du Faubourg Saint-Denis) et le boulevard de Bonne-Nouvelle vers l'oues, boulevard Saint-Denis vers l'est.

 

Quelques vues de l'arc, côté sud
Quelques vues de l'arc, côté sud
Quelques vues de l'arc, côté sud
Quelques vues de l'arc, côté sud

Quelques vues de l'arc, côté sud

Détails de la porte Saint-Denis face nord

Détails de la porte Saint-Denis face nord

L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche

L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche

Quelques liens sur la Porte-Saint-Denis à Paris :

http://paris1900.lartnouveau.com/paris10/porte_st_denis.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Porte_Saint-Denis

http://www.histoires-de-paris.fr/porte-saint-denis/

La porte de Titus à Rome : lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_de_Titus

Les 4 arcs de Triomphe à Paris : http://www.histoire-pour-tous.fr/tourisme/105-france-paris/4375-les-quatre-arcs-de-triomphe-de-paris.html

La Porte Saint-Denis : 1672, voir article joint

La Porte Saint-Martin : 1674, célèbre la prise de Besançon et la Rupture de la Triple Alliance, la prise de Limbourg et rend Honneur à Alexandre le Grand pour la double prise de Besançon et la Franche-Comté, de sa victoire sur les armées allemandes, espagnoles et hollandaises, lien  https://fr.wikipedia.org/wiki/Porte_Saint-Martin

L'arc de Triomphe du Carrousel : 1808-1836, célèbre la campagne d'Auterlitz de Napoléon 1er,commencé sous son règne et terminé sous celui de Louis-Philippe, lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_de_triomphe_du_Carrousel

L'Arc de Triomphe de l'Etoile : 1808-1836, célèbre les grandes batailles de la Révolution et de l'Empire. Commencé sous Napoléon 1er et terminé sous Louis-Philippe. lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_de_triomphe_de_l%27%C3%89toile

Voir aussi les sculptures de l'Arc de Triomphe de la place de l'Etoile, ancien article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-sculptures-de-l-arc-de-triomphe-115417831.html

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 06:32
L'église Saint-Sulpice à Paris VIème

 

L'église Saint-Sulpice est une grande église du quartier de l'Odéon dans le VIème arrondissement de Paris.

Elle est dédié à Sulpice-le-Pieux, archevêque de Bourges au VIIème siècle.

L'église fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 20 mai 1915.

Le site est desservi par les stations de métro. Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés, Odéon et Mabillon.

 

 

Détails du hall d'entrée de l'église :Détails du hall d'entrée de l'église :Détails du hall d'entrée de l'église :

Détails du hall d'entrée de l'église :

L'église et ses grandes orguesL'église et ses grandes orguesL'église et ses grandes orgues

L'église et ses grandes orgues

Les grandes orgues de l'église Saint-Sulpice :

 

 
Achevée en 1862, la seconde facture du grand orgue de Saint-Sulpice signée Aristide Cavaillé-Coll, l’élève au rang des orgues les plus prestigieux du monde. Son caractère unique : la qualité de ses factures préservées classiques et romantiques qui lui permet de relier les deux grandes périodes de l’histoire de la musique pour orgue.
Le mécanisme qui actionnait la soufflerie fonctionnait grâce aux jambes des souffleurs. Il fallait jusqu’à cinq hommes pour produire en continue suffisamment d’air pour faire sonner l'instrument.
Dans les années 1920, les souffleurs furent remplacés par un moteur électrique

La sacriste

La sacriste

Le bénitier de Jean-Baptiste PigalleLe bénitier de Jean-Baptiste Pigalle

Le bénitier de Jean-Baptiste Pigalle

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice

L'église Saint-Sulpice à Paris VIème

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice est un appareil de mesure astronomique situé dans l'église Saint-Sulpice de Paris.

C'est un dispositif conçu pour projeter un rayon lumineux sur le sol, afin de déterminer la position du soleil dans le ciel. Au début de l'époque moderne, d'autres gnomons ont été construits dans des églises italiennes et françaises afin de mieux calculer certains événements astronomiques. Parmi ces églises figurent Santa-Maria-del-Fiore à Florence, San Petronio à Bologne, et l'église de la Chartreuse de Rome.

Ces gnomons sont tombés en désuétude avec l'avènement de puissants téléscopes.

L'historique de la construction de l'église :

Les travaux sous Servandoni, après 1730

Projet de façade de Servandoni 1732
Projet de façade de Servandoni 1732

En 1726 se pose la question de la réalisation de la façade inachevée d'un style classique devant une église de style jésuite. Un concours est lancé auquel ont participé plusieurs architectes dont Dervandoni, et Juste-Aurèle Meissonnier.

En 1730, le curé de Saint-Sulpice, Jean-Baptiste Joseph Languet de Gergy, frère de Jean-Joseph Languer de Gergy , propose 6 000 livres de récompense à celui des artistes de France ou d'Italie dont il recevait un dessin capable de remplir ses vues pour l'élévation du grand portail de l'église.

C'est Servandoni qui remporte le concours de sa construction en 1732, mais son projet évolue avec le temps. Il envisageait d'inscrire l'église dans une vaste place à la romaine, semi-circulaire, dont il avait donné les plans en 1752.

Giovanni Niccolo
Giovanni Niccolo

Un tel projet nécessitait l'acquisition de vastes terrains et la démolition de maisons existantes, aussi un seul immeuble fut construit en 1754, actuel numéro 6 place Saint-Sulpice, pour servir de modèle et de gabarit au reste de la place, mais les autres ne furent jamais réalisés. La rue qui part de l'autre côté de la place porte aujourd'hui le nom de l'architecte. Le projet de Servandoni prévoit deux tours reliées par un portique orné de colonnes surmonté d'un fronton triangulaire. Le projet rappelle la cathédrale Saint-Paul de Londres où Servandoni avait résidé dans sa jeunesse.

Le péristyle mesure 32 mètres de largeur. Il est soutenu par des colonnes accouplées en profondeur. Il est décoré de sept bas-reliefs sculptés par Michel-Ange Slodtzr. Ce sculpteur a aussi réalisé les médaillons des quatre évangélistes. Les statues de Saint-Pierre et de Saint-Paul sont du sculpteurEmile Thomas (1817-1882), élève dePradier et datent de 1856.

En 1745, le curé Languet de Gergy, commanditaire des nouveaux travaux, commande à Edmé Bouchardon de nombreuses statues, dont une Vierge en argent massif. Saint-Simon prétend que le curé s'était procuré le métal de cette statue en emportant discrètement les couverts, lorsqu'il dînait chez ses paroissiens. Le chroniqueur donnait à la statue le surnom de "Notre-Dame de la Vieille Vaisselle" ...

La place et la fontaine Saint-Sulpice :

La place et la fontaine des quatre "point" cardinaux

La place et la fontaine des quatre "point" cardinaux

Sources bibliographiques et documentation :

Lien site Wikipédia L'église Saint-Sulpice à Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Sulpice_de_Paris

Lien site Wikipédia Le Gnomon de l'église Saint-Sulpice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gnomon_de_l%27%C3%A9glise_Saint-Sulpice

Lien site Wikipédia La place Saint-Sulpice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Place_Saint-Sulpice

Lien site Wikipédia La fontaine Saint-Sulpice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_Saint-Sulpice

Le grand orgue de l'église Saint-Sulpice à Paris :site France-Musique : http://www.francemusique.fr/classique/le-grand-orgue-de-saint-sulpice-ce-trait-d-union-entre-art-ancien-et-art-nouveau-70827

Le fontaine des quatre "point" cardinaux, Paris en photos :http://www.paris-en-photos.fr/fontaine-saint-sulpice/

La place Saint-Sulpice et sa fontaine lien blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/la-place-saint-sulpice-et-sa-fontaine.html

 

   Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 06:46

Le passage le plus ancien de Paris, ouvert en 1898, juste avant le passage du Panorama et un des plus longs. Une passage labyrinthique avec 3 ailes et 6 entrées.

Adresse de la branche principale : 2, place du Caire et 33, rue d’Alexandrie
Autres entrées : 237-239, rue Saint-Denis et 14, 34 et 44, rue du Caire, 75002 Paris

Ses trois galeries : Saint-Denis, Sainte-Foy et Galerie du Caire.
Métro.  : Sentier
Le passage est ouvert du lundi au vendredi de 7 H à 18 H 30. A éviter le matin de bonne heure où le passage est un véritable embouteillage de porteurs de tissus et de vêtements précédant leus diables chargés, quoique impressionnant à voir pour les curieux.

Une des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor  L'entrée place du CaireUne des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor  L'entrée place du CaireUne des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor  L'entrée place du Caire

Une des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor L'entrée place du Caire

Le passage du Caire et ses allées ramifiées

Le passage du Caire et ses allées ramifiées

L'entrée du passage du Caire rue Saint-Denis et ses allées directes

L'entrée du passage du Caire rue Saint-Denis et ses allées directes

Historique : Construit à l’initiative de la Caisse des Rentiers sur les plans de l’architecte Trételle et ouvert au public fin 1798, le passage fut ouvert lors de la campagne de Napoléon en Egyste, ce qui explique les décoration de l'immeuble d'entrée du passage place du Caire

L’engouement pour l’Égypte qui suivit cette campagne explique son nom d'influence orientale, ainsi que la décoration de sa façade sur la place du Caire, ornée de trois effigies de la déesse Hathor, reconnaissable à ses oreilles de vache, tour à tour incarnation du ciel, déesse de la joie, de la musique, de l’amour, puis de la montagne des morts, La façade a été inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) le 28 avril 1964.

Il fut un premier temps nommé « Passage de la Foire du Caire ».

Ce passage fut édifié à l’emplacement des bâtiments et du jardin du couvent des Filles-Dieu à proximité de la cour des miracles..

 La place du Caire en 1903 Eugène Atget
La place du Caire en 1903 Eugène Atget

À la création des galeries, ce furent même les pierres tombales des religieuses du couvent qui constituèrent une partie du dallage des galeries qui sont au nombre de trois : la galerie Saint-Denis, la galerie Sainte-Foy et la galerie du Caire.

La principale industrie de ce passage dès les années 1840 étaient l'imprimerie et la lithographie, situation qui s'accentua sous le Second et contribua à le faire déserter par les flâneurs. Ces activités furent ensuite remplacées par la fabrication de mannequins pour vitrines de magasin de mode.

Actuellement, le passage est occupé par les grossistes du prêt-à-porter, principalement féminin, des boutiques de portants et de mannequins, des ateliers de fabrications de vêtements.

Le passage du Caire en restauration partielle :

Photographies du passage du Caire le 27 septembre 2016 et ses restaurations

Photographies du passage du Caire le 27 septembre 2016 et ses restaurations

Le passage du Caire à Paris IIème

La place du Caire :

La place du Caire se trouve à l’extrémité nord du IIème arrondissement de Paris Il s'agit d'une place de forme triangulaire, d'environ 25 mètres de côté, comprise entre les rues d'Aboukir et du Caire.

Une des entrées du passage du Caire est située sur cette place.

La place du Caire et l'entrée du Passage du même nom

La place du Caire et l'entrée du Passage du même nom

Situé au cœur du Sentier, le passage est désormais massivement occupé par les grossistes du prêt-à-porter. Assez délabré et ayant perdu une large part de son cachet, le passage n'abrite plus que des boutiques de confection de tissus sans caractère ancien et est parcouru la semaine par les livreurs de vêtements. Sans grand attrait, il est assez délaissé par les promeneurs.

Sources et bibliographie :

Lien site Wikipédia Le passage du Caire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Caire

Lien site Les passages couverts de Paris : http://passagecouvert.free.fr/passages/de-A-a-Z/caire.htm

Quartier : Bonne Nouvelle - Sentier

Caractéristiques du passage :

Longueur : 360 mètres, largeur : 2,6 mètres

Historique :  Création  en 1798. Ancien nom du passage :  Passage de la Foire du Caire.

Les sociétés occupants le passage et l'annuaire officiel : http://www.pagesjaunes.fr/annuaire/passage-du-caire-paris-75/-

Entre autres :

Société RETIF :  matériel d'agencement de magasins 36, passage du Caire 75002 Paris Tél. : 01 40 13 02 38

Société Ivan SARL : Import-export international 37, passage du Caire 75002 Paris Tél. : 01 42 33 78 72

Voir aussi  la liste des passages et galeries du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Plan du quartier du passage et ses rues d'accès :

Le passage du Caire à Paris IIème

 

Bonne visite !

Voir aussi dans le quartier proche, un autre passage situé en face de l'entrée du passage du Caire, rue de saint-Denis :

Le passage du Ponceau

Le passage du Ponceau : 212, rue de Saint-Denis, 119 boulevard de Sébastopol, 75002 Paris

Le passage du Ponceau : 212, rue de Saint-Denis, 119 boulevard de Sébastopol, 75002 Paris

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 20:40
Le passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à Paris
Le passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à Paris

Le passage du Bourg-l’Abbé ou passage Bourg-l’Abbé, est un passage couvert parisien situé dans le deuxième arrondissement entre la rue Saint-Denis à l'ouest et la rue de Palestro à l'est

Ce site est desservi par la station de métro. Etienne-Marcel.

Le passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à ParisLe passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à ParisLe passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à Paris

Édifié en 1828 par Auguste Lusson entre le passage du Grand Cerf et le passage de l'Ancre, non couvert, le passage Bourg-l'Abbé a perdu de son activité, mais quelques commerces essaient de le faire revivre.

Les cariatides de l'entrée : le Commerce et l'Industrie

Les cariatides de l'entrée : le Commerce et l'Industrie

 

L'entrée du passage ouvrant sur la rue de Palestro est l’œuvre d'Henri Blondel, architecte de la Bource du Commerce. Les deux cariatides  qui encadrent l’entrée, sculptées par Aimé Millet sont des allégories du commerce et de l'industrie.

Situé dans un quartier populaire, le passage est en cours de restauration. Possédant toujours un certain cachet, le passage paraît un peu triste.

Il est ouvert du lundi au samedi de 7 H 30 à 19 H 30.

Adresse120, rue Saint-Denis et 3, rue de Palestro, 75002 Paris

Ouverture : ouvert du lundi au samedi de 7 h 30 à 19 h 30

Statut voie privée

Taille : Longueur : 47 mètres, largeur 3 mètres,

Inscription ISMH 21 janvier 1991

Voir aussi :

Lien site Wikipédia Le passage Bourg L'Abbé ou le passage du Bourd-L'Abbé : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Bourg-l%27Abb%C3%A9

Lien site Wikipédia Le passage Bourg-l'Abbé ou le passage du Bourg-L'abbé : https://www.passagesetgaleries.org/texts/passages/2fiches_passages/fiches/bourg_labbe.html

Le dernier menuisier du centre de Paris : Ivan Lulli : https://fr.petitsfrenchies.com/ivan-lulli-dernier-ebeniste-du-centre-paris/

Atelier de menuiserie Lulli :

Ivan Lulli : 8, Passage du Bourg-l'Abbé, 75002 Paris Tél. : 01 45 08 55 56
Métro. Etienne-Marcel ou
GPS Latitude : 48.864492 Longitude : 2.350624

Métro : Etienne Marcel (ligne 4) ou autobus : 29 arrêt Etienne Marcel.

La liste des passages et galeries de Paris :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 09:59
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement

Cette fontaine réalisée en 1888 par Louis Visconti et le sculpteur Jean-Baptiste-Jules Klagmann se situe au centre de la place Louvois à Paris 2ème arrondissement.

Elle prit d'abord le nom de fontaine Richelieu

Elle fait face à la Bibliothèque nationale de France.

Le square est encadré par quatre voies :  au nord : la rue de Louvois, à l'est la rue de Richelieu, au sud, la rue Rameau, à l'ouest la rue Lulli et en face le Quadrilataire Richelieu, site de la Bibliothèque de France

Ce site est desservi par la station de métropolitain Quatre-Septembre et la ligne de bus N° 39.

Le jardin  Louvois est un lieu de calme et de repos des parisiens, tout près des boulevards bruyants de Paris.

 

La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
Détail de la fontaine LouvoisDétail de la fontaine LouvoisDétail de la fontaine Louvois

Détail de la fontaine Louvois

La fontaine Louvois est un monument situé au milieu du square Louvois, créé en 1830. Ce square occupe la place d'un ancien opéra, l'Opéra de la rue de Richelieu  construit en 1792 et démoli en 1820. Le square se trouve dans le 2ème arrondissement de Paris, rue Richelieu, au niveau de l'entrée de la Bibliothèque nationale de France.

Suite à la démolition de cet opéra , la place devait recevoir un monument expiatoire, pour le duc de Berry,  poignardé en 1920 par Louvel, au sortir d'un spectacle. Une chapelle fut commencée; la révolution de 1830 suspendit le projet, et en 1835, la municipalité en accord avec le gouvernement, planta la place d'arbres, détruisit la chapelle et entreprit l'érection d'une fontaine qui reçu d'abord le nom de Fontaine Richelieu. Victor Hugo dans Les Misérables dans "Les Misérables (IV, 8, 7), retrace cette histoire.

Cette fontaine  a été réalisée en 1888 par Louis Visconti à la demande de Louis-Philippe. Elle est un hommage aux quatre grands fleuves : la Seine , la Garonne, la Loire, et la Saône (?), Le pied de la statue est décoré de quatre tritons chevauchant un dauphin.

Sur le pourtour de la grande vasque de marbre sont sculptés les douze signes du zodiaque en alternances avec des mascarons crachant de l'eau.

Les sculptures sont signées Jean-Baptiste-Jules Klagmann..

La fontaine a la particularité d'être réalisée en fonte de fer par la fonderie Calla (1) (Paris).

La Garonne, La Loire, La Seine et la Saône

La Garonne, La Loire, La Seine et la Saône

La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois, après son érection en 1888. Daguerreotype N° 46 Paris

La fontaine Louvois, après son érection en 1888. Daguerreotype N° 46 Paris

Documentation et sources bibliographiques :

Site lien Wikipédia La fontaine Louvois : https://www.google.fr/#q=fontaine+louvois

Site Wikipédia lien Square Louvois : https://fr.wikipedia.org/wiki/Square_Louvois

(1) Lien : François-Etienne Calla : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-%C3%89tienne_Calla

Voir aussi : article blog Les fontaines de Paris, la liste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_fontaines_de_Paris_liste_List_of_Paris_fountains-3395058.html

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 07:38
Le passage de Choiseul ou le passage Choiseul à Paris 2ème

Le passage Choiseul ou le passage de Choiseul est un passage situé à Paris dans le 2ème arrondissement dans le quartier Gaillon, non loin l'Opéra Garnier de la fontaine Gaillon.

Ses entrées se situent respectivement au niveau des :

23, rue Saint-Augustin, 40, rue des Petits-Champs et 40, rue Dalayrac (son entrée secondaire).

L'accès par le métropolitain le plus proche en est la station "4 septembre"

Sa longueur est de 190 mètres et sa largeur de 3,90 mètres en moyenne.

Sa longueur en fait un des plus longs des passages parisiens avec le passage du Caire aux allées plus ramifiées.

Le passage Choiseul fut édifié entre 1825 et 1827 à proximité des Grands Boulevards, alors très fréquentés, à l'initiative de la banque Mallet et Cie, en vue de réaliser une opération d'ordre spéculatif, comme c'est le cas plus de nombreux passages.

Les plans ont été dessinés par l'architecte François Mazois, mais celui-ci ne verra pas l'achèvement de son travail puisqu'il décède en 1826. La relève est assurée par Antoine Tavernier qui fut chargé de l'achèvement du passage.

Ce dernier dressa les plans du passage Sainte-Anne, permettant un accès depuis l'Est au passage Choiseul.

Le passage Choiseul, ainsi que le passage Saint-Anne, avec leurs façades intérieures et les toitures sur rue des immeubles 23, rue Saint-Augustin, 40, rue des Petits-Champs, 6 à 46 rue Dalayrac et 59, 61 rue Sainte-Anne, sont inscrits au titre des monuments historiques, par arrêté du 7 juillet 1974.

Les travaux du passage Choiseul :

La verrière du passage en mauvais état a été complétement restaurée en 1907, ce qui apporte une luminosité exceptionnelle dans l'édifice.

Le passage de Choiseul ou le passage Choiseul à Paris 2ème

Les restaurations du sol et de l'éclairage sont actuellement en cours.

Quelques vues du passage ChoiseulQuelques vues du passage ChoiseulQuelques vues du passage Choiseul

Quelques vues du passage Choiseul

Le lieu possède un passé littéraire :

  • Alphonse Lemerre, le premier éditeur des poètes Parnassiens possédait en effet sa boutique dans le passage au no 23,
  •  Louis-Ferdinand Céline y vécut enfant de 1899 à 1907, sa mère y tenant une boutique de « nouveautés » au no 67 puis à partir de 1904 au no 64. Il immortalisa le passage dans sa décrépitude en 1936 sous le nom de « Passage des Bérésinas » dans "Mort à crédit",
  • Le Théâtre des Bouffes-Parisiens  possède sa sortie secondaire dans le passage et contribue depuis son ouverture en 1857 à l'animation du passage.

De nombreux commerces, restaurants, bars et galeries artistiques occupent le passage Choiseul et animent ce lieu charmant.

Entres autres la boutique de fournitures artistiques Lavrut, depuis 1922, qui occupe le N° 52 du passage.

Le passage Choiseul, le 17 septembre 2016

Le passage Choiseul, le 17 septembre 2016

Le passage Sainte-Anne, du même achitecte :

Le passage Sainte-Anne, situé à quelques dizaines de mètres du passage Choiseul

Le passage Sainte-Anne, situé à quelques dizaines de mètres du passage Choiseul

Sources et bibliographie :

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_Choiseul

Images du 17 septembre 2016, Journées Européenne du Patrimone.

Le passage est ouvert du lundi au samedi de heures à 20 heures.

Fourniture d'artistes : Lavrut, 52, passage Choiseul 75002 Paris

Tél. : 01 42 96 95 54 Fax : 01 40 20 94 89 Courriel : contact@lavrut.com

Site : http://www.lavrut.com

Voir aussi article la liste des passages et galeries de Paris: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 20:22
L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016
La Galerie dorée de l'Hôtel de Toulouse

La Galerie dorée de l'Hôtel de Toulouse

Une visite guidée le samedi 17 septembre 2016 à l'Hôtel de Toulouse occupé par les bâtiments de la Banque de France depuis 1808, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2016.

 

Après avoir occupé successivement l'Oratoire du Louvre, la rue Saint-Honoré, et l'Hôtel Massiac rue d'Aboukir (1), la Banque de France rachète à l'Etat l'Hôtel de Toulouse.

Cet hôtel particulier avait été saisi comme bien national pendant la Révolution et hébergeait depuis 1793 l'Imprimerie Nationale.

 

Un parcours de découverte sur les missions et les actions de la Banque de France, sur l'or, la fabrication et le tri des billets de banque, puis un parcours historique et architectural au coeur de l'Hôtel de Toulouse en passant par sa splendide galerie dorée, bijoux de l'édifice.

 

.

 

 

La Banque de France , quelques chiffres :

12.269 salariés,

96 succursales

21 antennes économiques

73 bureaux d'accueil et d'information

12,9 milliards d'euros de fonds propres

18,9 milliards de billets en circulation, dont 41 % sont des billets de 20 euros pour une valeurs de 1083 milliars d'euros

6 milliards de billets fabriqués en zone euro en 2015, dont 2,8 milliards par la Banque de France fabriqués par une filiade présente dans le Puy-de-Dôme.

L'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits ChampsL'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits ChampsL'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits Champs

L'entrée de la cour d'honneur rue Croix des Petits Champs

L'Auditorium suspendu, début de visiteL'Auditorium suspendu, début de visiteL'Auditorium suspendu, début de visite

L'Auditorium suspendu, début de visite

Les missions de la Banque de France. La technique et les billets

Les missions de la Banque de France. La technique et les billets

L'histoire des billets et sa lutte contre la contrefaçon

L'histoire des billets et sa lutte contre la contrefaçon

L'évacuation de l'or de la France en 1944

L'évacuation de l'or de la France en 1944

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

La pièce de 100 francs-or de Lucien Bazor, graveur :

Cette monnaie d'or, frappée entre 1935 et 1936, fut refondue quelques années plus tard sans avoir été mise en circulation. Elle traduit l'illusoire tentative de restauration de l'étalon-or de l'entre deux-guerres.

En 1929, le graveur Lucien Bazor représente une Marianne moderne aux cheveux courts. La garçonne incarne la figure mythique des Années Folles et l'icône de la mode.

Casquée de cuir, comme les aviateurs femmes, pionnières de l'émancipation féminine, Marianne ne laisse échapper aucun cheveux de son bonnet phrygien orné d'une aile et d'une cocarde.

La pièce 100 francs-or pesait 6,55 grammes conformément à la loi monétaire qui définissait le franc comme 65,5 milligrammes d'or. Elle avait un diamètre de 21 millimètres comme la pièce de 20 francs-or germinal (le napoléon)

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

L'or et la banque de France :

La Banque de France détient 2.435 tonnes d'or dans la souterraine qui est située à 27 mètres sous le niveau du sol.

Cet or constitue les réserves de la France et représente environ 80 milliards d'euros.

Tout l'or du monde et exploité depuis l'origine représente 150.000 tonnes qui représentent environ 9.000 mètres-cube (19,5 tonnes/m3). Il tiendrait dans un cube de 20 mètres de côté.

Quelques chiffres :

. Quantité totale d'or dans le monde référencée en 2011 : 150.000 tonnes,

. Production mondiale d'or en 2014 : 2860 tonnes.

. Premier producteur d'or dans le monde : la Chine, avec 16 % de cette production mondiale.

.1 gramme d'or est suffisant pour former un fil de 2.500 mètres de longueur et couvrir une superficie de 2 m2.

La Souterraine :

Sous le bâtiment moderne de la Banque de France se trouvent les réserves d'or de la France déposées dans ce lieu confidentiel.

La Souterraine fut construite entre 1924 et 1927. Sa construction fut décidée au lendemain de la guerre de 1914-1918 qui avait revélé la vulnérabilité des caves de l'Hôtel de Toulouse.

Elle fut creusée en galerie par 1200 ouvriers qui se relayèrent nuit en jour pendant 3 ans.

Elle est soutenue par 720 piliers et est protégée par de multiples encenites.

 

En 1932, l'écrivain Stefan Zweig obtint le privilège de visiter la Souterraine. Il en tira un récit de voyage "Besuch bei den Millaeden" qu'il publia dans le journal " Neue Freie Press" à Vienne.

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

La Souterraine :

Le coffre dit "de Fouché"

Le coffre dit "de Fouché"

Le coffre dit "de Fouché" :

Le coffre dit "de Fouché", selon la tradition, en acier bruni et bronze doré, possède une complexe serrure à secret. Le trou de la serrure est caché derrière un élément de décor de la porte de droite. Il est révélé en déplaçant  la branche de laurier qui se trouve en bas et à gauche de la porte. La clé doit être tournée et déplacée selon une séquense précise pour déverrouiller les pênes.

A l'intérieur du coffre se trouve dissimilé un compartiment secret à triple fond.

La Galerie Dorée et ses oeuvres d'art

La Galerie Dorée et ses oeuvres d'art

La Galerie dorée de l'Hôtel de Toulouse :

La Galerie dorée mesure 40 mètres de long pour 6,50 mètres de large et 8 mètres de haut.

Pour comparaison, la galerie des glaces du château de Versailles mesure 80 mètres et 10 mètres de large.

Elle fut contruite entre 1635 et 1840 par François Mansart pour le secrétaire d'Etat de Louis XIII, Louis Phélypeaux de la Vrillière.

Elle fut entièrement redécorée entre 1714 et 1719 par l'architecte Robert de Cotte et le sculpteur Louis-Antoine Vassé, après le rachat de l'hôtel par le Comte de Toulouse.

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

Un peu d'histoire ;

Sur les terrains libérés par la démolition de l'ancienne enceinte Charles V, Louis Phélypeaux de la Vrillière, secrétaire d'Etat le Louis XIII, demanda à l'architecte François Mansart de lui construire un hôtel particulier avec cour et jardin, comportant une galerie de 20 toises de long (40 mètres) ave l'extrémité en encorbellement au-dessus de la rue. Sur les murs de la galerie était disposés dix toiles originales. en 1646, il commanda au peintre François Perrier une fresque mythologique pour décorer la voûte de la galerie.

L'hôtel du comte de Toulouse :

En 1713, Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse, fils illégitime de Louis XIV et de Madame de Montespan, rachète l'hôtel de la Vrillière et entreprend un grand programme de travaux. L'architecte Robert de Cotte confie au sculpteur Louis-Aintoine Vassé la décoration de la Galerie dorée, dans le style Régence, autour de deux thèmes : la marine et la chasse.

Une des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-ChampsUne des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-ChampsUne des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-Champs

Une des cours de l'hôtel et ses magnifiques entrées rue Croix-des-Champs

Les salons et appartements de l'hôtel de Toulouse :

L'ameublement des grands salonsL'ameublement des grands salonsL'ameublement des grands salons

L'ameublement des grands salons

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016
L'Histoire de la monnaie et ses dates

L'Histoire de la monnaie et ses dates

La Galerie dorée et ses tableaux :

Les 10 tableaux achetés par Louis Phélypeaux de la Vrillière représentent, à l'exception de l'enlèvement d'Hélène de Guido Reni, des scènes tirées de l'histoire romaine.

Les originaux de ces toiles saisies à la Révolution se trouvent au Louvre et dans d'autres musées nationaux.

L'Hôtel de Toulouse La Banque de France aux Journées Européennes du Patrimoine 2016

1 - L'Empereur Auguste ferme les portes du temple de Janus

de Carlo Maratte vers 1655-1657,

2 - Faustulus confie Romulus et Remus à Laurentia

de Pierre de Cortone 1637,

3 - Camille livre le maître d'école de Faleris à ses écoliers

de Nicolas Poussin 1637,

4 - L'Enlèvement d'Hélène par Pâris

de Guido Reni 1631,

5 - La Mort de Cléopâtre

d'Alexandro Turchi, dit Véronèse 1640,

6 - Les adieux d'Hector à Priam

de Le Gerchin - 1637,

7 - Auguste et la Sibylle

de Pierre de Cortone vers 1660,

8 - César remet Cléopâtre sur le trône d'Egypte

de Pierre de Cortone vers 1637,

9 - Le combat des Sabins et des Romains

de Le Guerchin 1645,

10 - Coriolan supplié par sa mère

de Le Guerchin 1643,

11 - L'élément central de la fresque du plafond de la Galerie dorée L'AEther représentant Apollon, Louis XIV dans son char, précédé de l'étoile du matin, Anne d'Autriche.

La fresque, peinte par François Perrier entre 1646 et 1649 et refaite au XIXème siècle, est ordonnée autour des quatre éléments représentés dans quatre tableaux aux quatre coins de la galerie : l’eau avec Neptune et Amphitrite, la terre avec Pluton et Proserpine, le feu avec Jupiter et Sémélé et l’air avec Éole et Juno. Au centre, en majesté, le char d’Apollon précédé de l’étoile du matin et suivi de la Lune, traverse le ciel.

 

Sources bibliographiques et documentaires, références :

Journées Européennes du Patrimoine : Portes ouvertes des 17 & 18 septembre 2016, documentation Banque de France Eurosystème

Site lien Wikipédia Hôtel de Toulouse : https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_Toulouse

Blog : l'Hôtel de Toulouse : http://parisii.fr/2011/04/hotel-de-toulouse/

(1) Hôtel de l'Hôpital ou Hôtel de Pomponne ou Hôtel Massiac lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_de_L%27Hospital

Emission A2 "Dans les secrets de la Banque de France" 16 septembre 2016

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 19:51
Le passage Puteaux à Parix VIIIème

31, rue de l'Arcade et 18, rue Pasquier

face à la rue Tronson-du-Coudray.

Paris VIIIème arrondissement

Les deux entrées du passage : 18, rue Pasquier et 31, rue de l'Arcade

Les deux entrées du passage : 18, rue Pasquier et 31, rue de l'Arcade

Ouvert en 1839, le passage Puteaux fut réalisé à proximité de la future gare Saint-Lazare qui devait être construite à hauteur de la rue Tronchet  Il est l’œuvre de Louis Puteaux (voir la rue Puteaux dans le XVIIème arrondissement) qui y a construit plusieurs immeubles. Le passage Puteaux joua de malchance, puisqu'au lieu de se trouver dans une situation idéale, la gare fut en définitive édifiée plus au nord, dans lequartier de l'Europe. Ainsi ce passage de six travées au charme certain se trouva dès le départ déserté par les commerçants et les piétons.

Le passage Puteaux à Parix VIIIèmeLe passage Puteaux à Parix VIIIèmeLe passage Puteaux à Parix VIIIème

Le passage Puteaux est situé dans  entre la rue de l'Arcade, à l'ouest, et la rue Pasquier, à l'est, Il fait face à la rue Tronson-du-Coudray.

Le passage Puteaux

Le passage Puteaux

Image du passage PuteauxImage du passage PuteauxImage du passage Puteaux

Image du passage Puteaux

  Cette voie privée , construite sur l'emplacement de l'ancien prieuré des Bénédictines de la Ville-l'Evêque ou de Notre-Dame de Grâce, est ouverte en 1839 par Louis Puteaux. Entrepreneur de son état, Louis Puteaux fut l'un des grands bâtisseurs du quartier des Batignolles.

Ce passage relie le 31, rue de l'arcade, nom donné en souvenir d'une arcade en voûte  construite en 1651 par Alexandre de Lespinasse , détruite en 1850, qui permettait aux religieuses Bénédictines de communiquer avec leurs jardins, au 18,rue Pasquier.

Il prit également le nom de passage Pasquier, puis en 1873 à nouveau celui de Puteaux, nom qu'il conservera désormais . 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 07:10
Les bâtiments d'entrée de la Cité Universitaire près de la station de RER B Cité Universitaire

Les bâtiments d'entrée de la Cité Universitaire près de la station de RER B Cité Universitaire

Après la visite-conférence du 16 juillet dernier à la C.I.U.P., une deuxième conférence le 10 septembre avec les visites de 4 pavillons de la Cité.

Merci à Roselyne pour ces magnifiques découvertes.

La Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du LuxembourgLa Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du LuxembourgLa Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du Luxembourg

La Fondation Biermans-Lapotre, pavillon de la Belgique et du Luxembourg

La Maison des Etudiants ArméniensLa Maison des Etudiants ArméniensLa Maison des Etudiants Arméniens

La Maison des Etudiants Arméniens

La Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'îleLa Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'îleLa Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'île

La Fondation Abreu de Grancher, Maison de Cuba, ses meubles en acajou de l'île

La Maison de MarocLa Maison de MarocLa Maison de Maroc

La Maison de Maroc

La Maison des Provinces de France

La Maison des Provinces de France

Bonne visite !!

 

Voir aussi l'article sur la visite-conférence du 16 juillet 2016 à la C.I.U.P. :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/la-cite-internationale-universitaire-de-paris-ciup.html

Le site de Roselyne, conférencière en histoire : http://www.histoire-et-visite.fr

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 07:07
"L'Heure de tous" 1985

"L'Heure de tous" 1985

"Consigne à vie" 1985

"Consigne à vie" 1985

Installées depuis près de trente ans sur le parvis de la gare Saint-Lazare à Paris, les œuvres d’Arman, "L’Heure de tous", une accumulation d’horloges, et "Consigne à vie", une accumulation de valises, ont été restaurées et retrouvées dans  l’espace public le 14 mai 2014.

Véritables signaux urbains et lieux de rendez-vous, elles constituent des points de repères qui guident les voyageurs vers la gare, l’une des plus importantes de France et d’Europe.

Arman, né Armand Fernandez né le 17 novembre 1928 à Nice et décédé à New-York le 22 octobre 2005, est un artiste franco-américain, peintre, sculpteur et plasticien, connu pour ses « accumulations ». Il fut l’un des premiers à employer directement, comme matière picturale, les objets manufacturés, qui représentaient pour lui les prolongements multiples et infinis de la main de l'homme qui subissent un cycle continu de production, consommation, destruction.

Oeuvres d'Arman :   Untitled, 1987, 1994, 1997  @Arman Studio  http://www.armanstudio.com

Oeuvres d'Arman : Untitled, 1987, 1994, 1997 @Arman Studio http://www.armanstudio.com

Site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arman

L'artiste :

Website Arman : //www.armanstudio.com/

 

Voir aussi article "La Vénus des Arts" à Paris VIème : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-venus-des-arts-d-arman-1992-paris-vieme.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article