Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 06:39

Les quartiers environnants du passage du Grand Cerf :

 

Un tournage avec la chaine ARTE en fin janvier 2017 m'a permis de travailler sur l'historique du quartier proche du passage du grand Cerf

 

Ce passage a été percé entre deux rues :

la rue Saint-Denis et la rue Dussoubs.

 

Plusieurs articles ont été réalisés sur le passage du Grand Cerf

Cet article pour but d'écrire quelques mots sur l'histoire de ces rues :

 

 

 

 

 

L'entrée du passage rue Dussoubs:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                L'entrée du passage rue Saint-Denis

Histoire de la rue Saint-Denis :

C'est au bord de ce chemin qui conduisait à l'ancien Catalocum, nommé depuis Saint-Denis  par le fait que ce saint qui vint prêcher la foi chrétienne dans les Gaules vers l'an 245 et qui y fut inhumé, qu'ont vraisemblablement été construites les premières maisons des Parisiens, lorsqu'ils commencèrent à sortir de leur île,du côté du nord.

Dès 1134, une rue  bordée de maisons remplaçait le chemin  aboutissait à la rue d'Avignon. De cet endroit on voyait une porte de ville qui faisait partie de la deuxième enceinte de Paris , construite sans doute à la suite du grand siège de 885 par les vikings.

Située dans le quartier des Lombards, cette voie d'une longueur de 63 mètres, commençait aux no 20 rue Saint-Denis et se terminait aux numéros  15 et 17 rue de la Savonnerie rue de la Savonnerie2.

Les numéros de la rue étaient noirs. Le dernier numéro impair était le no 11 et le dernier numéro pair était le no 10.

Vers 1197, la rue Saint-Denis n'allait encore qu'entre la porte de la deuxième enceinte de la ville, un peu au-dessous de la rue Troussevache et atteignait la rue Mauconseil où se trouvait une porte de la troisième enceinte de Paris commencée en 1188, par ordre de Philippe-Auguste.

La partie entre la place du Châtelet et la rue de la ferronnerie , c'est à dire ce qui était compris de cette rue dans la seconde enceinte de Paris se nommait en 1284  rue de la Sellerie-de-Paris, en 1293  rue de la Sellerie-de-la-Grand'rue, en 1310 Grand'rue de Paris et en 1311 Grand'rue des Saints-Innocents car elle conduisait directement à l'église des Saints-Innocents. Elle a ensuite porté les noms de Grant chaussée de Monsieur, Grant, chaussée de Monseigneur Saint-Denis, Grant chaussiée de Monsieur Saint-Denis, Grand'rue Saint-Denis et enfin rue Saint-Denis. Le nom de Grant-Chaussiée-Monsieur-Denis et de ses dérivés est dû au

pèlerinage au tombeau de saint Denis mis en honneur au Vème siècle par sainte Geneviève.

Lien : rue Troussevache :

La porte Saint-Denis :

La porte Saint-Denis actuelle est un arc de triomphe situé dans l'actuel 10ème arrondissement de Paris et construit en 1672 par l'architecte François Blondel, à la gloire de Louis XIV.

Elle est située à l'emplacement d'une porte de Paris de l'ancienne enceinte de Charles V.

C'est un des monuments les plus représentatifs de l'art officiel de son époque, présenté dans toutes les anthologies..

Voir article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-porte-saint-denis-a-paris.html

 

On peut aussi situer la Porte de Saint-Denis de l'époque de l'enceinte de Philippe-Auguste.

Elle s'est appelée La porte aux peintres

 

La prostitution et le quartier :

Les prostitués s'installent dans le quartier, dès le XIIIème siècle. Un décret royal interdit la prostitution dans la ville dont le périmètre est alors restreint. Les filles sont chassées en dehors des murailles de l'enceinte.

Actuellement, les prostituées sont concentrées dans la rue Saint-Denis, mais dans le passé, elle occupaient tout le quartier

La porte saint-Denis actuelle, vue par les artistesLa porte saint-Denis actuelle, vue par les artistesLa porte saint-Denis actuelle, vue par les artistes

La porte saint-Denis actuelle, vue par les artistes

La rue Marie-Stuart : une reine choquée...

À la suite du décret de Saint-Louis en 1256  interdisant la prostitution dans Paris, ces demoiselles doivent s’installer au-delà de l'enceinte Philippe-Auguste, qui correspond à larue Etienne-Marcel , d’où leur appellation de filles bordelières (ce qui donnera le mot bordel), notamment le long de la voie versSaint-Denis  (actuelle rue Saint-Denis)

La rue Marie-Stuart est à l’origine une des rues aux ribaudes (filles publiques, prostituées), sous le nom de « rue Tire-Vit » (vit est synonyme de pénis, du latin vectis, soit une barre ou un levier) puis de « rue Tire-Boudin », tout comme sa voisine la rue Dussoubs s’appelait la « rue Gratte-Cul ».

Dans la seconde moitié du XIVème sièclen, l'enceinte de Charles V, correspondant à la rue d'Aboukir, et aux grands boulevards, intègre le quartier à laville ; la rue change peu de temps après de nom (peut-être au début du XVème, pour celui moins vulgaire de « rue Tire-Boudin ».

Dans l'ouvrage supplément du théâtre Italien,Arlequin donne au vieillard l'étymologie de la rue Tireboudin ainsi.

« C'est où la Princesse leur donna un bon morceau de bon Boudin pour payer sa Fête, l'un le tira par un bout, l'autre par l'autre : c’est pourquoi cette rue porte le nom de Tireboudin. »

Selon une anecdote apocryphe racontée par l'historien Henri Sauval, la reine d'Écosse Marie Stuart aurait remarqué cette rue après son mariage en 1558 avec le dauphin, futur François II : « Marie Stuard femme de François II, passant dans cette rue, en demanda le nom ; il n’étoit pas honnête à prononcer ; on en changea la dernière syllabe, & ce changement a subsisté. De toutes les rues affectées au femmes publiques, cette rue, & la rue Brisemiche, étoient les mieux fournies. »

Le nom actuel de la rue Marie-Stuart ne fut donné qu’en 1809, par une décision ministérielle du 25 juillet par le ministre Joseph Fouché, à la suite de la demande des riverains qui proposaient le nom de rue du Grand-Cerf ; mais selon Fouché : « Il me semble que le nom de Grand-Cerf, qu’ils proposent de substituer à l’ancien, a quelque chose d’ignoble : cela rappelle plutôt l’enseigne d’une auberge que le nom d'une rue. Je pense qu’il est convenable de lui donner le nom de la princesse à qui la rue Tireboudin doit son premier changement. Le nom de Marie Stuart rappellera une anecdote citée dans tous les itinéraires de Paris. »

 

La rue Dussoubs et son histoire :

La rue s'est d'abord limitée au tronçon entre les rues Tiquetonne et Saint-Sauveur, sous les noms de « rue des Deux Portes Saint-Sauveur » (mentionnée en1289), puis « rue des Deux Petites Portes » en 1417 et « rue Entre Deux Portes ». L'origine du nom est qu'elle se trouvait entre deux portes de l'enceinte de Philippe-Auguste  (entre la poterne du Comte d'Artois d'où sortait la rue Montorgueil  et la Porte Saint-Denis et qu'elle menait àl'église saint-Sauveur.

Un des noms de la voie au XIIIème fut celui de « rue Gratte-Cul », car le quartier, alors hors les murs, était spécialisé dans la prostitution (interdite théoriquement dans Paris depuis 1256).  À la fin du XVIIème siècle, la rue fut prolongée jusqu'à la rue Thévenot (disparue lors de la percée de l'actuelle rue Réaumur sous Haussmann).

Par le décret du 9 mai 1881, la rue a reçu le nom du révolutionnaire limousin Denis Gaston Dussoubs, tué le 4 décembre 1851 sur une barricade de la rue Montorgueil, en protestant contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte.

En fait, Marcellin Dussoubs, député démocrate socialiste, représentant de la Haute-Vienne, était malade et c'est son frère Denis Dussoubs, qui avait revêtu son écharpe de représentant du peuple, qui fut tué à sa place.

Le prolongement de la voie était prévu jusqu'à la rue d'Alexandrie, mais le percement n'a jamais été fait. L'idée a été abandonnée en 1991.

Lien article connexe : Coup d’État du 2 décembre 1851.

La rue Dussoubs et la place Goldoni

La rue Dussoubs et la place Goldoni

La rue Dussoubs. Au centre la sucette et ses explications

La rue Dussoubs. Au centre la sucette et ses explications

 

 

La rue Tiquetonne

 

Histoire et description :

Suivant le tracé de la muraille de Philippe Auguste,  elle joignait la rue Saint-Denis à la rue Montmartre. Cette rue doit son nom à un boulanger du XIVème siècle, Rogier de Quiquetonne, même si l’appellation actuelle ne remonte qu’à 1868.  Au fil des années, le nom a été déformé, le QU se transformant petit à petit en T.

Avant 1868, la rue s’appelait rue du Petit-Lion-Saint-Sauveur.

Alexandre Dumas y fit habiter son célèbre D'Artagnan.

La rue Tiquetonne

 

 

 

La rue Montorgueil :

Le nom de Montorgueil est celui d'une butte appelée au XIIIème siècle le Mons Superbus, au XVème sièclele Mont-Orgueil, au XVIIème siècle la Butte-aux-Gravois, et au XIXème siècle  la butte de Bonne-Nouvelle (du nom de son église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

Cette butte se trouve juste au nord du quartier Montorgueil, à la limite de l'arrondissement. , immédiatement au sud du boulevard de Bonne Nouvelle

La rue Montorgueil est une voie ancienne des actuels 1er et 2ème  arrondissements de Paris.

La rue est l'axe principal d'une zone piétonne  toujours animée, possédant de nombreux commerces d'alimentation et des restaurants. Elle a donné son nom au quartier Montorgueil, dont elle occupe le centre.

Historique de la rue :

Cette rue résulte de la fusion, en 1830, de la rue de la comtesse d'Artois  entre la rue Montmartre et la rue Mauconseil et la rue Montorgueil entre la rue Mauconseil et la rue Saint-Sauveur.

En 1660, un établissement de religieuses de la Visitation s'installe dans la rue qu'elles quittent en 1673, pour s'installer rue du Bac.

En 1665, le siège du Journal des Savants se trouvait dans cette rue dans une maison à l'enseigne du Cheval Blanc.

Durant l'époque des anciennes halles de Paris , les mareilleurs des côtes de la mer du Nord occupaient une partie de cette rue.

 

 

Une enseigne rappelle cette époque des poissonniers d'antan : "Le Rocher de Cancale", devenu depuis un café-restaurant à la mode.:  https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Rocher_de_Cancale

 

La rue Montorgueil, près des halles et près du boulevardLa rue Montorgueil, près des halles et près du boulevard

La rue Montorgueil, près des halles et près du boulevard

Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"
Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"
Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"

Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"

La Patisserie Stohrer :

Un peu d'histoire de la patisserie

Un peu d'histoire de la patisserie

La plus ancienne patisserie de Paris depuis 1730

La plus ancienne patisserie de Paris depuis 1730

Nicolas Stohrer et sa patisserie :

Quand Marie, fille du Roi de Pologne, épouse en 1725 le Roi Louis XV, elle fait suivre à Versailles son pâtissier, Nicolas Stohrer.

Cinq ans plus tard, il ouvre une pâtisserie à Paris, au 51 de la rue Montorgueil, riche en commerces de bouche. La pâtisserie Stohrer est ainsi l’un des plus anciens établissements de Paris, mais aussi l’un des plus réputés.

C’est enfin la plus vieille pâtisserie de la capitale, détenant plusieurs prix, dont celui du meilleur éclair au chocolat de Paris, décerné par le Figaro.

Nicolas Stohrer était un pâtissier franco-polonais. Il est connu comme le pâtissier de Marie Leszczyńska, épouse du roi Louis XV de France. 

Nicolas Stohrer est l'inventeur du baba au rhum, gourmandise composée de brioche sèche arrosée de vin de Malaga , parfumée au safran et servie en y ajoutant crème raisins secs de Corinthe et raisins frais.


 

 

Sources et documentations : sites Wikipédia

 

A lire : un ouvrage très complet de Patrice de Moncan : "Les passages couverts de Paris" Les Editions du Mécène.

 

Tournage d'Arte le 26 janvier 2017 et interview de Patrice de Moncan, historien et spécialiste des passages et des galeries au passage du Grand Cerf.

 

 

 

Le passage du grand Cerf site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Grand-Cerf

Voir aussi  autre article du blog sur le passage du grand Cerf :

Histoire du passage : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_a_Paris-1302557.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/12/le-passage-du-grand-cerf-un-des-beaux-passages-de-paris.html

Quelques images du passage : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1437663.html

Le passage du Grand Cerf et sa déco. de lierre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/06/le-passage-du-grand-cerf-et-sa-deco-lierre-en-juin.html

Une visite au passage du Grand Cerf le 25 février 2012 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-une-visite-au-passage-du-grand-cerf-100113273.html

Le passage du Grand Cerf vu par l'artiste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_vu_par_lartiste_The_Grand_Cerf_passageway_seen_by_the_artist-1302660.html

 

Bonne visite au passage du Grand Cerf !!! (fermé le dimanche)

 

Repost 0
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 09:23

 

****

Paris la nuit en décembre 2016

Paris, rive droite :

L'Hôtel de Ville de Paris illuminéL'Hôtel de Ville de Paris illuminéL'Hôtel de Ville de Paris illuminé

L'Hôtel de Ville de Paris illuminé

La façade de l'Opéra Garnier

La façade de l'Opéra Garnier

Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris

Les ponts du centre de Paris

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au LouvreL'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au LouvreL'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au Louvre

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au Louvre

Paris la nuit en décembre 2016
La Cour Carrée du LouvreLa Cour Carrée du Louvre

La Cour Carrée du Louvre

La Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du CarrouselLa Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du CarrouselLa Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du Carrousel

La Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du Carrousel

La place des Vosges et la rue de CastiglioneLa place des Vosges et la rue de CastiglioneLa place des Vosges et la rue de Castiglione

La place des Vosges et la rue de Castiglione

La rue Saint-Honoré et la rue RoyaleLa rue Saint-Honoré et la rue RoyaleLa rue Saint-Honoré et la rue Royale

La rue Saint-Honoré et la rue Royale

La place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la Madeleine
La place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la Madeleine

La place de la Concorde et la place de la Madeleine

Les vitrines du Printemps : Le Cabaret Imaginaire

Les vitrines du Printemps : Le Cabaret Imaginaire

Les virtines du Printemps

Les virtines du Printemps

Paris, rive gauche :

La rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la ContrescarpeLa rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la ContrescarpeLa rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la Contrescarpe

La rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la Contrescarpe

L'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa placeL'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa placeL'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa place

L'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa place

 

Bonne visite !

 

Repost 0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 16:36
Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BDLe 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD

La librairie "Le 9e Art" à Houilles, dans les Yvelines, est une librairie spécialisée dans la bande dessinée ou 9e art. qui a ouvert ses portes le 11 décembre 2014. 

Depuis cette date, la librairie Le 9e Art à Houilles propose un large choix de BD, comics, mangas... elle est membre du réseau Canal BD. C'est aussi des articles para BD avec CDn jeux, objets, papeterie spéciale BD, tirages... Elle propose également un rayon dédié aux magazines BD pour rester connectés au monde de la bande dessinée.

Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD
Olivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à HouillesOlivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à HouillesOlivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à Houilles

Olivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à Houilles

Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD
Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD
Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"
Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"

Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"

Librairie Le 9ème Art :

20, rue Gabriel Péri 78800 Houilles.

Tél. : 01 39 62 05 87

Boutique face Graineterie Centre Culturel

 

Horaires : http://ilibrairie.fr/78/houilles/librairie-le-9e-art-2gd

 

Messagerie : e9eartlib@canalbd.net

 

Voir ausi lien blog article "Le 23ème Festival de la BD à Buc" :http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/le-23eme-festival-de-la-b-d-a-buc-dans-les-yvelines.html

 

 

 

Bonne visite !

 

Repost 0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 08:40

 

*****************************************************

Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832

Une visite au restaurant situé rue Montorgueil à Paris 1er arrondissement.

Un restaurant au décor Second Empire

 

Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832
Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832

Créé en 1832, ce bistrot allait vite jouir d'une belle réputation : à cette époque, on prêtait des vertus aphrodisiaques au mollusque qui sert d'enseigne. 

Mais ce n'est qu'à partir de 1919, quand cette table a été reprise par André Terrail, fondateur de la prestigieuse Tour d'Argent, que cette maison allait conquérir ses lettres de noblesse.

L'escargot Montorgueil : une restaurant historique à Paris. 

Séduits par son superbe décor second Empire, avec dans l'entrée le plafond peint par Clarin qui ornait la salle à manger, Sarah Bernhardt, Marcel Proust, Sacha Guitry, Salvator Dali et toutes les célébrités du vingtième siècle allaient devenir de fidèles habitués.

Images du restaurant Images du restaurant Images du restaurant
Images du restaurant Images du restaurant Images du restaurant

Images du restaurant

L'Escargot Montorgueil : 38, rue Montorgueil 75001 Paris Tél. : 01 42 36 83 51

Site lien :  https://www.escargotmontorgueil.com/

Métro RER Châtelet-les-Halles ou Etienne-Marcel

 

 

Plan d'accès au restaurant

Plan d'accès au restaurant

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 08:08
La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur

La Tour  Jean sans Peur

Une tour médiévale au cœur de Paris :

La Tour Jean sans Peur est le dernier vestige du palais des ducs de Bourgogne 1409-1411.

Elle est plus haute tour civile médiévale de la capitale  qui a conservé son escalier à vis, dont la voûte est un chef d'œuvre  de la sculpture flamboyante française.

La tourLa tourLa tour

La tour

Où se trouve la tour Jean sans Peur ?

Au centre du plan de Paris, l'emplacement de l'enceinte Philippe Auguste et la Tour Jean sans Peur

Au centre du plan de Paris, l'emplacement de l'enceinte Philippe Auguste et la Tour Jean sans Peur

La sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tourLa sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tour

La sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tour

La Voûte et son histoire. Sources : Tour sans Peur

La Voûte et son histoire. Sources : Tour sans Peur

La voûte de l'escalier à vis : cette décoration est l'une des merveilles de la sculpture flamboyante française. Taillée dans le liais, une roche calcaire dure, elle était peinte à l'origine (voir l'image de droite).

 

Une exposition sur la Tour Saint-Jacques à Paris et son histoire

L'église Saint-Jacques et son clocher :

Peu avant 1119 est fondée la paroisse Saint-Jacques.

Bénéficiant de la grande activité suscitée par le trafic du Grand Pont et de la rue Saint-Denis, elle s'inscrit au coeur du quartier de la Grande Boucherie, qui donne son nom à l'église en 1259.

Au milieu du XIVème siècle, l'église s'agrandit.

La façade ouest est achevée en 1491, alors que les travaux du nouveau clocher débutent en 1509, pour s'achever en 1523.

Sa hauteur de 54 mètres jusqu'à la terrasse, et l'abondance de sa décoration sculptée expriment la puissance et la richesse de la paroisse. Le clocher témoigne de la persistance du style gothique à Paris. La complexité de sa décoration manifeste la somptuosité du gothique flamboyant, dans un enchevêtrement de gâbles, gargouilles, fleurons, pinacles. Des statues de saints agrémentent terrasse et flancs de l'édifice.

En 1797, l'église est mise en vente comme Bien National et détruite. Le clocher échappe par miracle à la destruction; mais devient tour orpheline, au milieu d'un terrain vague vite occupé par un bazar à fripes, puis un marché en dur. La tour est convertie en fabrique de plombs de chasse  " à l'anglaise.

Fondu au sommet, le plomb en fusion s'écoule en gouttelettes vers un bassin d'eau situé au rez-de-chaussée. La conversion de la tour n'est pas sans dommage. Les voûtes et planchers intermédiaires sont supprimés, les parois rapidement enfumées.

Ce sanctuaire a été le point de rassemblement et de départ sur la via Turonensis (ou voie de Tours) du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. La statue de Blaise Pascal, installée à la base de la tour, rappelle qu'il renouvela ici ses expériences barométriques du Puy-de-Dôme. Une statue de Saint Jacques-le-Majeur surmonte, à l'angle nord-ouest, la plate-forme sur laquelle est installée une petite station météorologique depuis 1891. Elle dépend de l'Observatoire de Montsouris. Les symboles sculptés des quatre évangélistes, le lion, le taureau, l'aigle et l'homme, apparaissent dans les angles du sommet de la tour. Ces statues ont été restaurées au siècle dernier, à l'instar des gargouilles et des dix-huit statues des saints qui décorent les parois de la tour.

Voir article les gargouilles de la tour Saint-Jacques : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-gargouilles-de-la-tour-saint-jacques-a-paris-120184472.html

 

Au fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historiqueAu fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historiqueAu fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historique

Au fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historique

Les expositions en étage :

mi-étage de la tour

"Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

 

 

"l'Homme aux 753 chapeaux"  tissu en feutre de bièvre (castor)

 

 

Les chapeaux du duc

Les chapeaux du duc

Philippe II de Bourgogne dit "Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

Philippe II de Bourgogne dit "Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

Philippe II de Bourgogne (1342-1404), dit « Philippe le Hardi »

A noter, plusieurs personnages historiques ont porté le nom de ¨Philippe le Hardi :

  • Philippe le Hardi, roi de France, surnom de Philippe III de France (1245-1285), fils de Saint-Louis
  • Philippe le Hardi, duc de Bourgogne surnom de Philippe II de Bourgogne (1342-1404).

 

La pièce de la tour nommée étude :

Au centre, la chaire de Jean sans Peur, à gauche une création de "on aura tout cu"

Au centre, la chaire de Jean sans Peur, à gauche une création de "on aura tout cu"

Jean sans Peur en chaire Jean sans Peur en chaire

Cette salle, nommé étude, fit office de bureau et de salle de réception privée du duc Jean entre 1411 et 1413

L'exposition La mode au Moyen-Âge :

 

La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur
Détails de vêtements au Moyen-Âge

Détails de vêtements au Moyen-Âge

L'exposition sous les combles de la Tour :

 

Reconstitution d'une taillerie princière :

La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur
Les métiers de la mode. Rangement et nettoyage des vêtements

Les métiers de la mode. Rangement et nettoyage des vêtements

Et les restes de l'enceinte Philippe Auguste visibles dans le sous-sol de la tour.

Nous nous situons dans la partie nord de cette enceinte, près de l'ancienne Porte Saint-Denis.

 

 

Commissaire de l'exposition : Lydia Kamitsis, historienne de la mode

 

 

Exposition : du  11 mai 2016 au 15 janvier 2017, du mercredi au dimanche de 13 H 30 à 18 h,

Fermeture de la tour les 24, 25, 31 décembre 2016 et 1er janvier 2017.

Visites guidées : samedi et dimanche à 15 heures, minimum 5 personnes.

Visite groupes : T les J. sur rendez-vous.

20, rue Etienne Marcel 75002 Paris. Métro. : Ligne N° 4, station Etienne Marcel, Bus : ligne 29, arrêt Turbigo-Etienne Marcel, RER A, B et D, station Les Halles.

Parking auto. : Les Halles-Nord et Saint-Eustache;

Tél. Tour Jean sans peur : 01 40 26 20 28 Site : tjsp@wanadoo.fr

Courriel : contact@tourjeansanspeur.com

Site internet lien direct :  http://www.tourjeansanspeur.com

 

Sources / documentation : Tour Jean sans Peur, Tour Saint-Jacques, Enceinte Philippe Auguste différents sites et blog perso.

Site Wikipédia Jean 1er de Bourgogne dit "Jean sans Peur" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ier_de_Bourgogne

Site de la Tour Saint-Jacques :  Paris 1900 http://paris1900.lartnouveau.com/paris04/tour_st_jacques.htm

Site Wikipédia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_Saint-Jacques

Voir aussi Lien blog L'enceinte Philippe Auguste à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-enceinte-philippe-auguste-a-paris-125011327.html

Voir aussi Lien article : L'arche muraille Philippe Auguste à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/01/l-arche-muraille-philippe-auguste-a-paris.html

 

Bonne visite jusqu'au 15 janvier !

Merci à Agnès de la T.J.S.P. pour tous ses précieux renseignements fournis.

 

Plan de la tour Jean sans Peur et ses environs

Plan de la tour Jean sans Peur et ses environs

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 05:09
Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
 

Ses entrées :

130, boulevard Saint-Germain, 59, rue Saint-André-des-Arts et 21, rue de l'Ancienne-Comédie

  

Les passages et galeries sont nombreux dans le Paris rive droite.

Dans la littérature, les passages du Caire et du Panorama sont considérés comme les plus anciens de Paris, mais qu'en est-il pour le passage semi-couvert au nom de Cour du Commerce Saint-André dont le pavé a été foulé par Marat et Danton, Voltaire et Diderot ?

Cette cour a été ouverte en 1776 sur des terrains de jeu de paume, et plus anciennement sur le parcours de l'enceinte de Philippe-Auguste, et doit son nom aux différentes boutiques qui la bordaient. Elle s’appelait alors Cour du Commerce.

Elle porte son nom actuel depuis un arrêté du 16 mars 1877.

L'entrée du boulevard Saint-Germain  et ses cariatides en octobre 2016

L'entrée du boulevard Saint-Germain et ses cariatides en octobre 2016

La Cour du Commerce Saint-André  et son historique :

 

Dans les années 1730, un passage en équerre est ouvert entre la rue des Fossés-Saint-Germain, actuelle rue de l'Ancienne-Comédie à la rue Saint-André des-Arts. Le plan de la ville de Paris et de ses faubourgs dessiné par Bernard-Antoine Jaillot en 1748, corrigé et augmenté en 1778, montre le passage longeant un terrain arboré portant la légende « Jeux de Boule de Metz ». Il s'agit de terrains de jeu de paume aménagés dans les fossés de l'enceinte de Philippe-Auguste (dont les vestiges sont encore présents dans certaines boutiques côté pair). Vers 1776, le passage est prolongé jusqu'à la rue des Cordeliers, rue de l'Ecole-de-Médecine  à l'emplacement des anciens jeux de paume.

Vers 1791, un passage vers la cour de Rouen (aujourd'hui cour de Rohan est percé au travers des vestiges de l’enceinte de Philippe-Auguste.

 

 

 

En 1823, le débouché sur la rue Saint-André-des-Arts est reconstruit pour former la galerie  que l'on connait actuellement.

Lors du percement du boulevard Saint-Germain, déclaré d'utilité publique le 28 juillet 1866, le passage est amputé d’une quarantaine de mètres. À cette occasion, la maison de Danton  qui se trouvait au débouché du passage sur la rue de l'École-de-Médecine est détruite.

Il ne reste actuellement que sa statue située sur le boulevard Saint Germain et approximativement sur les lieux de son ancienne maison.

Images de la Cour du Commerce Saint-André

Images de la Cour du Commerce Saint-André

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine
Images de la cour et son pavé d'origine

Images de la cour et son pavé d'origine

La partie couverte et sa verrière côté rue Saint-André-des-Arts

La partie couverte et sa verrière côté rue Saint-André-des-Arts

Les numéros célèbres : en cours de rédaction

 

Le Procope : Le passage abrite le café-restaurant le plus ancien de Paris, Le Procope,

Ce café était fréquenté au XVIIème siècle d’artistes et d’intellectuels,, il reste longtemps un lieu de rencontre d’écrivains et d’intellectuels : Musset, Verlaine, Anatole France, La Fontaine, Balzac, d’hommes politiques, Gambetta et du "Tout Paris" . Voltaire, Diderot et d'Alembert fréquentait ce célèbre café. Il fut un centre actif durant la Révolution française.

Le club des Cordeliers se réunit au café Procope avec Danton et Marat comme figures principales.Robespierre, dont un portrait figure en vitrine, et les Jacobins y ont également leurs habitudes.

Le jeune lieutenant Bonaparte y laissa son chapeau en gage.

« Ce café n’est point orné comme les autres de glaces, de dorures et de bustes, mais il est paré du souvenir de Grands Hommes qui l’ont fréquenté et dont les ouvrages en couvriraient les murs s’ils y étaient rangés. » Camille Desmoulins

Le Procope et ses histoires : La  légende du café dit que Diderot y écrivit des articles de l'Encyclopédie, que Benjamin Franklin y prépara « le projet d’alliance de Louis XVI avec la nouvelle République » selon une plaque commmorative et qu’il y aurait conçu des éléments de la future Constitution des Etats-Unis.

 

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème

Le Procope au XVIIIème siècle :

En 1670, arrive en France un Sicilien de Palerme du nom de Francesco Procopio des Coltelli, qui francisera son nom en François Procope-Couteaux. Il travaille comme garçon chez un cafetier arménien du nom de Pascal qui possédait un café rue de Tournon, à la foire Saint-Germain, Il se met à son compte deux ans plus tard et, en 1686, il rachète à Grégoire son établissement, qu’il fait luxueusement décorer et l'ouvre en 1689.

Quelques années plus tard, en 1700, il obtient également une concession perpétuelle de la ville de Paris pour prendre à la fontaine Saint-Germain "quatre lignes d'eau conduites par un tuyau particulier dans son café, alors rue Neuve des Fossés-Saint-Germain, et ce moyennant un versement de 800 livres.

L’établissement, qui porte désormais le nom de Le Procope, devient rapidement l’un des cafés littéraires les plus courus. Il concurrence même le café de la Place du Palais-Royal, fondé cinq ans plus tôt,et qui deviendra le Café de la Régence.

Après la mort de François Procope en 1716, son fils lui succède.

 

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIèmeLe passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème

Café-Restaurant Le Procope : 13, rue de l'Ancienne Comédie,  75006 Paris.
Ouvert tous les jours de 11h30 à minuit Tél. : 01 40 46 79 00 Lien site http://www.procope.com/

Restaurant La Jacobine : 59-61, rue Saint-André-des-Arts 75006 Paris

Site : htttp://www.lajacobine.com

Restaurant La JacobineRestaurant La Jacobine

Restaurant La Jacobine

Le passage ou La Cour du Commerce Saint-André à Paris VIème
Situation de la Cour du Commerce Saint-André. Au premier plan : le boulevard Saint-Germain.

Situation de la Cour du Commerce Saint-André. Au premier plan : le boulevard Saint-Germain.

En 1987, un très grand nombre d’éléments de la cour,  dont les façades et les toitures des commerces, les trois entrées, et la verrière sont inscrits aux Monuments historiques.

La Cour, haut lieu de la Révolution française et La Porte de Buci, ancienne porte de l'enceinte Philippe Auguste de Paris

La Cour, haut lieu de la Révolution française et La Porte de Buci, ancienne porte de l'enceinte Philippe Auguste de Paris

Sources : Félix et Louis Lazare. Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris. Paris, Bureau de la Revue Municipale, 1855.

COMMERCE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS (COUR DU). Commence au passage du Commerce ; finit à la rue de l’Ancienne-Comédie, no 21. — 11e arrondissement, quartier de l’École-de-Médecine.

Le mur d’enceinte de Paris construit sous Philippe-Auguste occupait l’emplacement sur lequel cette cour a été bâtie. Elle fut ouverte en 1776, sur des terrains faisant partie de deux jeux de paume. Dans cette cour demeurait Danton en 1792. C’est là qu’il fut arrêté le 31 mars 1794.

COMMERCE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS (PASSAGE DU). Commence à la rue Saint-André-des-Arts, nos 59 et 61, finit à la rue de l’École-de-Médecine, no 32. — 11e arrondissement, quartier de l’École-de-Médecine.

Il faisait partie de la cour du Commerce. Son débouché dans la rue Saint-André-des-Arts n’a été formé qu’au mois de juin 1823.

Sources et documentation :

La Cour du Commerce Saint-André : site Wikipédia lien  https://fr.wikipedia.org/wiki/Cour_du_Commerce-Saint-Andr%C3%A9

Café-restaurant Le Procope site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Caf%C3%A9_Procope

Site Paris l'art nouveau lien : http://paris1900.lartnouveau.com/paris06/rues/cour_du_commerce%20_saint-andre.htm

Images et documents historiques du Passage : http://vergue.com/post/694/Cour-du-Commerce

Voir aussi,  article bloghttp://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-cour-des-commerces-saint-andre-a-paris-114172756.html

Un autre passage rive gauche de Paris lien : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/le-passage-dauphine.html

L'enceinte Philippe-Auguste à Paris et son tracé historique : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-enceinte-philippe-auguste-a-paris-125011327.html

Les passages et galeries rive droite de Paris, la liste:  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

La Cour du Commerce Saint-André :

Caractéristiques moyennes du passage : longueur 120 mètres, largeur 3,5 mètres

Adresse : 130, boulevard Saint-Germain, 59, rue Saint-André-des-Arts et 21, rue de l'Ancienne-Comédie Paris VIème arrondissement.

Métro. : Odéon

 

Bonne visite !

Images d'antan du passage du Commerce Saint-André-des-Arts

Images d'antan du passage du Commerce Saint-André-des-Arts

Le Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portesLe Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portes
Le Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portesLe Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts :  archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portes

Le Passage ou La Cour du Commerce Saint-André-des-Arts : archives de Paris. Voir tracé actuel du bd Saint-Germain dans l'image de gauche en haut et le tracé de l'enceinte Philippe-Auguste, en bas, dont ses tours et portes

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 06:43
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à ParisLa Porte Saint-Denis à Paris

La porte Saint-Denis fut érigée en 1672 par l'architecte François Blondel et le sculpteur Michel Anguier sur le boulevard à l'emplacement de l'enceinte de Charles V. C'était à l'époque la porte la plus au nord de l'enceinte.

Leurs concepteurs ont puisé leur inspiration à la source des arcs romains, sur ordre de Louis XIV en l'honneur de ses victoires sur le Rhin et en Franche-Comté.

C'est un vestige, comme la Porte Saint-Martin, conformément au souhait de Colbert d'élever des portes, monumentales entre la ville et les faubourgs

La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à Paris
La Porte Saint-Denis à ParisLa Porte Saint-Denis à Paris

C'est en fait un arc de triomphe (inspiré par l'arc de Titus, érigé à Rome par l'empereur Domitien en 81 après. J.-C. à la gloire des victoires de son frère) d'une hauteur de 50 mètres, qui a remplacé une porte médiévale de la muraille de l'ancienne enceinte de Charles V.

Une dédicace latine portée à la magnificence de Louis le Grand, d'autres inscriptions célèbrent les récentes victoires orchestrées par le roi en Hollande et sur le Rhin : en 60  jours, Louis XIV a passé le Rhin, le Waal, la Meuse et l'Elbe, conquis trois provinces, pris d'assaut quarante places fortes et triomphé d'Utrecht.

Les pyramides sculptées de part et d'autre de l'arche sont symboliquement coiffées de globes terrestres couronnés et ornés de fleurs de lys.

Du côté sud, des arbres de gloire arborent des casques, cuirasses, armes, drapeaux et dépouilles de lions.

Du côté nord, d'autres symboles des victoires militaires, tels que les palmiers, sont mis en exergue.

La base des pyramides au sud, présente des figures allégoriques: la Hollande, au désespoir, est flanquée d'un lion blessé et rugissant, écrasant de sa patte une épée et sept flèches brisées, symboles des sept Provinces-Unies terrassées; à côté, le Rhin, dieu fleuve dompté, tient un gouvernail.

Au-dessus de l'arcade, deux bas-reliefs de forme allongée commémorent, au sud, le passage du Rhin à Tholus mettant en déroute les troupes ennemies, et au nord, le siège de Maastricht.

La Porte Saint-Denis se trouve au croisement de l'axe Saint-Denis (rue Saint-Denis et rue du Faubourg Saint-Denis) et le boulevard de Bonne-Nouvelle vers l'oues, boulevard Saint-Denis vers l'est.

 

Quelques vues de l'arc, côté sud
Quelques vues de l'arc, côté sud
Quelques vues de l'arc, côté sud
Quelques vues de l'arc, côté sud

Quelques vues de l'arc, côté sud

Détails de la porte Saint-Denis face nord

Détails de la porte Saint-Denis face nord

L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche
L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche

L'arc vu de la face nord et du dessous de l'arche

Quelques liens sur la Porte-Saint-Denis à Paris :

http://paris1900.lartnouveau.com/paris10/porte_st_denis.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Porte_Saint-Denis

http://www.histoires-de-paris.fr/porte-saint-denis/

La porte de Titus à Rome : lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_de_Titus

Les 4 arcs de Triomphe à Paris : http://www.histoire-pour-tous.fr/tourisme/105-france-paris/4375-les-quatre-arcs-de-triomphe-de-paris.html

La Porte Saint-Denis : 1672, voir article joint

La Porte Saint-Martin : 1674, célèbre la prise de Besançon et la Rupture de la Triple Alliance, la prise de Limbourg et rend Honneur à Alexandre le Grand pour la double prise de Besançon et la Franche-Comté, de sa victoire sur les armées allemandes, espagnoles et hollandaises, lien  https://fr.wikipedia.org/wiki/Porte_Saint-Martin

L'arc de Triomphe du Carrousel : 1808-1836, célèbre la campagne d'Auterlitz de Napoléon 1er,commencé sous son règne et terminé sous celui de Louis-Philippe, lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_de_triomphe_du_Carrousel

L'Arc de Triomphe de l'Etoile : 1808-1836, célèbre les grandes batailles de la Révolution et de l'Empire. Commencé sous Napoléon 1er et terminé sous Louis-Philippe. lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arc_de_triomphe_de_l%27%C3%89toile

Voir aussi les sculptures de l'Arc de Triomphe de la place de l'Etoile, ancien article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-sculptures-de-l-arc-de-triomphe-115417831.html

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 06:32
L'église Saint-Sulpice à Paris VIème

 

L'église Saint-Sulpice est une grande église du quartier de l'Odéon dans le VIème arrondissement de Paris.

Elle est dédié à Sulpice-le-Pieux, archevêque de Bourges au VIIème siècle.

L'église fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 20 mai 1915.

Le site est desservi par les stations de métro. Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés, Odéon et Mabillon.

 

 

Détails du hall d'entrée de l'église :Détails du hall d'entrée de l'église :Détails du hall d'entrée de l'église :

Détails du hall d'entrée de l'église :

L'église et ses grandes orguesL'église et ses grandes orguesL'église et ses grandes orgues

L'église et ses grandes orgues

Les grandes orgues de l'église Saint-Sulpice :

 

 
Achevée en 1862, la seconde facture du grand orgue de Saint-Sulpice signée Aristide Cavaillé-Coll, l’élève au rang des orgues les plus prestigieux du monde. Son caractère unique : la qualité de ses factures préservées classiques et romantiques qui lui permet de relier les deux grandes périodes de l’histoire de la musique pour orgue.
Le mécanisme qui actionnait la soufflerie fonctionnait grâce aux jambes des souffleurs. Il fallait jusqu’à cinq hommes pour produire en continue suffisamment d’air pour faire sonner l'instrument.
Dans les années 1920, les souffleurs furent remplacés par un moteur électrique

La sacriste

La sacriste

Le bénitier de Jean-Baptiste PigalleLe bénitier de Jean-Baptiste Pigalle

Le bénitier de Jean-Baptiste Pigalle

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice

L'église Saint-Sulpice à Paris VIème

Le gnomon de l'église Saint-Sulpice est un appareil de mesure astronomique situé dans l'église Saint-Sulpice de Paris.

C'est un dispositif conçu pour projeter un rayon lumineux sur le sol, afin de déterminer la position du soleil dans le ciel. Au début de l'époque moderne, d'autres gnomons ont été construits dans des églises italiennes et françaises afin de mieux calculer certains événements astronomiques. Parmi ces églises figurent Santa-Maria-del-Fiore à Florence, San Petronio à Bologne, et l'église de la Chartreuse de Rome.

Ces gnomons sont tombés en désuétude avec l'avènement de puissants téléscopes.

L'historique de la construction de l'église :

Les travaux sous Servandoni, après 1730

Projet de façade de Servandoni 1732
Projet de façade de Servandoni 1732

En 1726 se pose la question de la réalisation de la façade inachevée d'un style classique devant une église de style jésuite. Un concours est lancé auquel ont participé plusieurs architectes dont Dervandoni, et Juste-Aurèle Meissonnier.

En 1730, le curé de Saint-Sulpice, Jean-Baptiste Joseph Languet de Gergy, frère de Jean-Joseph Languer de Gergy , propose 6 000 livres de récompense à celui des artistes de France ou d'Italie dont il recevait un dessin capable de remplir ses vues pour l'élévation du grand portail de l'église.

C'est Servandoni qui remporte le concours de sa construction en 1732, mais son projet évolue avec le temps. Il envisageait d'inscrire l'église dans une vaste place à la romaine, semi-circulaire, dont il avait donné les plans en 1752.

Giovanni Niccolo
Giovanni Niccolo

Un tel projet nécessitait l'acquisition de vastes terrains et la démolition de maisons existantes, aussi un seul immeuble fut construit en 1754, actuel numéro 6 place Saint-Sulpice, pour servir de modèle et de gabarit au reste de la place, mais les autres ne furent jamais réalisés. La rue qui part de l'autre côté de la place porte aujourd'hui le nom de l'architecte. Le projet de Servandoni prévoit deux tours reliées par un portique orné de colonnes surmonté d'un fronton triangulaire. Le projet rappelle la cathédrale Saint-Paul de Londres où Servandoni avait résidé dans sa jeunesse.

Le péristyle mesure 32 mètres de largeur. Il est soutenu par des colonnes accouplées en profondeur. Il est décoré de sept bas-reliefs sculptés par Michel-Ange Slodtzr. Ce sculpteur a aussi réalisé les médaillons des quatre évangélistes. Les statues de Saint-Pierre et de Saint-Paul sont du sculpteurEmile Thomas (1817-1882), élève dePradier et datent de 1856.

En 1745, le curé Languet de Gergy, commanditaire des nouveaux travaux, commande à Edmé Bouchardon de nombreuses statues, dont une Vierge en argent massif. Saint-Simon prétend que le curé s'était procuré le métal de cette statue en emportant discrètement les couverts, lorsqu'il dînait chez ses paroissiens. Le chroniqueur donnait à la statue le surnom de "Notre-Dame de la Vieille Vaisselle" ...

La place et la fontaine Saint-Sulpice :

La place et la fontaine des quatre "point" cardinaux

La place et la fontaine des quatre "point" cardinaux

Sources bibliographiques et documentation :

Lien site Wikipédia L'église Saint-Sulpice à Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Sulpice_de_Paris

Lien site Wikipédia Le Gnomon de l'église Saint-Sulpice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gnomon_de_l%27%C3%A9glise_Saint-Sulpice

Lien site Wikipédia La place Saint-Sulpice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Place_Saint-Sulpice

Lien site Wikipédia La fontaine Saint-Sulpice : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_Saint-Sulpice

Le grand orgue de l'église Saint-Sulpice à Paris :site France-Musique : http://www.francemusique.fr/classique/le-grand-orgue-de-saint-sulpice-ce-trait-d-union-entre-art-ancien-et-art-nouveau-70827

Le fontaine des quatre "point" cardinaux, Paris en photos :http://www.paris-en-photos.fr/fontaine-saint-sulpice/

La place Saint-Sulpice et sa fontaine lien blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/la-place-saint-sulpice-et-sa-fontaine.html

 

   Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 06:46

Le passage le plus ancien de Paris, ouvert en 1898, juste avant le passage du Panorama et un des plus longs. Une passage labyrinthique avec 3 ailes et 6 entrées.

Adresse de la branche principale : 2, place du Caire et 33, rue d’Alexandrie
Autres entrées : 237-239, rue Saint-Denis et 14, 34 et 44, rue du Caire, 75002 Paris

Ses trois galeries : Saint-Denis, Sainte-Foy et Galerie du Caire.
Métro.  : Sentier
Le passage est ouvert du lundi au vendredi de 7 H à 18 H 30. A éviter le matin de bonne heure où le passage est un véritable embouteillage de porteurs de tissus et de vêtements précédant leus diables chargés, quoique impressionnant à voir pour les curieux.

Une des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor  L'entrée place du CaireUne des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor  L'entrée place du CaireUne des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor  L'entrée place du Caire

Une des entrées rue du Caire La déesse égyptienne Hathor L'entrée place du Caire

Le passage du Caire et ses allées ramifiées

Le passage du Caire et ses allées ramifiées

L'entrée du passage du Caire rue Saint-Denis et ses allées directes

L'entrée du passage du Caire rue Saint-Denis et ses allées directes

Historique : Construit à l’initiative de la Caisse des Rentiers sur les plans de l’architecte Trételle et ouvert au public fin 1798, le passage fut ouvert lors de la campagne de Napoléon en Egyste, ce qui explique les décoration de l'immeuble d'entrée du passage place du Caire

L’engouement pour l’Égypte qui suivit cette campagne explique son nom d'influence orientale, ainsi que la décoration de sa façade sur la place du Caire, ornée de trois effigies de la déesse Hathor, reconnaissable à ses oreilles de vache, tour à tour incarnation du ciel, déesse de la joie, de la musique, de l’amour, puis de la montagne des morts, La façade a été inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) le 28 avril 1964.

Il fut un premier temps nommé « Passage de la Foire du Caire ».

Ce passage fut édifié à l’emplacement des bâtiments et du jardin du couvent des Filles-Dieu à proximité de la cour des miracles..

 La place du Caire en 1903 Eugène Atget
La place du Caire en 1903 Eugène Atget

À la création des galeries, ce furent même les pierres tombales des religieuses du couvent qui constituèrent une partie du dallage des galeries qui sont au nombre de trois : la galerie Saint-Denis, la galerie Sainte-Foy et la galerie du Caire.

La principale industrie de ce passage dès les années 1840 étaient l'imprimerie et la lithographie, situation qui s'accentua sous le Second et contribua à le faire déserter par les flâneurs. Ces activités furent ensuite remplacées par la fabrication de mannequins pour vitrines de magasin de mode.

Actuellement, le passage est occupé par les grossistes du prêt-à-porter, principalement féminin, des boutiques de portants et de mannequins, des ateliers de fabrications de vêtements.

Le passage du Caire en restauration partielle :

Photographies du passage du Caire le 27 septembre 2016 et ses restaurations

Photographies du passage du Caire le 27 septembre 2016 et ses restaurations

Le passage du Caire à Paris IIème

La place du Caire :

La place du Caire se trouve à l’extrémité nord du IIème arrondissement de Paris Il s'agit d'une place de forme triangulaire, d'environ 25 mètres de côté, comprise entre les rues d'Aboukir et du Caire.

Une des entrées du passage du Caire est située sur cette place.

La place du Caire et l'entrée du Passage du même nom

La place du Caire et l'entrée du Passage du même nom

Situé au cœur du Sentier, le passage est désormais massivement occupé par les grossistes du prêt-à-porter. Assez délabré et ayant perdu une large part de son cachet, le passage n'abrite plus que des boutiques de confection de tissus sans caractère ancien et est parcouru la semaine par les livreurs de vêtements. Sans grand attrait, il est assez délaissé par les promeneurs.

Sources et bibliographie :

Lien site Wikipédia Le passage du Caire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Caire

Lien site Les passages couverts de Paris : http://passagecouvert.free.fr/passages/de-A-a-Z/caire.htm

Quartier : Bonne Nouvelle - Sentier

Caractéristiques du passage :

Longueur : 360 mètres, largeur : 2,6 mètres

Historique :  Création  en 1798. Ancien nom du passage :  Passage de la Foire du Caire.

Les sociétés occupants le passage et l'annuaire officiel : http://www.pagesjaunes.fr/annuaire/passage-du-caire-paris-75/-

Entre autres :

Société RETIF :  matériel d'agencement de magasins 36, passage du Caire 75002 Paris Tél. : 01 40 13 02 38

Société Ivan SARL : Import-export international 37, passage du Caire 75002 Paris Tél. : 01 42 33 78 72

Voir aussi  la liste des passages et galeries du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Plan du quartier du passage et ses rues d'accès :

Le passage du Caire à Paris IIème

 

Bonne visite !

Voir aussi dans le quartier proche, un autre passage situé en face de l'entrée du passage du Caire, rue de saint-Denis :

Le passage du Ponceau

Le passage du Ponceau : 212, rue de Saint-Denis, 119 boulevard de Sébastopol, 75002 Paris

Le passage du Ponceau : 212, rue de Saint-Denis, 119 boulevard de Sébastopol, 75002 Paris

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 20:40
Le passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à Paris
Le passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à Paris

Le passage du Bourg-l’Abbé ou passage Bourg-l’Abbé, est un passage couvert parisien situé dans le deuxième arrondissement entre la rue Saint-Denis à l'ouest et la rue de Palestro à l'est

Ce site est desservi par la station de métro. Etienne-Marcel.

Le passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à ParisLe passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à ParisLe passage Bourg-L'Abbé ou passage du Bourg-L'Abbé à Paris

Édifié en 1828 par Auguste Lusson entre le passage du Grand Cerf et le passage de l'Ancre, non couvert, le passage Bourg-l'Abbé a perdu de son activité, mais quelques commerces essaient de le faire revivre.

Les cariatides de l'entrée : le Commerce et l'Industrie

Les cariatides de l'entrée : le Commerce et l'Industrie

 

L'entrée du passage ouvrant sur la rue de Palestro est l’œuvre d'Henri Blondel, architecte de la Bource du Commerce. Les deux cariatides  qui encadrent l’entrée, sculptées par Aimé Millet sont des allégories du commerce et de l'industrie.

Situé dans un quartier populaire, le passage est en cours de restauration. Possédant toujours un certain cachet, le passage paraît un peu triste.

Il est ouvert du lundi au samedi de 7 H 30 à 19 H 30.

Adresse120, rue Saint-Denis et 3, rue de Palestro, 75002 Paris

Ouverture : ouvert du lundi au samedi de 7 h 30 à 19 h 30

Statut voie privée

Taille : Longueur : 47 mètres, largeur 3 mètres,

Inscription ISMH 21 janvier 1991

Voir aussi :

Lien site Wikipédia Le passage Bourg L'Abbé ou le passage du Bourd-L'Abbé : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Bourg-l%27Abb%C3%A9

Lien site Wikipédia Le passage Bourg-l'Abbé ou le passage du Bourg-L'abbé : https://www.passagesetgaleries.org/texts/passages/2fiches_passages/fiches/bourg_labbe.html

Le dernier menuisier du centre de Paris : Ivan Lulli : https://fr.petitsfrenchies.com/ivan-lulli-dernier-ebeniste-du-centre-paris/

Atelier de menuiserie Lulli :

Ivan Lulli : 8, Passage du Bourg-l'Abbé, 75002 Paris Tél. : 01 45 08 55 56
Métro. Etienne-Marcel ou
GPS Latitude : 48.864492 Longitude : 2.350624

Métro : Etienne Marcel (ligne 4) ou autobus : 29 arrêt Etienne Marcel.

La liste des passages et galeries de Paris :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 09:59
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement

Cette fontaine réalisée en 1888 par Louis Visconti et le sculpteur Jean-Baptiste-Jules Klagmann se situe au centre de la place Louvois à Paris 2ème arrondissement.

Elle prit d'abord le nom de fontaine Richelieu

Elle fait face à la Bibliothèque nationale de France.

Le square est encadré par quatre voies :  au nord : la rue de Louvois, à l'est la rue de Richelieu, au sud, la rue Rameau, à l'ouest la rue Lulli et en face le Quadrilataire Richelieu, site de la Bibliothèque de France

Ce site est desservi par la station de métropolitain Quatre-Septembre et la ligne de bus N° 39.

Le jardin  Louvois est un lieu de calme et de repos des parisiens, tout près des boulevards bruyants de Paris.

 

La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
Détail de la fontaine LouvoisDétail de la fontaine LouvoisDétail de la fontaine Louvois

Détail de la fontaine Louvois

La fontaine Louvois est un monument situé au milieu du square Louvois, créé en 1830. Ce square occupe la place d'un ancien opéra, l'Opéra de la rue de Richelieu  construit en 1792 et démoli en 1820. Le square se trouve dans le 2ème arrondissement de Paris, rue Richelieu, au niveau de l'entrée de la Bibliothèque nationale de France.

Suite à la démolition de cet opéra , la place devait recevoir un monument expiatoire, pour le duc de Berry,  poignardé en 1920 par Louvel, au sortir d'un spectacle. Une chapelle fut commencée; la révolution de 1830 suspendit le projet, et en 1835, la municipalité en accord avec le gouvernement, planta la place d'arbres, détruisit la chapelle et entreprit l'érection d'une fontaine qui reçu d'abord le nom de Fontaine Richelieu. Victor Hugo dans Les Misérables dans "Les Misérables (IV, 8, 7), retrace cette histoire.

Cette fontaine  a été réalisée en 1888 par Louis Visconti à la demande de Louis-Philippe. Elle est un hommage aux quatre grands fleuves : la Seine , la Garonne, la Loire, et la Saône (?), Le pied de la statue est décoré de quatre tritons chevauchant un dauphin.

Sur le pourtour de la grande vasque de marbre sont sculptés les douze signes du zodiaque en alternances avec des mascarons crachant de l'eau.

Les sculptures sont signées Jean-Baptiste-Jules Klagmann..

La fontaine a la particularité d'être réalisée en fonte de fer par la fonderie Calla (1) (Paris).

La Garonne, La Loire, La Seine et la Saône

La Garonne, La Loire, La Seine et la Saône

La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois à Paris 2ème arrondissement
La fontaine Louvois, après son érection en 1888. Daguerreotype N° 46 Paris

La fontaine Louvois, après son érection en 1888. Daguerreotype N° 46 Paris

Documentation et sources bibliographiques :

Site lien Wikipédia La fontaine Louvois : https://www.google.fr/#q=fontaine+louvois

Site Wikipédia lien Square Louvois : https://fr.wikipedia.org/wiki/Square_Louvois

(1) Lien : François-Etienne Calla : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-%C3%89tienne_Calla

Voir aussi : article blog Les fontaines de Paris, la liste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_fontaines_de_Paris_liste_List_of_Paris_fountains-3395058.html

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article