Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 12:07
L'édicule du métropolitain Abbesses, le seul accès à la Butte Montmartre :

L'édicule du métropolitain Abbesses, le seul accès à la Butte Montmartre :

Le métropolitain Abbesses :

 

La station est ouverte le 30 janvier 1913. Le nom de la station vient de la Place des Abbesses qui fait référence à l'Abbaye des Dames de Montmartre.

La station dispose d'un unique accès place des Abbesses face au 2, rue La Vieuville:

 

La sortie de métropolitain "Abbesses" est la station la plus profonde de Paris, avec un niveau situé à 36 mètres en dessous de la chaussée.

C'est aussi la seule qui donne directement accès à la Butte Montmartre, célèbre notamment pour ses artistes.

L'édicule de la station  "Hôtel de Ville" qui était installé sur le trottoir du côté des numéros impairs de la rue de Lobau est démonté et sera installé au milieu de la place des Abbesses.

Il deviendra le troisième édicule à verrière restant actuellement à la station Abbesses en 1974.

Les stations "Porte Dauphine" et "Châtelet" comportent ellesaussi un édicule à verrière.

 

La sortie de métro. Abbesses, avant son démontage en 1975

La sortie de métro. Abbesses, avant son démontage en 1975

L'édicule à claire-voie installé à la station Hôtel de Ville, rue de Lobau. Collection archives R.A.T.P.

L'édicule à claire-voie installé à la station Hôtel de Ville, rue de Lobau. Collection archives R.A.T.P.

Ecusson de la ville de Paris sur l'édicule Guimard Abbesses

Ecusson de la ville de Paris sur l'édicule Guimard Abbesses

A remarquer: l'écusson de la ville de Paris est à l'époque un trois-mâts, il est actuellement officiellement un navire à un seul mâts.

Détails de l'écoulement des goutières latérales, différente de celle unique du métropoliatin Porte DauphineDétails de l'écoulement des goutières latérales, différente de celle unique du métropoliatin Porte Dauphine
Détails de l'écoulement des goutières latérales, différente de celle unique du métropoliatin Porte DauphineDétails de l'écoulement des goutières latérales, différente de celle unique du métropoliatin Porte Dauphine

Détails de l'écoulement des goutières latérales, différente de celle unique du métropoliatin Porte Dauphine

Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses
Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses

Quelques détails de l'édicule de la station de métropolitain Abbesses

La plaque du metropolitaion visible dans la descente de l'edicule "Abbesses"

La plaque du metropolitaion visible dans la descente de l'edicule "Abbesses"

A l'occasion de la rénovation de la station Abbesses en 2007, la RATP a commandé à l'association des artistes "Paris-Montmartre" 15 oeuvres originales afin d'harmoniser ses espaces à cet environnement urbain exceptionnel.

Sept créations photographiques réalisées par l'artiste Jacques Habbas viennent épouser la forme hélicoïdale de l'escalier de descente à quai. Elles le transforment en un rappel sensible et multiforme du quartier desservi par la station, en révèlent les mille visages, spectaculaires ou intimistes

La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques
La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques

La descente impressionnante vers le quai du métropolitain et ses oeuvres photographiques

Liens :

L'abbaye royale de Montmartre :

Aquarelles le métropolitain Abbesses 2017 et 2006Aquarelles le métropolitain Abbesses 2017 et 2006

Aquarelles le métropolitain Abbesses 2017 et 2006

Voir aussi autres articles du blog sur les édicules Guimard à Paris  :

 

Bon voyage métropolitain et bonne visite !

 

 

Un petit circuit au depart de la station Abbesses : "sur les pas d'Amelie Poulain".

Circuit realise avec les randonneurs Ovillois le 26 fevrier 2017

Circuit realise avec les randonneurs Ovillois le 26 fevrier 2017

Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 07:34

 

*********************************

Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème

Une visite en février 2017

L'entrée des arcades côté de l'avenue des Champs-ElyséesL'entrée des arcades côté de l'avenue des Champs-Elysées

L'entrée des arcades côté de l'avenue des Champs-Elysées

La plus belle avenue du Monde possède  une magnifique galerie appelée les Arcades des Champs-Elysées ou Arcades du Lido. Elles accueillaient à l'origine le Lido situé dans ses sous-sols, d'abord salon de beauté et piscine inaugurés en 1928, puis cabaret en 1946.

L'entrée sur l'avenue des Champs-Elysées et la verrière côté rue de Ponthieu
L'entrée sur l'avenue des Champs-Elysées et la verrière côté rue de Ponthieu

L'entrée sur l'avenue des Champs-Elysées et la verrière côté rue de Ponthieu

Les Arcades du Lido :

  • 76-78, avenue des Champs-Elysées, 
  • 59, rue de Ponthieu ,

Les Arcades du Lido furent inaugurée le 1er octobre 1926.

Architectes de cette galerie commerciale : Charles Lefèbvre, Marcel Julien et Louis Duhayon.

Avenue des Champs-Elysées au no 76-78 : Les Arcades de l'ancien Lido

Les Arcades du Lido : l'immeuble élevé à cette adresse comporte au rez-de-chaussée une galerie marchande qui donne d'un côté sur les Champs-Élysées et de l'autre sur la rue de Ponthieu. Les Arcades des Champs-Élysées, « une kermesse permanente de commerces de luxe », furent construites en 1925  par l'architecte Charles Lefèbvre et ses associés Marcel Julien et Louis Duhayon à l'emplacement de l'ancien hôtel  Dufayel. La parcelle de terrain, étroite, entre l'avenue et la rue de Ponthieu, avait été acquise par le diamantaire et promoteur immobilier Léonard Rosenthal. Les Arcades furent inaugurées le1er octobre 1926. 

Quelques colonnes en marbre, provenant de l'ancien hôtel Dufayel, sont utilisées dans la réalisation. La décoration de la galerie est l'œuvre du ferronnier René Gobert, des maîtres-verriers Fernand Jacopossi et René Lalique, auteur de fontaines de verre, aujourd'hui disparues. Le sous-sol du passage abritait le Lido jusqu'en 1976 . Inaugurés en1928 , il s'agissait à l'origine de salons de beauté avec une piscine mondaine. Ils avaient été conçus par l'architecte René Félix Berger. Transformés en cabaret en 1946, ils furent à l'origine du nom actuel du passage, les Arcades du Lido.

Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème
Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème
Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème
Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème
Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème
Quelques détails de la Galerie commerciale

Quelques détails de la Galerie commerciale

Les Arcades des Champs-Elysées ou les Arcades du Lido à Paris VIIIème

Les Arcades des Champs-Elysées ou du Lido :

Galerie commerciale des Arcades, 78, avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris
Téléphone 01 4 5 04 32
Horaires :
voir horaires du jour Ouvert aujourd'hui 8 à 23 heures
Métro. : George V

Lien Rue de Ponthieu : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_de_Ponthieu

Voir aussi autres articles du blog : les passages et galeries de Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

 

Bonne visite !

 

Plan d'accès aux Arcades des Champs-Elysées

Plan d'accès aux Arcades des Champs-Elysées

Repost 0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:10
Le circuit de la visite du jour par Louise

Le circuit de la visite du jour par Louise

Détails des monuments aperçusDétails des monuments aperçusDétails des monuments aperçus

Détails des monuments aperçus

Une visite de Louise du Cercle Guimard dans le nord du XVIème arrondissement.

"Cette visite est l'occasion de tisser des liens entre Hector Guimard et Auguste Perret en mettant à l'honneur ce dernier dans un parcours marqué par trois de ses chefs-d'oeuvres :

le Théâtre des Champs-Elysées, le Palais d'Iéna et l'immeuble du 25 bis rue Franklin."

 

 

 

Le théâtre des Champs-Elysées :

Il était initialement prévu que la structure soit en acier, ce qui avait poussé son premier directeur Gabriel Astruc, à choisir les architectes Henry Fivaz et Roger Bouvard.  En 1910,Henry Van de Velde  est appuyé à Bouvard. Van de Velde fait la connaissance d'Auguste Perret un an après ; c'est alors que la structure fut envisagée en béton. Ayant fait appel à l'entreprise Perret pour l'ossature en béton, Van de Velde fut finalement évincé du projet. Auguste Perret transigea un peu avec ses principes : s'il affirma ultérieurement que le « béton se suffit à lui-même », il a ici habillé la façade de plaques de travertin et le cadre de scène de plaques de marbre de l'Allier, où sont intégrés les exceptionnels bas-reliefs en marbre blanc de Bourdelle Les quatre groupes de poteaux intérieurs ont été laissés visibles. La façade est classée aux monuments historiques.

 

Détails de la façade du théâtre des Champs-ElyséesDétails de la façade du théâtre des Champs-ElyséesDétails de la façade du théâtre des Champs-Elysées

Détails de la façade du théâtre des Champs-Elysées

 Dans cette visite, d'autres contemporains d'Hector Guimard sont évoqués à travers leurs constructions et les visiteurs ont pu constater cette modernité florissante, marquée par l'art , Déco, aux bâtiments remarquables de l'éclectisme ou de l'art Nouveau, situés dans les environs.

Le musée d'art moderne de la ville de Paris  ou le Palais de Tokyo :

 

Le Palais de Tokyo, où se trouve le musée, est l'œuvre des architectes André Aubert, D. Dastugue, J-C. Dondel et P. Viard. Il fut conçu dans le cadre de l'Exposition internationale des arts et des techniques de 1937. D'un point de vue architectural, il appartient au style art déco. En1934, l'État avait en effet décidé de construire un musée national d'Art moderne. Mais la Ville de Paris, propriétaire des terrains, s’étant engagée à garantir l’emprunt lancé pour le financement de l'exposition de 1937. l’État accepta finalement, en contrepartie, d'assumer la construction de deux musées d’art moderne, en s’engageant à remettre l’un d’eux à la Ville de Paris pour soulager le musée du petit Palais  : celui de l’État à l’Ouest, à savoir le Musée National d'Art Moderne de 1947 à 1977, et celui de la ville à l'Est.

 

Lien Wikipédia Le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris :https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_d'art_moderne_de_la_ville_de_Paris

Les expositions en cours du M.A.M.V.P. : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions-en-cours

Lien site André Aubert, architecte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Aubert_%28architecte%29

Les sculptures du Musée d'Art Moderne de la Ville de ParisLes sculptures du Musée d'Art Moderne de la Ville de ParisLes sculptures du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Les sculptures du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Le musée d'art moderne de la ville de Paris ou MAMVP, situé au 11, avenue du Président-Wilson, présente la collection municipale d'art moderne et contemporain depuis le fauvisme, riche de plus de 10 000 œuvres, principalement axées sur les mouvements artistiques liés à la capitale et plus récemment sur la scène artistique européenne.

Il occupe l'aile Est du Palais de Tokyo. L'aile Ouest du Palais, qui appartient à l'État, est par ailleurs consacrée à la création contemporaine sous toutes ses formes.

Le musée, inauguré en 1961, a rouvert le 2 février 2006 , après une période de rénovation, avec une exposition consacrée à Pierre Bonnard.

Il s'agit d'un des quatorze musée de la ville de Paris (Voir lien en fin de page) gérés depuis le 1er janvier 2013 par l'établissement public administratif "Paris Musées".

 

 

Le Musée National des Arts Asiatiques - Guimet, M.N.A.A.G ou Musée Guimet :

Le musée national des arts asiatiques - Guimet, en abrégé M.N.A.A.G. et appelé encore couramment musée Guimet, est un musée d'art asiatique situé à Paris, 6 place d'Iéna 75116 Paris.

Le musée s'est constitué à l'initiative d'Emile Guimet (1836-1918), industriel et érudit lyonnais. Grâce à des voyages en Egypte, le musée de Boulag, l'inspirera pour la muséographie de ses futurs musées), en Grèce, puis un tour du monde en1876 avec des étapes au Japon , en Chine et en Inde, il réunit d'importantes collections d'objets d'art qu'il présenta à Lyon  à partir de 1879.

Par la suite, il se spécialise dans les objets d'art asiatiques et transfère ses collections dans le musée qu'il fait construire à Paris et qui est inauguré en 1889. En 1927, le musée Guimet est rattaché à la Direction des musées de France  et regroupe d'autres collections et legs de particuliers. C'est désormais la plus grande collection d'art asiatique hors d'Asie.

Nombre d'oeuvres réunies dans ce musée : 52.000 en 1914   Superficie : 4 005 m2

 

Le bâtiment du Conseil Economique et social et l'immeuble situé au 18, avenue du Président Wilson : vue du ciel

Le bâtiment du Conseil Economique et social et l'immeuble situé au 18, avenue du Président Wilson : vue du ciel

Immeuble situé au 18, avenue du Président Wilson

Immeuble situé au 18, avenue du Président Wilson

Vue aérienne des trois bâtiments ; Palais d'Iéna, Immeuble art déco du 18, avenue Président Wilson et Musée Guimet

Vue aérienne des trois bâtiments ; Palais d'Iéna, Immeuble art déco du 18, avenue Président Wilson et Musée Guimet

La Palais d'Iéna, bâtiment du Conseil Economique et Social :

Construit en 1937 dans le style art déco sur les plans d'Auguste Perret, le palais d'Iéna est réalisé sur la colline du Quartier de Chaillot à l'occasion de l'Exposition universelle de 1937.

Ce bâtiment doit recevoir un nouveau musée consacré aux travaux publics.

La Seconde Guerre mondiale  retarde l'avancement des travaux et la rotonde ne sera terminée qu'en 1943.

Le palais d'Iéna abrite une salle de conférences de trois cents places couverte d'une double coupole. Le hall présente un monumental escalier suspendu en fer à cheval.

En 1960, l'architecte Paul Vimond, élève d'Auguste Perret, lance les travaux de la seconde aile du palais d'Iéna, le long de l'avenue de Président Wilson.

 

Le Palais d'Iéna, siège du Conseil Economique et SocialLe Palais d'Iéna, siège du Conseil Economique et Social

Le Palais d'Iéna, siège du Conseil Economique et Social

Le Palais de Chaillot :

 

Le Palais de Chaillot est situé sur la colline de Chaillot, place du Trocadéro et du 11 Novembre  Il a été réalisé lors de l'exposition universelle de 1937 par les architectes Léon Azéma, Jacques Carlu et Louis-Hippolyte Boileau, grands prix de Rome.

Le bâtiment remplaça l'ancien Palais du Trocadéro.

 

Lien site Wikipédia Le Palais de Chaillot : https://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_de_Chaillot

Image ci-dessous : Idem sources.

Face sud-est du palais de Chaillot et des jardins du Trocadéro, depuis la tour Eiffel à Paris. Le bâtiment de l'exposition universelle de 1900Face sud-est du palais de Chaillot et des jardins du Trocadéro, depuis la tour Eiffel à Paris. Le bâtiment de l'exposition universelle de 1900

Face sud-est du palais de Chaillot et des jardins du Trocadéro, depuis la tour Eiffel à Paris. Le bâtiment de l'exposition universelle de 1900

Le Palais de Chaillot vu de la place du Trocadéro

Le Palais de Chaillot vu de la place du Trocadéro

Détails du Palais de Chaillot côté avenue du Président WilsonDétails du Palais de Chaillot côté avenue du Président WilsonDétails du Palais de Chaillot côté avenue du Président Wilson

Détails du Palais de Chaillot côté avenue du Président Wilson

Les statues du parvis du Palais de Chaillot

Les statues du parvis du Palais de Chaillot

Le Palais de Chaillot côté jardins et les explications de notre conférencière Louise

Le Palais de Chaillot côté jardins et les explications de notre conférencière Louise

 

Trois figures féminines illustrent ainsi les Arts Plastiques, la Philosophie (ou la Culture) et les Arts Libéraux.

 

 

Voir aussi  article blog : les statues autour de la place du Trocadéro : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-place-du-trocadero-et-ses-oeuvres-de-bronze-68623859.html

Les immeubles de l'Avenue Georges Mandel :

no 27 : Immeuble à colombages construit par Joseph Vaudremer Joseph Vaudremer datant de 1897 et inscrit aux monuments historiques.

Lien Wikipédia architecte Joseph-Auguste Emile Vaudermer : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Auguste_%C3%89mile_Vaudremer

A noter : au  no 36: La dernière demeure de Maria Callas jusqu'à sa mort en 1977.

Les immeubles de l'avenue Georges Mandel : un peu de Normandie à Paris !Les immeubles de l'avenue Georges Mandel : un peu de Normandie à Paris !
Les immeubles de l'avenue Georges Mandel : un peu de Normandie à Paris !Les immeubles de l'avenue Georges Mandel : un peu de Normandie à Paris !

Les immeubles de l'avenue Georges Mandel : un peu de Normandie à Paris !

L'immeuble de style art déco situé à l'angle des rues Benjamin Franklin et Scheffer

L'immeuble de style art déco situé à l'angle des rues Benjamin Franklin et Scheffer

Petit prolongement de notre visite : l'immeuble "Les Chardons"

Immeuble "Les Chardons" 9, rue Claude-Chahu et 2, rue Eugène-Manuel - Paris 16e

Immeuble "Les Chardons" 9, rue Claude-Chahu et 2, rue Eugène-Manuel - Paris 16e

L'immeuble "Les Chardons", de style art nouveau, 1903, architecte Charles Klein

La façade est entièrement recouvert de grès flammé en céramique jaune d'ocre et vert amande provenant de l'entreprise d'Emile Müller, céramiste à Ivry-Port.

L'immeuble est situé à l'angle  des 9, rue Claude-Chahu et  2, rue Eugène-Manuel  Paris 16ème

 

Voir aussi article L'immeuble "Les Chardons" : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-immeuble-les-chardons-a-passy-116210735.html

 

Lien et documentation :

Les musées de la Ville de Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paris_Mus%C3%A9es

 

Merci à notre conférencière Louise !

 

Repost 0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:59
Une visite Hector Guimard dans le XVIème sud par le Cercle Guimard

Première partie : le Castel Béranger

Le Castel Beranger oeuvre majeure d'Hector Guimard expliqué par Agathe

Le Castel Beranger oeuvre majeure d'Hector Guimard expliqué par Agathe

Une visite du 10 février 2016 des édifices Hector Guimard par Agathe du Cercle Guimard.

 

Le Castel Béranger

Le Castel Béranger

Le Castel Béranger

Le Castel Béranger

Détails du Castel BérangerDétails du Castel BérangerDétails du Castel Béranger

Détails du Castel Béranger

Le hall du Castel Béranger

Le hall du Castel Béranger

Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger
Détails du Castel Béranger

Détails du Castel Béranger

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 05:49
Les grilles de l'Hôtel Mezzara à Paris XVIèmeLes grilles de l'Hôtel Mezzara à Paris XVIème

L'Hôtel Mezzara :

L'Hôtel Mezzara en février 2017

L'Hôtel Mezzara en février 2017

Un article sur ce petit bijou du ministère de l'Education Nationale que l'Etat veut vendre.

De nombreux passionnés du Patrimoine français  souhaitent que ce magnifique édifice, témoin de l'art nouveau du début du XXème siècle devienne le musée Guimard ou un musée de l'art nouveau à Paris ou un espace culturel dédié à l'art nouveau parisien. En effet, Bruxelles possède son musée Horta, Barcelone ses musées Gaudi. Paris conserve encore de belles réalisations art nouveau (Castel Beranger, Immeuble Jassédé, immeuble et hôtel Lavirotte, mais pas de musée et ses magnifiques édifices privés de sont pas ouverts au public, même durant les journées européennes du patrimoine. il existe cependant à Nancy le musée de l'Ecole de Nancy, spécifique aux artistes et artisans nancéien et de la région (Emile Gallé, Victor Prouvé, Louis Estaux, Camille Martin, Louis Majorelle, ainsi que la Villa Majorelle, ouverte au public.)

Un musée Guimard à Paris refusé par l'Etat français en 1948  :

En 1948, six ans après le décès de son mari, Madame Guimard décide de faire don de l'hôtel particulier, de son mobilier, conçu spécialement par son mari dans le plus pur style Art nouveau, ainsi que des archives de son mari à l'État français, afin d'en faire un musée. L'État refuse le don. Une partie du mobilier est cependant acceptée par trois musées français, dont le Petit Palais et le musée des Beaux-Arts de Lyon. Le reste est vendu aux enchères et principalement acheté par des collectionneurs américains. L'immeuble est découpé en appartements et vendu.

 

La chambre  à coucher de Madame Guimard au Musée des Beaux-Arts de Lyon (image de droite)

 

L'immeuble Guimard est malheureusement dans un état déplorable aujourd'hui, les propriétaires manquant de financements pour sa restauration. Seul, son encadrement de portail principal  a été restauré en 2006.

 

La Fondation Guimard  et lHotel Mezzara : Le Cercle Guimard développe le projet d'une fondation Guimard, installée à l'hôtel Meazzara dans le but de doter Paris d'un espace culturel et touristique dédié à l'oeuvre d'Hector Guimard et à l'art nouveau de la capitale française.

 

Revenons à l'Hôtel Mezzara :

Petit rappel de son histoire :

L'hôtel Mezzara est un hôtel particulier de style art nouveau situé au 60, rue Jean de la fontaine à Paris XVIème arrondissement et construit par l'architecte Hector Guimard en 1910-1911, pour Paul Mezzara, un industriel du textile et créateur de dentelles.

D'origine vénitienne, Paul Mezzara est membre comme Hector Guimard de la Société des artistes décorateurs , et c'est sans doute par le biais de cette association qu'il fait la connaissance de l'architecte Hector Guimard. L'hôtel lui sert de lieu d'exposition et de vente de ses tissus, mais il n'y vit que deux ans seulement.

En 1930, l'hôtel est vendu aux sœurs Lacascade qui le transforment en un établissement de cours privé, puis le cèdent à l'Education Nationale en 1956. Anciennement "Foyer des Lycéennes", Il devient alors une annexe du Lycée d'Etat Jean-Zay, situé au 10, rue du docteur Blanche, Paris XVIème.

Une quinzaine de pensionnaires féminines ont eu la chance de profiter des locaux et du jardin privé chaque année !!

L'Hôtel est Inscrit aux Monuments historiques par un arrêté du 15 septembre 1994.

L’hôtel Mezzara est représentatif de la maturation du style Guimard autour de 1910 :

structures architectoniques souples, moulures organicistes raffinées, vitraux tendant vers le style Art Déco.

La disposition interne des premier et deuxième niveaux s’articule autour d’un grand hall pourvu d’une verrière zénithale, où Paul Mezzara exposait ses créations.

La salle à manger possède encore son mobilier d’origine – buffet, table et chaises – dessiné par Hector Guimard, ainsi qu’une fresque pointilliste de Charlotte Chaucher-Guillet.

Il a été restauré en 2005.

En 2005 et 2006, il est ouvert au public à l'occasion d'expositions et de manifestations organisées par le Cercle Guimard.

J'ai d'ailleurs eu aussi le bonheur d'exposer 60 aquarelles sur le thème d'Hector Guimard  "Guim'ART" du 13 au 27 juin 2006 dans l'écrin merveilleux de l'Hôtel Mezzara.

 

 

Le portail principal de l'Hôtel Mezzara et son numéro d'entrée stylé art nouveauLe portail principal de l'Hôtel Mezzara et son numéro d'entrée stylé art nouveau

Le portail principal de l'Hôtel Mezzara et son numéro d'entrée stylé art nouveau

Plusieurs articles ayant été réalisés sur ce merveilleux édifice, il est décidé de faire honneur à ses étonnantes grilles extérieures d'entrée, différentes de celle que l'on peut trouver dans les réalisations d'Hector Guimard, nombreuses dans le quartier. Il est nécessaire de préciser que le célèbre architecte art nouveau avait son atelier au Castel Béranger, puis à l'Hôtel Guimard, tous deux situés à deux pas de l'Hôtel Mezzara.

 

En fait, peu de connaissance sur la conception de ses étonnantes grilles :  un ferronnier inconnu aurait forgée et vissé ou soudé des petites fontes produites par la fonderie de Saint-Dizier afin d'en assembler le montage. (sources Cercle Guimard)

Détails de la grille de l'Hôtel Mezzara

Détails de la grille de l'Hôtel Mezzara

Les grilles de l'Hôtel Mezzara à Paris XVIèmeLes grilles de l'Hôtel Mezzara à Paris XVIème
Détails des grilles de l'Hôtel

Détails des grilles de l'Hôtel

 

Avec le Cercle Guimard et d'autres passionnés, soutenons ce projet de musée art nouveau ou d'espace culturel dédié à l'art nouveau à Paris !

 

Voir aussi autres articles déjà réalisés sur l'Hôtel Mezzara :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/02/l-hotel-mezzara-d-hector-guimard-a-paris.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/12/l-hotel-mezzara-a-paris.html

Site Wikipédia : lien https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_Mezzara

L'artiste Charlotte Chauchet-Guillet, amie de Guimard lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlotte_Chauchet-Guiller%C3%A9

Le Musée de Charleville, sa ville de naissance de Charlotte Stéphanie Henriette Chauchet, acquiert quatre tableaux pour ses collections

Le vie de Guimard : site La Hublotière au Vésinet lien : https://lahublotiere.com/hector-guimard/

 

 

Bonne visite extérieure !!

Repost 0
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 16:08
L'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector Guimard
La sortie de métropolitain Châtelet

La sortie de métropolitain Châtelet

Les édicules Hector Guimard :

Le banquier Adrien Bénard, président de la CMP (Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris crée en 1899), propose de confier la réalisation l’entrée des stations aériennes du métropolitain à Hector Guimard

Ce dernier décide d’ériger pour la première ligne de métro de Paris (Vincennes- Neuilly) construite en 1900 des édicules (petites constructions isolées dans l'espace public)..

Il utilise pour cela des matériaux tels que la fonte de fer pour la structure, la pierre pour les soubassements ou encore le verre pour la toiture.

Hector Guimard définit deux types d'édicules : le "modèle A" et le "modèle B".

Chacun de ces modèles se décline en deux versions : fermé ou ouvert sur les côtés.

Dans le modèle A, l'escalier est abrité par un auvent et une marquise en verre, quatre piliers aux coins de la trémie soutiennent l'ensemble.

Le deuxième type d’entrée de métro conçue par Guimard est baptisé « édicule ». Il présente une verrière à double pente, soutenue par trois ou quatre piliers et dotée d’un auvent. Le toit est conçu en lames de verre assemblées sur un châssis de poutrelles en fonte. L’entrée ressemble à un insecte et est surnommé « La libellule » par les Parisiens de l’époque. Seuls trois de ces « édicules » subsistent aujourd’hui aux stations Porte Dauphine, Abbesses et Châtelet.

L'édicule du Métropolitain Châtelet

L'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector GuimardL'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector GuimardL'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector Guimard
L'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector GuimardL'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector Guimard
L'édicule Métropolitain Châtelet d'Hector Guimard

La gouttière de l'édicule situé en face arrière :

La goutière de l'édicule fait partie intégrante de la structure portanteLa goutière de l'édicule fait partie intégrante de la structure portanteLa goutière de l'édicule fait partie intégrante de la structure portante

La goutière de l'édicule fait partie intégrante de la structure portante

La goutière du métropolitain Porte DauphineLa goutière du métropolitain Porte Dauphine

La goutière du métropolitain Porte Dauphine

Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune
Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune

Quelques détails de l'édicule "Châtelet" situé place Sainte-Opportune

Les trois édifices de métropolitain à verrière de Paris type "libellule"

1) métropolitain Porte Dauphine,

2) métropolitain Abbesses et son ancien emplacement au Louvre

3) métropolitain Châtelet

Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris
Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris
Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris
Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris
Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris
Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris

Les 3 édicules à verrière Guimard type "Libellule" de Paris

Sortie de Métropolitain "Châtelet" :

Lignes RER A, B et D lignes métros. N° 1, 4, 7, 11 et 14.

Type édicule

Paroi : type écussons, fond arrondi, édifice installé en 2000, une création d'après sortie "Gare de Lyon".

L'ancien entourage à écusson de 1901 avait été déposé en 1960.

Référence du classement monument historique ISMH 88

Situation : place Sainte-Opportune, ancien emplacement du cloître de l'église Sainte-Opportune, détruite en 1792 à la Révolution

Bibliographie : "Le métropolitain d'Hector Guimard" Somogy Editions d'Art, Frédéric Descouturelle, André Mignard et Michel Rodriguez

Voir aussi article blog Circuit Hector Guimard à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Circuit_Hector_Guimard_Paris_16eme_metros_parisiens-6010355.html

L'édicule du métropolitain "Porte Dauphine" : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-metropolitain-porte-dauphine-et-son-edicule-art-nouveau-48559984.html

 

Bonne visite !

 

 

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 06:39

Les quartiers environnants du passage du Grand Cerf :

 

Un tournage avec la chaine ARTE en fin janvier 2017 m'a permis de travailler sur l'historique du quartier proche du passage du grand Cerf

 

Ce passage a été percé entre deux rues :

la rue Saint-Denis et la rue Dussoubs.

 

Plusieurs articles ont été réalisés sur le passage du Grand Cerf

Cet article pour but d'écrire quelques mots sur l'histoire de ces rues :

 

 

 

 

 

L'entrée du passage rue Dussoubs:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                L'entrée du passage rue Saint-Denis

Histoire de la rue Saint-Denis :

C'est au bord de ce chemin qui conduisait à l'ancien Catalocum, nommé depuis Saint-Denis  par le fait que ce saint qui vint prêcher la foi chrétienne dans les Gaules vers l'an 245 et qui y fut inhumé, qu'ont vraisemblablement été construites les premières maisons des Parisiens, lorsqu'ils commencèrent à sortir de leur île,du côté du nord.

Dès 1134, une rue  bordée de maisons remplaçait le chemin  aboutissait à la rue d'Avignon. De cet endroit on voyait une porte de ville qui faisait partie de la deuxième enceinte de Paris , construite sans doute à la suite du grand siège de 885 par les vikings.

Située dans le quartier des Lombards, cette voie d'une longueur de 63 mètres, commençait aux no 20 rue Saint-Denis et se terminait aux numéros  15 et 17 rue de la Savonnerie rue de la Savonnerie2.

Les numéros de la rue étaient noirs. Le dernier numéro impair était le no 11 et le dernier numéro pair était le no 10.

Vers 1197, la rue Saint-Denis n'allait encore qu'entre la porte de la deuxième enceinte de la ville, un peu au-dessous de la rue Troussevache et atteignait la rue Mauconseil où se trouvait une porte de la troisième enceinte de Paris commencée en 1188, par ordre de Philippe-Auguste.

La partie entre la place du Châtelet et la rue de la ferronnerie , c'est à dire ce qui était compris de cette rue dans la seconde enceinte de Paris se nommait en 1284  rue de la Sellerie-de-Paris, en 1293  rue de la Sellerie-de-la-Grand'rue, en 1310 Grand'rue de Paris et en 1311 Grand'rue des Saints-Innocents car elle conduisait directement à l'église des Saints-Innocents. Elle a ensuite porté les noms de Grant chaussée de Monsieur, Grant, chaussée de Monseigneur Saint-Denis, Grant chaussiée de Monsieur Saint-Denis, Grand'rue Saint-Denis et enfin rue Saint-Denis. Le nom de Grant-Chaussiée-Monsieur-Denis et de ses dérivés est dû au

pèlerinage au tombeau de saint Denis mis en honneur au Vème siècle par sainte Geneviève.

Lien : rue Troussevache :

La porte Saint-Denis :

La porte Saint-Denis actuelle est un arc de triomphe situé dans l'actuel 10ème arrondissement de Paris et construit en 1672 par l'architecte François Blondel, à la gloire de Louis XIV.

Elle est située à l'emplacement d'une porte de Paris de l'ancienne enceinte de Charles V.

C'est un des monuments les plus représentatifs de l'art officiel de son époque, présenté dans toutes les anthologies..

Voir article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-porte-saint-denis-a-paris.html

 

On peut aussi situer la Porte de Saint-Denis de l'époque de l'enceinte de Philippe-Auguste.

Elle s'est appelée La porte aux peintres

 

La prostitution et le quartier :

Les prostitués s'installent dans le quartier, dès le XIIIème siècle. Un décret royal interdit la prostitution dans la ville dont le périmètre est alors restreint. Les filles sont chassées en dehors des murailles de l'enceinte.

Actuellement, les prostituées sont concentrées dans la rue Saint-Denis, mais dans le passé, elle occupaient tout le quartier

La porte saint-Denis actuelle, vue par les artistesLa porte saint-Denis actuelle, vue par les artistesLa porte saint-Denis actuelle, vue par les artistes

La porte saint-Denis actuelle, vue par les artistes

La rue Marie-Stuart : une reine choquée...

À la suite du décret de Saint-Louis en 1256  interdisant la prostitution dans Paris, ces demoiselles doivent s’installer au-delà de l'enceinte Philippe-Auguste, qui correspond à larue Etienne-Marcel , d’où leur appellation de filles bordelières (ce qui donnera le mot bordel), notamment le long de la voie versSaint-Denis  (actuelle rue Saint-Denis)

La rue Marie-Stuart est à l’origine une des rues aux ribaudes (filles publiques, prostituées), sous le nom de « rue Tire-Vit » (vit est synonyme de pénis, du latin vectis, soit une barre ou un levier) puis de « rue Tire-Boudin », tout comme sa voisine la rue Dussoubs s’appelait la « rue Gratte-Cul ».

Dans la seconde moitié du XIVème sièclen, l'enceinte de Charles V, correspondant à la rue d'Aboukir, et aux grands boulevards, intègre le quartier à laville ; la rue change peu de temps après de nom (peut-être au début du XVème, pour celui moins vulgaire de « rue Tire-Boudin ».

Dans l'ouvrage supplément du théâtre Italien,Arlequin donne au vieillard l'étymologie de la rue Tireboudin ainsi.

« C'est où la Princesse leur donna un bon morceau de bon Boudin pour payer sa Fête, l'un le tira par un bout, l'autre par l'autre : c’est pourquoi cette rue porte le nom de Tireboudin. »

Selon une anecdote apocryphe racontée par l'historien Henri Sauval, la reine d'Écosse Marie Stuart aurait remarqué cette rue après son mariage en 1558 avec le dauphin, futur François II : « Marie Stuard femme de François II, passant dans cette rue, en demanda le nom ; il n’étoit pas honnête à prononcer ; on en changea la dernière syllabe, & ce changement a subsisté. De toutes les rues affectées au femmes publiques, cette rue, & la rue Brisemiche, étoient les mieux fournies. »

Le nom actuel de la rue Marie-Stuart ne fut donné qu’en 1809, par une décision ministérielle du 25 juillet par le ministre Joseph Fouché, à la suite de la demande des riverains qui proposaient le nom de rue du Grand-Cerf ; mais selon Fouché : « Il me semble que le nom de Grand-Cerf, qu’ils proposent de substituer à l’ancien, a quelque chose d’ignoble : cela rappelle plutôt l’enseigne d’une auberge que le nom d'une rue. Je pense qu’il est convenable de lui donner le nom de la princesse à qui la rue Tireboudin doit son premier changement. Le nom de Marie Stuart rappellera une anecdote citée dans tous les itinéraires de Paris. »

 

La rue Dussoubs et son histoire :

La rue s'est d'abord limitée au tronçon entre les rues Tiquetonne et Saint-Sauveur, sous les noms de « rue des Deux Portes Saint-Sauveur » (mentionnée en1289), puis « rue des Deux Petites Portes » en 1417 et « rue Entre Deux Portes ». L'origine du nom est qu'elle se trouvait entre deux portes de l'enceinte de Philippe-Auguste  (entre la poterne du Comte d'Artois d'où sortait la rue Montorgueil  et la Porte Saint-Denis et qu'elle menait àl'église saint-Sauveur.

Un des noms de la voie au XIIIème fut celui de « rue Gratte-Cul », car le quartier, alors hors les murs, était spécialisé dans la prostitution (interdite théoriquement dans Paris depuis 1256).  À la fin du XVIIème siècle, la rue fut prolongée jusqu'à la rue Thévenot (disparue lors de la percée de l'actuelle rue Réaumur sous Haussmann).

Par le décret du 9 mai 1881, la rue a reçu le nom du révolutionnaire limousin Denis Gaston Dussoubs, tué le 4 décembre 1851 sur une barricade de la rue Montorgueil, en protestant contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte.

En fait, Marcellin Dussoubs, député démocrate socialiste, représentant de la Haute-Vienne, était malade et c'est son frère Denis Dussoubs, qui avait revêtu son écharpe de représentant du peuple, qui fut tué à sa place.

Le prolongement de la voie était prévu jusqu'à la rue d'Alexandrie, mais le percement n'a jamais été fait. L'idée a été abandonnée en 1991.

Lien article connexe : Coup d’État du 2 décembre 1851.

La rue Dussoubs et la place Goldoni

La rue Dussoubs et la place Goldoni

La rue Dussoubs. Au centre la sucette et ses explications

La rue Dussoubs. Au centre la sucette et ses explications

 

 

La rue Tiquetonne

 

Histoire et description :

Suivant le tracé de la muraille de Philippe Auguste,  elle joignait la rue Saint-Denis à la rue Montmartre. Cette rue doit son nom à un boulanger du XIVème siècle, Rogier de Quiquetonne, même si l’appellation actuelle ne remonte qu’à 1868.  Au fil des années, le nom a été déformé, le QU se transformant petit à petit en T.

Avant 1868, la rue s’appelait rue du Petit-Lion-Saint-Sauveur.

Alexandre Dumas y fit habiter son célèbre D'Artagnan.

La rue Tiquetonne

 

 

 

La rue Montorgueil :

Le nom de Montorgueil est celui d'une butte appelée au XIIIème siècle le Mons Superbus, au XVème sièclele Mont-Orgueil, au XVIIème siècle la Butte-aux-Gravois, et au XIXème siècle  la butte de Bonne-Nouvelle (du nom de son église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

Cette butte se trouve juste au nord du quartier Montorgueil, à la limite de l'arrondissement. , immédiatement au sud du boulevard de Bonne Nouvelle

La rue Montorgueil est une voie ancienne des actuels 1er et 2ème  arrondissements de Paris.

La rue est l'axe principal d'une zone piétonne  toujours animée, possédant de nombreux commerces d'alimentation et des restaurants. Elle a donné son nom au quartier Montorgueil, dont elle occupe le centre.

Historique de la rue :

Cette rue résulte de la fusion, en 1830, de la rue de la comtesse d'Artois  entre la rue Montmartre et la rue Mauconseil et la rue Montorgueil entre la rue Mauconseil et la rue Saint-Sauveur.

En 1660, un établissement de religieuses de la Visitation s'installe dans la rue qu'elles quittent en 1673, pour s'installer rue du Bac.

En 1665, le siège du Journal des Savants se trouvait dans cette rue dans une maison à l'enseigne du Cheval Blanc.

Durant l'époque des anciennes halles de Paris , les mareilleurs des côtes de la mer du Nord occupaient une partie de cette rue.

 

 

Une enseigne rappelle cette époque des poissonniers d'antan : "Le Rocher de Cancale", devenu depuis un café-restaurant à la mode.:  https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Rocher_de_Cancale

 

La rue Montorgueil, près des halles et près du boulevardLa rue Montorgueil, près des halles et près du boulevard

La rue Montorgueil, près des halles et près du boulevard

Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"
Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"
Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"

Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"

La Patisserie Stohrer :

Un peu d'histoire de la patisserie

Un peu d'histoire de la patisserie

La plus ancienne patisserie de Paris depuis 1730

La plus ancienne patisserie de Paris depuis 1730

Nicolas Stohrer et sa patisserie :

Quand Marie, fille du Roi de Pologne, épouse en 1725 le Roi Louis XV, elle fait suivre à Versailles son pâtissier, Nicolas Stohrer.

Cinq ans plus tard, il ouvre une pâtisserie à Paris, au 51 de la rue Montorgueil, riche en commerces de bouche. La pâtisserie Stohrer est ainsi l’un des plus anciens établissements de Paris, mais aussi l’un des plus réputés.

C’est enfin la plus vieille pâtisserie de la capitale, détenant plusieurs prix, dont celui du meilleur éclair au chocolat de Paris, décerné par le Figaro.

Nicolas Stohrer était un pâtissier franco-polonais. Il est connu comme le pâtissier de Marie Leszczyńska, épouse du roi Louis XV de France. 

Nicolas Stohrer est l'inventeur du baba au rhum, gourmandise composée de brioche sèche arrosée de vin de Malaga , parfumée au safran et servie en y ajoutant crème raisins secs de Corinthe et raisins frais.


 

 

Sources et documentations : sites Wikipédia

 

A lire : un ouvrage très complet de Patrice de Moncan : "Les passages couverts de Paris" Les Editions du Mécène.

 

Tournage d'Arte le 26 janvier 2017 et interview de Patrice de Moncan, historien et spécialiste des passages et des galeries au passage du Grand Cerf.

 

 

 

Le passage du grand Cerf site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Grand-Cerf

Voir aussi  autre article du blog sur le passage du grand Cerf :

Histoire du passage : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_a_Paris-1302557.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/12/le-passage-du-grand-cerf-un-des-beaux-passages-de-paris.html

Quelques images du passage : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1437663.html

Le passage du Grand Cerf et sa déco. de lierre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/06/le-passage-du-grand-cerf-et-sa-deco-lierre-en-juin.html

Une visite au passage du Grand Cerf le 25 février 2012 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-une-visite-au-passage-du-grand-cerf-100113273.html

Le passage du Grand Cerf vu par l'artiste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_vu_par_lartiste_The_Grand_Cerf_passageway_seen_by_the_artist-1302660.html

 

Bonne visite au passage du Grand Cerf !!! (fermé le dimanche)

 

Repost 0
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 09:23

 

****

Paris la nuit en décembre 2016

Paris, rive droite :

L'Hôtel de Ville de Paris illuminéL'Hôtel de Ville de Paris illuminéL'Hôtel de Ville de Paris illuminé

L'Hôtel de Ville de Paris illuminé

La façade de l'Opéra Garnier

La façade de l'Opéra Garnier

Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris

Les ponts du centre de Paris

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au LouvreL'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au LouvreL'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au Louvre

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au Louvre

Paris la nuit en décembre 2016
La Cour Carrée du LouvreLa Cour Carrée du Louvre

La Cour Carrée du Louvre

La Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du CarrouselLa Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du CarrouselLa Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du Carrousel

La Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du Carrousel

La place des Vosges et la rue de CastiglioneLa place des Vosges et la rue de CastiglioneLa place des Vosges et la rue de Castiglione

La place des Vosges et la rue de Castiglione

La rue Saint-Honoré et la rue RoyaleLa rue Saint-Honoré et la rue RoyaleLa rue Saint-Honoré et la rue Royale

La rue Saint-Honoré et la rue Royale

La place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la Madeleine
La place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la Madeleine

La place de la Concorde et la place de la Madeleine

Les vitrines du Printemps : Le Cabaret Imaginaire

Les vitrines du Printemps : Le Cabaret Imaginaire

Les virtines du Printemps

Les virtines du Printemps

Paris, rive gauche :

La rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la ContrescarpeLa rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la ContrescarpeLa rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la Contrescarpe

La rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la Contrescarpe

L'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa placeL'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa placeL'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa place

L'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa place

 

Bonne visite !

 

Repost 0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 16:36
Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BDLe 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD

La librairie "Le 9e Art" à Houilles, dans les Yvelines, est une librairie spécialisée dans la bande dessinée ou 9e art. qui a ouvert ses portes le 11 décembre 2014. 

Depuis cette date, la librairie Le 9e Art à Houilles propose un large choix de BD, comics, mangas... elle est membre du réseau Canal BD. C'est aussi des articles para BD avec CDn jeux, objets, papeterie spéciale BD, tirages... Elle propose également un rayon dédié aux magazines BD pour rester connectés au monde de la bande dessinée.

Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD
Olivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à HouillesOlivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à HouillesOlivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à Houilles

Olivier, responsable de la boutique "Le 9ème Art" à Houilles

Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD
Le 9ème Art à Houilles et sa boutique spécialisée BD
Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"
Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"

Images numériques retraitées Pentax K5-II "aquarelles"

Librairie Le 9ème Art :

20, rue Gabriel Péri 78800 Houilles.

Tél. : 01 39 62 05 87

Boutique face Graineterie Centre Culturel

 

Horaires : http://ilibrairie.fr/78/houilles/librairie-le-9e-art-2gd

 

Messagerie : e9eartlib@canalbd.net

 

Voir ausi lien blog article "Le 23ème Festival de la BD à Buc" :http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/le-23eme-festival-de-la-b-d-a-buc-dans-les-yvelines.html

 

 

 

Bonne visite !

 

Repost 0
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 08:40

 

*****************************************************

Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832

Une visite au restaurant situé rue Montorgueil à Paris 1er arrondissement.

Un restaurant au décor Second Empire

 

Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832
Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832

Créé en 1832, ce bistrot allait vite jouir d'une belle réputation : à cette époque, on prêtait des vertus aphrodisiaques au mollusque qui sert d'enseigne. 

Mais ce n'est qu'à partir de 1919, quand cette table a été reprise par André Terrail, fondateur de la prestigieuse Tour d'Argent, que cette maison allait conquérir ses lettres de noblesse.

L'escargot Montorgueil : une restaurant historique à Paris. 

Séduits par son superbe décor second Empire, avec dans l'entrée le plafond peint par Clarin qui ornait la salle à manger, Sarah Bernhardt, Marcel Proust, Sacha Guitry, Salvator Dali et toutes les célébrités du vingtième siècle allaient devenir de fidèles habitués.

Images du restaurant Images du restaurant Images du restaurant
Images du restaurant Images du restaurant Images du restaurant

Images du restaurant

L'Escargot Montorgueil : 38, rue Montorgueil 75001 Paris Tél. : 01 42 36 83 51

Site lien :  https://www.escargotmontorgueil.com/

Métro RER Châtelet-les-Halles ou Etienne-Marcel

 

 

Plan d'accès au restaurant

Plan d'accès au restaurant

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 08:08
La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur

La Tour  Jean sans Peur

Une tour médiévale au cœur de Paris :

La Tour Jean sans Peur est le dernier vestige du palais des ducs de Bourgogne 1409-1411.

Elle est plus haute tour civile médiévale de la capitale  qui a conservé son escalier à vis, dont la voûte est un chef d'œuvre  de la sculpture flamboyante française.

La tourLa tourLa tour

La tour

Où se trouve la tour Jean sans Peur ?

Au centre du plan de Paris, l'emplacement de l'enceinte Philippe Auguste et la Tour Jean sans Peur

Au centre du plan de Paris, l'emplacement de l'enceinte Philippe Auguste et la Tour Jean sans Peur

La sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tourLa sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tour

La sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tour

La Voûte et son histoire. Sources : Tour sans Peur

La Voûte et son histoire. Sources : Tour sans Peur

La voûte de l'escalier à vis : cette décoration est l'une des merveilles de la sculpture flamboyante française. Taillée dans le liais, une roche calcaire dure, elle était peinte à l'origine (voir l'image de droite).

 

Une exposition sur la Tour Saint-Jacques à Paris et son histoire

L'église Saint-Jacques et son clocher :

Peu avant 1119 est fondée la paroisse Saint-Jacques.

Bénéficiant de la grande activité suscitée par le trafic du Grand Pont et de la rue Saint-Denis, elle s'inscrit au coeur du quartier de la Grande Boucherie, qui donne son nom à l'église en 1259.

Au milieu du XIVème siècle, l'église s'agrandit.

La façade ouest est achevée en 1491, alors que les travaux du nouveau clocher débutent en 1509, pour s'achever en 1523.

Sa hauteur de 54 mètres jusqu'à la terrasse, et l'abondance de sa décoration sculptée expriment la puissance et la richesse de la paroisse. Le clocher témoigne de la persistance du style gothique à Paris. La complexité de sa décoration manifeste la somptuosité du gothique flamboyant, dans un enchevêtrement de gâbles, gargouilles, fleurons, pinacles. Des statues de saints agrémentent terrasse et flancs de l'édifice.

En 1797, l'église est mise en vente comme Bien National et détruite. Le clocher échappe par miracle à la destruction; mais devient tour orpheline, au milieu d'un terrain vague vite occupé par un bazar à fripes, puis un marché en dur. La tour est convertie en fabrique de plombs de chasse  " à l'anglaise.

Fondu au sommet, le plomb en fusion s'écoule en gouttelettes vers un bassin d'eau situé au rez-de-chaussée. La conversion de la tour n'est pas sans dommage. Les voûtes et planchers intermédiaires sont supprimés, les parois rapidement enfumées.

Ce sanctuaire a été le point de rassemblement et de départ sur la via Turonensis (ou voie de Tours) du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. La statue de Blaise Pascal, installée à la base de la tour, rappelle qu'il renouvela ici ses expériences barométriques du Puy-de-Dôme. Une statue de Saint Jacques-le-Majeur surmonte, à l'angle nord-ouest, la plate-forme sur laquelle est installée une petite station météorologique depuis 1891. Elle dépend de l'Observatoire de Montsouris. Les symboles sculptés des quatre évangélistes, le lion, le taureau, l'aigle et l'homme, apparaissent dans les angles du sommet de la tour. Ces statues ont été restaurées au siècle dernier, à l'instar des gargouilles et des dix-huit statues des saints qui décorent les parois de la tour.

Voir article les gargouilles de la tour Saint-Jacques : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-gargouilles-de-la-tour-saint-jacques-a-paris-120184472.html

 

Au fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historiqueAu fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historiqueAu fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historique

Au fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historique

Les expositions en étage :

mi-étage de la tour

"Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

 

 

"l'Homme aux 753 chapeaux"  tissu en feutre de bièvre (castor)

 

 

Les chapeaux du duc

Les chapeaux du duc

Philippe II de Bourgogne dit "Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

Philippe II de Bourgogne dit "Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

Philippe II de Bourgogne (1342-1404), dit « Philippe le Hardi »

A noter, plusieurs personnages historiques ont porté le nom de ¨Philippe le Hardi :

  • Philippe le Hardi, roi de France, surnom de Philippe III de France (1245-1285), fils de Saint-Louis
  • Philippe le Hardi, duc de Bourgogne surnom de Philippe II de Bourgogne (1342-1404).

 

La pièce de la tour nommée étude :

Au centre, la chaire de Jean sans Peur, à gauche une création de "on aura tout cu"

Au centre, la chaire de Jean sans Peur, à gauche une création de "on aura tout cu"

Jean sans Peur en chaire Jean sans Peur en chaire

Cette salle, nommé étude, fit office de bureau et de salle de réception privée du duc Jean entre 1411 et 1413

L'exposition La mode au Moyen-Âge :

 

La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur
Détails de vêtements au Moyen-Âge

Détails de vêtements au Moyen-Âge

L'exposition sous les combles de la Tour :

 

Reconstitution d'une taillerie princière :

La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur
Les métiers de la mode. Rangement et nettoyage des vêtements

Les métiers de la mode. Rangement et nettoyage des vêtements

Et les restes de l'enceinte Philippe Auguste visibles dans le sous-sol de la tour.

Nous nous situons dans la partie nord de cette enceinte, près de l'ancienne Porte Saint-Denis.

 

 

Commissaire de l'exposition : Lydia Kamitsis, historienne de la mode

 

 

Exposition : du  11 mai 2016 au 15 janvier 2017, du mercredi au dimanche de 13 H 30 à 18 h,

Fermeture de la tour les 24, 25, 31 décembre 2016 et 1er janvier 2017.

Visites guidées : samedi et dimanche à 15 heures, minimum 5 personnes.

Visite groupes : T les J. sur rendez-vous.

20, rue Etienne Marcel 75002 Paris. Métro. : Ligne N° 4, station Etienne Marcel, Bus : ligne 29, arrêt Turbigo-Etienne Marcel, RER A, B et D, station Les Halles.

Parking auto. : Les Halles-Nord et Saint-Eustache;

Tél. Tour Jean sans peur : 01 40 26 20 28 Site : tjsp@wanadoo.fr

Courriel : contact@tourjeansanspeur.com

Site internet lien direct :  http://www.tourjeansanspeur.com

 

Sources / documentation : Tour Jean sans Peur, Tour Saint-Jacques, Enceinte Philippe Auguste différents sites et blog perso.

Site Wikipédia Jean 1er de Bourgogne dit "Jean sans Peur" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ier_de_Bourgogne

Site de la Tour Saint-Jacques :  Paris 1900 http://paris1900.lartnouveau.com/paris04/tour_st_jacques.htm

Site Wikipédia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_Saint-Jacques

Voir aussi Lien blog L'enceinte Philippe Auguste à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-enceinte-philippe-auguste-a-paris-125011327.html

Voir aussi Lien article : L'arche muraille Philippe Auguste à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/01/l-arche-muraille-philippe-auguste-a-paris.html

 

Bonne visite jusqu'au 15 janvier !

Merci à Agnès de la T.J.S.P. pour tous ses précieux renseignements fournis.

 

Plan de la tour Jean sans Peur et ses environs

Plan de la tour Jean sans Peur et ses environs

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article