Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 05:28

 

Noyers-sur-Serein, beau village médiéval :

 

Noyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiéval

Classé parmi les plus beaux villages de France, Noyers est une cité médiévale préservée. Elle compte 78 bâtiments classés ou inscrits aux Monuments historiques qui, pour l'essentiel, datent du xvème siècle, et ont été peu remaniés depuis. Parmi les places les plus pittoresques du village, on peut citer les places aux noms évocateurs suivants : Place du Marché-au-Blé, Place de la Petite-Étape-aux-Vins, Place du Grenier-à-Sel.

Noyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiévalNoyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiévalNoyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiéval
Noyers et ses maisons médiévales à pans de boisNoyers et ses maisons médiévales à pans de boisNoyers et ses maisons médiévales à pans de bois
Noyers et ses maisons médiévales à pans de boisNoyers et ses maisons médiévales à pans de bois

Noyers et ses maisons médiévales à pans de bois

Le cadran solaireLe cadran solaire

Le cadran solaire

Le Serein à NoyersLe Serein à Noyers

Le Serein à Noyers

Le château de Noyers-sur-Serein est une ancienne forteresse médiévale située à Noyers, dans l'actuel département de l'Yonne.

Édifié avant le XIIème siècle par les seigneurs de Noyers, le château est agrandi et fortifié au début du XIIIème siècle par Hugues de Noyers, évêque d'Auxerre. Le personnage marquant de la lignée de cette famille puissante est sans conteste Miles x de Noyers, maréchal de France et conseiller du roi.

Le comté de Noyers passe ensuite pour un siècle aux ducs de Bourgogne et le château constitue l’une des clés du duché.

Propriété du prince de Condé, chef du parti huguenot ,Noyers devient pendant les guerres de religion l’enjeu de combats et de sièges acharnés entre catholiques et protestants puis entre ligueurs et royalistes, avant d’être détruit en 1599 par ordre du roi Henri IV.

Il ne subsiste que des ruines de ce qui fut, aux dires de l’historien Ernest Petit, une « formidable forteresse, l’une des plus considérables de toute la Bourgogne ».

Noyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiéval

 

Histoire du château :

C’est dans la seconde moitié du XIIème siècle que les seigneurs de Noyers commencent à faire parler d’eux. Quatre-vingt fiefs relèvent de leur château, bien situé sur un éperon barré dominant largement un méandre du Serein. Il ne se compose alors que d’un grand donjon carré et d’une chapelle.

Un siècle plus tard, Clérambaud de Noyers fait élever une muraille autour du donjon, avant d’accompagner en 1190 le roi Philippe-Auguste à la croisade, où il trouve la mort. Son frère Hugues de Noyers, évêque d'Auxerre et tuteur de son neveu Miles VII, agrandit le château et le fortifie de 1196 à 1206. Il fait construire un logis seigneurial, une triple enceinte, des souterrains et une chapelle. Il fait creuser de profonds fossés. Il transforme ainsi l’ancien donjon en un vaste château moderne, conforme aux principes de l'architecture philippienne. Noyers est alors cité comme l’un des plus beaux et riches châteaux de France. Il se préoccupe également du village qui s’est développé au pied du château, dans un méandre de la rivière, et le fait entourer d'une muraille.

                                          Sceau de Miles VIII (1231-1273)

En 1216 éclate la guerre de Succession de Champagne. Miles VII et son beau-frère Erard de Brienne, prétendant au comté de Champagne, s’enferment à Noyers avec leurs partisans. Ils soutiennent un siège victorieux de plusieurs mois contre la comtesse Blanche de Navarre.

Noyers était jusqu’alors un franc-alleu noble, libre de tout hommage. Mais à la fin du XIIIème siècle, Miles X de Noyers  cède au duc de Bourgogne Robert II, la suZeraineté   sur sa châtellenie, moyennant le versement de 7 000 livres tournois. Noyers devient dès lors une place bourguignonne, à la frontière entre le duché et le comté de Champagne réuni depuis peu au domaine royal. Ce seigneur de Noyers est un personnage important de l'époque, fait maréchal de France par Philippe le Bel  en 1303, gouverneur d'Artois, conseiller de plusieurs rois de France, il participe aux batailles de Courtrai, de Mons-en-Pevèle, de Cassel et de Crécy.

Contre-sceau de Mille IX de Noyers (14ème siècle)

À partir de 1337, les prétentions du roi Edouard III d'Angleterre sur la couronne de France déclenchent une longue succession de conflits entre la France et l’Angleterre, la guerre de Cent Ans. En 1360, ayant échoué à prendre Reims, la ville du sacre, Édouard III conduit son armée dans une chevauchée à travers la Bourgogne. Jean de Noyers étant alors prisonnier des anglais depuis la bataille de Poitiers, Édouard III renonce à assiéger son château. Il suit le Serein jusqu'à Guillon, qu’il occupe et où il signe avec le duc de Bourgogne Philippe de Rouvre le traité des moutons d'or. Mais après le traité de Brétigny, Édouard licencie son armée de mercenaires, qui se livre alors au pillage des villes de Bourgogne, dont Noyers qui souffre beaucoup du passage de ces Grandes Compagnies.

À Pâques 1366, Miles XII, petit-fils du maréchal, reçoit dans son château le duc Philippe de Bourgogne, qui se rend de Paris à Avignon, pour y rencontrer le pape Urbain V.

C’est à la mort de Miles XII que cette puissante famille s'éteint en 1370.

 

Les traces des anciennes fortificationsLes traces des anciennes fortifications
Les traces des anciennes fortificationsLes traces des anciennes fortificationsLes traces des anciennes fortifications
Les traces des anciennes fortificationsLes traces des anciennes fortifications

Les traces des anciennes fortifications

 

Le Patrimoine Oublié et son immense projet :

"Le Patrimoine Oublié - Association du Vieux Château de Noyers" créée le 16 janvier 1998 compte aujourd'hui environ 200 membres actifs qui ambitionnent d'apporter un souffle nouveau à ce Vieux Château, oublié depuis trop d'années.

 

Noyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiéval
Noyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiévalNoyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiéval
Noyers-sur-Serein, son vieux château, son village médiéval
La tour 1 en cours de reconstruction

La tour 1 en cours de reconstruction

La taille de la pierre sur siteLa taille de la pierre sur siteLa taille de la pierre sur site
La taille de la pierre sur siteLa taille de la pierre sur site

La taille de la pierre sur site

En route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tourEn route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tour
En route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tourEn route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tour
En route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tourEn route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tourEn route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tour

En route vers le belvédère Sud ! et la magnifique vue du village depuis cette tour

22, Rue des Vignerons - 89310 Noyers sur Serein

 

 

 

Site de l'association : http://www.lepatrimoineoublie.fr/

Calendrier des évènements et des manifestations de l'association : http://www.lepatrimoineoublie.fr/index.php?page=les-evenements

Messagerie :

contact@lepatrimoineoublie.fr

 

Ci-contre : la reconstitution des fortifications

Plan d'accès au village de Noyers-sur-Serein

Plan d'accès au village de Noyers-sur-Serein

 

Office de Tourisme de Noyers-sur-Serein :

9, place de l'Hôtel de Ville, 89310 Noyers-sur-Serein

Tél. : 03 86 82 66 06 Site : http://ww.noyers-et-tourisme.com

Courriel : si-noyers@wanadoo.fr

Bonne visite !

 

Voir aussi autres articles du blog :

Une visite de trois citées médiévales de Bourgogne : Avallon, Noyers-sur Serein, et Montréal  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-de-trois-cites-medievales-de-bourgogne-109377093.html

Voir auss :  une visite d'Auxerre dans l'Yonne http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/05/une-visite-d-auxerre-dans-l-yonne.html

Une visite d'Avallon en juin 2017 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/06/avallon-dans-l-yonne-beau-village-de-l-yonne.html

Une visite d'Auxerre en août 2012 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/08/une-visite-a-auxerre-en-aout.html

Une visite de Joigny : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/05/une-visite-de-joigny-yonne-et-son-circuit-historique.html

Parcours roman et renaissance en Bourgogne : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-parcours-roman-et-renaissance-en-bourgogne-124414267.html

 

 

Repost 0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 08:00
Avallon, la tour de l'horloge

Avallon, la tour de l'horloge

Avallon, beau village de l'Yonne

Histoire de la ville :

Le site est déjà occupé avant l’époque romaine. La présence d’un oppudum du peuple gaulois des Eduens en offre le témoignage.

Il semble que la ville dépendait de la province d'Autun. Le Morvan avallonnais a dû jouer un rôle attractif pour les riches familles gallo-romaines venues d’Autun avec ses sources nombreuses et ses immenses forêts. La ville étant facilement accessible grâce à la via Agrippa construite pour relier Lyon à Boulogne-sur-Mer. À cette époque la ville comporte un temple, un tribunal et un théâtre.

Le Haut-Moyen-Age : la construction d'une première muraille défensive.

Au VIIe siècle, le moine Jonas  mentionne un château nommé Cabalonem Castrum. Mais ce dispositif d'avertissement défensif n'empêche pas des invasions sporadiques de déferler sur la cité :

  • les Sarrasins venus d'Espagne en 731 en Occitanie et y demeurant dans des réduits, tentent des raids parfois fructueux au cœur de la Bourgondie au milieu du VIIIe siècle ;
  • les bandes vikings multiplient leurs incursions après 843.

Les habitants, effrayés, décident d'entourer Avallon d'une grande muraille.

Lien : Burgondie

 

La Bourgogne ancienne Burgondie :

Avallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'Yonne
Avallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'Yonne
L'église d'Avallon

L'église d'Avallon

Eglise romane Saint-LaZare d'Avallon 12ème siècle

Eglise romane Saint-LaZare d'Avallon 12ème siècle

Une visite des remparts de la ville :

Les fortifications de la villeLes fortifications de la villeLes fortifications de la ville

Les fortifications de la ville

La ville et ses remparts vu de l'extérieur :

Avallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'Yonne
Avallon, beau village de l'Yonne
Avallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'Yonne
Avallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'Yonne
Avallon, beau village de l'YonneAvallon, beau village de l'Yonne
La fontaine d'Avallon

La fontaine d'Avallon

Ils ont marqué Avallon de leur empreinte…

Brigand de grand chemin, Jacques d’Espailly, dit « Fortépice », prend la ville en 1433. Philippe le Bon, duc de Bourgogne, lui reprend et le brigand s’enfuit, abandonnant ses compagnons. Chaque année, lors du Carnavallon, il est brûlé en place publique.

Sébastien le Prestre, maréchal Vauban (1633-1707), est né à 20 km d’Avallon, à Saint-Léger-Vauban. Ingénieur militaire, commissaire général aux fortifications, il construit ou remanie plus de 300 places fortes, mais il est disgracié par Louis XIV pour son projet de dîme royale.

Un des plus grands orfèvres du XIXe siècle, Antoine Vechte (1800-1868), a fini ses jours à Avallon au 15 rue de la Maladière. La perfection de son travail, et la nouveauté de son style lui ont permis de côtoyer les plus grands. Ses œuvres, exposées dans les plus grands musées, ont atteint un prix tel que le Musée du Louvre ne peut en acquérir.

Son monument aux morts, inauguré à Avallon en 1921 est parmi les rares en France qui n’aient pas d’aspect guerrier. Pierre Vigoureux, sculpteur, né et enterré à Avallon (1884-1965), fut directeur de l’Ecole des Beaux Arts de Dijon, il a été récompensé dans de nombreux salons.

Jean Desprès (1889-1980) arrive à Avallon à l’âge de 3 ans. Dessinateur et orfèvre, il expose ses œuvres dès 1926. Son style art-déco révolutionne l’orfèvrerie à l’époque naissante de l’Art moderne. Une salle lui est consacrée au musée de l’Avallonnais.

Le « Picasso en sabots », peintre de l’art brut, ainsi été surnommé Gaston Chaissac (1910-1965), natif d’Avallon, cordonnier et autodidacte. Entre le Morvan, Paris et la Vendée, il se consacre à la peinture et à l’écriture. La bibliothèque du centre ville d’Avallon porte son nom.

Le nom d’Odebert est souvent cité à Avallon. Il apparaît dès 1433 avec François qui combat Fortépice. Le plus connu est Pierre, né à Avallon en 1574, premier président des Requêtes du Parlement de Bourgogne à Dijon en 1603. Il fonda de nombreux hôpitaux à Avallon et fit bâtir le couvent des Capucins et reconstruire le collège.

Sources ville d'Avallon : http://www.ville-avallon.fr/6_40_Histoire-de-la-ville

Avallon avant :

Avallon, beau village de l'Yonne

A proximité d'Avallon, une magnifique promenade sur les bords du Cousin

Les bords du CousinLes bords du CousinLes bords du Cousin
Les bords du CousinLes bords du CousinLes bords du Cousin

Les bords du Cousin

Office de Tourisme d'Avallon :

6, rue Bocquillot 89200 Avallon

Tél. : 03 86 34 14 19 Courriel : http://avallon.otsi@wanadoo.fr

Site : www.avallon.morvan.com

F : Office de Tourisme d'Avallon, Twitter : @OT Avallon

Site Wikipédia Avallon : https://fr.wikipedia.org/wiki/Avallon

 

Visite du 4 et 5  juin 2017

 

Voir aussi, autres articles blog :  une visite d'Auxerre dans l'Yonne http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/05/une-visite-d-auxerre-dans-l-yonne.html

Une visite d'Auxerre en août : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/08/une-visite-a-auxerre-en-aout.html

Une visite de Joigny : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/05/une-visite-de-joigny-yonne-et-son-circuit-historique.html

Une visite de trois citées médiévales de Bourgogne : Avallon, Noyers-sur Serein, et Montréal  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-de-trois-cites-medievales-de-bourgogne-109377093.html

 

 

Bonnes découvertes !

 

Repost 0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 20:18
La plus grande église cistercienne du monde

La plus grande église cistercienne du monde

Une visite à l'abbaye de Pontigny :

15 août 2016

 

Blason de l'abbaye
Blason de l'abbaye

L'abbaye de Pontigny est un ancien monastère de l'ordre cistercien. L'abbaye est fondée en 1114, au nord de la Bourgogne, aujourd'hui située sur la commune de Pontigny, dans l'Yonne, elle est la seconde des 4 premières "filles de Cîteaux", voir références plus bas.

Sa célébrité est due à la fois à son rang au sein de l'Ordre.au prestige de ses protecteurs, de ses hôtes de marque et de ses abbés, à l’importance de sa communauté et de ses possessions, et à la richesse patrimoniale de sa bibliothèque et de son architecture.

En revanche, elle est dotée d'une filiation relativement modeste.

Fermée à la Révolution française, elle est en partie détruite; elle conserve néanmoins la plus grande église cistercienne du monde, consacrée depuis 1941 "Cathédrale de la Mission de France".

L'entrée de l'enceinte extérieure de l'abbaye

L'entrée de l'enceinte extérieure de l'abbaye

L'abbaye de Pontigny dans l'Yonne
L'intérieur de l'abbaye

L'intérieur de l'abbaye

Quelques images indexées sur un plan général de l'abbaye

Quelques images indexées sur un plan général de l'abbaye

L'archirecture religieuse :

Pureté, simplicité et clarté de l'édifice

Pureté, simplicité et clarté de l'édifice

1- Voûte,

2- Châpiteaux,

3 et 4 - Hôtels,

5 - Bas-côté gothique,

6 - Voûtes et clefs de voûtes gothiques.

 

Une communanté importante aux XI et XIIIème siècle :

La vie quotidienne des religieux de Pontigny au milieu du XIIIème siècle est en partie connue grâce à une collection de lettres qui évoquent toutes les questions concernant les relations extérieures de l’abbaye.

Le nombre de religieux de l’abbaye est impossible à préciser pour le Moyen Âge central. La mention, en 1157, d’une cinquantaine de moines prêtres « alors que le nombre des autres moines non prêtres était bien plus important » ne peut être interprétée de façon absolument claire. Elle indique cependant déjà une importante communauté qui doit essaimer en fondant ou en s’affiliant plusieurs dizaines d’abbayes-filles. On peut proposer comme un ordre de grandeur approximatif, pour la période sans doute la plus faste de la fin du XIIème  du début du XIIIème siècle, un effectif d’une centaine de moines et de deux à trois cents frères convers, si l’on se réfère aux rares données chiffrées d’établissements de taille comparable.

 

La communauté à la fin du Moyen-Âge et jusqu'à la période moderne :

À partir de la première moitié du XIVème siècle, quelques listes permettent de connaître le nombre de moines qui tourne alors autour d’une trentaine. Il semble, dès lesannées 1360  et jusqu’à la fin desannée 1780, se maintenir généralement entre 15 et 20 religieux, alors qu’un maximum était fixé, en 1561 à 31 moines et novices.

Les cahiers de vêture sont conservés depuis 1688 et jusqu’à la dispersion des moines. Ils permettent de connaître en général l’âge et l’origine géographique des novices, ainsi que l’abbaye de leur profession : Pontigny en effet servait alors de noviciat commun à plusieurs maisons. En 1720 l'abbé Pierre de Calvairac appelle à Pontigny Dom Robinet résidant à l'abbaye de Chaalis, afin que celui-ci écrive le Cartulaire de l'abbaye.

En 1791, la communauté de la seconde fille de Cîteaux était composée de 14 moines et de 2 frères convers qui durent quitter l’abbaye, après les décrets concernant les ordres monastiques. À côté du destin du dernier abbé, Jean Depaquy, on ne connaît celui, partiel, que de quelques moines : Louis-Henri Meulan d’Oisonville est aumonier du bataillon de volontaires au district de Saint-Florentin jusqu’en 1793; François Mirey se retira près de Cosne-sur-Loire; Gaspard Potherat de Corbière devient vicaire puis officier public à Neuvy-Sautour en 1792. François-Nicolas Robert est ministre du culte à Villy en 1797; déporté à lîle de Ré en 1798, il revient desservir Pontigny jusqu’à sa mort, en1821. Selon certains, Simon Depaquit s’établit à Chablis où il fonda un domaine viticole. Pour d'autres il s'établit à Saint-Florentin, où il transcrivit en 3 volumes in-quarto tous les titres anciens et récents de l'abbaye, qui se trouvaient aux archives de la ville, écrivant également des notes historiques sur la maladrerie, l'hôtel-dieu, l'hospice et autres. Avant la Révolution, Simon Depaqui avait déjà transcrit une partie du Cartulaire établi à partir de 1720 par Dom Robinet sur la demande de Pierre de Calvairac en 1720, remplissant de sa main quatre volumes in-8° il avait écrit une notice sur les abbés, sur les bienfaiteurs depuis 1119, sur la filiation de l'ordre et autres documents sur l'histoire de l'abbaye.

On se situe l'abbaye de Pontivy dans l'Yonne ?

Ou se situe Pontigny dans l'Yonne ?

Ou se situe Pontigny dans l'Yonne ?

Bibliographie et sources documentaires de cet article :

Merci à l'Office de Tourisme de Pontigny pour les renseignements donnés :

22, rue Paul Desjardins, sur la N77, 89230 Pontigny

Adresse : Abbaye de Pontigny, le long de la N77, en face de l'Office du Tourisme, en traversant la N77, 89230 Pontigny

Tél. : 03 86 47 54 99

Lien Abbaye de Pontigny : http://www.abbayedepontigny.eu/

Voir les Amis de l'Abbaye de Pontigny : 900 ans d'histoire, les cisterciens : lien http://www.abbayedepontigny.com/visiter-l-abbaye/pontigny-900-ans-d-histoire/

Lien Wikipédia abbaye de Pontigny et son historique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Pontigny

Abbaye Notre-Dame de Cîteaux (Côte d'Or) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_C%C3%AEteaux (Fondatrice de l'ordre des Cîteaux)

La fondation des quatre filles aînées de Cîteaux : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Clairvaux (1115) et Morimond (1115).

Bonne visite !

Repost 0
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 20:10
Quel personnage se trouve sur la photographie centrale ? voir plus bas *

Quel personnage se trouve sur la photographie centrale ? voir plus bas *

Le toponyme Auxerre est issu du gaulois latinisé Autissiodorum ou Autessiodorum.

Une visite à Auxerre en aôut

Auxerre est une capitale culturelle et touristique, au cœur de la Bourgogne, dans la vallée de l'Yonne. La ville offre aux touristes un patrimoine historique médiéval et de la Renaissance Reconnue ville d'art et d'histoire depuis 1995, Auxerre possède 35 monuments historiques inscrits ou classés, et trois musées labellisés Musées de France.

Les maisons à pans de bois du centre AuxerreLes maisons à pans de bois du centre AuxerreLes maisons à pans de bois du centre Auxerre

Les maisons à pans de bois du centre Auxerre

La Tour de l'Horloge, au centre ville d'Auxerre

La Tour de l'Horloge, au centre ville d'Auxerre

La fontaine de François Brochet
La fontaine de François Brochet

Au cœur des rues piétonnes du vieil Auxerre, proche de l'Hôtel de Ville, se dresse la Tour de l'Horloge, édifice du XVème siècle. Elle est l'un des derniers vestiges des remparts de l'ancienne cité médiévale. D'abord utilisée comme prison comtale, elle fut transformée en 1483 en horloge et en beffroi. un incendie ravagea la tour en 1825, mais elle fut restaurée et une grande partie reconstruite à l'identique de 1891 à 1893 par le grand architecte français Paul Boeswillwakd.

L'horloge à deux cadrans datant du XVIIè qui orne le beffroi marque l'heure solaire et l'heure lunaire. Cette tour est attenante à une ancienne porte de la ville, à laquelle fut adossée la maison de Cadet Roussel , huissier à Auxerre (1780), personnage qui inspira la célèbre chanson qui porte son nom.

 

Cadet Roussel , sa vie et une chanson populaire :

"Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée ; trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats...". Telle est la description que la chanson nous donne de Guillaume, Joseph Roussel, héros involontaire d'une  satire née de l'imagination des soldats de la Révolution. Ce personnage bon enfant, qu'ils vont affubler du sobriquet de Cadet Roussel, va les distraire de leur ordinaire de soldat.

Car Cadet Rousselle a bien existé. Natif d'Orgelet dans le Jura, en 1743, il s'installera à Auxerre à l'âge de 20 ans. Sa première place en tant que domestique ne sera qu'une étape. Cadet Roussel avait plus d'ambition. 

Un mariage avantageux va lui permettre d'acheter une place de clerc de notaire. Il fera son apprentissage du droit et  se fera connaître des personnalités de la ville. Apprécié pour ses qualités  d'intégrité et de dévouement, il obtiendra les recommandations nécessaires  à l’achat, en 1780, d’une charge de premier huissier.

Devenu une figure importante de la ville, Cadet Roussel se devait d'acheter une maison, pour s'établir définitivement à Auxerre: il en acquerra une petite, dès 1781, qu'il fera agrandir par la suite.

Puis viendront 1789 et la Révolution Française. Nous l'avons vu, Cadet  Roussel avait "appuis et connaissances". Aussi, il rentrera à la Société Populaire d'Auxerre, appuyé par son ami Nicolas Maure qui, quelques fois avait côtoyé  Marat.

C'est à partir de 1792 que la chanson de Cadet Roussel, va gagner toute la France, colportée sur l'air de la chanson de Jean Nivel, par les volontaires de l'Yonne  partis renforcer les frontières.

En 1795, accusé d'arrestations arbitraires dans ses anciennes fonctions au sein du Comité révolutionnaire d'Auxerre, Cadet Roussel sera emprisonné pour une courte période, avant de bénéficier d'une amnistie.

Ici s'arrêtera la Vie Publique de Cadet Roussel. Il mourra  en 1807.

La Fontaine de François Brochet, Place Charles Surugue à Auxerre, surmontée de la statue de Cadet Roussel - citoyen d'Auxerre- rend hommage à cet  homme à la destinée hors du commun, personnage fantasque et attachant par sa simplicité. Sources Claude Richard

la place de l'hôtel de ville :

La place de l'Hôtel de Ville et la mairie d'Auxerre

La place de l'Hôtel de Ville et la mairie d'Auxerre

Pour info. notre lieu de mariage en 1976.

La cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

La cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

La cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre :

De style gothique, est fut commencée en 1215 et achevée au XVIème siècle. La crypte est de style roman.

La cathédrale est classée monument historique depuis 1840.

La cathédrale Saint-Etienne, située en plein coeur du centre-ville, date du XIIIème siècle. La façade mérite de s'y attarder quelques instant pour admier ses nombreuses sculptures qui expriment des scènes de la vie de l'époque. Les vitraux des XV et XVIème siècles ainsi que le choeur font également l'objet d'une attention toute particulière.Ultime visite dans la crypte pour contempler la rarissime peinture murale du "Christ à cheval" et dans le Trésor qui renferme de nombreuses pièces de collection, dont "La déposition de croix" de Luca Peni.

 

Cathédrale Saint-Etienne, place Saint-Etienne 89000 Auxerre Tél. : 03 86 51 29 20

Site lien : http://www.cathedrale-auxerre.com

Lien site wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-%C3%89tienne_d%27Auxerre

La poste d'Auxerre

La poste d'Auxerre

LA POSTE d'AUXERRE 1, place Charles Surugue Auxerre Tél. : 03 86 72 23 01

La place Saint-Nicolas et sa fontaine

La place Saint-Nicolas et sa fontaine

La fontaine Saint Nicolas, anciennement fontaine Saint Germain à Auxerre :

L’eau est liée à la place Saint Nicolas depuis longtemps. Une maison des ‘Estuves’ ou bains publics est signalée, en 1339, dans le livre de l’Hôtel-Dieu. La fontaine Saint Germain alimenta les habitants du quartier jusqu’en 1783.

 


En novembre 2012, les travaux d’aménagement du bord de l’Yonne ont mis à jour un grand réservoir voûté en pierre taillée enterré sous la place. Cet ouvrage de quatre mètres de diamètre pour deux mètres et demi de profondeur date du 18e ou 19e siècle. Il reçoit l’eau d’une source qui n’a pu être localisée.

En 1909, la triple vasque de la place des Grandes Fontaines, actuellement place Charles Surugue, fut déplacée du cœur de la ville, où elle n’était plus vraiment utile et où elle gênait le marché en plein air qui s’y tenait chaque semaine, à son emplacement actuel sur la place Saint Nicolas. Des cartes postales anciennes témoignent de sa situation précédente face à la halle aux grains qui a été remplacée par le superbe bâtiment de la Poste.

"Le déplacement en un spectaculaire convoi hippomobile fut un grand succès populaire." (André Segaud, "L’Yonne")

 

Une visite à Auxerre en aôut

La statue en bois polychrome de Saint-Nicolas :

Au bord de l’Yonne, là où se trouve le port depuis des temps immémoriaux, la place Saint-Nicolas et ses maisons à pans de bois accueille, depuis 1774, une belle statue en bois polychrome de l’évêque de Myre.

Le passage couvert Manifacier :

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_couvert_Manifacier

L'immeuble et le passage couvert Manifacier est une galerie commerciale, en vogue dans les grandes villes à la deuxième moitié du XIXème siècle. Elle est l'expression de l'expansion du commerce et de l'économie sous le Second Empire à Auxerre. L'ensemble fut réalisé par l'architecte Grégoire Roux en 1869. Les deux façades sur rue, constituent un lien complémentaire de la galerie elle-même.

Une visite à Auxerre en aôutUne visite à Auxerre en aôut

A ne pas oublier les petites rues du centre ville bien calmes !

Une visite à Auxerre en aôutUne visite à Auxerre en aôutUne visite à Auxerre en aôut

Merci à Laure pour sa visite du 15 août.

Bonne promenade !

Lien : site Wikipédia Auxerre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Auxerre

Offices de Tourisme - Syndicats d'Intiative d'Auxerre : 2, quai de la République, 89000 Auxerre

Tél. : 03 86 52 06 19.

Office de tourisme - annexe centre-ville : 7, place de l'Hôtel de Ville, 89000 Auxerre
Tél. : 03 86 51 03 26.
Lien site Office de Tourisme Auxerre : http://www.ot-auxerre.fr/

 

Voir aussi ancien article blog de 2015 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/05/une-visite-d-auxerre-dans-l-yonne.html

 

* le personnage représenté sur la photographie en titre de l'article est Marie Noël, pseudonyme de Marie Rouget, la poétesse et écrivaine appelée "La Fauvette d'Auxerre" (Auxerre 1883 - Auxerre 1967) Grand Prix de poésie de l'Académie Française en 1962, Officier de la Légion d'Honneur.

 

Les quais de l'Yonne et ses derniers aménagements, au pied de la cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

Les quais de l'Yonne et ses derniers aménagements, au pied de la cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

Notre circuit du 15 août 2016 Sources plan et index des rues: Syndicat d'Initiative d'Auxerre
Notre circuit du 15 août 2016 Sources plan et index des rues: Syndicat d'Initiative d'Auxerre

Notre circuit du 15 août 2016 Sources plan et index des rues: Syndicat d'Initiative d'Auxerre

Repost 0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 09:26
Une visite d'Auxerre dans l'Yonne
Une visite d'Auxerre dans l'Yonne

Le beffroi de l'horloge d'Auxerre a été édifié en 1483 sur une tour dite "Gaillarde" faisant partie de l'enceinte gallo-romaine de la cité.

Détruit par le feu en 1825, il fut rétabli dans son état primitif en 1891. La cloche et ses appeaux furent fondus en 1484 par Cardon fondeur à Paris.

L'arcade de la porte fut construite en 1460

La tour de l'Horloge, aquarelle de Céline Chollet (1)

La tour de l'Horloge, aquarelle de Céline Chollet (1)

Marie Noël, icône de la ville

Une visite d'Auxerre dans l'Yonne
Une visite d'Auxerre dans l'Yonne

Marie Noël, pseudonyme de Marie Rouget, dite « La fauvette d'Auxerre » est une poétesse et écrivain française, née le 16 février 1883 à Auxerre, décédée le 23 décembre 1967 à Auxerre également où elle est inhumée.

Le site de Marie Noël : http://www.marienoelsiteofficiel.fr/

Les façades à pans de bois de la villeLes façades à pans de bois de la villeLes façades à pans de bois de la ville

Les façades à pans de bois de la ville

Le passage ManifacierLe passage ManifacierLe passage Manifacier

Le passage Manifacier

La cathédrale Saint-Etienne

La cathédrale Saint-Etienne, les bords de l'Yonne. Aquarelles de Céline Chollet (1)

La cathédrale Saint-Etienne, les bords de l'Yonne. Aquarelles de Céline Chollet (1)

Une visite d'Auxerre dans l'Yonne

La cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre, de style gothique, est dédiée à Saint-Etienne, premier martyr.

Cet édifice mérite une visite approfondie, ne fut-ce que pour admirer le choeur , pur joyau de style gothique lancéolé de la première moitié du XIIIe siècle, ainsi que les superbes vitraux et autres remarquables trésors artistiques de sa chapelle absidiale et de son déambulatoire.

A voir la remarquable statuaire des portails, les trois superbes rosaces et les verrières du XVIe siècle, les façades du transept, la crypte, les fresques médiévales. Elle fait partie des chef-d'œuvres gothique de la moitié nord de la France.

La tour Nord ne fut terminée qu'en 1543. Elle mesure 68 mètres et atteint presque la hauteur des tour de Notre-Dame de Paris (69 mètres). La tour sud ne fut jamais construite malheureusement.

Le début de la construction de la cathédrale se situe en 1215 et l'achèvement des travaux à la fin du XVIème siècle

La cathédrale fait l'objet d'une protection au titre des monuments historique depuis 1840.

La cathédrale Saint-Etienne, détails du portail principal et son tympanLa cathédrale Saint-Etienne, détails du portail principal et son tympanLa cathédrale Saint-Etienne, détails du portail principal et son tympan

La cathédrale Saint-Etienne, détails du portail principal et son tympan

Quelques mots sur le passage Manifacier

Une visite d'Auxerre dans l'Yonne

Le passage couvert Manifacier 1869 de l'architecte Grégoire Roux

Histoire : un passage commercial de type courant dans les grandes villes, dans la deuxième moitié du 19e siècle. Il est l'expression de l'expansion du commerce et de l'économie sous le Second Empire. L'ensemble fut réalisé par l'architecte Grégoire Roux en 1869. Les deux façades sur rue, constituent un lien complémentaire de la galerie elle-même.

Inscription M.H. par arrêté du 29 octobre 1975 : façades et toitures de l'immeuble sis 6, rue de la Fécauderie, et 11-13, rue des Boucheries (cad. BH 58) : inscription par arrêté du 30 octobre 2001
Entrées du passage : 6 rue de la Fécauderie et 11-13 rue des Boucheries

http://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_couvert_Manifacier

Une visite d'Auxerre dans l'Yonne

Le blason d'Auxerre (prononcer Ausserre)

« D’azur semé de billettes d’or au lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout. »

Lien Site Wikipédia Auxerre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Auxerre

Lien site ville d'Auxerre : http://www.auxerre.com/

Lien Office de Tourisme d'Auxerre :http://www.ot-auxerre.fr/

(1) Lien artiste d'Auxerre Céline Chollet, aquarelliste : http://wwwboitedaquarelles.blogspot.fr/

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de l'Yonne
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 08:36

Une visite de Joigny dans l'Yonne et son circuit touristique :

Laissez-vous conter Joigny par son patrimoine et son parcours historique

" C'est pour celui qui vient à elle que la ville s'est mise dans son cadre, qu'elle a disposé ses monuments, étendu ses parures vertes, qu'elle se dresse et s'étale."

P. Mégnien, Joigny, août 1970.

Du Moyen-Age, Joigny a conservé quelques vestiges de ses enceintes , le réseau de petites rues pentues et étroites reliées par des passages ou d'escaliers. La ville possède plus d'une dizaine de façades à pans de bois.

Les habitants de Joigny sont appelés les Joviniens ou les Maillotins.

Une visite à Joigny dans l'Yonne
Une visite à Joigny dans l'YonneUne visite à Joigny dans l'YonneUne visite à Joigny dans l'Yonne

Le départ de la visite du Syndicat d'Initiative situé près du pont Saint-Nicolas enjambant l'Yonne

Bord de l'Yonne à Joigny, aquarelle de Céline Chollet (1)

Bord de l'Yonne à Joigny, aquarelle de Céline Chollet (1)

La ville a conservé et restauré ses nombreuses façades de maisons à pans de boisLa ville a conservé et restauré ses nombreuses façades de maisons à pans de boisLa ville a conservé et restauré ses nombreuses façades de maisons à pans de bois

La ville a conservé et restauré ses nombreuses façades de maisons à pans de bois

************************ La Maison de l'Arbre de Jessé et la Maison du Bailli ******************

Les aquarelles de Céline Chollet (1)

Les aquarelles de Céline Chollet (1)

Le château Renaissance de la famille de Gondi où saint Vincent de Paul fut précepteur.

Vincent Depaul fut aussi précepteur des Gondi à Villepreux, actuellement dans les Yvelines; voir article : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/La_Maison_SaintVincent_a_Villepreux-1919914.html

Le château renaissance de la famille de Gondi se situe derrière l'église Saint-Jean

Le château renaissance de la famille de Gondi se situe derrière l'église Saint-Jean

La place du Pilori et sa maison

La place du Pilori et sa maison

Les églises Saint-Thibault, Saint-Jean et Saint-AndréLes églises Saint-Thibault, Saint-Jean et Saint-AndréLes églises Saint-Thibault, Saint-Jean et Saint-André

Les églises Saint-Thibault, Saint-Jean et Saint-André

La fontaine de l'Hôtel de VilleLa fontaine de l'Hôtel de VilleLa fontaine de l'Hôtel de Ville

La fontaine de l'Hôtel de Ville

Les fortifications et le chemin de la Guimbarde côté est

Les fortifications et le chemin de la Guimbarde côté est

Un peu d'histoire :

La ville primitive fut construite sur un promontoire de la Cuesta du plateau d’Othe, dominant la large rivière, qui servait à la fois de protection et de voie de communication. Son pont, sa riche vallée propice aux pâturages et à la culture tant vivrière que céréalière, et sa situation stratégique furent à l'origine de sa richesse, notamment grâce à la culture de la vigne sur les coteaux calcaires.

Le site est occupé à la période néolotique; toutefois, la ville actuelle est fondée pendant l'époque romaine par Flavius Jovinius, préfet de la milice romaine en Gaule en 369 (Joviniacum en latin). Puis durant l'époque mérovingienne, c'est la construction d'une place forte à la fin du Xe siècle par Renard Ier de Sens, comte de Sens, sur une partie des terres de l'abbaye Sainte-Marie du Charnier qui marquera la naissance de la ville actuelle, fondée officiellement en 996.

(1) Aquarelles de Céline Chollet : une artiste de l'Yonne : http://wwwboitedaquarelles.blogspot.fr/

Sources : Wikipédia Joigny : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joigny

Vincent Depaul : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_de_Paul

Merci à l'Office de Tourisme de Joigny lien : http://www.joigny-tourisme.com/

4, quai Henri Ragobert, 89300 Joigny Téléphone : 03 86 62 11 05

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de l'Yonne
commenter cet article