Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 06:56

Encore des images du ginkgo biloba de la Mairie de Houilles, le 20 août 2018.

Le Ginkgo biloba de la mairie de Houilles
Le Ginkgo biloba de la mairie de Houilles

Le marché de Houilles le même jour :

Le Ginkgo biloba de la mairie de HouillesLe Ginkgo biloba de la mairie de HouillesLe Ginkgo biloba de la mairie de Houilles
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché
Couleurs du marché

Couleurs du marché

Le bâtiment de l'annexe de la mairie de Houilles et ses céramiques d'Emile MullerLe bâtiment de l'annexe de la mairie de Houilles et ses céramiques d'Emile Muller
Le bâtiment de l'annexe de la mairie de Houilles et ses céramiques d'Emile MullerLe bâtiment de l'annexe de la mairie de Houilles et ses céramiques d'Emile MullerLe bâtiment de l'annexe de la mairie de Houilles et ses céramiques d'Emile Muller

Le bâtiment de l'annexe de la mairie de Houilles et ses céramiques d'Emile Muller

Voir aussi :

L'arbre aux 40 écus :  http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-arbre-aux-40-ecus-112614087.html

Le ginkgo de la mairie : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-le-ginkgo-de-la-mairie-102470433.html

Carnet de voyage aquarelle à Houilles : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-2015223.html

Et  aussi : Le jardin de la maison Victor Schoelcher http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-du-jardin-de-la-maison-de-victor-schoelcher-106693693.html

Article les anciens bains douches de Houilles : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-bains-douches-de-houilles-120961546.html

 

Le marché de Houilles : mercredi et samedi matin de 8 à 13 heures

 

 

Repost 0
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 13:01
Le château de Fontainebleau vu de l'étang des Carpes

Le château de Fontainebleau vu de l'étang des Carpes

Fontainebleau et son massif forestier :

 

Le massif forestier de Fontainebleau couvre une région limitée au nord par la Seine et à l'est par la Seine, à l'ouest par la plaine de Bière et la vallée de l'Essonne et au sud at le plateau du Gâtinais qui borde la vallée du Loing.

Ce massif doit son originalité et son unité aux assises sableuses, à la présence de grès et de chaos rocheux. Il représente un vestige des grandes forêts apparues à la fin de la dernière glaciation, il y a environ 9.000 ans, préservées comme territoire de chasse, notamment royales.

Les collines qui le traversent ulminent à près de 150 mètres à la croix d'Augas.

Ce massif est en grande partie constitué de forêts domaniales, soit 32.000 hectares dont 28.000 constitués d'espace boisés.

 

Le massif de Fontainebleau

La géologie du massif : témoigne de la dernière invasion marine du bassin parisien, il y a 34 millions d'annéen pendant la période oligocène de l'ère tertiaire. La mer à déposé le sable de Fontainebleau qui peut atteindre une épaisseur de 70 mètres.

 

 

Fontainebleau, son château et son massif forestier

Fontainebleau et son massif :

Le massif de Fontainebleau et ses trois forêts domaniales, gérées par l'O.N.F. :

  • - la forêt domaniale de Fontainebleau,
  • - la forêt domaniale des Trois Pignons,
  • - la forêt domaniale de la commanderie.

Le château royal de Fontainebleau :

Le château, portrait de François 1er, vétu à la mode italienne, 1er par Clouet

Le château, portrait de François 1er, vétu à la mode italienne, 1er par Clouet

Plan du château de Fontainebleau

Plan du château de Fontainebleau

Le palais de Fontainebleau doit son origine à la passion royale de la chasse, son developpement et sa décoration au plaisir qu'éprouvaient les rois à réunir des oeuvres d'art dans leur maison de famille. Le château est resté aménagè et habité par les souverains depuis le temps des derniers Capétiens jusqu'à Napoléon III.

La cour Ovale est le donjon, seul trace de l'édifice médiéval

La cour Ovale est le donjon, seul trace de l'édifice médiéval

Les différentes étapes de la construction du château :

Fontainebleau, son château et son massif forestier
Le château de Fontainebleau et son parc

Le château de Fontainebleau et son parc

Histoire du château :

Le château médiéval :

Du château médiéval, attesté dès 1137, seul le donjon subsiste.

L'emplacement du château médiéval est mentionné dans une charte de Louis VII le jeune, mais la date exacte de la fondation reste inconnue. Le premier édifice a probablement été contruit sous le règne de Philippe 1er ou sous celui de son fils Louis VI.

A Noël 1191, Philippe-Auguste fête à Fontainebleau le retour de sa première croisade.

Le château est agrandi sous le règne de Saint-Louis qui l'appelait "ses déserts".

Philippe-le-Bel est le premier roi à naître au château en 1268, et fait aménager des appartements en 1286. il y meurt en 1314 après une chute de cheval et une longue agonie.

 

Le château de la Renaissance : à partir de 1528, François 1er fait reconstruire le château. La porte Dorée, inspirée de l'architecture italienne, marque l'entrée de la cour Ovale, autour de laquelle se déploient les appartements royaux et la salle de Bal, achevée sous Henri II. Cette cour est reliée à une cour secondaire, aujourd'hui cour d'Honneur, par la galerie François 1er.

L'aile de la Belle Cheminée, conçue par Primatice, avec son étonnant escalier à double rampe, est un exemple accompli de la renaissance italienne adapté pour la France.

 

Au XVIIème siècle : Henri IV est l'autre grand bâtisseur du château. Il ouvre et agrandit la cour Ovale, la dote de la porte dite du Baptistère, appelée ainsi en souvenir du baptème du futur Louis XIII. Elle fait face à une nouvelle cour des communs ou cour des Offices. Henri IV fair aussi bâtir l'aile abritant deux galeries superposées, les galeries de Diane et des Cerfs, la Volière et le jeu de Paume.

 

Au XVIIIème siècle : Louis XV fait remplacer l'ancienne galerie d'Ulysse par un bâtiment plus spacieux et bâtir le gros pavillon imaginé par Gabriel en 1750.

A la révolution, la château est vidé de ses meubles, mais les bâtiments sont épargnés.

Au XIXème siècle : Napoléon 1er en fait sa résidence impériale qu'il remeuble. L'aile de Ferrare est détruite et remplacée par la grille actuelle.

Sous le règne de Louis-Philippe, la Volière est abattue. Les travaux sous Napoléon IIII ortent essentiellement sur les décors intérieurs.

 

 

Plan des appartements royaux et ceux de l'Empereur :

Fontainebleau, son château et son massif forestier

Les appartements royaux :

1- Salle des Gardes

2- Salle du Buffet

3- Salon du Donjon

4- Salon Louis XIII

5- Salon François 1er

6- Salon des Tapisseries

7- Antichambre de l'Impératrice

8- Salon Blanc. Petit salon de la reine

9- Grand Salon de l'Impératrice. (Ancien salon des Jeux de l'Impératrice)

10- Chambre de l'Impératrice. (Ancienne chambre de la Reine)

11- Boudoir de la Reine

12- Salle du Trône

13- Salle du Conseil

Appartement intérieurs de l'Empereur :

A- Chambre de Napoléon

B- Petite chambre à coucher

C- Salon de l'Abdication

La galerie de Diane :

La galerie de Diane et le globe de Napoléon 1erLa galerie de Diane et le globe de Napoléon 1erLa galerie de Diane et le globe de Napoléon 1er

La galerie de Diane et le globe de Napoléon 1er

La galerie de Diane :

Autrefois galerie de la Reine, cette galerie est longue de 80 et large de 7 mètres.

Construite sous le règne d'Henri IV, son décor racontait l'histoire de la déèsse Diane.

Très délabrée au XVIIIème siècle, elle fut restaurée à la demande de Napoléon 1er. et de Louis XVIII. Sa voûte fut alors décorée dans le style néo-classique. La galerie servit ensuite de passage et de salle de banquet avant sa transformation en bibliothèque par Napoléon III (16.000 livres). Le grand globe, installé sous le Second Empire, appartenait à Napoléon 1er.

 

Le Musée Napoléon 1er :

Ce musée est consacré à l'Empereur et sa famille. Il occupe 15 salles du premier étage et au rez-de-chaussée de l'aile Louis XV du château. Il expose des portraits, peintures et sculptures, de l'orfèvrerie, des armes, des décorations, de la céramique composée des services de l'Empereur, des habits (habits de sacre, uniformes) et des souvenirs personnels.

Ces anciens appartements de princes ont conservés leur espect palatial grâce aux nombreux meubles et objets d'art dont ils sont garnis.

L'appartement du pape :

C'est un appatrement attribué aux hôtes de marque. Il doit son appellation actuelle au Pape Pie VII qyu y séjourna à deux reprises en 1804 et en 1812.

L'appartement peut être fermé en fonction des saisons.

La galerie François 1er ***
La galerie François 1er ***

Les grands appartements :

ce circuit comprend plusieurs salles, galerie et appartements. La galerie des Fastes et la galerie des Assiettes rappellent les grands évènements qui eurent lieu à Fontainebleau; Les salles Renaissance, galerie François 1er, salle de Bal, sont uniques en France. Elles ont conservé leur étonnant décor de fresques et de stucs imaginé par les artistes italiens Rosso Florentino et Primatice sous le règne de François 1er et Henri II, époque où Fontainebleau était l'un des foyers artistiques majeurs de l'Europe.

Les appartements des Souverains, qui donnent sur la cour Ovale et le jardin de Diane, accueillaient les monarques et leur cour. L'appartement intérieur de Napoléon1er est un ensemble de pièces aménagées à partie de 1804 pour l'usage de l'Empereur. C'est dans cet appartement que Napoléon 1er abdiqua le 6 avril 1814. La chapelle de la Trinité, voulue par François 1er, fut achevée sous le règne de Louis XIII. Le décor de sa voûte est l’œuvre de Martin Fréminet.

La galerie François 1er ***

La galerie François 1er ***

 

La galerie François 1er :

La galerie fut entreprise par François 1er en 1528 pour relier les appartements royaux, au fond, à la chapelle de la Trinité,

Séduit par la Renaissance italienne entrevue lors de ses campagnes militaires,le roi fit appel à des artistes italiens formés à la dernière mode : Rosso Florentino, suiveur de Michel-Ange, et un peu plus tard Prmatice, artiste de la cour de Mantoue. Ces maître italiens introduisent un nouveau style de décoration, où se trouvent habillement associés :

- un lambris en boiseries sculptées et réhaussées de motifs dorés. On y remarque le F de François 1er, son emblême la salamandre, et les armes royales, les trois lys,

- des stucs, décorations sculptées faites avec du plâtre et de la poudre de marbre,

- des fresques peintes directement sur les murs, de l'italien affrescho, peinte faite sur enduit frais.

 

La salle de Bal ***La salle de Bal ***La salle de Bal ***

La salle de Bal ***

Fontainebleau, son château et son massif forestier

La salle de Bal :

 

Commandée par François 1er à Gilles Le Breton, la salle de Bal fut achevée par Philibert Delorme sous le règne d'Henri II. La menuiserie fut confiée à François Scibec de Carpi et Niccolo dell'Abbate se chargea des peintures, d'après des dessins de Primatice. Cette salle de 30 mètres de long sur 10 mètres de large a fait l'objet de diverses restaurations, les unes bienvenues, tel le parquet, les autres moins heureuses, les fresques ?

Ces fresques, au nombre de 58, furent peintes à partir de 1552 et restaurées à deux reprises : sous Henri IV, par Toussaint Dubreuil, puis en 1834, par Jean Alaux.

La chapelle basse Saint Saturnin :

La chapelle basse Saint-Saturnin occupe l’emplacement de la chapelle consacrée par Saint Thomas Becket en 1169. Celle-ci ayant disparu sous François Ier elle fut donc reconstruite. Restaurée sous Louis-Philippe, elle reçoit alors les grands vitraux de Sèvres dessinés par la princesse Marie, sa fille, et réalisés par Émile Wattier.

La chapelle Saint-Saturnin

La chapelle Saint-Saturnin

La chapelle de la Trinité :

La chapelle de la Trinité fut construite sous François 1er et décorée à la fin du règne d'Henri IV.

L'abside représentant "Noé faisant entrer les siens dans l'arche" est l'oeuvre de Martin Fréminet, un admirateur de Michel-Ange, dont l'influence est chez lui si manifeste qu'elle tourne souvent à la copie pure et simple. Les poses qu'effectuent les personnages, leur musculature, tout évoque les fresques de la chapelle Sixtine.

La chapelle de la Trinité

La chapelle de la Trinité

Le parc et les jardins du château :

 

Le jardin de Diane :

Le plus petit jardin doit son nom à une statue : Diane à la biche, qui orne la fontaine datée de 1684. La statue de bronze fut l'oeuvre des frères Keller.

Ancien jardin de la reine, dessiné sous le règne d'Henri IV, Il était autrefois le jardin privé des souverains.

C'est à l'ingénieur fontainier Francini que l'on doit la disposition des chiens et des têtes de cerfs crachant de l'eau dans la fontaine.

Au XVIIème siècle, le jardin était composé de parterre de buis et agrémenté de statues.

Il a été transformé en jardin à l'anglaise sous l'Empire. Il garde aujourd'hui ces caractéristiques.

L'aile en briques et pierres qui borde la jardin à l'est contient la galerie des Cerfs et au premier étage la galerie de Diane.

La fontaine de Diane

La fontaine de Diane

Le jardin Anglais :

Appelé jardin des Pins sous François 1er et constitué de multiples jardins. il est redessiné sous le règne de Louis XIV, puis remodelé sous le règne de Napoléon 1er par Hurtault. Il présente des paysages pittoresques, grâce à sa rivière et ses allées sinueuses, son rocher artificiel et sa remarquable collection d'essences exotiques.

Le jardin AnglaisLe jardin Anglais

Le jardin Anglais

Le Grand Parterre :

Le plus grand parterre d'europe a conservé son tracé géométrique imaginé par Le Nôtre, jardinier de Louis XIV, mais a perdu ses broderies de buis.

A la belle saison, il est fleuri de 45.000 plantes.

Le Parc :

 

Au-dela du Grand Parterre, s'étend le parc et le canal qui prolonge sa perspective.

La longueur du canal, construit sous le règne d'Henri IV atteint 1200 mètres.

Plan du château de Fontainebleau et son parc

Plan du château de Fontainebleau et son parc

        A : fontaine de Diane                                     E : Fontaine de la Reine

        B : Fontaine Belle-Eau                                   F : Canal

        C : Etang de Carpes                                      G : Exutoire

        D : Bassin des Cascades                               H : Fontaine Napoléon

Quelques images du parcQuelques images du parcQuelques images du parc

Quelques images du parc

Le château de Fontainebleau possède une des plus importante collection de mobilier ancien de France.

Le château de Fontainebleau est classé au Patrimoine de l'UNESCO depuis 1981 et fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862.

 

Quelques chiffres :

1540 pièces,

130 hectares de parc et jardins,

19 sources alimentent le château de Fontainebleau,

Longueur du canal : 1200 mètres,

Louis XV et la chasse : 2 meutes de 150 et 120 chiens, 200 chevaux de venerie

Sources et documents biblographiques :

Guides Verts Environs de Paris, documentations

Château de Fontainebleau :

Site : http://www.chateaudefontainebleau.fr

Tél. : 01 60 71 50 70

Lien Wikipédia Château de Fontainebleau : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Fontainebleau

Le château et ouvert tous les jours, sauf le lmardi, le 1er janvier, le 1er mai et le 5 décembre :

- octobre à mars : de 9 H 30 à 17 H,

- avril à septembre : de 9 H 30 à 18 H.

Le parc et ouvert 24 H sur 24 toute l'année.

Les Amis du Château de Fontainebleau Lien site : http://www.amischateaufontainebleau.org

Association loi 1901, créée en février 2006.

ACF, Pavillon des vitriers, château de Fontainebleau 77300 Fontainebleau

L'Association des Amis de la Forêt de Fontainebleau :

Association loi 1901, fondée en 1907,

Siège social : 26, rue de la Cloche, BP 14 77301, Fontainebleau Cedex

Tél. : 01 64 23 46 45 Site : http://www.aaff.fr

Courriel : info@aaff.fr

 

Bonne visite !

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 20:18
La plus grande église cistercienne du monde

La plus grande église cistercienne du monde

Une visite à l'abbaye de Pontigny :

15 août 2016

 

Blason de l'abbaye
Blason de l'abbaye

L'abbaye de Pontigny est un ancien monastère de l'ordre cistercien. L'abbaye est fondée en 1114, au nord de la Bourgogne, aujourd'hui située sur la commune de Pontigny, dans l'Yonne, elle est la seconde des 4 premières "filles de Cîteaux", voir références plus bas.

Sa célébrité est due à la fois à son rang au sein de l'Ordre.au prestige de ses protecteurs, de ses hôtes de marque et de ses abbés, à l’importance de sa communauté et de ses possessions, et à la richesse patrimoniale de sa bibliothèque et de son architecture.

En revanche, elle est dotée d'une filiation relativement modeste.

Fermée à la Révolution française, elle est en partie détruite; elle conserve néanmoins la plus grande église cistercienne du monde, consacrée depuis 1941 "Cathédrale de la Mission de France".

L'entrée de l'enceinte extérieure de l'abbaye

L'entrée de l'enceinte extérieure de l'abbaye

L'abbaye de Pontigny dans l'Yonne
L'intérieur de l'abbaye

L'intérieur de l'abbaye

Quelques images indexées sur un plan général de l'abbaye

Quelques images indexées sur un plan général de l'abbaye

L'archirecture religieuse :

Pureté, simplicité et clarté de l'édifice

Pureté, simplicité et clarté de l'édifice

1- Voûte,

2- Châpiteaux,

3 et 4 - Hôtels,

5 - Bas-côté gothique,

6 - Voûtes et clefs de voûtes gothiques.

 

Une communanté importante aux XI et XIIIème siècle :

La vie quotidienne des religieux de Pontigny au milieu du XIIIème siècle est en partie connue grâce à une collection de lettres qui évoquent toutes les questions concernant les relations extérieures de l’abbaye.

Le nombre de religieux de l’abbaye est impossible à préciser pour le Moyen Âge central. La mention, en 1157, d’une cinquantaine de moines prêtres « alors que le nombre des autres moines non prêtres était bien plus important » ne peut être interprétée de façon absolument claire. Elle indique cependant déjà une importante communauté qui doit essaimer en fondant ou en s’affiliant plusieurs dizaines d’abbayes-filles. On peut proposer comme un ordre de grandeur approximatif, pour la période sans doute la plus faste de la fin du XIIème  du début du XIIIème siècle, un effectif d’une centaine de moines et de deux à trois cents frères convers, si l’on se réfère aux rares données chiffrées d’établissements de taille comparable.

 

La communauté à la fin du Moyen-Âge et jusqu'à la période moderne :

À partir de la première moitié du XIVème siècle, quelques listes permettent de connaître le nombre de moines qui tourne alors autour d’une trentaine. Il semble, dès lesannées 1360  et jusqu’à la fin desannée 1780, se maintenir généralement entre 15 et 20 religieux, alors qu’un maximum était fixé, en 1561 à 31 moines et novices.

Les cahiers de vêture sont conservés depuis 1688 et jusqu’à la dispersion des moines. Ils permettent de connaître en général l’âge et l’origine géographique des novices, ainsi que l’abbaye de leur profession : Pontigny en effet servait alors de noviciat commun à plusieurs maisons. En 1720 l'abbé Pierre de Calvairac appelle à Pontigny Dom Robinet résidant à l'abbaye de Chaalis, afin que celui-ci écrive le Cartulaire de l'abbaye.

En 1791, la communauté de la seconde fille de Cîteaux était composée de 14 moines et de 2 frères convers qui durent quitter l’abbaye, après les décrets concernant les ordres monastiques. À côté du destin du dernier abbé, Jean Depaquy, on ne connaît celui, partiel, que de quelques moines : Louis-Henri Meulan d’Oisonville est aumonier du bataillon de volontaires au district de Saint-Florentin jusqu’en 1793; François Mirey se retira près de Cosne-sur-Loire; Gaspard Potherat de Corbière devient vicaire puis officier public à Neuvy-Sautour en 1792. François-Nicolas Robert est ministre du culte à Villy en 1797; déporté à lîle de Ré en 1798, il revient desservir Pontigny jusqu’à sa mort, en1821. Selon certains, Simon Depaquit s’établit à Chablis où il fonda un domaine viticole. Pour d'autres il s'établit à Saint-Florentin, où il transcrivit en 3 volumes in-quarto tous les titres anciens et récents de l'abbaye, qui se trouvaient aux archives de la ville, écrivant également des notes historiques sur la maladrerie, l'hôtel-dieu, l'hospice et autres. Avant la Révolution, Simon Depaqui avait déjà transcrit une partie du Cartulaire établi à partir de 1720 par Dom Robinet sur la demande de Pierre de Calvairac en 1720, remplissant de sa main quatre volumes in-8° il avait écrit une notice sur les abbés, sur les bienfaiteurs depuis 1119, sur la filiation de l'ordre et autres documents sur l'histoire de l'abbaye.

On se situe l'abbaye de Pontivy dans l'Yonne ?

Ou se situe Pontigny dans l'Yonne ?

Ou se situe Pontigny dans l'Yonne ?

Bibliographie et sources documentaires de cet article :

Merci à l'Office de Tourisme de Pontigny pour les renseignements donnés :

22, rue Paul Desjardins, sur la N77, 89230 Pontigny

Adresse : Abbaye de Pontigny, le long de la N77, en face de l'Office du Tourisme, en traversant la N77, 89230 Pontigny

Tél. : 03 86 47 54 99

Lien Abbaye de Pontigny : http://www.abbayedepontigny.eu/

Voir les Amis de l'Abbaye de Pontigny : 900 ans d'histoire, les cisterciens : lien http://www.abbayedepontigny.com/visiter-l-abbaye/pontigny-900-ans-d-histoire/

Lien Wikipédia abbaye de Pontigny et son historique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Pontigny

Abbaye Notre-Dame de Cîteaux (Côte d'Or) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_C%C3%AEteaux (Fondatrice de l'ordre des Cîteaux)

La fondation des quatre filles aînées de Cîteaux : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Clairvaux (1115) et Morimond (1115).

Bonne visite !

Repost 0
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 20:10
Quel personnage se trouve sur la photographie centrale ? voir plus bas *

Quel personnage se trouve sur la photographie centrale ? voir plus bas *

Le toponyme Auxerre est issu du gaulois latinisé Autissiodorum ou Autessiodorum.

Une visite à Auxerre en aôut

Auxerre est une capitale culturelle et touristique, au cœur de la Bourgogne, dans la vallée de l'Yonne. La ville offre aux touristes un patrimoine historique médiéval et de la Renaissance Reconnue ville d'art et d'histoire depuis 1995, Auxerre possède 35 monuments historiques inscrits ou classés, et trois musées labellisés Musées de France.

Les maisons à pans de bois du centre AuxerreLes maisons à pans de bois du centre AuxerreLes maisons à pans de bois du centre Auxerre

Les maisons à pans de bois du centre Auxerre

La Tour de l'Horloge, au centre ville d'Auxerre

La Tour de l'Horloge, au centre ville d'Auxerre

La fontaine de François Brochet
La fontaine de François Brochet

Au cœur des rues piétonnes du vieil Auxerre, proche de l'Hôtel de Ville, se dresse la Tour de l'Horloge, édifice du XVème siècle. Elle est l'un des derniers vestiges des remparts de l'ancienne cité médiévale. D'abord utilisée comme prison comtale, elle fut transformée en 1483 en horloge et en beffroi. un incendie ravagea la tour en 1825, mais elle fut restaurée et une grande partie reconstruite à l'identique de 1891 à 1893 par le grand architecte français Paul Boeswillwakd.

L'horloge à deux cadrans datant du XVIIè qui orne le beffroi marque l'heure solaire et l'heure lunaire. Cette tour est attenante à une ancienne porte de la ville, à laquelle fut adossée la maison de Cadet Roussel , huissier à Auxerre (1780), personnage qui inspira la célèbre chanson qui porte son nom.

 

Cadet Roussel , sa vie et une chanson populaire :

"Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée ; trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats...". Telle est la description que la chanson nous donne de Guillaume, Joseph Roussel, héros involontaire d'une  satire née de l'imagination des soldats de la Révolution. Ce personnage bon enfant, qu'ils vont affubler du sobriquet de Cadet Roussel, va les distraire de leur ordinaire de soldat.

Car Cadet Rousselle a bien existé. Natif d'Orgelet dans le Jura, en 1743, il s'installera à Auxerre à l'âge de 20 ans. Sa première place en tant que domestique ne sera qu'une étape. Cadet Roussel avait plus d'ambition. 

Un mariage avantageux va lui permettre d'acheter une place de clerc de notaire. Il fera son apprentissage du droit et  se fera connaître des personnalités de la ville. Apprécié pour ses qualités  d'intégrité et de dévouement, il obtiendra les recommandations nécessaires  à l’achat, en 1780, d’une charge de premier huissier.

Devenu une figure importante de la ville, Cadet Roussel se devait d'acheter une maison, pour s'établir définitivement à Auxerre: il en acquerra une petite, dès 1781, qu'il fera agrandir par la suite.

Puis viendront 1789 et la Révolution Française. Nous l'avons vu, Cadet  Roussel avait "appuis et connaissances". Aussi, il rentrera à la Société Populaire d'Auxerre, appuyé par son ami Nicolas Maure qui, quelques fois avait côtoyé  Marat.

C'est à partir de 1792 que la chanson de Cadet Roussel, va gagner toute la France, colportée sur l'air de la chanson de Jean Nivel, par les volontaires de l'Yonne  partis renforcer les frontières.

En 1795, accusé d'arrestations arbitraires dans ses anciennes fonctions au sein du Comité révolutionnaire d'Auxerre, Cadet Roussel sera emprisonné pour une courte période, avant de bénéficier d'une amnistie.

Ici s'arrêtera la Vie Publique de Cadet Roussel. Il mourra  en 1807.

La Fontaine de François Brochet, Place Charles Surugue à Auxerre, surmontée de la statue de Cadet Roussel - citoyen d'Auxerre- rend hommage à cet  homme à la destinée hors du commun, personnage fantasque et attachant par sa simplicité. Sources Claude Richard

la place de l'hôtel de ville :

La place de l'Hôtel de Ville et la mairie d'Auxerre

La place de l'Hôtel de Ville et la mairie d'Auxerre

Pour info. notre lieu de mariage en 1976.

La cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

La cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

La cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre :

De style gothique, est fut commencée en 1215 et achevée au XVIème siècle. La crypte est de style roman.

La cathédrale est classée monument historique depuis 1840.

La cathédrale Saint-Etienne, située en plein coeur du centre-ville, date du XIIIème siècle. La façade mérite de s'y attarder quelques instant pour admier ses nombreuses sculptures qui expriment des scènes de la vie de l'époque. Les vitraux des XV et XVIème siècles ainsi que le choeur font également l'objet d'une attention toute particulière.Ultime visite dans la crypte pour contempler la rarissime peinture murale du "Christ à cheval" et dans le Trésor qui renferme de nombreuses pièces de collection, dont "La déposition de croix" de Luca Peni.

 

Cathédrale Saint-Etienne, place Saint-Etienne 89000 Auxerre Tél. : 03 86 51 29 20

Site lien : http://www.cathedrale-auxerre.com

Lien site wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-%C3%89tienne_d%27Auxerre

La poste d'Auxerre

La poste d'Auxerre

LA POSTE d'AUXERRE 1, place Charles Surugue Auxerre Tél. : 03 86 72 23 01

La place Saint-Nicolas et sa fontaine

La place Saint-Nicolas et sa fontaine

La fontaine Saint Nicolas, anciennement fontaine Saint Germain à Auxerre :

L’eau est liée à la place Saint Nicolas depuis longtemps. Une maison des ‘Estuves’ ou bains publics est signalée, en 1339, dans le livre de l’Hôtel-Dieu. La fontaine Saint Germain alimenta les habitants du quartier jusqu’en 1783.

 


En novembre 2012, les travaux d’aménagement du bord de l’Yonne ont mis à jour un grand réservoir voûté en pierre taillée enterré sous la place. Cet ouvrage de quatre mètres de diamètre pour deux mètres et demi de profondeur date du 18e ou 19e siècle. Il reçoit l’eau d’une source qui n’a pu être localisée.

En 1909, la triple vasque de la place des Grandes Fontaines, actuellement place Charles Surugue, fut déplacée du cœur de la ville, où elle n’était plus vraiment utile et où elle gênait le marché en plein air qui s’y tenait chaque semaine, à son emplacement actuel sur la place Saint Nicolas. Des cartes postales anciennes témoignent de sa situation précédente face à la halle aux grains qui a été remplacée par le superbe bâtiment de la Poste.

"Le déplacement en un spectaculaire convoi hippomobile fut un grand succès populaire." (André Segaud, "L’Yonne")

 

Une visite à Auxerre en aôut

La statue en bois polychrome de Saint-Nicolas :

Au bord de l’Yonne, là où se trouve le port depuis des temps immémoriaux, la place Saint-Nicolas et ses maisons à pans de bois accueille, depuis 1774, une belle statue en bois polychrome de l’évêque de Myre.

Le passage couvert Manifacier :

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_couvert_Manifacier

L'immeuble et le passage couvert Manifacier est une galerie commerciale, en vogue dans les grandes villes à la deuxième moitié du XIXème siècle. Elle est l'expression de l'expansion du commerce et de l'économie sous le Second Empire à Auxerre. L'ensemble fut réalisé par l'architecte Grégoire Roux en 1869. Les deux façades sur rue, constituent un lien complémentaire de la galerie elle-même.

Une visite à Auxerre en aôutUne visite à Auxerre en aôut

A ne pas oublier les petites rues du centre ville bien calmes !

Une visite à Auxerre en aôutUne visite à Auxerre en aôutUne visite à Auxerre en aôut

Merci à Laure pour sa visite du 15 août.

Bonne promenade !

Lien : site Wikipédia Auxerre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Auxerre

Offices de Tourisme - Syndicats d'Intiative d'Auxerre : 2, quai de la République, 89000 Auxerre

Tél. : 03 86 52 06 19.

Office de tourisme - annexe centre-ville : 7, place de l'Hôtel de Ville, 89000 Auxerre
Tél. : 03 86 51 03 26.
Lien site Office de Tourisme Auxerre : http://www.ot-auxerre.fr/

 

Voir aussi ancien article blog de 2015 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/05/une-visite-d-auxerre-dans-l-yonne.html

 

* le personnage représenté sur la photographie en titre de l'article est Marie Noël, pseudonyme de Marie Rouget, la poétesse et écrivaine appelée "La Fauvette d'Auxerre" (Auxerre 1883 - Auxerre 1967) Grand Prix de poésie de l'Académie Française en 1962, Officier de la Légion d'Honneur.

 

Les quais de l'Yonne et ses derniers aménagements, au pied de la cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

Les quais de l'Yonne et ses derniers aménagements, au pied de la cathédrale Saint-Etienne d'Auxerre

Notre circuit du 15 août 2016 Sources plan et index des rues: Syndicat d'Initiative d'Auxerre
Notre circuit du 15 août 2016 Sources plan et index des rues: Syndicat d'Initiative d'Auxerre

Notre circuit du 15 août 2016 Sources plan et index des rues: Syndicat d'Initiative d'Auxerre

Repost 0
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 21:10
Une visite à Troyes dans l'Aube en août

Une visite à Troyes en août 2016, dans cette cité dont le plan évoque un bouchon de champagne dont la Seine occuperait son chapeau

L'hôtel de ville de Troyes

L'hôtel de ville de Troyes

De style Louis XIII, datant du XVIIème siècle. l'hôtel de ville et a été construit de 1624 à 1672. . Sa construction a commencé en 1624 sur les plans du maître-maçon parisien Louis Noblet après autorisation du roi mais s'est rapidement arrêtée par faute de moyens financiers. Elle est reprise en 1670 par Pierre Cottard et s'est terminée en 1672.

La fontaine Argence

La fontaine Argence

La fontaine Argence :

La fontaine Argence a été construite en 1897, grâce à un legs de Monsieur Argence (1812-1889), maire de Troyes de 1859 à 1870.

Les maisons à pans de bois de TroyesLes maisons à pans de bois de TroyesLes maisons à pans de bois de Troyes

Les maisons à pans de bois de Troyes

La Maison de l'Outil et de la pensée Ouvrière L'Hôtel de Mauroy

La Maison de l'Outil et de la pensée Ouvrière L'Hôtel de Mauroy

La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière, musée situé dans un hôtel particulier de style Renaissance  bâti en 1556 appelé Hôtel de Maurois

La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière abrite une collection d'outils de façonnage à main des XXVIIème et XIXème siècles. Dans 65 vitrines, 11 000 outils dits « de façonnage à main » sont proposés au visiteur à découverte d'une centaine de métiers du bois, du fer du cuir et de la pierre.

La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Troyes : 1208- XVIème.

Classement monument historique en 1862

Lien Site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Pierre-et-Saint-Paul_de_Troyes

La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de TroyesLa cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de TroyesLa cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Troyes

La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Troyes

L'intérieur de la cathédrale

L'intérieur de la cathédrale

L'église Pantaléon :

L'église alors en pans de bois fut bâtie en pierres au XVIème siècle par Jean Bailly.

Alors qu'elle était presque achevée, en 1524 un immense incendie ravage l'église et plusieurs quartiers de la ville. En 1527 la reconstruction commençait surement sous la direction de Maurice Favereau. En 1531-33 la partie nord se monte sous la direction d'Antoine Dumay.

Elle est classée au titre du monument historique depuis 1862

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Pantal%C3%A9on_de_Troyes

L'église Pantaléon, paroisse polonaise de la ville de Troyes

L'église Pantaléon, paroisse polonaise de la ville de Troyes

Une visite à Troyes dans l'Aube en août
Une visite à Troyes dans l'Aube en août

L'église Saint-Jean-du-Marché :

lien L'église Saint-Jean_du-Marché: https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Jean-du-March%C3%A9_de_Troyes

L'église Saint-Jean-du-MarchéL'église Saint-Jean-du-Marché

L'église Saint-Jean-du-Marché

LA CITE DU VITRAIL   Musée, Art sacré à TROYES Musée, Art sacré à TROYES

Tél. : +33 (0) 3 25 42 52 87

www.cite-vitrail.fr lien : http://www.cite-vitrail.fr

1, rue Roger Salengro, angle du quai des Comtes de Champagne 10000 TROYES

Ouvert de 9 H 30 à 18 H en août, 9 H 30 12 H 30 et 13 H 30 18 H en septembre et octobre, 17 h en novembre et décembre.

La Cité du vitrail se situe au cœur de Troyes, dans la « grange » et l’enceinte de l’Hôtel- Dieu-le-Comte, remarquable ensemble XVIIIème siècle et présente l’exposition permanente : dix siècles de vitrail à hauteur de regard… Sur 150 m², sont présentés une vingtaine de vitraux du Moyen Âge au XXIe siècle. Le vitrail de l’Aube en Champagne est largement représenté, aux côtés d’œuvres d’autres départements et régions. De même, le vitrail civil affirme sa présence aux côtés de l’important patrimoine religieux.

 

 devenu devenu devenu
 devenu devenu

devenu

L'église Sainte-Madeleine :

L'église Saint-Madeleine abrite un patrimoine vitré exceptionnel ainsi qu'un remarquable jubé, prouesse architecturale témoi gens de robe issus des famillegnant d'une époque prospère où les riches paroissiens issus de la noblesse de robe mettaient tout en oeuvre pour embellir leur église.

Sainte-Madeleine, patronne de l'église : la réalité historique est difficile à discerner. Trois femmes portent ce nom : Marie de Magdala, une des témoins de la Résurrection, ayant participé à l'ensevelissement du Christ, nommée Marie-Madeleine, Marie de Béthanie, soeur de Lazare et de de Marhe, parfumant les pieds de Jésus et les essuyant avec ses cheveux quelques jours avant sa mort, parfois assimilée à une pécheresse anonyme, et Marie Jocabée, épouse de Clopas, mère de Jacques le mineur et de Joset, figurant parmi les témoins de la Résurrection et placée à proximité du Calvaire.

La légende a réni ces trois personnages en un seul portant le nom de Marie-Madeleine, souvent représentée portant son principal attribut, le vase et le parfum.

La plus ancienne église de Troyes :

La contruction débute par le choeur et le bras sud du transept à la fin du XIIème siècle et se poursuit par la nef pour s'achever avec le bras nord du transept au début du XIIIème siècle.

L'église est alors en forme de croix grecque.

A la fin du XVème, la paroisse de la Madeleine est la plus  alor la formeriche de la ville grâce aux gens de robe issus des familles de marchands qui se font inhumer dans l'église, ce privilèle leur étant réservé.

L'édifice étant sans doute devenu trop exigu, il est fait appel à Jehan Gailde, maître-maçon de grande renomme, pour l'agrandissement du choeur. Le chantier bien entam en 1501, dure jusqu'en 1506. L'difice prend alors la forme d'une croix latine comportant un vaisseau central composé d'une nef, d'un tranept non aillant

La Cité du Vitrail et ses oeuvresLa Cité du Vitrail et ses oeuvresLa Cité du Vitrail et ses oeuvres
La Cité du Vitrail et ses oeuvresLa Cité du Vitrail et ses oeuvresLa Cité du Vitrail et ses oeuvres

La Cité du Vitrail et ses oeuvres

La Cité du Vitrail :

Une visite à Troyes dans l'Aube en août
Une visite à Troyes dans l'Aube en août

Les Triomphes de Pétrarque : un vitrail exceptionnel de l'église Saint-Pierre-es-Liens d'Ervy-le-Châtel, dans l'Aube.

La Cité du Vitrail accueille une exposition inédite, consacrée à un seul chef-d’œuvre, le vitrail dit des Triomphes de Pétrarque, de l'église Saint-Pierre-es-Liens d'Ervy-le-Châtel, dans l'Aube.

Ce vitrail de 1502 s'inspire en effet d'un texte allégorique écrit au XIVème siècle par le poète italien Pétrarque. Il nous conte le cheminement de l'Homme vers sa destinée, dans un voyage où il doit vaincre l'Amour, la Renommée ou encore la Mort, avant d'arrivée à sa destinée, puis à l’Éternité.

La verrière, étudiée par Laurence Riviale, commissaire scientifique de l'exposition, est présentée dans son intégralité. Chacun des panneaux correspond à un chapitre du poème, ce qui en fait la seule verrière connue à ce jour reprenant entièrement le thème de ces poèmes humanistes.

Sources : Aube en Champagne. Le Département de l'Aube.

Une visite à Troyes dans l'Aube en août

La ruelle et la rue des Chats :

 

Dans cette ruelle, ces maisons à pignons sont tellement rapprochées,de part et d'autre des murs, que les chats peuvent aisément sauter d'un toit à l'autre.

 

Les bornes, à l'entrée, empêchaient les roues des chariot de heurter les murs. La nuit, comme dans la plupart des autres rues, une herse la fermait.

La ruelle s'élargit et devient la rue des Chats. sur la gauche, un passage donne accès à la cour du Mortier d'Or, dont la très belle architecture a été reconstituée à partir déléments anciens

La ruelle des Chats

La ruelle des Chats

Restaurant "Le Bistroquet"

Restaurant "Le Bistroquet"

Le restaurant Bistroquet occupe l'emplacement d'un ancien cinéma de quartier.

Sa décoration art nouveau date de 1992. Outre sa grande salle équipée d'une centaine d'assiettes, ce restauration dispose de plusieurs salles, décorées elles aussi art nouveau. A voir ! un cadre magnifique et un excellent rapport qualité:prix.

Plan actuel de la ville et à la Renaissance en 1544Plan actuel de la ville et à la Renaissance en 1544

Plan actuel de la ville et à la Renaissance en 1544

Notre circuit du jour

Notre circuit du jour

Site Wikipédia ville de Troyes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Troyes

Comité Départemental du Tourisme de l'Aube en Champagne

Départ du Comité Départemental du Tourisme de l'Aube en Champagne où son équipe vous accueillera avec grand plaisir.

4, place de la Libération 10000 Troyes

Lat : 48.2983Lng : 4.07848

Office de Tourisme du Grand Troyes :
 16, rue Aristide Briand, 10000 Troyes Tél. : 08 92 22 46 09

Cité du Vitrail : Hôtel-Dieu-le-Comte 1, rue Roger Salengro, angle quai des Comtes de Champagne BP 394 - 10026 Troyes cedex Tél. : 03 25 42 52 87

http://www.cite-vitrail.fr/683-informations-pratiques-conditions-de-visite-aube.htm

Restaurant Le Bistroquet : 10, Rue Louis Ulbach, 10000 Troyes

 Tél. : 03 25 73 65 65 Lien  Menu : restaurantstroyes.com
 
 
   
   
   
   
   
   
   
Téléphone : 03 25 73 65 65
 

Voir ancien article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-une-visite-de-troyes-aube-73147552.html

Lien  d'un article chefs d'oeuvre de la sculture en champagne :http://ad-mary44.over-blog.com/article-exposition-le-beau-xvieme-siecle-chefs-d-oeuvre-de-la-sculpture-en-champagne-37707501.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 09:42
Bordeaux, la place de la Bourse et son miroir d'eau

Bordeaux, la place de la Bourse et son miroir d'eau

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 08:27
Le pavillon de la Muette

Le pavillon de la Muette

Le pavillon de la muette le 20 août 2°16

Le pavillon de la muette le 20 août 2°16

Accès au Pavillon de la Muette par Maisons-Laffitte

Accès au Pavillon de la Muette par Maisons-Laffitte

Dates d'ouverture ce mois : 8/9/10/11/12/13/14/15/16/17/18/19/20/21/27/28 août

Lien site le Pavillon de la Muette : http://www.pavillondelamuette.fr/411165277

Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pavillon_de_la_Muette

Article blog les réalisations de l'architecte Ange Jacques Gabriel Le Pavillon de la Muette: http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/04/le-pavillon-de-la-muette-de-l-architecte-ange-jacques-gabriel.html

Article "Sortir dans les Yvelines" : http://www.sortir-yvelines.fr/Agenda/Tous-les-evenements-dans-les-Yvelines/pavillon-muette-saint-germain2

Lien YouTube Le pavillon de la Muette par Frédéric : https://www.youtube.com/watch?v=2FbVP2gKN48

Lien situation Le pavillon de la Muette en forêt de Saint-Germain : http://www.maisonslaffitte.net/PavillonMuette.htm

 

Bonne visite !

Photographies, aquarelles et dessins réalisées en semaine 32

Images retraitées logiciel appareil photographique Pentax

Images retraitées logiciel appareil photographique Pentax

Images retraitées appareil photographique Pentax

Images retraitées appareil photographique Pentax

Images du 20 août 2016

Images du 20 août 2016

Photographies et aquarelles 8 août 2016

Photographies et aquarelles 8 août 2016

Photographies avec images retraitées logiciel

Photographies avec images retraitées logiciel

Dessin et aquarelles du pavillon de la Muette : façade N et S, au centre, août 2016Dessin et aquarelles du pavillon de la Muette : façade N et S, au centre, août 2016Dessin et aquarelles du pavillon de la Muette : façade N et S, au centre, août 2016

Dessin et aquarelles du pavillon de la Muette : façade N et S, au centre, août 2016

Aquarelle de la façade nord-ouest et lavis à la sanguine et encre rosée, le salon de la salle octogonaleAquarelle de la façade nord-ouest et lavis à la sanguine et encre rosée, le salon de la salle octogonale

Aquarelle de la façade nord-ouest et lavis à la sanguine et encre rosée, le salon de la salle octogonale

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine des Yvelines
commenter cet article
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 06:00
Sur le balcon de la vallée du Guil

Sur le balcon de la vallée du Guil

Une randonnée au départ d'Abriès, dans le Queyras

Une randonnée dans la région nord-est du Queyras :

Circuit situé sur le GR 58, Tour du Queyras. A noter des coquilles sur le chemin, balisant la traversée des Alpes de l'Italie vers Saint-Jacques en direction d'Aiguilles-en-Queyras..

Distance : 9,2 kilomètres, dénivelée 411 mètres, altitude mini. 1716 mètres altitude maxi. 2123 mètres Distance : 9,2 kilomètres, dénivelée 411 mètres, altitude mini. 1716 mètres altitude maxi. 2123 mètres

Distance : 9,2 kilomètres, dénivelée 411 mètres, altitude mini. 1716 mètres altitude maxi. 2123 mètres

Les hameaux oubliés :

Une randonnée de découverte de anciens hameaux d'estive des paysans d'Abriès. Un cheminement le long d'un balcon surplombanr le Guil, au coeur d'un site classé Natura 2000.

Le circuit passe par le Malrif, le Tirail, Le Villard, jusqu'à la clairière des BertinsUne seule rencontre les moutons de la Bergerie gardé par les chiens et un cheval.

Où se situe le village d'Abriès ?

Où se situe le village d'Abriès ?

La vallée du GuilLa vallée du GuilLa vallée du Guil

La vallée du Guil

Les hameaux oubliés :

Les villages oubliés du circuit, Le MalrifLes villages oubliés du circuit, Le MalrifLes villages oubliés du circuit, Le Malrif

Les villages oubliés du circuit, Le Malrif

La flore en juillet 2016

Une randonnée au départ d'Abriès, dans le QueyrasUne randonnée au départ d'Abriès, dans le QueyrasUne randonnée au départ d'Abriès, dans le Queyras
Une randonnée au départ d'Abriès, dans le QueyrasUne randonnée au départ d'Abriès, dans le QueyrasUne randonnée au départ d'Abriès, dans le Queyras

La faune :

Le Patou, fidèle gardien de moutons; des précautions à prendre pour ne pas l'énerver lors des rencontres.Le Patou, fidèle gardien de moutons; des précautions à prendre pour ne pas l'énerver lors des rencontres.Le Patou, fidèle gardien de moutons; des précautions à prendre pour ne pas l'énerver lors des rencontres.

Le Patou, fidèle gardien de moutons; des précautions à prendre pour ne pas l'énerver lors des rencontres.

Le minéral du massif :

Une randonnée au départ d'Abriès, dans le QueyrasUne randonnée au départ d'Abriès, dans le QueyrasUne randonnée au départ d'Abriès, dans le Queyras
Les villages oubliés du circuit
Les villages oubliés du circuit
Les villages oubliés du circuit
Les villages oubliés du circuit
Les villages oubliés du circuit
Les villages oubliés du circuit

Les villages oubliés du circuit

Document et bibliographie, sources :

Carte IGN 1/25.000ème 3637 OTR Mont Viso Saint-Véran Aiguilles

Parc naturel régional du Queyras : Abrriès/Aiguilles/Ristolas, Circuit N°9, 4 heures de marche, boucle, D+ 490 mètres. GR58 et PR, première partie.

Office de Tourisme du Queyras, Maison du Tourisme du Queyras 05350 Château-Ville-Vieille

Tél; : +33(0)4 92 46 76 18 Lien : http://www.queyras-montagne.com

Courriel : info@queyras-montagne.com

 

Voir aussi autres articles sur le Queyras en juillet :

Une randonnée près du col d'Izoard :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/une-randonnee-pres-du-col-d-izoard-hautes-alpes.html

La demoiselle coiffée de Château Ville-Vieille :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/la-demoiselle-coiffee-de-chateau-ville-vieille-hautes-alpes.html

Saint-Véran, beau village du Queyras, plus haut village d'Europe :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/saint-veran-beau-village-du-queyras.html

Une visite de Fort-Queyras à Château-Queyras :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/une-visite-de-fort-queyras-a-chateau-queyras.html

 

 

 

Repost 0
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 09:32
Les couleurs de la tour Eiffel

Le grand public est habitué à trouver des images historiques de la Tour Eiffel, mais en photographie ou image noir et blanc, mais rarement en couleurs.

 

ce petit article pour évoquer les couleurs de la célèbre tour parisinenne.

Les couleurs de la tour Eiffel ont changé dans le temps :

 

Quelques rappels :

 

En 1889, la Tour Eiffel était peinte, depuis sa base jusqu'à la première plate-forme, dans une couleur rappelant le bronze, de la premieère à la seconde plate-forme, les couleurs prenaient un ton plus clair, de la seconde plate-forme ou sommet, il y avait trois tons dégradés de couleur bronze; le sommet avait une teinte jaune d'or.

 

En 1992, la Tour passe à l'ocre brun.

En 1899, il est appliqué 5 couleurs dégradées, variant du jaune-rouge au jaune clair au sommet.

La dix-huitième campagne de peinture de la Tour commence le 3 décembre 2001 et se termine fin février 2003. 25 peintres équipés de harnais escaladent l'édifice et appliquent 60 tonnes de peinture pour couvrir les 200.000 à 250.000 mètres-cubes de surface.

Les différentes couleurs de la Tour Eiffel

Les différentes couleurs de la Tour Eiffel

La Tour Eiffel est repeinte en moyenne tous les 7 ans :

Les couleurs de la tour Eiffel

Environ 15 tonnes de peinture disparaissent entre deux campagnes de 7 ans

Pour la 18ème campagne, les chiffres sont les suivants :

. surface à peindre : 200.000 mètres carrés, quantité de peinture nécessaire : 60 tonnes,

. Nombre de peintres : 25, techniciens spécialisés, alpinistes et guide de haute montagne,

Matériel :

. 50 kilomètres de lignes de vies, (câbles qui permettent aux ouvriers de se déplacer en ayant toujours un point d’attache). 2 kilomètres de filets, 1500 brosses, 5000 disques de ponçage, . 1500 combinaisons de travail, 2000 paires de gants en cuir,

. 1 000 « riflards », spatules à gratter.

Durée des travaux : 15 à 18 mois.

Sous la peinture, du fer : mais d'où vient-il ?

Origine du fer

Le fer qui a servi à la construction de la tour n'est pas n'importe lequel, bien sûr. Il a fait l'objet d'un choix minutieux. Il a été acheté à une usine de Meurthe-et-Moselle et vient de mines algériennes de Zaccar et de Rouïna. La question de l'origine du fer de la tour Eiffel nous amène donc en voyage...

 

Pompey, en Meurthe-et-Moselle

Gustave Eiffel, lorsqu'il décida définitivement de construire sa tour, s'est rapproché de M. Prégre, le représentant parisien d'un fournisseur habituel de ses ateliers, les Forges et Usines de Pompey "Fould-Dupont", qui se trouvent en Lorraine.

Pompey est une ville de 5.000 habitants située en Meurthe-et-Moselle, à proximité de Nancy. En 1871 Auguste Dupont, fondateur des acieries d'Ars-sur-Moselle, se voit contraint de déménager son usine pour éviter qu'elle ne passe sur le territoire prussien, suite à la perte de l'Alsace-Lorraine en 1870. Il choisit Pompey, c'est la raison de la présence de cette usine dans ce petit village viticole.

Lorsque Gustave Eiffel passe commande pour 8 000 tonnes de fer puddlé, ce dernier se tourne vers des fournisseurs de minerai. La qualité demandée par Eiffel est à récupérer en Algérie, dans les mines de Zaccar et de Rouïna, deux sites distincts.

Les dimensions de la Tour Eiffel

Les dimensions de la Tour Eiffel

Il existe au moins une dizaine de réplique de la Tour Eiffel dans le monde dont cette dernière sitée en chin. Elle mesure une centaine de mètres.

Les couleurs de la tour Eiffel

Sources : "La Tour Eiffel" de Marc Gaillard, Editions Flammarion.

La Tour Eiffel de Paris lien site : http://www.tour-eiffel-de-paris.com/Fer-de-la-tour-Eiffel.php

Site Wikipédia : La Tour Eiffel lien : https://www.google.fr/#q=fer+tour+eiffel

Bonne visite !

Voir aussi article blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-visite-du-bunker-et-de-la-machinerie-hydraulique-de-la-tour-eiffel-124016498.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 20:43
Une visite à la Cité de la Céramique à Sèvres en juillet

Visite du Musée de la Céramique à Sévres et de l'exposition OutDoors 2016

Danseuses, formes : Jean-Baptiste Gauvenet, décors : Léonard Gébleux, Marcel Prunier

Danseuses, formes : Jean-Baptiste Gauvenet, décors : Léonard Gébleux, Marcel Prunier

Une visite à la Cité de la Céramique à Sèvres en juilletUne visite à la Cité de la Céramique à Sèvres en juillet
L'exposition permanente de la Cité de la Céramique (Premier étage Renaissance et Céramique architecturale))

L'exposition permanente de la Cité de la Céramique (Premier étage Renaissance et Céramique architecturale))

Quelques définitions :

Céramique :

Terme générique qui désigne toute réalisation à partir d'argile cuite. Les grandes catégories de céramiques sont les céramiques à pâte poreuse (faîence, poterie/teree cuite) et les céramiques à pâte imperméable vitrifiée (grès, porcelaine).

 

Terre cuite ou poterie :

Matériau céramique poreux obtenu à partir d'une argile commune de couleur variable allant du gris au rouge. Cuisson entre 700 et 1150°C.

Terre vernissée :

Terre cuite poreuse, couverte d'un revêtement vitrifié à base de plomb, transparent ou opaque, qui la rend imperméable(glaçure plombifère).

Faïence :

Terre cuite poreuse, couverte d'un revêtement vitrifié, qui la rend imperméable, opaque et blanche, grâce à l'oxyde d'étain (glaçure stannifère). Cuisson entre 900 et 1150°C.

Grès :

Matériau céramique vitrifié dans la masse et non poreux, obtenu à partir de différents type d'argiles à haute teneuse en silice, dites argiles grésantes. Cuisson entre 1200 et 1300°C.

Porcelaine :

Matériau céramique vitrifié dans la masse donc non poreux ; blanc, translucide et sonore, produit à partir du kaolin et recouvert d'un rev^tement (ou couverte) ytansparent. Cuisson à plus de 1200¨C.

Biscuit :

A sèvres, porcelaine non émaillée (sans couverte). une seule cuisson à plus de 1200°C.

Verre :

Matériau composé de silice vitrifiée et de différents fondants, notamment de la potasse ou du feldspath. Cuisson vers 1300°C.

 

 

Série de 15 statuettes (biscuit) Médailles d'Or à l'exposition Unuverselle de Paris en 1900. Vitrines art nouveau de la Cité
Série de 15 statuettes (biscuit) Médailles d'Or à l'exposition Unuverselle de Paris en 1900. Vitrines art nouveau de la Cité

Série de 15 statuettes (biscuit) Médailles d'Or à l'exposition Unuverselle de Paris en 1900. Vitrines art nouveau de la Cité

Quelques images de la Manufacture de Sèvres :

Une visite à la Cité de la Céramique à Sèvres en juilletUne visite à la Cité de la Céramique à Sèvres en juilletUne visite à la Cité de la Céramique à Sèvres en juillet

L'exposition OutDoors 2016 ouverte au public dans le parc du Pavillon Pompadour.

Du 10 juin au 23 octobre 2016, entrée libre.

Lien exposition : http://www.sevresciteceramique.fr/site.php?type=P&id=850

Exposition OutDoors 2016 dans le parc du Pavillon Pompadour

Exposition OutDoors 2016 dans le parc du Pavillon Pompadour

Les oeuvres de l'exposition OutDoors 2016 exposée dans le parc du pavillon Pompadour

Les oeuvres de l'exposition OutDoors 2016 exposée dans le parc du pavillon Pompadour

Sources documention : Cité de la Céramique à Sèvres.

Merci à Nadine pour ses explications passionnantes

Bonne Visite !

 

Sèvres - Cité de la céramique, 2 place de la Manufacture 92310 Sèvres

Tél. : +33 (0)1 46 29 22 00

http://www.sevresciteceramique.fr

 

 

voir aussi : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/07/coree-mania-roman-d-un-voyageur-au-musee-de-la-ceramique.html

et : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/05/exposition-ceramix-au-musee-de-la-ceramique-a-sevres.html

et http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-cite-de-la-ceramique-a-sevres-114808903.html

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 05:53
La Villa Savoye "Les heures claires" -  Le Corbusier -  La loge du jardinierLa Villa Savoye "Les heures claires" -  Le Corbusier -  La loge du jardinierLa Villa Savoye "Les heures claires" -  Le Corbusier -  La loge du jardinier

La Villa Savoye "Les heures claires" - Le Corbusier - La loge du jardinier

La Villa Savoye à Poissy, ainsi que 16 autres bâtiments de l'architecte Le Corbusier, a rejoint dimanche dernier la liste des sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

La liste chronologique des 17 éléments constitutifs de la série inscite sur la liste du patrimoine mondial :

  1 1923 Maisons La Roche et Jeanneret, Paris, Ile-de-France,

  2 1923 Petite villa au bord du lac Léman, Corseaux, Vaud, Suisse,

  3 1924 Cité Frugès, Pessac, Aquitaine, France,

  4  1926 Maison Guiette, Anvers, Belgique,

  5 1927 Maison de la Weissenhof-Siedlung, Stuttgart, Bade-Wurtemberg, Allemagne,

  6 1928 Villa Savoye et loge du jardinier, Poissy, Ile-de-France, France,

  7 1930 Immeuble Clarté, Genève, Suisse,

  8 1931 , Immeuble locatif à la porte Molitor, Boulogne-Billancourt, Ile-de-France, France,

  9 1945 Unité d'habitation, Marseille, Provence-Alpes-Côtes d'Azur, France,

  10 1946 Manufacture à Saint-Dié, Saint-Dié-des-Vosges, Lorraine, France,

  11 1949 Maison du Docteur Curutchet, La Plata, Province de Buenos-Aires, Argentine,

  12 1950 Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp, France-Comté, France,

  13 1951 Cabanon de Le Corbusier, Roquebrune-Cap-Martin, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France,

  14 1952 Complexe du Capitole, Chandigarh, Pendjab,Inde,

  15 1953 Couvent Sainte-Marie de la Tourette, Evreux, Rhône-Alpes, France,

  16 1955 Musée National des Beaux-Arts de l'Occident, Taitoku, Tokyo, Japon,

  17 1953 Maison de la Culture de Firminy, Firminy, Rhône-Alpes, France.

 

Quelques détails intérieurs de la villaQuelques détails intérieurs de la villaQuelques détails intérieurs de la villa

Quelques détails intérieurs de la villa

Lien site La Villa Savoye : http://www.villa-savoye.fr/

La Villa Savoye 82, rue de Villiers,78300 Poissy Tél. : 33 (0)1 39 65 01 06

Lien site Wikipédia Charles-Édouard Jeanneret-Gris dit Le Corbusier 1887-1965 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Corbusier

Classement monuments historique en 1964, du vivant de son auteur, fait assez rare.

Lien site Wikipédia La Villa Savoye : https://fr.wikipedia.org/wiki/Villa_Savoye

 

Voir aussi l'article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-villa-savoye-a-poissy-106782381.html

 

La Villa savoye le 10 juin 2012La Villa savoye le 10 juin 2012La Villa savoye le 10 juin 2012

La Villa savoye le 10 juin 2012

La Villa Savoye à Poissy sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO
Repost 0