Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 07:16

 

45ème Salon des artistes locaux :

 du 26 novembre au 17 décembre 2016

à

 La Graineterie de Houilles

Les Ecuries, à gauche et au centre et la Verrière, à droiteLes Ecuries, à gauche et au centre et la Verrière, à droiteLes Ecuries, à gauche et au centre et la Verrière, à droite

Les Ecuries, à gauche et au centre et la Verrière, à droite

Cette année, 92 artistes exposent 180 oeuvres composées de peintures ou art graphique, sculptures ou oeuvres modelées et photographies noir et blanc ou couleurs.

Quelques images du 45ème Salon des artistes locaux de Houilles à la Graineterie :

Bonne visite !

Les Ecuries

Les Ecuries

Sculptures avec différents matériaux

Sculptures avec différents matériaux

Les oeuvres des artistes : terres patinées

Les oeuvres des artistes : terres patinées

Peintures : huiles, pastels, acryliques et aquarelles

Peintures : huiles, pastels, acryliques et aquarelles

Epreuves photographiques

Epreuves photographiques

Les oeuvres des artistes exposées

Les oeuvres des artistes exposées

Exposition du Collectif d'Achères, Association HR Ombres et Lumières au Grenier situé au deuxième étage

Les oeuvres du Collectif d'Achères exposées au Grenier de la Graineterie (2ème étage)

Les oeuvres du Collectif d'Achères exposées au Grenier de la Graineterie (2ème étage)

Contexte : chacun ébauche un univers artistique singulier. Ensemble, ils le partagent. De plus en plus d’artistes locaux se réunissent en collectifs, dynamisant ainsi de maintes façons nos territoires. Invitant chaque saison un collectif local à investir la Salle du Grenier, cette exposition valorise les synergies artistiques de proximité au travers d’une proposition atypique. 

Les artistes du collectif présents dans l'exposition : Patricia Arnoult-Brohan, Patricia Beltzer, Jocelyne Chevallier-Boffety, Max Claver, Georges Falempin, Rotraut Kuhle, Isabelle Laronze, Danielle Lecrivain, Georges Marchand, Renate Marque, Alain Maton, Mado Morez, Yannick Palain, Denise Perot, Christine Regnier, Odile Ricardo Boyer, Cécile Roy, Annie Walkowiak, Josy Zermano 

Les prix de l'exposition : sources La Graineterie ville de Houilles

Palmarès 2016 du 43ème Salon des artistes locaux :

Prix du public :

1er prix du public toute catégorie :
Benoît ThopprieuxMatin de banlieue , huile

2éme Prix du public – sculpture – ex aequo :
Laurence GoudeauCouple , terre cuite
Gilles GrupeLe gardien , céramique murale

2ème Prix du public - œuvre picturale :
Véronique Derrien, Primavera , acrylique

2éme Prix du public - photographie :
Joris Pouquet-Villa, Sérénité , photographie

Prix des enfants :
Marcel FuricBarnum circus , reliques, assemblage

Prix de la ville
Josette RochFemme potelée , terre cuite.

 

Bravo aux artistes !!

 

 

45ème Salon des artistes locaux de Houilles à la Graineterie :

 du 26 novembre au 17 décembre 2016

Mardi, jeudi et vendredi de 15 à 18 heures,

Mercredi et samedi de 10 à 13 heures et de 15 à 18 heures

Remise du prix du public : le samedi 17 décembre à partir de 17 H 30

 

La Graineterie, Pôle culturel et centre d'art de la ville de Houilles :

27, rue Gabriel Péri 78800 HOUILLES Entre libre

Tél. : 01 39 15 92 10 Site lien  : http://lagraineterie.ville-houilles.fr

Messagerie lien direct : pole.culturel@ville-houilles.fr

Le collectif d'Achères :  Association H.R. Ombres et Lumières

28, rue Georges-Bourgoin 78260 Achères

Facebook : HR Ombres & Lumières

Bonne visite !

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Expositions
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 16:22
Carnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin

 

Voici mon dernier carnet de voyage aquarelles à Berlin en 35 pages :

Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin
Carnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à BerlinCarnet de voyage aquarelles 2016 à Berlin

 

Bon voyage graphique !

Voir aussi article notre jour à Berlin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/11/un-sejour-a-berlin-en-novembre.html

En merci à nos guides Isabelle et Nicole !

 

 

Repost 0
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 06:29
Téléthon 2016 Parc Charles de Gaulle : Houilles vu du ciel

Le samedi 3 décembre  : les pompiers de Houilles proposent une montée dans la nacelle de leur magnifique véhicule pour cette 30ème édition du Téléthon 2016.

Une vue magnifique sur le centre ville de la ville de Houilles.

Bonne visite  !

Téléthon 2016 Parc Charles de Gaulle : Houilles vu du cielTéléthon 2016 Parc Charles de Gaulle : Houilles vu du cielTéléthon 2016 Parc Charles de Gaulle : Houilles vu du ciel
Le véhicule des pompiers de Houilles et leur engagement au Téléthon 2016Le véhicule des pompiers de Houilles et leur engagement au Téléthon 2016Le véhicule des pompiers de Houilles et leur engagement au Téléthon 2016

Le véhicule des pompiers de Houilles et leur engagement au Téléthon 2016

La Défense vue de Houilles

La Défense vue de Houilles

Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles
Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles

Les environs de la mairie et du marché couvert de Houilles

Le ginkgo biloba avait moins fière allure ce jour

Le ginkgo biloba avait moins fière allure ce jour

Merci au pompiers bénévoles de Houilles toujours présents aux manifestations associatives.

Cette année notre club de randonnée ovillois proposait des initiations à la marche nordique dans le parc municipal Charles de Gaulle.

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine des Yvelines
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 23:28

 

Un séjour à Berlin du 18 au 20 novembre 2016

 

 

 

Un séjour à Berlin en novembre 2016
Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016

Berlin et son histoire :

Berlin est la plus grande ville et la capitale de l'Allemagne

Située dans le nord-est du pays, elle forme un État fédéré à part entière et compte environ 3,5 millions d'habitants. Ses habitants s'appellent les Berlinois. Berlin est la deuxième ville et la septième la plus peuplée de l'Union européenne.L'agglomération de Berlin s'étend sur 3 734 km2 et compte 4,4 millions d'habitants, et la région métropolitaine de Berlin-Brandebourg qui cumule les Länder de Berlin et de Brandebourg regroupe au total près de 6 millions d'habitants.

Fondé au XIIIème siècle, Berlin a été successivement capitale du royaume de Prusse de 1707 à 1871, de l'empire allemand de 1871 à 1918, de la république de Weimar de 1919 à 1933 et du Troisième Reich de 1933 à 1945.

Après 1945 et jusqu'à la chute du Mur de Berlin en 1989, la ville est partagée en quatre secteur d'occupation. Pendant la  Guerre froide, le secteur soviétique de la ville, nommé Berlin-Est est devenu la capitale de la République démocratique allemande (R.D.A.), pendant que  Berlin-Ouest était politiquement rattachée à la République fédérale d'Allemagne (R.F.A.)  devenant ainsi un bastion avancé du "Monde libre" à l'intérieur du Bloc communiste.

Après la chute du mur, Berlin redevint, en 1991, la capitale de l'Allemagne alors réunifiée, et les principales institutions fédérales y emménagèrent en 1999.

Berlin est une ville culturelle et artistique de premier plan. La ville abrite en effet 166 musées, 142 bibliothèques et 60 théâtres.

En 2014, Berlin a accueilli 11,8 millions de visiteurs, dont 4,5 millions de visiteurs étrangers.

La population de Berlin comptait en 2014 :  3 469 849 habitants, dont 2 988 824 habitants de nationalité allemande, 98 659 habitants d'origine turque et 53 304 habitants d'origine polonaise. Beaucoup d'autres nationalités se côtoient dans la capitale ( italienne, bulgare, serbe, kosovares, russe, française : 17.644, américaine, vietnamienne, espagnole, roumaine, britannique...)

La superficie de Berlin est de 891. 85 ha soit 891,85 km2. Par comparaison, celle de Paris est de 105,4 km², soit 8,5 moins grande.

 

 

La Porte de Brandebourg Brandenburger Tor :

La porte de Brandebourg est un monument emblématique de Berlin – un point de repère et un symbole -, avec son histoire vieille de plus de deux cents ans. Autrefois symbole de la ville divisée, elle attirait les visiteurs qui se juchaient sur la plateforme d’observation pour jeter un coup d’œil de l’autre côté du rideau de fer, par delà le no-man’s land qui séparait géographiquement et politiquement l’Est et l’Ouest de Berlin. C’est de cet endroit que, le 12 juin 1987, Ronald Reagan lança cette injonction sévère à l’adresse de son adversaire de la Guerre froide, l’admonestant en ces termes : “M. Gorbatchev, abattez ce mur !” Le discours, prononcé pour les Berlinois de l’Ouest, était audible de l’autre côté de la porte de Brandebourg et faisait écho aux paroles fortes du président von Weizsacker: "La question allemande restera ouverte tant que la porte de Brandebourg restera fermée"

La porte d'entrée, érigée d'après les plans de Carl Gotthard Langhans entre 1788 et 1791, rappelle le Propylée de l'Acropole d'Athènes. Des deux côtés, six colonnes doriques soutiennent le chevêtre de onze mètres divisé par cinq passages.

En 1793, elle fut couronnée par le quadrige conçu par Johann Gottfried Schadow et qui pointe vers l'Est, direction centre-ville. Le Sénat berlinois a décidé en octobre 2002 que la Porte de Brandebourg serait fermée au trafic automobile, aux bus et aux taxis.

La Porte de Brandebourg Brandenburger Tor, symbole de la ville de Berlin

La Porte de Brandebourg Brandenburger Tor, symbole de la ville de Berlin

La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige
La Porte et son quadrige

La Porte et son quadrige

L'Ours, autre symbole de Berlin :

L'ours de Berlin, en allemand Berliner Bär, est le symbole de la ville de Berlin depuis le Moyen Age et figure sur ses armoiries et son drapeau.

Sceau de la ville de Berlin en 1280.

L'ours apparaît pour la première fois en 1280 sur un sceau de la ville de Berlin : deux spécimens encadrent le blason orné de l'aigle des comtes de Brandebourg

 

Un séjour à Berlin en novembre 2016
Les ours de Berlin

Les ours de Berlin

Un séjour à Berlin en novembre 2016

Les United Buddy Bears (ou Les Ours copains et unis ou encore L'Amicale des ours unis en français) constituent une vaste œuvre d’art internationale, créée par des artistes venus de plus de 140 pays. Ces ours, de deux mètres de haut chacun, sont les ambassadeurs d’une coexistence pacifique.

Les United Buddy Bears ont pour mission d’appeler à la tolérance et à l’entente entre les peuples, les cultures et les religions. Chacun d’entre eux représente l’un des pays reconnus par les Nations Unis et a été créé par un artiste en hommage à son pays d’origine. Les différents styles, propres aux artistes qui les ont composés, se combinent joyeusement pour former une vaste œuvre d’art.

Les artistes ont été choisis par les ambassadeurs ou par le ministère de la culture de leur pays. Ils sont pour la plupart venus à Berlin pour y créer leur ours dans un grand atelier et y apposer leur "patte" personnelle. C’est à un véritable tour du monde qu’est convié le visiteur grâce aux Buddy Bears, créations diverses aux couleurs de leur pays d’origine.

Les United Buddy Bear visitent leur ville natale



Après les deux premières expositions à Berlin en 2002 et en 2003, le cercle des United Buddy Bears a entamé sa première tournée mondiale en visitant six villes sur trois continents: Kitzbuehel, Hong Kong, Istanbul, Tokyo, Séoul et Sydney. Après plus de 50 000 milles marins, ce projet international est de retour à Berlin!

Le mur de Berlin : 13 août 1961 - 9 novembre 1989

Le street art du Mur

Le street art du Mur

Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989
Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute :  le 9 novembre 1989

Le Mur, sa construction le 13 août 1961, sa chute : le 9 novembre 1989

Le Musée du Mur de Berlin, Mauermuseum Haus am  Checkpoint Charlie :

Friedrichstrasse 43-45 10969 Berlin-Kreuzberg Tél. : (030) 25 37 25-0

Accès métro. ligne 6 :  Kochstrasse, ligne 2 : Stadtmitte, Autobus : M29

Accès : tous les jours de 9 à 22 heures

L'exposition présente l'histoire des deux parties de la ville, les contradictions qui les opposaient, mais aussi leurs points communs après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La présentation est toujours faite de contrastes : d'un côté les événements à Berlin-Ouest, de l'autre, la situation dans la partie Est aux mêmes dates pendant les différentes périodes : Berlin entièrement détruite, la reconstruction, le blocus de Berlin-Ouest et le Pont aérien, l'appel au monde d'Ernst Reuter 1948 : "Voyez cette ville et comprenez que vous ne devez pas et que vous ne pouvez pas abandonner cette ville et ce peuple".

Le 17 juin 1953: la population se soulève un peu partout en R.D.A., mais l'émeute est réprimée dans le sang par les blindés soviétiques. Les autres parties de l'exposition sont la construction, l'Accord quadripartie, la commémoration du 750ème anniversaire de la ville, la chute du Mur et la réunification de la ville.

Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint
Images d'époque : le Mur et le CheckPoint

Images d'époque : le Mur et le CheckPoint

Le Mur et le système de sécurisation de la frontière de la R.D.A. ceinturant toute la ville de Berlin-Ouest (Statut au 31 juillet 1989) :

Longueur de la ceinture entourant Berlin-Ouest : 155 kilomètres,

dont :

  • Longueur entre Berlin (Ouest) et Berlin (Est) : 43,1 kilomètres
  • Longueur entre Berlin (Ouest) et la RDA : 111,9 kilomètres,
  • Grille métallique : 66,5 kilomètres, Miradors : 302, Bunkers : 20, Pistes pour chiens 259, Fossés faisant obstacles aux véhicules : 105,5 kilomètres, Clôture électrique et signalisation : 127,5 kilomètres, Voie de signalisation entre colonnes : 124 kilomètres.
  • Dimensions de chaque segment du Mur,  Hauteur : 3,30 mètres, largeur : 1,20 mètres, Profondeur à la base : 2,10 mètres, Epaisseur du Mur : 0,2 mètres à la base : 0,1 mètre au sommet, Poids :  2,6 tonnes, matériau : béton armé haute densité.

Fuite réussies : 5075, dont soldats des forces armées : 574, Victimes : 456, Nombre total des victimes à la frontière de la R.D.A. (1948 - 1989), y compris à la frontière entre les deux Allemagnes, la mer Baltique et les autres Etats du bloc de l'Est : 1684.

 

Visite du musée "Story of Berlin" et de l'abri anti-atomique de Berlin : Der Bunker

Le Musée "The Story of Berlin" opte pour une approche ludique du passé de la ville.

"Eine stadt, Eine Geschichte, Eine Ausstellung" "Une ville, Une histoire, Une exposition"

Cette exposition interactive propose un voyage à travers plus de 800 ans d'histoire de la ville, avec 23 salles thématiques, dont chacune est arrangée individuellement et équipée avec des techniques multimédia actuelles.

Un aspect inhabituel de ce musée comporte la visite d'un abri antiatomique d'origine qui pourrait abriter 3.592 personnes encore aujourd'hui.

La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière
La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière

La visite du musée " The Story of Berlin" et du bunker antiatomique Atomschutzbunber par Laura, notre confétencière

Localisation du musée "The Story of Berlin"

Localisation du musée "The Story of Berlin"

Musée "The Story of Berlin" Info + reservierung Web lien : http://www.story-of-berlin.de

Mail : lien info@story-of-berlin.de  Tél. : +49 (30) 887 20 100 Fax. : +49 (30) 887 20 200

 

L'église Sainte-Marie St. Marien-Kirche : la dernière église des débuts de Berlin

 

L'église évangélique Sainte-Marie a été construite durant le premier agrandissement au Moyen-Age de Berlin, après 1250, comme une église communale pour la nouvelle ville.

A côté de la Nikolaikirche reconstruite, des ruines de la Franziskanerklosterkirche et de la chapelle du Heiliggeisthospital, c'est un témoignage architectural significatif du début de l'histoire de la ville. Unique parmi ces ouvrages, l'église Sainte-Marie est utilisée comme église conformément à sa destination initiale.

 

Cette église gothique à trois nefs, édifiée à la fin du XIVème siècle a été remodelée à l'époque baroque, Andreas Schülter devant donner le caractère d'une salle de prêche en intégrant la chaire. La symbolique de la salle gothique céda à des considérations fonctionnelles. Dans le sens d'un retour au gothique, Hermann Blankenstein ordonna finalement entre 1893 et 1894 de vastes travaux qui contribuèrent considérablement à donner à l'église son aspect actuel - par exemple la façade extérieure des bâtiments Sud, la galerie de l'orgue ou le parquet.

La chaire de St.Marienkirche, est l'oeuvre d'Andras Schüter 1703 et son buffet d'orgue de Johann Georg Glume 1723. Ce sont deux chefs-d'oeuvre du style baroque.

L'église est située au pied sud-ouest de la Tour de télévision, un repère facile à voir de loin, se visite t. les j. de 10 à 18 heures.

St. Marienkirche  - L'église Sainte-Marie

St. Marienkirche - L'église Sainte-Marie

La fontaine de Neptune : Neptunbrunnen

Située dans le quartier de Mitte

 Spandauer Str., 10178 Berlin, Allemagne
 
Cette fontaine est entourée de l'église Saint-Marie, de la tour de la télévision, de l'hôtel de ville et de deux statues de bronze représentant Marx et Engels. Elle est emblématique de la splendeur de l'ère wilhelminienne. Elle fut réalisée en 1891 par l'architecte Reinhold Begas. Guillaume II en fit cadeau à la ville par la suite. Le bassin est entouré de quatre nymphes symbolisant le Rhin, l'Elbe, l'Oder et la Vistule.
Elle et actuellement ceinturée de la patinoire du marché de Noël de Mitte.
La fontaine de Neptune, sources internet, cette dernière étant inaccessible avec le marché de Noël en installation
La fontaine de Neptune, sources internet, cette dernière étant inaccessible avec le marché de Noël en installation

La fontaine de Neptune, sources internet, cette dernière étant inaccessible avec le marché de Noël en installation

Unter der Linden :

De magnifiques bâtiments de l'ancien Berlin-Est longent cette majestueuse avenue qui mène à la Porte de Brandebourg.

Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016
La façade du Parlement Parlament

La façade du Parlement Parlament

 

Le Parlement berlinois :

La Chambre des Députés de Berlin est, au coeur de la ville, le lieu où sont prises les décisions les plus importantes des Berlinoises et des Berlinois

L'intérieur du Parlement de Berlin et les explications d'Isabelle, notre guide

L'intérieur du Parlement de Berlin et les explications d'Isabelle, notre guide

Le Bundestag et le Reichstag :

Construit entre 1884 et 1894 pour accueillir le Parlement de l'Empire fondé en 1871, le Reichtag est le symbole des vicissitudes de Berlin. Fantôme silencieux pendant près de soixante ans, il a retrouvé son rôle initial de Parlement depuis la réinstallation en 1999 des institutions gouvernementales de l'Allemagne à Berlin redevenue capitale en 1990.

L'édifice néobaroque fut dessiné par Paul Wallot et financé par les indemnités de guerre versées par la France après la défaite de 1870.

Audace et modernité :

Reconstruit entre 1957 et 1972, emballé par Christo en 1995, le bâtiment n'avait pas recouvré son dôme, perdu durant la guerre.L'architecte britannique Norman Foster le transforma entre 1995 et 1999, le dotant notamment d'une coupole vitrée qui illumine l'horizon berlinois. La salle plénière est éclairée par les 360 miroirs du cône inversé, placé au centre de la coupole.

 

Le Bundestag, à gauche et au centre Le Reichstag, et sa nouvelle coupole à droite :Le Bundestag, à gauche et au centre Le Reichstag, et sa nouvelle coupole à droite :Le Bundestag, à gauche et au centre Le Reichstag, et sa nouvelle coupole à droite :

Le Bundestag, à gauche et au centre Le Reichstag, et sa nouvelle coupole à droite :

 

Visite de Charlottenburg, son château : Schloss Charlottenburg

Charlottenburg est un quartier de la ville de Berlin. Il est situé dans l'arrondissement de Charlottenburg-Wilmersdorf  et célèbre pour son château. 

Résidence d'été des Hollenzollern, famille impériale qui régna du XIV au XIXème siècle sur le Brandebourg et la Prusse, le château de Charlottenburg compte parmi les plus beaux ensembles architecturaux de Berlin. Ses appartements baroques et rococo, entouré de jardins à l'anglaise et à la française, composent un cadre magnifique, doté de plusieurs musées particulièrement intéressants. Trois siècles d'histoire de la cour de Prusse.

Au cours des réformes administratives de 2001, Charlottenburg fusionna avec l'ancien district de Wilmerdorf, formant ainsi le quatrième des 12 nouveaux arrondissements (Bezirke) de la ville.

Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres
Le château de Charlottenburg et ses oeuvres

Le château de Charlottenburg et ses oeuvres

 

Le quartier Saint-Nicolas : Nikolaiviertel

Pour le 750ème anniversaire de Berlin en 1987, les autorités communistes restaurèrent le quartier Saint-Nicolas. Le résultat n'est pas toujours très convaincant, mais il n'est pas désagréable de flâner dans ces ruelles bordées d'anciennes maisons reconstruites à l'identique.

Le quartier de Saint-NicolasLe quartier de Saint-NicolasLe quartier de Saint-Nicolas

Le quartier de Saint-Nicolas

Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016

Un restaurant très agréable dans ce secteur calme. La verrière est magnifique ! Je n'ai pas trouvé le nom de l'artiste verrier créateur de cette merveille, malheureusement.

Marcellino Ristorante Trattoria italienne

Nikolaiviertel / Mitte Poststrasse 28 10178 Berlin Tél. 030/ 24 27 371

Restaurant "Marcellino Ristorante" du quartier Saint-Nicolas MitteRestaurant "Marcellino Ristorante" du quartier Saint-Nicolas MitteRestaurant "Marcellino Ristorante" du quartier Saint-Nicolas Mitte

Restaurant "Marcellino Ristorante" du quartier Saint-Nicolas Mitte

 

La Tour de télévision : Berliner Fernseturm

 

La Fernsehturm, la tour de télévision berlinoise, avec ses 368 mètres de hauteur, est la construction la plus haute, non seulement de la ville, mais aussi de toute l'Allemagne.

La visite de la tour est possible et son restaurant panoramique et tournant à plus de 200 mètres au dessus du niveau du sol est inoubliable ! A faire !

Les transports en commun de Berlin :

S-Bahn : RER berlinois

U-Bahn : Métro Berlinois

U-Bahn, S-Bahn, Tram et tandemU-Bahn, S-Bahn, Tram et tandemU-Bahn, S-Bahn, Tram et tandem
U-Bahn, S-Bahn, Tram et tandemU-Bahn, S-Bahn, Tram et tandemU-Bahn, S-Bahn, Tram et tandem

U-Bahn, S-Bahn, Tram et tandem

Tous les moyen de transports ne sont pas jaunes !

Tous les moyen de transports ne sont pas jaunes !

Et la populaire et mythique Trabant,1958 à 1991, appelée affectueusement Trabi par les berlinois.

L'entreprise d'État VEB Sachsenring Automobilwerk Zwickau, de RDA, fut constructeur des différents modèles de Trabant  :

  • La Trabant P50, premier modèle portant ce nom (produit entre 1958 et 1962) ;
  • La Trabant P60, remplaçante de la P50 (produite entre 1962 et 1965) ;
  • La Trabant 601, modèle emblématique de la marque (produit entre 1964 et 1990) ;
  • La Trabant 1.1, ultime voiture fabriquée par l'entreprise (produite entre 1990 et 1991). Caractéristiques : 700 kg, 125 km/h. L : 3,52 mètres, l : 1,53 mètres, h : 1,42 mètre Moteur à essence de 1 043 cm³, transmission aux roues avant.
     
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin
La Brabant à Berlin

La Brabant à Berlin

Le stade olympique de Berln -  Olympiastadion Berlin :

Ouverture en 1936. Architecte : Werner March

L'Allemagne nazie exploita les jeux olympiques de 1936 à des fins de propagande.

Actuellement, le stade olympique peut accueillir 74.475 spectateurs

Olympiastadion Berlin - Le stade olympique de Berlin

Olympiastadion Berlin - Le stade olympique de Berlin

Berliner Philarmonie Philarmonie de Berlin :

Herbert von Karayan strasse, S-bahn : Postadamer Platz

Berliner Philarmonie, vue extérieure de la grande salle d'auditorium

Berliner Philarmonie, vue extérieure de la grande salle d'auditorium

Le Zoo de Berlin

http://www.zoo-berlin.de/de

Couvrant une superficie de 35 hectares au sud du Grosser Tiergarten , il se trouve à proximité de la gare de Zoologicher Garten.

17.000 animaux ont présents représentant 1511 espèces différentes.

Ouverture du zoo : 1844

Une des entrées du jardin zoologique de Berlin : celle des éléphants

Une des entrées du jardin zoologique de Berlin : celle des éléphants

L'aquarium de Berlin : http://www.aquarium-berlin.de/de

Allez-vous être médusé ?

Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016
Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016
Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016
Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016Un séjour à Berlin en novembre 2016

Kaiser-Wilhelm-Gedächnis-kirsche Eglise du Souvenir :

Depuis 1943, l'église du Souvenir (1895) dresse vers le ciel un clocher mutilé, rappelant la violence des bombardements, dont plus d'un tiers des logements furent détruits.

La nuit, la tour-clocher et la nef de la  nouvelle église, construite en 1961, forment deux prismes de verre bleu éclairés de l'intérieur.

 

Rajouté le 20 décembre :

L'attentat du 19 décembre 2016 à fait 12 morts et 48 blessés sur le marché de Noël de l'église du Souvenir.

Une pensée émue aux familles touchées par cette monstruosité.

Nous étions sur place le 19 novembre dernier.

L'ancienne 'Eglise du Souvenir et son clocher mutilé durant la deuxième Guerre mondialeL'ancienne 'Eglise du Souvenir et son clocher mutilé durant la deuxième Guerre mondialeL'ancienne 'Eglise du Souvenir et son clocher mutilé durant la deuxième Guerre mondiale

L'ancienne 'Eglise du Souvenir et son clocher mutilé durant la deuxième Guerre mondiale

Kaiser-Wilhelm-Gedächnis-kirsche La nouvelle Eglise du Souvenir et ses verrières. Reconstruction en 1961Kaiser-Wilhelm-Gedächnis-kirsche La nouvelle Eglise du Souvenir et ses verrières. Reconstruction en 1961Kaiser-Wilhelm-Gedächnis-kirsche La nouvelle Eglise du Souvenir et ses verrières. Reconstruction en 1961

Kaiser-Wilhelm-Gedächnis-kirsche La nouvelle Eglise du Souvenir et ses verrières. Reconstruction en 1961

Siegessäule -  La Colonne de la Victoire :

Du haut de ses 59 mètres, la Colonne de la Victoire,1864- 1873 ornée des canons pris à l'ennemi, Goldelse veille sur le Tiergarten.

Parée d'or, immortalisée par Wim Wenders dans les "Ailes du Désir", elle commémore les victoires sur le Danemark en 1864, l'Autriche en 1866, et la France en 1871.

 

Du haut de son sommet, un magnifique panorama s'offre au visiteur.

Sources documentations et bibliographie : Musées de Berlin

Site Wikipédia lien  :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Berlin

Site Wikipédia Trabant lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trabant

Web durschsuchen Wikipédia Trabant :https://de.wikipedia.org/wiki/Trabant

Evangelische Kaiser-wilhelm-Gedächtnii-Kirchengemeinde Lietzenburger Strasse 39 10789 Berlin Telefon : (30) 218 50 23 Mail : info@gedaechtniskirche-berlin.de

Web : http://www.gedaechtniskirche-berlin.de

Berlin en 175 images du 18 au 20 novembre 2016 choisies parmi 3500 photographies.

 

Merci à Isabelle, Nicole et Laura, nos guides et conférencières.

Isabelle : site Berlin to day ! lien :   http://www.berlin-today.de

Nicole : site Berlin on the Go ! lien site :  http://www.berlinonthego.com

Messagerie lien :  NicoleGBryan@gmail.com

"The Story of Berlin" site lien : http://www.story-of-berlin.de

Messagerie Mail lien : info@story-of-berlin.de

Lien  web site conférencières :  https://www.tripadvisor.fr

 

Voir aussi Carnet de voyage aquarelles à Berlin : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/12/carnet-de-voyage-aquarelle-2016-a-berlin.html

 

Bonnes visites ! gut besucht !

 

Repost 0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 16:01

16 novembre 2016

Le Ginkgo biloba de la mairie de Houilles a revêtu son habit d'or et de lumière
Le ginkgo biloba ce jour
Le ginkgo biloba ce jour
Le ginkgo biloba ce jour
Le ginkgo biloba ce jour
Le ginkgo biloba ce jour

Le ginkgo biloba ce jour

La feuille bi-lobe (biloba) et les ovules mal odorantes à cette époqueLa feuille bi-lobe (biloba) et les ovules mal odorantes à cette époque

La feuille bi-lobe (biloba) et les ovules mal odorantes à cette époque

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 13:03
Exposition Sensations médiévales - créations "on aura tout vu" à la Tour Jean sans Peur

Les créateurs de mode "on aura tout vu" :

Héritiers d’une tradition européenne, les créations "on aura tout vu" reflètent le meilleur de l’innovation :  savoir-faire, design sophistiqué, matières précieuses, humour…
leurs artisans déploient un talent d’exception pour garantir des produits uniques dans les matières des plus nobles, luxueuses et étonnantes, ou le vrai et le faux se confondent.

Ces créateurs sont invités à la Tour sans Peur afin de faire découvrir au public leur merveilleuses créations.

L'exposition sous les combles de la tour

L'exposition sous les combles de la tour

Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"
Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"
Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"
Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"
Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"
Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"
Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"

Les créations de la maison de mode "on aura tout vu"

Exposition Sensations médiévales - créations "on aura tout vu" à la Tour Jean sans Peur :

 du  11 mai 2016 au 15 janvier 2017, du mercredi au dimanche de 13 H 30 à 18 h,

Fermeture de la tour les 24, 25, 31 décembre 2016 et 1er janvier 2017.

Visites guidées : samedi et dimanche à 15 heures, minimum 5 personnes.

Visite groupes : T les J. sur rendez-vous.

20, rue Etienne Marcel 75002 Paris. Métro. : Ligne N° 4, station Etienne Marcel, Bus : ligne 29, arrêt Turbigo-Etienne Marcel, RER A, B et D, station Les Halles.

Parking auto. : Les Halles-Nord et Saint-Eustache;

Tél. Tour Jean sans peur : 01 40 26 20 28 Site : tjsp@wanadoo.fr

Courriel : contact@tourjeansanspeur.com

Site internet lien direct :  http://www.tourjeansanspeur.com

Site du créateur de mode  "On aura tout vu" : http://onauratoutvu.com/home/

Adresse : 23, rue de Montpensier, 75001 Paris Tél. : 01 42 60 75 66
Points de vente du créateur de Mode : http://onauratoutvu.com/points-de-vente/

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 08:40

 

*****************************************************

Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832

Une visite au restaurant situé rue Montorgueil à Paris 1er arrondissement.

Un restaurant au décor Second Empire

 

Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832
Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832Restaurant L'Escargot Montorgueil 1832

Créé en 1832, ce bistrot allait vite jouir d'une belle réputation : à cette époque, on prêtait des vertus aphrodisiaques au mollusque qui sert d'enseigne. 

Mais ce n'est qu'à partir de 1919, quand cette table a été reprise par André Terrail, fondateur de la prestigieuse Tour d'Argent, que cette maison allait conquérir ses lettres de noblesse.

L'escargot Montorgueil : une restaurant historique à Paris. 

Séduits par son superbe décor second Empire, avec dans l'entrée le plafond peint par Clarin qui ornait la salle à manger, Sarah Bernhardt, Marcel Proust, Sacha Guitry, Salvator Dali et toutes les célébrités du vingtième siècle allaient devenir de fidèles habitués.

Images du restaurant Images du restaurant Images du restaurant
Images du restaurant Images du restaurant Images du restaurant

Images du restaurant

L'Escargot Montorgueil : 38, rue Montorgueil 75001 Paris Tél. : 01 42 36 83 51

Site lien :  https://www.escargotmontorgueil.com/

Métro RER Châtelet-les-Halles ou Etienne-Marcel

 

 

Plan d'accès au restaurant

Plan d'accès au restaurant

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 08:08
La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur

La Tour  Jean sans Peur

Une tour médiévale au cœur de Paris :

La Tour Jean sans Peur est le dernier vestige du palais des ducs de Bourgogne 1409-1411.

Elle est plus haute tour civile médiévale de la capitale  qui a conservé son escalier à vis, dont la voûte est un chef d'œuvre  de la sculpture flamboyante française.

La tourLa tourLa tour

La tour

Où se trouve la tour Jean sans Peur ?

Au centre du plan de Paris, l'emplacement de l'enceinte Philippe Auguste et la Tour Jean sans Peur

Au centre du plan de Paris, l'emplacement de l'enceinte Philippe Auguste et la Tour Jean sans Peur

La sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tourLa sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tour

La sculpture flamboyante de la voûte de l'escalier à vis de la tour

La Voûte et son histoire. Sources : Tour sans Peur

La Voûte et son histoire. Sources : Tour sans Peur

La voûte de l'escalier à vis : cette décoration est l'une des merveilles de la sculpture flamboyante française. Taillée dans le liais, une roche calcaire dure, elle était peinte à l'origine (voir l'image de droite).

 

Une exposition sur la Tour Saint-Jacques à Paris et son histoire

L'église Saint-Jacques et son clocher :

Peu avant 1119 est fondée la paroisse Saint-Jacques.

Bénéficiant de la grande activité suscitée par le trafic du Grand Pont et de la rue Saint-Denis, elle s'inscrit au coeur du quartier de la Grande Boucherie, qui donne son nom à l'église en 1259.

Au milieu du XIVème siècle, l'église s'agrandit.

La façade ouest est achevée en 1491, alors que les travaux du nouveau clocher débutent en 1509, pour s'achever en 1523.

Sa hauteur de 54 mètres jusqu'à la terrasse, et l'abondance de sa décoration sculptée expriment la puissance et la richesse de la paroisse. Le clocher témoigne de la persistance du style gothique à Paris. La complexité de sa décoration manifeste la somptuosité du gothique flamboyant, dans un enchevêtrement de gâbles, gargouilles, fleurons, pinacles. Des statues de saints agrémentent terrasse et flancs de l'édifice.

En 1797, l'église est mise en vente comme Bien National et détruite. Le clocher échappe par miracle à la destruction; mais devient tour orpheline, au milieu d'un terrain vague vite occupé par un bazar à fripes, puis un marché en dur. La tour est convertie en fabrique de plombs de chasse  " à l'anglaise.

Fondu au sommet, le plomb en fusion s'écoule en gouttelettes vers un bassin d'eau situé au rez-de-chaussée. La conversion de la tour n'est pas sans dommage. Les voûtes et planchers intermédiaires sont supprimés, les parois rapidement enfumées.

Ce sanctuaire a été le point de rassemblement et de départ sur la via Turonensis (ou voie de Tours) du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. La statue de Blaise Pascal, installée à la base de la tour, rappelle qu'il renouvela ici ses expériences barométriques du Puy-de-Dôme. Une statue de Saint Jacques-le-Majeur surmonte, à l'angle nord-ouest, la plate-forme sur laquelle est installée une petite station météorologique depuis 1891. Elle dépend de l'Observatoire de Montsouris. Les symboles sculptés des quatre évangélistes, le lion, le taureau, l'aigle et l'homme, apparaissent dans les angles du sommet de la tour. Ces statues ont été restaurées au siècle dernier, à l'instar des gargouilles et des dix-huit statues des saints qui décorent les parois de la tour.

Voir article les gargouilles de la tour Saint-Jacques : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-gargouilles-de-la-tour-saint-jacques-a-paris-120184472.html

 

Au fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historiqueAu fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historiqueAu fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historique

Au fil de l'exposition sur la tour Saint-Jacques et son historique

Les expositions en étage :

mi-étage de la tour

"Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

 

 

"l'Homme aux 753 chapeaux"  tissu en feutre de bièvre (castor)

 

 

Les chapeaux du duc

Les chapeaux du duc

Philippe II de Bourgogne dit "Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

Philippe II de Bourgogne dit "Philippe le Hardi", duc de Bourgogne

Philippe II de Bourgogne (1342-1404), dit « Philippe le Hardi »

A noter, plusieurs personnages historiques ont porté le nom de ¨Philippe le Hardi :

  • Philippe le Hardi, roi de France, surnom de Philippe III de France (1245-1285), fils de Saint-Louis
  • Philippe le Hardi, duc de Bourgogne surnom de Philippe II de Bourgogne (1342-1404).

 

La pièce de la tour nommée étude :

Au centre, la chaire de Jean sans Peur, à gauche une création de "on aura tout cu"

Au centre, la chaire de Jean sans Peur, à gauche une création de "on aura tout cu"

Jean sans Peur en chaire Jean sans Peur en chaire

Cette salle, nommé étude, fit office de bureau et de salle de réception privée du duc Jean entre 1411 et 1413

L'exposition La mode au Moyen-Âge :

 

La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur
Détails de vêtements au Moyen-Âge

Détails de vêtements au Moyen-Âge

L'exposition sous les combles de la Tour :

 

Reconstitution d'une taillerie princière :

La mode au Moyen-Age : une exposition à la Tour Jean sans Peur
Les métiers de la mode. Rangement et nettoyage des vêtements

Les métiers de la mode. Rangement et nettoyage des vêtements

Et les restes de l'enceinte Philippe Auguste visibles dans le sous-sol de la tour.

Nous nous situons dans la partie nord de cette enceinte, près de l'ancienne Porte Saint-Denis.

 

 

Commissaire de l'exposition : Lydia Kamitsis, historienne de la mode

 

 

Exposition : du  11 mai 2016 au 15 janvier 2017, du mercredi au dimanche de 13 H 30 à 18 h,

Fermeture de la tour les 24, 25, 31 décembre 2016 et 1er janvier 2017.

Visites guidées : samedi et dimanche à 15 heures, minimum 5 personnes.

Visite groupes : T les J. sur rendez-vous.

20, rue Etienne Marcel 75002 Paris. Métro. : Ligne N° 4, station Etienne Marcel, Bus : ligne 29, arrêt Turbigo-Etienne Marcel, RER A, B et D, station Les Halles.

Parking auto. : Les Halles-Nord et Saint-Eustache;

Tél. Tour Jean sans peur : 01 40 26 20 28 Site : tjsp@wanadoo.fr

Courriel : contact@tourjeansanspeur.com

Site internet lien direct :  http://www.tourjeansanspeur.com

 

Sources / documentation : Tour Jean sans Peur, Tour Saint-Jacques, Enceinte Philippe Auguste différents sites et blog perso.

Site Wikipédia Jean 1er de Bourgogne dit "Jean sans Peur" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ier_de_Bourgogne

Site de la Tour Saint-Jacques :  Paris 1900 http://paris1900.lartnouveau.com/paris04/tour_st_jacques.htm

Site Wikipédia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_Saint-Jacques

Voir aussi Lien blog L'enceinte Philippe Auguste à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-l-enceinte-philippe-auguste-a-paris-125011327.html

Voir aussi Lien article : L'arche muraille Philippe Auguste à Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/01/l-arche-muraille-philippe-auguste-a-paris.html

 

Bonne visite jusqu'au 15 janvier !

Merci à Agnès de la T.J.S.P. pour tous ses précieux renseignements fournis.

 

Plan de la tour Jean sans Peur et ses environs

Plan de la tour Jean sans Peur et ses environs

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 17:41
Paysages d'automne en région parisienne

 

L'automne :
 
Voilà les feuilles sans sève
Qui tombent sur le gazon
Voilà le vent qui s'élève
Et gémit dans le vallon
Voilà l'errante hirondelle
Qui rase du bout de l'aile
L'eau dormante des marais
Voilà l'enfant des chaumières
Qui glane sur les bruyères
Le bois tombé des forêts
L'onde n'a plus le murmure
Dont elle enchantait les bois
Sous des rameaux sans verdure
Les oiseaux n'ont plus de voix
Le soir est près de l'aurore
L'astre à peine vient d'éclore
Qu'il va terminer son tour
Il jette par intervalle
Une heure de clarté pâle
Qu'on appelle encore un jour.
 
Alphonse de Lamartine
 
"Harmonies poétiques et religieuses" 1830
Paysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisienne
Paysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisienne
Paysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisienne
Paysages d'automne en région parisiennePaysages d'automne en région parisienne
Paysages d'automne en région parisienne
Paysages d'automne en région parisienne
Repost 0
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 20:06
Une visite à Saint-Germain-en-Laye
Une visite à Saint-Germain-en-Laye
Une visite à Saint-Germain-en-Laye

Dix siècles d'histoire :

Bien que les premières traces d'habitation datent du VIIème siècle, on s'accorde à reconnaître que les origines de Saint-Germain-en-Laye remontent au début du XIème siècle lorsque le roi Robert II le Pieux, qui aimait chasser dans la forêt de Laye, fit construire un monastère à l'emplacement de l'actuelle église Saint-Germain.

 

La ville de Saint-Germain-en-Laye a vu son histoire liée à la présence de son château qui fut une résidence régulière des rois de France dont l'importance diminua néanmoins par suite de l'installation de Louis XIV à Versailles, et à la forêt, ancien domaine de chasse royal. Au début du XXIe siècle, elle est le siège d'une sous-préfecture des Yvelines et est devenue une ville résidentielle recherchée, au caractère international marqué.

Une visite à Saint-Germain-en-LayeUne visite à Saint-Germain-en-Laye

Le domaine national de Saint-Germain-en-Laye :

Les constructions du XVIème siècle :

Le Domaine National de Saint-Germain-en-Laye, résidence royale à partir du XIIème siècle, s'étend sur 45 hectares.

Le château médiéval réaménagé pour Saint-Louis qui fit ériger la chapelle, puis sous Charles V, fut presque entièrement reconstruit pour François 1er à partir de 1539, sous la direction de Pierre Chambiges, Le gros œuvre était achevé à la mort du roi en1547.

Dix ans plus tard, Henri II demanda à Philibert de l'Orme de construire à proximité un édifice qui, à la suite de transformations et d'embellissements successif sous Charles IX et surtout sous Henri IV, devint le "Château Neuf", résidence principale, tandis que le "Château Vieux" abritait les Enfants de France. En même temps, d'immense jardins en terrasse , à l'instar des jardins italiens, furent aménagés par Claude Mollet sous la direction d'Etienne du Pérac. Leur célébrité venaient des automates hydrauliques installés par Thomas Francini dans leur grottes de rocaille.

Les aménagements de Louis XIV :

Le "Château Neuf", délaissé pendant la Fronde,fut victime de sa situation dominante et se dégrada rapidement à cause de la fragilité du sol.

En 1660, un éboulement détruisit en partie les terrasses supérieures, l'escalier en demi-cercle, et les grottes attenantes.

C'est alors que Louis XIV décida d'importantes modifications dans le domaine :

  • Les jardins furent entièrement remodelés entre 1669 et 1673 par Le Nôtre qui créa le Boulingrin, le Grand Parterre, les Broderies et établit la Grande Terrasse qui s'étend sur 2,4 kilomètres jusqu'au château du Val,
  • Jules Hardouin-Mansart chercha à régulariser le Château Vieux en chemisant chacun des cinq angles d'un énorme pavillon. Le côté sud et la chapelle furent aussi modifiés.

Le château du Val :

Situé à l'extrémité nord de la Grande Terrasse, le château du Val était à l'origine une maison de chasse construite par l'architecte Jules Hardouin-Mansart pour le roi Louis XIV sur l'emplacement d'un ancien rendez-vous de chasse de Louis XIII.

Le château du Val, images actuelle et vers 1900. Dans la cour du château, le buste de Louis XIV
Le château du Val, images actuelle et vers 1900. Dans la cour du château, le buste de Louis XIV

Le château du Val, images actuelle et vers 1900. Dans la cour du château, le buste de Louis XIV

Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville
Images et détails de la ville

Images et détails de la ville

Le château de Saint-Germain-en-Laye aux façades récemment rénovéesLe château de Saint-Germain-en-Laye aux façades récemment rénovées

Le château de Saint-Germain-en-Laye aux façades récemment rénovées

Le Château-Vieux :

Il fut construit à la demande de François 1er, par Pierre Chambiges, qui utilisa les fondations, de forme pentagonale, d'un château fort bâti au XIVème siècle par Charles V, Chambiges y incorpora la chapelle édifiée par Saint-Louis en 1238. François 1er et les rois qui lui succédèrent y firent de nombreux séjours. Louis XIV, né le 5 septembre 1638 au Château-Neuf, dont il ne reste que quelques vestiges, établit sa résidence à Saint-Germain-en-Laye de 1666 à 1682. Saint-Germain-en-Laye devint alors, de fait, le siège du gouvernement du royaume. La configuration générale du centre-ville date de cette époque. Napoléon III fit restaurer le Château-Vieux par Eugène Millet, qui détruisit notamment des pavillons ajoutés sous Louis XIV. L'Empereur y installa e, 1867 le "Musée d'Antiquités Celtiques et Gallo-Romaines".

Le Musée d'Archéologie retracent, sur près d'un million d'années, la vie des hommes en France depuis les origines jusqu'au Moyen Age. aujourd'hui, le musée renferme la plus grande collection d'art préhistorique au monde et l'une des plus riches collections archéologiques d'Europe. En tout, près de 30.000 objets sont exposés, dont la célèbre "Dame de Brassempouy", Landes.

L'église Saint-Germain :

 

l'édifice actuel fut consacré en 1827.

Comme les deux précédents, il fut construit sur l'emplacement du petit prieuré, placé sous l'évocation de Saint-Germain et de Saint-Vincent, auquel Saint-Germain-en-Laye doit sa naissance au début du XIème siècle. De son péristyle, on domine un vaste espace dégagé, s'étendant depuis le parterre du château jusqu'au Jardin des Arts, où se trouve le très moderne théâtre municipal Alexandre Dumas.

La place du Marché Neuf :

La place du Marché Neuf, carnet de voyage de Fordan, dessin en préparation de ses aquarelles

La place du Marché Neuf, carnet de voyage de Fordan, dessin en préparation de ses aquarelles

La place du Marché neuf , la Poste et ses arcades :

Cet endroit initialement situé entre leru de Buzot et la forêt de Saint-Germain-en-Laye était le cimetière de la ville, le centre de Saint-Germain-en-Laye étant alors situé autour du château.

Jusqu'en 1763, l’hospice, situé dans l'actuelle rue de Poissy, avait reçu du roi Louis XIV l'autorisation d'exploiter une halle servant de marché à ciel ouvert, situé juste à côté du cimetière de la ville.
En 1771, un premier bâtiment, la halle aux blés et aux farines, est construit.
La place marché neuf fut créé en 1776, sur l'emplacement de ce cimetière qui avait été transféré en raison de l'extension de la ville et pour des raisons d'hygiène, pour devenir la nouvelle place du marché, en remplacement de l'ancien marché, le vieux marché, alors situé au carrefour Cadran correspondant au croisement des actuelles rue au Pain, rue de paris et rue du Vieux-Marché.

Au début du XIXe siècle, les maisons entourant la place sont construites en 1820, les arcades viennent agrémenter l'ensemble.

En 1911, le bâtiment des postes et télécommunications est construit sur l'emplacement de la halle aux blés et farines.

 

Une visite à Saint-Germain-en-LayeUne visite à Saint-Germain-en-LayeUne visite à Saint-Germain-en-Laye

La Maison natale de Claude Debussy : le musée consacré au compositeur

Cette maison est le premier espace d'exposition permanente consacré à Claude Debussy (1862-1918), l'un des plus grands compositeurs français dont l'oeuvre novatrice marque une étape essentielle dans l'histoire de la musique? En sa maison natale, présentation d'objets personnels et de documents iconographiques relatant sa vie, son oeuvre et ses affinités artistiques; évocation des grandes tendance, Pierre Le Muets de l'époque, saison musicale, exposition temporaires, ateliers pédagogiques.

Cette maison du XVIIème siècle fut surélevée d'un étage au XVIIIème siècle.

Comme beaucoup de maisons modestes du centre-ville, ce bâtiment est issu d'un plan type de l'architecte du roi, Pierre Le Muet (1591 - 1669) : 2 corps de bâtiments séparés par une cour avec une façade sur rue très étroite. La cour contient un puits. Un magnifique escalier en bois conduit aux étages de la maison natale de Claude Debussy, qui naquit dans cette maison en 1862.

Le Musée Départemental Maurice Denis Le Prieuré :

2, bis rue Maurice Denis Tél. : 01 39 73 77 87

Le musée départemental Maurice Denis-Le Prieuré, installé dans l'ancienne demeure de l'artiste du même nom (1870-1943), réunit autour du peintre théoricien du groupe des nabis, une collection d'oeuvres d'artistes symbolistes, post-impressionnistes et de l'Ecole de Pont-Aven. Il et ainsi possible de découvrir les peintures de Maurice Denis; entourées d'oeuvres de Paul Gauguin, d'Emile Bernard, de Paul Sérusier, de Pierre Bonnard, d'Edouard Vuillard, de Paul-Elie Ranson et bien d'autres artistes.

La forêt de Saint-Germain :

3 532 hectares font de la forêt de Saint-Germain le deuxième massif forestier des Yvelines après la forêt de Rambouillet (12 900 hectares).

Une grande variété d’essences s’y trouvent représentées : chêne rouvre (53%), hêtre (18%), planté abondamment entre 1890 et 1950, charme (8%), pin sylvestre et noir d’Autriche (12%) et érable, frêne, merisier, sorbier, bouleau, tremble, alisier, châtaignier.

Les points d’eau de la forêt : la Mare aux Canes sur la Route du Houx, l’étoile du Loup, l’Étang du Corra,  sur la Route de Conflans.

La forêt domaniale de Saint-Germain-en-Laye Site et lien : http://www.saintgermainenlaye.fr/decouvrir-la-ville/richesses-et-patrimoine/foret-domaniale/

Le pavillon de la Chasse : site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pavillon_de_la_Muette

Site officiel du Pavillon de la Muette : http://www.pavillondelamuette.fr/

Article blog Le Pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/04/le-pavillon-de-la-muette-de-l-architecte-ange-jacques-gabriel.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/07/le-pavillon-de-la-muette-en-foret-de-saint-germain-ouvert-au-public-en-aout.html

 

 

L'office de Tourisme de Saint-Germain-en-Laye :

38, rue au Pain Tél. : 01 30 87 20 63

Courriel : info@saintgermainenlaye-tourisme.fr Site internet : http://www.saintgermainenlaye-tourisme.fr

Site Wikipédia Saint-Germain-en-Laye lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Germain-en-Laye

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine des Yvelines
commenter cet article
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 09:58
L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville

Une visite de l'abbaye royale de Chaalis, le 30 octobre 2016.

L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'HermenonvilleL'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville

Historique de l'abbaye royale :

L’abbaye royale de Chaalis est une ancienne abbaye cistercienne située à Fontaine-Chaalis au centre de la forêt d'Ermenonville face à la Mer de sable, à environ quarante kilomètres au nord-est de Paris.

Une grande abbaye cistercienne du XIIème siècle

Elle est fondée en 1136 par le roi de France Louis VI et confiée aux moines de l'abbaye de Pontigny Une abbatiale de grande dimension est construite au début du XIIIème siècle. et bénéficie de dons considérables et de faveurs. L'abbaye devient un centre économique et intellectuel important, accueillant à plusieurs reprises les rois de France et comptant plusieurs intellectuels parmi ses membres. Elle possède par ailleurs un très grand nombre de dépendances sous la forme de granges monastiques qui contribuent à lui assurer des revenus colossaux. Après une période de déclin à la fin du Moyen Âge, l'abbaye connaît une période de renaissance artistique avec ses premiers abbés commendataires venus d'Italie.Hippolyte d'Este  fait ainsi venir des artistes tels que Sebastiano Serlioo ou Le Primatice.

Au XVIIIème siècle, de nouveaux bâtiments sont construits par l'architecte Jean Aubert, sans jamais être achevés.

À la suite de sa vente comme bien national pendant la Révolution et de la destruction de l'abbatiale, le domaine est transformé au XIXème siècle résidence de chasse. Nélie Jacquemart, grande collectionneuse et dernière propriétaire du domaine, le lègue à l'Institut de France avec les œuvres d'art qui y sont conservées..

 

A gauche, la chapelle Sainte-Marie

 

La chapelle Sainte-Marie :

Chapelle du XIIIème siècle et ses fresques de Primatice du XVIème siècle

 

Cette chapelle fut construite sous le règne de Saint-Louis, vers 1255-1260.

Elle présente des similitudes avec des édifices parisiens disparus, le trésor de la Sainte-Chapelle du Palais et la chapelle de la Vierge à Saint-Germain-des-Prés.

La chapelle Sainte-Marie, dite aussi "du Roi" ou "de l'Abbé" échappa aux destructions de la fin  du XVIIIème siècle et fut restaurée par l'architecte Corroyer à l'initiative de Madame de Vatry.

Le tombeau de Nélie Jacquemart-André :

Conformément à ses dernières volontés, Madame André fut inhumée en 1912 dans la chapelle, à droite de l'autel. Louis Gillet avait prévu, dès 1914, de placer sur la tombe "un pastiche de la Renaissance" avec un médaillon et des pilastres. L'Institut de France choisit toutefois de commander au sculpteur Denys Puech une figure de bronze, mise en place en octobre 1925, représentant Nélie allongée et tenant sa palette de peintre.

L'Annonciation

L'Annonciation

L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'HermenonvilleL'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville

Primatice et Serlio : deux artistes italiens au service de Chaalis

Les personnages du voûtain de la chapelle Sainte-Marie :

 

1 Saint-Grégoire        A Trente denier de Judas

2 Saint-Augustin         B Lance

3 Saint-Jude Thadée  C Marteau

4 Saint-Barthélemy     D Voile de Véronique

5 Saint-Mathias           E Couronne d'épines

6 Saint-Thomas          F Perche et éponge

7 Saint-Jérôme           G Fouet

8 Saint-Ambroise        H Colonne aux outragesPrimatice

9 Saint-Matthieu         I Croix

10 Sain-Luc                J Clous

11 Saint-Philippe

12 Saint-Simon

13 Saint-Jacques-le Majeur

14 Saint-Jacques-le Mineur

15 Saint-Jean-l'Evangéliste

16 Saint-Marc

17 Saint-André

18 Saint-Pierre

 

 

 

 

 

Primatice, autoportrait Florence Musée des Offices

Le grand artiste bolonais Primatice, qui travaille alors à décorer le palais de Fontainebleau, donne des dessins pour l'ensemble des compositions et semble-t-il, intervient personnellement sur le chantier. l'influence de Michel-Ange et de Raphael est sensible dans cet ensemble de fresques qui développe le thème du Christ rédempteur, né de la Vierge Marie, patronne de l'abbaye de Chaalis.

Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie
Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie

Les gargouilles de la chapelle Saint-Marie

Nélie Jacquemart-André et ses musées :

Nélie Jacquemart-André Autoportrait, 1880 Voir lien Musée Jacquemart -André à Paris
Musée Jacquemart-André de Paris.

La demeure d'une grande collectionneuse/

Nélie Jacquemart, veuve du banquier Edouard André, mécère et grand amateur, acheta en 1902 le domaine de Chaalis

Nélie a 70 ans lorsqu'elle meurt à Paris le 15 mai 1912 à Paris dans son hôtel particulier situé au 158, boulevard Haussmann  Ses obsèques ont lieu le samedi 18 à l'église Saint-Philippe du Roule.

 Comme convenu avec son mari, et comme l'avait fait lle duc d'Aumale qui la reçue à Chantilly, selon le témoignage d'Edmond de Goncourt, elle lègue tous ses biens à l'Institut de France. Un an plus tard, les deux musées parisiens et de Chaalis ouvrent au public.

 

L'église et ses restes :

Plan de l'église

Plan de l'église

Les ruines de l'église abbatiale de Chaalis sont suffisamment importantes pour se rendre compte de sa grandeur d'origine :

Longueur, porche compris : 90 mètres,

Largeur avec nef et bas-côtés : 20 mètres,

Hauteur sous voûtes : 20 mètres.

L'iconographie est malheureusement rare, et seules quelques descriptions permettent de connaitre ses dimensions d'origine.

Image de l'église abbatialeImage de l'église abbatialeImage de l'église abbatiale

Image de l'église abbatiale

L'image çi-dessus montre la taille d'origine de l'église abbatiale.

L'image çi-dessus montre la taille d'origine de l'église abbatiale.

L'église abbatiale :

Une première église est construite sur le site au milieu du XIIème siècle, sans qu'il reste de trace aujourd'hui. L'abbé Guillaume de Dongeon est probablement à l'nitiative de la construction d'une nouvelle abbatiale, peu de temps après son départ à Bourges en 1199.

En 1202, un nouveau bâtiment de style gothique et en chantier, sous la houlette de l'abbé Adam, son successeur. Avec ses 82 mètres de long et 40 mètres de large, elle est jusqu'à sa destruction, l'une des plus grandes églises cisterciennes du royaume. Elle est consacrée le  octobre 1219 par frère Folquet de Marseille, évêque de Toulouse et frère Guérin, évêque de Senlis et chancelier de Philippe-Auguste. Plusieurs évêques de Senlis ont été auparavent abbés de Chaalis. 17 d'entre eux sont par la suite enterrés dans le choeur de l'abbatiale, dont Guérin, lui-même.

Louis IX de France vient régulièrement à Chaalis, où il vient partager la vie des moines et donne à l'abbaye en 1262, les reliques d'un compagnon de Saint-Maurice ainsi que celles de Sainte-Berge. En 1378, Charles V y séjourne en compagnie de son bibliothécaire Gilles Mallet. Il fait réaliser à ses frais les travaux de réfection et de fortification afin de protéger les bâtiments des combats de la Guerre de Cent ans.

Au milieu du XVIème siècle, les moines sont au nombre de 44

Le Château-musée : Une collection de plus de 4.000 objets d'art

Vendu comme « bien national » à la Révolution, le domaine est restauré dans la seconde partie du XIXe siècle par les Hainguerlot-Vatry, une famille très proche de la dynastie royale d’Orléans. Chaalis est alors fréquenté par des musiciens, des peintres et des écrivains de renom tels Gérard de Nerval et Théophile Gautier.

En 1902, Nélie Jacquemart,(1841-1912), veuve du banquier Édouard André, achète le domaine et y fait disposer une partie des ses exceptionnelles œuvres d’art, l’autre étant présentée dans son hôtel parisien du boulevard Haussmann qui deviendra par la suite l’autre musée Jacquemart-André. À sa mort en 1912, elle lègue tous ses biens dont le domaine et les collections de Chaalis, à l'Institut de France  qui en 1924, y dépose le fonds « Jean-Jacques Rousseau » du comte Fernand de Girardin.

Saint Jean.jpgSaint Laurent

L’activité attentive des conservateurs successifs anime les lieux. Depuis l’année 2000 ont été effectuées la restauration d’œuvres d’art tels les deux Giotto couverture, des fresques Renaissance et des vitraux de la chapelle Sainte-Marie.
Le château-musée présente plus de 4000 objets d’art. Un nouvel Espace Jean-Jacques Rouseau, créé en 2012, trouve sa place au sein de ce domaine qui comporte sur ses terres la "cabane" du philosophe et le "désert" d'Ermenonville.

L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville
La façade sud du château, avant et après restauration, aquarelle anonyme de 1854
La façade sud du château, avant et après restauration, aquarelle anonyme de 1854

La façade sud du château, avant et après restauration, aquarelle anonyme de 1854

Les écuries, les ateliers des parfums :

Les dépendances de l'abbaye  et son historique :

Dès sa fondation et longtemps après, l'abbaye bénéficie d'un grand nombre de dotations sous forme de terres et de bâtiments. Elle structure ce donations en y implantant des granges, unités économiques gérés directement par les moines de l'abbaye et fonctionnant à l'aide de moine convers.

En 1151, 7 granges sont déjà mentionnées dans les textes. 11 sont mentionnées en 1165, puis 14 en 1204. Elles sont de 2 types : les granges à vocation céréalière et les granges agro-pastorales à la production plus diversifiée.

A partir du XIIIème siècle, à ces granges s'ajoutent des celliers, centres de productions vinicoles; 3 sont dénombrées en 1204.

L'abbaye possède par ailleurs des maisons dans plusieurs villes. Ces possessions sont parfois très éloignées de l'abbaye mère. A partir du XIVème siècle, les difficultés de recrutement de moins convers entraînent toutefois l'affermage de ces granges, ou restent la propriété de l'abbaye jusqu' sa dissolution.

 

La roseraie (Le petit jardin) :

Créée par la Cardinale d'Este au XVIème siècle, redessinée en 1998, la roseraie offre une riche palette de couleurs et de parfums et de parfum et transforme la promenade en une véritable des sens.

Elle est mise à l'honneur chaque année au mois de juin, à l'apogée de sa floraison, lors des Journées de la Rose

http://journéede la rose.com

Le mur de Serlio du XVIème siècle

La roseraie et son murLa roseraie et son murLa roseraie et son mur

La roseraie et son mur

Les ateliers des parfums et son jardin romantique :

Crées avec la Fondation Yves Rocher-Institut de France; ils proposent toute l'année aux petits et aux grands des ateliers pour découvrir le monde des fragrances.

Plan du domaine : sources L'abbaye royale de Chaalis et les collections Jacquemart-André

Plan du domaine : sources L'abbaye royale de Chaalis et les collections Jacquemart-André

Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016
Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016

Images du domaine de Chaalis : visite du 30 octobre 2016

L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville

La mémoire de Rousseau :

A la fin de sa vie, Jean-Jacques Rousseau fur accueilli au château d'Ermenonville par le marquis René de Girardin. A la mort de l'écrivain, en 1778, le marquis et ses descendants rassemblèrent une grande collection à la mémoire du philosophe, écrivain, physicien dramaturge, musicien, botaniste et romancier.

En 1923, Fernand de Girardin céda cette collection à l'Institut de France pour Chaalis qui possédait la "cabane" de Jean-Jacques.

Le sentier des Ecrivains : un des berceaux du romantisme littéraire Français

Entre le parc Jean-Jacques Rousseau, à Ermenonville, et l’Abbaye royale de Chaalis, dans un espace géographiquement des plus réduits,  situé à douze lieues au nord est de Paris, le petit vallon de la Launette attira successivement Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Étienne Pivert de Senancour (1770-1846) et  Gérard de Nerval (1808-1855).

Ils firent de cet espace, déjà plein de spiritualité, l’un des  berceaux du romantisme littéraire français.

 

L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'HermenonvilleL'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville
L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'HermenonvilleL'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'HermenonvilleL'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville
L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'HermenonvilleL'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville

La Picardie cistercienne :

L'abbaye royale de Chaalis à Fontaine-Chaalis près d'Hermenonville

Article en cours de rédaction et de finition

 

Sources et documentation :

 

L'abbaye royale de Chaalis et les collection Jacquemart-André, Edition du Patrimoine

Abbaye royale de Chaalis :

60300 Fontaine-Chaalis

Tél. : 03 44 54 04 02 Fax : 03 44 54 07 90

Site L'Abbaye de Chaalis et son domaine, lien direct : http://www.chaalis.fr

Contact : messagerie lien direct: chaalis@orange.fr

Administrateur : Aymar de Virieu, Conservateur

Atelier des parfums, jardin des senteurs, Fondation Yves Rocher - Fondation de France

Sur réservation groupe : 06 79 07 04 60 Virginie Potdevin

individuels le dimanche à 15 H (du 1er mars au 11 novembre)

Site Wikipédia, l'Abbaye de Chaalis lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Chaalis

Evénement : Les journées de la Rose : 2éme week-end de juin:

Voir aussi un article du blog, l'abbaye de Pontigny : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/08/l-abbaye-de-pontigny-dans-l-yonne.html

Voir aussi : Moissac, l'abbaye, le cloître et l'église abbatiale : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Moissac_labbaye_le_cloitre_et_leglise-3397543.html

Voir aussi article Conques, site extraordinaire : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Conques_site_extraordinaire-3378843.html

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article