Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 06:41

 

Voici quelques images d'une visite dans la ville-préfecture du département du Doubs, de la région Franche-Comté, et qui fait partie de la métropolole Rhin-Rhône.

Elle est située dans un méandre du Doubs. Sa citadelle Vauban est impressionnante. 

 Ses habitants sont appelés les Bisontins et les Bisontines.

Bonne visite !

 

Photographies de Besancon

 

IMGP0030 Hôtel de Chapmpagney

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 17:43

IMGP9474-Saline-royale-d-Arc-et-Senans-r.jpgLa saline royale d'Arc-et-Senans située sur la commune d'Arc-et -Senans, dans le Doubs, est une œuvre de Claude-Nicolas Ledoux, 1736-1806, célèbre architecte visionnaire du siècle des lumières. Elle avait pour but la production de sel, et devait remplacer les salines vieillissantes de Salins-les-Bains et de Lons-le-Saunier.

IMGP9489-Saline-Royale-Arc---Senans-r.jpg

Saline-royale-Arc-et-Senans-details-r.jpgA remarquer, sur toutes les réalisations de l'architecte, les colonnes, omniprésentes, et son mélange de ronds-carrés, en fait "sa marque de fabrique"

      IMGP9488-colonnes-d-e-la-saline-royale-r.jpgLa saline permettait de loger et de faire travailler 200 ouvriers  sur l'extraction de la saumure et la production de sel de terre. Le personnel travaillait en vase clos, mais ne payait pas la gabelle...

La saline produisait 40.000 quintaux de sels chaque année, mais consommait une énorme quantité de bois pour concentrer le cristal, ce qui explique le déplacement du site de Salins-les-Bains, proche de la forêt de Chaux avec des tuyaux (de bois) long de 21 kilomètres.

Saline Royale Arc et Senans jardins r2

Sur les espaces qui entourent les bâtiments, on découvre une quinzaine de jardins aux infinies variations de formes et de couleurs, conçues et créées par des établissements d'enseignement de l'Est de la France et de la Suisse.

 

Saline-royale-Arc-et-Senans-montage-3.jpgEn 1982, l'inscription au patrimoine  mondial de l'UNESCO consacre des années de restauration et une nouvelle vocation du lieu.

 

L'architecte :

Après avoir réalisé la commande de la première danseuse de l’Opéra en 1770, Mademoiselle Guimard, un hôtel parisien et sa salle de danse, Claude-Nicolas Ledoux entreprend la construction d’un pavillon dans les jardins de Louveciennes pour la nouvelle favorite de Louis XV, Madame du Barry. Le projet présenté au roi lors d’une audience privée enchante ce dernier.

Grâce à l’intervention de Madame du Barry et de Madame de Pompadour, il est nommé Directeur des Bâtiments du Roi.

Tout en réalisant ses commandes privées, Ledoux prend des marchés publics tels que les églises de Rolampont et de Cruzy-le-Châtel ou des ponts. Grâce à Madame du Barry, il est nommé en 1771 commissaire des salines de l’État en Franche-Comté, architecte de la Ferme générale en 1773. Il évite la disgrâce infligée aux proches de Madame du Barry, à la mort de Louis XV, mais se retrouve emprisonné.

Son plus grand chantier est sans aucun doute celui de la Saline royale d’Arc-et-Senans dans le Doubs, qui durera cinq ans (1774-1779).

Le musée de la Saline Royale est le seul consacré en Europe à un architecte.

Saline-Royale-Arc-et-Senans-maquettes-montage-cadre-r.jpg

 

Les principales réalisations de l'architecte Claude-Nicolas Ledoux :

- le château de Bénouville, Calvados, 1768 -1769,

- l'Hôtel d'Hallwyll à Paris, 28, rue Michel-le-Comte et 15, rue de Montmorency,75003 le Marais, 1766-1770

- le Pavillon de musique de Madame du Barry, Louveciennes,Yvelines, 1770-1771,

Le théâtre de Besançon (Doubs) 1778-1784,IMGP9956-Theatre-de-Besancon-r.jpg

Une étude visant à lui redonner sa silhouette d'origine est soutenue par des personnalités.

 

Les bâtiments de la barrière de Paris : 

Claude-Nicolas Ledoux, architecte de la ferme générale :

Dans la suite de ses travaux franc-comtois, Claude-Nicolas Ledoux devient architecte de la ferme générale. Pour cette compagnie, il construisit un grenier à sel à Compiègne, et entreprit de dresser un vaste siège rue de Bouloy à Paris. Charles-Alexandre Calonne étant contrôleur des finances, la Ferme obtint, sur une idée du chimiste et fermier général Lavoisier, de dresser une barrière autour de Paris pour limiter la contrebande qui occasionnait une évasion importante des droits d'octroi : ce fut le fameux mur des fermiers généraux, qui devait avoir 6 lieues de tour (24 kilomètres) et comporter 60 bureaux de perception, il en reste actuemment 4 (voir la liste : Liste des barrières des fermiers généraux. Ledoux fut chargé de dresser ces édifices, qu'il baptisa pompeusement « les Propylées de Paris » et auxquels il voulut donner un caractère de solennité et de magnificence, tout en mettant en pratique ses idées sur les liens nécessaires entre la forme et la fonction.

Pour couper court aux protestations de la population parisienne, l'opération fut menée tambour battant : 50 barrières d'octroi furent construites entre 1785 et 1788.

La plupart ont été détruites au XIXème siècle; il en reste 4 actuellement : 

 - la barrière de Chartres, située à l'entrée du parc Montceau, et du métro; du même nom,

 - la barrière Saint-Martin, rotonde de la Villette, proche du métro. Stalingrad, restauré et devenu    restaurant-bar.

  - la barrière d'Enfert, place et métro. Denfert-Rochereau,
  - la barrière du Trône, ou barrière de Vincennes, avenue du Trône, près de la place de la Nation;    bâtiment sud au 12ème, et bâtiment nord au 11ème arrondissement.

Barriere-de-Paris-montage-rotondes-ro.jpg

       Architecte du roi, architecte du siècle des lumières, architecte des utopies.IMGP9505-portrait-de-Claude-Nicola-Ledoux.jpg

    Les  innombrables études de l'architecte, dont beaucoup d'avant-garde, sont exposées sous forme de maquettes dans un bâtiment de la saline devenu musée.

Une visite qui vaut le détour et même un voyage, Besançon, Ornans, Arbois ne sont pas loin.

Spécialités : fromages, Comté, vins du Jura

 

Contact et informations sur la Saline Royale : 03 81 54 45 45 visites@salineroyale.com

Localisation Salins : 17 km, Dôle : 30 km, Besançon 35 km, Dijon  80 km

Saline Royale Grande Rue 25610 ARC et SENANS

Lien : saline royale d'Arc-et-Senans

"Sur les traces de l'or blanc à Salins-les-Bains et Arc-et-Senans" : lien or blanc

(Production du sel de terre dans l'histoire)

Sources : wikipédia Les barrières de Paris

Claude-Nicolas Ledoux : Wikipédia lien

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 19:06

 

Une visite à la Villa  Savoye, baptisée "Les heures claires" par les propriétaires de l'époque, Pierre, cofondateur à Lille en 1907 de la société de courtage d'assurance Gras & Savoye, et Eugénie Savoye, son épouse, qui passent commande d'une maison de campagne aux architectes.

Cette villa est construite de 1928 à 1931 par Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier, et Pierre Jeanneret.

Elle a une valeur pour la modernité architecturale de l'entre deux guerres.

C'est la dernière série des maisons blanches de l'architecte.

IMGP8035-Villa-Savoye.jpgD’après Le Corbusier, « la maison est posée sur l’herbe comme un objet, sans rien déranger ».

IMGP8143-r.jpgIMGP8184-r.jpg

 

Les rampes d'accès aux étages sont réalisées afin que le visiteur ne quitte pas des yeux l'architecture proposée.

IMGP8046-r.jpgLe rez-de-chaussée fait office d'abri pour les automobiles

IMGP8156-r.jpgIMGP8189-r.jpg

IMGP8196 rLa salle de bain accessible de plusieurs chambres

La richesse architecturale de la villa Savoye a fait qu'elle soit classée monument historique le 16 décembre 1965. Elle est désormais ouverte au public.

L'architecte Le Corbusier a conçu des maisons qui ont marqué définitivement l’histoire de l’architecture moderne.

La Villa Savoye répond parfaitement aux cinq points de l’architecture moderne publiés en 1927 par Jean-Edouard et Pierre Jeanneret à savoir :

 les pilotis, le toit-terrasse, le plan libre, la fenêtre en longueur, et la façade libre.

 

La villa est inscrite à la liste des 14 parcours à découvrir dans les "Ballades en Yvelines 2012" du 27 mai au 30 septembre et acceuille les oeuvres de l'artiste Marie-Ange Guillemillot.

 

La Structure Géodésique, œuvre conçue avec Jean-François Paquay est présentée dans le parc de la Villa Savoye IMGP8235-r-Marie-Ange-Guilleminot.jpg   IMGP8155-c-M.-A-Guillemillot.jpg

IMGP8159-M.A.-Guillemillot.jpg "De la fragililté du seuil si intense qu'il soit"

 

IMGP8145-Le-Corbusier.jpg 

      Charles-Edouard Jeannert-Gris, dit Le Corbusier

Villa Savoye à Poissy Le Corbusier1 montage fleurs ro

Lien : Charles-Edouard Jeanneret-Gris, dit  Le Corbusier 1887-1965 

Lien Wikipédia : La Villa Savoye

Site internet : www.villa-savoye.monuments-nationaux.fr  Villa Savoy Monuments Nationaux

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 08:22

Maison-Victor-Schoelcher-9-juin-2012--montage--titre-r.jpg

 

Ouverture du jardin de l'ancienne maison de Victor Schoelcher, dans le cadre d'expositions dans le département, Ballades en Yvelines 2012, et du circuit organisé par la Graineterie de la ville de Houilles.

Depuis le temps que je guettais ce moment : entrer dans le jardin de cette maison historique, voilà, c'est fait !

Voici quelques images de la villa et du jardin fort fleuri, réalisées le 9 juin 2012 : 

 

IMGP7948-r.jpgIMGP7862-r.jpg

 

 

A noter: des roses anciennes et odorantes, un plaisir de séjourner dans ce lieu reposant, proche du centre ville    

 Maison-Victor-Schoelcher-9-juin-2012-roses-montage-r.jpg

 

IMGP7842--cr.jpg IMGP7804-r.jpgIMGP7952-r.jpg

 

 

 

IMGP7953r

La terrasse et la véranda de la villa, vitrine passagère de l'oeuvre "Golem" 2012, sculpture de Sandra Aubry et Sébastien Bourg

IMGP7785 r

La villa vue du fond du jardin. Les oeuvres de Magali Poutoux "La maison dans ma maison" 2009-2012, sont installées dans l'espace de verdure

 IMGP7813 rorIMGP7773 r

 

lien : La Graineterie

 Victor Schoelcher à Houilles : site de la ville

IMGP7416 ror 

IMGP2256 r

Houilles-cartes-postales-Maison-Victor-Schoelcher-r.jpg

Lien Wikipédia :  Victor Schoelcher

Je vais aller peindre dans le jardin dès que j'ai un moment; j'en rêve déjà !

 

C'est fait, la preuve

 

p34_jardin_victor_schoelcher_aquarelle_juin_2012.jpg

Suite carnet 39 bis Victor Schoelcher lacis à l'encre p31_jardin_maison_Schoelcher_lavis_juin_12.jpgp32_jardin_victor_schoelcher_lavis_juin_2012.jpg

 

 

IMGP1795-La-maison-Victor-Schoelcher-a-Houilles-2014-r.jpg 

Aquarelle 2014 au format 50 x 65 cm "Le jardin de la maison Victor Schoelcher"   

 

 

 

Visite de la maison lors des journées du patrimoine en septembre 2012

Maison-de-Victor-Schoelcher-15-septembre-2012-Journees-du-.jpg   

 

L'intérieur de la maison a été ouvert le samedi 15 et le dimanche 16 septembre de 10 H 30 à 12 H 30 et de 14 h à 18 H dans le cadre des journées du Patrimoine européen. Les visites se sont réalisées par groupe de 15 personnes maximum par mesure de sécurité.

A bientôt des nouvelles de cette maison historique !

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 14:55

 

Une exposition d'une artiste impressionniste au talent immense à voir :

 

IMGP3011-r.jpg

 

IMGP3027-Musee-Marmottan-17-mai-2012-r.jpg

 

Berthe-Morisot-oeuvres-montage-r.jpg

Au centre : portrait de l'artiste d'Edouard Manet, 1872

Berthe Morisot :

1841 : Naisance à Bourges le 14 janvier

1860 : élève de Corot

1873 : "Le Berceau"

1874 : Berthe rejoint le Salon des Indépendants, futurs impressionnistes

           Elle épouse cette année Eugène Manet, le frère d'Edouard

1878 : naissance de sa fille Julie

1892 : première exposition artistique

Décès le 2 mars 1895 d'une pneumonie. Son son certificat de décès précise la mention : "sans profession".

 

Berthe née à Bourges le 14 janvier 1841 d'un père devenu préfet du département du Cher.

Arrière-petite-fille de Jean-Honoré Fragonard par ses aieux du côté maternelle, elle avait de qui tenir !

La famille Morisot s'installa définitivement à Paris en 1852.

Berthe va prendre ses leçon de dessin dès l'âge de 16 ans en compagnie de ses deux soeurs Edma et Yves, surnom curieux.

Seule, Edma étudiera la peinture en sa compagnie en recopiant les chefs-d'oeuvre du Louvre.

Les leçons duraient parfois 12 heures par semaine.Yves déclara vite forfait et Berthe et Edma se trouveront rapidement rebutée par l'académisme poussiéreux de ces cours.

Leur mère, Cornelie, femme attachante leur proposera un autre professeur installé à Passy, ancien élève d'Ingres. C'est ce professeur qui les mènera au Louvre poursuivre leur art, et c'est là que Berthe fera connaissante avec Fantin-Latour. C'est d'ailleur grâce à lui que Berthe rencontrera Edouard Manet. Berthe se mettra au nouveau concept de la peinture à l'extérieur.

Elle présentera l'année des paysages magnifiques au Salon.

En 1868, Berthe rencontre Manet et pôse pour lui (Le Balcon, Le Repos, Berthe Morisot au bouquet de violettes).

Berthe délaissera le Salon officiel en 1874 les Indépendants fututs peintres Impressionnistes crées par Claude Monet, Sisley et Renoir.

Elle participera avec ces peintres au premier salon des "Artistes Anonymes Associés".

 

 

Musée Marmottan-Monet :

2, rue Louis Boilly 75016 Paris  Métro. : La Muette

Tél. : 01 44 96 50 33

Lien : Musée Marmottan Monet ou exposition Berthe Morisot

 

Bonne visite, jusqu'au 1er juillet 2012

 

Lien Wikipédia Berthe Morisot : https://fr.wikipedia.org/wiki/Berthe_Morisot

 

Berthe Morisot. Cache-cache (1873)

Cache-Cache 1873

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 20:26

 

Une visite à la salle Pleyel, lors d'un concert, au mois de mai

 

IMGP2148-r.jpgIMGP2129-r.jpgIMGP2123-r.jpg

Du style art déco.

Au début des années 1920, l’ingénieur et architecte Gustave Lyon, directeur de la société Pleyel, décide de faire construire un grand centre musical avec en son cœur une salle de concert symphonique de trois mille places bénéficiant des dernières recherches en acoustique, et intégrant des studios et des espaces d’accueil et d’exposition, permettant notamment de promouvoir les instruments produits par la société. En 1922, il confie la réalisation de son projet à l’architecte Jean-Marcel Auburtin, qui décèdera en 1926 ; deux de ses collaborateurs, André Granet et Jean-Baptiste Mathon, le remplaceront.

Le chantier est lancé le 5 décembre 1924 sur le terrain situé au nº 252 de la rue du Faubourg Saint-Honoré.

Il sera achevé en 1927.

 

Salle-Pleyel-Paris-9-mai-2012-r.jpg

La salle Pleyel a été rénovée en 1958, 1981, 1994, et dernièrement en 2006, les travaux ont duré 4 ans.

La capacité de la salle est réduite à 1 913 places, soit 1 760 pour le public lorsqu’un chœur est sur la scène.

IMGP2158-r.jpgIMGP2151-r.jpg

 

 

La grande salle du restaurant

 

Sources : Wikipédia lien Salle Pleyel

Programme : lien programme salle Pleyel

 

Bonne visite et bons concerts !

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 07:00

 

La promenade plantée se situe sur le viaduc des Arts, situé avenue Daumesnil (12ème nord)

Ce couloir de verdure se continue d'ailleurs du jardin de Reuilly au Square Charles Peguy, près du Boulevard Soult (extérieurs)IMGP1180-promenade-plantee-r.jpg

 

 


 

 

 

 

La promenade plantée, 12ème arrondissement de Paris, se situe sur une ancienne voie ferrée disparue en 1969.

Une magnifique ballade à réaliser en cette saison.

Lien Wikipédia : Promenade plantée, 12ème arrondissement

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 06:21

 

Photographies du 27 avril, réalisées sur le petit bras de Seine

IMGP0735-r-copie-1.jpg

IMGP0503 ro

IMGP0534-r.jpgIMGP0565-r.jpg

Cygne de Maisons-Laffitte montage 2 r

Grâce et beauté du cygne !IMGP0989Maman cygne et ses cygneaux (1)

      17 mai 2012 : les oisons sont arrivés aussi :

IMGP2974-r-Oisons-de-Maisons-copie-1.jpg

Papa, maman oie et ses petits (2)

     2014 Mai : la même maman ?

*

novembre 2014 : la famille cygne

Maisons-Laffitte-Bras-de-Seine-camping-17-novembre-2014--Cy.jpg

 

IMGP7911-Bords-de-Seine-17-novembre-2014-M.-L-jpg 

Bonne visite !

 

Lien le cygne Wikipédia : Cygne

Lien les oies Wikipédia : Oies

Le cygne peut peser jusqu'à 15 kg et mesurer jusqu'à 1,50 m

Les cygnes et les oies font partie de la même famille : les anatidés Lien anatidés ou anatidae

(1) photographie J.-P.K. 8 mai 2011, bords de Marne

(2) photographie J.P.K. 17 mai 2012, bord de bras de Seine M.-L.

(3) photographie J.P.K. 17 novembre 2014, bord de bras de Seine M.-L.

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 07:03
Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 13:12

Il est proposé une découverte des ferronneries des villas, hôtels et immeubles Hector Guimard dans le quartier d'Auteuil, au départ des stations de métro. Jasmin ou Michel-Ange-Auteuil.

 

IMGP0128-r.jpgIMGP0080-r.jpg

                                                                       Hôtel Mezzara

IMGP0105-r.jpgImmeuble Trémois

IMGP0108.JPG

IMGP0046-r.jpgIMGP0139-r.jpg

IMGP0124-r.jpgImmeubles rue Agar, rue Jean de la Fontaine, et rue Gros

 

Ces ferronneries sont visibles au 122 avenue Mozart, 14,17,19,21 et 60 rue Jean de la Fontaine, 11 rue François Millet, et sur l'ensemble immobilier de 1910-1912 du 8,10 rue Agar et 43 rue Gros.

La plupart de ces ferronneries visbles dans le quartier d'Auteuil et dessinées par l'architecte art nouveau Hector Guimard, sont issues des fonderies de Saint-Dizier que l'architecte choisit en 1903, les fonderies Durenne à Sommevoire, les fonderies du Val d'Osne, connues pour ses fontes de fontaines Wallace, et devenues depuis fonderies GHM, toujours en activités et proposent des ferronneries de jardins, d'éclairage public.

Le Castel Béranger, joyau d'Hector Guimard, appelé à l'époque "Castel Dérangé" et construit de 1895 à 1898 situé au 14 rue Jean de la Fontaine et au Hameau Béranger, est a lui seul un lieu de découverte, par ses détails de ferronneries. Le jeu consiste à découvrir les différents éléments et leur donner un nom d'animal, de végétal et de reconnaitre le portrait de l'architecte entre les courbes de ses lignes "coups de fouet"

IMGP0189-r.jpgIMGP0185-r.jpg

IMGP0182-r.jpg Le Castel Béranger

Les fontes du castel ont été éditées par Durenne, à l'exception des chéneaux et des tuyaux de descente.

(Sources : Fréderic Descouturelle, Le Cercle Guimard)

Et bien sûr, les ferronneries des métropolitains aux entourages Guimard

Metro.-Chardon-Lagache-ferronnerie-details.jpg

 

Bonne découverte !

Lien :  Circuit Hector Guimard, Paris 16ème, métros parisiens

Lien : Cercle Guimard un article du spécialiste des fontes et du Métropolitain Hector Guimard clic

Lien : Castel Béranger quelques images : Le Castel Beranger de Guimard

Lien : Hôtel Mezzara quelques images : Hôtel-Mezzara de Guimard

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 07:04

Quelques images de ce rendez-vous pluvieux, mais sympathique, dans le Val d'Oise :

IMGP8727-r.jpgIMGP8680-r.jpg

 

IMGP8706-ror.jpgIMGP8767-r.jpg

IMGP9467-r.jpg

IMGP9499.JPGIMGP8980-r.jpgIMGP9515-r.jpg

 

IMGP9099 concours amazone résultats r

 

 

Mériel 9 avril 20122-001 montage r

IMGP9661-Sophie-Plaisir-et-Princesse-Printemps.jpg

Prix d'élégance : Sophie Plaisir et Princesse Printemps

Concours Elégance, classement  :

  • 1ère    : Sophie Plaisir et Princesse Printemps
  • 2ème  : Violette Devred et Ulysse
  • 3ème  :  Anne Lambermont et  Houry
  • 4ème  : Christine Fonteneau et Houry (ex eaquo.)

IMGP9660-ror.jpg

Champagne Cup :

1ère :   Christine Fonteneau et Houry (en action)

2ème : Margot Da Costa,

3ème : Sophie Plaisir et Princesse Printemps

 

 

 

 

 

 

 

 

A bientôt pour un prochain reportage " dans les fourches"

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article