Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:40

La basilique Saint-Denis :

Construite sur la tombe de Saint-Denis, martyrisé par les Romains au IIIème siècle, la basilique Saint-Denis est le premier témoignage monumental de l'art gothique. Alors abbaye royale, elle illumina l'histoite artistique, politique et spirituelle du moyen-âge.

Devenue l'une des prinicipales nécropoles des aristocrates mérovingiens et souverains carolingiens, elle lie définitivement son destin à celui de la royauté sous les Capétiens, en devenant le lieu de sépultures des rois de France.

Elle abrite plus de 43 tombeaux de rois, 32 tombeaux de reines, 63 sépultures deprinces et princesses, et 10 de serviteurs du royaume, tous richement scu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!pltés, dont ceux de Clovis, Dagobert, Bertrand du Guesclin, François 1er, Louis XVI et Marie-Antoinette.

Saint-Denis-Basilique-visite-du-19-septembre-2013-montage-r.jpg

P1010274-r.jpg

P1010270-Louis-XVI-et-Marie-Antoinette-r.jpg

Le mausolée du roi Louis XVI et la reine Marie-Antoinette, par Edme Gaulle et Pierre Petitot, marbre de 1816.

P1010261-Saint-Denis-conduit-vers-le--martyre.jpg

Saint-Denis-Basilique-visite-du-19-septembre-2013-montage-2.jpg

L'église s'élève sur l'emplacement d'un cimetière gallo-romain, lieu de sépulture de Saint Denis martyrisé vers 250. Outre une crypte carolingienne, vestige de l'édifice consacré par Charlemagne en 775, la basilique conserve le témoignage de deux bâtiments déterminants pour l'évolution de l'architecture religieuse : le chevet de Suger de 1144, qui constitue un véritable hymne à la lumière, manifeste du nouvel art gothique et la partie reconstruite, au temps de Saint Louis, dont le transept, d'une ampleur exceptionnelle, était destiné à accueillir les sépulture des roi et reine de France.

P1010265-crypte.jpg

La crypte destinée à acceuillir les sarcophages des rois carolingien et mérovingiens.

Les transformations de la basilique au cours du temps.

P1010231-maquette-de-la-basilique.jpg

Maquette de la basilique au moyen age.

387px-Saint-Denis_-basilique-_Viollet-le-Duc_-projet-.jpg

Etude de Viollet-le-Duc (non réalisée)

Lien : Monuments Nationaux Saint-Denis

Lien Wikipédia : Basilique cathédrale de Saint-Denis

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 05:50

 

Quelques détails de la Tour Saint-Jacques, cet été

Paris-Tour-Saint-Jacques-20-septembre-2013-r.jpg

Tour-Saint-Jacques-sept.-2013-violet-r.jpg

Tour-Saint-Jacques-gargouille-IMGP5978.jpg

IMGP5960-gargouilles-de-la-tour-Saint-Jacques.jpgIMGP5958-Gargouilles-Tour-Saint-Jacques.jpg

IMGP5965-gargouilles-de-La-Tour-Saint-Jacques-bleu.jpg

Paris-24-avril-2014-Tour-Saint-Jacques-gargouilles-montage-.jpg

Lien sur les traces de Saint-Jacques à Paris : Lien

Lien Wikipédia : Tour Saint-Jacques

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:38

 

Le Quartier Gambetta :

Le quartier Gambetta fait partie du XXème arrondissement de Paris, né le 1er janvier 1860, suite à l'annexion et Ménilmontant, Charonne et Belleville à la ville de Paris, au décret de 1859, né du souhait du baron Haussmann à étendre les limites de la capitale jusqu'aux fortifications de Thiers, actuellement délimitées par le boulevard des Maréchaux Lien enceinte de Thiers.

A cette époque furent ainsi tracés les contours du 20ème arrondissement, scindés en 4 quartiers : Belleville, Saint-Fargeau, Père Lachaise, et Charonne, l'ancien village de Ménilmontant correspondant à des quartiers de Belleville et de Saint-Fargeau.

Paris-XXeme-quartier-Gambetta-mairie-27-aout-2013-montage.jpg

      La place Gambetta, le square Edouard Vaillant et son kiosque, l'hôpital Tenon

Mairie-du-XXeme.jpg

La mairie du XXème arrondissement, place Gambetta

L'architecte de la mairie fut Claude Augustin Salleron. Il fallut dix ans pour construire le bâtiment dont le terrain se situait au-dessus de carrières de gypse, de 1887 à 1897.

La place Gambetta :

Cette place, ouverte en 1670 s'est d'abord appelée place des Pyrénées, puis place de Puebla. Elle porte depuis 1893 le nom de Léon Gambetta, qui fut un chef du gouvernement de la Troisième République, décédé en 1882.

Les fontaines furent installées en 1992 sur le centre de la place. Elles sont l'oeuvre du plasticien Jean-Louis Rousselet, du maître-verrier J. Dixmier et de l'architecte Alfred Gindre

Paris-XXeme-mairie--27-aout-2013-montage-r.jpg

La mairie du XXème arrondissement

IMGP3824-Mairie-du-XXeme-salle-des-fetes.jpg

La salle des fêtes de 400 m2 édifiée par Moreau

Paris-mairie-XXeme-27-aout-2013-Salle-du-Conseil-Municipa.jpg

La salle du Conseil Municipal et ses fresques murales de Jean Julien, peints de 1952 à 1954.

Paris-mairie-XXeme-27-aout-2013-Salle-des-mariages-r.jpg

La salle des Mariages et Léon Gambetta, toujours présent dans la salle. Les peintures sont réalisées par Pierre-Paul-Léon Glaize de 1883 à 1891

 

L'Hôpital Tenon

IMGP3935-Hopital-Tenon-r.jpg

La construction de l'hôpital a commencé en 1870, sur les plans de l'architecte Marie-Etienne Billon, mais a dû être interrompue pendant la guerre de 1870 puis durant la Commune de Paris.

L'hôpital a ouvert en 1878, sous le nom d'hôpital de Ménilmontant, puis en février 1879, sous le nom de Jacques René Tenon, chirurgien du XVIIIème siècle qui en avait dessiné les principes de construction et d'organisation dans son « Mémoire des hôpitaux de Paris ».

Edith Piaf est née à l'hôpital Tenon, le 19 décembre 1915.

 

Paris et son histoire :

Paris-XXeme-mairie-et-environ-27-aout-2013-cartes-ancienn.jpg

La mairie du XXème arrondissement et l'hôpital Tenon vers 1900.

A noter, le tramway en circulation sur la place

 

nap iii et haussmann bd

Napoléon III remettant au Baron Haussmann le décret d'application d'annexion des communes limitrophes, le 16 février 1859, par le peintre Adolphe Yvon en (1817-1893), en 1865

Source : Musée Carnavalet, Histoire de Paris, salle 128, Paris IVème

La Commune de Paris :

La Commune et les derniers combats dans le quartier des Buttes-Chaumont et du Père-Lachaise : 

Les Buttes Chaumont et le Père Lachaise furent les derniers points de résistance de la Commune commandés depuis la mairie du XXéme 

Lien : blog et article la semaine sanglante de la Commune 21 au 28 mai 1871wikipédia : Paris XXème arrondissement

Lien Wikitravel : Paris XXème arrondissement

Lien Wikipédia : Hôpital Tenon

Lien : Georges-Eugène Haussmann

Bibliographie : Le 20ème arrondissement, itinéraires d'histoire et d'architecture, Paris en 80 quartiers, par Laetitia Bonnefoy Mairie de Paris, décembre 2000.

Sources : mairie du XXème arrondissement, Musée Carnavalet, Wikipédia, Wikitravel

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 06:36

 

IMGP3687-Gargouilles-de-N.-D-de-Paris.jpg

Quelques vues des gargouilles de la Cathédrale Notre-Dame de Paris en août

Paris-N.-D.-de-Paris-montage-gargouilles.jpg

 

IMGP3650 N.-D. de Paris

Gargouilles, Chimères et stryges

Les gargouilles sont certes des créatures monstrueuses, mais ont une utilité pratique : faire écouler l'eau de pluie loin des murs afin de les protéger des intempéries.

Les chimères, dessinées par l'esprit créatif de Viollet-le duc, n'ont qu'un but décoratif. Elle représentent un être hydride qui possède tête de lion, corps de chêvre et queue de serpent.

Selon Édouard Brasey, durant le Moyen Âge, la chimère symbolisait la tentation et les désirs irréalisables.

Stryge-N.-D.-de-Paris-c.jpg

 

Les stryges, ou striges, du grec strigx oiseau de nuit, quant à elles, représentent des démons femelles ailés, mi-femmes, mi-oiseaux, qui poussent des cris perçants. Elles apparaissent dès l'Antiquité dans la croyance romaine. 

Gargouilles--stryge-et-chimeres-r.jpg

 

IMGP6140-roc.jpg

 

Viollet-le-Duc-par-Nadar.JPGGargouille et Viollet-le-Duc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Viollet-le-Duc par Nadar, et ses études de gargouilles

 

 

Lien : Chimères

Lien :  Gargouilles de N.-D de Paris

Lien : Viollet-le-Duc

Lien site Viollet-le-Duc et les gargouilles : Légendes et gargouilles

Autre article du blog : Les cloches de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Autres liens articles internes sur les gargouilles :  Les gargouilles de la Tour Saint-Jacques à Paris

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 07:24

 

 

Eglise Saint-Martin de Vétheuil

La façade ouest de l'église Notre-Dame, de style Renaissance, classée monument historique dès 1840

 

Eglise Notre-Dame de Vétheuil sculptures

L'intérieur de l'église possède des magnifiques oeuvres d'art

 

Eglise-Notre-Dame-de-Vetheuil-r.jpg

      Le retable de la Passion et ses sculptures disparues  (1) les porte-cierges ci-dessus

Historique de l'église Notre-Dame de Vétheuil : N.-D. de Vétheuil historique

Hotel-de-ville-de-Vetheuil.jpg

La mairie de Vétheuil

Vétheuil 3.4.2014 Petite Suisse

Poste du village

3-avril-2014-La-Petite-Suisse-au-depart-de-Vetheuil-monta.jpg

Peintures murales au centre ville de Vétheuil

Maison-de-Monet-a-Vetheuil.jpg

La maison de Claude Monet

IMGP3191 panneau Claude Monet ro

 

Monet a peint de nombreux tableaux durant sa période Vétheuil : environ 150.

Entree-du-village-a-Vetheuil-Monet.JPGEntree-du-village-a-Vetheuil-Monet-ro.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Entrée du village à Vétheuil, l'hiver" 1879 par Claude Monet; à droite, la première maison, où résidait Monet et sa famille

Le village fut la résidence du peintre impresionniste Claude Monet de 1878 à 1881 qu'il louait à Madame Elliot.

Il y fut expulsé pour ne pas s'être acquitté de son loyer.

Son modèle, puis épouse Camille (lien) y vécut, avant de mourir en 1879 à l'age de 32 ans. Elle fut inhumée au cimetière du village.

Leur fils Michel est né dans le village.

 

Fleurs à Vétheuil Claude Monet 1881Le jardin de Monet à Vétheuil 1880

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le Jardin à Vétheui" 1881 Claude Monet

 

 

 

vetheuil en ete (1)

      "Vétheuil en été" 1880 Claude Monet

 

 

 Vetheuil-Peintures-de-Monet.jpg

          Quelques oeuvres de Claude Monet réalisées à Vétheuil

"L'Eglise de Vétheuil", 1878, "Vétheuil-sur-Seine", "Le Givre", "La Seine à Vétheuil", "Vue de Vétheuil" 1880.

 

Un peu d'histoire

Le site de Vétheuil est occupé très tôt par l'homme, la proximité de la rivière et des rus, très poissonneux, et de la forêt d'Arthie, où le gros gibier est abondant, en fait une région acceuillante pour celui-ci.

Peu de renseignement sur le moyen-age, à part des martyres tels Nicaise massacré à Saint-Clair-sur-Epte ou à Gasny.

Il existe des traces du passage des vikings et des invasions normandes dans la région et les îles de la Seine.

Le village est ainsi occupé par les normands préparant l'invasion de Paris au IXème siècle,

Par le traité de Saint-Clair-sur-Epte, en 912, les Normands avaient obtenu l’édification du duché de Normandie. L’Epte affluent de la Seine servait de frontière à ce duché et à l’Ile de France et partageait ainsi le Vexin en 2 parties distinctes : le Vexin normand, appartenant aux ducs de Normandie, et le Vexin français rattaché au domaine des rois de France. Les ducs de Normandie devenus rois d’Angleterre après la conquête de ce royaume par Guillaume le Conquérant en 1066, se trouvèrent aussi puissants que le roi de France, leur suzerain. Ils eurent donc l’ambition d’agrandir leur duché. Le Vexin français devait tout naturellement exciter leur convoitise.

La guerre qui s’en suivit dura 12 ans et se termina par la mort de Guillaume mortellement blessé au siège de Mantes, en 1087. Son successeur reprit la lutte, certains seigneurs lui ouvrirent leurs forteresses et c’est ainsi que le duc Guyon ou Guy (qui donna son nom à La Roche Guyon) livra ses forteresses de La Roche et celle de Vétheuil aux Anglais en 1097. Vétheuil fut donc longtemps le théâtre de guerres sanglantes entre les rois de France et d’Angleterre. Ce fut sous le règne de Louis VII le Jeune, que le roi d’Angleterre Henri II, maître de notre contrée, fit commencer l’église Notre Dame de Vétheuil.

Le lieu est consacré seigneurie des La Roche-Guyon par le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 912.

Ainsi, dès le début de la guerre de Cent ans, le village est conquis par les Anglais.

Le château fut repris par Bertrand du Gesclin en 1364 et le village redevint français, jusqu'au début du règne de Charles VII en 1422 où il redevient anglais pour une vingtaine d'années,

Henri V d’Angleterre fit don de la seigneurie de la Roche à Guy le Bouteillier qui posséda également Vétheuil, jusqu’à la défaite des Anglais en 1449. Charles VII rendit alors la Seigneurie à l’héritier légitime Guy VII qui était resté fidèle au roi de France.

Le séjour de Claude Monet au XIXème siècle a donné au village un renom touristique.

En  2007, un accord conclu avec l'antiquaire anversois qui le détenait permet la restitution à l'église de Vétheuil d'un panneau du retable de la Passion en bois polychrome volé en 1973, représentant le Baiser de Judas.

Vétheuil est aujourd'hui adhérent du parc naturel régional du Vexin français.

Randonnee-du-3-avril-2014-La-Petite-Suisse-au-depart-de-V.jpg

Boucle-de-la-seine-pres-de-Vetheuil.jpg

Boucle de la Seine près de Vétheuil

 

 

Joan Mitchell, la célèbre peintre américaine, possédait une maison avec un vue sur la boucle de la Seine. C'est à cet endroit qu'elle puisa son inspiration.

 

Joan Mirtchell, sa maisonJoan Mirtchell, sa maison

Joan Mirtchell, sa maison

Dans l'oeuvre du canadien Jean-Paul Riopelle, c'est l'église qui est représentée.

Des peintres moins connus s'inspirèrent de Vétheuil. Abel Lauvray, sa maison et sa rue près de l'église, Defeuille et Collignon..

La maison d'Abel Lauvray et sa rueLa maison d'Abel Lauvray et sa rueLa maison d'Abel Lauvray et sa rue

La maison d'Abel Lauvray et sa rue

Le compositeur César Franck séjourna au moulin de Vétheuil, alors que les frères Margueritte habitèrent une belle demeure sur l'emplacement de l'ancien château.

Camille Monet en 1871

Camille Doncieux, modèle de Claude Monet, devenu son épouse.

Camille, née le 15 janvier 1847 dans une famille modeste, devient modèle dès son arrivée à Paris. Elle rencontre Claude Monet en mars 1865 et vit rapidement avec lui. Ils se marient en 1870 et Camille donne naissance à deux garçons : Jean Monet (1867-1914) et Michel Monet (1878-1966). Elle tiendra une place prépondérante dans la vie de Claude Monet, car elle servira de tous les modèles féminins de ses tableaux.

Sur cette photographie de Greiner en 1871, Camille à 24 ans.

Les oeuvres de Claude Monet avec Camille comme modèle
Les oeuvres de Claude Monet avec Camille comme modèle

Les oeuvres de Claude Monet avec Camille comme modèle

Dans "Les femmes au jardin", 1866-1867, les quatre femmes seraient des versions inspirés de Camille. Elle apparait notamment dans "La capeline rouge", "La Japonaise", "Le déjeuner sur l'herbe", "La femme en robe verte", tableau admiré au Salon de 1866.

Après le décès de Camille, le 5 septembre 1879 à Vétheuil, Claude Monet n'utilise les personnages que comme contrepoint du paysage, il ne sont plus les personnages principaux du tableau.

Camille sera également le modèle de Renoir et Manet. Pierre-Auguste Renoir et Edouard Manet fréquentaient régulièrement la famille Monet.

Camille et ses deux enfants leur ont servi de modèles.

En regardant Manet peindre "la famille Monet dans leur jardin" à Argenteuil, Renoir a eut l'inspiration pour son tableau "Madame Monet et son fils". Cela indique l'interaction et l'inspiration entre tous ces peintres.

"Camille sur son lit de mort" 1879 et sa tombe au vieux cimetière de Vétheuil, près de l'église

"Camille sur son lit de mort" 1879 et sa tombe au vieux cimetière de Vétheuil, près de l'église

La maison de Monet aux volets ouverts Le Lavoir La fresque du centre villeLa maison de Monet aux volets ouverts Le Lavoir La fresque du centre villeLa maison de Monet aux volets ouverts Le Lavoir La fresque du centre ville

La maison de Monet aux volets ouverts Le Lavoir La fresque du centre ville

Les environs de Vétheuil :

"La Petite Suisse" au sud du village, en passant par Follainville et Saint-Martin-la-Garenne. Une balade de 16 kilomètres et d'environ 490 mètres de dénivelée.

La Petite Suisse, randonnée du 19 mars 2017, 16 kilomètres

La Petite Suisse, randonnée du 19 mars 2017, 16 kilomètres

Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017
Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017
Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017

Sur les sentiers de la Petite Suisse au sud de Vétheuil avril 2014 et mars 2017

Une visite du village de Vétheuil
La "Petite Suisse" et la boucle de la Seine. On peut apercevoir le donjon de La Roche-Guyon en fin de circuitLa "Petite Suisse" et la boucle de la Seine. On peut apercevoir le donjon de La Roche-Guyon en fin de circuit

La "Petite Suisse" et la boucle de la Seine. On peut apercevoir le donjon de La Roche-Guyon en fin de circuit

Bonne visite !

Lien et sources Wikipédia : Vétheuil

(1) Lien Le retable de la Passion : Historique par Louis Régnier

Lien l'Eglise Notre-Dame de Vétheuil et son association : N.-D de Vétheuil

Mairie de Vétheuil : lien mairie

Lien Wikipédia : Claude Monet

Lien Wikipédia Madame Monet, Camille Doncieux : /https://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_Doncieux

Lien article blog Giverny : Une visite de la maison de Claude Monet à Giverny

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 05:30

 

Une journée passée en Baie de Somme au Crotoy, charmant site balnéaire, ses plages et son petit port.

 

IMGP1348 Le Crotoy vu de St Valéry-en-Somme r

Le Crotoy, vu de Saint-Valéry-sur-Somme

Cette cité est une lande de terre au bord de la manche, qui lui donne une configuration de presqu'île. Sa plage de sable fin est une des seules au nord de la France a être exposée plein sud. voir plan plus bas.

Le-Crotoy-et-Saint-Valery-en-Somme-1er-aout-2013-montage-.jpg

Le kiosque à musique de 1926, le château d'eau de 1937, récemment décoré d'une fresque colorée, l'église Saint-Pierre dont les trois nefs sont dédiées au patron de la paroisse, à la Sainte-Vierge, et à Jeanne d'Arc.

La Rose des Vents, ancien chalutier, placé sur une place traversant la rue Florentin LeFils.

IMGP0821-Ecluse-r.jpg

Les écluses furent construites en 1865 sous Napoléon III par Ferdinand de L'Esseps pour palier à l'ensablement de la Somme. A marée haute, les vannes se referment pour emprisonner l'eau, et cinq heures après la pleine mer, elles se réouvrent pour libérer cette eau à très fort courant, provocant un effet de chasse, d'où l'appellation "bassin de chasse", le but étant de déplacer les sédiments accumulés.

 

Des personnages célèbres sont passés par Le Crotoy, et ont participé à la renommée du patrimoine crotellois :

La flotte de Guillaume le Conquérant, constituée pour la conquète de l'Angeterre, part de Saint-Valery et quelques navire du Crotoy en 1066.

Pendant les guerres de religion, Le Crotoy prend le parti d'Henri de Navarre. Par un écrit de 1594, Henri IV décharge d'impots les crotellois. Il séjourne dans la commune le 18 avril 1596.

 

Le-Crotoy-1er-aout-2013-montage--Jeanne-d-Arc-r.jpg

Jeanne d'Arc "  Que voici un bon peuple. Pleut à Dieu que je fusse si heureuse. Lorsque je finirai mes jours, que je puisse être enterrée dans ce pays"

Elle fut enfermée, avant son départ pour Rouen, dans l'enceinte du château dont il ne reste que quelques murs. Ce château fut détruit sur ordre de Louis XIV.

Cette forteresse reputée imprenable aura soutenu 25 sièges dans son histoire.

Le-Crotoy-1er-aout-2013-Pierre-Guerlain-montage.jpg

Pierre Guerlain (1798-1864) célèbre parfumeur, natif d'Abbeville et épris du Crotoy, fit découvrir cette ville à ses amis parisiens. Il ouvre cet hôtel en 1860 destiné à l'impératrice Eugénie qui ne lui rendit jamais visite..

A la mort de Pierre Guerlain, l'hôtel est  repris par le cuisinier renommé Delant et devient "le Grand Hôtel".

Il ne reste plus grand chose du site, et ces batiments servent actuellement de résidence composée d'appartements.

En septembre 1837, Victor Hugo visite Le Crotoy.

Le Crotoy 1er août 2013 Colette et Jules Vernes r

                          Villa "Les Mouettes Blessées"                                                   Villa "La Solitude"

Villa "Les Mouettes Blessées" : Henri de Toulouse-Lautrec accompagnait volontiers son ami Maurice Joyant, amateur de pêche et de chasse en Baie de Somme. C'est là qu'il réalisa son portrait exposé au musée d'Albi

Villa "La Solitude" : où résida Jules Vernes de 1865 à 1870. Il y conçu les plans de la maquette du Nautilus qui, d'après la légende, gît sous les sables de la Baie de Somme. Il y a écrit aussi 20.000 Lieues sous les mers.

Pendant la guerre de 1870, Jules Verne est capitaine de la garde locale, et patrouille à bord de son voilier Le "Saint-Michel"

Le Crotoy 1er août 2013 Villa Colette et Florentin Lefils

                              Villa  "La Prairie"                                                     "La Villa des Dunes"

Villa "La Prairie" : Maison de Florentin Lefils (1805-1878), historien du Crotois.

"La Villa des Dunes" L'écrivaine Colette séjourna au Crotoy entre 1906 et 1911. Elle passait les étés dans cette villa avec son amie Mathilde dite Missy (1), la fille du duc de Morny.

deux chapitres de son ouvrage "les vrilles de la vignes" évoquent ses souvenirs au Crotoy.

De nombreux peintres vont être fascinés par les paysages du Crotoy :

Alfred Sisley séjourne de nombreusse reprises et y réalise quelques toiles.

Georges Seurat vient en 1889 au Crotoy et y peint deux toiles : "Le Crotoy amont" et "Le Crotoy aval" (le bourg et la plage).

Alfred Manessier, 1911-1993, peintre et un des maitres de la nouvelle école de Paris, profondément imprégné dès son enfance par les paysages et la lumière de la Baie de Somme, consacre de nombreuses toiles aux méandres et reflets du fleuve, au littoral picard, aux ports du Nord.

 

La commune fut également la terre d'élection des frères Caudron, pionniers de l'aviation. De nombreux essais eurent lieu sur la plage. Le premier vol validé a lieu le 24 mai 1909. En 1910, les Caudron créent la toute première école de pilotage du monde; elle se double d'une école militaire de pilotage, qui sera l'une des plus importantes de la Première Guerre Mondiale.

 

Le chemin de fer de la baie de Somme CFBS :

IMGP0982 130T Haine St Pierre N° 15

La T 130 N°15, locomotive à vapeur du chemin de fer de la Baie de Somme qui relie Le Crotoy, Noyelles-sur-Mer, Saint-Valéry-sur-Somme, Cayeux-sur-Mer.

IMGP1390-Reseau-des-Bains-de-Mer-r.jpg

Le-Crotoy-Saint-Valery-en-Somme-01.8.2013-montage-130T-mon.jpg

 A voir dans la région : Le Domaine du Marquenterre, ses oiseaux et grands mammifères,

 Lien : Baie de Somme

Lien : Chemin de Fer de la Baie de Somme

Lien et sources : Office de Tourisme du Crotoy  Courriel : contact@tourisme-crotoy.com

Lien et sources Wikipédia : Le Crotoy

(1) Lien wikipédia :  Mathilde de Morny dite Missy

Prochain article : Saint-Valery-sur-Somme

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 19:41

 

Dimanche 21 juillet de 16 H 30 à 18 H 30, le cycle Les Pouilles (Puglia, région sud de l'Italie) à la Villette propose des démonstrations de tarentelle dirigés par Maristella Martella, danseuse et chorégraphe italienne, sous le pérystyle de la grande halle.

 

Connue dès le XVIIème siècle, cette danse s'est longtemps vue octroyer des vertues thérapeutiques, prétexte à perpétuer des danses paiënnes dans l'Italie ultra catholique.

458px-Perrault_Leon_La_Tarantella-ro.jpg

 La Tarentelle, par Léon-Bazille Perrault

Randonnée du 21 juillet 2013 Des Buttes Chaumont à la Vil

Démonstration et atelier de tarentelle

IMGP9933-Maristella-Maretlla-r.jpg

La danseuse et chorégraphe Maristella Martella anime l'atelier

      IMGP9921-ro-Tarentelle-Maristella-Martella.jpg

La morsure de l'araignée :

"La médecine traditionnelle est impuissante. La victime est possédée, mélancolique ou agitée, on ne sait à quel saint se vouer. On en appelle aux dieux. Mais les dieux d’aujourd’hui ne savent plus guérir ce mal. On va solliciter le cortège des dieux antiques, Dionysos en tête. Pour leur parler, il faut chanter, il faut danser au rythme fou des tambourins et des tambours, aux accords endiablés des guitares battantes, des heures durant, jusqu’à la transe, jusqu’à la délivrance. Quand les dieux ont accepté la supplique, la frénésie prend fin, le mal s’éloigne brusquement, la tarentelle a vaincu la tarentule. Maristella peut enfin dormir."

Randonnee-du-21-juillet-2013-Des-Buttes-Chaumont--copie-1.jpg

Lien Maristella Martella : Maristella Art Moderne

Lien Wikipédia : Tarentelle

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 18:08

 

Un séjour dans le massif des Bauges en juillet 2013, et des randonnées en juin 2014.

Le massif des Bauges, ou plus communément appelé les Bauges, est un massif montagneux calcaire des préalpes françaises du nord. Il se situe  à cheval sur les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, et culmine à plus de 2 200 mètres d'altitude.

Le cœur du massif forme le pays des Bauges, façonné par l'élevage laitier traditionnel, alors que les pentes externes du massif appartiennent historiquement aux versants des grandes vallées environnantes. Tant par la richesse de la faune que par celle de la flore, le patrimoine naturel est remarquable, et constitue l'un des atouts majeurs du Parc naturel régional du massif des Bauges,     créé en 1995.

Le massif des Bauges est entouré de plusieurs villes dynamiques : Annecy, Aix-les-Bains, Chambéry et Alberville. 

Séjour en massif des Bauges juillet 2013 montage Portes et

Les portes traditionnelles des villages des Bauges situés près du Mont Trélod (Doucy-en-Bauges, Les Magnoux, Doucy-Dessous, La Compôte) 

A noter les caractéristiques locales des supports de balcons appelés séchoirs à « tavalans » du village de La Compôte et de Doucy-en-Bauges ou granges à clayonnages en sapin et épicéa. 

IMGP4275-vaches.jpg

La production laitière traditionnelle se repartit sur tous les alpages des Bauges

Sejour-en-massif-des-Bauges-juillet-2013-montage--vaches.jpg

La faune et la flore font partie du décor naturel du massif : elles sont représentée par plus de 1500 espèces différentes de plantes. La Réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges s'étend sur 5200 hectares et abrite plus de 2000 chamois, ainsi que des chevreuils, mouflons, cerfs et marmottes. 117 espèces d'oiseaux nicheurs l'on adopté avec certaines spectaculaires comme l'aigle royal ou le Tétras lyre.

Le lynx et le pic noir sont aussi présents. Le loup a disparu depuis les années 1995.

IMGP4782-Flore-des-Bauges.jpg

Séjour en massif des Bauges juillet 2013 montage fleurs r

 

La flore, nombreuse dans la région, donne naissance à des passions :

Sejour-en-Bauges-juillet-2013-Montage-Herbier-de-la-Clappe.jpg

Philippe et "l'Herbier de la Clappe" à Noyer-en-Bauges

 L'Herbier de la Clappe r

Mardi-11-juin-2014-Visite--L-Herbier-de-la-Clappe-Montage-r.jpg

Mardi-11-juin-2014-L-Herbier-de-la-Clappe-Montage-2-r.jpg

 IMGP8715-Les-Jardins-des-producteurs-de-plantes-Les-Bauges-.jpg

 

Une visite chez le sculpteur du Noyer-en-Bauges : Michel Giachetti

Sejour-en-Bauges-juillet-2013-montage-scupteur-Michel-Giac.jpg

Sa fille Céline, sculpteur céramiste, expose aussi dans son exposition-atelier, les coloris de patines sont différents.


Tradition dans les Bauges : des grandes photographies anciennes dans les villages

Sejour-dans-les--Bauges-juillet-2013-photographies-ancienn.jpg des Bauges :

      Paysages du massif des Bauges : montagne, vallées, forêts

Sejour-en-massif-des-Bauges-juillet-2013-paysages-r.jpg

La plupart des nombreuses randonnées possèdent leurs circuits tracés au départ des chemins bien balisés .

Se renseigner à l'Office de tourisme du Coeur des Bauges : des cartes sont disponibles concernant les randonnées qui sillonnent le massif  

Quelques adresses utiles :

L'Herbier de la Clappe, Philippe Durand, Chef-Lieu 73340 Le Noyer-sur-Bauges, Tél. : 04 79 63 49 94 

Production et cueillette de plantes aromatiques et médicinales, infusions et apéritifs, visite de la ferme. Chambres d'hôtes Gites de France.

Visites guidées : mercrdedi après-midi à partir de 16 H, en juillet et août,

Lien internet :   www.lherbierdelaclappe.com

Des Plantes et des Animaux : Aniserie et Plantes du Cul du Bois, Isabelle et Jacques Vial-Dury, 73360 Doucy-en-Bauges, Tél. : 04 79 54 82 81.

Visites libres toute l'année, sur réservation pour les groupes.

Michel et Céline Giachetti, sculpteurs père et fille céramique et bronze 73340 Le Noyer-en-Bauges

Tél. : Céline 04 79 63 33 15 Lien : http://www.farea.com/to/giachetti   Site Céline st ses sculptures

Messagerie : celinegiachetti@yahoo.fr

Tél. : Michel : 04 79 63 31 63

Informations Parc des Bauges : lien direct www.parcdesbauges.com 

Messagerie : info@parcdesbauges.com

Office de Tourisme du Coeur des Bauges : Vieux Bourg 73630 Le Châtelard

Tél. : 04 79 54 84 28 Messagerie : lien direct infos@lesbauges.com 

Site internet : www.lesbauges.com

Maison du Parc 73630 Le Châtelard Tél; 04 79 54 86 40

Maison Faune Flore 73630 Ecole Tél. : 04 79 54 97 77

Charteuse d'Aillon, Maison du Patrimoine 73340, Maison du Patrimoine 73340 Aillon-le-Jeune

Tél. : 04 79 54 97 77

Notre gîte :  "Les 4 Saisons" Doucy-en-Bauges Chef-Lieu 73630 Tél. : 04 50 67 04 17

Un gite spacieux, bien équipé, et décoré par les peintures de Geneviève, la propriétaire du lieu.

Lien Wikipédia : Doucy-en-Bauges

Site internet : www.gite-en-savoie.fr

Merci à nos hôtes Geneviève et Jean-Claude pour leur chaleureux acceuil et leur bons conseils de randonnées dans la région.

 

Aquarelle-Gite-des-4-saison-Gennevieve.jpg

Aquarelle Geneviève Gigord

 

Bonne visite de cette région grandiose et naturelle !



Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:30

 

Eté 1882 : une jeune femme nommée Flore, appelée plus communément Antelma, fait traverser l'Yonne, dépourvue de pont entre Vaux et Petit Vaux.

Elle remplace son père, Andrien Denoix, qui exerce le métier de charron, mais a aussi la charge de faire traverser la rivière aux riverains, aux marchands partant pour la foire d'Auxerre, et parfois des passagers plus encombrants : des vaches, des cochons ou des moutons appeurés.

La-fille-du-passeur-Vaux--Emile-Adan-1883.jpg

      "La Fille du Passeur", Huile 225 x 135 cm de Louis Emile Adan, 1882, Vaux

 

Occupé par son métier de charron, Adrien laissa sa fille le remplacer pour faire traverser l'Yonne aux clients.

Elle avait à peine douze ans, mais sa robuste nature et l'habitude des rudes travaux de la maison en avaient déjà fait une femme.

Les habitants de Vaux s'accoutumèrent au spectacle étonnant de cette jeune fille, le corps sérré dans un grand tablier, et la tête enveloppée d'un fichu coloré, maniant sa lourde barque à l'aide d'une longue perche qui, actionnée par des bras solides, s'en allait chercher le fond de la rivière.

Anthelma suppléa ainsi courageusement son père durant son adolescence, jusqu'à son mariage.

Elle racontait encore, soixante ans plus tard, les  souvenirs de sa laborieuse jeunesse.

Sa carrière  faillit d'ailleurs se terminer tragiquement au cours de l'hiver 1892, l'avant veille de son mariage.

Elle dut répondre à l'appel d'un passant qui voulait gagner le Petit-Vaux. La rivière, grossie par la fonte des neiges, s'écoulait très rapidement et dangereusement. La nuit était tombée depuis longtemps, et aucune lumière ne permettait de répérer les rives de l'Yonne. Le passant fut conduit à bon port, mais au retour, entrainée par un violent courant, la barque partit à la dérive. Antelma ne savait plus où elle se trouvait; elle appela au secours et son jeune frère arriva à temps pour la tirer du danger.

Antelma était originaire de Vaux, où elle avait épousé, en 1892, Célestin Depeige, un maçon de Vallan.

Avant de venir habiter à Vallan, au moment de son mariage, Antelma vivait à Vaux avec sa famille, près de l'actuelle "Petite Auberge". C'est là que se trouvait la maison du passeur Adrien.

Le tableau :

C'est au cours de l'été 1882 qu'Antelma servit de modèle au peintre Emile Adan, venu chercher son inspiration à Champs et ses environs.

Se trouvant au Petit-Vaux, il remarqua, dans le cadre pittoresque du panorama de Vaux, la barque du passeur et la jeune fille qui la conduisait. Il décida d'en faire le sujet de sa toile qu'il présenta au salon de peinture de 1883. Cette toile "la Fille du Passeur" connu un vif succès au Salon du Luxembourg à Paris en 1883. 

Le tableau fut acheté et l'on perdit sa trace; il réapparut en 1900 durant la Vente Merlin, puis disparut.

"La Fille du Passeur" du peintre Louis Emile Adan, est un tableau exposé aujourd'hui dans le grand escalier de l'hôtel de ville de Vichy.

Il fut offert à la municipalité par M. Lamoureux, alors ministre de l'Instruction Civique et des Beaux-Arts, en 1930.

Cette oeuvre regagnera-t-elle un jour la région où elle fut réalisée, beaucoup en rêvent ?

Antelma repose au cimetière de Vallan, sous le nom de Flore Denoix, épouse de Célestin Depeige, décédée en 1963. L'héroïne vécut jusqu'à 93 ans.

Bords-de-l-Yonne-Vaux-2013.jpg

Bords de L'Yonne à Vaux, juillet 2013

 

Souces documentaires : André Ségaud, Villefargeaux. "La Fille du Passeur" par l'Abbé Jacques Leviste "l'Echo d'Auxerre" N° 101 Octobre 1972

Louis Emile ADAN : peintre  et illustrateur français, est né à Paris en 1839, et mort en 1937 à 98 ans.

Il étudie à l'école des Beaux-Arts, où il est élève de François-Edouard Picot et d'Alexandre Cabarel.

Ses oeuvres principales :

  • La partie de quilles, Musée National du Sport, Paris 75013,
  • Dernier jour de vente (1875),
  • La Sortie de l'église de Ciboure (1887), musée des Beaux-Arts de Pau.

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 05:40

 

Amiens, la préfecture de la Somme et de la Picardie est une ville de 135.000 habitants appelés les Amiénois, ce qui en fait la commune la plus peuplée de la région.

Le territoire du Grand Amiénois rassemble près de 340.000 habitantsPicardie-Amiensbynight-montage-r.jpg

Son réseau de canaux dans la ville, et ses jardins potagers font appeler cette belle cité la Petite Venise du Nord.

La caractéristique de ses jardins entourés d'eau, appelés hortillonnages couvrant près de 300 hectares, lui confére un charme fou.

Le label Ville d'Art et d'Histoire décerné en 1992 récompense ce patrimoine riche et unique.

IMGP2938-Hortillonage-marche-sur-l-eau.jpg

      Le marché sur l'eau en juin

IMGP3289 cathedrale d'Amiens le soir ror

La cathédrale d'Amiens illuminée et colorée le soir (1)

La cathédrale Notre-Dame d'Amiens est la plus vaste de France avec ses 200.000 m3 de volume intérieur.

Elle fait partie des archétypes de style gothique classique.

Elle fut construite de 1220 à 1269, un temps record à l'époque. Elle avait profité de l'expérience des constructions antérieures d'édifices. 

Sa longueur est de 145 mètres, et sa hauteur de voute de 42,30 mètres. Lien : Cathédrale d'Amiens

Picardie-Amiens--sejour-du-22--24-juin-2013-montage-centre.jpg

Le centre historique d'Amiens

 

IMGP3481-beffroi-d-Amiens.jpgIMGP3502 Beffroy Lithographie

Le beffroi actuel et dans le passé (lithographie)

Cet édifice date des XV et XVIIIème siècle. Il est inscrit à l'inventaire des M.H. en 1926, et au patrimoine mondial des beffrois de Belgique et de France en 2005. lien : beffroi d'Amiens

23 beffrois du Nord-Pas de-Calais et de la somme ont été classés en juillet 2005 par l'UNESCO  au patrimone mondial. A l'origine, le beffroi est érigé comme signe d'autonomie communale, symbole de la liberté.

Au fil des siècles, il est devenu le symbole de la puissance et de la prospérité des communes.

Picardie Amiens 22 24 juin 2013 montage hortillons 

Les hortillons

Hacquart 60 - AMIENS - Le Marcgé sur l'eau - Bateaux d'Hor

Le terme hortillonnage provient du mot hortillon, nom picard, utilisé dès le XVème siécle.

Ce terme provient du bas latin hortellus, petit jardin, diminutif du mot hortus, jardin. Il désigne en Picardie des jardins et des petites cultures maraîchères entrecoupés de canaux. La plupart d'entre eux sont situées sur des îles et ne sont accessibles que par bateau, appelés barques à cornet. Ces jardins flottants constituent une mosaïque de 300 hectares de jardins maraîchers et d'agrément au coeur de la ville d'Amiens.

Les romains seront les premiers à s'intéresser au site, et parallèlement au développement de Samaribriva, Amiens aujourd'hui, ils commencèrent à drainer les maréchages, à applaner les multiples lots naturels, et à entreprendre des cultures maraichères.

 

Une figure amiénoise : Jules Verne

Jules Vernes épouse une amiénoise en 1857 et s'installe définitivement à Amiens en 1871. Il a alors et se met à écrire la plupart des romans qui lui valurent son succès. La maison où il a vécut, rénovée en 2005, abrite de nombreux témoignages de sa vie et de son oeuvre. Il participe activement à la vie amiénoise et inaugure en 1889 le cirque qui porte son nom.

Il est inhumé au cimetière de la Madeleine.

Le Musée de Picardie,

Construit entre 1855 et 1857 sous le règne de Napoléon III, ce musée figure parmi les plus beaux de France tant par la richesse de ses collections et par la cohérence architecturale de ses jardins et façades.

Il abrite des collections archéologiques, une salle de sculptures du XIXème siècle, ainsi que des compositions monumentales de Puvis de Chavannes.

 

Merci à Maryse pour la visite très intéressante du beffroi et de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens.

 

(1) La cathédrale Notre-Dame d'Amiens redonne vie aux saints, apôtres et autres figures qui peuplent la façade, grâce à une mise en couleurs par projection d'images numériques.

Horaires : 22 H 40 en juin, 22 H 30 en juillet, 22 H 00 en août, 21 H 45 en septembre, 19 H 00 en décembre.

Lien wikipédia : Les hortillonnages d'Amiens

Lien Wikipédia : Amiens

Site du Syndicat d'Initiative d'Amiens Office Tourisme

La Maison de Jules Verne : 2, rue Charles-Dubois Tél. :  03 22 45 45 75 Lien : www.amiens.com/julesverne

Musée de Picardie :  48, rue de la République T. les j. sauf lundi et certains jours fériés Tél. : 03 22 97 14 00

Tél. Office de Tourisme : 03 22 71 60 50

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 15:59

 

Visite d'un des plus beaux villages de Picardie, Gerberoy, qui a fêtera cette année la 87ème édition de la Fête des Roses, le dimanche 21 juin 2015.

IMGP9091 r

Gerberoy connut plusieurs noms dans l'histoire de cette magnifique cité médiévale :

Gerberacum à l'époque gallo-romaine, Gerboredum en 1015, Girderei en 1077, Gerbe-la-Montagne à l'époque révolutionnaire, Gerberoy en 1454, puis après la période révolutionnaire.

L'origine du nom de cette cité provient du latin Garbarium, tas de gerbes, qui a donné le nom gerber en vieux français, moissonneur, et explique les armes de la ville formée de trois gerbes, sur un champ de gueules.

Cette cité prête régulièrement son décor à des séries télévisées, notamment celles inspirées des nouvelles de Guy de Maupassant, « le Rosier de Mme Husson » et « Le cas de Mme Luneau » en 2010 et 2011

IMGP1748-ro-blason-Gerberoy.jpg

Les armes de Gerberoy : "D'azur aux trois gerbes de blé d'or"     

La popularité de cette cité classée parmi les plus beaux villages de France revient au peintre Henri Le Sidaner qui s'installe en avril 1904, créé un jardin qu'il pourra peindre.

IMGP9053 rIMGP9106-Peintre-2010-r.jpg

IMGP9271-Le-Sidaner.jpgIMGP8988 Jardin le Sidaner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Fête des Roses est créée sous l'impulsion du peintre. La 85 ème édition a eut lieu cette année, le 16 juin.

Cette journée fait naitre de nombreuses animations dans la cité : ventes de rosiers, stands de spécialités locales, voitures anciennes, fanfares, producteurs de roses et de fleurs, peintres dans la rue...

 

Gerberoy-toutes-images-montage-roses.jpgIMGP9040-Jardin-le-Sidaner-Temple-d-Amour.jpg

Randonnee-du-16-juin-2013-Gerberoy-montage-Fetes-des-Rose.jpg

IMGP2119 sépia    

La cité médiévale compte de nombreux artistes et artisans

Randonnée du 16 juin 2013La fête des Roses montage poteri

Stéphanie, la potière dans son atelier.

 

Gerberoy possède sa vigne depuis quelques années. Dégustation pour les groupes sur réservation

Renseignements : www.closgerberoy.com ou www.gerberoy.net

 

Les personnages célèbres de Gerberoy :
VIGNOLLES, Etienne de (1390-1442) dit La Hire
Né en 1390 à Castera-Vignoles (Haute-Garonne), il se rallie au Dauphin dès le commencement des guerres, en1418 et se joignant à Poton de XAINTRAILLES Lorsque le 22 avril 1429, Jeanne quitte Blois pour Orléans, La Hire,âgé de trente-neuf ans, la suit. Il est alors capitaine du Roi, mais vient d'être vaincu à la journée dite des"Harengs" (12 février 1429). Une amitié indéfectible naquit alors  entre eux ; Jeanne en fit un de ses tous premierscapitaines, lui confiant même le commandement de l'avant-garde à Patay.
Lorsque Jeanne fut prise à Compiègne par les Bourguignon le 23 mai 1430, puis vendue aux anglais quil'amenèrent à Rouen, La Hire n'hésita pas à tenter le coup de force pour emporter la ville. C'est en essayant dequérir des secours qu'il fut trahi par les bourguignons et pris.
Après la mort de Jeanne, il continua la lutte pour son roi : vainqueur à Gerberoy en 1435, entrée dans Paris avecCharles VII la même année, campagne de Normandie avec Dunois en 1438.
Les anglais l'avaient surnommé "la Hire-Dieu" (ira-Dei : la colère de Dieu), alors que les français donnèrent sonnom à une figure du jeu de carte.
XAINTRAILLES, Jean Poton de (1400-1461).
Vicomte de Bruillois, seigneur de Salignac, Roques, Villeton, Tonneins et Saint-Macaire. Xaintrailles était l'un des plus fidèles et des meilleurs compagnons de Jeanne d'Arc. Il contribua, aux côtés de celle-ci, à la délivrance d'Orléans (1429), fit prisonnier Talbot, le chef des troupes anglaises qu'il renvoya noblement dans ses quartiers sans exiger de rançon. Il combat à Jargeau, Meung, Beaugency, puis à Patay. Écuyer d'écurie du roi le 17 juillet 1429, puis premier écuyer du corps, et enfin maître de l'écurie royale.
Chargé successivement par Charles VI et Charles VII de combattre les Anglais en Picardie, il fut nommé en 1454, Maréchal de France. Il conquit la Guyenne et prit part à la libération finale de la France. Mourut le 7 octobre 1561, au château Trompette à Bordeaux.

Henri-Eugène Le Sidaner et Gerberoy :

IMGP0162-Henri-Le-Sidaner.jpg

Sur les conseils du céramiste Auguste Delaherche, l'artiste découvre Gerberoy, petite ville délaissée de l'Oise où il achete une maison qu'il restaure peu à peu. Ses différents déplacements en France et à l'étranger lui procurent maintes sensations intimistes. Seul Gerberoy est propice à une création fertile en devenant presque le thème principal de son œuvre, soit plus d'une centaine de toiles produites. Dès 1901, il propose au Salon des vues de la cité, puis il se focalise progressivement sur la partie architecturale phare de la maison, la façade, ses fenêtres, ses volets. Dans la recherche de l'instant intime, de l'arrêt sur image, les toiles de Gerberoy émanent d'une douceur de vivre incomparable en même temps qu'elles déclinent selon l'heure et la saison des accords chromatiques variés. L'artiste passe le printemps et l'été de l'année 1903 à Gerberoy. C'est le début des motifs d'intérieur à la fenêtre ouverte et des tables de jardin, des crépuscules. À l'aide d'un soigneux arrangement de nature morte, le peintre décline harmonieusement la sensation du temps qui s'arrête.

IMGP0217-Vieille-rue-au-crepuscule-1929.jpg

"Vieille rue au crépuscule" 1929 (actuellement la maison bleue et la tour-porte)

 

 

La Bataille de Gerberoy : 
La bataille de Gerberoy appelée également bataille d’Arondel est une victoire des Français contre les Anglais, le 9 mai 1435, pendant la guerre de Cent ans, à Gerberoy, en Beauvaisis, dans la région de Picardie.
Compte tenu de sa position géographique, Gerberoy fut en réalité le théâtre de nombreux faits de guerre au Moyen-Âge  et sous la Renaissance, mais de nos jours l'expression bataille de Gerberoy sans autre précision désigne communément celle de 1435.
Une visite le 30 mai 2014, et une animation de peinture pour les enfants dans les jardins Henri Le Sidaner :
 
Gerberoy 30 mai 2014 montage titre les jardins Le Sidaner r
 

 

Un rendez-vous d'anciennes Ford Mustang ce jour-là :

Gerberoy-Ford-Mustang-30-mai-2014-montage-r.jpg

 

Rendez-vous le dimanche 15 juin 2014 pour la 86ème fête des Roses de Gerberoy

Randonnee-du-20-juin-2010-boucle-autour-de-Gerberoy-Fete-.jpg 

Quelques dates de l'histoire de Gerberoy :

57 av. J.-C : Arrivée des romains qui construisent un oppidum sur la motte (la butte),

911 Traité de Saint-Clair-sur-Epte : Charles-le-Simple signe avec le duc Rollon, chef des normands, un traité fixant les limites entre la Normandie et la France. La frontière passe entre Gournay et Gerberoy,

923 Première construction d'un château-fort à Gerberoy par le vicomte Fulco, premier seigneur de Gerberoy et vassal du comte de Beauvais. cette construction s'effectue en face de la citadelle de Gournay, fief de Ragnewald, d'origine nordique, converti et baptisé sous le nom de Eudes, afin d'obliger les normands à respecter le traité de Saint-Clair-sur-Epte,

948 Louis d'Outremer, roi de France, et Richard II,

992 Francon, fils et successeur de Fulco, établit un marché tous les vendredis, et une grande foire de 3 jours à la Saint-Michel,

1104 Le premier donjon de Gerberoy est construit afin de fortifier le château,

1015 A la suite de la donation à l'église d'une grande partie du comté de Beauvais, l'évêque prend le titre d'Evêque Comte, et le Vicomte celui de Vidame, titre carolingien donné au représentant d'un évêque chargé de défendre ses intérêts et de conduire ses troupes. Francon, devenu Vidame, construit un Hôtel-Dieu, un collège, puis la Collégiale. Il fait ceinturer la ville de fortifications et crée 11 postes de chanoines et un poste de trésorier,

1072 Construction de l'église Saint-Jean. Le nombre des chanoines est porté à 25 plus un trésorier. Les stalles du choeur de l'église Collégiale sont recouvertes,

1077 Robert Courte-Heuse, "courte botte", fils de Guillaume-le-Conquérant, en rupture de ban avec son père, se présente à Philippe, roi de France, et lui prête le château de Gerberoy. Il devient Gouverneur de Gerberoy, et monte une garnisons de 2000 hommes,

1079 Premier siège de Gerberoy par Guillaume-le-Conquérant. Après 3 semaines d'escarmouches, Guillaume décroche, mais Robert, son fils, l'attaque ferme. A lieu la bataille d'Anchy-en-Bray, dite de Gerberoy, au cours de laquelle le fils blesse son père, et lui demande pardon.

1159 Deuxième siège de Gerberoy par Henri II Plantagenet, roi d'Angleterre, qui après de nombreux assauts et pillages, s'empare de la ville, ainsi que du château; seul le donjon reste imprenable,

1160 Un traité signé rend Gerberoy à la France,

1188 La ville et le château sont reconstruits et entourés de murs,

1196 Troisième siège de Gerberoy, Jean-sans-Terre, frère de Richard Coeur-de-Lion, roi d'Angeterre, attaque la place, la détruit en partie, pille, rançonne et regagne la Normandie,

1202, Philippe Auguste passe à Gerberoy. Ce serait à cette date que cette cité reçoit le titre de Ville ainsi que ses armoiries, trois gerbes d'or sur champ de gueule,

1357 La Grande Jacquerie désole le Beauvaisis et le pille. Le château est reconstruit sur ordre du dauphin Charles, régent de France, et héberge les soldats st seigneurs qui arrêtront la Jacquerie et châtiront les Jacques (appelés aussi Hurons ou Bonshommes),

1419, Quatrième siège de Gerberoy par le comte de Hunlingdon. La ville et le château sont prises. La Collégiale est incendiée, et la ville occupée,

1424-1425 Monseigneur Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, futur évêque de Rouen, et le Vidame de Gerberoy viennent en cette ville,

1429-1430 Les anglais fortifient Gerberoy,

1432 Charles de Bourbon, comte de Clermont, attaque la ville, chasse les anglais et détruit le château, l'église Saint-Jean, et quelques maisons de chanoines,

1435 La ville est alors inhabitée. Quelques anciens compagnons de Jeanne d'Arc, parmi les plus fameux, Pothon, sieur de Sainte Treilles, dit Xaintrailles, Grand Ecuyer de France, Etienne de Vignolles, dit la Hire ( la colère), capitaine général pour le royaume de tous les pays au nord de la Seine, et quelques autres, recoivent mission de Charles VII de rebâtir le château et les murailles de Gerberoy, bien situé pour préparer l'attaque de la Normandie,

9 mai 1435 Célèbre bataille de Gerberoy,

1451-1479 Reconstruction de la collégiale, placée sous le vocable de Saint-Pierre,

1789-1795 Pendant la révolution, après inventaire, tous les objets du culte, en métal, ou ornés de métal, 6 cloches sur 7, sont dirigés sur la Convention Nationale, via Beauvais. Ornements, livres et statues sont en grande partie brûlés. Le collège des chanoines disparait.

XIXème siècle La collégiale dvient église paroisiale,

1832 Le cimetière entourant la Collégiale est transféré à l'extérieur de la ville.

 

Carnet de voyage aquarelles juin juillet août 2013 

      Gerberoy-choix-aquarelles-montage-r.jpg

      Lien carnet de voyage aquarelles à Gerberoy : Aquarelles Gerberoy

Gerberoy-Jardins-Henri-Le-Sidaner-aquarelles-montage-r.jpg

Les jardins Henri Le Sidaner, aquarelles 2014

 

Une exposition en 2013 et 2014 à la Poterie de Gerberoy

Exposition-Aquarelle-Poterie-de-Gerberoy--octobre-2013.jpg

 

Gerberoy Fête des Roses : le dimanche 15 juin 2014

Gerberoy-Fete-des-Roses-15-juin-2014-r.jpg

Venez nombreux !

Fete-des-roses-au-feminin-2006-Gerberoy.JPG

Gerberoy au féminin, sources : Gerberoy au féminin 2006

 

Gerberoy-Fete-de-roses-1928-photographie-ancienne.jpg

      Photographie de la première fête des roses à Gerberoy en 1928 (sources : archives Gerberoy)

Gerberoy--beau-village-de-Picardie-Oise-29-aout-2014-Merce.jpg

      29 août 2014, 85 modèles Mercedes-Benz dans le village de Gerberoy avec le Mercedes-Benz Classic

 

 

 

Le marché gourmand de Gerberoy

spécial fête de fin d'année

revient après 6 ans d'absence

le dimanche 30 novembre 2014 de 9 à 16 heures

sous la halle de la cité

 

 

 

 

Fête des roses 2015

 

 

 

 

 

 

 

La fête des roses 2015 à eu leu le 21 juin 2015. Les roses étaient cette année au rendez-vous

Gerberoy et sa fête de roses 2015

Gerberoy et sa fête de roses 2015

Les jardins Henri Le Sidaner en fleurs

Les jardins Henri Le Sidaner en fleurs

Les reines des Lys de la vallée de la Licornes à Beauvais étaient de la fête

Les reines des Lys de la vallée de la Licornes à Beauvais étaient de la fête

Les costumes grandioses du carnavall de Venise

Les costumes grandioses du carnavall de Venise

Un rassemblement de Morgans, mythiques automobiles anglaises

Un rassemblement de Morgans, mythiques automobiles anglaises

La 88ème Fête des Roses 2016 :  le dimanche 19 juin

Un des beaux villages de France : Gerberoy

Lien site de la commune : Gerberoy

Lien fête des Roses et journée du patrimoine 2014 ville de Gerberoy : Gerberoy.com

Lien Wikipédia ; Gerberoy

Lien Jardins Henri Le Sidaner Jardins Le Sidaner

Lien Wikipédia : Henri-Eugène Le Sidaner

Article Henri Le Sidaner : Les Années 30 Gerberoy, les peintures intimistes

Exposition d'oeuvres d'Henri Le Sidaner Musée Le Touquet-Paris-Plage : Le Sidaner et ses amitiés artistiques

(du 5 avril au 28 septembre 2014)

Les expositions Henri Le Sidaner en France : Les actualités des arts

Bibliographie : LE SIDANER L'oeuvre peint - L'oeuvre gravé Edition André Sauret Yann Farinaux - Le Sidaner

Préface de Rémy Le Sidaner. Huile, pastels et études du peintre, 400 pages

Lien du blog : Les beaux villages de France (1) 2012

Lien du blog : Les beaux villages de France suite (2) 2013

Poterie de Gerberoy 5 faubourg Saint-Jean 60380 Gerberoy Tél. : 03 44 48 34 92 Atelier de poterie, boutique exposition,

Un beau diaporama sur le site de Gerberoy :https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=wm#inbox/150c06ebb243dd1b?projector=1

Lien du blog , autre beau village de France : Conques, beau site de France, son abbatiale Ste Foy, son cloître

Carte des plus beaux villages de France : lien

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article