Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 15:44

 

L'histoire de la préfecture de la Moselle et de la plus grande ville de la région Lorraine commence il y a 3000 ans.

Il suffit de visiter le Musée de la Cour d'Or pour se rendre compte du riche passé de cette métropole.

Oppidum celte de la tribu des Médiomatriques, puis cité gallo-romaine sous le nom de Divodorum, Mettis puis Metz, elle devient la capitale du royaume d’Austrasie et le berceau de la dynastie carolingienne.

Enorme ville de garnison, Metz est une des plus grandes métropoles au Moyen-Age, de par sa position stratégique géographique.

Elle devient allemande en 1871. après la guerre franco-prussienne de 1870. et le traité de Francfort signé le 26 février 1871. L'empereur Guillaume II fait construire dans la ville des bâtiments administratifs impressionnants pour montrer la puissance de son pouvoir, dont la gare actuelle. Metz redevient française après le traité de Versailles, le 28 juin 1919, mais est occupé par les troupes du IIIème Reich de 1940 à 1944. Ce régime en profite pour réannexer l'Alsace-Lorraine, qui sont libérées par les troupes alliées en début 1945.

Les bâtiments de la ville ont été largement construits en pierre de Jaumont, dite aussi pierre de soleil, qui leur donne un éclat jaune d'or sous les rayons solaires. Les carrières de cette pierrre, chargée en oxydes de fer, se situent à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Metz, et sont toujours exploitées.

 

IMGP3496 Cathédrale St-Etienne MetzIMGP4574-ro-Metz.jpg

 

 

                                               L'Arsenal, le soir                                               La cathédrale Saint-Etienne*** de style gothique

 

 

  IMGP3759 Porte Serpenoise Metz               IMGP3800 Gare de Metz      

 

 

 

 

 

 

 

                                  La Porte Serpenoise                                                                                                                                       La gare de Metz                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

      IMGP3269-Eglise-Sainte-Segolene.jpg

L'église Sainte Ségolène

 

IMGP3442 Le temple NeufIMGP3525 Arcades place Saint-Louis

Le Temple Neuf, de style néoroman rhénan    La rue de la Tête d'Or, près de la place Saint-Louis  

 

Metz-sejour-du-25-au-28-decembre-2013-Enceintes--fortific.jpg

Le circuit des anciens remparts

 

 

 

Eglise Sainte Ségolène L'église Sainte-Ségolène et la cathédrale Saint-Etienne, le soirIMGP4103 Cathédrale St-Etienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'église romane Saint-Maximin, édifiée au XIIème siècle, et la plus ancienne de Metz, fut choisie par Jean Cocteau pour présenter ses vitraux à la veille de sa mort. Il travailla avec les maîtres verriers levalloisiens Brière.

Metz-sejour-decembre-2013-Chapelle-St-Maximin-Vitraux-Jea.jpg

Metz-sejour-decembre-2013-Cathedrale-St-Etienne-vitraux.jpg 

Les vitraux du XXème siècle de la cathédrale Saint-Etienne (Marc Chagall ateliers Simon-Marcq)

Les verrières*** de la cathédrale forment un ensemble somptueux qui a valu à l'édifice le surnom de "lanterne du Bon Dieu"

 

Le Musée de la Cour d'Or *** rassemble une collection magnifique d'oeuvres et d'objets qui témoignent la riche histoire de Metz et du pays messin. A voir absolument ! IMGP3673-Musee-de-la-cour-d-Or-facade-r.jpg

Metz-Musee-de-la-Cour-d-Or-montage-r.jpg

Le grenier de Chèvremont*, daté de 1457, servait à engranger le produit de la dîme prélevée sur les céréales :

IMGP4267-Grenier-de-Chevremont-Metz.jpg

 

Metz et ses illuminations de fin d'année : la Grande Roue, Place de la Rébublique, la plus grande d'Europe, et le circuit des Lanternes, dans les jardins de l'Hôtel du Département de la Moselle.

Circuit des lanternes MetzIMGP4060-Metz-circuit-des-lanthernes.jpg

Metz-lumieres-montage-du-27-dec.-1013-r.jpg

 

Et l'art nouveau !

Il n'est pas aussi bien représenté que par exemple à Nancy, mais voici deux exemples de façades art nouveau à Metz.

IMGP4354-art-nouveau-a-Metz-la-Maison-Bleue.jpgIMGP4537-art-nouveau.jpg

 

 

 

 

 

Bonne visite !

Lien Wikipédia : Metz

Lien Office de Tourisme : O.T. Metz

Musée de Metz Métropole 2, rue du Haut Poirier 57000 Metz Tél. : 0033 (0)3 87 20 13 20 T les J sauf mardi

lien Musée de Metz Métropole Courriel : musee@metzmetropole.fr

Lien Article Saint-Maximin de Metz : Eglise Saint-Maximin de Metz et les vitraux de Jean-Cocteau

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 08:05

 

Montmartre est un ancien village annexé en 1860 à la ville de Paris.

En 1800, la population était composée de 1800 âmes, pour s'accroître à 36450 eo 1856.

Historiquement, l'ancien territoire  de la commune de Montmartre comprenait la partie ouest du 18ème et la partie nord du 9ème arrondissement actuellement, ce qui fut le territoire de l'Abbaye des Dames de Montmartre durant 7 siècles.

La Butte Montmartre s'élève à 131 mètres, ce qui en fait la colline la plus haute de Paris, Belleville culminant à 128 mètres.(c)

IMGP1638-Sacre-Coeur-de-Montmartre.jpg

La basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, silhouette cararctéristique de la ville de Paris. On aperçoit sa structure depuis la banlieue parisienne, et cela en fait un repère facile.

      La place des Abbesses, lieu stratégique d'arrivée par le métropolitain Abbesses, édicule d'Hector Guimard transféré en 1973-74 de la station Hôtel de Ville (1)

IMGP9459 Sortie AbbessesMétropolitain Abbesses 23.10.2013 montage

Fontaine-Wallace-Abbesses-1.jpgLe-mur-des-Je-t-aime-Abbesses.jpg

Eglise-Saint-Jean-de-Montmartre.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'arrivée à la place des Abbesses par le métro. du même nom, est impressionnante, car il s'agit de la station la plus profonde de Paris

En effet, le bas de la butte est loin d'être au niveau de la Seine, et il vous faudra "escalader" un bon nombre de marches, avant de voir le jour, et d'admirer la magnifique verrière dessinée par l'architecte d'art Hector Guimard.

La place des Abbesses est riche en édifices : édicule à verrière, fontaine Wallace, le Mur des "Je t'aime", l'église Saint-Jean de Montmartre.

Eglise-St-Jean-de-Montmartre-19-r.jpg

Montmartre-23-octobre-2013-montage-St-Jean-de-Montmartre.jpg

L'église Saint-Jean-de-Montmartre est le premier édifice religieux construit en béton armé en 1904, sur les plans de l'architecte novateur Anatole de Baudot (1834-1915). L'extérieur comporte une structure en briques, ce qui fait de cette église une originalité à Paris. Les motifs décoratifs de l'église sont d'inspiration art nouveau, ce qui n'est pas étonnant vu l'époque de construction de cet édifice (1894-1904).

Toutes les rues tranversant la place des Abbesses sont pittoresques, mais peut-être est-il surprenant d'emprunter la rue Yvon Le Tac, au sud-est de la place, qui va conduire le promeneur au Martyrium.

IMGP1520-plaque-martyrium-Yvon-le-Tac.jpg

Cette ancienne chapelle serait, selon la légende, le lieu où le premier évêque de Paris Denys, devenu par la suite Saint-Denis, aurait été martyrisé avec Saint-Rustique et Saint-Eleuthère, et décapité au IIIème siècle. Il aurait rejoint Saint-Denis, la tête entre les mains. Sa sépulture donnera ainsi naissance à la basilique royale, puis cathédrale de Saint-Denis.

 

La place Charles-Dullin, ancienne voie de la commune de Montmartre, est déjà présente sur les plans cadastraux de 1825. Elle est alors nommé place du Théâtre en raison de la présence du théâtre de Montmartre. Elle devient place Dancourt, puis place Charles-Dullin en 1957, en hommage au metteur en scène, acteur de théâtre, et directeur.

IMGP9231 Théâtre de l'Atelier place Charles Dullin

Cette charmante place arborée est un écrin au Théâtre de l'Atelier, ancien théâtre de Montmartre, inauguré le 23 novembre 1822, et rebaptisé sous son nom actuel en 1922 par son directeur Charles Dullin.

 

Le film "Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain", comédie romantique de Jean-Pierre Jeunet (2001) a fait connaitre à son public un autre visage secret et attachant du quartier de Montmartre, loin des sentiers battus du Moulin Rouge et de la Place du Tertre. Il a atteint un record de spectateurs en France et dans le monde (plus de 32 millions d'après les sources Unifrance, dont 8.5 millions en France et 3.2 millions en Allemagne).

Randonnee-a-Montmartre-5-decembre-2013-montage-Amelie-r.jpg

      Le quartier de Montmartre popularisé par le film, des endroits moins connus :

IMGP1601-Le-cinema-Studio-28.jpgCafé des 2 Moulins A Poulainro

 

 

 

 

 

Le cinéma "Studio 27" et le "Café des 2 Moulins" lieux cultes d'Amélie

 

 

      Une autre personnalité très connue de Montmartre : Dalida

Randonnee-visite-a-Montmartre-5-decembre-2013-au-depart.jpg

      Le buste, place Dalida, la maison, rue d'Orchamps, où elle se suicidera, la sépulture de Yolanda Cristina Gigliotti (1933-1997) de son nom d'artiste Dalila, puis Dalida. Elle fut mannequin, élue miss Egypte 1954, et fut la première chanteuse a ouvrir son fan-club.

Montmartre et ses peintres : le nombre d'artistes peintres ou sculpteurs ayant vécu dans le quartier est considérable. Il est possible d'en citer quelques-uns, mais la liste ne pourra jamais être exhaustive.

IMGP2071-Place-du-Tertre.jpgIMGP9295-Le-Bateau-Lavoir.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Bateau-Lavoir : lieu mythique des peintres, depuis 1904, mais aussi cité d'artistes, de lettres, de théâtre, et de marchands d'art.

Un incendie le détruit en mai 1970. Il ne reste que la façade. Il est conplêtement reconstruit en 1978 pour abriter des artistes étrangers.

        Parmi les nombreuses personnes ayant fréquenté ce lieu mythique, on peut citer : Amedeo Modigliani, Henri Matisse, Georges Braque, Fernand Léger, André Derain, Raoul Dufy, Maurice Utrillo, Jean Metzinguer, Louis Marcoussis, Guillaume Apollinaire, Edmond-Marie Poullain, Alfred Jarry, Jean Cocteau, Raymond Radiquet, Gertrude Stein, Charles Dullin, Harry Baur, Ambroise Vollard, Daniel-Henry Kahnweiler, Berthe Weill, Jacques-Gaston-Emile Vaillant, Robert Tatin, Maurice Denis, Kess van Dongen, Endre Rozsda, Ksenia Milicevic, Pierre Mac Orlan, Marie Laurencin, Pablo Picasso, Gen Paul, Otto Freundlich.

Avant de se nommer Bateau Lavoir, cette maison avait comme nom la Maison du Trappeur. L'origine de son nom provient probablement du batiment dont la disposition intérieure faisait penser à une coursive d'un paquebot, et la maison n'étant équipée que d'un poste d'eau, une ironie attribuée à Max Jacob.

Le Bateau-Lavoir perd cependant de son animation à partir de la Première Guerre Mondiale, au profit du quartier de Montparnasse, et de La Ruche (2)son équivalent de la rive gauche.

 

IMGP2059 Montmartre La Maison RoseIMGP9338 Le Lapin Agile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  La Maison Rose de Maurice Utrillo                                          Le Lapin Agile

La Maison Rose, actuel restaurant, fut croqué et peinte par Maurice Utrillo une dizaine de fois (La petite maison rose, connue dans le monde entier). C'est certainement cela qui a souvé cet édifice.

Le cabaret Le Lapin Agile situé au 22 de la rue des Saules, établi dans la seconde moitié du XIXe siècle, racheté par Aristide Bruant en 1913, fut l'un des lieux de rencontre privilégiés de la bohème artistique du début du XXe siècle, de Max Jacob à Pablo Picasso en passant par Roland Dorgelès, Francis Carco, Blaise Cendrae ou Pierre Mac Orlan.

Ce cabaret eut comme nom "Le rendez-vous des voleurs", et "Le cabaret des Assasins" en 1869, avant de devenir le Lapin Agile (le lapin à Gill, caricaturiste de l'époque, qui créa l'enseigne décorée d'un lapin)

Georges Brassens y chanta pour la première fois. Picasso paya son repas avec l'un de ses Arlequins.

Une oeuvre de l'âne du cabaret Lolo, "Coucher de Soleil sur l'Adriatique" peinte avec un pinceau attaché à sa queue, fut acheté par un collectionneur au Salon des Indépendants, une blague du peintre Boranali. Ce tableau eut beaucoup de succès, avant que la supercherie ne soit dévoilée au grand jour.

Boronali_-_Coucher_de_Soleil_sur_lAdriatique.jpg

 

      Les vignes de Montmartre :

Fêtes des vendanges 2013

La fête des vendanges à Montmartre eut lieu cette année du 9 au 13 octobre 2013. L'affiche est réalisée par l'artiste Miss.Tic, née à Montmartre.

 

Petit circuit proposé : au départ du Métro Abbesses au métro Anvers, 5 heures de visite environ     

 

Plan-Montmartre-N-et-Bl.jpg

Bonne visite !

 

Sources : Wikipédia (café des 2 moulins et peinture de l'âne Lolo) Photographies : Jean-Pierre Kosinski

(c) les collines de Paris : rive droite Montmartre 131 mètres, Belleville 128 mètres, Mesnilmontant 108 mètres, Les Buttes-Chaumont 103 mètres, Passy 71 mètres, Chaillot 67 mètres, rive gauche Montmarnasse 66 mètres, Buttes-aux-Cailles 63 mètres, Montagne-Sainte-Genneviève 61 mètres.

Montmartre : lien Montmartre

Historique Montmartre : lien Historique Montmartre

Musée de Montmartre : lien Musée de Montmartre

(1) Voir Métropolitain Abbesses (1) Circuit Hector Guimard, Paris 16ème, métros parisiens

Dalida et sa vie "Il venait d'avoir dix-huit ans"  : lien You Tube

(2) Voir article sur La Ruche :  Visite de la Ruche et du 15ème sud

Retour à l'auteur du blog :  L'auteur du blog

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 00:15

 

Un décor art nouveau qui n'a pas changé depuis plus de cent ans.

 

IMGP0449-Brasserie-Julien.jpg

Deux ans avant que n'éclate la Révolution française, le Sieur Jean-François Gauthier fonde un estaminet (on dirait aujourd'hui un café) à l'enseigne du Cheval blanc au 16 de la rue du Faubourg Saint-Denis. Le citoyen Gauthier deviendra, peu de temps après, un de ses intransigeants révolutionnaires siégeant au tribunal.

Sous l'ombrage des acacias, les habitués aiment à s'y attabler dans le grand jardin ou sous l'élégante rotonde. Dans les années 1830, un peintre en réaction contre l'académisme, Alexandre-Gabriel Decamps, y défend ses idées et y expose ses sentiments. Autour de lui, on trouve d'autres artistes romantiques ou de l'école de Barbizon qui annoncent l'impressionnisme, ce sont Paul Huet ou Théodore Rousseau, mais aussi leur ami... Alexandre Dumas.

Il devient l'un des premiers cafés-concerts du quartier, lançant même la mode. En 1857, on peut y écouter chanter Mlle Agar qui sera l'une des plus grandes actrices de la Comédie Française.

Le propriétaire, Edouard Fournier, décide en 1901 de construire un nouveau bâtiment, ce sera un «bouillon». C'est-à-dire un restaurant où l'on peut déguster un bouillon de viandes et de légumes.

Fournier en demande la décoration à ces artistes imaginatifs et poètes que sont les tenants de l'Art nouveau. L'établissement va se parer de fleurs, de paons et de nymphes apparaissant et disparaissant au gré des reflets dans les grands miroirs.

Le neveu de Fournier, Julien Barbarin, en hérite dans les années 1920. Il veut y faire entrer la lumière zénithale afin d'éclairer délicatement les fleurs et les nymphes. Pour cela, il va commander trois grandes verrières aux motifs floraux. Ces dernières vont être dessinées par Charles Buffet qui n'est autre que le père du peintre Bernard Buffet.

En 1938, Julien Barbarin lègue son prénom à l'établissement et c'est depuis que nous allons « Chez Julien »... La Môme Piaf y amène ses amis, non loin de la salle d'entraînement de son grand amour, Marcel Cerdan.

Jean-Paul Bucher acquiert, en 1975, l'enseigne qui devient une brasserie, avec le succès que l'on sait. Dans son extraordinaire décor Art Nouveau, préservé par le temps, on y croise au hasard des jours des personnalités aussi différentes que Jean-Paul Gaultier, FabriceLuchini, Lorànt Deutsch ou Angelina Jolie en voyage à Paris.

Sources : Brasserie restaurant Julien

 

Brasserie-Julien-12-nov.-2013-montage.jpg

Brasserie-Julien-12-nov.-2013-montage-2.jpg

Les motif floraux des verrières, dessinées par Bernard Buffet.

Julien-Femmes-fleurs-montage-2-r.jpg

Les Femmes-fleurs, peintes sur pâtes de verre par le maître verrier Louis Trézel, inspiré par les oeuvres d'Alfons Mucha.

Ces oeuvres rendent hommage à la féminité, à la nature et au temps. Les quatres divines créatures se font face et se cotoient, portant toutes fièrement leurs couleurs de saison : vert pâle pour l'hiver, blanc pour le printemps, mauve pour l'été, et rouge pour l'automne.

Pour éclairer le tout et rendre la brasserie plus flamboyante, la verrière fleurie, réalisée par les établissements Guenne en 1929 vient déverser un flot de lumière et mettre en valeur la fameuse Gismonda, représentant Sarah Bernard, et les paons d'Armand Jean-Baptiste Segaud, artiste peintre.  

IMGP2777-Brasserie-Julien-14-octobre-2014.jpg  IMGP2780-Brasserie-Julien-14-octobre-2014.jpg

A voir à deux pas de cette brasserie : les passages exotiques du Brady et du Prado.

Brasserie et restaurant Julien, 16, rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris  

Tél. : 01 47 70 12 06

Ouvert tlj de 12 à 15 H et 19 à 01 H 00 du matin Métro. Strasbourg Saint-Denis

IMGP5187-plan-acces-Julien.jpg

Lien direct : Julien ou www.julienparis.com

Lien Brasserie Julien : l'art du décor

Lien plaquette Julien : Plaquette Julien

Lien Wikipédia : Louis Trézel maître verrier

Courriel : commercial@julienparis.com

Bon appétit !

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 17:25

 

Une visite de Senlis, ville royale, en début novembre.

Cette commune, située en région Picardie, est la sous-préfecture du département de l'Oise. Le site historique de cette ville domine la vallée de la Nonette.

Toutes les richesses de cette ancienne cité des Sulbanectes, nommée Augustomagus par les romains, protégée à cette époque, d'une muraille de 4 mètres d'épaisseur, et flanquée de 30 tours, peuvent se découvrir encore en partie ce jour.

De Sulbanectium à Senlis : le plus ancien nom de cette cité est civitas Sulbanectium, la cité des Sylvanectes, noms de ces peuples celtes; cette définition provient peut-être du gaulois selvanos, possssion propriété, puis troupeau, qui s'est confondu plus tard avec le latin silvanus de la forêt, suivi du suffixe celtique ecti. La cité s'est ensuite nommée Augustomagus Sivanectum, le marché d'Auguste des Sylvanectes. ou Silvanectis.

Au cours du VIème siècle, le nom de la cité devient Sinletis, puis Selnectensis au VIIIème, Seenlys au XIème, et enfin Senlis dès le XIIème siècle.

 

Hors de ces murs, se trouve un site unique en Picardie : les arènes gallo-romaines édifiées au 1er siècle.

Randonnee-du-3-novembre-2013-Visite-de-Senlis-et-boucle-en.jpg

      la cité historique et ses murailles en 1772 et actuellement

Randonnee-du-3-novembre-2013-Visite-de-Senlis--cathedrale.jpg

La cathédrale Notre-Dame, XII-XVIème siècle, témoin majeur de l'architecture gothique

 

Randonnee-du-3-novembre-2013-Visite-de-Senlis--montage-por.jpg

      Les portes et portails anciens de la cité historique sont innombrables

IMGP0004-Senlis-jardin-du-Roy-r.jpg

Le jardin du Roy : au IIIème siècle, les romains construisent une épaisse muraille longue de 800 mètres.

La sécurité de l'administration et de ses habitants, les Sulbanectes, est assurée par un castrum de 8 hectares.

Senlis, ville royale :

En 978, Senlis, tout comme Soisson et Laon, est victime des brigandages des Normands, sous Bernard le Danois. Le comte Bernard de Senlis n'ayant pas d'héritier, la ville entre dans les possessions d'Hugues Capet au plus tard en 981, alors qu'il n'est que comte et duc des Francs : il expédie du château de Senlis un diplôme en faveur de l'abbaye d'Umblières.

A Senlis, Hugues Capet aurait été élu roi par ses barons en 987 avant d'être sacré à Noyon. En 991, il emprisonne le duc Charles de Basse-Lotharingie à Senlis pour avoir pris la ville de Reims, avec la complicité de l'archevêque de Reims, Arnoul de France. La construction de la première cathédrale de Senlis commence à la fin du Xème siècle.

Sous les Capétiens, Senlis est une ville royale, demeure des rois de France, d'Hugues Capet à Charles X.

Remanié plusieurs fois sous les règnes de Louis IX, Charles V et François 1er, le château a vu passer de nombreux rois, avant de devenir le siège du Présidial en 1551, puis d'être vendu comme bien national en 1793.

 

Bonne visite !

Liens et bibliographies :

Site wikipédia : Senlis

Site wikipédia ; Histoire de Senlis

Site office de Tourisme : Tourisme à Sentis

L'Office de Tourisme vous accueille toute l'année, 7 jours sur 7.
[ Sauf le 1er mai, 25 décembre et le 1er janvier ]

Place du Parvis Notre-Dame
BP 80024
60302 Senlis Cedex
Tél. : 03 44 53 06 40
Fax : 03 44 53 29 80
E-mail : contact@senlis-tourisme.fr

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 08:36

 

Un article sur les anciens bains douches de Houilles, dans les Yvelines, est paru dans le journal "Côté-Yvelines" :

Lien direct de l'article d'Olivier Bessine du 16 octobre 2013 : Les bains douches de Houilles

 

Les bains douches de Houilles : quelques rappels de leur histoire :

 

 

Houilles-bains-douches-lavis-et-aquarelle.jpg

Lavis à l'encre et aquarelle de J.-P. Kosinski, 

Les anciens bains-douches de la ville de Houilles, de style art déco, sont situés dans l'enceinte du parc Charles de Gaulle. Elles furent inaugurés le 28 novembre 1924 et leur construction avait été adoptée au conseil municipal de la commune par 19 voix sur 22 en 1920, à l'epoque où seulement un logement sur dix possédait une salle d'eau.

Extrait de la Compagnie Générale d'Hygiène qui préconise la construction de bains douches dans les années 20 :

"Les BAINS DOUCHES devraient être établis partout, tant dans les villes que dans les campagnes; les pouvoirs publics subventionnent d'ailleurs les installations de bains douches municipaux"....

..."Le BAIN DOUCHE est une pluie douce et bienfaisante d'eau mitigée, qui coulant lentement sur le corps, enlève de la peau, à l'aide d'un savonnage, toutes les impuretés qui s'y sont déposées, c'est le plus rapide, le plus économique et le plus salubre des nettoyage du corps"

 

La société l'Oeuvre françaide d'hygiène, sous la direction de l'architecte Louis Lablaude, et sur les plans de Jacques Corot, fut chargée de la construction, pour un marché de 410.500.000 francs. L'entrepreneur fut Monsieur Bafoil. Ces bâtiments, dont l'extérieur n'a pas changé, faisaient suite à la loi de 1904 sur les bains douches municipaux, et servirent durant une cinquantaine d'années aux ovillois. Le chauffage à air chaud fut adopté par délibération du Conseil municipal le 20 mai 1952. Des réfections furent aussi entreprises cette année (maçonnerie, charpente, serrurerie, électricité, pour des devis de 683.000 francs).

Lors de la construction de ces bains douches, M. Guignet fut nommé inspecteur-régisseur des Bains Douches le 15 octobre 1924 par la maire M. Georges André.

Ils sont  composés d’un rez-de-chaussée, d’un sous-sol et d’un étage partiel organisés de façon symétrique avec deux ailes autour de l’entrée légèrement surélevée. Les 2 ailes séparaient l'espace hommes, à droite et femmes. à gauche.

p30bisBains douches de Houilles plan dessin
Le bâtiment n’a pas connu de modification de son aspect extérieur depuis sa construction. Sa surface est de 250 m2. Il est  inscrit à l'inventaire supplémentaire des bâtments historiques en 1993.
En 1979, il a servi d’annexe à la mairie pour héberger la Direction des Sports, de la Jeunesse de l’Enseignement et de I’Enfance (DISJEE), mais en 2010 la ville a souhaité effectuer des travaux pour 122 000 € afin d’y installer la structure multi-accueil « Les Genêts ».

Les travaux d'aménagement des bureaux des bains douches commencèrent vers le 15 février 1979. Ceux-cu furent confiés à l'architecte Claude Le Goas à Montreuil, pour un devis de 375.500 francs et un délai de 4 mois.

 

Bains douches en 1924L'entrée des bains douches de Houilles en 1924 (sources archives de la ville de Houiiles)

 

     Les anciens bains-douches de Houilles sous la neige, en janvier 2013IMGP7059-bains-douches-sous-la-neige-20-mars-2013.jpg

Houilles-centre-IMGP9479-r.jpg

Détails d'une des façades  

Ce bâtiment possède une structure en brique bichrome agrémentée de motifs en céramique et dont la couverture est en tuiles plates mécaniques

 

Houilles bains-douches sources Côté Yvelines ro 

Les bains douches des années 20 : document sources "Côté Yvelines"

 

Bains-douches-de-Houilles-montage.jpg

Les façades des bâtiments des anciens bains douches  nov, 2013  

 

Sources : archives de la ville de Houilles, Yvelines, Côté Yvelines octobre 2013, article d'Olivier Bessine

Lien direct carnet de voyage à Houilles, diaporama du blog : re Suite carnet 14 Houilles Ginkgo en automne aquarelle

Les bains-douches de Houilles : Site Topic Topos patrimoine des communes

Les 17 bains douches municipaux de Paris : lien Bains-douches-municipaux.JPG

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 16:50

 

Paris compte plus d'une centaine de fontaines Wallace, dont beaucoup sont installées depuis plus de 130 ans

Un petit rappel historique : en 1870, le riche philanthrope britannique Sir Richard Wallace 4O de des fontaines publiques à boire à la ville de Paris qui manque d'eau potable, suite à la guerre franco-prussienne, au siège de Paris et à la Commune.

La première de ces fontaines à boire est inaugurée en août 1871.

Le dessin de ces fontaines, prenant le nom du donateur, et comportant 4 modèles de fontes d'acier, petit, grand et mural, est confié au sculpteur Charles-Auguste Lebourg.

Elle sont, comme tous les édifices et mobiliers des parcs et jardins de l'époque, peintes en vert pour s'intégrer au décor végétal.

Ces fontaines font actuellement partie d'une des images de Paris par les visiteurs étrangers, tout comme les sorties de métro. Guimard.

 

Paris visite de Montmartre 23 octobre 2013 r

Ces fontaines, fabriquées dans les fonderies du Val d'Osne en Haute Marne, près de Saint-Dizier, sont composées de 4 cariatides symbolisant quatre vertues :  la bonté, La simplicité, la charité et la sobriété. Elles représentent aussi quatre saisons : le printemps (la simplicité), l'été (la charité), l'automne (la sobriété) et l'hiver (la bonté).

Ces fontaines étaient équipées d'un gobelet métallique et sa chaine. La largeur d'accès entre deux cariatides devait permettre à un cheval de se désaltérer.

Paris-Montparnasse-Saint-Sulpice-Saint-Germain-Saint-Michel.jpg

La fontaine Wallace de la place Saint-Sulpice, peinte comme la grande majorité des autres édifices.

 

Ce jour est consacré à la recherche des fontaines qui n'ont pas cette teinte d'origine. Elles sont placées dans des ensembles urbains récents, et ont l'avantage d'être assez facilement repêrables par leur couleur.

 

Paris-circuit-des-fontaine-Wallace-colorees-25.10-montage-.jpg

La fontaine Wallace du 66 avenue d'Ivry, située dans le 13ème arrondissement (2011) au coeur du quartier asiatique de la capitale.

 

Fontaine-Wallace-Jean-Anouilh-r.jpg

Fontaine Wallace de la rue Jean-Anouilh, Paris 13 ème (2011) proche du jardin Georges Duhamel, à deux pas de la Bibliothèque Nationale de France François Mitterrand.

 

Paris-circuit-des-fontaine-Wallace-colorees-25.10-copie-1.jpg

La fontaine Wallace de l'esplanade Pierre-Vidal Naquet, au milieu  de l'Université Paris-Diderot VII, Grands Moulins de Paris, 13ème arrondissement (2011)

 

IMGP9536 Fontaine Wallace Porte de Versailles

Cette fontaine se situe à l'entrée et dans l'enceinte du parc des expositions de la Porte de Versailles, Paris 15ème

Fontaine-Wallace-Porte-de-Versailles.jpg

 

Bonne visite !

 

Lien Wikipédia : Les fontaines Wallace de Paris

Lien Wikipédia situation dans Paris : Liste des fontaines Wallace de Paris

Lien Wikipédia : Sir Richard Wallace

Les fontaines de Paris :  Les fontaines de Paris, liste List of Paris fountains

Autres liens internes :  Visite : la fontaine Médicis,  Visite des fontaines de la Concorde The two fountains, place de la Concorde,  Visite : la fontaine de l'Observatoire,  Visite : la fontaine de la Victoire

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 06:09

 

Cette année est fêté le 400ème anniversaire de la naissance d'André Le Nôtre, architecte-jardinier du roi Soleil

IMGP8888 octobre 2013

Le bassin du Char Char d'Apollon en eaux

 

20-octobre-2013-Le-parc-de-Versailles-les-Grandes-Eaux-Musi.jpg

L'Allée d'eau et ses séries de marmousets, que dessina le peintre Charles le Vaux

 

IMGP8999-Bosquet-de-la-Salle-de-Bal-copie-1.jpg

Les bosquets de la Salle de Bal

 

Le-parc-de-Versailles----les-Grandes-Eaux-Musicales-montage.jpg

Le bosquet de l'Encelade

 

IMGP9062-Bassin-de-Neptune-2013.jpg

Le bassin de Nepture, en route vers 17 H 20

 

L'émission "Des racines & des Ailes" du 23 octobre était consacrée aux réalisations du Jardinier du Roi, et a présenté l'histoire des parcs de Versailles, dont le Trianon, et Sceaux,

Les bosquets du Rond-Vert sont  en cours de réalisation avec les réalisations de verre de l'artiste Jean-Marc Othoniel; à voir en 2014.

A savoir : les Bassins de Latone sont en travaux et restauration actuellement.

Les Grandes Eaux Musicales de Versailles ont lieu les samedis et dimanches du 30 mars au 27 octobre 2013 de 9 à 18 H 30.

Mise en musique de 10 à 18 H 30; mise en eau de 11 à 12 H, 11 H 15 à 11 H 45, 15 H 30 à 17 17 H 20 à 17 H 30 (spécifique bassin de Neptune); bassin du Miroir : cycles toutes les 10 minutes de 10 à 18 H 30.

Exposition Penone dans le parc, du 11 juin au 31 octobre

Site internet : lien direct château de Versailles spectacles

Voir aussi diaporama : Versailles-et-son-parc

IMGP8967-MOTION Grandes Eaux Musicales de Versailles r

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Versailles et son parc
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 07:12

IMGP6661-Chapelle-Royale-de-Dreux-2013.jpg

La Chapelle Royale Saint-Louis de Dreux, vue des jardins

IMGP6565-Louis-Philippe-et-Amelie.jpg

 Mausolée du roi Louis-Philippe 1er, duc d'Orléans et de la reine Marie-Amélie de Bourbon-Siciles par Marius-Jean-Antonin Mercié, 1886

La chapelle royale Saint-Louis de Dreux est la nécropole de la famille d'Orléans située dans l'enceinte du château de Dreux. Elle est classée aux Monuments Historiques depuis le 12 décembre 1977.

Le roi Louis-Philippe, accédant au trône en 1830, entreprend la transformation de la chapelle jugée trop petite, afin d'en faire une nécropole royale destinée à la dynastie naissante de la famille des Orléans.

Les travaux sont entrepris par l'architecte Lefranc de 1839 à 1845 dans un style néo-gothique à la mode, dans cette période romantique.

Cette chapelle comprend 75 tombeaux.

Dreux-visite-de-la-Chapelle-Royale-23-septembre-20-copie-2.jpg   

IMGP6670-Chateau-et-collegiale-au-XVIIIeme.jpg

 

 

Le premier caveau de famille du duc de Penthièvre :

Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, fils du comte de Rambouillet, fils du comte de Toulouse et petit-fils de Louis XIV, reçoit en héritage le Comté de Dreux.

En 1783, le duc de Penthièvre cède au roi Louis XVI le domaine de Rambouillet où reposaient ses ancêtres. Il choisit le domaine de Dreux pour recevoir les sépultures de sa famille. Il les fait transférer en la collégiale Saint-Etienne.

Le duc de Penthièvre, épargné par les tourments révolutionnaires, s'éteint en 1793. Il est inhumé discrètement à Dreux. Son unique héritière, sa fille Louise-Marie-Adélaïde, Duchesse d'Orléans, émigre en 1797. Le domaine de Dreux est alors vendu comme bien national. Les démolitions se poursuivent et les sépultures sont profanées.

Dreux visite de la Chapelle Royale 23 septembre 2013 Saint-

La Chapelle Royale est dédiée à Saint-Louis. Le tympan du portaill d'entrée représente le roi rendant la justice sous le chêne, à Vincennes, ainsi de l'un des vitraux du transept, côté sud. Les dessins sont d'Ingres et les ornements de Viollet-le-Duc.

A noter, sur la série de vitraux du transept nord, Louis-Philippe, représenté sous les traits de Saint-Philippe.

Dreux-visite-de-la-Chapelle-Royale-23-septembre-2013-montag.jpg

 Dreux-visite-de-la-Chapelle-Royale-23-septembre-20-copie-1.jpg

      Dans les baies ouvertes des passages accédant à la crypte circulaitre, furent installées, de 1847 à 1851, des grandes glaces peintes représentant les principaux épisodes de la Passion. Trois de ces épisodes sont représentés ci-dessus.

La crypte circulaire :

IMGP6601-Crypte-de-la-Chapelle-Royale-r.jpg

Dans cette grande crypte, conçue en 1845 par l'architecte Lefranc, sont disposés 12 sarcophages semblables de marbre, destinés à recevoir les dépouilles de la famille d'Orléans.

 

 

Sources :  La Chapelle Royale Dreux Fondation Saint-Louis, d'après Jean Lelièvre M.G. Editions

Liens  : Chapelle Royale Saint-Louis de Dreux

Lien Wikipédia : Chapelle Royale de Dreux La liste des 75 sépultures royales et princières est présente.

Bonne visite

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:40

La basilique Saint-Denis :

Construite sur la tombe de Saint-Denis, martyrisé par les Romains au IIIème siècle, la basilique Saint-Denis est le premier témoignage monumental de l'art gothique. Alors abbaye royale, elle illumina l'histoite artistique, politique et spirituelle du moyen-âge.

Devenue l'une des prinicipales nécropoles des aristocrates mérovingiens et souverains carolingiens, elle lie définitivement son destin à celui de la royauté sous les Capétiens, en devenant le lieu de sépultures des rois de France.

Elle abrite plus de 43 tombeaux de rois, 32 tombeaux de reines, 63 sépultures deprinces et princesses, et 10 de serviteurs du royaume, tous richement scu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!pltés, dont ceux de Clovis, Dagobert, Bertrand du Guesclin, François 1er, Louis XVI et Marie-Antoinette.

Saint-Denis-Basilique-visite-du-19-septembre-2013-montage-r.jpg

P1010274-r.jpg

P1010270-Louis-XVI-et-Marie-Antoinette-r.jpg

Le mausolée du roi Louis XVI et la reine Marie-Antoinette, par Edme Gaulle et Pierre Petitot, marbre de 1816.

P1010261-Saint-Denis-conduit-vers-le--martyre.jpg

Saint-Denis-Basilique-visite-du-19-septembre-2013-montage-2.jpg

L'église s'élève sur l'emplacement d'un cimetière gallo-romain, lieu de sépulture de Saint Denis martyrisé vers 250. Outre une crypte carolingienne, vestige de l'édifice consacré par Charlemagne en 775, la basilique conserve le témoignage de deux bâtiments déterminants pour l'évolution de l'architecture religieuse : le chevet de Suger de 1144, qui constitue un véritable hymne à la lumière, manifeste du nouvel art gothique et la partie reconstruite, au temps de Saint Louis, dont le transept, d'une ampleur exceptionnelle, était destiné à accueillir les sépulture des roi et reine de France.

P1010265-crypte.jpg

La crypte destinée à acceuillir les sarcophages des rois carolingien et mérovingiens.

Les transformations de la basilique au cours du temps.

P1010231-maquette-de-la-basilique.jpg

Maquette de la basilique au moyen age.

387px-Saint-Denis_-basilique-_Viollet-le-Duc_-projet-.jpg

Etude de Viollet-le-Duc (non réalisée)

Lien : Monuments Nationaux Saint-Denis

Lien Wikipédia : Basilique cathédrale de Saint-Denis

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 05:50

 

Quelques détails de la Tour Saint-Jacques, cet été

Paris-Tour-Saint-Jacques-20-septembre-2013-r.jpg

Tour-Saint-Jacques-sept.-2013-violet-r.jpg

Tour-Saint-Jacques-gargouille-IMGP5978.jpg

IMGP5960-gargouilles-de-la-tour-Saint-Jacques.jpgIMGP5958-Gargouilles-Tour-Saint-Jacques.jpg

IMGP5965-gargouilles-de-La-Tour-Saint-Jacques-bleu.jpg

Paris-24-avril-2014-Tour-Saint-Jacques-gargouilles-montage-.jpg

Lien sur les traces de Saint-Jacques à Paris : Lien

Lien Wikipédia : Tour Saint-Jacques

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 07:38

 

Le Quartier Gambetta :

Le quartier Gambetta fait partie du XXème arrondissement de Paris, né le 1er janvier 1860, suite à l'annexion et Ménilmontant, Charonne et Belleville à la ville de Paris, au décret de 1859, né du souhait du baron Haussmann à étendre les limites de la capitale jusqu'aux fortifications de Thiers, actuellement délimitées par le boulevard des Maréchaux Lien enceinte de Thiers.

A cette époque furent ainsi tracés les contours du 20ème arrondissement, scindés en 4 quartiers : Belleville, Saint-Fargeau, Père Lachaise, et Charonne, l'ancien village de Ménilmontant correspondant à des quartiers de Belleville et de Saint-Fargeau.

Paris-XXeme-quartier-Gambetta-mairie-27-aout-2013-montage.jpg

      La place Gambetta, le square Edouard Vaillant et son kiosque, l'hôpital Tenon

Mairie-du-XXeme.jpg

La mairie du XXème arrondissement, place Gambetta

L'architecte de la mairie fut Claude Augustin Salleron. Il fallut dix ans pour construire le bâtiment dont le terrain se situait au-dessus de carrières de gypse, de 1887 à 1897.

La place Gambetta :

Cette place, ouverte en 1670 s'est d'abord appelée place des Pyrénées, puis place de Puebla. Elle porte depuis 1893 le nom de Léon Gambetta, qui fut un chef du gouvernement de la Troisième République, décédé en 1882.

Les fontaines furent installées en 1992 sur le centre de la place. Elles sont l'oeuvre du plasticien Jean-Louis Rousselet, du maître-verrier J. Dixmier et de l'architecte Alfred Gindre

Paris-XXeme-mairie--27-aout-2013-montage-r.jpg

La mairie du XXème arrondissement

IMGP3824-Mairie-du-XXeme-salle-des-fetes.jpg

La salle des fêtes de 400 m2 édifiée par Moreau

Paris-mairie-XXeme-27-aout-2013-Salle-du-Conseil-Municipa.jpg

La salle du Conseil Municipal et ses fresques murales de Jean Julien, peints de 1952 à 1954.

Paris-mairie-XXeme-27-aout-2013-Salle-des-mariages-r.jpg

La salle des Mariages et Léon Gambetta, toujours présent dans la salle. Les peintures sont réalisées par Pierre-Paul-Léon Glaize de 1883 à 1891

 

L'Hôpital Tenon

IMGP3935-Hopital-Tenon-r.jpg

La construction de l'hôpital a commencé en 1870, sur les plans de l'architecte Marie-Etienne Billon, mais a dû être interrompue pendant la guerre de 1870 puis durant la Commune de Paris.

L'hôpital a ouvert en 1878, sous le nom d'hôpital de Ménilmontant, puis en février 1879, sous le nom de Jacques René Tenon, chirurgien du XVIIIème siècle qui en avait dessiné les principes de construction et d'organisation dans son « Mémoire des hôpitaux de Paris ».

Edith Piaf est née à l'hôpital Tenon, le 19 décembre 1915.

 

Paris et son histoire :

Paris-XXeme-mairie-et-environ-27-aout-2013-cartes-ancienn.jpg

La mairie du XXème arrondissement et l'hôpital Tenon vers 1900.

A noter, le tramway en circulation sur la place

 

nap iii et haussmann bd

Napoléon III remettant au Baron Haussmann le décret d'application d'annexion des communes limitrophes, le 16 février 1859, par le peintre Adolphe Yvon en (1817-1893), en 1865

Source : Musée Carnavalet, Histoire de Paris, salle 128, Paris IVème

La Commune de Paris :

La Commune et les derniers combats dans le quartier des Buttes-Chaumont et du Père-Lachaise : 

Les Buttes Chaumont et le Père Lachaise furent les derniers points de résistance de la Commune commandés depuis la mairie du XXéme 

Lien : blog et article la semaine sanglante de la Commune 21 au 28 mai 1871wikipédia : Paris XXème arrondissement

Lien Wikitravel : Paris XXème arrondissement

Lien Wikipédia : Hôpital Tenon

Lien : Georges-Eugène Haussmann

Bibliographie : Le 20ème arrondissement, itinéraires d'histoire et d'architecture, Paris en 80 quartiers, par Laetitia Bonnefoy Mairie de Paris, décembre 2000.

Sources : mairie du XXème arrondissement, Musée Carnavalet, Wikipédia, Wikitravel

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article