Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 17:53
Une visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvierUne visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvier
Une visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvier

ICÔNES

de L'ART

MODERNE

 

22 octobre 2016 au 5 mars 2017

Le bâtiment et sa structure :

L'architecte Frank Gehry  imagine une architecture de verre inspirée par le Grand Palais  mais aussi par les structures de verre, telles que le Palmarium, qui ornaient le Jardin d’Acclimatation dès 1893. Sous la main de l’architecte, l’édifice en verre prend l’allure d’un voilier aux voiles gonflées par le vent d'ouest, donnant ainsi l'illusion du mouvement. Douze voiles de verre translucides enveloppent l’« iceberg », une succession de formes blanches organiques habillés en béton ductal (décomposés en 19 000 panneaux tous différents et décalés pour créer, selon l'expression de Frank Gehry, un motif en « tremblement de terre ») et portant des terrasses arborées et flottant sur un bassin d'eau

Ces voiles de verre sont constituées de 3 600 panneaux de verre, tous uniques et courbés spécifiquement pour épouser les formes dessinées par l’architecte. Les verrières, soutenues par des poutres de bois et de fer, recouvrent au total 13 500 mètres carrés

Financé par le groupe LVLH, le musée est dédié à l'art contemporain. Il comporte 11 galeries sur trois niveaux destinées à présenter différentes collections, expositions, interventions d'artistes ainsi qu'un auditorium aux configurations modulables.

 

Une visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvier
La maquette de la fondation en vue écorchée

La maquette de la fondation en vue écorchée

Les oeuvres de l'exposition :

La galerie de tableaux de Serguei Ivanovitch Chtchoukine à Moscou fait partie des collections russes d'art les plus remarquables. Depuis déjà longtemps, elle jouit d'une vaste renommée et d'une gloire légitime auprès des artistes et des amis éclairés de l'art. Il lui est revenu de devenir en Russie le passeur le plus fort des courants artistiques occidentaux, si brillamment exprimés par les oeuvres de sa collection de Claude Monet, Degas, Cézanne et Gauguin...

Sa collection donne véritablement un tableau fidèle de l'histoire de la peinture la plus récente...

Pavel Mouratov, la galerie Chtchoukine.

Essai sur l'histoire de la peinture la plus récente, 1908

Quelques images de la collection Chtchoukine (Exposition du 22 octobre 2016 au 20 février 2017)

 

Sergueï Ivanovitch Chtchoukine : Сергей Иванович Щукин en russe, né le 8 juin ou le 27 mai 1854 à Moscou et décédé le 10 janvier 1936 à Paris est un homme d’affaires russe collectionneur d’art moderne.

 

"Voici un"collectionneur-héros doublé d'un "chercheur-expérimenteur", possédant quelques traits de l'ancien "amateur".

Alexandre Benois, 20 décembre 1912

C'est la première fois, depuis que le sexagénaire a fui la Russie devenue soviétique pour s'installer en France en 1918.

Sa mort en 1936, lui a éviter de savoir que Staline, qui détestait cet art "bourgeois", contraire au régime socialiste, a séparé la collection en deux blocs, l'un au musée de l'Ermitage à Saint-Pertersbourg, alors Leningrad, l'autre au musée Pouchkine de Moscou. "Interdits d'exposition, ces tableaux emblématiques disparurent pour un temps des cimaises et des publications de ces grands musées russes" écrit Anne Baldassari dans l'introduction du catalogue de l'exposition.

Un dialogue imaginaire entre Henri Matisse et Sergei Chchoukine autour de La Danse et la MusiqueUn dialogue imaginaire entre Henri Matisse et Sergei Chchoukine autour de La Danse et la MusiqueUn dialogue imaginaire entre Henri Matisse et Sergei Chchoukine autour de La Danse et la Musique

Un dialogue imaginaire entre Henri Matisse et Sergei Chchoukine autour de La Danse et la Musique

Un dialoghe avec Sergei Chtchoukine et Henri Matisse autour des tableaux La Musique et de la DanseUn dialoghe avec Sergei Chtchoukine et Henri Matisse autour des tableaux La Musique et de la DanseUn dialoghe avec Sergei Chtchoukine et Henri Matisse autour des tableaux La Musique et de la Danse

Un dialoghe avec Sergei Chtchoukine et Henri Matisse autour des tableaux La Musique et de la Danse

La Danse  d'Henri Matisse :

Cette fresque de 260 cm sur 391 cm met en scène des danseurs nus faisant une ronde mais dans la main. Faut-il y voir un rite païen? Une communion primaire avec la nature? Ce sentiment primaire se retrouve dans les couleurs choisies puisque Matisse n'utilise que les trois couleurs primaires: le rouge pour les hommes, le vert pour la colline et le bleu du ciel. Le contraste entre les trois couleurs est assez violent mais est caractéristique du fauvisme.
 

Afin  d'évoquer la commande de l'oeuvre monumentale confiée à Henri Matisse par Sergei Chtchoukine en 1909-1910 pour le grand escalier du palais TroubetskoÏ, les réalisateurs-metteurs en scène Saskia Boddeke et Peter Grennnaway ont créé une installation multimédia interprétant les conditions de cette commande et sa réception critique.

Quelques oeuvres qui m'ont troublé :

"Lilas au Soleil" de Claude Monet 1872-73 L'oeuvre et ses détails
"Lilas au Soleil" de Claude Monet 1872-73 L'oeuvre et ses détails

"Lilas au Soleil" de Claude Monet 1872-73 L'oeuvre et ses détails

Place de l'Opéra de Camille Pissarro 1898 L'oeuvre et ses détails
Place de l'Opéra de Camille Pissarro 1898 L'oeuvre et ses détails
Place de l'Opéra de Camille Pissarro 1898 L'oeuvre et ses détails

Place de l'Opéra de Camille Pissarro 1898 L'oeuvre et ses détails

"Dame dans le jardin" Claude Monet, 1867

"Dame dans le jardin" Claude Monet, 1867

Les toiles matissienne

Les toiles matissienne

"Les toiles matissiennes ont, par excellence une signification d'embellissement et d'art appliqué (dans le plus haut sens de ce mot).

On les reçoit en même temps que le milieu qui les entoure, avec ces tapisseries du mur d'un vert pâle et le plafond rose et le tapis couleur cerise du parquet, au milieu desquels se mettent à flamber vivement et joyeusement les couleurs framboise et émeraude de Matisse.

Plus que cela, on ne sait même pas exactement ce qui "agit" ici et en quoi cela agit : la pièce pour Matisse ou bien Matisse pour la pièce."

Yakov Tugendhold, "La collection française de S.I. Chtchoukine", 1914

La cellule Picasso et notre conférencier passionnantLa cellule Picasso et notre conférencier passionnant
La cellule Picasso et notre conférencier passionnantLa cellule Picasso et notre conférencier passionnantLa cellule Picasso et notre conférencier passionnant

La cellule Picasso et notre conférencier passionnant

Une visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvier

"Dans la même pièce, chez S.I. Chtchoukine, où sont accrochés Picasso et les cubistes, se dressent d'antiques idoles d'Afrique noire(...). une statuette éveille une impression particulièrement intense (...). S.I. Chtchoukine regarde ce dieu avec admiration. Il lui apprend à mieux comprendre la beauté contemporaine de Picasso."

Alexandre Benois, "Lettres sur l'Art, retour sur les nouveaux chemins de la Peinture". Rietch (Lediscours), 20 décembre 1912

"L'Aqueduc" de Paul Cézanne, Huile sur toile vers 1890 L'oeuvre et ses détails

"L'Aqueduc" de Paul Cézanne, Huile sur toile vers 1890 L'oeuvre et ses détails

Une visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvier
Une visite de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton en janvier

A suivre !

Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice
Quelques images de l'édifice

Quelques images de l'édifice

Les chiffres et la Fondation :

1.200.000 visiteurs au terme de cette première année dont un tiers d'étrangers, les deux tiers des Français sont en majorité des Franciliens. Une fréquentation importante, surtout comparée aux mastodontes parisiens qui l'entourent. Si bien sûr elle ne peut rivaliser avec le musée du Louvre et ses neuf millions de visiteurs annuels, elle est loin d'être ridicule comparée aux trois millions et demi de visiteurs au musée d'Orsay ou aux trois millions à Beaubourg.

Fondation Louis Vuitton

Site : http://www.fondationlouisvuitton.fr

Sources documentation : livret de visite Commissaire de l'exposition : Anne Baldassari

Visite du 30 janvier 2017

 

 

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Arts Expositions
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 07:44

 

****************************

Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines

Vendredi 27 janvier 2017 : Espace Gérard Philipe à Sartrouville dans les Yvelines

La ville de Sartrouville accueille pour la première fois l'ouverture du 6ème festival organisé par l'association Barvinok-France "Les Arabesques d'hiver".

 

Au programme, deux représentations exceptionnelles de danses populaires d'Ukraine, avec la participation des troupes Barvinok de la ville de Kiev, Flamingo de cette même ville d'Ukraine, Okazou de la ville de Sartrouville, ainsi que la présence de la troupe de Namysto, ensemble de chants traditionnels et folklorique de la ville de Rovno.

 

 

 

 

Ces manifestations ont été animées avec l'implication dynamique de l'E.M.A. Sartrouville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Danses d'Europe de l'Est : quelques images sélectionnées.

 

Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
La femme mariée d'office et son histoire

La femme mariée d'office et son histoire

Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Les 4 saisons, chant traditionnel  et musique d'Ukraine

Les 4 saisons, chant traditionnel et musique d'Ukraine

Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Chant traditionnel d'Ukraine : légende et tradition de début d'année de la chèvre

Chant traditionnel d'Ukraine : légende et tradition de début d'année de la chèvre

Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines
Festival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, YvelinesFestival International d'Arts Chorégraphiques au Théâtre Gérard Philipe à Sartrouville, Yvelines

Des danseurs ukrainiens et français étaient présents dans ce festival

Un magnifique spectacle !

Merci aux Troupes Barvinok, Flamingo, Namysto et Okazou. 

Plus d'infos : 01 70 46 89 11

Association Barvinok-France
Siège social : 7, rue Bazile 91770 Saint-Vrain
Téléphone : 06.16.30.47.90

Lien site : http://barvinokfrance.free.fr/contact.php

Contact : nathalie.divaret@wanadoo.fr

Programme du Festival : http://barvinokfrance.free.fr/festivals.php

L'école de danse-étude Barvinok :

En Ukraine, dans la ville de Kiev, l’école de danse-étude BARVINOK propose une remarquable formation de danse pour tous les jeunes désirant épanouir leur passion.
A 4 ans, les petits entrent au studio d'éveil où ils reçoivent des cours de rythmique, de chants, de dessins en parallèle avec un enseignement général. Puis ils rejoignent le cours préparatoire à l'âge de 6 ans où ils apprennent les bases de la chorégraphie. A la fin de cette année, ils passent un examen à l'issu duquel, s'ils sont retenus, ils intègrent la troupe BARVINOK dans le groupe des plus jeunes. Deux fois par an,tous les élèves passent des tests et valident ainsi leur progression durant tout leur cursus.
L'objectif prioritaire de l'équipe pédagogique reste la construction d'une personnalité unique et d'un développement harmonieux pour chaque élève. Les enseignants font tout pour que l'enfance des jeunes danseurs soit heureuse et qu'ils deviennent des adultes accomplis.
A l'issue de cette exceptionnelle formation, certains d'entre eux consacre leur vie à la danse en intégrant des troupes professionnelles ou en suivant des cours universitaires de chorégraphes.
L'école, réputée pour son très haut niveau, alimente régulièrement la plus illustre troupe d'Ukraine, le ballet national VIRSKI.

 

Bonne visite !

 

Voir aussi autre article sur la danse : Tournoi international de danse sportive de Maisons-Laffitte : lien

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/32eme-tournoi-international-de-danse-sportive-de-maisons-laffitte.html

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Danses du Monde
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 06:39

Les quartiers environnants du passage du Grand Cerf :

 

Un tournage avec la chaine ARTE en fin janvier 2017 m'a permis de travailler sur l'historique du quartier proche du passage du grand Cerf

 

Ce passage a été percé entre deux rues :

la rue Saint-Denis et la rue Dussoubs.

 

Plusieurs articles ont été réalisés sur le passage du Grand Cerf

Cet article pour but d'écrire quelques mots sur l'histoire de ces rues :

 

 

 

 

 

L'entrée du passage rue Dussoubs:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                L'entrée du passage rue Saint-Denis

Histoire de la rue Saint-Denis :

C'est au bord de ce chemin qui conduisait à l'ancien Catalocum, nommé depuis Saint-Denis  par le fait que ce saint qui vint prêcher la foi chrétienne dans les Gaules vers l'an 245 et qui y fut inhumé, qu'ont vraisemblablement été construites les premières maisons des Parisiens, lorsqu'ils commencèrent à sortir de leur île,du côté du nord.

Dès 1134, une rue  bordée de maisons remplaçait le chemin  aboutissait à la rue d'Avignon. De cet endroit on voyait une porte de ville qui faisait partie de la deuxième enceinte de Paris , construite sans doute à la suite du grand siège de 885 par les vikings.

Située dans le quartier des Lombards, cette voie d'une longueur de 63 mètres, commençait aux no 20 rue Saint-Denis et se terminait aux numéros  15 et 17 rue de la Savonnerie rue de la Savonnerie2.

Les numéros de la rue étaient noirs. Le dernier numéro impair était le no 11 et le dernier numéro pair était le no 10.

Vers 1197, la rue Saint-Denis n'allait encore qu'entre la porte de la deuxième enceinte de la ville, un peu au-dessous de la rue Troussevache et atteignait la rue Mauconseil où se trouvait une porte de la troisième enceinte de Paris commencée en 1188, par ordre de Philippe-Auguste.

La partie entre la place du Châtelet et la rue de la ferronnerie , c'est à dire ce qui était compris de cette rue dans la seconde enceinte de Paris se nommait en 1284  rue de la Sellerie-de-Paris, en 1293  rue de la Sellerie-de-la-Grand'rue, en 1310 Grand'rue de Paris et en 1311 Grand'rue des Saints-Innocents car elle conduisait directement à l'église des Saints-Innocents. Elle a ensuite porté les noms de Grant chaussée de Monsieur, Grant, chaussée de Monseigneur Saint-Denis, Grant chaussiée de Monsieur Saint-Denis, Grand'rue Saint-Denis et enfin rue Saint-Denis. Le nom de Grant-Chaussiée-Monsieur-Denis et de ses dérivés est dû au

pèlerinage au tombeau de saint Denis mis en honneur au Vème siècle par sainte Geneviève.

Lien : rue Troussevache :

La porte Saint-Denis :

La porte Saint-Denis actuelle est un arc de triomphe situé dans l'actuel 10ème arrondissement de Paris et construit en 1672 par l'architecte François Blondel, à la gloire de Louis XIV.

Elle est située à l'emplacement d'une porte de Paris de l'ancienne enceinte de Charles V.

C'est un des monuments les plus représentatifs de l'art officiel de son époque, présenté dans toutes les anthologies..

Voir article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/10/la-porte-saint-denis-a-paris.html

 

On peut aussi situer la Porte de Saint-Denis de l'époque de l'enceinte de Philippe-Auguste.

Elle s'est appelée La porte aux peintres

 

La prostitution et le quartier :

Les prostitués s'installent dans le quartier, dès le XIIIème siècle. Un décret royal interdit la prostitution dans la ville dont le périmètre est alors restreint. Les filles sont chassées en dehors des murailles de l'enceinte.

Actuellement, les prostituées sont concentrées dans la rue Saint-Denis, mais dans le passé, elle occupaient tout le quartier

La porte saint-Denis actuelle, vue par les artistesLa porte saint-Denis actuelle, vue par les artistesLa porte saint-Denis actuelle, vue par les artistes

La porte saint-Denis actuelle, vue par les artistes

La rue Marie-Stuart : une reine choquée...

À la suite du décret de Saint-Louis en 1256  interdisant la prostitution dans Paris, ces demoiselles doivent s’installer au-delà de l'enceinte Philippe-Auguste, qui correspond à larue Etienne-Marcel , d’où leur appellation de filles bordelières (ce qui donnera le mot bordel), notamment le long de la voie versSaint-Denis  (actuelle rue Saint-Denis)

La rue Marie-Stuart est à l’origine une des rues aux ribaudes (filles publiques, prostituées), sous le nom de « rue Tire-Vit » (vit est synonyme de pénis, du latin vectis, soit une barre ou un levier) puis de « rue Tire-Boudin », tout comme sa voisine la rue Dussoubs s’appelait la « rue Gratte-Cul ».

Dans la seconde moitié du XIVème sièclen, l'enceinte de Charles V, correspondant à la rue d'Aboukir, et aux grands boulevards, intègre le quartier à laville ; la rue change peu de temps après de nom (peut-être au début du XVème, pour celui moins vulgaire de « rue Tire-Boudin ».

Dans l'ouvrage supplément du théâtre Italien,Arlequin donne au vieillard l'étymologie de la rue Tireboudin ainsi.

« C'est où la Princesse leur donna un bon morceau de bon Boudin pour payer sa Fête, l'un le tira par un bout, l'autre par l'autre : c’est pourquoi cette rue porte le nom de Tireboudin. »

Selon une anecdote apocryphe racontée par l'historien Henri Sauval, la reine d'Écosse Marie Stuart aurait remarqué cette rue après son mariage en 1558 avec le dauphin, futur François II : « Marie Stuard femme de François II, passant dans cette rue, en demanda le nom ; il n’étoit pas honnête à prononcer ; on en changea la dernière syllabe, & ce changement a subsisté. De toutes les rues affectées au femmes publiques, cette rue, & la rue Brisemiche, étoient les mieux fournies. »

Le nom actuel de la rue Marie-Stuart ne fut donné qu’en 1809, par une décision ministérielle du 25 juillet par le ministre Joseph Fouché, à la suite de la demande des riverains qui proposaient le nom de rue du Grand-Cerf ; mais selon Fouché : « Il me semble que le nom de Grand-Cerf, qu’ils proposent de substituer à l’ancien, a quelque chose d’ignoble : cela rappelle plutôt l’enseigne d’une auberge que le nom d'une rue. Je pense qu’il est convenable de lui donner le nom de la princesse à qui la rue Tireboudin doit son premier changement. Le nom de Marie Stuart rappellera une anecdote citée dans tous les itinéraires de Paris. »

 

La rue Dussoubs et son histoire :

La rue s'est d'abord limitée au tronçon entre les rues Tiquetonne et Saint-Sauveur, sous les noms de « rue des Deux Portes Saint-Sauveur » (mentionnée en1289), puis « rue des Deux Petites Portes » en 1417 et « rue Entre Deux Portes ». L'origine du nom est qu'elle se trouvait entre deux portes de l'enceinte de Philippe-Auguste  (entre la poterne du Comte d'Artois d'où sortait la rue Montorgueil  et la Porte Saint-Denis et qu'elle menait àl'église saint-Sauveur.

Un des noms de la voie au XIIIème fut celui de « rue Gratte-Cul », car le quartier, alors hors les murs, était spécialisé dans la prostitution (interdite théoriquement dans Paris depuis 1256).  À la fin du XVIIème siècle, la rue fut prolongée jusqu'à la rue Thévenot (disparue lors de la percée de l'actuelle rue Réaumur sous Haussmann).

Par le décret du 9 mai 1881, la rue a reçu le nom du révolutionnaire limousin Denis Gaston Dussoubs, tué le 4 décembre 1851 sur une barricade de la rue Montorgueil, en protestant contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte.

En fait, Marcellin Dussoubs, député démocrate socialiste, représentant de la Haute-Vienne, était malade et c'est son frère Denis Dussoubs, qui avait revêtu son écharpe de représentant du peuple, qui fut tué à sa place.

Le prolongement de la voie était prévu jusqu'à la rue d'Alexandrie, mais le percement n'a jamais été fait. L'idée a été abandonnée en 1991.

Lien article connexe : Coup d’État du 2 décembre 1851.

La rue Dussoubs et la place Goldoni

La rue Dussoubs et la place Goldoni

La rue Dussoubs. Au centre la sucette et ses explications

La rue Dussoubs. Au centre la sucette et ses explications

 

 

La rue Tiquetonne

 

Histoire et description :

Suivant le tracé de la muraille de Philippe Auguste,  elle joignait la rue Saint-Denis à la rue Montmartre. Cette rue doit son nom à un boulanger du XIVème siècle, Rogier de Quiquetonne, même si l’appellation actuelle ne remonte qu’à 1868.  Au fil des années, le nom a été déformé, le QU se transformant petit à petit en T.

Avant 1868, la rue s’appelait rue du Petit-Lion-Saint-Sauveur.

Alexandre Dumas y fit habiter son célèbre D'Artagnan.

La rue Tiquetonne

 

 

 

La rue Montorgueil :

Le nom de Montorgueil est celui d'une butte appelée au XIIIème siècle le Mons Superbus, au XVème sièclele Mont-Orgueil, au XVIIème siècle la Butte-aux-Gravois, et au XIXème siècle  la butte de Bonne-Nouvelle (du nom de son église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle.

Cette butte se trouve juste au nord du quartier Montorgueil, à la limite de l'arrondissement. , immédiatement au sud du boulevard de Bonne Nouvelle

La rue Montorgueil est une voie ancienne des actuels 1er et 2ème  arrondissements de Paris.

La rue est l'axe principal d'une zone piétonne  toujours animée, possédant de nombreux commerces d'alimentation et des restaurants. Elle a donné son nom au quartier Montorgueil, dont elle occupe le centre.

Historique de la rue :

Cette rue résulte de la fusion, en 1830, de la rue de la comtesse d'Artois  entre la rue Montmartre et la rue Mauconseil et la rue Montorgueil entre la rue Mauconseil et la rue Saint-Sauveur.

En 1660, un établissement de religieuses de la Visitation s'installe dans la rue qu'elles quittent en 1673, pour s'installer rue du Bac.

En 1665, le siège du Journal des Savants se trouvait dans cette rue dans une maison à l'enseigne du Cheval Blanc.

Durant l'époque des anciennes halles de Paris , les mareilleurs des côtes de la mer du Nord occupaient une partie de cette rue.

 

 

Une enseigne rappelle cette époque des poissonniers d'antan : "Le Rocher de Cancale", devenu depuis un café-restaurant à la mode.:  https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Rocher_de_Cancale

 

La rue Montorgueil, près des halles et près du boulevardLa rue Montorgueil, près des halles et près du boulevard

La rue Montorgueil, près des halles et près du boulevard

Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"
Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"
Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"

Des célèbres et anciennes boutiques de la rue Montorgueil : "Patisserie Stohrer", "A la Mère de famille", "Au Rocher de Cancale"

La Patisserie Stohrer :

Un peu d'histoire de la patisserie

Un peu d'histoire de la patisserie

La plus ancienne patisserie de Paris depuis 1730

La plus ancienne patisserie de Paris depuis 1730

Nicolas Stohrer et sa patisserie :

Quand Marie, fille du Roi de Pologne, épouse en 1725 le Roi Louis XV, elle fait suivre à Versailles son pâtissier, Nicolas Stohrer.

Cinq ans plus tard, il ouvre une pâtisserie à Paris, au 51 de la rue Montorgueil, riche en commerces de bouche. La pâtisserie Stohrer est ainsi l’un des plus anciens établissements de Paris, mais aussi l’un des plus réputés.

C’est enfin la plus vieille pâtisserie de la capitale, détenant plusieurs prix, dont celui du meilleur éclair au chocolat de Paris, décerné par le Figaro.

Nicolas Stohrer était un pâtissier franco-polonais. Il est connu comme le pâtissier de Marie Leszczyńska, épouse du roi Louis XV de France. 

Nicolas Stohrer est l'inventeur du baba au rhum, gourmandise composée de brioche sèche arrosée de vin de Malaga , parfumée au safran et servie en y ajoutant crème raisins secs de Corinthe et raisins frais.


 

 

Sources et documentations : sites Wikipédia

 

A lire : un ouvrage très complet de Patrice de Moncan : "Les passages couverts de Paris" Les Editions du Mécène.

 

Tournage d'Arte le 26 janvier 2017 et interview de Patrice de Moncan, historien et spécialiste des passages et des galeries au passage du Grand Cerf.

 

 

 

Le passage du grand Cerf site Wikipédia lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Grand-Cerf

Voir aussi  autre article du blog sur le passage du grand Cerf :

Histoire du passage : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_a_Paris-1302557.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/12/le-passage-du-grand-cerf-un-des-beaux-passages-de-paris.html

Quelques images du passage : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/album-1437663.html

Le passage du Grand Cerf et sa déco. de lierre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/06/le-passage-du-grand-cerf-et-sa-deco-lierre-en-juin.html

Une visite au passage du Grand Cerf le 25 février 2012 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-une-visite-au-passage-du-grand-cerf-100113273.html

Le passage du Grand Cerf vu par l'artiste : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_vu_par_lartiste_The_Grand_Cerf_passageway_seen_by_the_artist-1302660.html

 

Bonne visite au passage du Grand Cerf !!! (fermé le dimanche)

 

Repost 0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 11:51

 

Voici le dernier carnet de voyage aquarelles à Budapest.

30 pages de récits

Bon voyage !

Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à BudapestCarnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à BudapestCarnet de voyage aquarelles et dessins à BudapestCarnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
La place des Héros

La place des Héros

Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Le musée Ethnographique de Budapest et son trige

Le musée Ethnographique de Budapest et son trige

Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Le Danube et les 10 pays traversés ou limitrophes Le pont des Chaînes et Europa

Le Danube et les 10 pays traversés ou limitrophes Le pont des Chaînes et Europa

Carnet de voyage aquarelles et dessins à BudapestCarnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest
Plan du centre de Budapest et ses principales avenues

Plan du centre de Budapest et ses principales avenues

Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 07:12
Le pont des Chaînes le 31 décembre 2016

Le pont des Chaînes le 31 décembre 2016

Le pont des chaînes Széchenyi (Széchenyi Lánchíd)

Type de pont

Pont suspendu

Date d'inauguration

1849, reconstruction en 1949

Longueur

380 mètres

"Avec la construction des ponts, le Danube a cessé d’être une séparation, bien au contraire, il est devenu un trait d'union entre Buda et Pest..."

Sans le Danube, Budapest ne serait pas ce qu'elle est, en effet le fleuve a joué un rôle central dès la fondation de la ville. Les deux parties de la capitale (Buda et Pest) se sont construites sur les rives du fleuve. Les ponts sur le Danube sont relativement récents, le premier pont a été construit en 1766-67 et le premier pont « en dur » seulement en 1849. Longtemps il n'y avait que le bac pour traverser le fleuve à Budapest. Durant la deuxième guerre mondiale les troupes allemandes ont fait exploser les ponts lors de leur retraite, il a fallu plusieurs années pour les reconstruire.

Le Pont des chaînes, Széchenyi lánchíd, Pont des chaînes Széchenyi ou Lánchíd , Pont des chaînes est un pont suspendu  qui enjambe le Danube à Budapest.

Entrepris en 1839 selon le projet du comte Itvan Széchenyi  et terminé en 1849 par l’Écossais Adam Clark, d'après les plans de l'Anglais William Tierney Clark, il possède un tablier long de 360 mètres supporté par deux tours, un exploit technique pour l'époque. Il fut le premier pont permanent sur la section hongroise du Danube et constitue l'emblème de Budapest.

 

Images : Jacques Bousiquier

Le pont des Chaînes de Budapest et la légende des quatre lions sans langue :

**************************

Femme de lettres, polémiste très appréciée dans les salons de la IIIème République, amie de Georges Sand et de Marie d’Agoult, Juliette Adam (1836-1936) se rend à Budapest en 1884. Elle fait du pont des Chaînes, du Danube et de la ville une description pleine d’admiration. Elle reprend ici la légende qui veut que les quatre lions du pont des Chaînes réalisés par le sculpteur hongrois János Marschalkő (1818-1877) n’ait pas de langue et que l’artiste se serait suicidé pour cet oubli. Il est vrai qu’on la distingue à peine mais les lions ont bien une langue au fond de leur gueule. Chacun peut le vérifier sur place.

*****************************************

Il n’a pas été aisé, pendant longtemps, de traverser le Danube, même à Budapest. La construction relativement tardive du premier ouvrage "en dur" de la capitale hongroise, le pont des Chaînes (Szechenyi Lánchíd), au XIXème siècle, en est une illustration.

 

Le pont de bateaux vers 1840, dessin de W. H. Bartlett

Depuis la deuxième moitié du XVIIIème siècle (1767) on pouvait traverser le Danube à la hauteur de Budapest par un pont de bateaux : « C’est un pont volant constitué d’environ cinquante bateaux attachés par des chaînes, deux ou trois d’entre eux sont sont décalés afin de ménager une ouverture permettant le passage des navires ; mais en hiver, les énormes masses de glace charriées par le courant viennent s’accumuler à tel point que l’on doit démonter le pont volant. Les communications entrez les deux villes sont coupées et ne peuvent reprendre tant que le fleuve n’est pas entièrement gelé. Le désagrément subi périodiquement par les habitants en raison du gel devient si gênant que la construction d’un pont de fer est maintenant envisagée. »

Le pont des Chaînes, Szechenyi Lánchíd, un des symboles de Budapest

« Je donnerais bien un an de mes revenus pour voir un vrai pont entre Buda et Pest »

Comte István Széchenyi, décembre 1820

 

Depuis la deuxième moitié du XVIIIème siècle (1767) on pouvait traverser le Danube à la hauteur de Budapest par un pont de bateaux : « C’est un pont volant constitué d’environ cinquante bateaux attachés par des chaînes, deux ou trois d’entre eux sont sont décalés afin de ménager une ouverture permettant le passage des navires ; mais en hiver, les énormes masses de glace charriées par le courant viennent s’accumuler à tel point que l’on doit démonter le pont volant. Les communications entre les deux villes sont coupées et ne peuvent reprendre tant que le fleuve n’est pas entièrement gelé. Le désagrément subi périodiquement par les habitants en raison du gel devient si gênant que la construction d’un pont de fer est maintenant envisagée. »

 

Le pont de bateaux vers 1840 :

Ce pont de bateaux n’était ainsi que saisonnier. On le démontait pendant l’hiver et on le remettait en place au printemps dès que la saison des crues était passée. En hiver, il arrivait aussi que l’on puisse traverser le fleuve à pied si les conditions météorologiques le permettaient.

Vers la fin du XVIIIème siècle l’ingénieur Antal Balla propose de construire un pont en pierre afin de relier les villes de Buda et de Pest tout au long de l’année, mais son projet ne se concrétise pas. D’autres tentatives suivent au début du XIXème siècle comme celles de l’ingénieur autrichien Joseph Campmiller et du capitaine György Banitz.

Aucune de celles-ci ne voit pourtant le jour. En 1832, l’entreprenant et réformiste comte Széchenyi, qui, quelques années auparavant, après s’être rendu en hiver sur l’autre rive pour l’enterrement de son père, fut obligé de patienter huit jours avant de pouvoir retraverser le Danube pris par les glaces, fonde la Société du pont de Budapest. Celle-ci doit élaborer avec le palatin un projet définitif. Le comte lui-même effectue un voyage en Grande-Bretagne afin de s’informer des techniques anglaises. « En 1833, la Diète nomme un comité de dix membres, parmi lesquels figurent les députés des villes royales de Pest et de Buda, qui doit récolter les fonds nécessaires à la construction du pont. Il est d’abord exclu de faire payer à la noblesse l’intégralité de l’entreprise ; on ne peut d’avantage compter sur une aide publique et une souscription ne suffira pas. Les membres du comité se mettent tous d’accord pour exiger un droit de péage à l’ensemble de la population, y compris des nobles, pourtant exempts de tout impôt jusqu’alors. L’entreprise devient un enjeu national. En 1836, la Diète donne son aval à la construction du pont. Celui-ci n’est pas encore construit que la ville  en espère déjà une exploitation lucrative. ».

Ce sera un projet anglais qui sera retenu, celui de l’ingénieur anglais William Tierney Clark (1783-1852), à l’origine des ponts suspendus d’Hammersmith, (Londres, 1827), de Shoreham et de Marlow qui servira de modèle pour celui de Budapest. La première pierre est posée solennellement le 24 août 1842. Les travaux sont dirigés sur place par un ingénieur écossais homonyme, Adam Clark (1811-1866). Ils vont se prolonger, puisqu’il faudra attendre jusqu’après la révolution de 1848 pour que celui-ci soit mis en service

Le pont des Chaînes deviendra rapidement le symbole de toute la ville. Sa longueur est de 380 m et sa largeur de 14, 5 m. Il fut par la suite détruit et reconstruit à plusieurs reprises.

Le pont aujourd'hui :

Le pont des Chaînes actuelLe pont des Chaînes actuel

Le pont des Chaînes actuel

Ce n'est pas le pont des Chaînes, mais à Budapest, le Danube est pris dans les glaces en janvier 2017

Ce n'est pas le pont des Chaînes, mais à Budapest, le Danube est pris dans les glaces en janvier 2017

Localisation du pont des Chaînes

Localisation du pont des Chaînes

Voir aussi autres articles sur Budapest :

Un séjour à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/un-sejour-a-budapest.html

La fontaine du roi Mathias à Buda : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-fontaine-a-budapest.html

La place des Héros à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-place-des-heros-a-budapest-hosok-tere.html

Documentations :

Voir aussi sources site Le pont des Chaînes  Széchenyi lánchíd Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sz%C3%A9chenyi_l%C3%A1nch%C3%ADd

La légende des quatre lions sans langue : sources Danube culture : http://www.danube-culture.org/le-pont-des-chaines-de-budapest-et-la-legende-des-quatre-lions-sans-langue/

Le pont des Chaînes Széchenyi lánchíd site Cityzeum : http://www.cityzeum.com/le-pont-des-chaines-szechenyi-lanchid-12996

 

 

Repost 0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 07:02
La place des Héros à Budapest Hősök tere

La place des Héros, Hősök tere en hongois, est une vaste place monumentale de Budapest

Celle place fut construite pour célébrer les mille ans d'installation des Magyars dans la plaine de Hongrie. Elle est classée au patrimoine mondiale par l'UNESCO.

Organisée autour de l'esplanade du monument du Millénaire, la place des Héros est située dans le 14ème arrondissement, entre l'extrémité nord-est de l'avenue Andrássy, Andrássy út et l'entrée du Varosliget, le "Bois de la ville". Elle est bordée au sud-est par  l'avenue Dózsa György, Dózsa György út, originellement Aréna út.

Cette place est bordée

Plan de Budapest et son centre : localition de la place des Héros, porte du "Bois de la ville"

Plan de Budapest et son centre : localition de la place des Héros, porte du "Bois de la ville"

La place des Héros Hősök tere le soir du 31 décembre 2016La place des Héros Hősök tere le soir du 31 décembre 2016La place des Héros Hősök tere le soir du 31 décembre 2016

La place des Héros Hősök tere le soir du 31 décembre 2016

Les Magyars photographiés le soirLes Magyars photographiés le soirLes Magyars photographiés le soir
Les Magyars photographiés le soirLes Magyars photographiés le soirLes Magyars photographiés le soir

Les Magyars photographiés le soir

L'oeuvre "L'arrivée des Hongrois" réalisé par Árpád Feszty en 1895.

L'oeuvre "L'arrivée des Hongrois" réalisé par Árpád Feszty en 1895.

Les Magyars photographiés le jourLes Magyars photographiés le jourLes Magyars photographiés le jour
Les Magyars photographiés le jourLes Magyars photographiés le jour

Les Magyars photographiés le jour

Le Monument du Millénaire et ses personnages :

L'édifice termine la perspective formée par l'Andrássy út , les "Champs Elysées de Budapest" qui s'achève sur la place des Héros.

Il est formé d'une imposante colonne de 36 mètres de hauteur surmontée d'une statue de l'archange Gabriel constituant le monument aux morts de la guerre de la libération de 1848-1849. Le soubassement s'orne d'une statue équestre du chef Árpád entouré des six autres chefs de tribu de l'Honfoglalás. À sa gauche (de l'arrière vers l'avant), Tétény, Ond et Kond puis à sa droite (de l'arrière vers l'avant) Tas, Huba et Előd.

Il se complète à l'arrière-plan par deux péristyles en demi-cercle dont les arches représentent de gauche à droite : dans la péristyle à gauche, Etienne 1er de Hongrie, Ladislas 1er de Hongrie, Coloman 1er de Hongrie, André II de Hongrie, Béla IV de Hongrie,Charles Robert de Hongrie et Louis 1er de Hongrie,  dans le péristyle à droite,Jean Hunyadi, Matthias 1er de Hongrie, Etienne II Bocskai, Gabriel Bethien, Imre Thököczi et Lajos Kossuth. Sur le portique gauche en haut en face d'Andrássy út se trouve la statue du "Travail et de la Bien-être", et de l'autre côté "Le char de la Guerre". Sur le portique droit en haut en face d'Andrássy út se trouve la statue de la "Connaissance et de la Gloire". À l'autre bout en face du "char de la Guerre" est placé "Le char de la Paix".

Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire
Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire

Détails des personnages représentés sur le Monument du Millénaire

Le Musée des Beaux-Arts de Budapest :

Le musée des beaux-arts, Szépművészeti Múzeum, est un musée d'art situé en face du Müscarnok à proximité du Városliget. Il a été construit à l'occasion des Festivités du Millénaire de 1896. La collection du musée est constituée d'œuvres d'art internationales, dont des œuvres représentant toutes les périodes artistiques européennes et comprend plus de dix mille pièces. La collection est aussi constituée de fonds additionnels plus anciens, comme ceux venant du château de Buda  des Esterhazy et des Zichy; aussi bien que de donations de collectionneurs privés. Le musée comprend six départements : Égypte, Antiquité, galerie des sculptures anciennes, galerie des peintures anciennes, collection moderne, collection des dessins. L'institution a célébré son centenaire en 2006.

 

Le Műcsarnok :

Le Műcsarnok est une galerie d'art située en face du Musée des Beaux-Arts, sur la place des Héros à Budapest.

 

Il a été construit, tout comme le musée des Beaux-Arts, à l'occasion des Festivités du Millénaire de 1896.

Cette galerie est desservie par la station de métro N° 1 "Hősök tere", elle aussi, ouverte en 1896.

 

Le premier métropolitain d'Europe Continentale :

En 1896 ont lieu les commémorations du millénaires de l'arrivée des tribus hongroises dans le Bassins des Carpates. Lors de ces festivités une énorme expositions est organisée dans le Városliget, pour y accéder le premier métro d'Europe continentale est mis en service sous l'avenue Andrássy, il débouche sur la place des Héros qui est construite pour l’occasion. La commémoration   du millénaire donne lieu à des travaux et des aménagements d'envergure, la Budapest que nous connaissons aujourd'hui est en grande partie construite à cette époque.

La plaque du métropolitain "Hősök tere"  Place des Héros

La plaque du métropolitain "Hősök tere" Place des Héros

La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896
La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896
La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896

La ligne N°1 du métropolitain ouverte en 1896

Trois des pages du carnet de voyage aquarelles à Budapest 2016-2017

La place des Héros "Hősök tere" à Budapest

La place des Héros "Hősök tere" à Budapest

La place des Héros à Budapest Hősök tere

 

Voir aussi article un séjour à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/un-sejour-a-budapest.html

et la fontaine du roi Mathias à Buda : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-fontaine-a-budapest.html

Bonne visite !

 

Bientôt, mise en ligne du carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest 2016-2017

 

La place des Héros à Budapest Hősök tere
Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 07:03

 

**********************************************

La fontaine du roi Mathias ou Matthias 1er à Budapest Mátyás kútja szökőkút Budapest
La fontaine Mathias, roi de Hongrie située dans le palais royal de Budapest sur les hauteurs de Buda

La fontaine Mathias, roi de Hongrie située dans le palais royal de Budapest sur les hauteurs de Buda

La fontaine du roi Mathias ou Matthias 1er à Budapest Mátyás kútja szökőkút Budapest

La fontaine du roi Mathias est située près du palais royal de Buda sur la colline surplombant Pest dans la capitale Budapest.

Après avoir traversé la cour du palais royal, on peut découvrir la magnifique fontaine du roi Mathias ou Matthias 1er. Le grand souverain de la Renaissance n'était pas seulement un politicien de grande renommée, il était aussi très aimé de son peuple.

Son nom, ses faits et gestes ont fait l'objet d'un grand nombre de légendes, de chansons populaires et de dictons.

La fontaine, qui est l'œuvre d'Alajos Strobl, en 1904, a pour thème l'une de ces romanesques légendes de Hongrie.

 

Le roi avait coutume de parcourir son royaume déguisé, afin de conserver l'anonymat. Un jour qu'il chassait dans la forêt avec sa suite, Mathias, fatigué de sa longue journée, demanda l'hospitalité à l'un de ses gardes, sans révéler son identité. Pendant le dîner, il s'éprit de la fille du garde, la « Belle llonka », qui tomba elle aussi amoureuse de l'inconnu. llonka était évidemment aussi douce que pure. Lorsque Mathias quitta la modeste cabane, il dit seulement à la jeune fille qu'elle lui rende visite, si jamais elle venait à passer par Buda. Peu de temps après cette rencontre, le cœur enfiévré d'Ilonka la poussa à se rendre à Buda, où elle eut le malheur d'arriver à un moment où le roi entrait dans sa bonne ville avec un grand cortège, de retour d'une campagne victorieuse. Atterrée, la jeune fille reconnut le souverain auquel ses sujets faisaient fête et le chasseur auquel elle ne cessait de penser. Mathias ne la vit évidemment pas, au milieu d'une telle foule. llonka rentra chez son père en proie au désespoir et, croyant son amour impossible, mourut de chagrin. Et lorsque le roi se présenta pour demander sa main, il ne trouva plus qu'une maison vide.

Il dut donc se décider à épouser Béatrice de Naple ou d'Aragon.... (1)

 

La fontaine représente le roi Mathias avec, à droite, la Belle llonka, et à gauche son chroniqueur italien, Galeotto Marzio. 

Dessinée par Alajos Strobl, en 1904, cette fontaine montre le Roi Mathias Corvin et la belle Ilonka qui, telle Giselle, tombe amoureuse d'un jeune chasseur, sans se douter qu'il s'agit d'un Roi.

Dessinée par Alajos Strobl, en 1904, cette fontaine montre le Roi Mathias Corvin et la belle Ilonka qui, telle Giselle, tombe amoureuse d'un jeune chasseur, sans se douter qu'il s'agit d'un Roi.

 

Mathias 1er roi de Hongrie : un roi populaire (23 février 1443- 6 avril 1490)

Mathias (ou Matthias) Corvin Ier dit le Juste en hongrois (Igazságos), Hunyadi Mátyás en hongrois, né le 23 février 1443 à Kolozsvár en Transylvanie, aujourd'hui, Cluj-Napola en Roumanie et mort à Vienne le 6 avril 1490.

http://www.budapestvoyage.fr/decouvrir-budapest/buda/la-colline-du-chateau-de-budapest/le-palais-royal-budapestIl fut l'un des plus grands rois de Hongrie, régnant du 23 novembre 1458 au 6 avril 1490.

Prince humaniste, diplomate habile et excellent tacticien, il perfectionna les tactiques de cavalerie avec la création des hussards noirs, mais faute de descendance légitime son empire ne lui survécut pas et fut partagé à sa mort entre la couronne d'Autriche et l'Empire ottoman.

 

Sources Wikipédia et blog sur la fontaine du roi Mathias ou Matthias https://www.flickr.com/photos/dalbera/1507921090 et site Budapest Voyage : http://www.budapestvoyage.fr/decouvrir-budapest/buda/la-colline-du-chateau-de-budapest/le-palais-royal-budapest

Voir aussi lien Matthias_Ier_de_Hongrie https://fr.wikipedia.org/wiki/Matthias_Ier_de_Hongrie

Béatrice de Naples ou d'Aragon : https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_de_Naples

et un séjour à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/un-sejour-a-budapest.html

Carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest 2017 : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/carnet-de-voyage-aquarelles-et-dessins-a-budapest.html

La place des Héros, Hösök tere, à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-place-des-heros-a-budapest-hosok-tere.html

ou article le pont des Chaînes :   http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/le-pont-des-chaines-szechenyi-lanchid-a-budapest.html

 

 

Bonne visite !

 

Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 09:29
A bord de l'Europa sur le Danube, le 31 décembre 2016, Budapest et ses lumières

A bord de l'Europa sur le Danube, le 31 décembre 2016, Budapest et ses lumières

Repost 0
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 21:00
Le Parlement de Budapest Paliament

Le Parlement de Budapest Paliament

 

Budapest est la plus grande ville et la capitale de la Hongrie . Elle se situe en aval du coude du Danube (voir 1 en fin d'article) entre le massif de Transdanubie et l'Alföld. Ses habitants sont appelés les Budapestois, budapesti en hongrois.

La ville actuelle est créée en 1873 par la fusion de Buda, alors capitale de la Hongrie, de Pest et d'Obuda.. Elle a pour origine le site d'Aquincum, un point de peuplement celte devenu capitale de la Pannonie inférieure pendant l'époque romaine . Les Magyars arrivent dans la région au IXème siècle. Leur premier point d'implantation est pillé par les Mongols en 1241-1242. La ville est reconstruite et devient l'un des centres de la culture humaniste de la Renaissance au XVème siècle.

Après 150 ans de domination ottomane, elle poursuit son développement et connaît son apogée avec l'épanouissement de l'ère industrielle, aux XVIIIème et XIXème siècle.

 

Après la fusion de 1873 et l'accession de la ville au rang de seconde capitale de l'Autriche-Hongrie, après Vienne, Budapest atteint les proportions et les caractéristiques d'une  capitale et une ville mondiale.

Les quartiers de Budapest :

Un séjour à Budapest

La place des Héros Hősök tere :

La place des Héros, Hősök tere, en hongrois, est une vaste place monumentale de Budapest

Construite pour célébrer les mille ans d'installation des Magyars dans la plaine de Hongrie, elle est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'aménagement de la place, à partir de 1896, s'inscrit dans une série de grands travaux.

Le musée des Beaux-Arts  occupe le côté nord-ouest de la place.

Le Mücsarnok, galerie d'art, est situé en face du musée des Beaux-Arts.

L'ambassade de Serbie, située au sud, à l'angle avec l'avenue Andrássy, est l'ancienne ambassade yougoslave où Imre Nagy se réfugia en 1956.

Voir article et un lien sur la place des Héros : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-place-des-heros-a-budapest-hosok-tere.html

La place des Héros, Hősök tere, le soir

La place des Héros, Hősök tere, le soir

Les Magyars place des HérosLes Magyars place des HérosLes Magyars place des Héros
Les Magyars place des Héros

Les Magyars place des Héros

Le programme du 31 décembre en visite guidée par Zoltan:

Visite de Buda, sa colline et son château

Varrnegyed, le quartier du château

 

Un séjour à BudapestUn séjour à Budapest

Le Palais royal :

Cette énorme pièce montée qui trône sur l'éperon sud de la colline de Buda fut construit sous le règne du roi Sigismond et remanié sous le règne des Habsbourg, n'a en fait pas retrouvé son caractère originel après les bombardements de 1945 qui l'ont réduit en miettes. Le Palais royal abrite la Galerie nationale, la plus grande collection d'art de Hongrie.

Le palais de Budavár ou palais du château de Buda  Budavári Palota souvent traduit en château de Buda  anciennement appelé palais royal : királyi palota en hongrois, est le  château historique des rois de Hongrie  inscrit, conjointement avec Budapest les rives du Danube  le quartier du château et l'avenue Andrássy en 1987 sur la liste du patrimoine de l'UNESCO.

Le Palais royal, ses grilles et le haut du Bastion des Pécheurs Halaszbastya**Le Palais royal, ses grilles et le haut du Bastion des Pécheurs Halaszbastya**Le Palais royal, ses grilles et le haut du Bastion des Pécheurs Halaszbastya**

Le Palais royal, ses grilles et le haut du Bastion des Pécheurs Halaszbastya**

L'église Mathias Matyas-templom **

La fontaine du roi Mathias

La fontaine du roi Mathias

Voir aussi la légende de la fontaine du roi Mathias 1er : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-fontaine-a-budapest.html

L'église Mathias et son porche d'entrée côté sud

L'église Mathias et son porche d'entrée côté sud

L'intéreur de l'eglise Mathias. en bas et à gauche,  la reine de Hongrie Elisabeth de Wittelsbach dite SissiL'intéreur de l'eglise Mathias. en bas et à gauche,  la reine de Hongrie Elisabeth de Wittelsbach dite SissiL'intéreur de l'eglise Mathias. en bas et à gauche,  la reine de Hongrie Elisabeth de Wittelsbach dite Sissi
L'intéreur de l'eglise Mathias. en bas et à gauche,  la reine de Hongrie Elisabeth de Wittelsbach dite SissiL'intéreur de l'eglise Mathias. en bas et à gauche,  la reine de Hongrie Elisabeth de Wittelsbach dite Sissi

L'intéreur de l'eglise Mathias. en bas et à gauche, la reine de Hongrie Elisabeth de Wittelsbach dite Sissi

L'église Mathias ou église Notre-Dame de l'Assomption de Budavar.

Elle doit son aspect actuel à l'architecte Frigyes Schulek

Sur la place de la Trinité s'élève l'un des édifices les plus imposants et les plus importants du Château et de Buda, officiellement appelé église Notre-Dame de Buda mais communément désignée sous le nom d'église Mathias.

La reine Élisabeth de Wittelsbach, appelée Sissi, mariée au roi François-Joseph Ier en 1867, fut à la fois impératrice d'Autriche et reine de Hongrie. Adorée par les Hongrois, la reine Sissi est devenue une véritable icône du XXème siècle. Même si elle n'avait pas beaucoup d'influence au niveau politique, c'était un esprit libre qui a inspiré de nombreux réalisateurs et un pays réprimé qui avait besoin d'une certaine liberté d'expression. Les déboires et tribulations du couple étaient suivis de près par une nation enthousiaste et curieuse, ce qui explique le rôle important qu'elle a joué dans le cœur des Hongrois et dans l'histoire en général. Aujourd'hui cette relation à leur reine est toujours visible à travers les divers monuments que les Hongrois lui ont dédiés. Parmi eux l'élégant pont Elisabeth qui relie Buda à Pest, la statue dorée de l'impératrice du côté de Buda, ainsi que de nombreux palais. Le palais Godollo mérite une visite.

 

 

La reine de Hongrie et impératrice d'Autriche appelée Sissi

Carnet de voyage dessins et aquarelles à Budapest

 

 

La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda
La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda

La vue grandiose de Pest depuis le Palais royal de Buda

Le Parlement de Budapest :

Le Parlement hongrois, Parlament ou Országház, est un vaste bâtiment, inauguré au début du XXème siècle, situé sur la rive orientale du Danube côté ancienne Pest.

Depuis 1902, il est le siège de l'Assemblée nationale de la Hongrie et héberge à ce titre les services parlementaires ainsi que la bibliothèque de l'Assemblée Nationale de Hongrie (OGyK). Cet édifice, dont les volumes s'organisent autour du dôme central, possède une façade néo-gothique, mais un plan au sol qui suit des conventions baroques. En 2010,  il s'agit encore du plus grand bâtiment de Hongrie  et d'un des plus grands parlements d'Europe avec une superficie de 18 000 m².

Sa construction s'est échelonnée entre 1885 et 1904. L'architecte néogothique hongrois de l'immense édifice est Imre Steindt (1839- 1902).

 
 
Le Parlement, la nuit du 31 décembre 2016, vue du Danube

Le Parlement, la nuit du 31 décembre 2016, vue du Danube

Détails du Parlement
Détails du Parlement
Détails du Parlement
Détails du Parlement
Détails du Parlement
Détails du Parlement

Détails du Parlement

Statue du prince Rakoczi II devant la face sud du Parlement Carnet de voyage aquarelle et dessins

Statue du prince Rakoczi II devant la face sud du Parlement Carnet de voyage aquarelle et dessins

Le Musée ethnographique,

Le Musée Ethnographique, Néprajzi Múzeum en hongrois, est un musée situé Kossuth Lajos tér, en face du Parlement hongrois 

Ses collections ont pour vocation de favoriser la connaissance des modes de vie traditionnels des populations vivant en Hongrie.

Le musée Ethnohraphique de Budapest

Le musée Ethnohraphique de Budapest

Détails du musée ethnographiqueDétails du musée ethnographique
Détails du musée ethnographiqueDétails du musée ethnographique

Détails du musée ethnographique

Les hallesLes hallesLes halles

Les halles

La basilique Saint-Etienne :

La basilique Saint-Etienne est l'église la plus importante de Hongrie. Elle renferme la relique la plus vénérée du pays : la main droite momifiée d'Etienne 1er, premier roi du pays (997-1038), canonisé en 1081.

Commencée en 1851 par Joszsef Hild, sa construction n'a été achevée qu'en 1905.

Le dôme s'étant effondré en 1868, la structure fut rebâtie dans un style néo-renaissance par Miklos Ybl, l'architecte de l'Opéra.

François-Joseph 1er, en inaugurant la basilique, ne put s'empêcher de lancer des coups d'oeil inquiets vers le dôme.

L'orgue de la basilique Saint-Etienne

L'orgue de la basilique Saint-Etienne

Les Lumières de Budapest sur la basilique Saint-EtienneLes Lumières de Budapest sur la basilique Saint-EtienneLes Lumières de Budapest sur la basilique Saint-Etienne

Les Lumières de Budapest sur la basilique Saint-Etienne

 

Le Mont Gellért Gellért-hegy et la Citadelle de Buda :

Le Mont Gellért, Gellért-hegy en hongrois, majestueux, surplombe la ville de Budapest de ses 235 mètres de hauteur. Il offre l'une des meilleures vues sur Budapest, par beau temps vous pourrez embrasser la capitale hongroise et ses environs ainsi que le Danube qui coule lentement au milieu. N'oubliez pas de prendre une carte pour identifier les différentes parties de Buda et Pest que vous verrez.

La Citadelle, Citadella, était auparavant un fort autrichien construit suite aux révoltes de 1848 afin de contrôler un des points les plus stratégiques de la ville. Aujourd’hui, la citadelle est un centre culturel disposant de musées, de salles d’exposition, un restaurant panoramique et de nombreuses terrasses.

Les bains Gellért, situés en bas de la colline

La statue de la Liberté, Szabadság-szobo, se dresse au sommet du mont Gellért. Il s'agit d'une œuvre de Zsigmond Kisfaludi Strobl qui date de 1947, et elle a été érigée en souvenir de la « Libération » de Budapest par les troupes soviétiques.

La Liberté est symbolisée par une femme gigantesque qui tient une palme à bout de bras. Le piédestal est encadré de de deux autres statues, un «Vainqueur du dragon » symbolisant la lutte contre la destruction et une allégorie du Progrès, représenté par un homme aux lignes dynamiques brandissant un flambeau. C'est l'une des dernières statues de la période communiste qui est encore en place, les autres ont été transportées dans le Memento Park de Budapest.

La Citallelle vue du ciel                            

 

          

Les chemins menant à la Citadelle de Buda et les arbres couverts de givreLes chemins menant à la Citadelle de Buda et les arbres couverts de givreLes chemins menant à la Citadelle de Buda et les arbres couverts de givre

Les chemins menant à la Citadelle de Buda et les arbres couverts de givre

Le pont des Chaines vu de la citadelle de Buda

Le pont des Chaines vu de la citadelle de Buda

La statue de la Liberté

La statue de la Liberté

Qu'en est-il de notre guide Zoldan après notre visite de la Citadelle ? voir à la fin de l''article *

Qu'en est-il de notre guide Zoldan après notre visite de la Citadelle ? voir à la fin de l''article *

L'Opéra national de Budapest :Magyar Állami Operaház

L'Opéra de Budapest, officiellement: l'Opéra d'État hongrois , Magyar Állami Operaház, en hongrois, n'est pas seulement l'un des plus beaux bâtiments de la capitale hongroise, il est également le symbole de la riche culture musicale classique de la Hongrie.
 L'Opéra de Budapest a été conçu par le célèbre architecte Miklós Ybl. Le bâtiment fut construit de 1875 à 1884. Le résultat est d'une très belle qualité artistique, et outre qu'il est l'un des plus beaux édifices de Budapest, l'Opéra peut être comparé au plan artistique (et de la taille) aux grands théâtres lyriques qui furent élevés à cette époque en Europe (Paris, Vienne, Dresde, etc.).

Le XIXème siècle a vu naître une rivalité culturelle entre les villes de Vienne et de Budapest.  Les deux capitales voulaient s'enorgueillir d'avoir le plus bel opéra, celui de Budapest a donc été décoré par les plus grands sculpteurs et peintres de l'époque comme Károly Lotz, Bertalan Székely, Mór Thanm Alajos Strobl. Les solutions techniques étaient révolutionnaires, la scène de l'Opéra de Budapest est la première au monde à avoir des mécanismes hydrauliques (construits par la société viennoise Asphaleia). Il vaut également la peine de jeter un coup d’œil au monumental lustre de trois tonnes qui peut être descendu à l'aide d'un système de poulies, il est protégé comme monument historique.

 

L'entrée de l'Opéra national de HongrieL'entrée de l'Opéra national de HongrieL'entrée de l'Opéra national de Hongrie

L'entrée de l'Opéra national de Hongrie

Un séjour à BudapestUn séjour à Budapest
Un séjour à Budapest

La grande synagogue de Budapest :

La Grande Synagogue de Budapest, Nagy Zsinagóga, en hongrois en ית הכנס הגדול של בודפשט en hébreu ou synagogue de Dohány utca, Dohány utcai zsinagóga en hongrois est une synagogue située dans le quartier d'Erzsébetvaros dans le 7ème arrondissement de Budapest, considérée comme la plus grande d'Europe et la seconde du monde par sa capacité d'accueil de 3500 places et non par sa taille après le Temple Emanu-El à New-York  Elle est la place forte du judaïsme néologue en Europe centrale.

La façade extérieure de la grande synagogue de BudapestLa façade extérieure de la grande synagogue de BudapestLa façade extérieure de la grande synagogue de Budapest

La façade extérieure de la grande synagogue de Budapest

La grande synagogue de BudapestLa grande synagogue de Budapest

La grande synagogue de Budapest

Les bains chauds de Budapest :

On ne peut évidemment  pas évoquer Budapest sans parler de ses célèbres bains.

Thermes Széchenyi, Thermes Királ Lukacs Baths et bien sûr les célèbres bains Gellért 

 

 

 

Les thermes et bains de Budapest sources InternetLes thermes et bains de Budapest sources InternetLes thermes et bains de Budapest sources Internet

Les thermes et bains de Budapest sources Internet

Les ponts de Budapest :

Le Pont des chaînes, Széchenyi Lánchíd, vu du Danube le soir et depuis le palais royal de Buda
Le Pont des chaînes, Széchenyi Lánchíd, vu du Danube le soir et depuis le palais royal de Buda

Le Pont des chaînes, Széchenyi Lánchíd, vu du Danube le soir et depuis le palais royal de Buda

Les ponts de Budapest, le soir du réveillon du 31 décembre 2016Les ponts de Budapest, le soir du réveillon du 31 décembre 2016Les ponts de Budapest, le soir du réveillon du 31 décembre 2016

Les ponts de Budapest, le soir du réveillon du 31 décembre 2016

Voir article du blog Le pont des  Chaînes : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/le-pont-des-chaines-szechenyi-lanchid-a-budapest.html

Les autres ponts seront présentés bientôt...

 

Aquarelle janvier 2017 Le pont des Chaînes vu de Buda

Le Széchenyi lánchíd, Pont des chaînes Széchenyi ou Lánchíd « Pont des chaînes » est un pont suspendu qui enjambe le Danube.

Entrepris de 1839 à 1949 selon le projet du comte István Széchenyi, et terminé en 1849 par l’Écossais Adam Clark d'après les plans de l'Anglais William Tierney Clark, il possède un tablier long de 360 mètres et large de 14,80 mètres supporté par deux tours, un exploit technique pour l'époque. Il fut le premier pont permanent sur la section hongroise du Danube et constitue l'emblème de Budapest.

Les transports à Budapest :

Les tramways de BudapestLes tramways de Budapest

Les tramways de Budapest

La gare de Budapest ouestLa gare de Budapest ouestLa gare de Budapest ouest
La gare de Budapest ouestLa gare de Budapest ouest

La gare de Budapest ouest

La façade le la gare Budapest ouest, le soirLa façade le la gare Budapest ouest, le soir

La façade le la gare Budapest ouest, le soir

Le métropolitain et sa ligne N°1 ouverte en 1896, la première en Europe Occidentale.

Le métropolitain et sa station "Place des Héros" "Hösök tere"Le métropolitain et sa station "Place des Héros" "Hösök tere"
Le métropolitain et sa station "Place des Héros" "Hösök tere"Le métropolitain et sa station "Place des Héros" "Hösök tere"

Le métropolitain et sa station "Place des Héros" "Hösök tere"

Changement de ligne de métropolitain station Deak Ferenc tér Ligne 1 à 3Changement de ligne de métropolitain station Deak Ferenc tér Ligne 1 à 3Changement de ligne de métropolitain station Deak Ferenc tér Ligne 1 à 3

Changement de ligne de métropolitain station Deak Ferenc tér Ligne 1 à 3

Les cars touristiques de Budapest

Les cars touristiques de Budapest

Quelques vues de Budapest réalisées sur le bateau Europa durant le réveillon du 31 décembre 2016

Quelques vues de Budapest réalisées sur le bateau Europa durant le réveillon du 31 décembre 2016

(1) Un mot sur le Danube :

Au fait combien de pays traverse le Danube ?

 

Réponse : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Hongrie, Moldavie, Roumanie, Serbie, Slovaquie et Ukraine soit 10 pays et 4 capitales européennes : Vienne, Bratislava, Belgrade et Budapest.

.

Une des pages du carnet de voyage aquarelles à Budapest : la place des Héros Hősök tere

Une des pages du carnet de voyage aquarelles à Budapest : la place des Héros Hősök tere

Budapest, le 10 janvier 2017. Le Danube est pris dans les glaces !! La navigation est interdite. Nous avons eu chaud !
Budapest, le 10 janvier 2017. Le Danube est pris dans les glaces !! La navigation est interdite. Nous avons eu chaud !
Budapest, le 10 janvier 2017. Le Danube est pris dans les glaces !! La navigation est interdite. Nous avons eu chaud !
Budapest, le 10 janvier 2017. Le Danube est pris dans les glaces !! La navigation est interdite. Nous avons eu chaud !

Budapest, le 10 janvier 2017. Le Danube est pris dans les glaces !! La navigation est interdite. Nous avons eu chaud !

 

Merci à notre guide Zoltán.

Son site,  lien : http://www.z402.com http://guide.z402.com

* Rassurez-vous, il est en pleine forme !!

Sources bibliographiques : Wikipédia et documentation "Petit Futé Budapest", "lonely planet"

Hôtel Marmara Budapest**** : 
Nagy Ignác utca 21, 1055 Hongrie
Tél. : +36 1 501 9100
 
Visit Europe :
 
44, rue Alexandre Dumas 75011 Paris

Tél. : 08 21 00 20 22 Courriel : resa@visiteurope.fr Site :http://www.visiteurope.fr

 

Voir aussi L'article la Place des Héros à Budapest : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-place-des-heros-a-budapest-hosok-tere.html

Article : La fontaine du roi Mathias 1er à Buda et sa légende : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/la-fontaine-a-budapest.html

Voir aussi l'article spécifique Le pont des Chaînes : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2017/01/le-pont-des-chaines-szechenyi-lanchid-a-budapest.html

 

Bonne visite !

 

Bientôt en ligne :  mon carnet de voyage aquarelles et dessins à Budapest 2016-2017

 

 

Le blason et le plan des quartiers de Budapest

Le blason et le plan des quartiers de Budapest

La place des Héros

La place des Héros

Aquarelles le Parlement, le soir

Aquarelles le Parlement, le soir

Repost 0
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 10:36
Le passage du Grand Cerf en décembre 2016

Le passage du Grand Cerf en décembre 2016

Repost 0
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 09:23

 

****

Paris la nuit en décembre 2016

Paris, rive droite :

L'Hôtel de Ville de Paris illuminéL'Hôtel de Ville de Paris illuminéL'Hôtel de Ville de Paris illuminé

L'Hôtel de Ville de Paris illuminé

La façade de l'Opéra Garnier

La façade de l'Opéra Garnier

Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris
Les ponts du centre de Paris

Les ponts du centre de Paris

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au LouvreL'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au LouvreL'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au Louvre

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'entrée de la Cour Carrée au Louvre

Paris la nuit en décembre 2016
La Cour Carrée du LouvreLa Cour Carrée du Louvre

La Cour Carrée du Louvre

La Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du CarrouselLa Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du CarrouselLa Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du Carrousel

La Pyramide du Louvre et l'Arc de Triomphe du Carrousel

La place des Vosges et la rue de CastiglioneLa place des Vosges et la rue de CastiglioneLa place des Vosges et la rue de Castiglione

La place des Vosges et la rue de Castiglione

La rue Saint-Honoré et la rue RoyaleLa rue Saint-Honoré et la rue RoyaleLa rue Saint-Honoré et la rue Royale

La rue Saint-Honoré et la rue Royale

La place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la Madeleine
La place de la Concorde et la place de la MadeleineLa place de la Concorde et la place de la Madeleine

La place de la Concorde et la place de la Madeleine

Les vitrines du Printemps : Le Cabaret Imaginaire

Les vitrines du Printemps : Le Cabaret Imaginaire

Les virtines du Printemps

Les virtines du Printemps

Paris, rive gauche :

La rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la ContrescarpeLa rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la ContrescarpeLa rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la Contrescarpe

La rue Mouffetard, la rue Descartes et le restaurant "Le Volcan", chers souvenirs de l'année 1968, la place de la Contrescarpe

L'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa placeL'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa placeL'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa place

L'église Saint-Eienne-du-Monts, le Panthéon et sa place

 

Bonne visite !

 

Repost 0