Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 11:18
Le monument à Victor Hugo, jardin du Musée Rodin

Jardin du Musée Rodin, Paris, suite.


Monument à Victor Hugo dit "Du Palais Royal" Après 1900, d'Auguste Rodin. Fonte Coubertin.


Victor Hugo est représenté assis sur les rochers de l'Ile de Guernesey durant son exil, sa muse Tragique accompagnant ses pensées.

Le monument à Victor Hugo, jardin du Musée Rodin
Rodin dans son atelier devant le Monument à Victor Hugo. Photographie de Paul Cardon, dit Dornac ou Pol Maran, sources Jean de Calan, Musée Rodin. Etude du Monument Rodin à Meudon.Rodin dans son atelier devant le Monument à Victor Hugo. Photographie de Paul Cardon, dit Dornac ou Pol Maran, sources Jean de Calan, Musée Rodin. Etude du Monument Rodin à Meudon.

Rodin dans son atelier devant le Monument à Victor Hugo. Photographie de Paul Cardon, dit Dornac ou Pol Maran, sources Jean de Calan, Musée Rodin. Etude du Monument Rodin à Meudon.

Auguste Rodin et son admiration pour Victor Hugo :

Le 22 mai 1885 Victor Hugo meurt et ses funérailles rassemblent plus de deux millions de personnes.

Le 12 février 1889, Rodin reçoit la commande d'un monument au grand homme destiné au nord du transept de l'église Sainte-Geneviève devenu le Panthéon, une grande satisfaction pour le sculpteur qui vouait un vétitable culte à Victor Hugo.

Cette commande était fortement encadrée par une Commission des  travaux d'art, composée de concurrents comme Jules Dalou, Rodin ne disposait donc d'une marge de manoeuvre limitée et ne pas trop se démarquer par son originalté pour conserver le bénéfice de cette commande fort convoitée. Auguste Rodin avait rencontré Victor Hugo en 1883, mais avait refusé des séances de poses de plus d'une vingtaine de minutes.

Sur sa première maquette, Rodin, plaça Victor Hugo sur son rocher de Guernesey avec un groupe de trois femmes, muses inspiratrices appelées Les Voix.

La commission réuni le 10 juillet 1890 ne fut pas entousiasmée par l'emplacement des Voix et Rodin revu sa copie et travailla de décembre 1890 à juin 1891 sur sa deuxième version.représentant Victor Hugo debout appuyé sur son rocher et couronné par l'allégorie de l'Inspiration ou Génie du XIXème siècle..

Dans sa troisième version, Victor Hugo est représenté assis, nu comme un dieu avec le groupe des Voix modelées en ronde-bosse. La Méditation ou la Voix intérieure, la muse tragique et Isis, soit trois personnages, sont placées derrière le poète.

Dans sa quatrième version, la Méditation et la Voix intérieure sont seules représentées, réduisant le nombre de personnages à deux placés près de Victor Hugo.

Détails du Monument : portrait de Victor HugoDétails du Monument : portrait de Victor Hugo

Détails du Monument : portrait de Victor Hugo

Localisation du monument dans le jardin du Musée Rodin

Localisation du monument dans le jardin du Musée Rodin

L'ensemble du Monument Victor Hugo dans le jardin du Musée Rodin

L'ensemble du Monument Victor Hugo dans le jardin du Musée Rodin

Les bustes de Victor Hugo  de la galerie des marbresLes bustes de Victor Hugo  de la galerie des marbres

Les bustes de Victor Hugo de la galerie des marbres

Buste de Vicor Hugo Salle Hugo et Balzac Salle N°9 du Musée RodinBuste de Vicor Hugo Salle Hugo et Balzac Salle N°9 du Musée Rodin

Buste de Vicor Hugo Salle Hugo et Balzac Salle N°9 du Musée Rodin

Le monument à Victor Hugo. Etudes sur l'écrivain

Le monument à Victor Hugo. Etudes sur l'écrivain

Les différentes versions du Monument à Victor HugoLes différentes versions du Monument à Victor Hugo
Les différentes versions du Monument à Victor HugoLes différentes versions du Monument à Victor Hugo

Les différentes versions du Monument à Victor Hugo

Bonne visite !

Musée Rodin de Paris,

77, rue de Varennes 75007 Paris Métro. Varennes.

Un buste de Victor Hugo d'Auguste Rodin au Musée des Beaux-Arts à Lyon :

Victor Hugo,1883, buste de bronze d'Auguste Rodin, acquis en 1927 Portrait par Auguste Rodin paru en 1889Victor Hugo,1883, buste de bronze d'Auguste Rodin, acquis en 1927 Portrait par Auguste Rodin paru en 1889

Victor Hugo,1883, buste de bronze d'Auguste Rodin, acquis en 1927 Portrait par Auguste Rodin paru en 1889

Les études exposées au Musée de Meudon :

Le Monument à Victor Hugo, bronze : jardin du Musée Rodin de Meudon

Le Monument à Victor Hugo, bronze : jardin du Musée Rodin de Meudon

Etudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à MeudonEtudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à MeudonEtudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à Meudon

Etudes pour le Monument à Victor Hugo, plâtres : atelier du Musée Rodin à Meudon

Le Musée Rodin à Meudon

Le Musée Rodin à Meudon

Musée Rodin de Paris : 77-79, rue de Varenne 75007 Paris. Accès Métro. Varenne.

Tél. : 0033 (0)1 44 18 61 10. Mardi au dimanche 10 à 17 H 45, nocturne mercredi 20 H 45.

Musée Rodin de Meudon : 19, avenue Auguste Rodin 92190 Meudon.

Tél. 0033(0)1 41 14 35 00. Ouvert le vendredi samedi et dimanche de 13 à 18 H.

http://musee-rodin.fr

Voir aussi article La Porte de l'Enfer :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article Le monument aux Bourgeois de Calais :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-aux-bourgeois-de-calais-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi le Monument à Balzac :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

Voir aussi article sur Camille Claudel à Paris :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 12:54
La Porte de l'Enfer, détailsLa Porte de l'Enfer, détails

La Porte de l'Enfer, détails

La Porte de l'Enfer est un ensemble de sculpture monumentale du sculpteur Auguste Rodin et ses élèves. Les dimensions de cette gigantesque oeuvre de bronze sont les suivantes : 6,35 x 4 x 1 mètres.

L'Etat passe commande en 1879 de la porte d'entrée du musée des arts décoratifs. Ce musée devait ouvrir en 1882 à l'emplacement du Palais d'Orsay, siège du Conseil d'Etat et de la Cour des comptes, incendié en 1871 durant la Commune de Paris.

Le projet du musée prend du retard et est abandonné en 1889. Auguste Rodin est ainsi privé du financement de la fonte du bronze. Il continue cependant le travail de cette porte. Une nouvelle version en plâtre sera présentée à l'exposition de 1900 à Paris.

Les épreuves en bronze ont été fondues après le décès d'Auguste Rodin en 1917.

Les détails de la Porte de l'Enfer. En bas, Dante d'Alighieri méditant sur son poêmeLes détails de la Porte de l'Enfer. En bas, Dante d'Alighieri méditant sur son poême
Les détails de la Porte de l'Enfer. En bas, Dante d'Alighieri méditant sur son poêmeLes détails de la Porte de l'Enfer. En bas, Dante d'Alighieri méditant sur son poême

Les détails de la Porte de l'Enfer. En bas, Dante d'Alighieri méditant sur son poême

Le Penseur de Rodin, en haut et au centre de la Porte et la version finale ( 2,00 x 0,98 x 1,40 mètres) Le Penseur de Rodin, en haut et au centre de la Porte et la version finale ( 2,00 x 0,98 x 1,40 mètres)

Le Penseur de Rodin, en haut et au centre de la Porte et la version finale ( 2,00 x 0,98 x 1,40 mètres)

Etude pour la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin et détail du Bronze de l'oeuvre

Etude pour la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin et détail du Bronze de l'oeuvre

Auguste Rodin commence la Porte de l'Enfer en réplique à la Porte du Paradis réalisée par Lorenzo Ghiberti au baptistère de Florence en Italie. Le modèle final en bronze compte 200 personnages. Cette œuvre est la plus importante dans la vie d'Auguste Rodin. De ce travail furent extraites ses plus célèbres sculptures durant plus de trente ans.

Le Penseur sera fondu à plus d'une vingtaine d'exemplaires et exposé dans le monde entier. Il fera de cette œuvre française une des plus connues.

Les Trois OmbresLes Trois Ombres

Les Trois Ombres

La Porte de l'Enfer et le Penseur

La Porte de l'Enfer et le Penseur

La Porte de l'Enfer Plâtre Musée d'Orsay à Paris

La Porte de l'Enfer Plâtre Musée d'Orsay à Paris

Les études d'Auguste Rodin visible à son musée !

La Porte de l'Enfer, études Salle 5 du musée Rodin

La Porte de l'Enfer, études Salle 5 du musée Rodin

Les Trois Ombres :

Fonte réalisée par la fonderie Alexis Rudier en 1928 pour les collections du musée.

Dans la Divine Comédie de Dante, les ombres, c’est-à-dire les âmes de trois damnés, se tiennent à l’entrée des Enfers et désignent une inscription sans équivoque : « Vous qui entrez, abandonnez toute espérance ». Rodin fit plusieurs études d’Ombres, et finit par assembler trois figures identiques qui semblent ainsi tourner autour d’un même point. Il les plaça au sommet de La Porte, d’où elles dominent le spectateur, puis les fit agrandir pour créer un groupe monumental autonome.

Comme pour Adam, dont Les Trois Ombres reprennent la pose douloureuse, l’influence des œuvres de Michel-Ange est ici évidente. L’exagération de l’inclinaison de la tête est telle que les cous et les épaules dessinent pratiquement une seule ligne. C’est par de telles déformations anatomiques que Rodin atteignait à une puissance expressive sans égale à son époque.

Fonte réalisée par la fonderie Alexis Rudier en 1928 pour les collections du musée.

Dans la Divine Comédie de Dante, les ombres, c’est-à-dire les âmes de trois damnés, se tiennent à l’entrée des Enfers et désignent une inscription sans équivoque : « Vous qui entrez, abandonnez toute espérance ». Rodin fit plusieurs études d’Ombres, et finit par assembler trois figures identiques qui semblent ainsi tourner autour d’un même point. Il les plaça au sommet de La Porte, d’où elles dominent le spectateur, puis les fit agrandir pour créer un groupe monumental autonome.

Comme pour Adam, dont Les Trois Ombres reprennent la pose douloureuse, l’influence des œuvres de Michel-Ange est ici évidente. L’exagération de l’inclinaison de la tête est telle que les cous et les épaules dessinent pratiquement une seule ligne. C’est par de telles déformations anatomiques que Rodin atteignait à une puissance expressive sans égale à son époque.

Fonte réalisée par la fonderie Alexis Rudier en 1928 pour les collections du musée.

Dans la Divine Comédie de Dante, les ombres, c’est-à-dire les âmes de trois damnés, se tiennent à l’entrée des Enfers et désignent une inscription sans équivoque : « Vous qui entrez, abandonnez toute espérance ». Rodin fit plusieurs études d’Ombres, et finit par assembler trois figures identiques qui semblent ainsi tourner autour d’un même point. Il les plaça au sommet de La Porte, d’où elles dominent le spectateur, puis les fit agrandir pour créer un groupe monumental autonome.

Comme pour Adam, dont Les Trois Ombres reprennent la pose douloureuse, l’influence des œuvres de Michel-Ange est ici évidente. L’exagération de l’inclinaison de la tête est telle que les cous et les épaules dessinent pratiquement une seule ligne. C’est par de telles déformations anatomiques que Rodin atteignait à une puissance expressive sans égale à son époque.

"Les Trois Ombres" situées au sommet de la Porte de l'Enfer et sa réplique, bronze au sable d'Alexis Rudier, 1928 réalisé pour le musée.Rodin"Les Trois Ombres" situées au sommet de la Porte de l'Enfer et sa réplique, bronze au sable d'Alexis Rudier, 1928 réalisé pour le musée.Rodin

"Les Trois Ombres" situées au sommet de la Porte de l'Enfer et sa réplique, bronze au sable d'Alexis Rudier, 1928 réalisé pour le musée.Rodin

Les Trois Ombres : dans la divine comédie, les Ombres, les âmes en fait, se tiennent à l'entrée des enfers, et désignent une inscription sans équivoque : "vous qui entrez, abandonnez toute espérance". Rodin fit plusieurs maquettes d'Ombres, et finit par assembler plusieurs personnages avec trois figures identiques qui semblent tourner autour d'un même point.

Il les plaça en haut de la Porte de l'Enfer, d'où elles dominent le spectateur, puis les fit agrandir pour créer un groupe autonome.

Bonne visite !

Musée Rodin : 79, rue de Varenne 75007 Paris Métro. Varenne

Tél. : 01 44 18 61 10 Site : http://www.musee-rodin.fr

Les travaux de l'Hôtel Biron sont terminés après plusieurs années de travaux.

Les collections Camille Claudel sont de nouveau visibles depuis le 12 novembre 2015, après leur présentation à la piscine de Roubaix..

Lien Wikipédia et sources La Porte de l'Enfer : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Porte_de_l%27enfer

Lien Wikipédia Le Penseur de Rodin : https://www.google.fr/#q=le+penseur+de+rodin

Lien Wikipédia Fonderie Rudier : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonderie_Rudier

Voir aussi article la Porte de l'Enfer : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article le Monument à Victor Hugo : lien http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-a-victor-hugo-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article le monument aux Bourgeois de Calais : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-aux-bourgeois-de-calais-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article le Monument à Balzac : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/la-jeune-femme-au-chapeau-fleuri-d-auguste-rodin.html

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

Voir aussi article Camille Claudel, son oeuvre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Les monuments d'Auguste Rodin dans les jardins du musée

Les monuments d'Auguste Rodin dans les jardins du musée

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 19:14
L'immeuble art nouveau "Les Arums"  à ParisL'immeuble art nouveau "Les Arums"  à Paris

Une visite de l'immeuble situé au 33 ou 36, rue du Champ de Mars, Paris VIIème arrondissement, tout près du... Champ de Mars et de la Tour Eiffel.

Cet édifice est l'oeuvre d'Octave Raquin en 1900 qui fut primé au concours des façades de la ville de Paris en 1901.

L'immeuble art nouveau "Les Arums"  à ParisL'immeuble art nouveau "Les Arums"  à ParisL'immeuble art nouveau "Les Arums"  à Paris

Détails de la décoration extérieure de la façade côté rue.

L'immeuble art nouveau "Les Arums"  à ParisL'immeuble art nouveau "Les Arums"  à ParisL'immeuble art nouveau "Les Arums"  à Paris

Voir aussi le circuit Art Nouveau du Cercle Guimard, le 15 octobre 2016

lien : http://www.lecercleguimard.fr/HG/fr/visite-guidee-art-nouveau-samedi-15-octobre/

L'immeuble art nouveau "Les Arums"  à Paris
Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans L'art nouveau à Paris
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:48

La Coupole, restaurant mythique de Paris

Une visite de la Coupole à Paris

La Coupole est ouverte le 20 décembre 1927, par Ernest Fraux et René Lafon sous un nom qui voulait éclipser le café littéraire Le Dôme.

Une visite de la Coupole à ParisUne visite de la Coupole à ParisUne visite de la Coupole à Paris

Le patrimoine artistique du lieu est très important. On peut citer les piliers et pilastres de la Coupole décorés par 27 peintres en 1927, fidèle de la bohème de Montparnasse. Ces peintres ont été choisis par un comité ou siégeaient une figure influente de l’Art déco, Charles Dufresne, le critique d’art Florent Fels ou le poète et historien André Salmon. La légende veut qu’ils aient été payés en boisson, mais une facture retrouvée en 1993 révèle le prix global de leur intervention : 23 000 francs de l’époque.

Parmi ces artistes ayant décoré la brasserie, Alexandre Auffray, Issac Grünewald, Louis Latapie, Jeanne Rij-Rousseau, David Seifert, Othon Friesz. Le portrait de Joséphine Baker, dansant entourée de plumes d’autruche, est dû à Victor Robiquet ; celui de l’écrivain Georges Duhamel, en train de jouer de la flûte, à Marie Vassilieff.

Une visite de la Coupole à ParisUne visite de la Coupole à ParisUne visite de la Coupole à Paris
Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 06:52
                                            Détails de la façade de l'hôtel côté rue

Détails de la façade de l'hôtel côté rue

L'Hôtel Mezzara, dernier fleuron d'Hector Guimard, après le Castel Béranger à Paris, construit en 1910-1911 pour l'industriel du textile Paul Mezzara. Il est géré par le ministère de l'Education Nationale, et est ouvert parfois durant des expositions.

 

Détails intérieurs de l'hôtel

Détails intérieurs de l'hôtel

Détail des ferronneries et de la verrière

Détail des ferronneries et de la verrière

Les vitraux et la verrière du hall d'exposition de l'hôtel

Les vitraux et la verrière du hall d'exposition de l'hôtel

Le Cercle Guimard a annoncé au public la vente de l'Hôtel Mezzara par l'Etat, et la création de la Fondation Guimard en son sein, afin de trouver des partenaires, passionnés sur ce projet pour trouver un but culturel et historique lié à ce bijou de l'art nouveau parisien.

Voir site du Cercle Guimard : http://www.lecercleguimard.fr/HG/fr/fondation-guimard-hotel-mezzara/

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de Paris
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 11:34

 

 

"J'ai décidé très tôt d'être une héroïne. L'important était que ce fût difficile, grand, excitant !"

Qui serais-je ?  George Sand ? Jeanne d'Arc ? Napoléon en jupons ?


Niki de Saint Phalle, née Catherine-Marie-Agnès Fal de Saint Phalle née en 1930 à Neuilly-sur-Seine et décède en 2002 à San-Diego aux Etats-Unis.

 

IMGP4699-Niki-de-Saint-Phalle-Grand-Palais-29.1.2015-r.jpg

LES NANAS

Viste-exposition-Niki-de-Saint-Phalle-Grand-Palais-29-janvi.jpg

IMGP4492-Exposition-Niki-de-Saint-phalle.jpg

Viste-exposition-Niki-de-Saint-Phalle-Grand-Palais-copie-1.jpg

Visie-exposition-Niki-de-Saint-Phalle-Grand-Palais-29-janvi.jpg

"La Mariée" ou "Eva Maria", "Accouchement Blanc", "Cheval et la Mariée"    

Viste-exposition-Niki-de-Saint-Phalle-Grand-Palais-copie-2.jpg

 

En 1961, Nicki est invitée à rejoindre les nouveaux Réalistes par le critique Pierre Restany qui a assisté avec enthousiasme au premier Tir.

Viste-exposition-Niki-de-Saint-Phalle-Grand-Palais-copie-3.jpg


IMGP5048-Niki-de-Saint-Phalle-au-Grand-Palais.jpg 

 

 

"Je ne vous ressemblerai pas ma mère"

 

NIKI de  SAINT PHALLE au Grand Palais, Galeries Nationales, Entrée Champs-Elysées

du 17 septembre 2014 au 2 février 2015

Quelques-une de ses oeuvres les plus connues : "Tirs", "Le Cyclop", "Nanas", "Le Golem", "Jardin des tarots", "La Fontaine Stravinsky", "L'arche de Noé", "Hon/Elle". 

Lien Wikipédia : Niki de Saint Phalle 



Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 20:00

 

Une visite de la maison de la Radio à Paris en février avec le C.J.H.

Visite-Maison-de-la-Radio-16-fevrier-2015-Montage-1-r.jpg

      Le hall d'entrée et le puits de lumière central

IMGP7228-Maquette-de-la-maison-de-la-Radio-16-fevrier-2015.jpg

La maquette de l'édifice

 

La maison de la Radio, ou maison ronde ou maison de Radio France est un bâtiment inauguré le 14 décembre 1963 et construit sur les plans de l'architecte Henry Bernard.
IMGP7216 Première pierre de la maison de la rRdio
La première pierre de l'édifice posée par le président René Coty

Un chantier de réhabilitation a été décidé en 2005 suite à une étude sur la sécurité.
L'accès central a été créé pour une meilleure circulation du personnel et des visiteurs dans l'édifice.
Les couleurs chaudes rouge-orange-jaune en mode à l'époque de la construction ont été reprises et le bleu des structures, couleur froide, font penser à des peintures colorées presque abstraites.
a-Visite-Maison-de-la-Radio-16-fevrier-2015-avec-le-C.J.-H.jpg
L'auditorium, à l'acoustique étonnante, ouvert à 1461 spectateurs (seul lieu payant) a été inauguré le 14 novembre 2014.
Visite-Maison-de-la-Radio-16-fevrier-2015-Montage-Salle--A.jpg
L'orgue prévu pour l'Auditorium, réalisé par la manufacture Gerhard Grenzing est un orgue de 30 tonnes, 12 mètres de large, 500 tuyaux, 88 jeux répartis sur 4 claviers et un pédalier.
Visite-Maison-de-la-Radio-16-fevrier-2015-Montage-6-r.jpg
Le studio "Mireille"
Ses particularités en font un des bâtiments équipé d'un abri anti-atomique et d'un chauffage géothermique.
Visite de la Maison de la Radio le 16 février dernier à 18 H 30 par notre conférencière Nathalie :
116, avenue du Président Kennedy 75016 Paris
Bonne vieite !

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 11:45

 

 

Jardins-d-Hiver-La-Graineterie-visite-conference--copie-2.jpg

"Tenue d'explorateur, hiver" 2004 Karine Bonneval, "Tropiques domestiques" 2015, "Pendantes" 2005 Frédérique Lucien.

 
Exposition "JARDINS D'HIVER" du 24 janvier au 8 mars 2015
 
Karine Bonneval, Marie Denis et Frédérique Lucien.
 
Une exposition qui fête la cinquième année de la transformation de la grainterie, commerce agricole  puis jardinerie générale pour devenir un centre d'art.
Un retour vers ses activités passées, un regard sur le monde végétal maîtrisé par l'homme.
Avec une sensibilité assumée, sans dénonciation, ni jugement, les trois artistes témoignent plutôt d'une approche empirique du vivant et du végétal en particulier.
En amateurs éclairés, elles usent, entre autres, des ressorts de la botanique et de l'herbier pour distiller une exposition faite de nature et d'artifice de figuration et d'abstraction.
Jardins-d-Hiver-La-Graineterie-visite-conference--copie-1.jpg
"Feuiller", 2013-2014, Frédérique Lucien, "Granola" 2009, Karine Bonneval
 
Jardins-d-Hiver-La-Graineterie-visite-conference--copie-3.jpg
"H.R. l'Herbier" 2009, "Nue" (La grappe de raisin) 2012-2013 Marie Denis
 
Merci à notre charmante conférencière !
Vernissage : samedi 24 janvier de 17 à 20 heures,
Finissage La Cueillette : dimanche 8 mars à 17 heures.
Exposition avec la collaboration des galeries Martine et Thibaut de la châtre, Jean Fournier et Alberta Pane.
En partenariat evec Fleur assistance - Flower System à Rungis.
Commissaire de l'exposition : Maud Cosson
Lien Marie Denis : http://mariedenis.com
Lien Frédérique Lucien : http://frederiquelucien.com
Lien Karine Bonneval : www.karinebonneval.com
Exposition et visite commentée gratuites (5 personnes minimum, réservation 15 jours avant)
 
La Graineterie Centre d'art municipal :
27, rue Gabriel Péri 78800 Houilles Tél. : 01 39 15 92 10
Entrée libre : mardi, jeudi, vendredi 15 à 18 heures, mercredi et samedi 10 à 13 heures et 15 à 18 heures
Accès : 7 minutes de la gare de Houilles-Carrières RER ou SNCF.
Une visite avec l'artiste Marie Denis le 25 février. Merci pour ses explications et son enthousiasme à faire partager sa passion.

Une visite avec l'artiste Marie Denis le 25 février. Merci pour ses explications et son enthousiasme à faire partager sa passion.

La Cave :  "Les têtes" depuis 2010. En collaboration avec Laurent Thauvin, coiffeur, Marie Lereclus et Frédérique Gautron.

La Cave : "Les têtes" depuis 2010. En collaboration avec Laurent Thauvin, coiffeur, Marie Lereclus et Frédérique Gautron.

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 15:54

 

Un petit article sur cette grande artiste : Camille Claudel. Sur les traces de sa vie d'artiste à Paris et ses résidences et ateliers.

 

Camille Claudel photographie 2

Camille Claudel à 20 ans

 

Camille (Camille Anastasia Kendall Maria Nicola Claudel) est née à Fére-en-Tardenois, dans l'Aisne, le 8 décembre 1864, de Louise-Athénaïse et de Louis-Prosper.

Elle est l'ainée de trois enfants. Louise, sa sœur voit le jour en février 1866 et son frère Paul en août 1868. Son ainé Charles-Henri décède en août 1863 après seize jours.

1870, le père de Camille, Louis-Prosper est muté à Bar-le-Duc.

Il occupe son premier poste de receveur de l'Enregistrement.

Cette ville n'est pas éloignée de Villeneuve-sur-Fère, ville d'ancrage de la famille Claudel.

Camille a 6 ans et suit les-cours des soeurs de la Doctrine chrétienne,

Camille-Claudel-photographie.JPG

 

Camille en 1878 à 14 ans

1876 : Louis-Prosper est nommé conservateur des Hypothèques à Nogent-sur-Seine, en Seine-et-Marne actuelle, sa famille y réside, rue Saint-Epoingt. Camille, Louise et Paul suivent les cours de Monsieur Colin, un journaliste, occasionnellement professeur, mais avec une belle vocation de l'enseignement et un excellent pédagogue pour enseigner le calcul, l'orthographe et la littérature, mais Camille préférera s'orienter vers un jeune sculpteur de 26 ans, Alfred Boucher, originaire de Nogent-sur-Seine, qui confortera sa vocation et qui deviendra son maître. L'artiste dédicacera à Camille un petit plâtre cette année "Jeune Fille lisant",

 

874-Alfred-Boucher-Camille-Claudel-Jeune-fille-lisant.jpg

"Jeune Fille lisant", plâtre d'Alfred Boucher, dédicacé à Camille

 

1879 : la famille Claudel s'installe à Wassy-sur-Blaise, en Haute-Marne. La grande maison familiale est située en face de l'hôtel de ville, non loin de l'église, Camille à 15 ans,

1881 : au printemps, Louise-Athanase, la mère de Camille et ses enfants s'installe à Paris au 135, bis boulevard du Montparnasse (4ème étage), Paul va au Lycée Louis-le-Grand, Camille suit les cours de l'académie Colarossi, 10 rue de la Grande Chaumière, actuellement VIème arrondissement, Louise va développer ses dons de pianiste. Louis-Prosper reste à Wassy-sur-Blaise pour ses occupations professionnelles, Camille exécute un buste en plâtre de Diane, un travail d'apprentissage, suite à des visites de musées, "buste de Paul Claudel à 13 ans", son frère cadet.

IMGP5913-Camille-Claudel-Buste-de-Paul-a-13-ans.jpgBuste de Paul Claudel à 13 ans

1882 : La famille Claudel s'installe à Paris au 111, rue Notre-Dame-des-Champs. "La Vieille Hélène", terre cuite de Victoire Brunet, la servante alsacienne au service des Claudel, Alfred Boucher présente Camille à Paul Dubois, directeur de l'Ecole des Beaux-Arts,

Camille loue un atelier avec des amies, plusieurs anglaises, dont Jessie Lipscom, au 117 de la même rue, VIème arrondissement, 

IMGP3325-111-rue-N.-D.-des-Champs-Famille-Claudel-en-1882.jpgIMGP3330-Atelier-Camille-Claudel-en-1882.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                    Les portails du N° 117 rue Notre-Dame-des-Champs, et du N° 111, atelier de Camille en 1882

 

 

 

Camille Claudel et son amie artiste Ghita TheurietCamille-Claudel-dans-son-atelier.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille Claudel en blouse de sculpteur et son amie Guita Theuriet   

                   Camille  a 17 ans

1883 : Louis-Prosper obtient son affectation à Rambouillet, et se rapproche de sa famille, Camille ira le rejoindre plusieurs fois.

1884 : entrée probable, comme praticienne, de Camille, dans l'atelier de Rodin,

IMGP4455-Photographie-de-Camille-Claudel.jpg

1885 : la famille Claudel s'installe au 31, boulevard de Port-Royal, XIIIèmeIMGP3730-Famille-Claudel-r.jpgactuel, au 6ème étage sans ascenseur. La maison des parents à Villeneuve reste un lieu de visite plusieurs mois par an. La famille passe plusieurs mois par an dans cette ville. Elle passe aussi des vacances  à Gérardmer, près de l'oncle Charles Claudel, qui possède la papeterie de Vraichamps. Camille effectue durant ces séjours des fusains et des sculptures. Son père parle le patois, ce qui permet à Camille de croquer les fermes et ses habitants. Eugénie Plé, Victoire Brunet, son amie d'enfance Maria Paillette sont ses modèles.

 

 

 

Une des rares photographies de la famille Claudel au balcon du Boulevard du Port-Royal

IMGP2062 Fusain Gérardmer Camille Claudel

Fusain de Camille à Gérardmer

 

Residence-C.-et-P.-Claudel--9-janvier-2015-31-rue-de-Port-.jpg

 

 

En avril, Camille s'inscrit au cabinet d'anatomie du Muséum d'histoire naturelle.

Buste de Louise Claudel, Torse-de-femme-accroupie, "Etude pour Giganti", buste de Jessie Lipscomb, "Torse de femme accroupie", "buste de de Jessie Lipscomb", "Mon frère", "L'Aurore", elle en est le modèle, de Rodin, fusains : "Mennie Jean" et "Femmes de Gérardmer",

IMGP2223-Buste-de-Jeune-Fille-ou-Louise-Claudel-Camille-Cla.jpgIMGP2140 Mon frère ou Jeune Romain, 2ème buste de Paul

 

   "Buste de Louise Claudel", sa soeur cadette

 

 

 

 

 

 

                 "Mon frère" ou "Jeune Romain"    

 

 

 

1886 : avril, premier séjour en Angleterre de Camille dans la famille de ses amies anglaise. Elle rejoint Jessie à Peterborough. L'absence de Camille angoisse Auguste Rodin qui va prétexter une invitation de Gustav Natorp à Londres. Il revera peu de temps Camille chez la famille Lipscomb.

En juillet, elle séjourne chez Amy Singer à Frome, dont le père possède une fonderie. Elle visite Bath, Welles et Bristol; elle termine son séjour en août sur l'île de Wight, chez Florence Jeans. Camille dessine les pêcheurs de l'île et le docteur Jeans, père de son amie. Paul l'accompagne, ce qui lie la relation familiale entre frère et soeur. Paul apprend la relation entre Rodin et Camille.

IMGP6638-Fusain-de-Florence-Jeans.jpg

Dessin au fusain et craie de l'amie de Camille, Florence Jeans, 1886 Ile de Wight

IMGP6639-Camille-Claudel-en-1886-photographie-Etienne-Carja.jpg

Camille en tenue de ville en 1886, photographie d'Etienne Carjat

Genèse de "Sakountala" (1886-1888, et 1905) "Sacountala" ou Çacountalaou "L'Abandon" ou "Vertumne et Pomone", terres cuites parmi les oeuvres les plus célèbres de Camille,

Shakuntala est une des 3 pièces écrites par Kalidasan dramaturge indien du Vème siècle. Elle est la plus célèbre en Inde et en Europe. Théophile Gautier en tire un ballet réglé par Petipa en 1858

1887 : William Elborne photographie sa fiancée Jessie Lipscomb, Camille et sa sœur Louise  rue Notre-Dame-des-Champs à Paris,

IMGP6636 Camille Louise et Jessie

1888 : Camille prend son indépendance vis-à-vis de sa famille et s'installe au 113, boulevard d'Italie, aujourd'hui boulevard Auguste Blanqui. Sa sœur s'est mariée le 16 août à Villeneuve avec Ferdinand de Massary, la laissant seule face à sa mère.

Rodin loue la Folie Neufbourg, appelé "Le Clos Payen" au 68, boulevard d'Italie, proche du 113. Cette belle demeure du XVIIIème siècle, laissée à l'abandon, abrite leurs amours.

1889 : Exposition Universelle de Paris, Palais des Beaux-Arts, Camille se rend à cette manifestation.

1892 : Camille s'installe au 11, avenue de la Bourdonnais, VIIème actuel, elle garde l'atelier du 113, boulevard d'Italie (actuel boulevard Auguste Blanqui). Elle ne travaille plus pour le sculpteur Auguste Rodin, mais pour elle.

"Retirée dans l'absolue solitude de son atelier du boulevard d'Italie, elle vit là, un an, deux ans, trois ans sans recevoir personne, sans entendre une voix amie"

Visite-Paris-Veme-11-avenue-La-Bourdonnais-Camille-Claudel.jpg

"La Petite Châlelaine" (1892-1896), 2 bustes en plâtre non patinés, 1893, l'un détruit lors de l'incendie des fonderies Coubertin en 1987, 4 bustes légèrement différents, dont 3 marbres en 1895,

 IMGP3942 Marguetine Boyer portrait roPhotographie de Marguerite Boyer

IMGP2169-La-Petite-Chatelaine-Camille-Claudel-La-Piscine-r.jpgIMGP2147-La-Petite-Chatelaine-ou-Jeanne-Enfant-Camille-Clau.jpgIMGP3942-Marguetine-Boyer-portrait--ro.jpgIMGP3944-La-Petite-Chatelaine-differente-version-des-chev.jpg

 

Paris VIIème 23 janvier 2015 musée Rodin Camille Claudel

 

IMGP4022-La-Petite-Chatelaine-ro3.jpg

Les différentes versions de la Petite Châtelaine, avec chevelure et natte repositionnés, 1892

marbre et fonte A. Valsuanià 1896, en bas, plâtre non patiné, 1893

Les premières séances de pose de la fillette âgée de 6 ans auraient commencées en septembre 1892 (72 séances) au château de l'Islette, près d'Azay-le-Rideau.

Entre 1890 et 1893, Camille séjournera plusieurs fois au château. la propriété aurait été louée par Rodin pour abriter une grossesse que Camille ne put malheureusement mener à terme.

Les bustes que Camille créa seraient-ils l'enfant que Camille n'a pas eu ?

Ceux-ci font partie certainement des œuvres majeures de l'artiste.

 

1894 : séjour à Guernesey, chez Mme Ménard Dorian, d'où elle rapporte une étude du peintre Georges Hugo,

IMGP4459 Buste de Camille Claudel 1895 de Victor PeterLe buste de Camille exécuté par Victor Peter en 1895,

praticien d'Auguste Rodin qui arréta le travail du buste

pour n'en garder qu'un visage émergeant du bloc de marbre.

 

1893 : "Les Causeuses" ou "Les Bavardes" commencées en 1892, onyx, en son atelier situé boulevard d'Italie.

IMGP6642.JPG

1895-1996 : La Petite Châtelaine, 3 marbres. Commande de l'Age mûr par l'Etat, exposition de la Société Nationale des Beaux-Arts : "Jeanne enfant", marbre, buste de Léon Lhermitte, bronze, "Etude d'après un japonais", plâtre, "La Confidence", plâtre,

1897 : "L'Hamadryade", marbre et bronze, "Clotho"; marbre, "La Vague", onyx et bronze, "Femme-à-sa-toilette", plâtre,

IMGP2174-La-Vague-ou-les-Baigneuses.jpg

"La Vague" ou "Les Baigneuses" 1897-1903

1898 : Camille romp avec Auguste Rodin et loue un atelier au 63, rue de Turenne, IVème arrondissement actuel, achèvement de la 2ème version de "L'Age mûr", "Persée et la Gorgone",

 

      IMGP3450-Atelier-Camille-Claudel-63-rue-de-Turenne-1898.jpgIMGP3451-Atelier-Camille-Claudel--en-1898-63-rue-de-Turenne.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le portail du 63, rue de Turenne, fort dégradé, malheureusement

 IMGP2244 Photographie Camille Persée et Gorgone

Camille devant le plâtre de La Persée et la Gorgone dans son atelier de l'Ile Saint-Louis vers 1899

 

1899 : en janvier, Camille s'installe avec son atelier au 17,19 quai de Bourbon sur l'Ile Saint-Louis, actuellement IVème arrondissement. Elle travaillera jusqu'en 1913 dans cet atelier. "Portrait de M. le comte de M.", marbre, "Clotho", marbre, "L'Age mûr", plâtre, "Persée", plâtre, fonte de "L'Implorante" par Gruet,

 

IMGP3406-Atelier-Camille-Claudel-19-quai-Bourbon-1899-1913.jpgIMGP3409-Atelier-Camille-Claudel-19-quai-Bourbon-1899-1913.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP7526-Atelier-de-Camille-Claudel-Visite-du-20.2.2015.jpg

Le portail du 17-19, quai de Bourbon, la plaque à la mémoire de Camille Claude, la cour-intérieure. 

(l'atelier probablement à gauche)

  

 

"L'Age mûr", plâtre, "Clotho", marbre

                  IMGP2195-L-Age-mur-de-Camille-Claudel.jpgIMGP2198-L-Age-mur-de-Camille-Claudel.jpg

 

 

 

 

 

"L'Âge mûr" dit aussi "La Destinée" ou "Le Chemin de la vie" ou encore "La Fatalité" (bronze à partir de 1894)

Après la rupture entre Camille Claudel et Auguste Rodin, ce dernier essaye de l'aider par personne interposée et obtient du directeur des Beaux-Arts une commande de l'État, mais cette commande ne sera jamais concrétisée et Camille ne touchera jamais un sou de l'État. L'Âge mûr est réalisé en 1895 et exposé en plâtre en 1899 au Salon de peinture et de sculpture de la Société Nationale des Beaux-Arts. Malheureusement Camille n'a pas les moyens de la faire fondre et c'est un capitaine enui la fera fondre à ses frais, en 1902 par Thiébaut (le fondeur habituel étant trop cher) ; l'officier conservera ce bronze avec lui. Il sera plus tard exposé au Musée d'Orsay. Un second bronze est fondu par Fréderic Carvihani après 1913 et exposé lui au musée Rodin après un don de Paul Claudel.

L'Âge mûr témoigne du cruel abandon de Rodin

 

"Ma sœur Camille, Implorante, humiliée à genoux, cette superbe, cette orgueilleuse, et savez-vous ce qui s'arrache à elle, en ce moment même, sous yeux, c'est son âme".          Paul Claudel

 

1900 : exposition universelle : "Profonde Pensée", marbre, "Rêve au coin du feu", plâtre, "Ophélie" (L'Hamadryade), Salon de la plume : "Buste de Rodin", "La Fortune", Paul est en Chine jusqu'en 1905,

Roubaix Exposition Camille Claudel montage r

1901 : Camille ne participe à aucun salon. Eugène Biot, devenu le marchand attitré de Camille, fait fondre 6 exemplaires de bronze en taille réduite de "L'Age mûr" (prix 4000 francs),

1902 : "Persée", marbre, "Buste de Madame la Comtesse de Maigret", "Alsacienne", terre cuite, fonte de "L'Age mûr", bronze pour le capitaine Tissier par la société Thiébaut Fumière et Gavignon,

1905 : décembre, Eugène Blot organise la première exposition Camille Claudel boulevard de la Madeleine, "La Niobide blessée", "Sakountala", marbre,

"Sakountala" est une légende indienne du Vème siècle racontant les amours contrastés d'un prince et d'une simple jeune fille. Cette oeuvre deviendra "Vertumne et Pomone" dans sa version en marbre en référence à Ovide.

Roubaix-27-decembre-2014-Piscine-expo.-Camille-Claudel-Sak.jpg

Camille sculptant le marbre. "Sakountala" deviendra "Vertumne et Pomone" dans sa version en marbre

 

1905 : "Profondes pensées" ou " Femme agenouillée devant une cheminée", ou "Intimité" ou "La bûche de Noël", bronze et marbre blanc, fonte,

 

IMGP2254 Profonde pensée ou Intimité ou La Buche de Noël

 

1906-1907 : Eugène Blot  monte la deuxième exposition de Camille à l'automne dans une nouvelle galerie rue Richepanse,

1908 : exposition du 1er au 24 décembre à la galerie Blot, 5, boulevard de la Madeleine,

1910 : exposition des Femmes Peintres et Sculpteurs: "L'Imploration", "Persée", "Les Bavardes".

IMGP2261-Les-Bavardes.jpgIMGP2263-La-Piscine-les-Bavardes.jpg

 

  Les Bavardes

1913 : 2 mars, décès du père de Camille, Louis-Prosper, à Villeneuve, Camille est internée à Ville-Evrard, le 10 mars, 16 avril : réunion d'un conseil de famille pour s'occuper des biens de Camille,

1914 : en août, transfert de Camille à Enghien, puis à l'hôpital psychiatrique de Montdevergues à Montfavet, Vaucluse, le 9 septembre, près d'Avignon, elle restera dans cette institution près de 30 ans, jusqu'à son décès. Sa mère et sa sœur ne viendront jamais la visiter. Paul, son frère cadet, lui rendra visite une quinzaine de fois.

IMGP3949-Asile-d-Allienes-de-Montvergues-a-Montfavet.jpgL'asile d'alliénés de Montdevergues à Montfavet

Toujours consciente, elle écrit, vivant dans une solitude quasi-totale : "C'est affreux d'être abandonnée de cette façon", "Je voudrais bien être au coin de la cheminée de Villeneuve, mais hélas ! je crois que je ne sortirai jamais de Montdevergues...!"

Les médecins du centre qualifieront l'état cérébral de Camille de " délire systématisé de persécution basé par des interprétations et des fabulations : elle est victime des attaques criminelles d'un sculpteur célèbre. Elle craint tout le temps qu'on ne l' empoisonne, aussi choisit-elle soigneusement son alimentation basée surtout de pommes de terre en robe- de-chambre et d'oeufs qu'elle cuit elle-même. Son état physique est jugé bon, tout-au-moins jusqu'au 11 août 1942 où une carence alimentaire et un déséquilibre affecte gravement sa santé.

1929 : décès de la mère de Camille, Louise-Athanase, à Villeneuve,

1943 : 19 octobre, décès de Camille à 2 heures du matin d'un ictus aploplectique (infarctus cérébral ou du myocarde) accompagnée d'une perte de connaissance).

Elle est inhumée le 21 octobre au cimetière de Montfavet, Vaucluse.

   

Les expositions de Camille Claudel après sa disparition :

- 2008 : exposition Camille Claudel au musée Rodin à Paris, du 15 avril au 20 juillet,

- 2013-2014 : le musée Rodin consacre à l'artiste une exposition et divers ateliers, pour le 70ème anniversaire de sa mort. Camille Claudel sort de ses réserves, en présentant une vingtaine d'oeuvres de l'artiste, du 1er octobre 2013 au 5 janvier 2014,

- 2014-2015 : exposition Camille Claudel à la Piscine de Roubaix " Au miroir d'un art-nouveau, Musée d'Art et de l'Industrie, du 8 novembre 2014 au 8 février 2015. Des collections du musée d'Orsay, de musée Rodin, et du futur Musée Camille Claudel qui ouvrira ses portes en novembre 2015 à Nogent-sur-Seine (10),

- prochain musée Camille Claudel : ouverture printemps 2016 à Nogent-sur-Seine (Aube) avec les collections de Reine-Marie Paris et Philippe Cressent, acquises en 2008 et des achats effectués sur le marché de l'art grâce au fond du Patrimoine et la générosité de mécènes; une quarantaine d'oeuvres soit le fonds le plus important au plan mondial.

 

Dans quels musées se trouvent les oeuvres de Camille Claudel ?  

En France : 

- Abbeville : musée Boucher-de-Perthe, "Psaume", bronze,

- Alès : musée-bibliothèque Pierre-André-Benoît, "Etude pour la tête de L'Hamadryade", bronze,

- Aurillac: musée de Parieu, "Buste de Rodin", bronze,

- Avignon : musée Calvet, "Jeune Romain", bronze,

- Bagnols-sur-Cèze : musée Albert-André, "L'Implorante", bronze en taille réduite .

- Beaufort-en-Vallée : musée Joseph-Denais, "La petite Châtelaine", bronze,

- Cambrai : musée municipal, "L'Abandon", bronze grand modèle,

- Château-Gonthier : musée municipal, "Portrait de la comtesse de Maigret" fusain,

- Châteauroux : musée Bertrand, "Buste de Paul Claudel à treize ans", bronze, "Sakountala", plâtre, offert par Camille à la ville en 1895. Cette oeuvre avait fait un tollé à l'époque.

- Château-Thierry : musée Jean-de-la Fontaine, "Buste de Ferdinand de Massary", bronze, "Buste de Paul Claudel à trente-sept ans", bronze,

- Cherbourg : musée Thomas Henry, "Giganti", bronze,

- Clermont-Ferrand : musée d'Art Roger-Quillot, "Buste de Louise de Massary", bronze,

- Draguignan : musée des Beaux-Arts, "Rêve au coin du feu", marbre,

- Guéret : musée municipal, "Buste de Rodin", bronze,

- Honfleur : musée Eugène Boudin, "Femmes- de-Gérardmer", fusain,

- Laon : musée archéologique municipal, quatre reproductions anciennes de dessins,

- Lille : musée des Beaux-Arts, "Giganti", bronze, "Buste de Louise de Massary", terre cuite,

- Martigues : musée Ziem, "Buste de Rodin",

- Montauban : musée Ingres, "Buste de Charles Lhermite", bronze,

- Paris : musée du Petit Palais, "Buste de Rodin", bronze,

- Paris : musée d'Orsay, "L'Age mûr", bronze, grand modèle, Torse de Clotho, plâtre,

- Paris : musée Rodin, "L'Age mûr, plâtre première version, bronze, deuxième version, "La Petite Châtelaine", marbre, "Persée", marbre, "Paul Claudel à trente-sept ans", bronze, "L'Implorante", bronze taille réduite,"Clotho", "Les Causeuses", version en plâtre, version en onyx et bronze,"La Valse", bronze, "Buste de Rodin", version en plâtre, version en bronze, "Vertumne et Pomone", marbre, "La Vague", onyx et bronze, "Tête au chignon", bronze,

- Poitiers : musée Sainte-Croix, 'L'Abandon", taille réduite, "La Valse", bronze, "La Fortune", bronze, "Niobide blessée", bronze, "Profonde Pensée", marbre, "Profonde Pensée", bronze, personnage seul,

- Roubaix : musée d'Arts et d'Industrie, "Buste de Rodin", bronze, "La Petite Châtelaine", "aux cheveux tout à jour",marbre, 

- Toulon : musée d'Art et d'Archéologie, "Jeune Romain", bronze,

- Toulouse : musée des Augustins, "Jeune Romain", bronze,

- Tourcoing : musée des Beaux-Arts, "Jeune Romain", bronze.

Musées à l'étranger :

 

Musées à l'étranger :

- Bejaïa : musée de l'Algérie, "Niobide blessée", plâtre, dépôt de la France,

- Berlin : Neue nationalgalerie, Allemagne, "Jeune Romain", bronze posthume,

- Brême : musée national, Allemagne, "Giganti", bronze,

- Bucarest : musée national de l'art, Roumanie, "femme-accroupie"; bronze, "Torse de femme debout", bronze, "Croquis d'amateur", plâtre patiné,

- Genève : musée d'Art de d'Histoire, Suisse, "Les Causeuses, plâtre,

- Martigny : Fondation Pierre Gianadda, Suisse, "L'Implorante", petit modèle bronze, "L'Abandon", petit modèle bronze, "La Fortune", bronze,

- Munich : Neue Pinakothek, Allemagne, "La Valse", petit modèle bronze,

- New-York : The Cantor Collection, U.S.A, "L'Implorante" petit modèle bronze, "Buste de Rodin", bronze, "La Valse", bronze,

- New-York : métropolitan museum, U.S.A., "L'Implorante", petit modèle bronze,

- San Francisco : California Palace of the Legion of Honour, U.S.A., "Buste de Rodin", bronze,

- Shizuoka : Prefectural Museum of Art, Japon, "La Vague", bronze posthume,

- Soumaya : musée de Soumaya, Mexique, "La Vague", bronze posthume, "Buste de Rodin", bronze, "La Valse", bronze, "Les Causeuses", marbre,

- Washington D.C., The National Museum of women in the Arts, U.S.A., "La Jeune Fille à la Gerbe", bronze posthume.

 

 IMGP6643.JPGIMGP6641-ro2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille Claudel à l'écran :

- 1988 : "Camille Claudel", long métrage réalisé par Bruno Nuytten, avec Isabelle Adjani, Gérard Depardieu, Madeleine Robinson. D'après le livre de Reine-Marie Paris.

Ce long métrage fera renaitre la vie un peu romancée de Camille et popularisera cette artiste méconnue du public à l'époque, durée : 175 minutes,

Musique : Gabriel Yared.

Berlin Ours d'Argent 1989, Meilleure actrice : Isabelle Adjani,

7 César 1989, Meilleure actrice : Isabelle Adjani, Meilleure photographie : Pierre Lhomme, Meilleurs décors : Bernard Vezat, Meilleurs costumes : Dominique Borg.

Lien Wikipédia: Camille Claudel, film 1988

Isabelle Adjani dans Camille Claudel 1988 2Isabelle Adjani dans Camille Claudel 1988

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien : Camille Claudel Allociné 1988

- "Camille Claudel 1915", long métrage réalisé par Bruno Dumont, avec Juliette Binoche et Jean-Luc Vincent.

Hiver 1915 : internée par sa famille dans un asile du sud de la France, là où elle ne sculptera plus. Un chronique de la vie recluse de Camille Claudel; dans l'attente d'une visite de son frère Paul.

"Le long métrage le plus bouleversant de Dumont"

 

Camille Anastasia Kendall Maria Nicola Claudel, La relation passionnelle et tumultueuse avec le sculpteur Auguste Rodin, de vingt-quatre ans son aîné.

Cet amour impossible, ainsi que son internement psychiatrique de 1914 à 1943, la murant dans le silence le plus total, lui ont donné une aura égalant son génie.

 

 

 

 

Sources et bibliographie : Wikipédia Camille Claudel, L'oeuvre énorme et les études de Reine-Marie Paris, petite-fille de Paul, petite-nièce de Camille et enseignante à la Sorbonne,

Lien Musée Rodin : Camille Claudel

Lien : Camille Claudel au musée Rodin l'oeuvre de Camille

Ateliers Colarossi : lien Académie Colarossi 10, rue de la Grande Chaumière 75006 Paris (1870-1930)

Sources : Association Camille Claudel

Bibliographie : "Camille Claudel Le génie est comme un miroir" Hélène Pinet et Reine-Marie Paris. petite-nièce de Camille Claudel, un ouvrage de référence sur la vie de l'artiste. Gallimard 2003, Editions ARTS,

Reine-Marie Paris est licenciée d'Histoire-Géographie; maitrise d'Histoire de l'Art sur Camille Claudel en 1982,

Camille Claudel, correspondance, Edition Anne Rivière Bruno Gaudichon Collection "Arts et Artistes", Gallimard, 2003

Hélène Pinet est missionnéedes collections de photographies des collections Rodin,

Photographies des oeuvres de Camille : Piscine de Roubaix, 27 décembre 2014.


Catalogue-raisonné des oeuvres de Camille Claudel :
Anne Rivière, Bruno Gaudichon, Danielle Ghanassia. Adam Biro, octobre 2001

Camille Claudel re-trouvée,  catalogue-raisonné, Reine-Marie Paris, Paris, Aittouarès, 2000,

Camille Claudel, Bruno Gaudichon et Anne Rivière, Paris, Adam Biro, 2000,

L'oeuvre de Camille Claudel, catalogue-raisonné, Paris, Adam Biro-Arthis, 1991,

Lien Piscine de Roubaix : Exposition Camille Claudel du 8 novembre 2014 au 8 février 2015 "Au miroir d'un art-nouveau" 

Des oeuvres du musée d'Orsay de Paris, du musée d'Orsay de Paris, et du futur musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine.

IMGP2057-Affiche-Exposition-Camille-Claudel-Piscine-de-Roub.jpg

Association Camille et Paul Claudel en Tardenois : 4, rue de Rugny 02130 Arcy Sainte-Restigné : association-cpc@orange.fr

- "Camille Claudel 1915", long métrage réalisé par Bruno Dumont, avec Juliette Binoche et Jean-Luc Vincent.

Hiver 1915 : internée par sa famille dans un asile du sud de la France, là où elle ne sculptera plus. Un chronique de la vie recluse de Camille Claudel; dans l'attente d'une visite de son frère Paul.

"Le long métrage le plus bouleversant de Dumont"

 

Camille Anastasia Kendall Maria Nicola Claudel, La relation passionnelle et tumultueuse avec le sculpteur Auguste Rodin, de vingt-quatre ans son aîné.

Cet amour impossible, ainsi que son internement psychiatrique de 1914 à 1943, la murant dans le silence le plus total, lui ont donné une aura égalant son génie.

 

 

 

 

Sources et bibliographie : Wikipédia Camille Claudel, L'oeuvre énorme et les études de Reine-Marie Paris, petite-fille de Paul, petite-nièce de Camille et enseignante à la Sorbonne,

Lien Musée Rodin : Camille Claudel

Lien : Camille Claudel au musée Rodin l'oeuvre de Camille

Ateliers Colarossi : lien Académie Colarossi 10, rue de la Grande Chaumière 75006 Paris (1870-1930)

Sources : Association Camille Claudel

Bibliographie : "Camille Claudel Le génie est comme un miroir" Hélène Pinet et Reine-Marie Paris. petite-nièce de Camille Claudel, un ouvrage de référence sur la vie de l'artiste. Gallimard 2003, Editions ARTS,

Reine-Marie Paris est licenciée d'Histoire-Géographie; maitrise d'Histoire de l'Art sur Camille Claudel en 1982,

Camille Claudel, correspondance, Edition Anne Rivière Bruno Gaudichon Collection "Arts et Artistes", Gallimard, 2003

Hélène Pinet est missionnéedes collections de photographies des collections Rodin,

Photographies des oeuvres de Camille : Piscine de Roubaix, 27 décembre 2014.


Catalogue-raisonné des oeuvres de Camille Claudel :
Anne Rivière, Bruno Gaudichon, Danielle Ghanassia. Adam Biro, octobre 2001

Camille Claudel re-trouvée,  catalogue-raisonné, Reine-Marie Paris, Paris, Aittouarès, 2000,

Camille Claudel, Bruno Gaudichon et Anne Rivière, Paris, Adam Biro, 2000,

L'oeuvre de Camille Claudel, catalogue-raisonné, Paris, Adam Biro-Arthis, 1991,

Lien Piscine de Roubaix : Exposition Camille Claudel du 8 novembre 2014 au 8 février 2015 "Au miroir d'un art-nouveau" 

Des oeuvres du musée d'Orsay de Paris, du musée d'Orsay de Paris, et du futur musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine.

IMGP2057-Affiche-Exposition-Camille-Claudel-Piscine-de-Roub.jpg

Association Camille et Paul Claudel en Tardenois : 4, rue de Rugny 02130 Arcy Sainte-Restigné : association-cpc@orange.fr

Camille Claudel. "Au miroir d'un art-nouveau":

Catalogue-raisonné de l'exposition Camille Claudel au Musée d'Art et d'Industrie de Roubaix. La Piscine. Edition Gallimard La Piscine 2014. www.gallimard.fr

Camille Claudel à Montdevergues :

Histoire d'un internement - 7 septembre 1914 - 19 octobre 1943. de Michel Deveau. Editions L'Harmattant.

 

Timbre : "La Valse", hommage à Camille Claudel, édition en 2000

      POSTE-2000-Timbre-Camille-Claudel.jpgCamille-Claudel-Timbre-Philatelie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revoir aussi article Lille et ses villes environnantes :  Une visite de Lille et ses communes environnantes la Piscine de Roubaix et l'exposition Camille Claudel

 

Quelques oeuvres dessinées, études de janvier 2015, crayon ou encres

 

IMGP2962 La Petite Châtelaine Etude crayon sanguineIMGP2966 La Petite Châtelaine de Camille Claudel La Piscin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5907-La-Petite-Chatelaine-dessin-crayon-couleur-r.jpg

             IMGP3705-Camille-Claudel-vers-1884-r.jpg

IMGP3984-Encre-rouge-et-lavis-21-janvier-2015-Sakountala-r.jpg

IMGP5997-Camille-Claudel-Jeune-femme-aux-yeux-clos-v.-1885.jpg

 

Bonnes visites !

Projet de balade à l'étude : le circuit Camille Claudel à Paris, de Port-Royal à Châtelet.

 

 

Camille Claudel. "Au miroir d'un art-nouveau":

Catalogue-raisonné de l'exposition Camille Claudel au Musée d'Art et d'Industrie de Roubaix. La Piscine. Edition Gallimard La Piscine 2014. www.gallimard.fr

Camille Claudel à Montdevergues :

Histoire d'un internement - 7 septembre 1914 - 19 octobre 1943. de Michel Deveau. Editions L'Harmattant.

 

Timbre : "La Valse", hommage à Camille Claudel, édition en 2000

      POSTE-2000-Timbre-Camille-Claudel.jpgCamille-Claudel-Timbre-Philatelie.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revoir aussi article Lille et ses villes environnantes :  Une visite de Lille et ses communes environnantes la Piscine de Roubaix et l'exposition Camille Claudel

 

Quelques oeuvres dessinées, études de janvier 2015, crayon ou encres

 

IMGP2962 La Petite Châtelaine Etude crayon sanguineIMGP2966 La Petite Châtelaine de Camille Claudel La Piscin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP5907-La-Petite-Chatelaine-dessin-crayon-couleur-r.jpg

             IMGP3705-Camille-Claudel-vers-1884-r.jpg

IMGP3984-Encre-rouge-et-lavis-21-janvier-2015-Sakountala-r.jpg

IMGP5997-Camille-Claudel-Jeune-femme-aux-yeux-clos-v.-1885.jpg

 

Bonnes visites !

Projet de balade à l'étude : le circuit Camille Claudel à Paris, de Port-Royal à Châtelet. Ce projet est achevé actuellement.

 

 

Dessin au crayon "La Petite Châtelaine", d'après la  première version en terre cuite de Camille au château de l'Islette.
Dessin au crayon "La Petite Châtelaine", d'après la  première version en terre cuite de Camille au château de l'Islette.

Dessin au crayon "La Petite Châtelaine", d'après la première version en terre cuite de Camille au château de l'Islette.

Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893
Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893Photographies de Camille Claudel  en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893

Photographies de Camille Claudel en 1887 à Paris, déguisée, en août 1893

"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.
"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.

"La Petite Châtelaine", différentes versions de 1892 à 1896, terre cuite, plâtre patiné ou brut, marbres.

Camille Claudel à participé, avec d'autres sculpteurs à l'œuvre grandiose de la "Porte de l'Enfer" d'Auguste Rodin (partie supérieure de l'œuvre ).

L'oeuvre en plâtre est visible au Musée d'Orsay et celle de bronze dans le jardin du musée Rodin à Paris. Beaucoup d'études sont visibles à Paris et à Meudon aux Musées Rodin. Il existe de nombreuses répliques en bronze dans le monde entier (voir l'article spécifique sur la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin).

"La Petite Châtelaine", première version de Camille, plâtre patinée

"La Petite Châtelaine", première version de Camille, plâtre patinée

Montages : la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin au Musée Rodin (bronze) et au Musée d'Orsay (plâtre)Montages : la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin au Musée Rodin (bronze) et au Musée d'Orsay (plâtre)

Montages : la Porte de l'Enfer d'Auguste Rodin au Musée Rodin (bronze) et au Musée d'Orsay (plâtre)

"L'âge mur" bronze Musée d'Orsay premier étage droite

"L'âge mur" bronze Musée d'Orsay premier étage droite

          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892
          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892
          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892          La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892

La famille Claudel va vivre au 5ème étage du 31 boulevard de Port-Royal de 1886 à 1892

 

 

"Le métier de sculpteur est pour un homme une espèce de défi perpétuel au bon sens, il est pour une femme isolée et pour une femme avec le tempérament de ma soeur une pure impossibilité. Elle avait tout misé sur Rodin, elle perdit tout avec lui.

Le beau vaisseau, quelque temps balloté sur d'amères vagues, s'engloutit corps et bien."

Paul Claudel, "Ma soeur Camille, son œuvre  est l'histoire de sa vie", Le Figaro littéraire, 17 novembre 1951.

 

 

Lieu des ateliers et habitations de Camille Claudel et de sa famille à Paris, un circuit très agréable !

Lieu des ateliers et habitations de Camille Claudel et de sa famille à Paris, un circuit très agréable !

Une visite au musée Rodin le 12 novembre 2015, jour de la réouverture du musée après 3 ans de travaux :

"La Petite Châtelaine" Marbre de Camille Claudel,1892, ancienne collection Joanny Peytel

"La Petite Châtelaine" Marbre de Camille Claudel,1892, ancienne collection Joanny Peytel

"Masque de Camille Claudel et main de P. de Wissant" assemblage en plâtre vers 1895 d'Auguste Rodin

"Masque de Camille Claudel et main de P. de Wissant" assemblage en plâtre vers 1895 d'Auguste Rodin

"Camille Claudel au cheveux courts", masque Auguste Rodin vers 1892, donation Rodin 1916

"Camille Claudel au cheveux courts", masque Auguste Rodin vers 1892, donation Rodin 1916

"Camille Claudel au bonnet" Tête en terre cuite d'Auguste Rodin vers1884

"Camille Claudel au bonnet" Tête en terre cuite d'Auguste Rodin vers1884

"Camille Claudel au bonnet" Tête en pâte de verre, 1911, Auguste Rodin et Jean Cros

"Camille Claudel au bonnet" Tête en pâte de verre, 1911, Auguste Rodin et Jean Cros

La salle Camille Claudel au Musée Rodin

La salle Camille Claudel au Musée Rodin

Camille Claudel au Musée Rodin :

77, rue de Varenne 75007 Paris Métro. Varenne

1er étage de l'Hôtel, salle 16.

Mardi au dimanche : 10 à 17 H 45, mercredi jusqu'à 20 H 45. Fermeture des caisses 17 H 15, des jardins 17 H, du 1er octobre au 31 mars, des espaces d'exposition 17 H 45.

Musée gratuit le 12 novembre 2015, journée de réouverture des salles, après travaux de rénovation et de présentation de nouvelles collections des réserves.

tél. : 0033(0)1 44 18 61 10 Site : lien http://www.musee-rodin.fr

 

Voir aussi article Camille Claudel par Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/camille-claudel-par-auguste-rodin.html

Voir aussi article La porte de l'Enfer d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article Le Monument Victor Hugo d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-a-victor-hugo-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi article Le Monument Balzac d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-monument-balzac-d-auguste-rodin-a-paris.html

Voir aussi article le Monument aux Bourgeois de Calais d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-aux-bourgeois-de-calais-jardin-du-musee-rodin.html

Voir aussi "Le Baiser" d'Auguste Rodin :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/02/le-baiser-d-auguste-rodin.html

Voir aussi la Jeune femme au chapeau fleuri :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/03/la-jeune-femme-au-chapeau-fleuri-d-auguste-rodin.html

 

Bonne visite !

Une bonne nouvelle !

Le musée Camille Claudel ouvrira ses portes à Nogent-sur-Seine  le 26 mars 2017:


10 Rue Gustave Flaubert
10400 Nogent sur Seine

Dossier de Presse : http://www.museecamilleclaudel.fr/sites/default/files/documents/pdp28112016.pdf

Comment se rendre au musée ? :le plan d'accès sources musée Camille Claudel

 

 

Pour se rendre au musée depuis Paris :
Par le train : toutes les heures au départ de la gare de l’Est, trajet d’une heure
puis 5 mn à pied jusqu’au musée
Par la route : 1h20 par la Nationale 4 ou par l’A4 et la Départementale 231
En savoir plus sur https://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/131250-musee-camille-claudel-ouverture-en-mars-2017-a-nogent-sur-seine#lzqt7M2PEAowyjHO.99

A voir aussi :

"Camille, Camille, Camille"

Une pièce jouée par la Compagnie "les Bacchantes", d'après l'oeuvre de Sophie Jabès, édité par Lansman Editions.

Adaptation et mise en scène : Marie Montegani

avec Clara Ponsot, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik et la participation de Geneviève Dang.

Entre autres : Vendredi 10 mars 2017 à 20 H 45, salle Malesherbes, 78600 Maisons-Laffitte

photo-ccc

Camille, Camille, Camille – Création 2014. Reprise en 2016-2017.

Avec Nathalie Boutefeu, Vanessa Fonte ou Clara Ponsot (en alternance), Clémentine Yelnik – Mise en scène Marie Montegani (Photo Elisa Cencetti)
« J’ai voulu que renaisse sur scène, celle que l’on a cherché à museler, celle qui réclamait la liberté à grand cri et poser la question de la place de l’artiste femme dans la société, aujourd’hui »

Dossier Complet : Dossier Camille, Camille, Camille 2016-2017

La Presse en parle

« Camille, Camille, Camille, une pièce bouleversante » par Dashiell Donello – Médiapart

« Camille, Camille, Camille » par Nicolas Arnstam- Froggy’s delight

« Camille, Camille, Camille » par Philippe Delhumeau – Théatrothèque

« Pourquoi me clouer au silence ? » par Audrey Natalizi – France 3

« Les trois visages d’une artiste » par Gilles Costaz -WebThéâtre

photo-ccc

Camille, Camille, Camille – Création 2014. Reprise en 2016-2017.

Avec Nathalie Boutefeu, Vanessa Fonte ou Clara Ponsot (en alternance), Clémentine Yelnik – Mise en scène Marie Montegani (Photo Elisa Cencetti)
« J’ai voulu que renaisse sur scène, celle que l’on a cherché à museler, celle qui réclamait la liberté à grand cri et poser la question de la place de l’artiste femme dans la société, aujourd’hui »

Dossier Complet : Dossier Camille, Camille, Camille 2016-2017

La Presse en parle

« Camille, Camille, Camille, une pièce bouleversante » par Dashiell Donello – Médiapart

« Camille, Camille, Camille » par Nicolas Arnstam- Froggy’s delight

« Camille, Camille, Camille » par Philippe Delhumeau – Théatrothèque

« Pourquoi me clouer au silence ? » par Audrey Natalizi – France 3

« Les trois visages d’une artiste » par Gilles Costaz -WebThéâtre

Camille Claudel, artiste maudite

Comment ne pas être bouleversé par cette artiste de génie, cette femme libre, qui souhaitait faire reconnaître son art et que l’abandon de Rodin, l’isolement et le manque de commande conduisirent à la misère et poussèrent à la folie. Celle qui fut internée à l’asile de Ville-Évrard en 1913 (huit jours seulement après la mort de son père qui l’avait toujours soutenue) avant d’être transférée un an plus tard à l’asile de Montdevergues, mourut des suites de malnutrition, le 19 octobre 1943, à l’âge de 78 ans. Quelques jours après sa mort, Camille Claudel est inhumée au cimetière de Montfavet accompagnée du seul personnel de l’hôpital. Ses restes seront transférés dans le carré no 10, fosse commune appelée aussi « carré des fous ».

Camille Claudel rejoint ainsi la liste des artistes maudits, au destin tragique. Il faudra attendre presque la fin du XXe siècle pour qu’elle sorte à nouveau de l’oubli, notamment grâce au remarquable travail de Reine-Marie Paris, petite nièce de Camille Claudel, et le texte de Sophie Jabès vient rappeler avec force la femme et l’artiste hors du commun qu’elle était.

 

 

 

 

Lien site Théâtre 95 :http://theatre95.com/site/event/camille-camille-camille/

Bravo à la mise en scème et aux merveilleuses comédiennes  !

Un article sur TV5monde : Camille Claudel, drames, vérités et légendes : lien http://information.tv5monde.com/terriennes/camille-claudel-drames-verites-et-legendes-57112

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Les artistes à Paris
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 15:36

Les-Lumieres-de-la-Ville-randonnee-Paris-le-samedi-20-de.jpg

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 08:31

 

Quelques images d'une visite de cette grande aggmomération de Lille :

IMGP1348 Lille Vieille Bourse

La Vieille Bourse

IMGP1422-Vieux-Lille.jpgIMGP1455-Vieux-Lille.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Vieux Lille

 

IMGP1817Le-P-tit-Quinquin.jpgIMGP1819 Le P'tit Quinquin r

 

 

 

 

 

 

 

 

Le P'tit Quinquin,

 

Square Foch, hommage à la chanson pour dormir "L'canchon dormoire" d'Alexandre Desrousseaux

Cette statue est une réplique de la statue sculptée par Eugène Desplechin en 1902 et exposée à l'hôtel de ville. La chanson conte l'histoire d'une dentelière s'évertuant à faire dormir son bébé.


"Dors min p'tit Quiquin, min p'tit pouchin, min gros rogin
Te m'feras du chagrin, si te'n'dors point ch'qu'à d'main"


.

  Les Portes de la ville

 

IMGP1444-Porte-de-Gand.jpgIMGP1467 Porte de Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Porte de Gand et la Porte de Paris

 

Maison-Coilliot-d-Hector-Guimard-a-Lille-Montage-r.jpg

La Maison Coilliot située au 14 rue Fleurus

Construite de 1898 à 1900 pour le céramiste Louis-Henri Coilliot et ses laves émaillées. Une oeuvre de l'architecte art nouveau Hector Guimard, connu pour ses édicules des métros parisiens en 1900 et son Castel Béranger rue Jean de la Fontaine, 16ème.

Elle se situe près de la Préfecture et le Palais des Beaux Arts

 

IMGP1810-Lille-La-Prefecture.jpgIMGP1804-Palais-des-Beaux-Arts.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     La Grand'Place et sa grande roueIMGP1485-Grand-Place-de-Lille.jpgIMGP1852-La-Grande-Roue-de-Lille.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roubaix  

L'Hôtel de Ville de Roubaix, oeuvre de Victor Laloux, architecte de la gare d'Orsay à Paris, fut inauguré en 1911.

IMGP1913-Hotel-de-Ville-de-Roubaix.jpg    

IMGP1925-Hotel-de-Ville-de-Roubaix-r.jpgIMGP1928-Hotel-de-Ville-de-Roubaix-salle-des-mariages.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand escalier de l'Hôtel de Ville et le plafond de la salle des mariages

 

La Piscine-musée d'Artet d'Industrie André Diligent :

Hier temple de l'hygiène, fréquenté par les habitants de Roubaix durant plus de soixante ans, ce superbe complexe art déco de bains-douches édifié par Albert Baert est un des plus beaux musées de France par son originalité et ses collections. 

IMGP2370-La-Piscine-de-Roubaix.jpg

La Piscine-musée et ses collections

 

IMGP2404 La Piscine de Roubaix Vitrail de Jacques GrüberIMGP2315 La Piscine de Roubaix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      IMGP2147 La Petite Chatelaine ou Jeanne Enfant Camille Clau

 

IMGP2223 Buste de Jeune Fille ou Louise Claudel Camille ClaIMGP2226 Buste de Jeune Fille Camille Claudel La PiscineEt bien sûr, l'exposition Camille Claudel

 

(8 novembre 2014 au 8 février 2015)

 

 

 

avant l'ouverture du Musée

à Rosny-sur-Seine en 2015

 

A voir absolument !

 

 

 

Lien Wikipédia : Camille Claudel

Lien exposition Camille Claudel La Piscine Musée d'Art et d'Industrie André Diligent du 8 novembre 2014 au 8 février 2015

Biographie de l'artiste : Asso. Camille Claudel

Camille Claudel est née le 8 décembre 1864 à Fére-en-Tardenois (Aisne), de Louis-Proper Vivenne Claudel et de Louise -Athanaïse, née Verveaux. Sa soeur Louise née en février 1866, et son frère Paul, né en août 1868 font d'elle l'ainée de la famille, après la disparition de Charles-Henri, né en 1863, et disparu à l'age de 16 jours.

En 1870, Louis-Prosper Claudel est nommé à Bar-le-Duc, dans la Meuse. Camille y suit l'enseignement des soeur de la Doctrine chrétienne.

Après s'être installé à Villeneuve-sur-Fère, petit village proche de Fére-en-Tardenois, la famille Claudel s'installe ensuite pour trois années à Nogent-sur-Seine, de 1876 à 1879. Camille fait ses premiers pas d'artiste.

Elle s'inscrit en 1881 à l'Académie Colarossi au 10, rue de Grande Chaumière, Paris 6ème. Elle a pour maître Alfred Boucher, puis Auguste Rodin en 1882 lors du déplacement du sculpteur à Rome.

En 1879, la famille Claudel s'installe à Wassy-sur-Blaise en Haute-Marne. Camille persuade sa famille d'enmenager à Paris.

La famille, sauf son père retenu par des obligation professionnenes, s'installe au 135 bis boulevard de Montparnasse à Paris, de 1882 à 1886.

1884, entrée probable, comme praticien, de Camille.    

En 1885 la famille Claudel déménage au 31, boulevard de Port-Royal, Inscription au cabinet d'anatomie du Muséum d'histoire naturelle.

1886, séjour de Camillle chez les Lipscomb à Peterborough en Angleterre

Camille vit et travaille dans son atelier du 19 quai de Bourbon sur l'Ile-Saint-Louis de 1899 à 1913

Vivant misérablement, Camille s'enferme dans la solitude et peu à peu dans la paranoïa.

Son père meurt le 2 mars 1913, Camille n'est pas prévenue de ce décès et ne viendra pas à ses obsèques.

Après un conseil de famille, son frère Paul fait interner Camille à l'asile de Ville-Evrard le 10 mars suivant.

La guerre a éclatée et les hopitaux sont réquisitionnés.  Camille ne sculpte plus et est affreusement malheureuse.

Elle est transférée en août 1914 à Enghien, le 9 septembre 1914 à l'asile d'aliénés de Montdevergues à Montfavet dans le Vaucluse, près d'Avignon.    

Sa mère meurt en 1929, et ne viendra jamais la voir, d'ailleurs ni sa soeur. Son frère Paul viendra lui rendra visite à 12 reprises en 1915, 1925, 1927, 1928 et 1943.

Elle décède le 19 octobre 1943,dans l'asile de Montdevergues à Monfavet, Vaucluse, à l'age de 78 ans.

Elle est inhumée le 2& octobre au cimetière de Montfavet.

Voir aussi : Camille Claudel : à la rechercle des ateliers de   Camille Claudel, son oeuvre

 

 

La Manufacture des Flandres :

 

IMGP2586-La-Manufacture-des-Flandres-Roubaix-copie-1.jpgIMGP2450-Manufacture-des-Flandres-Roubaix.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

IMGP1952--Ancienne-usine-Motte-Bossut.jpg

L'ancienne usine Motte-Bossut, ex-filature de coton, devenue Centre des Archives du monde du travail

 

IMGP2705-Hotel-de-Ville-de-Tourcoing.jpg IMGP2707-Hotel-de-ville-de-Tourcoing-r.jpgTourcoing

L'Hôtel de Ville

 

 

IMGP2698-Fontaine-de-Tourcoing.jpgLes fontaines de la ville 

IMGP2693-Fontaine-de-Tourcoing.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP2657-Eglise-Saint-Christophe-de-Tourcoing.jpg L'église Saint-ChristopheIMGP2668-Eglise-Saint-Christophe-Tourcoing.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP2722-Tourcoing-ancienne-Chambre-de-Commerce.jpg IMGP2727-Ancienne-Chambre-de-Commerce-de-Tourcoing.jpg

 

 

 

L'ancienne Chambre de Commerce  

IMGP2648-Statue-Gustave-Dron.jpg 

Gustave Dron IMGP2719-Tourcoing-centre-ville.jpg

Lien : G. Dron   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le centre ville de Tourcoing, détail de l'ancienne Chambre de commerce    

 

 

Villeneuve d'Ascq


Villeneuve-d-Ascq--LAM-26-decembre-2014-Moulins-le-soir--M.jpg

 

Le LAM et ses anciens moulins rénovés

 

Bonne visite !

Lien Wikipédia : Lille et sa métropole

Lien Wikipédia : Roubaix

Lien Wikipédia : Tourcoing

Lien Wikipédia : Villeneuve d'Ascq

Le Musée d'Art Moderne à Villeneuve d'Ascq : L.A.M.

La Manufacture des Flandres : Manufacture Roubaix

25 rue Prudence, 59100 ROUBAIX

La Maison Coilliot d'Hector Guimard : Lien


Voir aussi :  Circuit Hector Guimard, Paris 16ème, métros parisiens

 

et :  La Hublotière, villa Guimard au Vésinet

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article