Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 07:59

Le 42ème Salon des artistes locaux de Houilles aura lieu du 28 novembre au 20 décembre 2015

à la Graineterie Pôle Culturel, 27, rue Gabriel Péri, 78800 HOUILLES.

Entrée libre, bonne visite !

Quelques images du vernissage de l'exposition, le 28 novembre 2015 à 17 heures

Quelques images du vernissage de l'exposition, le 28 novembre 2015 à 17 heures

L'Hermione, la frégate de 12, montage d'aquarelles présentée pour l'exposition

L'Hermione, la frégate de 12, montage d'aquarelles présentée pour l'exposition

Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.
Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.

Les artistes et leurs oeuvres. Le prix de la Ville de Houilles.

Repost 0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 18:30

La fresque des Lyonnais

La fresque des Lyonnais représente 25 personnages historiques lyonnais et 6 personnages contemporains (sur le bas de la fresque).

Sur 800m², on retrouve plus de 2000 ans d'histoire.
Cette fresque a été réalisé par la Cité de la Création en 1994/95. Pour visiter cette fresque, rendez-vous dans le 1er arrondissement de Lyon, à l'angle du 49, quai St-Vincent et du 2, rue de la Martinière..

Le Mur des Lyonnais, à Lyon évidemment
Quelques détails du Mur des LyonnaisQuelques détails du Mur des LyonnaisQuelques détails du Mur des Lyonnais
Quelques détails du Mur des LyonnaisQuelques détails du Mur des LyonnaisQuelques détails du Mur des Lyonnais

Quelques détails du Mur des Lyonnais

Texte sources et Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fresque_des_Lyonnais

Les personnages de la fresque des Lyonnais : http://ducalyon.pagesperso-orange.fr/lyonnais.html

Sainte Irénée, Sainte Blandine, Louise Labé, Maurice Scève, Juliette Récamier, Claude Bourgelat, Pauline Jaricot, Claudine Thèvenet, Major Général Martin, Jean-Baptiste Say, A.M. Ampère, Laurent Mourguet, Antoine de Saint-Exupéry, Antoine de Jussieu, Marcel Mérieux, Claude Bernard, Edouard Herriot, Tony Garnier, Les Frères Lumière, l'Emperur Claude, P. de Chavannes, Jean de Verrazane, J.-M. Jacquard, Philippe de la Salle, Bertrand Tavernier, Paul Bocuse, Frédéric Dard, Bernard Pivot, l'Abbé Pierre, Bernard Lacombe.

Un diaporama sympathique : 6839b364-4a60-4...98f031022fb.pps

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Fresques de France
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 07:21

Une visite du quartier de la Croix-Rousse à Lyon :

Les pentes de la Croix-Rousse font partie du territoire classé au patrimoine Mondial par l’Unesco en 1998.

Le Mur des Canuts
Le Mur des Canuts

L’important dénivelé a eu des conséquences sur le tracés des rues qui suivent les courbes de niveau, ou attaquent franchement les pentes et se transforment en escalier. Les zones anciennes aux rues étroites séparant les hauts immeubles percés de traboules diffèrent totalement des parties modernes.

L'histoire du quartier de la Croix Rousse est liée à celle de la soie, le travail des canuts, les révoltes, le bruit continue du bistanclaque, le métier à bras.

Les canuts, les ouvriers de la soie, occupaient les immeubles conçus pour eux et dimensionnés pour contenir les imposants métiers à bras et les nouvelles mécaniques inventés par Jacquard.

Les murs sont très hauts et les fenêtres à grand format afin que la lumière pénêtre largement dans les ateliers de travail des ouvriers.

Des passages nord-sud dans le sens de la pente, les fameuses traboules, sont crées pour faciliter la circulation des piétons.

Ce quartier abrite de nombreux ateliers d'artistes, des théâtres, des cafés-théâtres et dégage une vraie personnalité avec ses escaliers, ses placettes et ses points de vie superbes !

Le centre de Lyon vu de la Croix Rousse. A droite gravure de 1869Le centre de Lyon vu de la Croix Rousse. A droite gravure de 1869Le centre de Lyon vu de la Croix Rousse. A droite gravure de 1869

Le centre de Lyon vu de la Croix Rousse. A droite gravure de 1869

Lyon et le quartier de la Croix-RousseLyon et le quartier de la Croix-RousseLyon et le quartier de la Croix-Rousse
Un atelier de canuts à la Croix-Rousse

Un atelier de canuts à la Croix-Rousse

Cet ancien atelier de la famille Ressicaud, son tissage à bras Jacquard et ses métiers mécaniques est conservé dans leur cadre familial.

L'atelier se situe à l'angle de la rue Lebrun et de la montée J. Godart, 69004 Lyon

Atelier de travail et vie familialeAtelier de travail et vie familialeAtelier de travail et vie familiale

Atelier de travail et vie familiale

L'atelier de passementerie Soierie vivante

L'atelier de passementerie Soierie vivante

Plan des ateliers
Plan des ateliers

L'ancien atelier-appartement de Madame Letourneau. Les métiers ont fabriqué des rubans en fils d'or, d'argent et de soie pendant plus d'un siècle.

21, rue Richan 69004 Lyon Tél. : 04 78 27 17 13

http://www.soierie-vivante.asso.fr/Atelier_AtelierPassementerie.php

Courriel : infos@soierie-vivante.asso.fr

Visite du mardi au samedi à 14 et 16 heures.

Détails des matériaux de Madame LetourneauDétails des matériaux de Madame LetourneauDétails des matériaux de Madame Letourneau
Détails des matériaux de Madame Letourneau

Détails des matériaux de Madame Letourneau

Le Mur des Canuts : 1200 mètres-carrés de fresque, la plus grande d'Europe

Le Mur des Canuts : 1200 mètres-carrés de fresque, la plus grande d'Europe

Le secteur des tables Claudiennes

Le secteur des tables Claudiennes

L'église Saint-Bruno-les-Chartreux, seule église baroque de Lyon

L'église Saint-Bruno-les-Chartreux, seule église baroque de Lyon

Saint-Bruno-les-Chartreux était l'église de la Chartreuse jusqu'à la Révolution.

Le début de la construction débute en 1590. La fin des travaux se situe vers 1750.

La colline des chartreux :

À la fin du XVIème siècle, la royauté et le clergé partent à la reconquête du catholique avec la création de nouveaux couvents et l'extension de ceux déjà existant. La colline de la Croix Rousse va alors retrouver sa vocation première remontant à l'Antiquité, c'est-à-dire la religion.

Dès 1584 et au cours du siècle qui suivra, les pentes vont ainsi voir s'installer treize communautés religieuses. Ce fait sera à l'origine d'un surnom qui fait aujourd'hui référence à la colline de Fourvière, autrement dit, « La colline qui prie ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Bruno-les-Chartreux_de_Lyon

Ou se trouve le quartier de la Croix Rousse à Lyon ?

Ou se trouve le quartier de la Croix Rousse à Lyon ?

Sources Wikipédia La Croix Rousse : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Croix-Rousse

Voir aussi :

Article les fontaines de Lyon :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/les-fontaines-de-lyon.html

Article le Mur des Canuts :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-mur-peint-des-canuts-a-lyon.html

Article Lyon et ses merveilles :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-vieux-lyon-et-ses-merveilles.html

Merci à nos guides Françoise, Pascale et Gérard qui nous ont fait découvrir ce quartier.

Un autre atelier de soierie : la soierie Saint-Georges (Ludovic de la Calle)

11, rue Mourguet 69005 Vieux-Lyon Tél. : 04 72 40 25 13 Métro. Saint-Jean

Horaire d'ouverture des ateliers : du mardi au samedi de 10 à 12 heures et 14 à 19 heures.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Une visite à Lyon
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 07:56

Une visite de Lyon en octobre 2015 :

La ville de Lyon est la troisième commune de France par sa population proche de 500.000 habitants et la deuxième par son aire urbaine habitée par 2.200.000 habitants.

En 27 avant J.-C. Lugdunum à l'époque romaine devient capitale des Gaules

La position clé de cette capitale, au confluent de l’Arar (La Saône) et du Rhodanus (Le Rhône) fait de cette ville un important port fluvial, et un axe routier stratégique.

Le Vieux Lyon et ses merveilles

Le Vieux Lyon et son quartier Renaissance :

Le Vieux Lyon et ses rues étroites

Le Vieux Lyon et ses rues étroites

Les traboules, passages sinueux où l'on se perd, avant de retrouver la lumière d'une autre rue

Les traboules, passages sinueux où l'on se perd, avant de retrouver la lumière d'une autre rue

Les montées vers la colline de Fourvière

Les montées vers la colline de Fourvière

Lyon la nuit, la vie de ses fameux bouchons

Lyon la nuit, la vie de ses fameux bouchons

Le site gallo-romain situé sur les hauteurs de la ville

Le site gallo-romain situé sur les hauteurs de la ville

Le musée des Beaux-Arts et les jardins intérieurs

Le musée des Beaux-Arts et les jardins intérieurs

Le jardin du musée des Beaux-Arts de Lyon

Au cœur de la ville moderne, le jardin du musée est un petit havre de paix, de calme et d'harmonie.
Les murs séculaires de l'ancienne abbaye protègent le passant du vacarme extérieur. Sous les frondaisons des tilleuls, des bouleaux et du grand chêne, les allées du jardin retentissent du rire des enfants et des conversations des flâneurs.

Après la Révolution, les religieuses quittent l'abbaye, le site est ouvert au public.

Au centre, le bassin circulaire est surmonté d'un sarcophage antique et d'une petite statue d'Apollon, dieu des arts. Saint-Michel, Gabriel et la déesse Miverve, La Concorde... décorent la cour et les arcades

Abraham Hirsch (1828-1913) chargé des travaux du musée, restructure le jardin en 1884. Les galeries voûtées du musée lapidaire reçoivent un décor peint dû à L. Bardey (1851-1915)

Ce magnifique jardin, ancien jardin de l'abbaye du XVIIème siècle, est ouvert au public toute l'année, de 8h30 à 18h30, sauf les jours fériés.

Notre-Dame de Fourvière, perchée au dessus la métropole

Notre-Dame de Fourvière, perchée au dessus la métropole

Sources et renseignements :

Office de Tourisme et réservations de Lyon :

Place Bellecourt, Pavillon du Tourisme, 69214 Lyon Cedex 02

Adresse postale BP 2254

Tél. : 04 72 77 69 69 Fax : 04 78 42 04 32

Courriel : info@lyon-france.com Site : http://www.lyon-france.com/

Lien Wikipédia Ville de Lyon : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyon

Voir aussi article sur Lyon et ses fontaines : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/les-fontaines-de-lyon.html

Voir aussi Article le Mur Peint des Canuts : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/11/le-mur-peint-des-canuts-a-lyon.html

La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde
La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde

La Fête des Lumières à Lyon en 2014 : images Mathilde

Pour info. la Fête des Lumières est annulée en décembre 2015 vu les événements actuels.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Lyon et ses merveilles
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 17:43

Genèse d'une œuvre : 6 ans de travail !

Le monument Balzac d'Auguste Rodin à ParisLe monument Balzac d'Auguste Rodin à Paris
Le Monument à Balzac (aussi intitulé Le Balzac de Rodin) est une statue de bronze réalisée par Auguste Rodin entre 1891 et 1897 qui représente l'écrivain Honoré de Balzac. Il en existe deux versions. L'une est visible depuis 1939 sur un terre-plein au milieu du boulevard Raspail à Paris, un peu en retrait au nord de la place Pablo-Picasso, encore appelée carrefour Vavin, qui est au croisement du boulevard Raspail et du boulevard du Montparnasse. L'autre est dans le jardin du musée Rodin, à Paris également. Selon Serge George : « Le Balzac de Rodin, que l'on peut considérer comme son chef-d'œuvre le plus engagé et comme une pièce maîtresse de l'art contemporain, est une véritable « affaire » à rebondissements qui va secouer les milieux artistiques, politiques et mondains parisiens pendant des années. »

Recherches et études d'Auguste Rodin pour le Monument Balzac :

En 1892, Balzac est décédé depuis 42 ans et aucun portrait pour Rodin de travailler le portrait du grand homme commandé par Emile Zola au nom de la société des gens de lettres. Il existe un lot de caricatures présentant sa silhouette de "petit homme gras, joufflu, tout rond,rubicond mais avec deux yeux d'un noir intense" avec des "dents de sanglier", un portrait de Louis Candide Boulanger et un buste de David d'Angers."une tête olympienne que David a su tirer ma grosse face de bouledogue"

Ce projet va obséder le sculpteur pendant des années. Rodin se livre à des études et à des recherches iconographique sur tout ce qui concerne les représentations de Balzac.

Les études de Rodin vont lui demander 6 ans de travail méthodique. Rodin sollicite ses amis et déclare qu'il recevra "avec plaisir toutes les communications que l'on veut bien lui faire au sujet de la vie et des habitudes du grand romancier".

Camille Claudel & Auguste Rodin en Touraine :

L’Islette et son château situé en Touraine, près de Tours abrita, au cours des années 1890, loin de Paris, les amours tumultueuses des deux grands sculpteurs Camille Claudel et Auguste Rodin.

Entre 1890 et 1893, Camille Claudel séjourna plusieurs fois au château de l'Islette, près d'Azay-le-Rideau. La propriété aurait été louée par Rodin pour y abriter une grossesse que sa jeune maîtresse ne put mener à terme.

Rodin était surtout venu en Touraine sur les traces de Balzac en recherche d'une typologie de faciès propre à la région natale de l'écrivain et c'est à l'Islette qu'un conducteur de diligence de Tours, du nom d'Estager posa pour le sculpteur. D'après les document trouvés par le sculpteur ce personnage aurait eu les traits d'Honoré de Balzac, originaire de la Région.

Plus tard un libraire du boulevard Saint-Germain, repéra par un proche, M. Pion, la tailleur de Balzac est mis à contribution pour reproduire sa redingote.

Balzac se se procurera aussi la robe de moine que le romancier de revêtait pour travailler.

Lieu de création et source d’inspiration, Rodin y travailla à son fameux Balzac, dont la statue lui fut commandée par la Société des Gens de Lettres en août 1891, après la mort de l'écrivain.

**************************************** Rodin et son modèle : *****************************************

Balzac,daguerréotype de L. A. Bisson, au centre :  étude en plâtre de Rodin,  à droite : le modéle du sculpteur  Estager, conducteur de diligence à Tours

Balzac,daguerréotype de L. A. Bisson, au centre : étude en plâtre de Rodin, à droite : le modéle du sculpteur Estager, conducteur de diligence à Tours

Le monument Balzac d'Auguste Rodin à ParisLe monument Balzac d'Auguste Rodin à Paris
Honoré Balzac d'Auguste Rodin, dans la station de métro. Varenne

Honoré Balzac d'Auguste Rodin, dans la station de métro. Varenne

Musée d'Orsay im. Hervé Lewandowski
Musée d'Orsay im. Hervé Lewandowski

Histoire d'une œuvre qui fit scandale à l'époque :

La genèse de l’œuvre et ses études :

Commencent alors quatre longues années de gestation sur son œuvre. Rodin hésite sur le vêtement, pour finalement étudier diverses positions de nus.
Il trouve enfin la structure de la figure en 1895, passe aux études de drapés. Selon le témoignage du sculpteur Pompon, Rodin "trempa sa robe de chambre dans une grande bassine de plâtre et habilla ainsi son étude". Le vêtement est de plus en plus simplifié. L'étoffe s'élargit, s'amplifie : Rodin cherche une figure que son élan porte vers le ciel, il conçoit un symbole presque abstrait de la puissance du romancier. On ne voit plus que la tête, dominant un corps renversé en arc. C'est à la chevelure qu'il imprime le mouvement. "De sa statue dominatrice, le corps frémissant dans les plis de sa robe aux manches vides, Balzac, debout, rejetant en arrière sa vaste tête de fauve aux aguets, buvait, des yeux, des narines, des lèvres, humait la rumeur tourbillonnante, l'odeur, la fièvre de la comédie humaine" (André Fontainas).
Lorsque le plâtre est exposé au Salon de 1898, les critiques se déchaînent : on raille le bloc informe. Il est comparé à un crapaud dans un sac, une statue encore emballée, un bloc de sel qui a subit une averse. On le surnomme le menhir, le bonhomme de neige.

Etude pour Balzac (Musée Rodin)Etude pour Balzac (Musée Rodin)

Etude pour Balzac (Musée Rodin)

Le bronze de Balzac dans les jardins du Musée Rodin (détails du visage)Le bronze de Balzac dans les jardins du Musée Rodin (détails du visage)

Le bronze de Balzac dans les jardins du Musée Rodin (détails du visage)

Etudes pour Balzac (Salles du Musée Rodin)

Etudes pour Balzac (Salles du Musée Rodin)

Le monument Balzac d'Auguste Rodin à Paris

Cette œuvre, visible au musée Rodin, boulevard Raspail et même sur les quais du métro. Varennes, fit scandale à l'époque : Auguste Rodin veut en effet montrer le créateur de génie de l'époque plutôt que l'écrivain vêtu en tenue de ville. Plusieurs essais de drapés précèdent la version finale en robe de chambre qu'Honoré de Balzac portait pour écrire.

Cette sculpture, traitée en larges plans et les détails physiques du visage, pouvant penser à une caricature, fait scandale et la commande de l'artiste est annulée. L’œuvre est considérée comme trop novatrice à cette époque !

Rodin ne vit jamais sa version en bronze.

Où trouver cette oeuvre ?

  • Monument à Balzac ; jardin du Musée Rodin , bronze fonderie Alexis Rudier 1935 pour le musée, musée Rodin, 77, rue de Varenne 75007 Paris Tél. : 01 44 18 61 10,
  • " " : boulevard Raspail, terre plein Vavin, au croisement des boulevards Raspail et Montparnasse,
  • " " : quais du métro. Varenne, ligne N°13, Paris 75007, bronze.
Le Monument Balzac dans les jardins du Musée Rodin

Le Monument Balzac dans les jardins du Musée Rodin

Les salles du première étage du musée Rodin

Les salles du première étage du musée Rodin

Etudes en plâtre pour le Monument de Balzac Atelier de Meudon

Etudes en plâtre pour le Monument de Balzac Atelier de Meudon

Etudes en plâtre pour le Monument de Balzac Atelier de Balzac

Etudes en plâtre pour le Monument de Balzac Atelier de Balzac

L'Atelier de Rodin à Meudon : la Villa des Brillants

L'Atelier de Rodin à Meudon : la Villa des Brillants

Bonne visite !

Sources : musée Rodin, Wikipédia, association Camille Claudel.

Photographies : musées de Paris et de Meudon, Hauts-de-Seine.

Musée Rodin de Meudon : 19, rue Auguste Rodin 92 Meudon

Musée Rodin de Paris : 79, rue de Varenne 75007 Paris Tél. : 0033(0)1 44 18 61 10

Horaires Paris 10 à 17 H 45 fermé le lundi, le 25 décembre et le 1er mai.Nocturne le mercredi jusqu'à 20 H 45.

Autres articles sur les monuments d'Auguste Rodin :

  • Monument à Victor Hugo, musée Rodin à Paris :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-a-victor-hugo-jardin-du-musee-rodin.html

Monument "La Porte de l'Enfer", musée Rodin à Paris :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/la-porte-de-l-enfer-jardin-du-musee-rodin.html

Monument "Les Bourgeois de Calais" :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/04/le-monument-aux-bourgeois-de-calais-jardin-du-musee-rodin.html

Article : Camille Claudel, son œuvre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-camille-claudel-son-oeuvre-125356739.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 09:21
La fontaine Saint-Sulpice, place du même nom, Paris VIème

La fontaine Saint-Sulpice, place du même nom, Paris VIème

Une petite visite d'automne à cette fontaine érigée selon les plans de Giovanni Niccolo Servadon par l’architecte Louis Visconti en 1844, sur la place du même nom.

Il est aussi l'auteur de la fontaine Louvois, de la fontaine Gaillon et du tombeau de Napoléon 1er aux Invalides..

Elle est appelée aussi fontaines des quatre évêques, fontaine des Orateurs-Sacrés ou la fontaine de quatre points cardinaux.

Malicieusement, les parisiens la rebaptisèrent fontaine des quatre points cardinaux, car les quatre évêques ou archevêques catholiques ne furent jamais nommés cardinaux.

Les lions, vases et armoiries sont de Jacques-Auguste Fauginet, les autres sculptures des artistes Paul-Gaston Desprez, Jean-Jacques Feuchère et François Lanno,

La place Saint-Sulpice et sa fontaine

La fontaine de style néorenaissance est érigée de 1843 à 1848 par l'architecte Louis Visconti (1791–1853) et l'entrepreneur Antoine Vivenel (1799-1862), elle occupe le centre de la place qui, à l'origine, selon les plans de Giovanni Niccolo Servandoni, devait répondre à un projet urbanistique qui ne sera pas mené à terme. À une extrémité de la place, se trouvait la fontaine de la Paix, édifiée en 1807, qui dut être déplacée en 1824 à cause de ce projet.

Lien La fontaine de la Paix : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_de_la_Paix

Les personnages de la fontaine :

Les personnages de la fontaine :

  • Face nord : Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), évêque de Meaux, sculpture de Jean-Jacques Feuchère,
  • Face ouest : François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon (1651-1715), Archevêque de Cambrai, sculpture de François Lanno,
  • Face est : Esprit Fléchier (1632-1710), évêque de Lavaur et de Nîmes, sculpture de Louis Desprez,
  • Face sud : Jean-Baptiste Massillon (1663-1742), évêque de Clermont-Ferrand, sculpture de Jacques-Auguste Fauginet.
Les lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur FauginetLes lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur FauginetLes lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur Fauginet
Les lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur FauginetLes lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur FauginetLes lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur Fauginet

Les lions armoiries et vases, oeuvres du sculpteur Fauginet

La fontaine Saint-Sulpice, en septembre 2016 : les lions du sculpteur Jacques-Auguste Fauginet

La fontaine Saint-Sulpice, en septembre 2016 : les lions du sculpteur Jacques-Auguste Fauginet

L'église Saint-Sulpice :

L'église Saint-Sulpice, en septembre 2016

L'église Saint-Sulpice, en septembre 2016

Liens Wikipédia et ville de Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine_Saint-Sulpice

La fontaine Wallace, située au sud-est de la place Saint-Sulpice

La fontaine Wallace, située au sud-est de la place Saint-Sulpice

La place Saint-Sulpice, la fontaines et ses personnages, Paris VIème et son accès par le métro.

La place Saint-Sulpice, la fontaines et ses personnages, Paris VIème et son accès par le métro.

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Les fontaines de Paris
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 12:07

Le Mur des Canuts à Lyon :

Situé dans le quartier nord de la Croix-Rousse, ce mur, peint en 1987 et modifié par la suite en 1997 et 2013, fait partie d'une série des nombreux murs peints de la ville de Lyon.

  • Sa situation : à l'angle de la rue Denfert-Rochereau et du boulevard des Canuts.

Ce mur est certainement le mur le plus réussi et le plus vaste de la ville, avec ses 1200 mètres-carrés. Il est le plus grand trompe l'oeil d'Europe, et contrairement à des fresques ajoutées, il est réellement peint sur place.

Le mur peint des Canuts à Lyon
Le Mur des Canuts avant... en 1997,en 2013 et actuellement en octobre 2015Le Mur des Canuts avant... en 1997,en 2013 et actuellement en octobre 2015
Le Mur des Canuts avant... en 1997,en 2013 et actuellement en octobre 2015Le Mur des Canuts avant... en 1997,en 2013 et actuellement en octobre 2015

Le Mur des Canuts avant... en 1997,en 2013 et actuellement en octobre 2015

Quelques vues de détail du mur peint :

Le mur peint des Canuts à LyonLe mur peint des Canuts à Lyon
Le mur peint des Canuts à LyonLe mur peint des Canuts à Lyon
Chien et chat présent sur le mur.Chien et chat présent sur le mur.

Chien et chat présent sur le mur.

Réalisé en 1987, revu en 1997 pour "jouer" avec la réhabilitation de la Croix-Rousse (qui fut le quartier des ouvriers en soie), le mur des canuts est la plus grande fresque d'Europe (1200 m2).

Un immense mur couvert de perspectives et d'une haute volée d'escaliers. De part et d'autre s'organise la vie quotidienne d'authentiques habitants du quartier, dépositaires de l'héritage des canuts et du patrimoine de la soie. En s'approchant, on découvre ainsi de hautes fenêtres caractéristiques de l'habitat canut, et différents éléments propres à l'activité soyeuse : bobines de soie, métiers à tisser, travail de la soie, etc.

La fresque murale est une spécificité lyonnaise. Pionnière en la matière, la ville répand aujourd’hui son savoir-faire : le collectif CitéCréation, coopérative d’artistes lyonnaise créée en 1978, réalise des fresques et trompe-l’œil dans le monde entier.

"LE MUR DES CANUTS" : œuvre murale évolutive

Production : mairie du 4éme arrondissement.

Éclairage : public Ville de Lyon

Conception et réalisation : Citécréation

Lien http://www.citecreation.fr

Site le Mur des Canuts :

http://www.lyon.fr/lieu/patrimoine/mur-des-canuts.html

Le boulevard des Canuts :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Boulevard_des_Canuts

Chanson Les canuts 1894 :

https://www.youtube.com/watch?v=HjNuE28K10M

Hommage à Leny Escudero "Chante la Liberté" 1997, né en 1932 et décédé le 9 octobre 2015 à Giverny "Les Canuts" : https://www.youtube.com/watch?v=Eg2pUfX86YA&spfreload=10

Détails du Mur des Canuts

Détails du Mur des Canuts

  • Les Autres Murs peints de Lyon, sources Wikipédia :
  •  
  • Le « Mur des Canuts6 » à Lyon 4e Croix-Rousse (par CitéCréation, en 1987), 1 200 m2, c'est l'un des plus anciens
  • Le mur des canuts - boulevard des Canuts - Lyon 4e.
    Réalisée en 1987, revue en 1997 pour "jouer" avec la réhabilitation de la Croix-Rousse (qui fut le quartier des ouvriers en soie), cette fresque de 1 200 m2 est la plus grande d'Europe. Imaginez, à l'origine, un immense mur plein. De vide. Le voici ouvert de perspectives et d'une haute volée d'escalier. De part et d'autre s'organise la vie quotidienne d'authentiques habitants du quartier, dépositaires de l'héritage des canuts et du patrimoine de la soie.

  • La « Fresque des Lyonnais6 » à Lyon 1er Terreaux (par CitéCréation, en 1995), 800 m2, dite aussi « Fresque des célébrités ».
  • La fresque des Lyonnais - angle quai St-Vincent / rue de la Martinière - Lyon 1er.
    Vous ne rêvez pas. Ce pignon est (était) aveugle. Des mains expertes lui ont rendu la vue. Vue imprenable sur 30 visages d'hommes et de femmes qui ont "fait" Lyon. De Ste-Blandine à Paul Bocuse, en passant par Juliette Récamier, Ampère, les frères Lumière ou St-Exupéry…, plus on grimpe les étages, plus on remonte le temps. D'un balcon à l'autre, le mur est un théâtre.
  • La fresque de la « Bibliothèque de la cité des écrivains, en Rhône-Alpes6 » à Lyon 1er (par CitéCréation, en 1998), 400 m2.
  • .La bibliothèque de la cité - angle quai de la pêcherie / rue de la Platière - Lyon 1er.

    Sur la scène de ce "théâtre-bibliothèque", les acteurs sont des livres dont les auteurs sont nés ou ont travaillé dans la région lyonnaise. Près de 500 références et des extraits de textes représentent, dans un faux désordre, notre patrimoine littéraire... Rabelais, Louise Labé, Voltaire, mais aussi Reverzy, Frédéric Dard, Annie Salager…, tous en profitent pour adresser un clin d'œil aux bouquinistes, juste en bas, sur le quai.

    La « Fresque Lumière7 » à Lyon 7e (par CitéCréation en 2004), 310 m2, sur la base d'une illustration de François Schuiten1), elle est quadrillée d'un réseau de fibres optiques pour l'illuminer.
  •  
  • La « Rue des Grands Chefs6 » au restaurant Paul Bocuse de Collonges-au-Mont-d'Or (par CitéCréation, en 1993), 80 m2.
  • Le « Mur du Cinéma6 » à Lyon 7e (par CitéCréation, en 1996), 500 m2.
  • Les murs du « musée urbain Tony-Garnier6 » à Lyon 8e quartier des États-Unis (par CitéCréation, en 1988), 24 fresques de 23 m de haut par 10 m de large, 5 500 m2 au total.
  •   bd des Etats-Unis / rue des Serpollières - Lyon 8e.
    Dans ce qui fut l'un des premiers ensembles d'habitations à bon marché (hbm) d'Europe, le premier "musée urbain" au monde a pignon sur rue : 24 immenses fresques monumentales (23m de haut par 10 de large) racontent la cité idéale, selon Tony Garnier pour vingt d'entre elles, et selon des artistes d'Egypte, Inde, Mexique, Etats-Unis, Russie et Côte d'Ivoire pour quatre autres. Une œuvre collective exemplaire, fruit du long effort conjugué des artistes et des locataires de la cité.
  • La fresque de « L'histoire des transports lyonnais6 » à Lyon 3e (par CitéCréation, en 1989), 720 m2.
  • Invitations au voyage en ville - 98 avenue Lacassagne - Lyon 3e.
    Un siècle de transports en commun à Lyon, depuis la première voiture à chevaux de 1855 au métro des années 70…, le parcours dans le temps se déroule en sept tableaux. Conçue avec l'aide précieuse du personnel des TCL, la saga des Transports en commun lyonnais est aussi celle du patrimoine industriel de la cité, avec les autobus Berliet qui équipèrent la compagnie, et les trolleybus dont Lyon eut la réputation, dans les années 50, d'être la capitale..

  • La fresque « Humanisons la vie8 » à Lyon 3e (par CitéCréation, en 2014), 380 m2, repeinte sur la fresque « Lyon, la santé, la vie6 » de 1993.
  • La fresque « La porte de la soie6 » à Lyon 1er La Croix-Rousse (par CitéCréation, en 1995),
  • La fresque « Gerland Biotechnologies1 » à Lyon 7e Gerland (par CitéCréation, en 1984), 17 panneaux de 10,5 m2.
  • La « Fresque Végétale Lumière » à Lyon 1er (par CitéCréation, en 2010), 650 m2.
  • La « Fresque de Gerland6 » à Lyon 7e (par CitéCréation, en 1998), 190 m2, anciennement dite « Fresque du mondial ».
  • La « Fresque de Montluc6 » à Lyon 3e (par CitéCréation, en 1999), 150 m2.
  • La fresque « Théâtre de Charpennes » à Villeurbanne (par CitéCréation, en 1998), 400 m2, appelée aussi « La Divine comédie ».
  • La fresque « Agir pour la biodiversité – LPO9 » à Lyon 7e (par CitéCréation, en 2013).
  • Le « Mur de Lyon » à Lyon 7e (par 7e sens), sur le site d'escalade en salle de Lyon.
  • Le mur de « La Résidence de la Sarra1 » à Lyon 5e (par CitéCréation, en 2003).
  • La Fresque « Lyon Terminal6 » à Lyon-7e (par CitéCréation, en 1993).
  • La « Fresque du demi-millénaire10 » à Lyon 8e (par Georges Faure, Ana Rosal, Viuva Lamego en 1998), sur l'initiative de l'association du demi-millénaire de l’hôpital St Jean de dieu.
  • La fresque « La Cité KAPS11 » à Oullins (par ÉCohlCité, en 2014), sur la résidence étudiante "Koloc’A Projet Solidaire".

Bonne visite !

Repost 0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 08:51

Un petit aperçu des fontaines de Lyon en octobre 2015, lors d'une visite :

La fontaine Saint-Jean

La fontaine Saint-Jean

La fontaine Saint-Jean se situe en face de la cathédrale du même nom

Elle fut édifiée sur les plans de l'architecte lyonnais René Dardel qui a voulu reproduire certains détails d'un puits que Philibert de l'Orme avait construit au 37 rue St Jean. Elle est de style Renaissance et représente un petit temple antique.

Ce temple abrite une sculpture de St Jean-Baptiste baptisant le Christ, réalisée par Jean-Marie Bonnassieux.

La fontaine des Jacobins :

La fontaine des Jacobins
La fontaine des Jacobins
La fontaine des Jacobins
La fontaine des Jacobins
La fontaine des Jacobins
La fontaine des Jacobins

La fontaine des Jacobins

La fontaine des Jacobins durant la fête des Roses. Photographies Mathilde VinayLa fontaine des Jacobins durant la fête des Roses. Photographies Mathilde Vinay

La fontaine des Jacobins durant la fête des Roses. Photographies Mathilde Vinay

La fontaine Bartholdi : architecte Auguste Bartholdi,1888, structure pierre et plomb.

Cette fontaine pèse 360 tonnes et comprend 21 tonnes de plomb.

Elle est constituée de deux bassins et d'un groupe, et elle est soutenue par une armature de fer sur laquelle aurait travaillé Gustave Eiffel. Elle mesure 4,85 mètres de haut et son diamètre total est de 15 mètres. On distingue des griffes sur les sabots des chevaux, détail original !

Le groupe est constitué par une femme et deux petits enfants sur un char, tiré par quatre chevaux marins. Elle représente la Garonne et ses 4 affluents.

Auguste Bartholdi (1834-1904) est le célèbre auteur de "La Liberté éclairant le Monde" située à l'entrée du port de New-York.

Attention : la fontaine quittera la place des Terreaux en début 2016 afin d'être restaurée.

Les pièces de plomb s'altèrent et ne permettent plus les effets de vapeurs d'eau générés par les chevaux. http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Ville-de-lyon/Lyon-La-fontaine-Bartholdi-quittera-la-place-des-Terreaux-en-janvier

La mairie de Lyon annonce plus d'un an de travaux sur cette fontaine.

Liens La fontaine et ses travaux, sources mairie de Lyon :

Lien Travaux de la fontaine Bartholdi durant 18 mois : http://www.lyon.fr/actualite/patrimoine/restauration-de-la-fontaine-bartholdi.html

http://www.lyon.fr/actualite/patrimoine/une-restauration-inedite-a-la-hauteur-du-defi-initial.html

http://www.lyon.fr/actualite/patrimoine/un-chantier-hors-norme-un-puzzle-en-3d-ultra-sophistique.html

Le chantier de restauration Etapes et repères :

http://www.lyon.fr/actualite/patrimoine/le-chantier-de-restauration-etapes-et-reperes.html

La fontaine Bartholdi, un monument unique, fruit d'une prouesse technique et artistique :

http://www.lyon.fr/actualite/patrimoine/un-monument-unique-fruit-dune-prouesse-technique-et-artisitique.html?utm_content=buffer6f26c&utm_medium=social&utm_source=plus.google.com&utm_campaign=buffer

La fontaine Bartholdi en chiffres 

21 tonnes de plomb et de fer.
Une peau de plomb de 4 millimètres d’épaisseur.
9 mètres d'envergure, 4,85 m de haut, 15m de diamètre.
Première inauguration place des Terreaux en 1892.
1995 : classement « Monument historique » après son déplacement face au musée des Beaux-Arts.
2016 : début de 18 mois de restauration.
 
 
Histoire de la Fontaine :    
Sources : Mairie de Lyon    
     
 
La place des Terreaux et la fontaine Bartholdi en 1910
PATRIMOINE - Publié le 8 février 2016

De Bordeaux à Lyon, un destin mouvementé

A l'origine destinée à la ville la Bordeaux, la fontaine est présentée à l'Exposition universelle de Paris de 1889 où elle fait forte impression. Le Maire de Lyon de l'époque décide de l'acquérir. Plusieurs emplacements sont envisagés pour finalement choisir la Place des Terreaux.

Au départ, la fontaine Bartholdi n’était pas destinée à Lyon, mais à la ville de Bordeaux. En effet en 1857, la municipalité bordelaise décide de faire réaliser une fontaine pour la place des Quinconces.

Elle lance un concours dont le lauréat est un jeune sculpteur de 23 ans, Frédéric Auguste Bartholdi. Il présente une oeuvre monumentale d’inspiration mythologique. Mais le Conseil Municipal de Bordeaux ne donne pas suite à son projet. C’est seulement 30 ans plus tard, alors que Bartholdi est mondialement connu comme l’auteur de la « Liberté éclairant le Monde », inaugurée dans le port de New York, que le maire de Bordeaux sollicite à nouveau le sculpteur. Bartholdi reprend alors son oeuvre de jeunesse et l’achève en proposant le « char triomphal de la Garonne ». Mais la Ville de Bordeaux abandonnera définitivement ce projet un an plus tard.

 

La fontaine Bartholdi lors de l'exposition universelle de Paris en 1889. ©Repellin

 

L’Exposition universelle de 1889

Bartholdi décide malgré tout de poursuivre dans cette voie.
Il lance alors un défi technique aux fondeurs Gaget, Gauthier & Cie, avec lesquels il a travaillé à l’exécution de la statue de la Liberté, à partir de sa dernière mouture faite pour Bordeaux.

Avant-gardiste par l’utilisation de plomb martelé porté par une structure métallique issue des ateliers Moisant (concurrents de Gustave Eiffel), cette fontaine est présentée à l'Exposition universelle de Paris en 1889 où elle fait forte impression.

C’est là qu’Antoine Gailleton, alors maire de Lyon, découvre l'oeuvre de Bartholdi. Séduit par cette allégorie des fleuves, il souhaite l’acquérir et confie au député Edouard Aynard le soin de négocier l’achat de l’oeuvre avec le sculpteur.

Reste à identifier le lieu idéal sur le territoire lyonnais pour la mettre en valeur. Le cours Perrache, la place de la République ou encore le jardin des plantes un temps évoqués sont finalement écartés et c’est la place des Terreaux qui est choisie pour accueillir la fontaine Bartholdi. Elle sera placée à une extrémité, face à l’Hôtel de Ville. L’inauguration a lieu en septembre 1892.

 

La fontaine déplacée pendant les travaux de la place des Terreaux 1992 ©Repellin

 

Une fontaine déplacée et classée Monument historique dans les années 90

Un siècle plus tard, la Ville décide de réaménager l'espace de la place des Terreaux et d’y construire un parking souterrain.

La fontaine est alors déplacée face au Musée des Beaux-Arts en 1994. Par cette configuration, l’architecte Christian Drevet et l’artiste Daniel Buren, en charge du projet de la nouvelle place des Terreaux, entendent ainsi donner l’impression que l’eau descend des pentes de la Croix-Rousse, dans le sens d’écoulement du Rhône et de la Saône.

Un an plus tard, le 29 septembre 1995 la fontaine est classée Monument historique. Elle est alors inaugurée une seconde fois.

La fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des TerreauxLa fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des TerreauxLa fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des Terreaux
La fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des TerreauxLa fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des TerreauxLa fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des Terreaux
La fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des TerreauxLa fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des Terreaux

La fontaine Auguste Bartholdi, la nuit, place des Terreaux

La fontaine Bartholdi, de jour et sans eaux, afin de découvrir ses magnifiques détails

La fontaine Bartholdi, de jour et sans eaux, afin de découvrir ses magnifiques détails

La fontaine des Jacobins : rebaptisée par trois fois du même nom.

Réalisée par Gaspard André (1840-1893)

Elle doit son nom aux religieux Jacobins ou Frères Prêcheurs de l'ordre de Saint-Dominique qui ont occupé l'immeuble sur le côté sud de la place. Ces Dominicains se voient ainsi désignés quand Philippe Auguste leur attribue un bâtiment à Paris d'où les frères partent en pèlerinage pour Saint-Jacques (Jacobus en latin) de Compostelle. Ce bâtiment accueillera ensuite la préfecture du Rhône sous Louis-Philippe.

Jusqu'en 1782, la place est appelée place Confort. Puis, elle devient place des Jacobins. En 1794, elle est rebaptisée place de la Fraternité. Après avoir changé de nom deux fois, place de la Préfecture, puis de l'Impératrice sous Napoléon III, elle est renommée place des Jacobins en février 1871.

Les Jacobins : Philibert Delorme ou de l'Orme, architecte du château d'Anet et des Tuileries, Guillaume Coustou, sculpteur, Gérard Audran, artiste, et Hippolyte Flandrin, peintre.

La fontaine des Jacobins en journée, sur la place du même nom

La fontaine des Jacobins en journée, sur la place du même nom

Qui sont les personnages de la fontaine, ces Jacobins ?

Qui sont les personnages de la fontaine, ces Jacobins ?

La fontaine des Jacobins, la nuit

La fontaine des Jacobins, la nuit

La fontaine place André-Marie Ampère, Lyon 2ème arrondissement

La fontaine place André-Marie Ampère, Lyon 2ème arrondissement

La place Ampère est une place piétonne carrée du 2e arrondissement de Lyon (quartier Presqu'île). Elle se trouve à l’écart et au milieu de la rue Victor-Hugo.

Une statue de 1888 réalisée par Charles Textor et Joseph-François Dubuisson, représentant André-Marie Ampère siège au centre de la place, sur son fauteuil de bronze, et un piédestal de pierre gravé de quelques lions et de ses nombreux titres de gloire. Elle a été inaugurée à Lyon le 8 octobre 1888 par le Président Sadi Carnot.

La place est bordée d'immeubles du XIXe siècle et d'un bureau de poste. La bouche de métro "Ampère - Victor Hugo" donne sur cette place.

La fontaine Morand, située place du Maréchal Lyautey

La fontaine Morand, située place du Maréchal Lyautey

Les Fontaines de la place Antonin Poncet :

En prolongement de la place Bellecourt, la place Antonin Poncet et ses fontaines parallèles au Rhône et au débit variables..

Près du Rhône, on trouve au bout de la place un bouquet de fleurs géantes. Il s'agit d'une œuvre d'art contemporain du coréen Choi Jeong-hwa , intitulée "Flower Tree.s"

Les fontaines de la place Antonin Poncet

Les fontaines de la place Antonin Poncet

La fontaine et les statues de bronze de la place Louis Pradel :

Ces fontaines et ses bronzes sont des oeuvres d'Iposteguy, de son nom Jean Robert (1920-2006), sculpteur et peintre.

Cette fontaine et les quatre sculptures de l'artiste furent installées et inaugurées le 8 décembre 1982 par la ville de Lyon.

La fontaine, large disque de bronze de 3,50 m de diamètre, représente le soleil. Une phrase de Louise Labé y est inscrite "Permets mamour, penser quelques folies". 35 jets d'eau illuminés le soir, convergent sur ce disque. Elle repose sur un bassin de forme elliptique.

- La statue de Louise Labé en bronze, d'une hauteur de 3,50 mètres, représente la poétesse La Belle Cordière, des draperies et une gorge nue pour symboliser l'amour, cette passion qui habita toute sa vie. Elle a vécu place de l'Hôpital, 28 rue Paufique, une plaque y est apposée.

- Le buste de Louis Pradel en bronze.mesure 1,20 m de haut.

La place Louis Pradel, où se trouvent ces statues, d'une superficie de 151 ha, a été aménagée de 1974 à 1982. Son nom lui a été donné en 1977.

Article lien: http://www.lyon-france.com/Que-faire/Culture-loisirs/Sites-monuments-historiques/Monuments-historiques/La-Fontaine-et-les-statues-d-Ipousteguy

La fontaine de la place Louis Pradel, Lyon 1er arrondissement.

La fontaine de la place Louis Pradel, Lyon 1er arrondissement.

La fontaine Louis Pradel : le soleil, la nuit Les statues de bronze de la place Louis Pradel.La fontaine Louis Pradel : le soleil, la nuit Les statues de bronze de la place Louis Pradel.La fontaine Louis Pradel : le soleil, la nuit Les statues de bronze de la place Louis Pradel.

La fontaine Louis Pradel : le soleil, la nuit Les statues de bronze de la place Louis Pradel.

La fontaine du Musée des Beaux-Arts située dans le jardin central de l'ancienne abbaye

La fontaine du Musée des Beaux-Arts située dans le jardin central de l'ancienne abbaye

Sources Wikipédia, Office de Tourisme de Lyon.

Images réalisées du 27 au 31 octobre 2015, sauf Fête des Roses.

Bonne visite et merci aux lyonnais et à mes amis qui m'ont aidé à découvrir les richesses architecturales de cette belle ville !

Autres articles sur Lyon à suivre...

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Les fontaines de France
commenter cet article
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 08:48
Exposition "Faire Surface" à la Graineterie de Houilles

"Une exposition collective avec les artistes Michel Blazy, Vincent Chenut, Juliette Mogeret et Laurence Nicola.

Si certains des artistes invités s'attachent entre autres à une économie matérielle, cela n'est pas la seule raison qui les amène tous à s'attaquer de la sorte à ce qui, pour d'autres, n'est qu'un support : la matière. Tous les artistes la transforment, la modélisent avec singularité, mais dans une pleine conscience de ce qu'elle est et de ce qui peut en émerger? Tous la mettant à l'épreuve, comme pour révéler son pouvoir propre d'expression et de réaction. Une fois déchirée, incisée, gravée, recouverte, soustraite, évidée, déformée, éclairée, soulevée, grattée, imbibée, détrempée, fragilisée...elle prend doucement vie.

Ici, point de recherche de sublimation. Les préoccupation se portent davantage sur la matière comme surface d'interaction, espace possible d'un dialogue qui s'écrirait au gré d'interventions, aléatoires ou maîtrisées. Le papier, le verre ou encore les pigments deviennent alors les acteurs principaux, denses et fragiles à la fois, d’œuvres en mouvement. Entre abstraction et figuration, elles nous éloignent d'un consumérisme pressant."

Sources : La Graineterie

La Galerie :

Une production la Graineterie: installation murale

Laurence Nicola : installation murale, papier murier, encre de Chine,, scotch, plâtre, tiges métalliques, film d'animation

Laurence Nicola : installation murale, papier murier, encre de Chine,, scotch, plâtre, tiges métalliques, film d'animation

Exposition "Faire Surface" à la Graineterie de HouillesExposition "Faire Surface" à la Graineterie de Houilles

Sur le Quai :

Juliette Mogeret : ensemble de 9 photographies sur plexiglas 100 x 70 cm : Incisions et arrachage

Juliette Mogeret : ensemble de 9 photographies sur plexiglas 100 x 70 cm : Incisions et arrachage

La Verrière :

Ensemble de Laurence Nicola : installation in situ, papier, plâtre. Production la Graineterie 2015Ensemble de Laurence Nicola : installation in situ, papier, plâtre. Production la Graineterie 2015Ensemble de Laurence Nicola : installation in situ, papier, plâtre. Production la Graineterie 2015

Ensemble de Laurence Nicola : installation in situ, papier, plâtre. Production la Graineterie 2015

Le Grenier :

Juliette Mogenet Acrylique sur verre100 x 70 cm

Juliette Mogenet Acrylique sur verre100 x 70 cm

Un regard sur le grenier et ses oeuvres : Vincent Chenut, Juliette Mogenet Juliette Mogenet et Lurence Nicola

Un regard sur le grenier et ses oeuvres : Vincent Chenut, Juliette Mogenet Juliette Mogenet et Lurence Nicola

Laurence Nicola projection, verre thermoformé. Coproduction Ecole Nationale du Verre, Yzeure (Allier)

Laurence Nicola projection, verre thermoformé. Coproduction Ecole Nationale du Verre, Yzeure (Allier)

Exposition "Faire Surface" du 19 septembre au 7 novembre 2015 :

La Graineterie : Centre d'art et pôle culturel municipal

27, rue Gabriel Péri 78600 Houilles Tél. : 01 3915 92 10

Ouverture : mardi, jeudi et vendredi de 15 à 18 H, mercredi et samedi de 10 à 13 H et 15 à 18 H

Adresse postale : 16, rue Gambetta BP 120 78805 Houilles Cedex

Lien courriel : pole.culturel@ville-houilles.fr

Site : http://lagraineterie.ville.houilles.fr

Bonne visite !

Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 14:20

Une visite nocturne en octobre du Pavillon des Indes :

Le Pavillon des Indes à Coubevoie
Le Pavillon des Indes et son contexteLe Pavillon des Indes et son contexteLe Pavillon des Indes et son contexte

Le Pavillon des Indes et son contexte

L'implantation de l'Exposition Universelle de Paris en 1878

L'implantation de l'Exposition Universelle de Paris en 1878

L'exposition Universelle de Paris en 1878 doit pouvoir rivaliser avec celle de Londres en 1872, celle de Vienne en 1873, ainsi que l'exposition de Philadelphie en 1876.

Dédiée aux progrès industriels et aux technologies, elle a pour ambition de placer la France au coeur des nations ouvrières et agricoles.

Les arts et le savoir-faire tiennent une place particulière.

Après plusieurs sites envisagés, dont Courbevoie, ce fut finalement la colline de Chaillot et le Champs de Mars qui sont retenus, car placés au coeur de la capitale et assez facilement accessible.

Au terme d'un énorme chantier,le Palais du Trocadéro, remplacé en 1937 par ses bâtiments actuels, renferme une immense salle de fêtes pouvant accueillir 7.000 places.

Celui du Champs de Mars s'étend de la Seine à l'Ecole Militaire.

Au coeur du Champs de Mars, la rue des Nations est une des attractions phares. Il est reconstitué pour la première fois le long de cette rue, des façades typiques de toutes les nations représentées à cette exposition. Les constructions sont produites en grandeur nature et derrière les façades, les différents pays représentent dans un espace relativement réduit leur productions industrielles et leur artisanat.

L'aménagement intérieur du Pavillon et ses boiseries actuelleL'aménagement intérieur du Pavillon et ses boiseries actuelleL'aménagement intérieur du Pavillon et ses boiseries actuelle

L'aménagement intérieur du Pavillon et ses boiseries actuelle

Le Pavillon des Indes à Coubevoie

Le pavillon des Indes indiennes :

Conçu par l'architecte Sir Caspar Purdon Clarke (1846-1911), l'édifice se compose de deux pavillons symétriques reliés par une galerie couverte, et mesure une cinquantaine de mètres de longueur. Il est construit sur des modèles des palais indiens du Rajasthan.

Il sert de vitrine aux collections particulières du Prince de Galles, futur roi Edouard VII (1841-1910) : harnais brodés, étoffes, vaisselles, vases, coffrets, bijoux, armes damasquinées et sculptées. Des fonds privés complètent la présentation royale, notamment des objets de fabrication indienne importés de négociants domiciliés à Londres et à Paris.

Les visiteurs découvrent ainsi les produits de l'artisanat de l'Inde et ses ressources naturelles.

.

Une première partie est installée sur les dunes de Paramé, près de Saint-Malo

Le pavillon est malheusement détruit en 1905 lors d'une tempête

Le pavillon est malheusement détruit en 1905 lors d'une tempête

Une seconde partie, plus petite, est probablement acquise par le prince Stirbey, propriétaire du parc de Bécon, afin d'agrandir la villa atelier de sa belle fille, mademoiselle George Achille-Fould Stirbey, artiste peintre.

Le pavillon devient propriété de la ville de Courbevoie en 1951.

Détails nocturnes du Pavillon des IndesDétails nocturnes du Pavillon des IndesDétails nocturnes du Pavillon des Indes

Détails nocturnes du Pavillon des Indes

Le Pavillon des Indes à Coubevoie

George Achille Fould (1865-1951) :

Artiste peintre, élève d'Antoine Vallon et de Léon Comère, George expose de 1885 à 1949 en signant Achille-Fould.

Elle est membre de la Société des Artistes Français et de la Société Nationales des Beaux-Arts.

Elle participe aux salons des Artistes Français, ainsi qu'au Salon des Indépendants à Paris, au Salon des l'Union des Femmes-Peintres et Sculpteurs, au Salon de l'Ecole Française, et à diverses invitations de Salons à Paris et en province (Paris, Versailles, Lyon)

Portraitiste des femmes aux vêtements raffinés, elle est attentive aux détails des costumes anciens, à la restitution des étoffes, aux dentelles et aux broderies des personnages.

Elle obtient une médaille de bronze à l'Exposition Universelle de Paris de 1900.

L'artiste vivait, outre son atelier de Bécon, dans la villa de son père à Asnières et dans son appartement à Paris rue de Courcelles.

Sources : Le Pavillon des Indes à Courbevoie, Hauts-de-Seine.

Photographies : Léon et Levy, Roger Viollet & Ageorges. Neurdein.

Le Pavillon des Indes est inscrit aux monuments historiques en 1987.

Lien Wikipédia : George Achille Fould :https://fr.wikipedia.org/wiki/George-Achille_Fould

Le Pavillon des Indes à Bécon (Courbevoie) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pavillon_des_Indes

142, boulevard Saint-Denis 92400 Courvevoie

Visites sur réservation : 01 71 05 77 92

Courriel lien :pavillondesindes@ville-courbevoie.fr

La liste des expositions Universelles de Paris : http://https://fr.wikipedia.org/wiki/Expositions_universelles_de_Paris

Madame Emmanuelle Trief-Touchard est attachée de conservation et responsable du musée Roybet Fould, à Courbevoie.

Tous nos sincères remerciements à Emmanuelle pour cette visite passionnante.

Les Grandes Expositions de Paris :

Exposition Nationale : 1844,

Expositions Universelles : 1855, 1867, 1878, 1889, 1900,

Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes : 1925,

Exposition internationale « des Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne » : 1937.

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 16:22

La goélette Tara revient à Paris, après sa dernière escale, près du pont Alexandre III, en novembre 2012.

voir article : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-goelette-tara-en-escale-au-pont-alexandre-iii-114935971.html

La goélette Tara à Paris en novembre pour la COP21
Aquarelle-octobre-2015
Aquarelle-octobre-2015

La goélette Tara à Paris en novembre, pour la Conférence Paris Climat COP21


Des nouvelles de la goélette d'expéditions scientifiques ex Antartica :

Le point d’orgue de l’année 2015 sera la venue de Tara à Paris durant les mois de novembre et décembre où la goélette sera l’ambassadeur de l’Océan aux côtés de la Plateforme Océan et Climat.

Cette plateforme, lancée en 2014 sous l’égide de l’UNESCO/Commission océanographique inter gouvernementale avec des dizaines d’ONGs, d’institutions scientifiques et universitaires et de gouvernements locaux aura pour but d’apporter plus de visibilité aux enjeux liant l’Océan et le Climat avant et pendant la Conférence Climat de Paris en décembre 2015 (COP 21).

Un documentaire long métrage est en préparation et sera diffusé en premier lieu en novembre sur le thème Océan et Climat. Des escales de la goélette en France au printemps et à l’automne sont également prévues avec une exposition itinérante pour promouvoir le sujet.
L’importance de la conférence Paris Climat 2015 (COP21) :

Six ans après l’échec de la Conférence de Copenhague sur le Climat, la Conférence Paris Climat (COP21) en France sera une dernière opportunité pour un nouveau traité sur le climat qui remplacera le protocole de Kyoto.

Sources : Tara Océans.


Lien sources : http://oceans.taraexpeditions.org/…/en-route-vers-la-conf…/…

Plan de voilure et caractéristiques techniques de la goélette

Plan de voilure et caractéristiques techniques de la goélette

La goélette Tara est le plus grand dériveur polaire du monde. Avec sa coque en aluminium, elle a été conçue pour résister à la compression des glaces en mouvement et aux très basses températures.

Lien Wikipédia La goélette Tara : http://https://fr.wikipedia.org/wiki/Tara_%28go%C3%A9lette%29

Aquarelles Jean-Pierre 2013 et 2015 d'après sources Tara Expéditions et Tara Océans.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Grands voiliers
commenter cet article