Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 06:34

 

 

Les peintres dans la rue au Mesnil

Une journée de peinture sur motif au Mesnil-le-Roi

 

Dimanche 5 juin 2016, 9 heures, une dizaine de peintres de la région se rassemble au Centre Brassens au Mesnil-le-Roi, dans les Yvelines. La mairie accueille les artistes par un copieux petit déjeuner.

Les artistes sont heureux de se revoir et discutent avant de choisir leur lieu de peinture

Le décor des inondations qui frappe les cultures agricoles entre la ville et les bords de Seine est iréel . Le village semble dominer les bord d'un immense lac. C'est ce décor très rare que choisisent plusieurs peintres pour poser leur chevalet.

Les terrains agricoles du Mesnil inondésLes terrains agricoles du Mesnil inondés

Les terrains agricoles du Mesnil inondés

Les artistes au travailLes artistes au travailLes artistes au travail

Les artistes au travail

Les terrains agricoles du Mesnil-le-Roi transformés en un immense lac par la crue de la SeineLes terrains agricoles du Mesnil-le-Roi transformés en un immense lac par la crue de la SeineLes terrains agricoles du Mesnil-le-Roi transformés en un immense lac par la crue de la Seine

Les terrains agricoles du Mesnil-le-Roi transformés en un immense lac par la crue de la Seine

Sarah devant son chevalet Les deux aquarelles de Jean-Pierre GourvatSarah devant son chevalet Les deux aquarelles de Jean-Pierre GourvatSarah devant son chevalet Les deux aquarelles de Jean-Pierre Gourvat

Sarah devant son chevalet Les deux aquarelles de Jean-Pierre Gourvat

Les trois premiers prix : Serge, Jean-Pierre, Fernand et leurs oeuvres

Les trois premiers prix : Serge, Jean-Pierre, Fernand et leurs oeuvres

Les 3 magnifiques lavis au brou de noix et acrylique de Serge

Les 3 magnifiques lavis au brou de noix et acrylique de Serge

Les peintres sur motif et l'équipe d'organisation de cette journée

Les peintres sur motif et l'équipe d'organisation de cette journée

A l'année prochaine pour une journée peinture dans les rues au Mesnil-le-Roi !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Peintres dans la rue
commenter cet article
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 05:56
Le Passage du Grand Cerf et sa déco "lierre" en juin

Le passage du Grand Cerf a changé son look cette année :

Le Passage du Grand Cerf et sa déco "lierre" en juin
Le Passage du Grand Cerf et sa déco "lierre" en juinLe Passage du Grand Cerf et sa déco "lierre" en juinLe Passage du Grand Cerf et sa déco "lierre" en juin
Le Passage du Grand Cerf et sa déco "lierre" en juin

LE PASSAGE DU GRAND CERF : un peu d'histoire

« Le passage du Grand Cerf a été légué en 1862 à l’Assistance Publique par l’héritier de la Famille Monier qui l’avait acquis en 1826… L’Assistance Publique songea tout d’abord à le revendre immédiatement, mais constatant que le revenu en était de 87 217 F pour une valeur estimée de 85 000 F, soit plus de 10 %, elle en conserva la propriété. Mais le rapport financier du passage ne cessait de décroître … et en 1896, le passage ne rapporta plus que 52 627 F…. après un siècle de négligence constante dans l’entretien du passage … le passage a donc été vendu le 28 décembre 1985 »… Sonnant ainsi et enfin le renouveau de la galerie.

Le passage :

A deux pas de la rue de Turbigo, dans le quartier piétonnier et animé Montorgueil, le passage couvert du Grand-Cerf est créé en 1825.On ne connait pas l'architecte. Sa hauteur, de près de 12 mètres, est l’une des plus importantes des passages parisiens. Sa structure en métal et fer forgé laisse une grande place à la lumière grâce à la belle verrière. Le flâneur découvre de jolies boutiques d’artisanat : bijoux, mobilier et design. Et les amateurs découvrent des commerces très pointus de tricot, de luminaires… Un autre accès est disponible dans la rue Dussoubs.

Un passage typiquement parisien à ne pas manquer !

J'expose dans le passage depuis janvier 2009 des photographies, des dessins des aquarelles du passage du Grand Cerf (vitrines côté rue Dussoubs).

Une séquence du film de Louis Malle "Zazie dan le métro" a été tournée en 1960 dans le passage.

Des photographies de Robert Doisneau ont été réalisées dans ce passage historique

Passage du Grand Cerf : 165, rue Saint-Denis ou 8, rue Dussoubs, 75002 Paris.

Métro. Etienne-Marcel ou RER A ou B Châtelet-les-Halles

Lien site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passage_du_Grand-Cerf

Voir aussi : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Le_passage_du_Grand_Cerf_a_Paris-1302557.html

 

Liste des passages et galeries de Paris : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/pages/Les_passages_et_galeries_de_Paris_liste_Passageways_and_galleries_of_Paris_list-4199168.html

Les passages couverts de Paris : https://fr.wikipedia.org/wiki/Passages_couverts_de_Paris

 

 

 

Repost 0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 16:18
Le circuit du jour à Auvers-sur-Oise

Le circuit du jour à Auvers-sur-Oise

Auvers-sur-Oise

Plan de la commune, l'Auberge Ravoux, l'église d'Auvers-sur-Oise, œuvre de Vincent Van GoghPlan de la commune, l'Auberge Ravoux, l'église d'Auvers-sur-Oise, œuvre de Vincent Van GoghPlan de la commune, l'Auberge Ravoux, l'église d'Auvers-sur-Oise, œuvre de Vincent Van Gogh

Plan de la commune, l'Auberge Ravoux, l'église d'Auvers-sur-Oise, œuvre de Vincent Van Gogh

Château d'Auvers

Voyage au temps des Impressionnistes

Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"

Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"

Les collections du château :

Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"
Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"

Le château d'Auvers-sur-Oise et le "Voyage au temps des Impressionnistes"

La maison du docteur Gachet

La maison du docteur Gachet et la visite de Marie-Emilie

La maison du docteur Gachet et la visite de Marie-Emilie

La maison du docteur Gachet et ses différents propriétaires au cours du temps

La maison du docteur Gachet et ses différents propriétaires au cours du temps

Pour célébrer ses 20 ans d'acquisition par le Conseil Départemental du Val d'Oise, la maison du docteur Gachet sort de ses réserves la majeur partie des œuvres graphiques de sa collection, pour la plupart jamais présentées au public et restaurées pour l'occasion.

Médecin précurseur, collectionneur et artiste, Paul Ferdinand Gachet (1828-1909) achète une maison de campagne à Auvers-sur-Oise.

En compagnie de Camille Pissarro, Paul Cézanne, Armand Guillaumin, puis Vincent Van Gogh, il va dessiner ou graver dans son atelier sous les toits..

La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin
La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin

La maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : le musée et le jardin

Le Castel Val

Le "Castel Val" 1903-1904 de l'architecte art nouveau Hector Guimard, inscrit aux M.H. en décembre 2006

Le "Castel Val" 1903-1904 de l'architecte art nouveau Hector Guimard, inscrit aux M.H. en décembre 2006

L'Atelier de Daubigny

Les photographies de l'atelier de Daubigny ne sont pas autorisées, le lieu étant privé. Il n'est dons pas possible de présenter des images de cet édifice historique.

Les murs de l'Atelier de Daubigny sont livrés aux artistes. Le vestibule, la salle à manger, la chambre de Cécile et l'atelier sont décorés de peintures murales de Daubigny lui-même et de son fils Karl, mais on reconnait aussi Corot, Daumier et Oudinot qui a tracé les plans de la maison. C'est l'authenticité même !

L'atelier de Daubigny et ses jardinsL'atelier de Daubigny et ses jardinsL'atelier de Daubigny et ses jardins

L'atelier de Daubigny et ses jardins

Le Musée de l'Absinthe

Le Musée de l'Absinthe, la grande absinthe et la fée verteLe Musée de l'Absinthe, la grande absinthe et la fée verteLe Musée de l'Absinthe, la grande absinthe et la fée verte

Le Musée de l'Absinthe, la grande absinthe et la fée verte

Le jardin du Musée de l'Absinthe et les oeuvres de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman, sculptrice mosaïsteLe jardin du Musée de l'Absinthe et les oeuvres de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman, sculptrice mosaïsteLe jardin du Musée de l'Absinthe et les oeuvres de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman, sculptrice mosaïste
Le jardin du Musée de l'Absinthe et les oeuvres de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman, sculptrice mosaïsteLe jardin du Musée de l'Absinthe et les oeuvres de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman, sculptrice mosaïste

Le jardin du Musée de l'Absinthe et les oeuvres de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman, sculptrice mosaïste

Lien site de l'artiste Anne-Marie Saint-Arroman : http://amsta@wanadoo.fr

La Maison du docteur Gachet fête ses 20 ans : du 2 avril au 28 août 2016

Les images du Musée de l'Absinthe n'étant pas autorisées, en page jointe des photographies de cuillers

Les cuillers à absinthe et quelques-uns de ses modèles La fée verte et sa technique (Collection privée)

Les cuillers à absinthe et quelques-uns de ses modèles La fée verte et sa technique (Collection privée)

  • Les plantes :
  • L'absinthe,
  • La Mélisse,
  • Le Fenouil,
  • L'Anis,
  • L'Hysope.
Une visite à Auvers-sur-Oise en juin
Une visite à Auvers-sur-Oise en juin
Une visite à Auvers-sur-Oise en juin
Une visite à Auvers-sur-Oise en juin
Une visite à Auvers-sur-Oise en juin

Et bien sûr l"église Notre-Dame de l'Assomption, connue dans le monde entier grâce à l’œuvre de Vincent.

L'église d'Auvers-sur-Oise, par Vincent Van Gogh,1890, 74 x 94 cm, Musée d'Orsay et une image actuelle (Bernadette à gauche de l'église, au centre des images)

L'église d'Auvers-sur-Oise, par Vincent Van Gogh,1890, 74 x 94 cm, Musée d'Orsay et une image actuelle (Bernadette à gauche de l'église, au centre des images)

Une visite à Auvers-sur-Oise en juin

L'église Notre-Dame :

L'église Notre-Dame de l'Assomption domine la vallée de l'Oise. Son élégant clocher est visible depuis le plateau du Vexin. Cet édifice remarquable a été immortalisé par un tableau de Vincent Van Gogh. Elle a connu au XIXème siècle de nombreuses vicissitudes et a subi des restaurations vigoureuses qui ont porté, entre autres, sur le portail sud, la rose occidentale et les baie du chevet.

XIème siècle : L'absidiole ouvrant sur le bras nord du transept est à peine éclairée par deux baies étroites en plein cintre souligné d'un tore.

A la croisée du transept, les chapiteaux sont ornés d'un décor de palmettes, de rinceaux, d'animaux fantastiques qui comptent parmi les plus belles réalisations parisiennes de l'art roman,

XIIIème siècle :

La vaste nef, flanquée de deux bas-côtés, évoque de grands édifices contemporains, telle que Notre-Dame de Paris. Elle s'élève sur trois niveaux : les grandes arcades soutenues par des colonnes coiffées de chapiteaux à feuillage, la galerie du triforium et les fenêtres hautes,

XVIème siècle :

La chapelle de la Vierge, au sud du choeur, a été entièrement reconstruite entre 1520 et 1545. Les arcs à pénétration, dépourvus de chapiteau, datant de la fin de l'époque gothique, se mêlent aux éléments décoratifs de la Renaissance empruntés à l'Antiquité.

Remerciements  et adresses :

Merci à Marie-Emilie, à Marie-Claude et à Michel pour toutes les explications et les historiques de cette journée fort réussie à Auvers-sur-Oise.

Merci à l'Association AmiCAL pour cette belle sortie.

A voir : L'ART au JARDIN de 10 H 30 à 18 H 30, samedi 4 et dimanche 5 juin 2016.

Immersion sans les Paris des Impressionnistes, Château d'Auvers-sur-Oise :

du 16 janvier au 16 décembre 2016.

Office de Tourisme : Parc Van Gogh, 38, rue du Général de Gaulle, 95430 Auvers-sur-Oise :

Tél. : 01 30 36 71 81 Courriel : contact@tourisme-auverssuroise.fr

Site : http://www.tourisme-auverssuroise.fr

Maison du docteur Gachet :

78, rue Gachet, 95430 Auvers-sur-Oise Téléphone : 01 30 36 81 27

Ouverte du 2 avril au 30 octobre 2016, de 10 H 30 à 18 H 30. Fermée le lundi et le mardi.

Entrée gratuite, groupes sur réservation. vernissage : 2 avril 2016 à 17 heures.

Les samedis et dimanches à 16 H : visite de l'exposition.

Courriel : maison.gachet@valdoise.fr

Site : http://www.valdoise.fr/6387-la-maison-du-doct...

Sur les pas de Van Gogh : http://www.surlespasdevangogh.eu

La Maison Atelier de Daubigny et son jardin : 61, rue Daubigny, 95430 Auvers-sur-Oise

Tél. : 01 30 36 60 60 lien site : http://www.atelier-daubigny.com

Musée de l'Absinthe : 44, rue Alphonse Callé, 95430 Auvers-sur-Oise

Tél. : 01 30 36 83 26 Site : http://www.musee-absinthe.com

Auvers-sur-Oise, village d'artiste, site officiel : http://www.auvers-sur-oise.com/

Site et lien Wikipédia Auvers-sur-Oise : https://fr.wikipedia.org/wiki/Auvers-sur-Oise

Un site très bien fait sur les peintres et Van Gogh : http://www.impressionniste.net/vangogh.htm

Site Wikipédia Vincent Van Gogh : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_van_Gogh

Le Castel Val, édifice d'Hector Guimard : https://fr.wikipedia.org/wiki/Castel_Val

Accès route : Porte Maillot, ou Porte de Clignancourt, A86, A15, A115 direction Amiens-Beauvais, sortie Méry-sur-Oise, puis prendre Auvers-sur-Oise.

Accès train, Gare du Nord, ligne H, direction Pontoise, toutes les 15 minutes, puis ligne H direction Creil, toutes les 30 minutes, direction Valmondois, puis ligne H direction Pontoise, toutes les 30 minutes

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Beaux villages de France
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 07:55
Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 06:10

Une visite le 27 mai 2016 :

Fleurs près de la façade du Musée National de la Céramique

Fleurs près de la façade du Musée National de la Céramique

Exposition Céramix au Musée de la Céramique à Sèvres

CERAMIX, de Rodin à Schütte du 9 mars au 12 juin 2016


L'exposition CERAMIX, de Rodin à Schütte, ouvre ses portes concomitamment à Maison Rouge, Paris et Sèvres - Cité de la céramique le 9 mars 2016, après avoir été présentée au Bonnefantenmuseum à Maastricht, Pays-Bas.

Conçue par Camille Morineau, ancienne conservatrice au Centre Pompidou, Lucia Pesapane, historienne de l'art, elle est réalisée par trois institutions européennes le Bonnefantenmuseum à Maastricht, Maison Rouge-Fondation Antoine de Galbert à Paris et Sèvres-Cité de la céramique qui la présenteront tour à tour.

Cette exposition entend explorer, au travers de près de 250 œuvres de 115 artistes issus de 25 nationalités, les formes les plus actuelles de l'utilisation de la céramique dans l'art contemporain, grâce aux prêts de prestigieuses institutions muséales et de collectionneurs passionnés.

Fernand Léger et ses faïences

Fernand Léger et ses faïences

Les oeuvres d'Eduardo Chillida et d'Antoni Tapiès
Les oeuvres d'Eduardo Chillida et d'Antoni Tapiès

Les oeuvres d'Eduardo Chillida et d'Antoni Tapiès

Exposition Céramix au Musée de la Céramique à Sèvres

Eduardo Chillida et AntoniTapiès :

Les deux artistes espagnol commencent à travailler la porcelaine dès la fin des années 70 et le début des années 80 dans les ateliers de la galerie Maeght à Saint-Paul de Vence.

Guido Gueelen, Anatomisch Les 1, argile, verre, fleurs et bois. Collectin G et W. Pays-Bas

Guido Gueelen, Anatomisch Les 1, argile, verre, fleurs et bois. Collectin G et W. Pays-Bas

Exposition Céramix au Musée de la Céramique à Sèvres
Exposition Céramix au Musée de la Céramique à Sèvres

Et toujours les collections permanentes dont de nombreuses œuvres sont renouvelées.

Bonne visite !

Viola Frey, 1933-2004, Figure féminine et masculine, 1989, Manufacture de Sèvres, porcelaine dure émaillée

Viola Frey, 1933-2004, Figure féminine et masculine, 1989, Manufacture de Sèvres, porcelaine dure émaillée

La Cité de la céramique se compose d'un ensemble de 25 bâtiments classés Monuments historiques, situés sur une enclave de 4 hectares sur le bas parc de Saint-Cloud

Merci à Madame Biet pour son accueil toujours aussi sympathique et ses précieuses explications sur le musée.

Sources et documentation : Musée National de la Céramique à Sèvres, Hauts-de-Seine

Adresse du Musée :
Sèvres - Cité de la céramique
2, place de la Manufacture
92310 Sèvres (France)
Tél. : +33(0)1 46 29 22 00 Informations : 01 46 29 22 05 Site lien : www.sevresciteceramiques.fr
Lien courriel : visite@sevresciteceramique.fr

Les espaces des collections permanentes et des expositions temporaires sont ouverts tous les jours de 10 h à 17 h, sauf le mardi , le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.

Lien Musée de Sèvres, Cité de la Céramique :http://www.sevresciteceramique.fr/

Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_national_de_C%C3%A9ramique

Salle de lecture ouverte : du lundi au vendredi de 14h à 17h30 sur rendez-vous.
Tél. :+ 33(0)1 46 29 22 50
Courriel lien : ressources.documentaires@sevresciteceramique.fr

La Maison rouge :

Fondation Antoine de Galbert

10, boulevard de la Bastille, 75012 Paris

Tél. : 01 40 01 08 81 Courriel : info@lamaisonrouge.org

Site : lien : www.lamaisonrouge.org

Voir aussi anciens articles du blog : La Cité de la Céramique à Sèvres et son musée :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-cite-de-la-ceramique-a-sevres-114808903.html

Corée Mania, roman d'un voyageur au musée de la Céramique :

http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/07/coree-mania-roman-d-un-voyageur-au-musee-de-la-ceramique.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine du Monde
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 07:13
La Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des Carrosses

Une visite à la galerie des Carrosses dans la Grande Écurie du Roi à Versailles, lors de la nuit des musées 2016 : le 21 mai 2016.

Histoire : la collection des carrosses de Versailles, l'une des plus importantes d'Europe, est réunie par le roi Louis-Philippe en 1831, au moment où il transforme le château royal en musée dédié "à toutes les gloires de la France".

Chaises à porteurs et traineaux rejoignent les collections en 1851, lorsque le premier musée des voitures de Trianon ouvre ses portes au public.

L'exposition de la galerie des carrosses à la Grande Écurie de Versailles est ouverte au public depuis le 9 mai 2016.

La Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des Carrosses

La construction :

Les écuries royales de Versailles sont le plus grand chantier royal jamais entrepris pour loger des chevaux; un double chantier lancé en 1679 en prévision de l'installation de la cour et du gouvernement à Versailles.

Placé sous la direction de l'architecte Jules Hardoin-Mansart, il est réalisé par une armée d'ouvriers en un temps record : trois années de 1679 à 1682.

Lien site Wikipédia Jules Hardoin-Mansart :1646, Paris-1708, Marly-le-Roi https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Hardouin-Mansart

Jules Hardoin-Mansart est le petit neveu de l'architecture François Mansart 1598, Paris-1666, Paris Lien site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Mansart

La Grande Ecurie du Roi, la nuit

La Grande Ecurie du Roi, la nuit

Les démonstrations des cavalières de l'académie équestre dans la cour extérieure de la Grande EcurieLes démonstrations des cavalières de l'académie équestre dans la cour extérieure de la Grande EcurieLes démonstrations des cavalières de l'académie équestre dans la cour extérieure de la Grande Ecurie

Les démonstrations des cavalières de l'académie équestre dans la cour extérieure de la Grande Ecurie

La Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des CarrossesLa Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des Carrosses

Le carrosse du sacre de Charles X :

Le 29 mai 1825, Charles X est sacré en la cathédrale Notre-Dame de Reims. pour cette cérémonie, fondement essentiel de la monarchie de droit divin, il ordonne la construction d'un carrosse d'une richesse extraordinaire.

Commencé pour Louis XVIII, la construction de ce carrosse avait été abandonné lorsque le roi, prudent, avait renoncé à se faire sacrer.

Dès l'avènement de Charles X, le marquis de Vernon, écuyer commandant des écuries, le remet en chantier. En moins de six mois, il est achevé sous la direction de Daldringen, carrossier virtuose. Voir diaporama suivant.

Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe
Une des plus grandes collections de carrosses en Europe

Une des plus grandes collections de carrosses en Europe

Les voitures de la Présidence :

En 1870, après la chute du second empire et la proclanation de la IIIème République, les prestigieuses écuries de Napoléon III sont démantelées, les carrosses remisés ou dispersés en vente publique. Les temps démocratiques récusent le faste et l'ostentation.

Les exigences de représentation imposent cependant à la Présidence de la République de se doter de nouveaux véhicules adaptés aux diverses circonstances officielles : réceptions d'ambassadeurs, visites dans les départements, expositions universelles, voyages officiels de souverains étrangers. L'Etat passe alors commande auprès des plus prestigieux carrossiers parisiens comme la maisons Elrler, ancien corrossier de Napoléon III, Mühlbacher ou Rothschild & Fils.

Les manèges d'entrainement de l'Académie du spectacle équestre Bartabas :

Les grandes écuries : le manège d'entrainement des cavaliers

Les grandes écuries : le manège d'entrainement des cavaliers

Les grandes écuries : 42 chevaux sont logés dans ces prestigieux locaux

Les grandes écuries : 42 chevaux sont logés dans ces prestigieux locaux

La Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des CarrossesLa Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des Carrosses

Petite histoire hippomobile :

Dès leur apparition au milieu du XVIème siècle, les premiers coches rencontrent un vif succès.

Élevée par les rois au rang de symbole majeur du pouvoir, signe de distinction et de représentation sociale, la voiture hippomobile, qui devient un objet d'art, connait une évolution permanente.

"Une voiture est à la fois une machine et un objet d'art; il faut à l'architecte qui en dirige l'exécution les connaissances d'un mécanicien et l'étoffe d'un artiste".

Le Guide du carrossier, juin 1864

Le Salon de l"Auto hippomobile" :

Les modèles ... exposésLes modèles ... exposés

Les modèles ... exposés

Les éléments du cheval et du carrosse :

La Grande Ecurie du Roi à Versailles et la galerie des Carrosses

Images de carrosses célèbres :

Berline du cortège de mariage de Napoléon et de Marie-Louise, le 2 avril 1810, modèle présumé du carrosse de sacre de Louis XV, au centre, de Louis XVI, à droiteBerline du cortège de mariage de Napoléon et de Marie-Louise, le 2 avril 1810, modèle présumé du carrosse de sacre de Louis XV, au centre, de Louis XVI, à droiteBerline du cortège de mariage de Napoléon et de Marie-Louise, le 2 avril 1810, modèle présumé du carrosse de sacre de Louis XV, au centre, de Louis XVI, à droite

Berline du cortège de mariage de Napoléon et de Marie-Louise, le 2 avril 1810, modèle présumé du carrosse de sacre de Louis XV, au centre, de Louis XVI, à droite

Les traineaux de la cour :

"L'Eau" détail vers 1641 par Claude Deruet, Traineau à la Tortue vers 1732, bois sculpté, doré et peint. "Dame menée en traineau sur la neige" 1729 par Charles-Antoine Coypel"L'Eau" détail vers 1641 par Claude Deruet, Traineau à la Tortue vers 1732, bois sculpté, doré et peint. "Dame menée en traineau sur la neige" 1729 par Charles-Antoine Coypel"L'Eau" détail vers 1641 par Claude Deruet, Traineau à la Tortue vers 1732, bois sculpté, doré et peint. "Dame menée en traineau sur la neige" 1729 par Charles-Antoine Coypel

"L'Eau" détail vers 1641 par Claude Deruet, Traineau à la Tortue vers 1732, bois sculpté, doré et peint. "Dame menée en traineau sur la neige" 1729 par Charles-Antoine Coypel

Chaises à porteurs : moyen de transport individuel de l'époque...

Si la chaise à porteurs existe depuis l'Antiquité, c'est à la fin du XVIème siècle qu'elle réapparait en Europe. Particulière ou locative, elle est le moyen de transport de plus utilisé pour les courts trajets.

Dans les grandes villes encombrées de carrosses, la chaise offre une alternative séduisante : elle est moins couteuse, plus maniable et tout aussi rapide dans les rues étroites et mal pavées.. Elle est aussi plus commode : portée par deux hommes munis de bricoles de cuir, nul besoin d'harnacher les chevaux, ni de préparer l'équipage. Une fois la course terminée, elle se range aisément contre un mur ou sur un palier.

Comme pour les voitures la chaise est fabriquée par les selliers-carrossiers et porte chiffres et armoirie de son propriétaire. A Paris, depuis 1617, des chaises publiques se louent pour des courses dont les trajets sont fixés à l'avance.

Au centre : "Vue du chateau de Versailles sur la cour de la chapelle", détail, vers1725, de Jacques Rigaud. De part et d'autre : exposition de la Grande Ecurie de Versailles.

Au centre : "Vue du chateau de Versailles sur la cour de la chapelle", détail, vers1725, de Jacques Rigaud. De part et d'autre : exposition de la Grande Ecurie de Versailles.

L'Académie Equestre Nationale du Domaine de Versailles :

Ouverture exceptionnelle pendant tout l'été :

Information et réservation sur le lien : http://www.acadequestre.fr

ou téléphone : 01 39 02 62 70

Visite libre tous les jours, sauf les dimanches et lundis de 14 à 18 H, dernière admission à 17 H 30. A découvrir la Grande Écurie du Roi, investie par l'Académie équestre, véritable École des Pages contemporaine.

Adresses et sources bibliographiques :

Etablissement Public du Château, du Musée et du Domaine National de Versailles :

RP 834 78008 Versailles cedex

Place d'Armes

Tél. : 01 30 83 78 00 Site lien : http://www.chateauversailles.fr

Classement Monument Historique le 20 août 1913.

Lien Wikipédia La Grande Écurie du château de Versailles : https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_%C3%89curie

Programme Académie du spectacle équestre Bartabas : http://www.bartabas.fr/fr/Academie-du-spectacle-equestre/presentation

Voir aussi : un article sur la Petite Ecurie du Roi à Versailles : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-la-galerie-des-sculptures-des-moulages-petite-ecurie-du-roi-124526609.html

Documentation disponible : La Galerie des Carrosses. Grande écurie du roi. RMN Grand Palais, Archives départementales des Yvelines, Musée du Louvre, Marc Jeanneteau, Musée Lambinet, Daniel Arnaudet,RMN Grand Palais (Domaine de Compiègne), Stéphane Maréchalle, RMN Grand Palais, Château de Versailles, Christophe Fouin, Gérard Blot, El Meliani, Franck Raux, Julien Laudredou, Agathe Poupeney.

"Connaissance des Arts" Hors-série N°523 "Roulez carrosses !" Le château de Versailles à Arras. Exposition du 17 mars 2012 au 10 novembre 2013 à l'abbaye Saint-Vasst, musée des Beaux-Arts d'Arras.

Bonne visite !

Vue perpective du château de Versailles, de la ville et de la Grande Ecurie du Roi vers 1710-1715, Oeuvre anonyme

Vue perpective du château de Versailles, de la ville et de la Grande Ecurie du Roi vers 1710-1715, Oeuvre anonyme

En cours...

Les collections de véhicules hippomobiles et leurs implantation :

Force est de constater que les témoins de cette brillante industrie conservés en France sont bien rares. Pour la période antérieure à la Révolution, il n’existe aucune voiture du XVIIe siècle et à peine une quarantaine du XVIIIe. Le XIXe siècle est plus riche avec 2 100 voitures actuellement recensées, et vraisemblablement plusieurs centaines encore à découvrir.

Ces chiffres ne concernent que les ouvrages de carrosserie, c’est-à-dire les voitures destinées au transport des personnes. Les ouvrages de charronnage, c’est-à-dire les voitures de charroi, les véhicules agricoles, les véhicules militaires, n’ont pas été pris en compte faute d’études.

- 5500 à 6000 voitures, soit environ le quart de ces voitures recensées, relèvent de la propriété publique et appartiennent soit à l’État, soit à des Collectivités.

- 320 sont détenues par les Haras nationaux (Institut Français du Cheval et de l’Équitation).

  • SAULE, Béatrix. Visite du Musée des carrosses. Versailles : Art Lys, 1997.
  • COCHET, Vincent. « Chambord, conservatoire d’une restauration manquée. Les préparatifs de l’entrée,
  • Les deux voitures de ce musée sont en dépôt au Musée vivant du cheval à Chantilly.

une centaine est conservée dans quelques lieux prestigieux : le Musée national de la Voiture et du Tourisme à Compiègne, le Musée des carrosses à Versailles, le château de Chambord, le Musée Condé à Chantilly, le château national de La Malmaison à Rueil-Malmaison.

  • DEMEUFVE, G. « La chaise de poste du Musée lorrain ». Bull. Soc. Archéol. Lorraine et du Musée
  • LIBOUREL, Jean-Louis. « Une berline du XVIIIe siècle, trésor national : le « carrosse de Vachères
  • D., Ch. « Un vieux carrosse ». Bull. Soc. Archéol. et Hist. de Charente, 1910, XXX, p. 306-308.
  • VOUHÉ, Grégory. « La demi-berline de monsieur de Liniers ». Bull. Soc. Hist. et Scientif. des Deu
  • LIBOUREL, Jean-Louis. « Bouges : un temple de l’attelage ». Dans COCHET, Vincent. Le château de B
  • LIBOUREL, Jean-Louis. « Les voitures à cheval ». Dans TESNIER, Florent et LOISEL, Germain. Le château
  • Château de Randan, Catalogue de la vente aux enchères publiques des 23 et 24 mai 1999. Paris : Mi
  • LIBOUREL, Jean-Louis. Château d’Espeyran conservatoire du patrimoine équestre. Saint-Gilles-du-Ga

Les autres, une centaine encore, sont dispersées entre les musées d’Angoulême, Arles (Museon Arlaten), Avignon (Palais du Roure), Blérancourt (Musée National de la Coopération Franco-Américaine), Bourg-sur-Gironde (Musée Au temps des calèches), Cambrai (Musée municipal), Eu (Musée Louis-Philippe), Fécamp (Musée municipal), Gannat (Musée municipal), Nancy (Musée Historique Lorrain), Le Puy-en-Velay (Musée Crozatier), Rochetaillé-sur-Saône (Musée de l’automobile), Saintes (Musée d’Art régional Dupuy-Mestreau), Thouars (Musée municipal Henri-Barré), et quelques châteaux passés dans le domaine public : Bouges, Chaumont-sur-Loire, Nohant, Randan, Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard.

  • LIBOUREL Jean-Louis. Château Lanessan : attelages et musée du cheval. Cussac-Fort-Médoc : G.F.A.

Les trois-quarts restants, soit la majeure partie du patrimoine hippomobile actuellement connu, sont dans des mains privées. Ce patrimoine privé est constitué de collections pour la plupart de dimensions modestes, dont un tout petit nombre est ouvert à la visite (Le Musée des Calèches au château de Vaux-le-Vicomte ; le Musée de la Voiture à Cheval à Marcigny), de quelques ensembles conservés in situ dans des remises de châteaux (château Lanessan à Cussac-Fort-Médoc; château de Breteuil à Apremont-sur-Allier), et de voitures détenues par des amateurs qui les présentent attelées à l’occasion de manifestations équestres, notamment les concours d’attelage de tradition organisés sous l’égide de l’Association Française d’Attelage <lien vers http://afa-attelage.org >

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 21:25
Le château vu du parc

Le château vu du parc

Le château de Breteuil est un château situé à Choisel dans les Yvelines, dans la vallée de Chevreuse, à 35 kilomètres au sud de Paris.

C'est un édifice du XVIIème siècle entouré de jardins à la française et d'un jardin à l'anglaise, où se trouve une orangerie et un colombier. Le parc s'étend sur une superficie de 75 hectares.

Le blason de la famille Breteuil
Le blason de la famille Breteuil

Nec spe nec metu : ni par l'espoir, ni par la crainte

Le domaine de Breteuil est bâti sur un promontoire dominant la vallée de Chevreuse. Le lieu porte le nom de Bevilliers en souvenir des deux villas (fermes) qui auraient été construites sur le site à l'époque gallo-romaine. Avant que la famille Breteuil ne s'attache à cette terre, leur nom apparaît en Normandie dès 1066 lorsque Guillaume Osbern est fait Comte de Breteuil par Guillaume le Conquérant. Ce dernier le considère comme son plus fidèle compagnon et le nomme vice-roi d'Angleterre lors de son retour en Normandie.

A cette même époque à Bévilliers, un château fort succède aux villas. Il n'en reste actuellement que le colombier et les douves sèches. Les propriétaires d'alors portent successivement les noms de Choisel, Poissy et Plessis, Allemant, Hotman puis Le Jay.

Le dernier acte de vente du domaine appelé Bévilliers date de 1596. Le vendeur en est Nicolas Le Jay, l'acheteur Thibaut Desportes. Un château neuf va être dès lors construit sur une cour carrée avec des fossés, un pavillon d'entrée et un pont levis. Au fond de la cour se situe le corps de logis donnant sur un jardin d'agrément.

La famille Breteuil réside dans le château depuis plusieurs générations et accueille les visiteurs avant leur visite.

Le château de Breteuil et les contes de PerraultLe château de Breteuil et les contes de PerraultLe château de Breteuil et les contes de Perrault

Situés au cœur du Parc naturel de la Vallée de Chevreuse, les jardins du domaine de Breteuil classés « jardins remarquables » s'étendent sur 75 hectares. Soigneusement entretenus, ils constituent un lieu de promenade idéal.

Le jardin à la française est situé de part et d'autre du château lui-même positionné dans un axe Nord-Sud. C'est à la fin du XIXe siècle qu'il gagne tout son éclat. Henri de Breteuil, le huitième marquis de la famille et grand-père de l'actuel marquis de Breteuil, entreprend entre 1897 et 1903 une ambitieuse campagne de travaux confiée aux paysagistes Henri et Achille Duchêne

Scènes de vie au château par ses personnages de cire à l'échelle 1Scènes de vie au château par ses personnages de cire à l'échelle 1Scènes de vie au château par ses personnages de cire à l'échelle 1

Scènes de vie au château par ses personnages de cire à l'échelle 1

Les Contes de Charles Perrault :

Les Contes de Charles Perrault ont une valeur universelle et constituent un véritable patrimoine littéraire. Sept célèbres histoires de cet auteur du XVIIe siècle sont mises en scène avec une vingtaine de personnages de cire dans les dépendances du château, autrefois lieux de la vie quotidienne.

Le château de Breteuil et les contes de Perrault
Cendrillon et son prince, au centre du labyrinthe situé dans le jardin remarquableCendrillon et son prince, au centre du labyrinthe situé dans le jardin remarquableCendrillon et son prince, au centre du labyrinthe situé dans le jardin remarquable

Cendrillon et son prince, au centre du labyrinthe situé dans le jardin remarquable

Les personnages des contes de Charles PerraultLes personnages des contes de Charles PerraultLes personnages des contes de Charles Perrault

Les personnages des contes de Charles Perrault

Cendrillon, le Chat Botté et le petit Poucet dans les locaux annexes du châteauCendrillon, le Chat Botté et le petit Poucet dans les locaux annexes du châteauCendrillon, le Chat Botté et le petit Poucet dans les locaux annexes du château

Cendrillon, le Chat Botté et le petit Poucet dans les locaux annexes du château

Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares
Le château et son parc de 70 hectares

Le château et son parc de 70 hectares

Le château de Breteuil et les contes de Perrault
journée du 12 mars 1881
journée du 12 mars 1881

Le jardin à l'anglaise dit « jardin des Princes » est classé « jardin remarquable ». Il est ainsi nommé en l'honneur de l'amitié entre la famille de Breteuil et la famille royale anglaise. En effet, la rencontre organisée le 12 mars 1881 par Henri de Breteuil, le huitième marquis de la famille, avec son ami le Prince de Galles, futur Edouard VII et Léon Gambetta, pose les bases de l'Entente cordiale. De plus, en 1912, le jeune Prince de Galles, petit-fils d'Edouard VII, futur Edouard VIII, séjourne au château pour apprendre le français.

L'entrée du parc à l'anglaise et ses arbres en fleurs à la mi-maiL'entrée du parc à l'anglaise et ses arbres en fleurs à la mi-maiL'entrée du parc à l'anglaise et ses arbres en fleurs à la mi-mai

L'entrée du parc à l'anglaise et ses arbres en fleurs à la mi-mai

Visite du 15 mai 2016 avec le Comité du Jumelage de la ville de Houilles.

Sources et liens :

Lien Wikipédia le château de Breteuil : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Breteuil

Lien site château de Breteuil : http://www.breteuil.fr/

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 12:31
Figeac, ville et pays d'art et d'histoire
Le blason de Figeac
Le blason de Figeac

Figeac, en occitan Fitsat, écrit Fijac, situé dans le Lot, appartient au réseau national des Villes et Pays d'art et d'Histoire.

Le toponyme de la ville est attesté dès le VIIe siècle :

Une anecdote prétend qu'il aurait été déformé par la suite en Figeac à partir de l'expression latine Fige acum. Elle tente aussi, par cette façon, d'expliquer l'origine des monuments appelés aiguilles. Beaucoup de pèlerins se perdaient dans les forêts aux alentours de Figeac et l'abbé aurait répondu à ceux qui le lui faisaient observer : « Fige acum », qui se traduit par : « Plantez une aiguille ». Selon la légende, un vol de colombes, dessinant une croix dans le ciel, sous les yeux de Pépin le Bref , décida de la fondation, en ces lieux, d'un monastère, en 753.

Le roi aurait dit « Fiat là ! », « qu'il [le monastère] soit fait là ! », cette expression aurait donné le nom à Figeac.

Historique de la cité :

Au IXème siècle, une abbaye est fondée dans un lieu nommé Figeac. Une ville se constitue peu à peu auprès de cet établissement religieux, ses habitants étant attiré de la liberté de l'abbaye et les libertés accordées par celle-ci.

L'essor économique de la cité s'intensifie à partir du XIIème siècle. Les  marchands de la ville développent alors des échanges réguliers avec des cités commerçantes de toute la France, avant d'étendre à partir du XIIIème siècle leur activité dans plusieurs villes et ports d'Europe et du bassin méditerrenéens. la richesse des marchands de Figeac s'explime alors dans l'architecture et le décor de leurs demeures. Celles qui sont aujourd'hui conservées rappellent que Figeac fut jusqu'à la guerre de Cent ans l'une des plus prospères du midi de la France.

La découverte de la cité par ses clefs

La découverte de la cité par ses clefs

Figeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévaleFigeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévaleFigeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévale

Figeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévale

Figeac, ville et pays d'art et d'histoireFigeac, ville et pays d'art et d'histoireFigeac, ville et pays d'art et d'histoire
Figeac, ville et pays d'art et d'histoire
Le circuit touristique de la ville

Le circuit touristique de la ville

Des crises marquent la fin du moyen-âge et le début de l'époque moderne. La guerre de Cent ans signe la fin du commerce international et à la fin de la Renaissance, Figeac souffre profondément des guerres de Religions. Néanmoins, la ville se dote de quelques édifices reflétant les innovations architecturales de ces époques.

Notre-Dame du Puy de Figeac

Notre-Dame du Puy de Figeac

La salle capitullaire de la chapelle Notre-Dame de PitiéLa salle capitullaire de la chapelle Notre-Dame de Pitié

La salle capitullaire de la chapelle Notre-Dame de Pitié

Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune, un enfant de Figeac.

Figeac, ville et pays d'art et d'histoire

Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune est né le 23 décembre 1790 à Figeac. Il est mort à Paris le 4 mars 1832

Egyptologue français, Il fut le premier à déchiffrer les hiéroglyphes.

Il est considéré comme le père de l'égyptologie.

Place des Ecritures et la Pierre de Rosette géante

Place des Ecritures et la Pierre de Rosette géante

Figeac, ville et pays d'art et d'histoire
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale

Quelques images de la cité médiévale

Sur la route de Saint-Jacques de Compostelle :

C’est une histoire qui remonte au Moyen-Âge. Elle débute avec la découverte miraculeuse d’un tombeau en Galice vers l’an 800. Vous marcherez sur les traces de l’apôtre Jacques qui avait pour mission de prêcher la parole du Christ en Occident. Lors de son retour à Jérusalem il est décapité. Sa dépouille est portée dans une embarcation et la légende raconte que guidée par un ange, elle s’échoue sur les côtes de Galice.

C’est en pleine période de croisade que Saint-Jacques-de-Compostelle devient une ville Sainte du même ordre que Jérusalem et Rome.

Aujourd’hui le Chemin garde son côté mystérieux. Il est de plus en plus fréquenté, il est aussi un moyen original de parcourir l’une des plus belle région de France.

Sources documentaires et renseignements : Office de Tourisme de Figeac, Hôtel de la Monnaie :

Place Vival 46100 Figeac Tél. : 05 65 34 06 25 Fax : 05 65 50 04 58

Site : http://www.tourisme-figeac.com

Courriel lien : info@tourisme-figeac.com

Service du Patrimoine : Hôtel de Ville 5, rue de Colomb BP 205 Tél. : 05 65 50 05 40 Fax : 05 65 50 02 33

Site :http://www.ville-figeac.fr

Courriel : service.patrimoine@ville-figeac.fr

Lien site Wikipédia Figeac : https://fr.wikipedia.org/wiki/Figeac

Lien Wikipédia Jean-François Champollion : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Champollion

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 10:57
Saint-Cirq-Lapopie, un des beaux villages de France

Un village médiéval classé

Le blason de la ville
Le blason de la ville

Le bourg médiéval de Saint-Cirq-Lapopie, en occitan Sent Circ de la Pòpia, situé dans le département du Lot, compte 13 monuments historiques est l’un des plus beaux villages de France. Accroché sur une falaise à 100 mètres au-dessus du Lot, Saint-Cirq Lapopie constitue l’un des sites majeurs de la vallée du Lot.

Chef-lieu de l’une des trois vicomtés du Quercy, Saint-Cirq Lapopie fut partagé au Moyen Âge entre plusieurs dynasties féodales dont les familles dominantes de Lapopie, de Gourdon et de Cardaillac. De ce fait, plusieurs châteaux et maisons fortes constituaient le fort seigneurial et dominaient le village.

Saint-Cirq-Lapopie est une commune française, située dans le département du Lot dans la région Midi-Pyrénées en Quercy.
Elle est située au cœur du Parc naturel régional des Causses du Quercy, à 30 km à l'est de Cahors et à 130 km au nord de Toulouse.
Village médiéval, un des plus beaux villages de France, surplombe le Lot.
Saint-Cirq-Lapopie, est un des lieux les plus visité du Lot, village-musée presque entièrement c
lassé et bien connu des artistes.

Vue des toits de tuiles plates du château

Vue des toits de tuiles plates du château

En contrebas du fort, les rues du village, fermées par des portes fortifiées, ont conservé de nombreuses maisons anciennes dont les façades en pierre ou à pans de bois ont été construites entre le XIIIe et le XVIe siècle. Étroites, elles sont caractérisées par leurs toits de tuiles plates, à fortes pentes.

Les ruelles étroites du bourg

Les ruelles étroites du bourg

Quelques vues du bourgQuelques vues du bourgQuelques vues du bourg
Quelques vues du bourgQuelques vues du bourgQuelques vues du bourg
Quelques vues du bourgQuelques vues du bourgQuelques vues du bourg

Quelques vues du bourg

Sainte-Julitte et Saint-Cirq, son fils. Deux martyres.
Sainte-Julitte et Saint-Cirq, son fils. Deux martyres.

L'église Saint-Cirq-Lapopie dédiée à Saint-Cyr (origine du "Cirq" de Saint-Cirq-Lapopie) et Sainte Julitte, sa mère. Il fut le martyr le plus jeune de la chrétienté (3 ans environ). C'est Saint Amadour qui en ramènera les reliques en France. L'église gothique qui fut édifiée à partir de 1522 a englobé l'ancienne église paroissiale romane. Celle-ci conserve les vestiges de son décor sculpté à feuille d'acanthe du XIIème siècle, ainsi que des fragments de peinture murales du XIIIème. Une des chapelles latérales de l'église est consacrée à Sainte Catherine, patronne des tourneurs sur bois. Près du portail, au pied du clocher fortifié, est conservée l'une des mesures de pierre qui règlementait la vente des grains sur le marché. Au revers de l'église, terrasses et point de vue sur la vallée.

Au pied du rocher de Lapopie, moulins, barrages, ports, écluses et chemin de halage évoquent les périodes de gloire d’une activité batelière qui fut florissante.

La vallée du Lot vu du rocherLa vallée du Lot vu du rocherLa vallée du Lot vu du rocher

La vallée du Lot vu du rocher

Un peu d'histoire :

Croisades contre les Albigeois et guerres de religions :

Trois familles se partagèrent la seigneurie. Cette triple seigneurie ne fut pas sans poser quelques problèmes, lors de la croisade contre les Albigeois :

Les Cardaillac se rallièrent au comte de Toulouse,

Tandis que les La Popie et les Gourdon s'allièrent à Simon IV de Montfort, comte de Toulouse et figure principale des adversaires des Albigeois (1164 à 1175 - 1218)

En 1251, un des seigneurs, Bernard de Castelnau, fut condamné par l'inquisition à la prison perpétuelle pour avoir favorisé les hérétiques.

Pendant la guerre de Cent Ans, Hugues IV de Cardaillac se rangea dans le camp français. Il fut un grand technicien de l'artillerie.

En 1471, Louis XI fit démanteler le château de Raymond de Cardaillac qui avait pris parti contre lui en soutenant le duc de Berry dans la guerre du bien public. Le château fut reconstruit sous le règne de Charles VIII, qui accorda de grandes faveurs à Raymond de Cardaillac, en dédommagement des préjudices causés sous le règne de Louis XI.

La division entre seigneuries se reproduisit à l'époque des guerres de religion : un Cardaillac devint le chef des protestants du Languedoc, tandis qu'un Saint-Sulpice restait catholique.

Amis cependant, ils s'entendirent pour interdire toute violence dans leur cité commune, mais en 1580, rompant la trêve, les huguenots s'emparèrent du château d'en haut, qu'Henri de Navarre fit démolir.

Saint-Cirq, le plus jeune des martyrs chrétiens :

Saint-Cirq-Lapopie, un des beaux villages de France

Saint-Circq, ou Kérinos : sa fin tragique à l'âge de 5 ans : en l'an 305, Kérinos (Saint-Cirq) et sa mère Julitte (Sainte), tous deux chrétiens originaire d'Icônium (Konya en Turquie), sont faits prisonniers à Tarse par le gouverneur Alexandre lors de la persécution de Dioclétien.Or pendant que l'on torturait sa mère pour qu'elle renie sa foi,Cyrq, du haut de ses cinq ans, criait dans le palais : "Moi aussi, je suis chrétien !, moi aussi je suis chrétien !"

Fou de rage, le juge le saisit et lui brisa la tête contre les marches du tribunal. Il mourrut ainsi avant sa mère. Saint-Cyr est le plus jeune martyr de l'antiquité chrétienne. Il en est un des plus célèbres.

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-cirq-lapopie-0

Sur la route de Saint-Jacques de Compostelle :

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, on vient de Cabrerets par un court détour sur la variante de la vallée du Célé ; en aval de ce village en effet, les jacquets qui avaient emprunté la vallée du Lot rencontraient à rebours ceux qui avait choisi la vallée du Célé.

Saint-Cirq-Lapopie, un des beaux villages de France

Lien Saint-Cirq-Lapopie : http://www.saint-cirqlapopie.com

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-cirq-lapopie-0

Lien Wikipédia Saint-Cirq-Lapopie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Cirq-Lapopie

Beaux villages de France : lien Saint-Cirq-Lapopie http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-cirq-lapopie-0

Saint-Cirq-Lapopie, élu village préféré des Français sur France 2 le 27 juin 2012

http://www.ladepeche.fr/article/2012/06/27/1388328-saint-cirq-lapopie-elu-village-prefere-des-francais-sur-france-2.html

Carnets de balades, lien :http://www.carnets-de-balades.com/saint_cirq_lapopie.html

Voir aussi Les beaux villages de France 2012 article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-beaux-villages-de-france-107510776.html

Bonne visite !

Office du Tourisme de Saint-Cirq-Lapopie : lien

http://www.saint-cirqlapopie.com/

Où se situe le village de Saint-Cirq-Lapopie ?

Où se situe le village de Saint-Cirq-Lapopie ?

Repost 0
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 04:49
Fontaines et jardins de Toulouse

Les fontaines et jardins de Toulouse :

Élément d'ornement, la fontaine peut avoir une fonction sanitaire : place Saint-Georges le visiteur tombera nez à nez avec une fontaine de type Wallace du nom d'un lord anglais qui avait offert aux villes de Paris et .... Toulouse une cinquantaine de fontaines. Afin de lutter contre l'alcoolisme ambiant : la présence de petits crochets autour de la fontaine et qui accueillaient des gobelets métalliques afin de boire l'eau en atteste.

Des pierres tombales pour construire la plus ancienne des fontaines

Fontaine Wallace du Jardin des Plantes

Fontaine Wallace du Jardin des Plantes

Si les fontaines ont fleuri essentiellement au 18ème et au 19ème siècle à Toulouse, quand l'eau "courante" a été généralisée grâce à la construction du château d'eau dans le quartier Saint Cyprien, la première fontaine a vu le jour au 16ème siècle sur la place Saint-Étienne : toujours présente à deux pas de l'actuelle Préfecture, les plus fins observateurs remarqueront que la base de la fontaine a été bâtie avec des pierres funéraires sur lesquelles ont été gravées ensuite les armoiries de certains Capitouls de la ville.

Si les fontaines servaient la plupart du temps à abreuver les animaux et à permettre aux habitants de se ravitailler en eau, certaines fontaines ont été édifiées afin de combler certains manques en matière d'urbanisme: les fontaines de la place des Puits Clos ou celle rue Boulbonne remplacent des immeubles considérés comme vétustes. C'est ainsi que Toulouse voit son patrimoine enrichi de plusieurs dizaines de fontaines à travers la ville, chouchoutées par six agents municipaux à plein temps.

La fontaine Saint-Etienne

La fontaine Saint-Etienne

La vasque de la fontaine
La vasque de la fontaine

Située place Saint-Étienne, il s'agit de la plus ancienne fontaine conservée dans Toulouse. Le premier élément fut la vasque en marbre provenant de la prévôté, qui fut construite en 1584 selon les plans de l'architecte Jean Rancy.
A cette époque, la fontaine recevait les eaux de Guilheméry, prélevées dans l'actuel parc du Caousou. L'eau arrivait par un aqueduc jusqu'à la place où s'élevaient également un pilori qui permettait d'exposer les voleurs, une estrapade pour supplicier les condamnés et un échafaud pour les abjurations publiques.
L'eau se déversait dans un bassin en forme octogonale, en marbre de Saint-Béat, par la bouche de 4 mascarons (têtes ou masques de fantaisie).
Située en contrebas de la place, la fontaine est entourée d'une pente de trois marches, halte possible pour les promenades. Cette dépression permettait également aux femmes venant puiser de l'eau d'être à l'abri des charrettes.
La décoration actuelle de la fontaine date de 1593. Antoine Bachelier érigea au milieu de la vasque un piédestal avec quatre niches abritant des marmousets de bronze d'où l'eau s'échappe. Au dessus, l'on trouve quatre boules de bronze sur lesquelles se dresse un obélisque en marbre rouge et blanc de Sarrancolin. Les marmousets furent fondus par Pierre Chevenet.
Cette élégante fontaine Renaissance causa bien des soucis à la ville, avec son mauvais fonctionnement (la fontaine se tarissait l'été), mais aussi la chute de l'obélisque et jusqu'aux très jolis marmousets, mannequin-pisse qui choquèrent la population.
C'est pourquoi à partir de 1649, l'eau coula dans la gueule de poissons que les marmousets, rendus pudiques, tinrent dans leurs mains. La refonte des marmousets fut réalisée par Moratio Ferrari, maître fontainier du Roi.
En 1720 Ferrari fit tailler une nouvelle vasque. L'obélisque fut relevé sur un coussinet qui devait être en bronze, mais qui est resté simplement en briques, recouvertes en 1771 de plaques de fonte.

La fontaine de la place Rouaix

La fontaine de la place Rouaix

La fontaine de la place Rouaix fut dessinée par l'architecte Raynaud en 1828, à la demande des habitants de ladite place, qui en assurèrent le financement pour moitié.
Raynaud avait été le rival malheureux d'Urbain Vitry dans le concours organisé pour la fontaine de la Trinité érigée sur l'ancien marché aux herbes.
La fontaine de la place Rouaix, en pierres revêtues de plaques de marbre blanc, offre des lignes très simples. Elle est abritée par un toit à deux versants avec des pontons aux extrémités, ornementés dans le style antique.
Elle s'élève au milieu d'un bassin de pierre grise décorée de cannelures, l'eau s'échappant de deux têtes de lion en bronze.

La fontaine du jardin du Donjon du Capitole ou du square Charles de Gaulle située près du Syndicat d'Intiative

La fontaine du jardin du Donjon du Capitole ou du square Charles de Gaulle située près du Syndicat d'Intiative

Fontaines et jardins de Toulouse

Cette fontaine est située dans le square Charles de Gaulle ou jardin du Donjon du Capitole.

Construit au XVIe siècle, le Donjon est l'ancienne Tour des Archives ou Tour des Consistoires du temps où les Capitouls administraient la ville. Le Donjon fait partie des bâtiments qui ont survécu aux grandes percées entreprises par Haussmann au XIXème siècle.
Restaurée par Viollet-le-Duc, cette ancienne Tour des Archives possède un clocheton de style beffroi flamand (en ardoise) très atypique dans une ville où dominent la brique et des toits en tuiles doucement pentus.
Le Donjon accueille aujourd'hui l'Office du Tourisme de la ville de Toulouse.

Les autres fontaines de Toulouse :

La fontaine Ariège-Garonne,

Précédemment installée au Jardin des Plantes, la fontaine Ariège-Garonne est encastrée depuis 1982 dans un mur aveugle de la place Lafourcade, dans le quartier Saint-Michel.
Cette fontaine est l'oeuvre du sculpteur Alexandre Laporte. Le monument, haut de 8 mètres environ, large de 6 mètres représente la Garonne, " jeune femme plantureuse, héroïque et triomphante qui entoure le rocher d'où sa source s'échappe, tandis que l'Ariège, jeune fille gracile, assise à ses pieds, tenant une cruche renversée se joint à elle. Ce groupe sculpté se situe dans une niche en pierre de taille. Une première vasque reçoit l'eau de la cruche qui s'écoule ensuite dans le grand bassin ".

La fontaine Belle-Paule,

Située à l'angle des rues de la Concorde et Falguière. Clémence Isaure, alias " la belle Paule ", dame des Jeux Floraux, veille sur une colonne de marbre d'apparence cristalline sur laquelle des corps de jeunes filles sont esquissés.
Elle a été réalisée en 1910 à l'initiative du négociant toulousain Octave Sage qui, souhaitant embellir son quartier, fit appel à Laporte Blairsy.

La fontaine Boulbonne,

Située à l'angle des rues Boulbonne et Cantegril, à l'endroit où se trouvait jadis le puits des Quatre-Carrés, la fontaine Boulbonne est l'œuvre du sculpteur toulousain Labatut.

La fontaine Olivier,

Construite en 1886 sur l'emplacement de la source de Los Tres Canellos, la fontaine Olivier commémore les inondations du 23 juin 1875 qui détruisirent le quartier Saint-Cyprien et coûtèrent la vie à plus de 210 personnes.
Cette fontaine fut offerte par un mécène, M. Hippolyte Olivier et dessinée par Dargassies. Elle fut, à l'époque, dotée de bornes d'eau pour les habitants et d'un abreuvoir pour les bêtes.

La fontaine de la Trinité,

Située sur la place du même nom, la fontaine de la Trinité fut la première d'où l'on vit jaillir des gerbes ornementales.
Érigé en 1826 par Urbain Vitry, le monument se compose de trois marches circulaires en pierre de Carcassonne supportant une vasque en marbre de 5 mètres de diamètre, qui a remplacé une première vasque en pierre.
Au milieu du bassin s'élève un socle triangulaire aux pans incurvés en marbre blanc de Saint-Béat, orné de trois têtes de lions en bronze. Sur le socle sont posées trois sirènes ailées en bronze, aux corps finement modelés et aux voiles transparents. Elles dressent sur leurs ailes déployées une vasque de marbre blanc de plus de deux mètres de diamètre.
Le socle et le groupe en marbre furent taillés par Layerle-Capel.

La fontaine des puits-clos

Située sur la place du même nom, la fontaine des Puits-clos est adossée à un mur habillé de briques et chapeauté d'un fronton.Quatre colonnes corinthiennes de marbre rose provenant de l'ancien retable de l'église de la Dalbade sont posées en diagonale, donnant naissance à trois puits habillés de cuivre.
Depuis 1984, la Psyché de Pierre-Bernard Prouha, jusqu'à lors entreposée au musée des Augustins, orne le centre de cet ensemble grâce à l'ordonnancement de Bernard Calley.
L'eau de la fontaine s'écoule dans les puits par des chantepleure encastrés dans le mur.

La fontaine de la place de la Bourse,

Située sur la place de la Bourse à la jonction de la rue du même nom et de la rue Sainte-Ursule, cette petite fontaine, dite la feuille d'eau, est contemporaine et fût achevée en 1999.

La fontaine de la place des Capitouls,

Située sur la promenade des Capitouls au bas de la place Occitane, construit en 1978, ce petit plan d'eau est posé dans un quartier nouvellement aménagé. Ce bassin de forme octogonale est relié à celui de la promenade des Capitouls.

La fontaine Xavier Darasse,

Située au carrefour des rues des Arts et Antonin Mercié, contre le côté nord de l'église des Augustins à l'abri d'une niche de briques roses, cette fontaine surmontée d'un ange jouant de l'orgue portatif (copie d'une sculpture médiévale du Musée des Augustins est dédiée au musicien Xavier Darasse (organiste et compositeur né à Toulouse, 1934-1992), qui sut contribuer largement au renouvellement du patrimoine organistique de Toulouse. Elle fut terminée en 1992.

La fontaine du square Cartailhac ou fontaine Saint-Sernin,

Située dans le square Cartailhac au bout de la rue du même nom et à l'entrée de la place Saint-Sernin, cette fontaine construite en 1980, est actuellement en réfection; on l'appelle fontaine de Saint-Sernin ou Cartaillhac.

Le monument-fontaine Dupuy,

Située sur la place Dupuy, la fontaine Dupuy est la plus monumentale de Toulouse avec ses 19,20 mètres de haut; la colonne en fer fondu surmontée d'une Renommée se dresse au milieu d'un bassin en pierre de Carcassonne de 9,40 m de diamètre. La place Dupuy, située sur l'emplacement de la chapelle Saint-Sauveur et de son cimetière, prit successivement l'appellation de Dauphine puis de Riquet avant de devenir Dupuy en 1832, du nom du général toulousain (1767-1798) décédé lors de la campagne d'Egypte. La colonne érigée à sa mémoire en 1834 fut coiffée de la statue en bronze de Nicolas Bachelier représentant "Dame Tholose" qui, depuis 1550, servait de girouette à la tour des Archives (donjon du Capitole) et que Viollet-le-Duc fit descendre.
Construite entre 1829 et 1834 selon les plans d'Urbain Vitry la fontaine fut érigée pour rappeler les mérites du général Dupuy, commandant une armée sous Bonaparte.

La fontaine Evasion des allées Jean-Jaurès,

Cette fontaine contemporaine (achevée en 1987) nommée "Evasion" est située sur les allées Jean-Jaurès qui conduisent en particulier à la Médiathèque José Cabanis La sculpture d'Arthur Saura surmonte une cascade d'eau qui s'écoule sur deux niveaux avant de retomber dans un bassin.

La fontaine Goudouli du square Lafayette,

Cette fontaine est située place du président Thomas Wilson, à l'entrée Est du centre ville de Toulouse; cette place prolonge les allées Jean-Jaurès, reliant le cœur de la cité au Canal du Midi.

La fontaine du Grand Rond,

Située dans le jardin du Grand Rond (créé entre 1752 et 1754 sur les plans de l'urbaniste Louis de Mondran.

La fontaine du jardin des Plantes,

Située dans le Jardin des Plantes, cette fontaine se trouve aux pieds d'un vestige de mur romain.

La fontaine de la place Roland,

Située sur la place Roland place Roland, donnant sur le boulevard Lazarre Carnot en face de la rue du Rempart Saint-Étienne, cette fontaine est l'oeuvre du sculpteur toulousain Jules-Jacques Labatut qui s'est probablement inspiré du Laocoon. la sculpture grecque antique conservée au Vatican à Rome.

La fontaine de la place Sainte Scarbes,

Place Sainte Scarbes, 31000 Toulouse

La fontaine de la place des Tiercerettes,

Située sur la place des Tiercerettes dans le quartier Arnaud-Bernard au bout de la rue et tout près de la place du même nom, cette petite fontaine "Birebent" ne coule pas toujours mais elle est bien là; cette place est très animée surtout le soir et souvent jusqu'au petit matin.

La fontaine "Le Soir de la vie", située au rond-point des Français Libres, près du jardin de Plantes, érigée en 1910 par le sculpteur Auguste Seysses. Elle représente un homme âgé entouré de jeunes femmes, l'une portant un bouquet, l'autre une lyre.

En 1910, la ville de Toulouse demande à l'Etat l'envoi d'un marbre primé au Salon pour l'installer à l'extrémité des allées Frédéric-Mistral, en face de l'orphelinat de la Grande Allée.

"Le Soir de la vie", groupe réalisé par Auguste Seysses, est attribué à la ville par un arrêté du 16 juin 1910. A cette occasion, le rond-point est aménagé par l'architecte Paul Pujol, avec des plantations, une fontaine, un bassin et des vases. L'ensemble est entouré d'un parterre de fleurs et de grilles. Le conseil municipal approuve le projet le 20 août 1910.

La fontaine "Le Soir de la vie"

La fontaine "Le Soir de la vie"

Bonne visite !

Sources Ville de Toulouse, Office de Tourisme et Wikipédia

Lien et sources : les fontaines de Toulouse, site très complet :

http://chantal.andrieubarrault.perso.sfr.fr/fontainestlse.php

Lien site de la fontaine "Le Soir de la vie" : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/itiinv/busca/fontaine_soir.htm

Voir aussi article Le Capitole : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/05/le-capitole-hotel-de-ville-de-toulouse.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:47
Le Capitole, Hôtel de Ville de Toulouse

"Ô Toulouse" Claude Nougaro Un peu de chanson durant cet article.Cliquer sur le lien ci-desous :

La place du Capitole : cette place, d'une superficie de deux hectares est le cœur vivant de la cité.

La place du Capitole, un jour de pluie, malheueusement.

La place du Capitole, un jour de pluie, malheueusement.

La façade du Capitole, conçue par l'architecte Guillaume Cammas, date de 1750-1760.

Elle est agrémentée de statues et de huit colonnes de marbre qui symbolisent les huit Capitouls.

L'aile droite du bâtiment abrite le Théâtre du Capitole, temple du bel canto.

Le Capitole, Hôtel de Ville de ToulouseLe Capitole, Hôtel de Ville de Toulouse
Le Capitole, Hôtel de Ville de Toulouse

La croix du Languedoc : les historiens des XVIème et XVIIème siècles donnent à la croix de Toulouse une origine très ancienne. Elle représentait à l'origine une simple roue solaire à douze rayons, chacun bouleté à son extrémité, symbolisant les douze maisons du zodiaque.

La nouvelle croix d'une envergure de 18 mètres a été dessinée par Raymond Moretti.

La cour Henri IV, depuis 1607 le portail est surmonté d'une statue d'Henri IV en marbre vertLa cour Henri IV, depuis 1607 le portail est surmonté d'une statue d'Henri IV en marbre vert

La cour Henri IV, depuis 1607 le portail est surmonté d'une statue d'Henri IV en marbre vert

Le grand escalier : dans le dernier quart du XVIIIème siècle, un escalier majestueux est construit, conduisant à la salle des Illustres.

Il est remplacé en 1912 par l'escalier actuel. La décoration des murs est confiée au peintre toulousin Jean-Paul Laurens* et ses fils Pierre et Paul-Albert.

Le grand escalier du CapitoleLe grand escalier du CapitoleLe grand escalier du Capitole

Le grand escalier du Capitole

La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936

La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936

La première salle située en haut du grand escalier est décorée d'allégories sur le thème de l'amour. Son nom évoque son peintre décorateur, Paul-Jean Gervais (1859-1944).

Les oeuvres du peintre Paul-Jean Gervais et les allégories sur le thème de l'amour

Les oeuvres du peintre Paul-Jean Gervais et les allégories sur le thème de l'amour

La salle Henri-Martin :

Dix grands tableaux d'Henri Martin* 1860-1945, peintre post-impressionniste, ornent cette salle.

La salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintreLa salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintreLa salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintre

La salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintre

La salle des Illustres :

La salle des Illustres remonte au temps des capitouls* vers 1674.

Les capitouls* étaient, depuis le Moyen-Âge les habitants élus par les différents quartiers de Toulouse pour constituer le conseil municipal de la ville,le capitoulat est aboli à la Révolution Française.

La salle est dessinée au XIXème siècle par Paul Pujol. Elle accueille les cérémonies officielles et les mariages.

Œuvres de Louis Paul Gervais* dans la salle des Illustres au Capitole de Toulouse :

  • Apollon et les Arts, 1897
  • Dura lex sed lex, 1905
  • La Fontaine de jouvence, 1908
La salle des Illustres, destinée aux réceptions et aux mariagesLa salle des Illustres, destinée aux réceptions et aux mariages

La salle des Illustres, destinée aux réceptions et aux mariages

Détails de la salle des Illustres

Détails de la salle des Illustres

..."Voici le Capitole, j'y arrête mes pas


Les ténors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses


J'entends encore l'écho de la voix de papa


C'était en ce temps là mon seul chanteur de blues"...

 

Claude Nougaro

Claude Nougaro
Claude Nougaro

Sources Accueil du Capitole : Tél. : 05 61 22 21 43

Sources site Wikipédia

Office du Touriste de Toulouse :

Donjon du Capitole, square Charles de Gaulle, 31080 Toulouse.

Tél. : 08 92 18 80 08

http://www.toulouse-tourisme.com/

Les 4 fonctions des capitouls
Les 4 fonctions des capitouls

*Lien les Capitouls site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitoul

Lien Wikipédia Henri Jean-Guillaume Martin dit Henri-Martin peintre post-impressionniste toulousin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Martin_%28peintre%29

Lien Wikipédia Jean-Louis-Paul Gervais dit Paul Gervais, peintre toulousin: https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Gervais_%28peintre%29

Lien Wikipédia Jean-Paul Laurens, peintre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Laurens

Bonne visite !

Capitole : ouverture du lundi au vendredi de 8 H 30 à 18 heures, entrée libre.

Quelques capitouls de ToulouseQuelques capitouls de ToulouseQuelques capitouls de Toulouse

Quelques capitouls de Toulouse

Raymond de Puybusque, un des capitouls

Raymond de Puybusque, un des capitouls

Le Pont Neuf de Toulouse

Le Pont Neuf de Toulouse

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article