Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 12:31
Figeac, ville et pays d'art et d'histoire
Le blason de Figeac
Le blason de Figeac

Figeac, en occitan Fitsat, écrit Fijac, situé dans le Lot, appartient au réseau national des Villes et Pays d'art et d'Histoire.

Le toponyme de la ville est attesté dès le VIIe siècle :

Une anecdote prétend qu'il aurait été déformé par la suite en Figeac à partir de l'expression latine Fige acum. Elle tente aussi, par cette façon, d'expliquer l'origine des monuments appelés aiguilles. Beaucoup de pèlerins se perdaient dans les forêts aux alentours de Figeac et l'abbé aurait répondu à ceux qui le lui faisaient observer : « Fige acum », qui se traduit par : « Plantez une aiguille ». Selon la légende, un vol de colombes, dessinant une croix dans le ciel, sous les yeux de Pépin le Bref , décida de la fondation, en ces lieux, d'un monastère, en 753.

Le roi aurait dit « Fiat là ! », « qu'il [le monastère] soit fait là ! », cette expression aurait donné le nom à Figeac.

Historique de la cité :

Au IXème siècle, une abbaye est fondée dans un lieu nommé Figeac. Une ville se constitue peu à peu auprès de cet établissement religieux, ses habitants étant attiré de la liberté de l'abbaye et les libertés accordées par celle-ci.

L'essor économique de la cité s'intensifie à partir du XIIème siècle. Les  marchands de la ville développent alors des échanges réguliers avec des cités commerçantes de toute la France, avant d'étendre à partir du XIIIème siècle leur activité dans plusieurs villes et ports d'Europe et du bassin méditerrenéens. la richesse des marchands de Figeac s'explime alors dans l'architecture et le décor de leurs demeures. Celles qui sont aujourd'hui conservées rappellent que Figeac fut jusqu'à la guerre de Cent ans l'une des plus prospères du midi de la France.

La découverte de la cité par ses clefs

La découverte de la cité par ses clefs

Figeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévaleFigeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévaleFigeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévale

Figeac et son pont sur le Célé Quelques images de la cité médiévale

Figeac, ville et pays d'art et d'histoireFigeac, ville et pays d'art et d'histoireFigeac, ville et pays d'art et d'histoire
Figeac, ville et pays d'art et d'histoire
Le circuit touristique de la ville

Le circuit touristique de la ville

Des crises marquent la fin du moyen-âge et le début de l'époque moderne. La guerre de Cent ans signe la fin du commerce international et à la fin de la Renaissance, Figeac souffre profondément des guerres de Religions. Néanmoins, la ville se dote de quelques édifices reflétant les innovations architecturales de ces époques.

Notre-Dame du Puy de Figeac

Notre-Dame du Puy de Figeac

La salle capitullaire de la chapelle Notre-Dame de PitiéLa salle capitullaire de la chapelle Notre-Dame de Pitié

La salle capitullaire de la chapelle Notre-Dame de Pitié

Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune, un enfant de Figeac.

Figeac, ville et pays d'art et d'histoire

Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune est né le 23 décembre 1790 à Figeac. Il est mort à Paris le 4 mars 1832

Egyptologue français, Il fut le premier à déchiffrer les hiéroglyphes.

Il est considéré comme le père de l'égyptologie.

Place des Ecritures et la Pierre de Rosette géante

Place des Ecritures et la Pierre de Rosette géante

Figeac, ville et pays d'art et d'histoire
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale
Quelques images de la cité médiévale

Quelques images de la cité médiévale

Sur la route de Saint-Jacques de Compostelle :

C’est une histoire qui remonte au Moyen-Âge. Elle débute avec la découverte miraculeuse d’un tombeau en Galice vers l’an 800. Vous marcherez sur les traces de l’apôtre Jacques qui avait pour mission de prêcher la parole du Christ en Occident. Lors de son retour à Jérusalem il est décapité. Sa dépouille est portée dans une embarcation et la légende raconte que guidée par un ange, elle s’échoue sur les côtes de Galice.

C’est en pleine période de croisade que Saint-Jacques-de-Compostelle devient une ville Sainte du même ordre que Jérusalem et Rome.

Aujourd’hui le Chemin garde son côté mystérieux. Il est de plus en plus fréquenté, il est aussi un moyen original de parcourir l’une des plus belle région de France.

Sources documentaires et renseignements : Office de Tourisme de Figeac, Hôtel de la Monnaie :

Place Vival 46100 Figeac Tél. : 05 65 34 06 25 Fax : 05 65 50 04 58

Site : http://www.tourisme-figeac.com

Courriel lien : info@tourisme-figeac.com

Service du Patrimoine : Hôtel de Ville 5, rue de Colomb BP 205 Tél. : 05 65 50 05 40 Fax : 05 65 50 02 33

Site :http://www.ville-figeac.fr

Courriel : service.patrimoine@ville-figeac.fr

Lien site Wikipédia Figeac : https://fr.wikipedia.org/wiki/Figeac

Lien Wikipédia Jean-François Champollion : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Champollion

Bonne visite !

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 10:57
Saint-Cirq-Lapopie, un des beaux villages de France

Un village médiéval classé

Le blason de la ville
Le blason de la ville

Le bourg médiéval de Saint-Cirq-Lapopie, en occitan Sent Circ de la Pòpia, situé dans le département du Lot, compte 13 monuments historiques est l’un des plus beaux villages de France. Accroché sur une falaise à 100 mètres au-dessus du Lot, Saint-Cirq Lapopie constitue l’un des sites majeurs de la vallée du Lot.

Chef-lieu de l’une des trois vicomtés du Quercy, Saint-Cirq Lapopie fut partagé au Moyen Âge entre plusieurs dynasties féodales dont les familles dominantes de Lapopie, de Gourdon et de Cardaillac. De ce fait, plusieurs châteaux et maisons fortes constituaient le fort seigneurial et dominaient le village.

Saint-Cirq-Lapopie est une commune française, située dans le département du Lot dans la région Midi-Pyrénées en Quercy.
Elle est située au cœur du Parc naturel régional des Causses du Quercy, à 30 km à l'est de Cahors et à 130 km au nord de Toulouse.
Village médiéval, un des plus beaux villages de France, surplombe le Lot.
Saint-Cirq-Lapopie, est un des lieux les plus visité du Lot, village-musée presque entièrement c
lassé et bien connu des artistes.

Vue des toits de tuiles plates du château

Vue des toits de tuiles plates du château

En contrebas du fort, les rues du village, fermées par des portes fortifiées, ont conservé de nombreuses maisons anciennes dont les façades en pierre ou à pans de bois ont été construites entre le XIIIe et le XVIe siècle. Étroites, elles sont caractérisées par leurs toits de tuiles plates, à fortes pentes.

Les ruelles étroites du bourg

Les ruelles étroites du bourg

Quelques vues du bourgQuelques vues du bourgQuelques vues du bourg
Quelques vues du bourgQuelques vues du bourgQuelques vues du bourg
Quelques vues du bourgQuelques vues du bourgQuelques vues du bourg

Quelques vues du bourg

Sainte-Julitte et Saint-Cirq, son fils. Deux martyres.
Sainte-Julitte et Saint-Cirq, son fils. Deux martyres.

L'église Saint-Cirq-Lapopie dédiée à Saint-Cyr (origine du "Cirq" de Saint-Cirq-Lapopie) et Sainte Julitte, sa mère. Il fut le martyr le plus jeune de la chrétienté (3 ans environ). C'est Saint Amadour qui en ramènera les reliques en France. L'église gothique qui fut édifiée à partir de 1522 a englobé l'ancienne église paroissiale romane. Celle-ci conserve les vestiges de son décor sculpté à feuille d'acanthe du XIIème siècle, ainsi que des fragments de peinture murales du XIIIème. Une des chapelles latérales de l'église est consacrée à Sainte Catherine, patronne des tourneurs sur bois. Près du portail, au pied du clocher fortifié, est conservée l'une des mesures de pierre qui règlementait la vente des grains sur le marché. Au revers de l'église, terrasses et point de vue sur la vallée.

Au pied du rocher de Lapopie, moulins, barrages, ports, écluses et chemin de halage évoquent les périodes de gloire d’une activité batelière qui fut florissante.

La vallée du Lot vu du rocherLa vallée du Lot vu du rocherLa vallée du Lot vu du rocher

La vallée du Lot vu du rocher

Un peu d'histoire :

Croisades contre les Albigeois et guerres de religions :

Trois familles se partagèrent la seigneurie. Cette triple seigneurie ne fut pas sans poser quelques problèmes, lors de la croisade contre les Albigeois :

Les Cardaillac se rallièrent au comte de Toulouse,

Tandis que les La Popie et les Gourdon s'allièrent à Simon IV de Montfort, comte de Toulouse et figure principale des adversaires des Albigeois (1164 à 1175 - 1218)

En 1251, un des seigneurs, Bernard de Castelnau, fut condamné par l'inquisition à la prison perpétuelle pour avoir favorisé les hérétiques.

Pendant la guerre de Cent Ans, Hugues IV de Cardaillac se rangea dans le camp français. Il fut un grand technicien de l'artillerie.

En 1471, Louis XI fit démanteler le château de Raymond de Cardaillac qui avait pris parti contre lui en soutenant le duc de Berry dans la guerre du bien public. Le château fut reconstruit sous le règne de Charles VIII, qui accorda de grandes faveurs à Raymond de Cardaillac, en dédommagement des préjudices causés sous le règne de Louis XI.

La division entre seigneuries se reproduisit à l'époque des guerres de religion : un Cardaillac devint le chef des protestants du Languedoc, tandis qu'un Saint-Sulpice restait catholique.

Amis cependant, ils s'entendirent pour interdire toute violence dans leur cité commune, mais en 1580, rompant la trêve, les huguenots s'emparèrent du château d'en haut, qu'Henri de Navarre fit démolir.

Saint-Cirq, le plus jeune des martyrs chrétiens :

Saint-Cirq-Lapopie, un des beaux villages de France

Saint-Circq, ou Kérinos : sa fin tragique à l'âge de 5 ans : en l'an 305, Kérinos (Saint-Cirq) et sa mère Julitte (Sainte), tous deux chrétiens originaire d'Icônium (Konya en Turquie), sont faits prisonniers à Tarse par le gouverneur Alexandre lors de la persécution de Dioclétien.Or pendant que l'on torturait sa mère pour qu'elle renie sa foi,Cyrq, du haut de ses cinq ans, criait dans le palais : "Moi aussi, je suis chrétien !, moi aussi je suis chrétien !"

Fou de rage, le juge le saisit et lui brisa la tête contre les marches du tribunal. Il mourrut ainsi avant sa mère. Saint-Cyr est le plus jeune martyr de l'antiquité chrétienne. Il en est un des plus célèbres.

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-cirq-lapopie-0

Sur la route de Saint-Jacques de Compostelle :

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, on vient de Cabrerets par un court détour sur la variante de la vallée du Célé ; en aval de ce village en effet, les jacquets qui avaient emprunté la vallée du Lot rencontraient à rebours ceux qui avait choisi la vallée du Célé.

Saint-Cirq-Lapopie, un des beaux villages de France

Lien Saint-Cirq-Lapopie : http://www.saint-cirqlapopie.com

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-cirq-lapopie-0

Lien Wikipédia Saint-Cirq-Lapopie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Cirq-Lapopie

Beaux villages de France : lien Saint-Cirq-Lapopie http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/saint-cirq-lapopie-0

Saint-Cirq-Lapopie, élu village préféré des Français sur France 2 le 27 juin 2012

http://www.ladepeche.fr/article/2012/06/27/1388328-saint-cirq-lapopie-elu-village-prefere-des-francais-sur-france-2.html

Carnets de balades, lien :http://www.carnets-de-balades.com/saint_cirq_lapopie.html

Voir aussi Les beaux villages de France 2012 article du blog : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-les-beaux-villages-de-france-107510776.html

Bonne visite !

Office du Tourisme de Saint-Cirq-Lapopie : lien

http://www.saint-cirqlapopie.com/

Où se situe le village de Saint-Cirq-Lapopie ?

Où se situe le village de Saint-Cirq-Lapopie ?

Repost 0
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 04:49
Fontaines et jardins de Toulouse

Les fontaines et jardins de Toulouse :

Élément d'ornement, la fontaine peut avoir une fonction sanitaire : place Saint-Georges le visiteur tombera nez à nez avec une fontaine de type Wallace du nom d'un lord anglais qui avait offert aux villes de Paris et .... Toulouse une cinquantaine de fontaines. Afin de lutter contre l'alcoolisme ambiant : la présence de petits crochets autour de la fontaine et qui accueillaient des gobelets métalliques afin de boire l'eau en atteste.

Des pierres tombales pour construire la plus ancienne des fontaines

Fontaine Wallace du Jardin des Plantes

Fontaine Wallace du Jardin des Plantes

Si les fontaines ont fleuri essentiellement au 18ème et au 19ème siècle à Toulouse, quand l'eau "courante" a été généralisée grâce à la construction du château d'eau dans le quartier Saint Cyprien, la première fontaine a vu le jour au 16ème siècle sur la place Saint-Étienne : toujours présente à deux pas de l'actuelle Préfecture, les plus fins observateurs remarqueront que la base de la fontaine a été bâtie avec des pierres funéraires sur lesquelles ont été gravées ensuite les armoiries de certains Capitouls de la ville.

Si les fontaines servaient la plupart du temps à abreuver les animaux et à permettre aux habitants de se ravitailler en eau, certaines fontaines ont été édifiées afin de combler certains manques en matière d'urbanisme: les fontaines de la place des Puits Clos ou celle rue Boulbonne remplacent des immeubles considérés comme vétustes. C'est ainsi que Toulouse voit son patrimoine enrichi de plusieurs dizaines de fontaines à travers la ville, chouchoutées par six agents municipaux à plein temps.

La fontaine Saint-Etienne

La fontaine Saint-Etienne

La vasque de la fontaine
La vasque de la fontaine

Située place Saint-Étienne, il s'agit de la plus ancienne fontaine conservée dans Toulouse. Le premier élément fut la vasque en marbre provenant de la prévôté, qui fut construite en 1584 selon les plans de l'architecte Jean Rancy.
A cette époque, la fontaine recevait les eaux de Guilheméry, prélevées dans l'actuel parc du Caousou. L'eau arrivait par un aqueduc jusqu'à la place où s'élevaient également un pilori qui permettait d'exposer les voleurs, une estrapade pour supplicier les condamnés et un échafaud pour les abjurations publiques.
L'eau se déversait dans un bassin en forme octogonale, en marbre de Saint-Béat, par la bouche de 4 mascarons (têtes ou masques de fantaisie).
Située en contrebas de la place, la fontaine est entourée d'une pente de trois marches, halte possible pour les promenades. Cette dépression permettait également aux femmes venant puiser de l'eau d'être à l'abri des charrettes.
La décoration actuelle de la fontaine date de 1593. Antoine Bachelier érigea au milieu de la vasque un piédestal avec quatre niches abritant des marmousets de bronze d'où l'eau s'échappe. Au dessus, l'on trouve quatre boules de bronze sur lesquelles se dresse un obélisque en marbre rouge et blanc de Sarrancolin. Les marmousets furent fondus par Pierre Chevenet.
Cette élégante fontaine Renaissance causa bien des soucis à la ville, avec son mauvais fonctionnement (la fontaine se tarissait l'été), mais aussi la chute de l'obélisque et jusqu'aux très jolis marmousets, mannequin-pisse qui choquèrent la population.
C'est pourquoi à partir de 1649, l'eau coula dans la gueule de poissons que les marmousets, rendus pudiques, tinrent dans leurs mains. La refonte des marmousets fut réalisée par Moratio Ferrari, maître fontainier du Roi.
En 1720 Ferrari fit tailler une nouvelle vasque. L'obélisque fut relevé sur un coussinet qui devait être en bronze, mais qui est resté simplement en briques, recouvertes en 1771 de plaques de fonte.

La fontaine de la place Rouaix

La fontaine de la place Rouaix

La fontaine de la place Rouaix fut dessinée par l'architecte Raynaud en 1828, à la demande des habitants de ladite place, qui en assurèrent le financement pour moitié.
Raynaud avait été le rival malheureux d'Urbain Vitry dans le concours organisé pour la fontaine de la Trinité érigée sur l'ancien marché aux herbes.
La fontaine de la place Rouaix, en pierres revêtues de plaques de marbre blanc, offre des lignes très simples. Elle est abritée par un toit à deux versants avec des pontons aux extrémités, ornementés dans le style antique.
Elle s'élève au milieu d'un bassin de pierre grise décorée de cannelures, l'eau s'échappant de deux têtes de lion en bronze.

La fontaine du jardin du Donjon du Capitole ou du square Charles de Gaulle située près du Syndicat d'Intiative

La fontaine du jardin du Donjon du Capitole ou du square Charles de Gaulle située près du Syndicat d'Intiative

Fontaines et jardins de Toulouse

Cette fontaine est située dans le square Charles de Gaulle ou jardin du Donjon du Capitole.

Construit au XVIe siècle, le Donjon est l'ancienne Tour des Archives ou Tour des Consistoires du temps où les Capitouls administraient la ville. Le Donjon fait partie des bâtiments qui ont survécu aux grandes percées entreprises par Haussmann au XIXème siècle.
Restaurée par Viollet-le-Duc, cette ancienne Tour des Archives possède un clocheton de style beffroi flamand (en ardoise) très atypique dans une ville où dominent la brique et des toits en tuiles doucement pentus.
Le Donjon accueille aujourd'hui l'Office du Tourisme de la ville de Toulouse.

Les autres fontaines de Toulouse :

La fontaine Ariège-Garonne,

Précédemment installée au Jardin des Plantes, la fontaine Ariège-Garonne est encastrée depuis 1982 dans un mur aveugle de la place Lafourcade, dans le quartier Saint-Michel.
Cette fontaine est l'oeuvre du sculpteur Alexandre Laporte. Le monument, haut de 8 mètres environ, large de 6 mètres représente la Garonne, " jeune femme plantureuse, héroïque et triomphante qui entoure le rocher d'où sa source s'échappe, tandis que l'Ariège, jeune fille gracile, assise à ses pieds, tenant une cruche renversée se joint à elle. Ce groupe sculpté se situe dans une niche en pierre de taille. Une première vasque reçoit l'eau de la cruche qui s'écoule ensuite dans le grand bassin ".

La fontaine Belle-Paule,

Située à l'angle des rues de la Concorde et Falguière. Clémence Isaure, alias " la belle Paule ", dame des Jeux Floraux, veille sur une colonne de marbre d'apparence cristalline sur laquelle des corps de jeunes filles sont esquissés.
Elle a été réalisée en 1910 à l'initiative du négociant toulousain Octave Sage qui, souhaitant embellir son quartier, fit appel à Laporte Blairsy.

La fontaine Boulbonne,

Située à l'angle des rues Boulbonne et Cantegril, à l'endroit où se trouvait jadis le puits des Quatre-Carrés, la fontaine Boulbonne est l'œuvre du sculpteur toulousain Labatut.

La fontaine Olivier,

Construite en 1886 sur l'emplacement de la source de Los Tres Canellos, la fontaine Olivier commémore les inondations du 23 juin 1875 qui détruisirent le quartier Saint-Cyprien et coûtèrent la vie à plus de 210 personnes.
Cette fontaine fut offerte par un mécène, M. Hippolyte Olivier et dessinée par Dargassies. Elle fut, à l'époque, dotée de bornes d'eau pour les habitants et d'un abreuvoir pour les bêtes.

La fontaine de la Trinité,

Située sur la place du même nom, la fontaine de la Trinité fut la première d'où l'on vit jaillir des gerbes ornementales.
Érigé en 1826 par Urbain Vitry, le monument se compose de trois marches circulaires en pierre de Carcassonne supportant une vasque en marbre de 5 mètres de diamètre, qui a remplacé une première vasque en pierre.
Au milieu du bassin s'élève un socle triangulaire aux pans incurvés en marbre blanc de Saint-Béat, orné de trois têtes de lions en bronze. Sur le socle sont posées trois sirènes ailées en bronze, aux corps finement modelés et aux voiles transparents. Elles dressent sur leurs ailes déployées une vasque de marbre blanc de plus de deux mètres de diamètre.
Le socle et le groupe en marbre furent taillés par Layerle-Capel.

La fontaine des puits-clos

Située sur la place du même nom, la fontaine des Puits-clos est adossée à un mur habillé de briques et chapeauté d'un fronton.Quatre colonnes corinthiennes de marbre rose provenant de l'ancien retable de l'église de la Dalbade sont posées en diagonale, donnant naissance à trois puits habillés de cuivre.
Depuis 1984, la Psyché de Pierre-Bernard Prouha, jusqu'à lors entreposée au musée des Augustins, orne le centre de cet ensemble grâce à l'ordonnancement de Bernard Calley.
L'eau de la fontaine s'écoule dans les puits par des chantepleure encastrés dans le mur.

La fontaine de la place de la Bourse,

Située sur la place de la Bourse à la jonction de la rue du même nom et de la rue Sainte-Ursule, cette petite fontaine, dite la feuille d'eau, est contemporaine et fût achevée en 1999.

La fontaine de la place des Capitouls,

Située sur la promenade des Capitouls au bas de la place Occitane, construit en 1978, ce petit plan d'eau est posé dans un quartier nouvellement aménagé. Ce bassin de forme octogonale est relié à celui de la promenade des Capitouls.

La fontaine Xavier Darasse,

Située au carrefour des rues des Arts et Antonin Mercié, contre le côté nord de l'église des Augustins à l'abri d'une niche de briques roses, cette fontaine surmontée d'un ange jouant de l'orgue portatif (copie d'une sculpture médiévale du Musée des Augustins est dédiée au musicien Xavier Darasse (organiste et compositeur né à Toulouse, 1934-1992), qui sut contribuer largement au renouvellement du patrimoine organistique de Toulouse. Elle fut terminée en 1992.

La fontaine du square Cartailhac ou fontaine Saint-Sernin,

Située dans le square Cartailhac au bout de la rue du même nom et à l'entrée de la place Saint-Sernin, cette fontaine construite en 1980, est actuellement en réfection; on l'appelle fontaine de Saint-Sernin ou Cartaillhac.

Le monument-fontaine Dupuy,

Située sur la place Dupuy, la fontaine Dupuy est la plus monumentale de Toulouse avec ses 19,20 mètres de haut; la colonne en fer fondu surmontée d'une Renommée se dresse au milieu d'un bassin en pierre de Carcassonne de 9,40 m de diamètre. La place Dupuy, située sur l'emplacement de la chapelle Saint-Sauveur et de son cimetière, prit successivement l'appellation de Dauphine puis de Riquet avant de devenir Dupuy en 1832, du nom du général toulousain (1767-1798) décédé lors de la campagne d'Egypte. La colonne érigée à sa mémoire en 1834 fut coiffée de la statue en bronze de Nicolas Bachelier représentant "Dame Tholose" qui, depuis 1550, servait de girouette à la tour des Archives (donjon du Capitole) et que Viollet-le-Duc fit descendre.
Construite entre 1829 et 1834 selon les plans d'Urbain Vitry la fontaine fut érigée pour rappeler les mérites du général Dupuy, commandant une armée sous Bonaparte.

La fontaine Evasion des allées Jean-Jaurès,

Cette fontaine contemporaine (achevée en 1987) nommée "Evasion" est située sur les allées Jean-Jaurès qui conduisent en particulier à la Médiathèque José Cabanis La sculpture d'Arthur Saura surmonte une cascade d'eau qui s'écoule sur deux niveaux avant de retomber dans un bassin.

La fontaine Goudouli du square Lafayette,

Cette fontaine est située place du président Thomas Wilson, à l'entrée Est du centre ville de Toulouse; cette place prolonge les allées Jean-Jaurès, reliant le cœur de la cité au Canal du Midi.

La fontaine du Grand Rond,

Située dans le jardin du Grand Rond (créé entre 1752 et 1754 sur les plans de l'urbaniste Louis de Mondran.

La fontaine du jardin des Plantes,

Située dans le Jardin des Plantes, cette fontaine se trouve aux pieds d'un vestige de mur romain.

La fontaine de la place Roland,

Située sur la place Roland place Roland, donnant sur le boulevard Lazarre Carnot en face de la rue du Rempart Saint-Étienne, cette fontaine est l'oeuvre du sculpteur toulousain Jules-Jacques Labatut qui s'est probablement inspiré du Laocoon. la sculpture grecque antique conservée au Vatican à Rome.

La fontaine de la place Sainte Scarbes,

Place Sainte Scarbes, 31000 Toulouse

La fontaine de la place des Tiercerettes,

Située sur la place des Tiercerettes dans le quartier Arnaud-Bernard au bout de la rue et tout près de la place du même nom, cette petite fontaine "Birebent" ne coule pas toujours mais elle est bien là; cette place est très animée surtout le soir et souvent jusqu'au petit matin.

La fontaine "Le Soir de la vie", située au rond-point des Français Libres, près du jardin de Plantes, érigée en 1910 par le sculpteur Auguste Seysses. Elle représente un homme âgé entouré de jeunes femmes, l'une portant un bouquet, l'autre une lyre.

En 1910, la ville de Toulouse demande à l'Etat l'envoi d'un marbre primé au Salon pour l'installer à l'extrémité des allées Frédéric-Mistral, en face de l'orphelinat de la Grande Allée.

"Le Soir de la vie", groupe réalisé par Auguste Seysses, est attribué à la ville par un arrêté du 16 juin 1910. A cette occasion, le rond-point est aménagé par l'architecte Paul Pujol, avec des plantations, une fontaine, un bassin et des vases. L'ensemble est entouré d'un parterre de fleurs et de grilles. Le conseil municipal approuve le projet le 20 août 1910.

La fontaine "Le Soir de la vie"

La fontaine "Le Soir de la vie"

Bonne visite !

Sources Ville de Toulouse, Office de Tourisme et Wikipédia

Lien et sources : les fontaines de Toulouse, site très complet :

http://chantal.andrieubarrault.perso.sfr.fr/fontainestlse.php

Lien site de la fontaine "Le Soir de la vie" : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/itiinv/busca/fontaine_soir.htm

Voir aussi article Le Capitole : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2016/05/le-capitole-hotel-de-ville-de-toulouse.html

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:47
Le Capitole, Hôtel de Ville de Toulouse

"Ô Toulouse" Claude Nougaro Un peu de chanson durant cet article.Cliquer sur le lien ci-desous :

La place du Capitole : cette place, d'une superficie de deux hectares est le cœur vivant de la cité.

La place du Capitole, un jour de pluie, malheueusement.

La place du Capitole, un jour de pluie, malheueusement.

La façade du Capitole, conçue par l'architecte Guillaume Cammas, date de 1750-1760.

Elle est agrémentée de statues et de huit colonnes de marbre qui symbolisent les huit Capitouls.

L'aile droite du bâtiment abrite le Théâtre du Capitole, temple du bel canto.

Le Capitole, Hôtel de Ville de ToulouseLe Capitole, Hôtel de Ville de Toulouse
Le Capitole, Hôtel de Ville de Toulouse

La croix du Languedoc : les historiens des XVIème et XVIIème siècles donnent à la croix de Toulouse une origine très ancienne. Elle représentait à l'origine une simple roue solaire à douze rayons, chacun bouleté à son extrémité, symbolisant les douze maisons du zodiaque.

La nouvelle croix d'une envergure de 18 mètres a été dessinée par Raymond Moretti.

La cour Henri IV, depuis 1607 le portail est surmonté d'une statue d'Henri IV en marbre vertLa cour Henri IV, depuis 1607 le portail est surmonté d'une statue d'Henri IV en marbre vert

La cour Henri IV, depuis 1607 le portail est surmonté d'une statue d'Henri IV en marbre vert

Le grand escalier : dans le dernier quart du XVIIIème siècle, un escalier majestueux est construit, conduisant à la salle des Illustres.

Il est remplacé en 1912 par l'escalier actuel. La décoration des murs est confiée au peintre toulousin Jean-Paul Laurens* et ses fils Pierre et Paul-Albert.

Le grand escalier du CapitoleLe grand escalier du CapitoleLe grand escalier du Capitole

Le grand escalier du Capitole

La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936

La salle Gervais, ancienne salle de mariage, décorée par le peintre Paul-Jean Gervais 1859-1936

La première salle située en haut du grand escalier est décorée d'allégories sur le thème de l'amour. Son nom évoque son peintre décorateur, Paul-Jean Gervais (1859-1944).

Les oeuvres du peintre Paul-Jean Gervais et les allégories sur le thème de l'amour

Les oeuvres du peintre Paul-Jean Gervais et les allégories sur le thème de l'amour

La salle Henri-Martin :

Dix grands tableaux d'Henri Martin* 1860-1945, peintre post-impressionniste, ornent cette salle.

La salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintreLa salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintreLa salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintre

La salle Henri-Martin, décorée par les grandes oeuvres du peintre

La salle des Illustres :

La salle des Illustres remonte au temps des capitouls* vers 1674.

Les capitouls* étaient, depuis le Moyen-Âge les habitants élus par les différents quartiers de Toulouse pour constituer le conseil municipal de la ville,le capitoulat est aboli à la Révolution Française.

La salle est dessinée au XIXème siècle par Paul Pujol. Elle accueille les cérémonies officielles et les mariages.

Œuvres de Louis Paul Gervais* dans la salle des Illustres au Capitole de Toulouse :

  • Apollon et les Arts, 1897
  • Dura lex sed lex, 1905
  • La Fontaine de jouvence, 1908
La salle des Illustres, destinée aux réceptions et aux mariagesLa salle des Illustres, destinée aux réceptions et aux mariages

La salle des Illustres, destinée aux réceptions et aux mariages

Détails de la salle des Illustres

Détails de la salle des Illustres

..."Voici le Capitole, j'y arrête mes pas


Les ténors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses


J'entends encore l'écho de la voix de papa


C'était en ce temps là mon seul chanteur de blues"...

 

Claude Nougaro

Claude Nougaro
Claude Nougaro

Sources Accueil du Capitole : Tél. : 05 61 22 21 43

Sources site Wikipédia

Office du Touriste de Toulouse :

Donjon du Capitole, square Charles de Gaulle, 31080 Toulouse.

Tél. : 08 92 18 80 08

http://www.toulouse-tourisme.com/

Les 4 fonctions des capitouls
Les 4 fonctions des capitouls

*Lien les Capitouls site Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitoul

Lien Wikipédia Henri Jean-Guillaume Martin dit Henri-Martin peintre post-impressionniste toulousin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Martin_%28peintre%29

Lien Wikipédia Jean-Louis-Paul Gervais dit Paul Gervais, peintre toulousin: https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Gervais_%28peintre%29

Lien Wikipédia Jean-Paul Laurens, peintre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Laurens

Bonne visite !

Capitole : ouverture du lundi au vendredi de 8 H 30 à 18 heures, entrée libre.

Quelques capitouls de ToulouseQuelques capitouls de ToulouseQuelques capitouls de Toulouse

Quelques capitouls de Toulouse

Raymond de Puybusque, un des capitouls

Raymond de Puybusque, un des capitouls

Le Pont Neuf de Toulouse

Le Pont Neuf de Toulouse

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 06:18

 

***

Le château de Villette

 

***********

Une oeuvre de François Mansart et son neveu Jules Hardoin-Mansart

Le château de Villette à Condécourt, Val d'Oise

Le château est classé monument historique depuis le 28 mai 1942 ; les bâtiments annexes, la chapelle et la grille d'entrée ont été inscrits par arrêté du 15 juin 1939. Ce petit château est construit entre1662 et 1669 sur les plans de François Mansart (1598-1666) , dont le neveu Jules Hardouin-Mansart (1646-1708 reprend la direction des travaux après la mort de son oncle en 1666. L'architecte de Louis XIV a alors 23 ans.

Le commanditaire est Jean Dyel, comte d'Aufflay, premier président de la cour des aydes de Normandie et ambassadeur de Louis XIV à Venise. Il fut nommé conseiller d'Etat ordinaire au Conseil du Roi.

La façade donnant sur la cour d'honneur comporte deux niveaux et sept travées. Un corps central légèrement saillant et surmonté d'un fronton triangulaire garni d'un bas relief est flanqué par deux pavillons. Les trois éléments du château sont couverts d'un toit indépendant couvert d'ardoise. Il s'agit de toits à deux croupes à la Mansart, mais de faible hauteur et sans combles aménagés. La façade est structuré horizontalement par un bandeau et verticalement par des chaînages aux angles du corps central et des pavillons. Les murs sont couverts d'un enduit ocre. La cour d'honneur est flanquée de deux bâtiments dissemblables mais globalement de mêmes proportions, prenant du recul par rapport au château et reliés à ce dernier par des murs-écran. - Le marquis de Condorcet et Sophie de Grouchy fille du propriétaire et soeur du futur maréchal d'Empire, se sont mariés au château de Villette en présence du marquis de La Fayette, témoin du mariage.

Le château de Villette est devenu une propriété privée. Il a été racheté par une riche californienne Olivia Hsu Decker en 1999 qui le loue à la soirée ou à la semaine..

Le château de Villette et son entrée sud-est

Le château de Villette et son entrée sud-est

Le château de Villette à Condécourt, Val d'OiseLe château de Villette à Condécourt, Val d'OiseLe château de Villette à Condécourt, Val d'Oise

Le cinéma et le château de Villette :

Dans le film « Tintin et le Mystère de la Toison d'or » tournée en 1961, le château est utilisé pour représenter le château de Moulinsart du capitaine Haddock. Il apparaît aussi dans le film « Da Vinci Code », sorti en 2006 : il est la propriété de sir Leigh Teabing.

Dans le film « Pièce montée », tourné en 2009, il sert de décor au repas et à la soirée de mariage.

La vue sud-ouest du château et son étang Un des sphinx ouestLa vue sud-ouest du château et son étang Un des sphinx ouest

La vue sud-ouest du château et son étang Un des sphinx ouest

Le chateau le soir et en vue aérienneLe chateau le soir et en vue aérienne

Le chateau le soir et en vue aérienne

Sources Site Wikipédia et lien :

Le château de Villette à Condécourt : lien https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Villette_%28Cond%C3%A9court%29

http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-val-oise-chateau-a-condecourt-chateau-villette.html

François Mansart, l'architecte du château de Maisons, lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Mansart

Jules Hardoin-Mansart, lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Hardouin-Mansart

Adresse : Château de Villette

Route de la Maison Blanche, 95450 Condécourt Tél. : 06 81 66 77 62

Se rendre au château de VilletteSe rendre au château de Villette

Se rendre au château de Villette

Aquarelle sur motif d'octobre 2011

Aquarelle sur motif d'octobre 2011

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 18:08

 

 

Le château de Médan :

Le château de Médan, vues extérieures et la façade côté jardinsLe château de Médan, vues extérieures et la façade côté jardinsLe château de Médan, vues extérieures et la façade côté jardins

Le château de Médan, vues extérieures et la façade côté jardins

La Route des Maisons d'Ecrivains. Le château de Médan et la Maison Zola

Un peu d'histoire du château :

La structure d'origine du château, qui remonte au IXe siècle, a servi de base à la construction d'un pavillon de chasse à la fin du XVe siècle, transformé au XVIe siècle en château.

Les différents propriétaires du château :

- premier propriétaire des terres à Magedon : l'abbaye de St Germain des Prés, puis au XIème siècle, construction d'un manoir en bois et en 1494 construction du pavillon de chasse sur l'ordre d'Henri Perdrier.

- sa fille, Pernelle épouse Jehan Brinon. Ce couple aura un fils unique, Jehan Brinon II

passionné de littérature, mécène de Pierre de Ronsard, invitera à Médan le groupe de la Pléiade.

- Henri IV est invité à chasser à Médan deux fois,

- Jean Bourdin, secrétaire d'état, fait construire l'ensemble des communs et reconstruire l'église.

- Les Gilbert de Voisins, avant 1750, font ajouter une aile perpendiculaire au manoir, transformant celui-ci en château; celle-ci subira un incendie en 1871, mais sera restaurée par le baron de Dalmas.

Maurice Maeterlinck, écrivain belge francophone, poète, dramaturge et essayiste, Prix Nobel de littérature en 1911, habite le château à partir de 1924. Il y écrit "La Vie des Termites", "L'Araignée de verre" qui parait en 1932 et fait jouer "L'Oiseau bleu", pièce de théâtre créée au Théâtre d'Art de Moscou en 1908. Cette pièce de Maurice Maeterlinck a donné à l'auteur une renommée internationale.

En 1949, son épouse abandonne le château endommagé par un incendie en 1956, puis laissé à l'abandon.

la Comtesse Renée Maeterlinck fait donation du château à Henry Smadja en 1962 qui y installe ses rotatives en 1966.

Vendu aux enchères en 1977, dans un état d'abandon, il est racheté et restauré par ses propriétaires actuels qui y demeurent. Il est ouvert aux visites sur rendez-vous.

Paul Cézanne a peint trois tableaux du château de Médan, un quatrième de la campagne médanaise et réalisé de nombreux dessins.

La Route des Maisons d'Ecrivains. Le château de Médan et la Maison Zola

Maurice Maeterlinck et sa vie :

C'est en août 1890 qu'il devient célèbre, du jour au lendemain, grâce à un retentissant article d'Octave Mirbeau sur "La Princesse Maleine" dans Le Figaro.

En 1895, il rencontre la cantatrice Georgette Leblanc, sœur de Maurice Leblanc, avec laquelle il tient, vers 1897, un salon parisien fort couru dans la Villa Dupont; on y croise, entre autres, Oscar Wilde, Paul Fort, Stéphane Mallarmé, Camille Saint-Saëns, Anatole France, Auguste Rodin. En 1902, il écrit "Monna Vanna", où joue Georgette Leblanc. Il vit avec elle jusqu'en 1918, avant d'épouser, l'année suivante, la jeune actrice Renée Dahon, rencontrée en 1911.

Maurice Maeterlinck conçoit lui-même son propre palais, Orlamonde, une somptueuse résidence bâtie au Cap de Nice dans laquelle il vit avec son épouse.

En 1921, il signe un manifeste contre la "flamandisation" de l’Université de Gand, jusqu’alors francophone.

En 1939, il gagne les États-Unis durant de la Seconde Guerre mondiale. De retour à Nice en 1947, il publie un an plus tard "Bulles bleues" où il évoque les souvenirs de son enfance. Maeterlinck meurt le 5 mai 1949, à 23 heures, à son domicile, la villa Orlamonde, située au 200 boulevard Carnot, Nice.

Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château
Images exterieures du château

Images exterieures du château

Paul Cézanne à Médan :

Cézanne à Médan, ses deux peintures à l'huile (Museum de Glasgow, collection Burell et collection privée) et son aquarelle au centre (Kuntzhaus, Zurich)Cézanne à Médan, ses deux peintures à l'huile (Museum de Glasgow, collection Burell et collection privée) et son aquarelle au centre (Kuntzhaus, Zurich)Cézanne à Médan, ses deux peintures à l'huile (Museum de Glasgow, collection Burell et collection privée) et son aquarelle au centre (Kuntzhaus, Zurich)

Cézanne à Médan, ses deux peintures à l'huile (Museum de Glasgow, collection Burell et collection privée) et son aquarelle au centre (Kuntzhaus, Zurich)

Paul Cézanne fera de nombreux séjours chez Emile Zola entre 1879 et 1885.

Il peindra : "le château de Médan " en 1879 (aquarelle sur papier), " le château de Médan" en 1880 (huile sur toile), "Bords d'un fleuve" en 1882 (aquarelle sur papier), "Campagne et coteau près de Médan" (huile sur toile), "Médan, château et village" en 1885 (huile sur toile).

"La campagne est vraiment étonnante. Il semble qu'il y a plus de silence; voici des sensations que je ne peux exprimer, il faut mieux les ressentir"

 

Visite du 24 avril 2016. Merci aux propriétaires de cette visite passionnante :

Adresse du château : rue Pierre Curie, 78670 Medan.

Visite commentée sur réservation : 12 personnes au minimum,

Téléphone : 01 39 75 86 59 - Courriel : chateaudemedan@gmail.com

Sources : Wikipédia Le château de Médan : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_M%C3%A9dan

Maurice Polydore Marie Bernard Maeterlinck (Gand, Belgique 1862- Nice, France 1949) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Maeterlinck

Biographie Maurice Maeterlinck : http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-maurice_maeterlinck-7591.php

La maison Emile Zola :

A voir aussi à Médan : à quelques centaines de mètres du château :

La maison Emile Zola actuelle    Une photographie du début du siècle dernier à droiteLa maison Emile Zola actuelle    Une photographie du début du siècle dernier à droiteLa maison Emile Zola actuelle    Une photographie du début du siècle dernier à droite

La maison Emile Zola actuelle Une photographie du début du siècle dernier à droite

La Route des Maisons d'Ecrivains. Le château de Médan et la Maison Zola

La maison Zola est fermée au public depuis le 3 octobre 2011. La réouverture est prévue en 2017.

L'association "Maison Zola - Musée Dreyfus" présidée par Pierre Bergé s'affaire à la restauration de la maison, ses décors, son mobilier.

Elle a obtenu le label "Maison des Illustres" et figure sur la "Route des Maisons d’Ecrivains", tout comme le château de Médan.

En mai 1878, grâce au succès de "l'Assommoir", Emile Zola acquiert "un modeste asile champêtre". La "cabane à lapins" deviendra en trois ans un véritable domaine.

En octobre, il fait adosser à cette maison une tour, dite Tour Nana, de forme carrée, où il installera son cabinet de travail.

Après l'acquisition d'une parcelle de l'île du Platais, où il fit construire le Paradou, un petit châlet où il aime se divertir, c'est une ferme, une maison pour son jardinier et une serre qui viendront s'ajouter à l'édifice.

En 1885, Émile Zola fera édifier une deuxième tour, Germinal, de forme hexagonale cette fois.

Il construisit ces locaux aussi pour recevoir son éditeur Georges Charpentier.

De nombreuses parties de campagne seront organisées par Émile Zola pour s'entourer de ses amis.

Les naturalistes, Maupassant, Huysmans, Céard, ami d'enfance, Paul Alexis, mais aussi Cézanne, Manet, Pissarro, Edmond de Goncourt, les Daudet et tant d'autres se presseront pour se délecter des délicieux repas concoctés par Alexandrine Zola.

Il en découlera d'ailleurs le célèbre recueil de six nouvelles naturalistes "Les soirées de Médan".

En 1905, Alexandrine fait don de cette propriété à l'Assistance Publique sous réserve que "toutes les personnes qui se présenteront pour visiter la maison et pour honorer la mémoire de l'illustre écrivain" puissent le faire.

Un pèlerinage littéraire créé en 1903 par Maurice Le Blond, futur gendre d'Emile Zola, a lieu tous les ans , chaque premier dimanche d'octobre. A cette occasion, des personnalités politiques viennent parler de l’œuvre et de la vie d’Émile Zola.

Renseignements : http://www.maisonzola-muséedreyfus.com

Lien Wikipédia Emile Zola : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mile_Zola

La Maison Zola façade côté rue et côté SeineLa Maison Zola façade côté rue et côté Seine

La Maison Zola façade côté rue et côté Seine

La Route Historique des Maisons d'Evrivains

La Route Historique des Maisons d'Evrivains

Site "La Route des Maisons d’Écrivains" lien : http://www.routecrivains.fr/

Quelle académie cette promenade !

Il faut, dans chacune de ces demeures, chercher le secret.

Secret d'un homme, secret d'un couple, secret d'une oeuvre.

Allez les visiter ! Faites durer ces miracles : les écrivains morts s'ennuient si vous laissez leurs livres fermés, leur maison vide.

François Nourissier

Site Wikipédia "Les Maisons des Illustres" lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maisons_des_Illustres

Bonne visite !

Quelques aquarelles et lavis du château de Médan Mai 2012Quelques aquarelles et lavis du château de Médan Mai 2012
Quelques aquarelles et lavis du château de Médan Mai 2012Quelques aquarelles et lavis du château de Médan Mai 2012

Quelques aquarelles et lavis du château de Médan Mai 2012

Repost 0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 11:18

Une balade en Haute Vallée de Chevreuse :

Le Château de la Madeleine à Chevreuse

Le château de la Madeleine à Chevreuse :

Un peu d'histoire : Le château de la Madeleine, propriété du Département des Yvelines situé sur les hauteurs de Chevreuse, offre un superbe panorama sur la vallée de l'Yvette.

Magnifique forteresse, intimement lié à l'histoire de France, le château a connu de belles heures entre le XIème et le XVème siècle. Il compte aujourd'hui parmi les rares édifices parvenus jusqu'à nous dans cet état de conservation. La Maison du Parc, réalisation architecturale contemporaine, a été édifiée en 1989 à l'intérieur de l'enceinte du château.

  • . XIème siècle : Guy 1er de Montlhéry et de Chevreuse fait édifier, sur le plateau dominant Chevreuse et contrôlant la voie Paris-Chartres, le donjon roman et la chapelle, protégés par une palissade en bois.
  • . XIIème siècle : L'aula, grande salle acceuillant les manifestations de la puissance seigneuriale, est construite par Milon III. Aujourd'hui, il ne subsiste qu'un mur percé de deux fenêtres séparant la haute cour de la basse cour.
  • . XIVème siècle : Pierre de Chevreuse bourgeois anobli, transforme le château en citadelle urbaine. Il entreprend la reconstruction de la partie nord le l'enceinte avec trois tours, le tout muni de mâchicoulis et dote le châtelet d'entrée d'une terrasse destinée à accueillir des canons. Le donjon perd une travée au sud et deux contreforts imposants viennent renforcer la structure.
  • . XVème siècle : La châtellenie est érigée en baronnie par Charles VII. Colard de Chevreuse fait édifier deux tours carrées au sud reliées par une courtine munie de mâchicoulis sur arcades.
  • . XVIème siècle : La citadelle est agrandie pour servir de bastion catholique.
  • . XVIIème siècle : Le château est délaissé, mais demeure propriété de la famille de Luynes, vivant à Dampierre.
  • . XVIIIème siècle : Pour sauver le donjon, les Dames de Saint-Cyr réduisent l’édifice d'un étage. Il est désormais couvert d'un toit à deux pentes et équipé de nouveaux contreforts au sud. Une porte d'entrée est percée en rez-de-chaussée. La chapelle Sainte-Madeleine est détruite.
  • . 1978 : Des travaux de consolidation sont entrepris par le propriétaire de l'époque, M. Goupil.
  • . 1987-1990 : Des fouilles archéologiques sont effectuées. Les architectes Jean Dedieu et Pascal Chovin dirigent la restauration du château pour le compte du Département qui en est devenu propriétaire en 1982.
La vue de la vallée de l'Yvette depuis le château de la Madeleine

La vue de la vallée de l'Yvette depuis le château de la Madeleine

Le château de Chevreuse autrefois

Le château de Chevreuse autrefois

Le sentier Jean-Racine :

 

Racine figure parmi les personnages les plus célèbres de la Haute Vallée de Chevreuse. Si populaire qu’aujourd’hui nombre de randonneurs, promeneurs ou flâneurs se retrouvent pour emprunter le chemin du poète qui relie le site du château de la Madeleine aux Granges de Port-Royal-des-Champs. Le sentier Jean Racine rappelle les trajets que faisait l’auteur dans sa jeunesse. Sept bornes offertes en 1939 par le Touring Club de France, à l’occasion du tricentenaire de sa naissance, reprennent les vers de l’auteur.

Durée : 2 à 3 heures

 

Le circuit Jean Racine au départ de ChevreuseLe circuit Jean Racine au départ de ChevreuseLe circuit Jean Racine au départ de Chevreuse
Le circuit Jean Racine au départ de ChevreuseLe circuit Jean Racine au départ de Chevreuse

Le circuit Jean Racine au départ de Chevreuse

La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse
La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse

La promenade des petits ponts et des lavoirs à Chevreuse

Bonne promenade au départ de la gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

 

Office de Tourisme de la Haute Vallée de Chevreuse : château de la Madelleine.

http://www.chevreuse.fr/office-de-tourisme.aspx

Office Haute Vallée de Chevreuse :

http://www.parc-naturel-chevreuse.fr/destination-parc/destination-parc

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Patrimoine de France
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 11:00
Le pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel
L'architecte ( J.-B. Greuze)
L'architecte ( J.-B. Greuze)

L’œuvre de l'architecte :

Parmi les réalisations de l'architecte Ange Jacques Gabriel, premier architecte du roi Louis XV en 1742, figurent de nombreux édifices connus du grand public, en particulier le château de Compiègne et le Petit Trianon à Versailles, l'Ecole Militaire à Paris.

D'autres édifices sont moins connus, mais cependant importants dans les œuvres du règne de Louis XV et du début du règne de Louis XVI : la place royale à Paris et la place Louis XV à Bordeaux. Rappelons que ces places sont devenues les places de la Concorde et de la Bourse.

:

Biographie :

Ange-Jacques Ga­briel est le fils de l'architecte Jacques V Gabriel (1667-1742), Premier ar­chi­tecte du Roi, et le petit-fils de l'architecte Jacques Gabriel (1630-1686). Il réa­lise la ré­si­dence royale du château de Compiègne, le Petit Trianon à Ver­sailles, et l'École militaire.

Il amé­nage deux grandes places : celle de la Bourse à Bor­deaux (avec son père) et la place Louis XV à Paris et ses façades.

La place de la Bourse est la première place française ouverte sur un fleuve.

La place Louis XV deviendra plus tard la place de la Concorde après avoir été renommée place Louis XVI, place de la Charte. C'est la plus vaste place de Paris avec une superficie de 8,4 hectares.

Le château de Ménars, 1646- 1775, d'Ange-Jacques Gabriel et Jacques-Germain Soufflot, château situé sur la commune de Ménars dans le département du Loir-et-Cher.

Construit aux XVIIème et XVIIIème siècle, ce château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historique depuis le 15 février 1949.

Le projet de la place Louis XV à Paris Cette place deviendra la place de la Concorde plus tard

Le projet de la place Louis XV à Paris Cette place deviendra la place de la Concorde plus tard

La place de la Bourse à Bordeaux : 25 décembre 2015

La place de la Bourse à Bordeaux : 25 décembre 2015

La façade du château de Compiègne - Le Petit Tranon de VersaillesLa façade du château de Compiègne - Le Petit Tranon de Versailles

La façade du château de Compiègne - Le Petit Tranon de Versailles

L'Ecole Milltaire à Paris, les plans de Ange-Jacques Gabriel et la vue aérienne actuelle
L'Ecole Milltaire à Paris, les plans de Ange-Jacques Gabriel et la vue aérienne actuelle

L'Ecole Milltaire à Paris, les plans de Ange-Jacques Gabriel et la vue aérienne actuelle

Le pavillon Butard, 1750, sa façade d'entrée et le pavillon de la Muette sa façade d'entréeLe pavillon Butard, 1750, sa façade d'entrée et le pavillon de la Muette sa façade d'entrée

Le pavillon Butard, 1750, sa façade d'entrée et le pavillon de la Muette sa façade d'entrée

Le Pavillon du Butard et ses détails de façade d'entrée en octobre 2016

Le Pavillon du Butard et ses détails de façade d'entrée en octobre 2016

Le pavillon de la Muette :

Un peu d'histoire : la construction du pavillon Butard répond aux intérêts du roi Louis XV pour la chasse et l'architecture. La décision de construire un nouveau rendez-vous de chasse en forêt de Saint-Germain intervient après son extension en 1752 au nord de l'étoile de la Muette. Pour info., Il est nommé étoile un carrefour circulaire où convergent les routes rectilignes ouverte pour pratiquer la chasse.

Le premier projet imaginé par Ange-Jacques Gabriel ne verra pas le jour. Il devait reprendre, tout-au-moins dans sa fonction et son plan, le premier château construit par Pierre Cambiges pour François 1er. Il était prévu dériger les murs sur les fondations de l'ancien château.

Les façades du pavillon de la Muette. Au centre l'entrée centrale donnant accès aux salles et au sous-solLes façades du pavillon de la Muette. Au centre l'entrée centrale donnant accès aux salles et au sous-solLes façades du pavillon de la Muette. Au centre l'entrée centrale donnant accès aux salles et au sous-sol

Les façades du pavillon de la Muette. Au centre l'entrée centrale donnant accès aux salles et au sous-sol

Le pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel

Quelques images d'une visite du 9 avril 2016 :

Les propriétaires du pavillon de chasse du roi depuis 2 ans, animent cette visite-conférence.

Ils en connaissent parfaitement l'historique et ont décidé d'ouvrir les portes de ce lieu historique au public et de se charger de sa restauration.

La salle des officiers et ses détails. L'huisserie sont d'origine sauf celles de la porte sud. Les 32 m2 de revêtement de sol à en carreaux à cabochon ont été changés sous le règne de Louis-PhilippeNapoléon 1erLa salle des officiers et ses détails. L'huisserie sont d'origine sauf celles de la porte sud. Les 32 m2 de revêtement de sol à en carreaux à cabochon ont été changés sous le règne de Louis-PhilippeNapoléon 1erLa salle des officiers et ses détails. L'huisserie sont d'origine sauf celles de la porte sud. Les 32 m2 de revêtement de sol à en carreaux à cabochon ont été changés sous le règne de Louis-PhilippeNapoléon 1er

La salle des officiers et ses détails. L'huisserie sont d'origine sauf celles de la porte sud. Les 32 m2 de revêtement de sol à en carreaux à cabochon ont été changés sous le règne de Louis-PhilippeNapoléon 1er

Le pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel

Le grand salon octogonal :

Le grand salon octogonal dit "à l'italienne" : Il s'ouvre sur la forêt par trois hautes baies cintrées et deux fenêtres.

Sous l'empire, Napoléon meubla la pièce plus élégamment avec des meubles et objets de style disparates. La cheminée fut alors ornée de feux en bronze doré de Gouthière.

Deux fauteuils en bois doré y furent ajoutés sous Charles X.

Ils apparaissent sur une aquarelle de 1855.

La décoration intérieure des boiseries du pavillon ont été réalisées par le menuisier Guesnon & Cliquot qui avait travaillé au petit Trianon quelques années plus tôt.

.

La cheminée en étage, les poutres à encastrement alterné et les boiseries restauréesLa cheminée en étage, les poutres à encastrement alterné et les boiseries restauréesLa cheminée en étage, les poutres à encastrement alterné et les boiseries restaurées

La cheminée en étage, les poutres à encastrement alterné et les boiseries restaurées

Le rez-de-chaussée du pavillonLe rez-de-chaussée du pavillonLe rez-de-chaussée du pavillon

Le rez-de-chaussée du pavillon

Le pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel

Le sous-sol et ses pièces :

Il est situé dans une modeste partie des vestiges du soubassement de l'ancien château de l"époque François 1er et sous la terrasse nord-ouest.

La principale salle souterraine, située sous le débotté du Roi, est haute de près de 4 mètres.

Elle faisait office non pas de cuisine, mais de "réchauffon".

Le four à pain qui figure sur le plan d'Ange Jacques Gabriel, était seul destiné à la cuisson.

La grande cheminée servait à alimenter en braises les grandes tables potagères où les plats étaient tenus au chaud. Cette pièce présente de grandes similitudes avec le réchauffon situé sous le grand escalier du Petit Trianon réalisé quelques années auparavant.

Les tables potagères, la grande cheminée et le four à painLes tables potagères, la grande cheminée et le four à painLes tables potagères, la grande cheminée et le four à pain

Les tables potagères, la grande cheminée et le four à pain

La cheminée du sous-sol sud-ouest et son mécanisme tourne-brocheLa cheminée du sous-sol sud-ouest et son mécanisme tourne-broche

La cheminée du sous-sol sud-ouest et son mécanisme tourne-broche

Le mécanisme du tourne-broche provenant du château de Saint-Cloud aujourd'hui disparu

Le mécanisme du tourne-broche provenant du château de Saint-Cloud aujourd'hui disparu

Document historique sur le pavillon de la Muette : aquarelle

Document historique sur le pavillon de la Muette : aquarelle

Les plans de l'architecte :

Le pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel

Le pavillon de la Muette et ses occupants :

Un des pavillons de  chasse : le roi venait chasser dans cette forêt de Saint-Germain car le sol est plat et sableux, ce qui évitait les accidents de cheval. Il était accompagné d'un grand nombre de servilleurs et de d'officiers. L'aménagement du pavillon permettait de voir le cerf depuit son salon ce qui explique l'aménagement des étoiles de la forêt de Saint-Germain.

Napoléon se charge de compléter l'ameublement. Il aimait y recevoir Marie-Louise et celui-ci fait changer les meubles depuis Moscou, durant la campagne de Russie.

En 1832, Louis-Philippe fait entièrement restaurer le monument dont il est retrouvé une image datée de 1855 dans la collection royale britannique. La Reine Victoria est invitée à dejerner oar Napoléon III dans ces lieux.

Après le second Empire, le pavillon de la Muette connait plusieurs vies. Il est restauré en 1933 pour y loger Daladier, le Président du Conseil sous la IIIème République.

Georgette Leblanc, grande soprano du début du siècle, a habité la Muette au début des années 30 après sa rupture avec Maurice Maeterlinck. Elle y a vécut avec Margaret Anderson et Monique Serrure sans eau courante ni électricité.

Le pavillon est abandonné une première fois après la deuxième guerre mondiale avant d'abriter une école pour opérateurs de radio entre 1957 et 1970.

En 1984, l'ONF qui occupe les lieux sans en avoir d'usage, fait couper le courant électrique.

Malheusement, dix ans plus tard le plafond s'effondre.

Le pavillon est ainsi désafecté durant plusieurs années, avant que l'Etat décide de sa mise en vente.

Le bâtiment est acheté en juillet 2014 par 2 copropriétaires qui décident de refaire revivre ce monument historique et de le restaurer.

"Un projet de toute une vie" expliquent les aquéreurs.

Le pavillon de la Muette est ainsi ouvert au public depuis le début du mois d'Avril. Il sera ouvert tout le mois d'août. Voir site officiel.

 

Le pavillon du Butard :

Chemin du Butard, 78170 La Celle-Saint-Cloud

 

Sources bibliographiques :

 

Site officiel du pavillon de la Muette lien : http://www.pavillondelamuette.fr/

Les horaires de visites du pavillon de la Muette lien : http://www.pavillondelamuette.fr/411165277

Lien Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pavillon_de_la_Muette

Les recherches de Marie-Marguerite Roy, ancienne élève de l'Ecole du Louvre : Les Cahiers de l'Ecole du Louvre :http://www.ecoledulouvre.fr/cahiers-de-l-ecole-du-louvre/numero6-avril2015/Roy.pdf

Ce travail a fait l'objet du mémoire de recherche de Master 2 de l'Ecole du Louvre en 2012, sous le titre : "Les pavillons de chasse du Butard et de la Muette, de leur construction à la fin de la Monarchie de Juillet", présenté sous la direction de Jean-Jacques Gautier, inspecteur au Mobilier National et avec la participation d'Elisabeth Caude, conservateur au Château de Versailles.

Site Wikipédia "Le pavillon de la Muette" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pavillon_de_la_Muette

Article du "Parisien" du Samedi 2 avril 2016, http://www.leparisien.fr/informations/video-saint-germain-en-laye-des-passionnes-font-revivre-le-pavillon-de-chasse-du-roi-01-04-2016-5678983.php

Article Le Parisien TV : Sébastien Birdet lien  http://videos.leparisien.fr/video/deux-passionnes-ont-restaure-le-pavillon-de-chasses-royales-de-la-muette-01-04-2016-x41ddkc#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr           

Site Wikipédia : Ange-Jacques Gabriel  :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ange-Jacques_Gabriel

Site Wikipédia "Le Petit Trianon" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_Trianon

Site Wikipédia Le Château de Ménars : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Menars

Lien  Le Trianon de Saint-Germain-en-Laye :http://www.saintgermainenlaye-tourisme.fr/voir-faire/sites-de-visite#!/pavillon-de-la-muette-le-trianon-de-saint-germain-en-laye-640360

Lien YouTube Le pavillon de la Muette par Frédéric : https://www.youtube.com/watch?v=2FbVP2gKN48

Lien situation Le pavillon de la Muette : http://www.maisonslaffitte.net/PavillonMuette.htm

Merci à Frédéric et Hristo pour leur sympathique accueil et leur visite-conférence passionnante.

Bonne visite !

 

Le pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques GabrielLe pavillon de la Muette de l'architecte Ange-Jacques Gabriel
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016
Images du pavillon en août 2016

Images du pavillon en août 2016

Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016
Images retraitées Pentax en août 2016

Images retraitées Pentax en août 2016

Dessins et aquarelles en Août 2016Dessins et aquarelles en Août 2016Dessins et aquarelles en Août 2016
Dessins et aquarelles en Août 2016Dessins et aquarelles en Août 2016

Dessins et aquarelles en Août 2016

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 10:16

Le 11 avril 2009, j'avais le plaisir d'ouvrir ce blog : déjà 7 ans et des milliers d'heures d'écriture, d'insertions d'images et de recherches suite à des visites, des expositions, des voyages et des découvertes bien souvent à deux pas de chez nous.

Bilan : 237 articles et 189 pages qui ont conduit à 115.269 visites et 267.034 pages lues à ce jour.

Merci aux lecteurs. Pensez à donner votre avis, vos critiques sur le contenu ou les choix des articles proposés bénévolement. Merci à Overblog de publier mes articles.

Jean-Pierre.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Mon blog
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 12:09

Le moulin de Fourges : des images de dimanche dernier.

Entre Vexin français et Vexin normand, sur les bords de l'Epte.

Le moulin de Fourges : les pieds dans l'Epte

Le moulin de Fourges : les pieds dans l'Epte

Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin
Images du moulin

Images du moulin

Le Moulin de Fourges
Le Moulin de Fourges
Blason de Fourges
Blason de Fourges

Fourges est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le 1ᵉʳ janvier 2016 une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Vexin-sur-Epte. La superficie de la commune est de 7,72 km².

Située dans l'Eure, la commune est limitrophe du Val d'Oise par sa rivière, l'Epte

Le moulin de Fourges aquarelle 40 x 30 cm avril 2016

Le moulin de Fourges aquarelle 40 x 30 cm avril 2016

Un peu d'histoire :

 

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte 911 :

Vexin français et Vexin normand : la naissance de la Normandie.

Dans ce traité, le roi Charles III le Simple concède à Rollon la région comprise entre « l’Epte et la mer ».  Le chef normand prête hommage au roi. Lors de cette cérémonie, Dudon de Saint-Quentin, prompt à flatter les Normands, raconte l’anecdote suivante : Rollon refusant de s’agenouiller devant le roi en signe d'hommage, afin de lui baiser le pied, un compromis est alors trouvé. Un des proches de Rollon doit effectuer le geste à sa place. Mais le Normand, sans s’agenouiller, lève si haut le pied du roi que ce dernier perd l’équilibre et tombe à la renverse.

 

Bonne visite !

 

Les 20 dernières années du moulin de Fourges :  http://moulindefourges.com/fr/historique/

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte 911  sources Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Saint-Clair-sur-Epte

Histoire de la commune de Fourges : sources mairie de Fourges : http://fourges.a3w.fr/Main.aspx?numStructure=38942&numRubrique=20845

 

Voir aussi ancien article et aquarelles : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/article-decouverte-du-moulin-de-fourges-eure-70498376.html

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Merveilles de la france
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 18:04

 

"La Sainte-Chapelle du béton armé"

Notre-Dame du Raincy d'Auguste et Gustave Perret 1923

L'église Notre-Dame du Raincy, appelée aussi Notre-Dame de la Consolation  est une église moderne construite en 1922-1923 par les architectes français Auguste et Gustave Perret, sur le territoire de la commune du Raincy, dans le département de la Seine-Saint-Denis, près de Paris.

Elle est considérée comme un monument emblématique de l'architecture moderne, et doit sa célébrité au fait qu'il s'agit de la première église construite en béton armé en France. À ce titre, elle a été classée comme monument historique par un arrêté du 29 juin 1966. On la surnomme parfois la « Sainte-Chapelle  du béton armé ».

Léglise Notre-Dame du Raincy fut batie en 13 mois entre mai 1922 et juin 1923 par les frères Perret, architectes et entrepreneurs. Elle fut l'oeuvre de la volonté du chanoine Nègre, curé de l'époque, ainsi que celle de généreux donateur de la paroisse.

Le clocher à ressauts successifs s'éléve à plus de 50 mètres.

Les vitraux dessinés par Maurice Denis et réalisés par la maître-verriere Marguerite HureLes vitraux dessinés par Maurice Denis et réalisés par la maître-verriere Marguerite HureLes vitraux dessinés par Maurice Denis et réalisés par la maître-verriere Marguerite Hure

Les vitraux dessinés par Maurice Denis et réalisés par la maître-verriere Marguerite Hure

L'église a été réalisée à partir de 7 éléments décoratifs :

- des colonnes cannelées très légèrement coniques et non incluses dans les parois, confèrent à l'ensemble élégance, légèreté et illusion de largeur,

- des arcs de voûtes très tendus et contrariés, les uns servant de contrefort aux autres,

- des 5 éléments des claustras en béton : v croix, losanges barrés, cercle, carrés, rectangles utilisé aussi pour les ouvertures de la voûte et contribuant à l'acoustique du bâtiments

En entrant dans l'église, la clarté ambiante de jour à travers les magnifiques verrières étonne le visiteur

En entrant dans l'église, la clarté ambiante de jour à travers les magnifiques verrières étonne le visiteur

La Piéta du sculpteut Antoine Bourdelle située sur le porche d'entrée

La Piéta du sculpteut Antoine Bourdelle située sur le porche d'entrée

La crypte chapelle :

Notre-Dame du Raincy d'Auguste et Gustave Perret 1923

L'orgue en place actuellement est celui de la vieille église de Saint-Louis, transféré lors de la construction, et qui date de 1876. Facteur John Abbey.

Notre-Dame du Raincy d'Auguste et Gustave Perret 1923
Notre-Dame du Raincy d'Auguste et Gustave Perret 1923
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église
Quelques images de l'église

Quelques images de l'église

Historique de la construction de l'église :

Au début du XXe siècle, Le Raincy, dont la population de 10 000 habitants a plus que doublé en quarante ans, est une paroisse de banlieue dont l'église est trop petite. La loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État qui abroge le cadre concordataire a fait que le choix des architectes est revenu aux diocèses commanditaires.

 

C'est dans ce contexte que l'abbé Félix Nègre, qui est curé doyen du Raincy depuis 1918, veut faire construire une nouvelle église dédiée à la Vierge dans laquelle serait commémorée la victoire à la victoire de l'Ourcq (entre le 1er et le 5 septembre 1914) et en hommage à la ville d'où était partie en septembre 1914 une des colonnes des taxis de la Marne. Ainsi l’église devrait recevoir le vocable de Notre-Dame-de-la-Consolation dont l’iconographie des verrières illustrerait la dévotion. Plusieurs architectes ont déjà projeté en 1916 une église dans le cadre d'un concours organisé par la Société de Saint-Jean.

 

 

Notre-Dame du Raincy d'Auguste et Gustave Perret 1923

En 1922, et malgré quelques dons généreux, la somme réunie de trois cent trente mille francs était encore dérisoire. Victor Nègre, le curé de Meudon-Bellevue, frère cadet de Félix Nègre, avait parmi ses paroissiens Gabriel Thomas, financier de la construction du Théâtre des Champs-Élysées. C'est par ce biais qu'il entra en contact avec les frères Perret, Antoine Bourdelle et Maurice Denis . Auguste Perret, architecte athée et fils de communard, rêve de construire une église. Avec ses frères, Gustave également architecte et Claude l'entrepreneur, il accepte de relever le double défi d'une construction rapide avec un budget limité. C'est son devis de 300 000 francs qui paraît avoir décidé la paroisse à leur confier le chantier de leur église, alors que le devis le plus économique qui lui avait été présenté jusque-là était de 1 800 000 francs. Le choix du béton, matériau ingrat, fait cependant craindre aux paroissiens du Raincy que leur église ne fasse « hangar ».

Les oeuvres d'Auguste Perret :

Avant 1945

    - le Théâtre des Champs-Élysées (1913),

     - l'église Notre-Dame au Raincy (1922-1923), en collaboration avec son frère, Gustave,

    - clocher de l'église de Saint-Vaury (Creuse) (1924),

    - la Tour Perret à Grenoble :

 édifiée en 1924 dans le parc Paul-Mistral à Grenoble, est la première tour en  béton armé construite en Europe. Haute de 95 mètres, elle a été construite par les frères Auguste et Gustave Perret à l'occasion de l'Exposition internationale de la houille blanche, qui eut lieu du 21 mai au 25 octobre 1925,

    - la chapelle Saint Thérèse, rue d'Epinay à Montmagny dans le Val d'Oise (1926-1927),

   - la chapelle de La Colombière à Chalon-sur-Saône (1928-1929),

   - la salle Cortot à Paris (1928-1929),

   - aménagement du musée Magnin (1930-1931),

   - les bâtiments administratifs de la Marine dit « Bâtiment Perret » et le bassin des carènes au  centre d'essais de la DGA, aujourd'hui démolis) dans le 15e arrondissement de Paris (1929-1932) en collaboration avec son frère Gustave,

    - la villa de M. Nubar Bey à Garches (1930-1931),

    - l'hôtel particulier du Dr Périgord à Limoges (1934-1935),

    - le bâtiment du Mobilier national, à Paris (inauguré en 1936),

    - l'usine des horlogeries Dodane, à Besançon (1939-1943),

    - Le Havre (1945-1954),

     Articles détaillés : Centre-ville reconstruit du Havre et Appartement témoin (Le Havre),

Après 1945 :

    - 1946-1954 : Nouveaux ateliers à l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris 6ème,

    - 1947-1949 : Musée des beaux-arts, São Paulo (Brésil),

    - 1948 : Gare Maritime d'Alger (Algérie), architecte : Urbain Cassan avec la collaboration de l'entreprise Perret,

    - 1949-1952 : La Tour Perret, immeuble résidentiel et de bureaux à Amiens,

    - 1950-1954 : Immeuble d'habitation de la Fondation Alexandre et Julie Weill, Paris (17e arr.),

    - 1950-1954 : Centre d'études nucléaires (C.E.A.), Saclay (Essonne),

    - 1951-1956 : Reconstruction du Vieux-Port, Marseille (Bouches-du-Rhône). Avec la collaboration d'André Devin et de Fernand Pouillon.

 

Sources : Wikipédia et archives de l'église Notre-Dame du Raincy

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Notre-Dame_du_Raincy

Autre lien d'un édifice d'Auguste Perret : article l'église Saint-Joseph du Havre : http://jeanpierrekosinski.over-blog.net/2015/07/l-eglise-saint-joseph-au-havre-oeuvre-d-auguste-perret.html

Bonne visite !

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Oeuvres d(Auguste Perret
commenter cet article