Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'artiste

  • : Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • Le blog de Jean-Pierre Kosinski.
  • : Présentation de l'artiste et de quelques-unes de ses promenades, de ses visites, de ses œuvres : dessins, aquarelles, lavis à l'encre et photographies
  • Contact

Recherche

Pages

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:02

 

Visite du familistère Godin à Guise, en mai 2014.

 

16-mai-2014-Familistere-Godin-de-Guise-montage-4.jpg

      La cour intérieure du pavillon central

16-mai-2014-Familistere-Godin-de-Guise-details-2.jpg

 Détails de la cour intérieure au pavillon central du Palais social

 

116 mai 2014 Familistère Godin de Guise Pavillon central

Le Pavillon central du Palais social, "petit Versailles du Peuple" et son architecture de briques

 

16-mai-2014-Familistere-Godin-de-Guise-Theatre-montage-2.jpg

Le théâtre, la présentation aux visiteurs 

IMGP2123-Guise-Familistere-piscine.jpg

La piscine ouverte aux ouvriers. La France ne dispose que de 30 piscines publiques à cette époque.

IMGP2036-Familistere-Theatre.jpg

La bibliothèque municipale, l'école maternelle, le théâtre, l'économat accueil.

Ces bâtiments sont situés en face du Palais social.

 

IMGP2180-familistere-titres-batiments-maquette.jpg

Maquette du site, source musée familistère

L'usine se situe en arrière plan, les employés n'ont que 262 mètres de trajet de travaill !

Les loyers représentent 5 % des salaires. Les retraités peuvent conserver leur logement au même taux.

En 1881, les ouvriers travaillent 10 heures par jour, et disposent d'un jour de repos par semaine.

La commémoration du 1er mai aurait débuté à l'entreprise Godin en 1867. 

En France, sous l’impulsion de Jules Guesde, qui inventera le terme de « fêtes du travail » en 1890, et sur une proposition de Raymond Laville, cette Internationale décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures, soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé.

L'école est gratuite, mixte et laïque pour les enfants jusqu'à 14 ans. En France, les enfants travaillaient à partir de 10 ans à cette époque.

 

Description des bâtiments du Familistère :

Le familistère comprend plusieurs ensembles de bâtiments :

- le Palais social, formé d'un pavillon central encadré par deux ailes de taille plus modeste, destiné à l'habitation, les appartement de Jean-Baptiste Antoine Godin étant situés sur l'aile gauche. Les unités d'habitation d'origine ont été construites entre 1859 et 1877,

- le Pavillon Cambrai, situé à l'écart du Palais social, en face de son aile droite, lui aussi destiné à l'habitation. la construction de ce bâtiment est plus tardif, et construit en 1883,

- le bâtiment des économats, situé en face de l'aile gauche du Palais social, actuellement accueil des visiteurs,

- le bâtiment des écoles et du théâtre, situé en face du Palais social,

- la buanderie, bains et piscine, situés sur l'autre rive de l'Oise, du côté de l'usine.

 

             

 

IMGP2067-Jean-Baptiste-A.-Godin.jpg

 

Jean-Baptiste André Godin.

 

Familistere-de-Guise-collection-Godin-r.jpg

Le familistère de Guise, archives Fondation Godin  

 

Familistère et phalanstère :

Le nom "Familistère", étymologiquement "lieu de réunion de famille", est le nom donné par Jean-Baptiste André Godin aux bâtiments d'habitation qu'il fait construire pour ses ouvriers et leurs familles à partir de 1883, probablement à partir de plans de l'architecte fouriériste Victor Calland.

Le principe est inspiré du phalanstère de Fourier, mais Jean-Baptiste André Godin le perfectionnera pour le rendre plus réalisable.

 

Historique : Jean-Baptiste Godin s'installe à Guise en 1846 afin de fonder une fabrique d'appareils de chauffage et de cuisine. Il fabriquera plus tard des lave-linges sans succès Il est l'inventeur des fameux poëles Godin fabriqués en fonte, diffusant la chaleur d'une façon beaucoup plus efficace que les modèles à l'époque en tôle.

Son entreprise deviendra prospère, et il fera fortune grâce à celle-ci.

Cet industriel fût d'abord ouvrier, fils d'une famille modeste, Il en a gardé le souvenir des conditions terribles de vie et de travail des ouvriers et des employés. Il entend améliorer les conditions de vie de ses salariés. Il déside de ne pas loger ses ouvriers dans des maisons individuelles. "l'isolement des maisons est non seulement inutile, mais nuisible à la société"

Jean-Baptiste Antoine Godin met en place tout un système de protection sociale en créant des caisses de secours protégeant les salariés contre la maladie, les accidents de travail, et assurant une retraite aux plus de 60 ans.

L'expérience de l'usine belge de Laeken :

En 1880 Godin fonde l'Association Coopérative du Capital et du Travail du Familistère de Guise. Les travailleurs belges obtiennent les mêmes droits et devoirs que les employés français. Ils participent à l’expérimentation pratique de l'utopiel fouriériste revisitée par Godin, même s’ils ne bénéficient pas immédiatement des équivalents de la richesse dispensés par le Palais social édifié à Guise de 1859 à 1884. Une unité d’habitation de 72 logements est finalement édifiée à Laeken en 1887-1888 à côté de l'usine de production. Il s'agit d'habitations spécialement construites pour les ouvriers de l'usine. Le Familistère est composé d'un cour centrale, destinée aux activités collectives, sur laquelle donnent tous les appartements situés au rez-de-chaussée et trois étages. L'architecture est un peu semblable aux anciennes piscines ou prisons.

Le Familistère de Laeken n’a toutefois pas un développement comparable à celui de Guise. En 1891, l’Association coopérative compte 263 salariés à Laeken et 1177 à Guise.

La principe de l'usine Entreprise en coopérative de production perd ses fonctions en juin 1968.

Les logements sont vendus. Quelques anciens Familististériens y vivent toujours. L'entreprise se transforme en société anonyme. Elle est intégrée dans le groupe "Le Creuset". La marque Godin est transférée à la société "Cheminée Philippe".

 

Phalanstère, définition : 

Dans la sociologique utopique de Charles Fourier, la phalange est une communauté d'individus mettant en commun leurs compétences et leur travail pour le profit de tous.

La phalange se compose de 1 620 personnes, avec une stricte parité des sexes soit 810 hommes et 810 femmes, vivant en harmonie dans un lieu de travail et d'habitation appelé phalanstère.

Le mot  « phalange » proposé par Fourier pour désigner ce groupe humain renvoie à l'idée d'un corps d'armée d'élite, la Phalange, et serait un vocabulaire d'usage militaire, ce que n'est pas le familistère de Godin.

Le Familistère de Guise a fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 4 janvier 1991, et son ancien jardin en 1991, lui-aussi.

Le Site accueille un musée classé musée de France depuis 2010 (loi du 4 janvier 2002).

 

L'oeuvre de Godin :

Pendant trente ans, avec l’aide de sa compagne Marie Moret, Godin se sera consacré entièrement à sa mission réformatrice. Il surmontera toutes les oppositions : du Second Empire, puis de la République conservatrice, de ses concurrents en industrie, des fouriéristes, des habitants de la ville, de sa femme, de son fils, des employés et ouvriers de ses usines. Cependant, à partir de 1864, de nombreuses personnalités et délégations de coopérateurs de réputation nationale et internationale, visitent le Palais social et contribuent à faire connaître l’expérience de Godin en France et surtout à l’étranger : le philosophe Jules Simon ; l’architecte Henry Roberts, Wladimir Taneeuw, avocat fouriériste russe ; le pédagogue Jean Macé ; Edward Vansittart Neale, leader du mouvement coopératif anglais ; le poète et député Clovis Hugues ; les délégations des chambres ouvrières de Paris ; le socialiste américain Lawrence Gronlund, August Strindberg, Émile Zola…
A la mort de Jean-Baptiste Antoine Godin. Il laisse un patrimoine bâti d’une ampleur exceptionnelle, plusieurs ouvrages importants sur la question sociale et, surtout, l’exemple d’une organisation profondément réformatrice. Longtemps méconnu, Jean-Baptiste André Godin est considéré aujourd’hui comme un des pères de l’économie sociale

 

Les chiffres et le Familistère : briques : 10 millions, surface des 3 pavillons : 30.000 m2, coursives des 3 pavillons : 1000 mètres, fenêtres : 500, appartements : 495, habitants en 1889 : 1748, nourricerie : 50 berceaux, spectateurs du théâtre en 1914 : 1000, modèles d'appareils fabriqués en 1914 : 4000, nombre d'appareils expédiés en 1913-1914 : 210.000, nombre de pages composant le livre "Solution Sociales" publié par Jean-Baptiste Antoine Godin en 1871 : 664, nombre d'employés en 1930 à Guise et Laeken de l'entreprise Godin : 2500.

Merci à Anne pour cette visite-conférence passionnante au Familistère de Guise.

 

Sources : Familistère de Guise, son site, son musée, ses collections.

Lien : La vie de Godin Chronologie de la vie de Jean-Baptiste Antoine Godin

Lien Wikipédia : Jean-Baptiste Antoine Godin

Lien Wikipédia : Le "Familistère" de Jean-Baptiste Antoine Godin

Lien :  Le fabuleux destin du familistère de Guise Magazine Figaro Culture

Lien :  Une utopie réalisée : le familistère de Guise Article Historia

Vidéo : Le Familistère Godin ou le rêve de l'entreprise sociale, sources Ina.fr Olivier Sudmédia : Vidéo Familistère Godin

      Une autre usine : lien   La chocolaterie Menier à Noisiel

      Une autre usine : lien   La Saline Royale d'Arc-et-Senans, oeuvre majeure de Claude-Nicolas Ledoux

Familistère de Guise : 262-263 Familistère Aile Droite 02120 Guise (Aisne)

Situé à 200 kilomètres de Paris environ. Ma au Di 10 à 12  et 14 à 18 H.

Tél. : 02 23  61  35 36 Courriel : accueil@familistere.com Lien : Familistère/Aisne

 

A visiter !


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre
commenter cet article

commentaires